Les arènes de Nîmes. F. Tristan et A. Perdiguier

Écrivaine, féministe et militante socialiste (socialisme utopique), Flora Tristan est une des figures majeures des luttes sociales du XIXe siècle. Pour partir à la rencontre du monde ouvrier, elle s’engage dans un « tour de France » à l’instar des compagnons du devoir. Le passage par Nîmes lui permet de visiter les arènes en cours de restauration. Elle en sort outrée!

La ville de Nîmes a la réputation d’être très remarquable, très intéressante […] parce qu’elle a l’insigne honneur de renfermer deux morceaux de constructions romaines : les arènes et les débris du temple de Diane. Il y a des savants qui font exprès le voyage pour voir ces deux pièces curieuses […]. Beaucoup de ces mêmes savants crient au vandalisme ! en voyant qu’on ne fait pas réparer ces arènes. Il voudrait que la ville en les gardant dépensât quatre ou cinq millions pour remettre ces monuments entièrement à neuf.

Probablement qu’ensuite ils voudraient qu’on fît venir des bêtes féroces pour combattre contre des hommes. Dans ce cas, il faudrait en faire venir, car il n’y en a pas à Nîmes. Puis on ferait habiller des catholiques en païens romains et romaines, et le spectacle serait complet. Le conseil municipal de Nîmes a la faiblesse de se laisser intimider par ces absurdes criailleries et pour les apaiser, il fait semblant de réparer lesdites arènes. Chaque année on pose une douzaine de pierres, un bout de corniche, une affaire de 15 000 ou 20 000 francs. Sans doute c’est une mauvaise plaisanterie, mais enfin les 20 000 francs sont dépensés inutilement.

On ferait beaucoup mieux d’employer cet argent à construire chaque année un beau lavoir où le linge serait cette fois dans l’eau et les laveuses à pied sec et la tête à l’abri du soleil et de la pluie.

Flora TRISTAN, Le Tour de France. Journal inédit, 1844.

Les Arènes de Nîmes – 2011

Quelques années plus tard, un autre célèbre militant de la cause des ouvriers, Agricol Perdiguier, se rappelle son séjour à Nîmes dans ses Mémoires d’un compagnon. Passé par la ville quelques trente ans plus tôt,  il raconte la visite qu’il fait des arènes comme il est d’usage chez les compagnons. Le menuisier sans instruction donne une description remarquable de l’édifice… rendant hommage – sans le savoir? –  aux talents de voyance de Flora Tristan.

Les Arènes, grand amphithéâtre circulaire, elliptique, long de cent trente-deux mètres, large de cent trois mètres, entouré de deux rangs de portiques superposés, d’ordre toscan, de chacun soixante arcades, bien conservé, imposant à voir, dans l’intérieur duquel sont ou étaient de nombreux gradins, sur lesquels pouvaient s’asseoir vingt-quatre mille hommes, était autrefois destiné aux combats des gladiateurs et des bêtes féroces. Aujourd’hui, on y voit des luttes d’athlètes et des combats de taureaux: sa destination n’est donc pas complètement changée; nous sommes encore un peu païens.

Agricol PERDIGUIER, Mémoires d’un compagnon, 1852-1853.

Cite this article as: Jean-Michel ROUX, Les arènes de Nîmes. F. Tristan et A. Perdiguier, in Au stade des villes, 10/02/2017, http://stade.hypotheses.org/34.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *