L’expérience sensible du match de football. Cédric.

Mais qu’est-ce qui définit une ambiance ? Comment advient-elle ? Comment la recueillir ? Comment l’analyser ? Il est possible d’aborder la question des ambiances d’un lieu (une place, une gare comme un stade) au croisement de trois dimensions : la dimension spatiale, la dimension sociale et enfin, pour ce qui nous concerne ici de la dimension sensible, ce que nos sens nous en disent.

Lors de la saison 2005-2006, la Ville de Saint-Étienne (Archives Municipales et Unité Ville d’Art et d’Histoire) commande une étude sur ce sujet à trois chercheurs grenoblois. Nous reproduisons ici une partie des récits de vie de spectateurs, supporteurs, fans locaux ou d’autres équipes. Quatrième extrait de « récit de vie » : celui de Cédric*.

 

Vous êtes supporter de l’AS Monaco. Comment êtes-vous venu au match à Geoffroy-Guichard?
J’assiste à plus de 15 matchs par an, très rarement à Louis II. On est ultra de l’ASM mais on vient d’Île-de-France. On est un groupe ultra, les Inferni Biancorossi. On se déplace en voiture ou en J9. Saint-Etienne est à 5 heures de route. On se donne rendez-vous à proximité de l’autoroute pour prendre les autres, on est très juste dans les timings… On est une association de fait, c’est trop de pépins, trop compliqué autrement et on a zéro subvention. On est un petit groupe par choix et identité, 20 personnes, à plus nombreux, les gens ne représentent pas ce qu’on veut dans les tribunes. Les gens poussaient juste pour avoir des places, on devenait un tour operator… On est un groupe atypique. On arrive juste au coup d’envoi. On est ultra pour le côté festif, les chants, les drapeaux.

Stade Geoffroy-Guichard, parcage de l’ASM en  bloc 30, 2006.

On est classé en catégorie 2: « potentiellement dangereux ». C’est plus un malentendu qu’autre chose. Après c’est plus le folklore qu’une réelle provocation. Quelques craquages de fumis. Avec l’OGC, c’est du folklore. Avec Sochaux, un malentendu, une provoc’ partie en vrille et Rennes, un groupe d’indépendants qui ont chargé tous les supps’ qui passaient.

Saint-Etienne?
Saint-Etienne? Ca a gardé son côté emblématique. C’est vraiment intéressant. Comme d’hab, ils sont égal à eux-mêmes. C’est une ambiance extraordinaire, ça soutient du début à la fin. Les deux kops se répondent. On sent un gros investissement. On imagine pour un match plus important… C’est un public de fidèles, le plus chaud que j’ai vu. On sent que ça pousse; c’est un public qui a une âme. Le Vélodrome impressionne peut-être plus de par sa configuration mais pas pour les chants.

A suivre…

* Cédric est un pseudo.
Entretien réalisé le 4 avril 2006, sur le parking du stade après le match dans le bloc 30 (visiteurs).

Cite this article as: Jean-Michel ROUX, L’expérience sensible du match de football. Cédric., in Au stade des villes, 20/02/2017, http://stade.hypotheses.org/294.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *