Bons baisers de Nîmes

A l’époque romaine et gallo-romaine, une soixantaine de villes françaises des provinces de la Narbonnaise et de la Lyonnaise mais aussi du Nord de la Gaule ont construit d’imposants édifices – cirques, amphithéâtres, amphithéâtres à scène – pour les jeux : Nîmes, Arles, Fréjus, Lyon, Périgueux, Paris, Nice, Metz, Autun, etc. L’amphithéâtre de Nîmes figure parmi les 20 plus grands des 400 amphithéâtres connus du monde romain. Il est l’un des mieux conservés. On le voit dans cette carte postale lors d’une corrida donnée à l’occasion d’une feria1 avec la ville de Nîmes en arrière-plan.

 

Carte postale des Arènes de Nîmes, photo JLZ, Ed. Méridionales.

L’amphithéâtre de Nemausus (Nîmes) mesure 133,4 m sur 101,4 m. D’une hauteur de 21 m, il est doté de deux rangées de gradins surmontés d’un étage d’attique et d’un velum. Sa piste, recouverte de sable – arena en latin – mesure 68 m x 38 m. Il comprenait environ 24 000 places. Construit de manière tardive vers 100 après JC, deux siècle après celui de Pompéi et 20 ans après le Colisée, il a pu bénéficier des améliorations structurelles apportées au fil du temps par les architectes romains.

Ce monument est la conséquence de l’évolution de la gladiature. L’amphithéâtre correspond ainsi à l’apogée de cette pratique, au moment où celle-ci connaît sa plus grande professionnalisation. On ignore quel magistrat fait construire l’édifice mais on a une trace de son architecte.

Il sera transformé par les Wisigoths en forteresse puis en ville fortifiée au Moyen Âge (castrum arenae, le château des arènes) comme celui d’Arles ou Périgueux puis comme lieu de relégation pour miséreux et pestiférés. Les constructions médiévales seront enlevées suite à un décret de Napoléon entre 1809 et 1812. Les travaux de réhabilitation se terminent sous le Second Empire et  le bâtiment est reconverti en arène en 1863.

Les arènes de Nîmes accueillent aujourd’hui des corridas et courses camarguaises ainsi que des manifestations culturelles (concerts, etc.). Les arènes font l’objet d’un classement au titre des monuments historiques mais ne sont pas inscrites au patrimoine mondial de l’Unesco, contrairement à celles d’Arles.

Cite this article as: Jean-Michel ROUX, Bons baisers de Nîmes, in Au stade des villes, 02/03/2017, http://stade.hypotheses.org/286.
  1. Une feria, du mot « foire » en espagnol, est une fête, en Espagne, dans le Midi de la France, au Portugal et en Amérique latine, marquée par des corridas ou autres manifestations taurines []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *