L’alcool dans les stades

Lors d’une interview dans une émission de la radio RMC,  le 22 mars 2017, le directeur général exécutif de la Ligue de Football Professionnel (LFP), Didier Quillot, lançait l’idée de réintroduire les alcools « légers » dans les enceintes de Ligue 1 et de Ligue 2, avec pour principal objectif de créer de nouvelles sources de revenus pour les clubs. Une charge contre la Loi Evin qui mérite explications.

L’antienne de la concurrence européenne
Didier Quillot, en bon communiquant issu de Lagardère Entertainment, rappelle que – comme en toutes choses aujourd’hui – l’Europe crée une concurrence injuste pour nos clubs. Ou pour être plus précis, que la France, trop restrictive en matière de consommation et de publicité pour l’alcool, empêche ses clubs de lutter à armes égales avec leurs concurrents européens. Pour Didier Quillot « cela fait partie des pistes pour augmenter le chiffre d’affaires. La loi Évin pourrait être utilement améliorée avec deux choses, la vente d’alcools légers dans les stades et la possibilité faite aux entreprises de faire de la publicité pour des boissons alcoolisées, comme en Allemagne, comme en Angleterre. Cela contribuerait déjà à ramener une certaine forme d’équité par rapport à nos concurrents Européens. Cela amènerait également des revenus additionnels pour les clubs, des revenus pendant le match, mais aussi des revenus de sponsoring. » Il ne s’agirait pas d’une amélioration mais d’une dénaturation complète de la loi.

Cette attaque frontale contre la Loi Evin est murement réfléchie. La LFP et l’UNCP mènent campagne depuis quelques années contre la législation avec l’appui d’une partie des hommes politiques français. En novembre 2014, l’Union des Clubs Professionnels de Football (UCPF) publiait un « rapport » intitulé Le décrochage, expliquant que « Depuis la loi Évin, il est interdit aux clubs de football de vendre de la bière ou de faire de la publicité pour des marques d’alcool. Ce n’est pas le cas chez plusieurs de nos voisins européens qui en tirent des revenus significatifs. En Allemagne, en plus des recettes sponsoring, la vente de bière rapporte 40 M€ par an aux clubs de la Bundesliga ».

UCPF, Le décrochage, p.9

L’alcool permettrait donc de booster les revenus des clubs par la consommation et par la publicité, jusqu’à 28,5 millions d’euros par an pour le Premiership anglais. Que reproche-t-on au juste à cette loi Evin?

La loi Evin et ses amendements
La loi Evin – du nom de son rédacteur Claude Evin – est la loi du 10 janvier 1991, n°91-32. C’est une loi de santé publique qui vise à lutter contre le tabagisme en établissant le principe d’une interdiction de fumer dans les lieux affectés à un usage collectif, ainsi que dans les lieux collectifs de transport. Concernant l’alcool, elle limite fortement le droit de faire de la publicité pour les boissons alcoolisées afin de protéger les jeunes des opérations de marketing notamment dans le cadre de manifestations sportives1.

Elle s’inscrit dans le Code de la Santé Publique aux articles L3323-2 et suivants, réglementant la publicité. En vertu de ces articles, la publicité par voie d’affichage dans les enceintes sportives est, par ailleurs, strictement limitée par une recommandation du Bureau de Vérification de la Publicité (BVP) de juillet 2004. La loi Evin, a toujours suscité la colère des producteurs d’alcool, des clubs sportifs professionnels, des gestionnaires de spectacles sportifs et de leurs élus locaux ou au Parlement. Elle a pourtant mis beaucoup de vin dans son eau.

Notons tout d’abord que l’alcool (léger ou fort) coule déjà à flots dans les stades… ou pour être plus précis dans les salons VIP qu’on appelle « loges », « villages »,  ou « bodegas ». La Direction régionale des douanes peut en effet délivrer aux enceintes une licence « Restaurant » prévoyant des boissons alcoolisées en accompagnement d’un repas. Existeraient-ils des comportements différents face à la consommation d’alcool selon que l’on soit spectateurs d’une tribune populaire ou d’un salon? Notons ensuite que quelques dérogations peuvent  être permises, à hauteur de dix dérogations par an pour chaque club. Délivrées par la municipalité et la préfecture elles sont utilisées par plusieurs équipes de Ligue 1, mais aussi dans d’autres sports, comme le rugby.
Ces dérogations à la loi semblent ne plus suffire et certains parlementaires – de droite comme de gauche – reprennent de plus en plus les arguments fournis par les ligues et syndicats de clubs. Ce n’est sans doute pas une coïncidence si l’interview de Didier Quillot intervient un mois après le rapport d’information sénatorial Muscler le jeu du football professionnel  de la Mission d’information sur la gouvernance du football, rédigé par les sénateurs Jean-Jacques Lozach et Claude Kern.
Le rapport sénatorial souligne que : « le dernier gros chantier des modifications législatives à opérer pour rétablir la compétitivité du football professionnel concerne donc une modification de la « loi Évin » afin de permettre la vente d’alcool dans les stades ainsi que la publicité pour certaines boissons alcoolisées. Ces mesures pourraient permettre de rapporter entre 30 et 50 M€ aux clubs professionnels, mais un travail pédagogique est encore nécessaire pour convaincre qu’il est préférable, pour des raisons de sécurité notamment, de gérer une consommation de bière raisonnable dans une enceinte fermée plutôt que d’avoir à faire face aux conséquences dramatiques d’une consommation débridée d’alcools blancs sur les parkings aux alentours des stades. »
Il est intéressant de remarquer que les sénateurs reprennent les estimations de l’UCPF  – entre 30 et 50 millions d’euros par an – et sa motivation (« rétablir la compétitivité du football professionnel ») et qu’ils drapent la mesure de lutte contre la consommation débridée d’alcools blancs en-dehors de stades. Comme si une telle mesure réduirait mécaniquement une autre consommation. Comme si la consommation d’alcool serait plus raisonnable parce que faite au sein d’un stade. Comme si l’alcoolisme dû à la consommation de bière était préférable à celui des alcools blancs. Comme si…  comme si le disent les sénateurs, « un travail pédagogique est encore nécessaire pour (nous) convaincre » que la loi Evin soit l’explication aux échecs sportifs des clubs français en coupe d’Europe…
  1. https://fr.wikipedia.org/wiki/Loi_Évin []

6 réflexions au sujet de « L’alcool dans les stades »

  1. Le problème avec ce genre de rapport comme « le décrochage », c’est qu’ils ne comparent que ce qui les arrange. Ils ont une position idéologique à exposer, et ils utilisent, en piochant à droite à gauche les informations concernant les autres pays, ce qui va pouvoir aller dans leur sens. Il ne fait aucun doute que s’ils avaient choisi d’autres pays, pour comparer certains critères, la démonstration inverse aurait pu être faite. Ils sont à l’opposé d’une démarche scientifique, mais visiblement, ça fonctionne car ils ont un visuel des graphiques qui donnent le change. On devrait exiger que les politiciens n’aient pas le droit de fonder leurs décisions sur des rapports de recherche qui ne sont pas scientifiquement valides. Il serait intéressant que des personnes qui connaissent bien ce domaine et la situation internationale des clubs fassent de véritables recherches pointues pour contrecarrer leurs argument s .
    Aussi, ils parlent de salaire de 1 800 000 € par an. Indépendamment du fait que ce montant est exorbitant et indigne, il pleurnichent sur le montant des charges soit disant trop élevées en France tout en se plaignant des dépenses de police soi-disant plus élevé en France qu’ailleurs. Mais ils ne comparent rien d’autre, les subventions qu’ils reçoivent par exemple ou bien de tout ce qui est mis à leur disposition par la collectivité, le faite probablement que les soins médicaux que leurs joueurs reçoivent soient gratuits ce qui n’est peut-être pas le cas partout etc.

    En gros, donc, l’idée c’est de se faire un maximum de thune, de profiter du système « police, hôpitaux, infrastructures… ) sans aucune responsabilité sociale.

    1. Bonjour.
      J’ai mis des guillemets au mot « rapport ». Il ne me semble pas le produit d’une démarche scientifique mais d’un travail de lobbyiste qui donne quelques chiffres-clés et éléments de langage pour la presse et les élus. Vous avez raison de dire qu’ils ne comparent pas de manière globale les coûts dans les pays européens. Les discussions en cours autour des (r)achats du Parc-des-Princes (Paris) et de Geoffroy-Guichard (Saint-Etienne) par leurs clubs occupants devraient donner lieu à d’intéressants échanges de point de vue en ce qui concerne la relation entre public et privé en la matière. J’ai d’ailleurs commencé à en faire un « feuilleton » (https://stade.hypotheses.org/wp-admin/post.php?post=560&action=edit)!
      Au plaisir de vous lire,
      Jean-Michel Roux

  2. Comment peut-on encore parler d’alcools légers ? La molécule alcool reste la même qu’elle soit dans une bière ou un Pastis !
    49 000 morts par an attribués à l’alcool ce n’est pas suffisant ?

    1. Je suis bien d’accord. Le type qui voudrait se défoncer la tête, et bien il en boira simplement un peu plus. C’est comme avec les drogues, on ne parle plus ni de drogues dures ni de drogues douces, et finalement dans de très nombreux cas l’alcool et la drogue la plus dure qui soit. Quand à l’heure argument selon lequel le les mecs ne boiraient plus de TGV ( tequila gin vodka ) à l’extérieur du stade, c’est du gros n’importe quoi. Ils boiront à l’extérieur ET à l’intérieur.

  3. Bonjour, merci pour cet article très intéressant.

    J’ai moi aussi réagi à cette actualité, à travers une vidéo dans laquelle j’interpelle les sénateurs sur ce point:
    https://www.youtube.com/watch?v=5JXal3yUDTI

    J’ai également réalisé, hier, une vidéo portant sur la publicité pour l’alcool sur l’espace public, et la destruction de la Loi Evin.

    J’entends poursuivre mon travail d’interpellation car cet enjeu, il me semble, ne trouve pas suffisamment d’écho dans la presse.

    N’hésitez pas à entrer en contact avec moi.
    Guylaine Benech, sociologue

    1. Bonjour,

      Merci pour votre contribution à l’article. J’ai regardé avec plaisir votre interpellation des sénateurs. C’est fait avec humour, tact et beaucoup de pertinence.Bon courage.
      Jean-Michel Roux

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *