Le stade Léo Lagrange

Penchons-nous sur Léo Lagrange avant que les effets du naming et/ou les exigences d’honorer les nouveaux héros n’entraînent l’effacement de son nom des façades de nos stades. De Besançon à Nice, de Toulon à Bonneuil-sur-Marne, nombre de stades portent en effet son nom. Qui est-il au juste et pourquoi tant de stades l’honorent-ils ainsi?

 

Léo Lagrange (1900-1940) était un avocat, homme politique membre de la Section française de l’Internationale ouvrière (SFIO, ancêtre du Parti Socialiste) et rédacteur au Populaire, l’organe de presse de la SFIO. Membre des Éclaireurs de France dans sa jeunesse, engagé volontaire en 1917, il devient député en 1932 puis est nommé, lors du Front populaire (1936), sous-secrétaire d’État aux Sports et à l’Organisation des loisirs auprès du ministre de la Santé publique, Henri Sellier… qui est par ailleurs une figure tutélaire de l’Urbanisme français1.

Léo Lagrange, Ministre des Loisirs (1936) d’après https://fr.wikipedia.org/wiki/Léo_Lagrange

C’est la première fois qu’un tel portefeuille est crée pour prendre en compte la jeunesse, les sports et les loisirs et Léo Lagrange va lui imprimer sa marque. Refusant le sport spectacle et le sport professionnel, il met en place une politique nationale du sport pour tous. Sollicité pour construire un grand « stade de France » pour accueillir la Coupe du monde de football de 19382, il déclare que « notre souci est moins de créer des champions et de conduire sur le stade 22 acteurs devant 40 000 ou 100 000 spectateurs que d’incliner la jeunesse de notre pays à aller régulièrement sur le stade, sur le terrain de jeux, à la piscine…»

Reprenant la vision hygiéniste, sociale et culturelle du sport populaire inventée par Edouard Herriot à Lyon dès 1913, Léo Lagrange fait le choix d’équiper les communes françaises d’équipements sportifs et de stades pour la pratique de tous au détriment des clubs professionnels: « Je crois que le jour où l’on a admis que le jeu sur le stade pouvait être l’occasion de profits importants, on a fortement atteint la moralité du sport.
 Aussi, de toutes mes forces et quelles que soient les critiques, parfois sévères, dont mon action pourra être l’objet, je m’opposerai au développement du sport professionnel dans notre pays. Je détiens au Parlement la charge de servir les intérêts de toute la jeunesse française, et non de créer un nouveau spectacle de cirque »3.

Opposé à la participation de la France aux JO de Berlin, instrumentalisés par le nazisme, il tente d’organiser une participation française aux Olympiades populaires de Barcelone. Il est défait par un vote à l’Assemblée. Les athlètes français iront à Berlin et les Olympiades de Barcelone n’iront pas au bout, emportées par la Guerre civile espagnole.

Bien que parlementaire, il rejoint l’armée française et est tué au combat en juin 1940. Puissent des stades portant son nom subsister quelques temps encore…

  1. Henri Sellier fonde en 1919 avec Marcel Poëte et Pierre Lavedan, l’École des hautes études urbaines (EHEU), qui devient l’Institut d’urbanisme de l’université de Paris en 1924 []
  2. Léo Lagrange, discussion du budget à la Chambre des députés, 1937 []
  3. Léo Lagrange, Sous Secrétaire d’État aux Sports, aux Loisirs et à l’Éducation Physique, le 3 décembre 1937, à la tribune de la Chambre des Députés []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *