Examen L1 « La ville et ses objets »

Mon cours de Licence 1 « Géographie et Aménagement » portant sur La ville et ses objets interroge – pour partie –  la question du rapport entre le stade et la ville. Un des sujets à l’examen de 2016-2017 était  : « A quels défis urbains, environnementaux et sociétaux vont devoir (ou devraient) répondre les urbanistes et aménageurs en charge de l’organisation de la prochaine Coupe du monde de football au Qatar (2022)? » L’usage de tout type de documentation était interdit et le thème du Qatar n’avait pas été abordé en cours. Voici quelques exemples de bonnes copies (en 2 heures), très différentes selon les options suivies par les étudiants.

 

Etudiant 1 (option Aménagement)
« N’importe quel objet, si vous l’étudiez correctement, toute la société vient avec ». André-Georges Haudricourt

L’étude du stade devient alors pertinente pour comprendre les logiques qui régissent une ville. D’abord créés à la gloire des dieux, puis pour la gloire des hommes sous l’Antiquité (grecque puis romaine), les stades se sont progressivement transformés pour devenir des lieux de loisirs qui accueillent des masses venant assister à des évènements, le plus souvent sportifs. L’un de ces évènements les plus connus est la Coupe du monde de football. Celle-ci se déroule tous les quatre ans, et en 2022, elle prendra place au Qatar. Évènement mondial dont la diffusion est planétaire, elle nécessite un très gros budget mais permet le rayonnement du pays d’accueil et l’explosion du tourisme pendant le mois que dure la compétition.

De nombreux pays se battent pour être sélectionnés pour accueillir ces tournois, souvent sans prendre en compte l’avis de leur population, ce qui engendre des potentiels conflits d’acteurs. Le rôle des aménageurs et urbanistes est donc central dans l’organisation d’une Coupe du monde, puisque de leur travail dépend en partie la réussite ou l’échec de ce genre d’évènements. A quels défis principaux les aménageurs et urbanistes doivent-ils faire face dans l’organisation d’évènements de cette nature au Qatar?
Afin de répondre à cette question, nous étudierons dans une première partie le défi urbain gigantesque que pose l’organisation d’une Coupe du monde (I), nous nous intéresserons ensuite aux défis environnementaux inquiétants que soulève ce type d’évènement  au Qatar (II), enfin nous étudierons les problèmes sociaux qui peuvent en résulter (III).

 

I. L’organisation d’une coupe du monde au Qatar: un défi urbain gigantesque
Les aménageurs et urbanistes doivent, à la fois, prévoir des structures aptes à accueillir les touristes dans des conditions optimales (a) mais aussi penser à l’après-coupe du monde.

a. Une exigence de sécurité pour l’accueil de milliers de touristes
La Coupe du monde est un évènement qui nécessite à la fois la construction de stades dans de nombreuses villes (dont les travaux commencent des années avant) mais aussi de complexes hôteliers, de « villages » pour accueillir les touristes. Les urbanistes et aménageurs doivent planifier toutes ces installations, trouver des endroits appropriés pour les installer, etc. La sécurité doit être leur exigence principale afin d’éviter des drames (ex. en mai 1992 une tribune s’est effondrée en Corse lors d’un match de football).

b. La nécessité de penser l’après-coupe du monde
Les aménageurs et urbanistes doivent également travailler en pensant à la future utilisation qui sera faite de ces équipements. Pour cela, il convient d’intégrer les complexes sportifs à la ville d’en discuter avec les habitants et de leur permettre de se les approprier. Il est important de penser à la reconversion de ces constructions pour ne pas reproduire des erreurs déjà faites. En effet, la construction de nombreux stades au Brésil pour la Coupe du monde précédente a conduit à l’abandon de ces stades que personne n’entretient.

 

II. Une Coupe du monde au Qatar: un défi environnemental inquiétant
L’organisation de la Coupe du monde au Qatar en 2022 pose (a) de nombreux problèmes environnementaux  auxquels les aménageurs et urbanistes vont devoir répondre (b).

a. Le Qatar, un territoire peu propice
La situation géographique du Qatar, du fait de son climat très sec et chaud, risque de poser de gros problèmes environnementaux. En effet, l’intense chaleur rend la climatisation obligatoire dans tous les stades et complexes sportifs. Les déchets plastiques risquent d’être exponentiels et donc le bilan énergétique catastrophique.

b. Les défis pour réduire l’empreinte énergétique
Afin de limiter au mieux les dégâts environnementaux, les urbanistes et aménageurs peuvent par exemple planifier des structures en matières renouvelables et/ou réutilisables. Ils peuvent également utiliser l’énergie solaire pour les alimenter. De même, le choix de changer les dates pour que la Coupe du monde ait lieu en hiver est pertinent.

 

III. Les grands évènements sportifs à l’origine de problèmes sociétaux
Ces grandes manifestations sportives peuvent être à l’origine de conflits, à la fois à cause des coûts (a) et des inégalités qu’elles engendrent (b).

a. La Coupe du monde, une manifestation aux coûts importants
Les coupes du monde peuvent entraîner des problèmes sociétaux du fait des coûts qu’elles impliquent, surtout dans les pays où les inégalités sont très marquées. A titre d’exemple, il y a eu de grandes manifestations au Brésil il y a trois ans pour protester contre ce type d’évènements. De plus elles entraînent de grosses dettes pour les pays d’accueil (ex. la Grèce après les JO).

b. Un facteur à prendre en compte
Aménageurs et urbanistes doivent tenir compte de la présence de ces inégalités dans le pays où ils travaillent pour rendre la situation moins difficile. Ils doivent travailler avec les locaux et les intégrer complètement à l’évènement qui va se dérouler.

Pour conclure, aménageurs et urbanistes portent une grande responsabilité dans le bon déroulement d’une coupe du monde. Le territoire du Qatar semble être la source de nombreux défis urbains, environnementaux et sociaux. Il faudra réussir à concilier les intérêts parfois divergents car l’impact d’un évènement tel que celui-ci ne laisse aucune place à l’échec, au moment où les yeux du monde sportif seront braqués sur le Qatar.

 

Etudiant 2 (option Espaces et Sociétés)
Le Qatar est un pays situé au Moyen-Orient, petit par la taille mais grand par sa richesse et son influence géopolitique. Puissance émergente du monde, le royaume du Qatar souhaite s’affirmer à l’international dans les toutes prochaines années et ainsi peser diplomatiquement et politiquement dans les décisions du futur du XXIe siècle.  Organiser le plus grand évènement sportif de la planète est une étape et une volonté affichée du Qatar  pour s’ouvrir au monde. Ainsi de gigantesque travaux ont débuté il y a trois ans de cela et les premières difficultés apparaissent. A quels défis seront confrontés les auteurs d’un tel projet, dans un pays encore mal connu? Les enjeux urbains, environnementaux et sociaux seront énoncés et analysés respectivement dans trois parties.

I. Les villes au Qatar ne sont pas nombreuses relativement à la superficie du pays. Doha, capitale qatarienne, concentre une très grande partie des activités et des hommes du pays. Cette ville futuriste est « peuplée » de gratte-ciels et de tours. Le fait qu’une grande partie du Qatar soit entouré du désert limite ainsi le choix de l’emplacement des futures installations, que ce soit des stades, des fans zones ou encore des infrastructures sportives (complexes d’entraînement). Ainsi, le défi initial des urbanistes et aménageurs est de trouver de la place dans un pays qui en manque. Une solution risque d’être de détruire des zones d’habitation pour les plus pauvres, car comme nous le verrons en troisième partie, les inégalités sont très fortes et tout le monde ne peut habiter en ville.

La construction de nouvelles voies de communication participe au défi urbain ; des routes et des voies de bus menant les joueurs et spectateurs du stade aux hôtels devront être construites, ainsi que les logements nécessaires aux centaines de milliers de supporteurs. L’enjeu urbain est immense ; il transforma drastiquement le paysage du pays.

 

II. Le Qatar est un pays au climat très spécifique ; plus de quarante degrés à l’ombre durant l’été avec des chutes de température la nuit. La régulation de la chaleur dans et autour des stades sera un défi environnemental sans précédent dans l’histoire de la Coupe du monde ; aucun pays aussi chaud n’ayant jamais accueilli une telle compétition. Pour tempérer le climat désertique, des innovations technologiques devront être apportées. Une solution pourrait être des stades clos et climatisés ou ventilés pour descendre à une température d’une vingtaine de degrés. Ici la protection de la santé des joueurs et spectateurs entrent en jeu pour une compétition longue d’un mois.

La qualité du sol et les matériaux utilisés pour construire de telles infrastructures font également partie de la question environnementale. Les aménageurs devront ainsi s’assurer construire sur des sols adéquats en évaluant leur résistance afin d’éviter un effondrement de tribune. Un dosage précis des matériaux et de la précision dans la fabrication des pièces nécessaires seront nécessaires à l’édification des construction en béton.

On sait également que le Qatar tient sa richesse du pétrole, activité néfaste pour l’environnement. On sait également que le Qatar possède des populations très pauvres vivant dans des conditions laissant à désirer. Le rejet de particules nocives dans le désert est une plaie environnementale connue au Qatar. Ainsi de gros efforts sur le plan environnemental  doivent être mis en oeuvre au travers de cet évènement. Cette mission doit être au coeur du travail des urbanistes et aménageurs.

 

III. Le royaume du Qatar est divisé en deux sociétés ; les très riches se regroupent dans les villes, dans les grandes tours de verre, les plus pauvres vivent dans des habitations de fortune, à l’écart des villes, en bordure du désert ou aux marges des grandes villes. On peut aussi parler des droits de la femme au Qatar, bien inférieurs à celui des hommes. Elles ne peuvent travailler sans l’accord de leur mari par exemple. Cette société est encore refermée sur elle-même et distante du monde occidental. L’ouverture sociétale sera un enjeu fort tout en préservant son identité, ses traditions, ses coutumes. Réduire les disparités sociales, encourager l’émancipation, favoriser l’accessibilité pour tous aux infrastructures font partie des défis immenses qui dépassent le football.

Les aménageurs et urbanistes chargés de l’organisation de la Coupe du monde auront des défis immenses à relever dans un pays au potentiel économique et touristique fort. Transformer les réseaux routiers et le paysage urbain, innover et faire participer la recherche en matière environnementale, permettre l’accès au plus grand nombre et dans de meilleures conditions aux stades, tout en assurant une sécurité maximale, la Coupe du monde devra relever plein de défis!

 

Etudiant 3 (option Urbanisme)
Depuis plusieurs décennies le Qatar s’illustre sur la scène internationale par son développement économique à la fois rapide et impressionnant. Le pays se hisse parmi les pays les plus riches du monde en terme de PIB/habitant, principalement par l’exploitation de la manne d’hydrocarbures mais aussi par de juteux placements boursiers et immobiliers.

Dès lors, cet émirat ne cache plus ses ambitions. Il veut afficher au monde sa réussite, dont il est fier. Fini l’époque des promoteurs de l’image et de la réussite du Qatar, tous regroupés dans les plus luxueuses stations balnéaires du monde, exhibant leurs fortunes. Désormais, ce petit pays arabe veut organiser un des plus prestigieux évènement au monde: la coupe du monde de football. Cela est prévu pour 2022 et les moyens financiers ne manquent pas à ce richissime émirat. Mais plusieurs défis attendent ce pays dans l’organisation de son évènement. Ce sont des défis de nature diverses qui assureront, s’ils sont pris en compte sérieusement, la réussite de cet évènement planétaire.

Ainsi, comment le Qatar peut-il réussir l’organisation de la Coupe du monde de football de 2022 par des leviers structurants? Nous allons donc centrer notre raisonnement sur trois principaux défis que les urbanistes et aménageurs devront réussir à relever.

 

I. Tout d’abord, le premier défi est urbain. En effet, le Qatar devra s’équiper massivement de stades de football mais aussi d’infrastructures hôtelières, commerciales et résidentielles pour assurer un accueil digne aux nombreux visiteurs. Il faudra d’abord garantir l’insertion de ces objets complexes que sont les stades dans la ville. Il faudra éviter de les implanter en centre-ville car cela peut poser de nombreux problèmes comme ceux de la circulation, du bruit, ou encore de la sécurité. Une infrastructure sportive d’envergure nécessite un complexe spatial entièrement dédié à elle.

Pour favoriser l’accessibilité, les urbanistes devront répondre à un important défi: celui des transports. Il faudra permettre à des milliers de personnes de se déplacer, en assurant la fluidité de la circulation et la sécurité des personnes. Il faudra aussi s’inscrire dans une cohérence architecturale et de valorisation paysagère.

La question des transports est essentielle pour la cohérence urbaine mais elle l’est aussi dans la logique d’un autre défi: l’environnement. Les transports urbains propres et innovants devront être au coeur des stratégies de maîtrise d’ouvrage de l’Etat du Qatar car ce pays est entièrement dépendant des énergies fossiles. Une très grande part de la population possède de gros véhicules énergivores.  Des transports propres comme des tramways ou des bus électriques pourraient enclencher la transition écologique du pays.

 

II.  Mais en matière d’environnement, d’autres défis semblent cruciaux. C’est le cas par exemple de la question de l’eau. Nous savons qu’un stade de football est très gourmand en eau du fait de sa pelouse. Nous savons aussi que les pelouses artificielles, bien que non consommatrices d’eau, n’offrent pas la même qualité de jeu, ce qui serait indigne d’une compétition internationale de renom comme la Coupe du monde. Pour cela, il faudra mettre en oeuvre une stratégie pouvant dégager des solutions face à cette problématique. Une solution pourrait être de développer des pelouses génétiquement modifié afin de s’adapter au climat. En matière d’implantation, on pourrait aussi rechercher des sites près de la mer afin de bénéficier d’une importante humidité pour empêcher que le sol ne soit en important déficit hydrique.

Le Qatar se situant en plein désert, il va poser des défis environnementaux. Le premier sera celui de la température. Les pics caniculaires rendent très compliquée une activité sportive intense. Pour cela il faudra penser les stades et les transports afin qu’ils maximisent les îlots de fraîcheur. Il faudra bâtir avec des techniques favorisant une construction durable et un isolement diminuant les dépenses et l’énergie nécessaires au refroidissement de ces lieux.

 

III. Après l’environnement, le Qatar est aussi confronté à des défis d’une autre nature: les défis sociétaux. Il y a d’abord une éthique à instaurer  et ce, dès le début des travaux. Il s’agit des travailleurs étrangers, venus de pays d’Asie-du-Sud qui reçoivent de mauvais traitements. Il faut que la maîtrise d’ouvrage impose une volonté de travail éthique et digne. Mais l’enjeu clé des défis sociaux c’est celui de la mixité sociale, de la tolérance et de l’intégration. Malgré les richesses du Qatar, il demeure de fortes inégalités socio-spatiales. Il faudra donc, au sein des quartiers les plus déclassés – ceux qui souffrent – pouvoir faire des progrès en matière de rénovation urbaine et surtout permettre l’implantation d’infrastructures hôtelières et commerciales afin de dynamiser ces territoires et de limiter la fracture territoriale et sociale dont plusieurs pays dont le Qatar souffrent.

Pour conclure, nous pouvons affirmer que pour l’organisation de la Coupe du monde 2022, le Qatar devra répondre à de nombreux défis. Il y a d’abord des défis urbains, ceux de la cohérence urbaine, de la qualité architecturale, des transports, mais aussi de la gestion des nuisances sonores. Il y a ensuite des défis environnementaux avec la gestion de la ressource en eau dans un climat désertique. Il s’agira enfin de faire face à des défis sociaux, ceux de la dignité du travail, de l’intégration, de l’inclusion et de la mixité sociale et fonctionnelle. Mais au final, le véritable défi du Qatar est celui de la communication. Il faut que l’évènement devienne la vitrine d’un pays   prospère, ambitieux et résolument tourné vers l’avenir, un pays moderne et tolérant car ce genre d’évènement peut promouvoir et développer tout un pays. Rappelons pour terminer que la Coupe du monde espagnole dans les années 80 fut la genèse de plusieurs années de prospérité et de miracle économique.

 

Etudiant 4 (option Urbanisme)
Pour répondre à cette question nous allons faire un plan en trois parties: défis urbains, environnementaux, et sociétaux.

1. Tout d’abord le Qatar est un pays du Proche-Orient, composé essentiellement de désert et d’une côte maritime. La température y est extrême, dépassant les 45° C.. Le Qatar, et surtout les  aménageurs en fonction de l’organisation pour la Coupe du monde, vont devoir relever plusieurs défis.

Les défis urbains sont un point clé dans l’organisation spatiale d’un évènement. Pour la Coupe du monde de 2022 le Qatar fût sélectionné pour être le pays d’accueil. Mais en plus des équipements obligatoires (les stades), il faut tout une batterie d’infrastructures de connexion entre elles. Pour construire tout cela, il faut des bases solides, ce qui est un défi en tant que tel sur un sol sableux. Le Qatar a déjà commencé à investir la côte en développant un système d’îles flottantes qui sont artificielles. Il est connu aujourd’hui pour ses constructions géantes mais remises en cause pour leur utilité (pistes de ski, centre commercial, circuits automobiles, immeubles géants, etc.).

Pour articuler toutes ces infrastructures le Qatar a déjà mis en place un système autoroutier autour de la seule automobile. Il faudra développer non seulement le système existant mais également construire toutes les infrastructures et bâtiments secondaires, hôtels, restaurants, loisirs, magasins, etc… peut-être même un service de transport en commun pourrait être mis en place car les visiteurs seront nombreux.

2. Les défis environnementaux viennent s’ajouter aux défis urbains pour les aménageurs. Le plus gros défi est celui de la chaleur, dans un pays où la chaleur excède les 45° C. Les Qataris semblent avoir trouvé la solution avec la climatisation, de la chambre d’hôtel à la voiture, en passant par l’immeuble tout entier avec les restaurants et les bureaux. Cette climatisation des espaces communs ou privés a un coût pour l’environnement. Cette énergie provient peut-être de centrale nucléaire ou de la combustion de l’essence.

Trouver de l’eau dans un pays désertique est un plus gros défi encore que la chaleur. Le Qatar dé-salinise ou importe de l’eau (trois jours de réserve). Récapitulons. Pour avoir moins chaud, il faut de la climatisation, or l’eau utilisée pour cela est déjà rare et sa raréfaction n’est pas prêt de disparaître. Les aménageurs devront répondre à ce défi.

Le Qatar est devenu si riche et aussi rapidement en raison du pétrole… qui pollue. Si le pétrole venait à se raréfie, le Qatar devrait trouver des moyens de diversifier son économie (rachat du PSG p.ex.). Le Qatar défriche également ses seuls remparts face à l’avancée du désert (végétation basse). S’ajoute la question de l’alimentation des touristes dans un pays désertique. Les nourrir localement coûtera d’importante quantité d’eau ou il faudra les faire venir de l’extérieur (augmentation des flux et de la pollution).

ll y a aussi les tempêtes de sable, courant dans cette région. L’activité humaine se voit stoppée nette par cet évènement météorologique. Il faudra donc mettre en place des systèmes d’alerte et des infrastructures efficaces.

3. Au Qatar, les « vrais » Qataris, sont peu nombreux. La plupart des habitants sont des migrants, des travailleurs venus de pays extérieurs pour y travailler. Mais la réalité a vite changé. Selon de nombreuses ONG, les employeurs du bâtiment ont des pratiques douteuses. Les migrants se voient souvent privés de leurs passeports et obligés de travailler sous un soleil de plomb et pour un salaire de misère (beaucoup y ont malheureusement déjà perdu la vie). La Coupe du monde devrait permettre d’améliorer les conditions de vie des travailleurs les plus pauvres, proches de l’esclavage moderne.

En conclusion, les aménageurs et urbanistes en charge de l’organisation de cette coupe du monde vont devoir relever de nombreux défis: urbains, (morphologie urbaine, centre/périphérie, mobilités, sable, infrastructures, etc.), environnementaux (chaleur, rareté de l’eau, pollution, tempête de sable) et sociaux (migrants, esclavage moderne, ouverture économique, absence de classe moyenne, etc.). Le Qatar réussira-t-il son pari d’ici là?


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *