L’expérience sensible du match de football. Frédéric.

Mais qu’est-ce qui définit une ambiance ? Comment advient-elle ? Comment la recueillir ? Comment l’analyser ? Il est possible d’aborder la question des ambiances d’un lieu (une place, une gare comme un stade) au croisement de trois dimensions : la dimension spatiale, la dimension sociale et enfin, pour ce qui nous concerne ici de la dimension sensible, ce que nos sens nous en disent.

Lors de la saison 2005-2006, la Ville de Saint-Étienne (Archives Municipales et Unité Ville d’Art et d’Histoire) commande une étude sur ce sujet à trois chercheurs grenoblois. Nous reproduisons ici une partie des récits de vie de spectateurs, supporteurs, fans locaux ou d’autres équipes. Cinquième et dernier extrait des « récits de vie » : celui de Frédéric*.

A combien de match, venez-vous par an?
J’habite à 25 km de Grenoble mais je suis abonné. Je fais tous les matchs à domicile. Dans le passé, j’ai vu 34 matchs sur 38; cette année, environ 18 pour le moment. On est un « noyau dur » d’une dizaine de personnes, plus quelques occasionnels, ça dépend de l’affiche. Il y a toujours du monde pour PLM**. On vient en car et on se gare au plus près, sur l’avenue où une bande de parking sert aux bus. On essaie d’arriver le plus tôt possible, vers 18h00 pour un match à 20h00, ce qui fait qu’on part vers 15h30 de Grenoble pour les arrêts en cours de route.

Je fais aussi plus de dix déplacements par an, on se met avec les Indépendantistes stéphanois. On retrouve le car à Valence quand on descend vers le sud, à Sainté ou Villefranche pour le nord. C’est toujours très encadré. Par exemple pour un match à Paris, on est en relation avec le PC sécurité de Saint-Etienne lui-même en relation avec le PC sécurité Paris. Le car attend sur une aire de repos puis est escorté jusqu’au stade par les CRS. Ca dépend des matchs, pour l’AJA c’est une escorte tranquille.

Quand j’ai une connaissance dans la ville, il m’arrive d’y aller seul. A Bordeaux, Monaco ou Auxerre par exemple, tu peux t’y balader en vert. Jamais à PLM. Là, j’y vais « en civil » car c’est trop risqué. De toute façon, là il faut y aller en groupe car il y a plus de sécurité. Quand on y arrive, on est parqué dans un hangar comme à Marseille en attendant la fouille. C’est long. On fait quatre à quatre. Après on nous met dans une tribune réservée avec filet au-dessus et autour.

On suit les chants et tifos mis au point par les autres groupes. Nous c’est l’organisation des déplacements, c’est tout. La section à Grenoble existe depuis 1986 et compte plus ou moins 20 membres, plus les sympathisants. Entre groupes de supporters c’est à celui qui fait le plus de bruit et à ce jeu, on est pas mal à l’extérieur.

Encourager son équipe passe-t-il par le dénigrement de l’équipe adverse? Tout dépend des matchs, mais tout le temps pour PLM. J’ai pas envie de dire qu’on est différent, mais presque. C’est un autre monde. J’irai pas leur casser la gueule. On est violent verbalement mais pas physiquement. C’est bien un contexte particulier. Il existe aussi des alliances entre groupes comme les Magics et Bordeaux.

Si je connais la ville de Saint-Etienne en-dehors des matchs?  J’y vais de temps en temps, rarement hors match ; l’été pendant la trêve. J’y vais au centre-ville pour faire des emplettes. C’est beaucoup mieux qu’à Grenoble. J’ai appris à connaître récemment. J’ai des attaches alors ça fait des « occases » de visite. Je me repère bien à pied. C’est une ville ouvrière. Il y a des gens qui ont souffert par rapport à l’histoire de la ville, pas ici (note: à Grenoble). C’est le contraire des gens qui ont l’idée que c’est gris. J’aime me balader dans le vieux Saint-Etienne. Depuis deux ans, je connais pas mal.

Ma place au stade? J’ai fait toutes les tribunes depuis le temps! En y réfléchissant… sauf le kop sud en supérieur. J’ai pas le souvenir. Et dans le kop, il n’y a pas de place attitrée. C’est pour l’ambiance plus que pour suivre le match. On sait que Saint-Etienne est le meilleur public de France. Lens aussi est très bien mais je trouve que ça fait un peu trop kermesse avec la grosse caisse, tout ça… Ca fait un peu rugby. Nice aussi: très bien. Paris aussi. Marseille c’est de pire en pire, ça baisse au fil des années. Par exemple, dimanche c’était pas bon!

J’ai toujours été supporter mais je n’avais pas d’équipe préférée; c’est par un collègue qui était dans les Associés supporters. Et puis j’ai aussi entraîné plein de gens! L’hiver j’ai toujours l’écharpe, le maillot l’été, même à l’étranger, jusqu’en Turquie. Un fois un commerçant a reconnu Sainté! Il y a des villes où si on enlève le foot, y a plus rien! Auxerre, Sainté, Lens. Les gens savent où se trouve Saint-Etienne par  rapport au foot et pas pour un monument particulier.

Il n’y a que trois villes où que je ne sois pas allé: Le Mans, Nantes et Ajaccio mais j’y vais en mai… Sinon je suis allé voir plein de matchs pourris quand on était dernier en D2. On était fou!… mais c’est des bons souvenirs, ça reste!

* Frédéric est un pseudo.
** Le PLM n’est pas une compagnie de train mais Paris, Lyon et Marseille, les trois plus importants matchs d’une saison…
Entretien réalisé le 16 mars 2006, au Bar de la Préfecture à Grenoble, par C. Aventin.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *