La fusion n’aura pas lieu

Moins d’une semaine après avoir annoncé la fusion du Racing 92 et du Stade Français lors d’une conférence de presse, de simples communiqués  sur leurs sites internet respectifs mettaient fin à l’ambitieux projet, mort-né le 19 mars 2017.

Alors que la fusion avait été annoncée lors d’un numéro de duettiste, l’arrêt du projet est annoncée séparément par chacun des clubs . Pour le président du club francilien, le constat est amer. Un tel projet ne pouvait pas être que sportif ou économique: « J’ai entendu et compris les fortes réticences qu’a soulevé ce beau projet d’union. En tout état de cause, les conditions sociales, politiques, culturelles, humaines, sportives ne sont pas remplies. Peut-être avons-nous eu raison trop tôt, l’avenir nous le dira… Je n’ai pas mesuré à quel point la nécessité d’expliquer, de faire partager ma vision et d’en présenter les modalités jusque dans les rangs du Racing 92 étaient une priorité absolue. »

Il a manqué l’explication si ce n’est la co-construction du projet avec tous les partenaires. En premier lieu les élus qui s’inquiétaient de l’avenir du stade Jean-Bouin. En second lieu les supporteurs qui rappelaient que l’attachement à un club marque une vie comme ce fan interrogé par Libération : « On a accompagné notre club sur tous les terrains, dans la boue ou dans le froid. Dans les gradins du stade Jean-Bouin, nous sommes assis derrière les poteaux, dans un coin qu’on a la charge d’animer. Toutes ces années, on a laissé beaucoup de nous-mêmes. Mon grand-père et mon père ont joué au Stade français, moi j’ai commencé à l’âge de 5 ans. Ce club, c’est tout un engagement. A Leicester, en Angleterre, il y a un carré pour recueillir les cendres funéraires de certains amoureux du club. Supporteur, c’est à la vie à la mort ! »

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *