Cricket ground au Parc Mistral

Quand un stade se conçoit avec un parvis au lieu d’un glacis autour de lui, il permet parfois des usages inattendus de l’espace public. Exemple avec le parvis du Stade des Alpes.

Depuis trois mois, les samedis-dimanche et lundi, le parc Mistral de Grenoble, à deux pas du Stade des Alpes, se transforme en cricket ground dès qu’il fait beau. Un groupe d’étudiants et d’employés indiens, pakistanais, sri-lankais et afghans s’y retrouve pour jouer au cricket avec des balles de tennis.

Partie de cricket sur le parvis du Stade des Alpes (Grenoble). 15 mai 2017
Campement de migrants, Stade des Alpes, 18 mars 2017

De l’autre côté du stade, sur la continuité du parc Mistral en direction de la bretelle d’autoroute, le stade côtoie un campement de migrants vivant dans des abris de fortune. Deux faces de la mondialisation à Grenoble…


2 réflexions au sujet de « Cricket ground au Parc Mistral »

  1. Bonjour,

    Prof d’anglais dans un lycée de Grenoble, je souhaiterais entrer en contact avec un club/des joueurs de cricket pour permettre à mes élèves (15-17 ans) de découvrir ce sport (entretien avec des joueurs, initiation aux règles, jeu, … ça reste à déterminer). Seuls impératifs pour moi à ce stade de l’élaboration du projet:
    – les échanges élèves/joueurs devront se faire autant que possible en anglais
    – l’idée est que ce sport soit pour les jeunes une porte d’accès au monde anglophone (histoire, etc)

    J’ai bien compris que ce site n’était pas directement lié au cricket (c’est google qui m’a amenée ici 😀 ), mais auriez-vous un contact à me proposer?
    Si c’était le cas, j’en serais ravie et vous remercie par avance.

    Bien cordialement,
    Claude Dallemagne

    1. Bonjour,

      Ce site n’est pas en effet dédié au cricket en tant que tel mais aux stades, quelqu’ils soient. Il s’avère que, un jour où je passais devant le parvis du Stade des Alpes, j’ai assisté à une partie de cricket un peu surréaliste. De jeunes Pakistanais, Sri-Lankais, Indien, Bengalis et Afghans, bref, tout le sous-continent indien, jouaient ensemble, ignorant des tensions géo-politiques locales… La seule entorse aux règles: jouer avec une balle de tennis pour ne pas blesser les passants. Je n’ai pas eu la présence d’esprit de prendre des contacts mais ils y jouent régulièrement en fin de journée les samedi-dimanche et lundi je crois. Tous parlaient anglais. Ils pourraient être intéressés. Il y a peut-être là la base d’un beau projet pédagogique un peu décalé. L’anglais et la culture anglophone via ses marges. Si cela devait se confirmer, je serai même partant pour vous faire une petite intervention en anglais sur les stades de cricket… dont je connais rien à ce stade.
      Bien à vous,
      Jean-Michel

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *