Tous les articles par Jean-Michel Roux

Docteur et Maître de Conférences en Urbanisme et Aménagement, Directeur de l’Institut d’Urbanisme de Grenoble.
Chercheur au sein de l’UMR 5194 CNRS PACTE (Politiques publiques, Action politique, Territoires).
Urbaniste praticien OPQU (« urbaniste qualifié, certificat n°347, renouvelé en 2012, de l’Office Professionnel de Qualification des Urbanistes »), membre du collectif BazarUrbain, lauréat du Palmarès des Jeunes Urbanistes 2007.

Jumelage de villes et match de foot… Quel rapport ?

Depuis six ans, le Master 2 Urbanisme et Coopération Internationale, organise un atelier dans la ville de Sfax en Tunisie. Cet exercice pédagogique permet à une trentaine d’étudiants grenoblois de répondre à une commande réelle de la Ville de Grenoble et de la société sfaxienne (ville, université, associations, collectifs d’habitants). L’un des thèmes de l’année était la géographie des sports à Sfax.

Dans ce cadre-là, une douzaine d’étudiants, d’enseignants et d’habitants de la ville se sont rendus ensemble au stade Taïeb M’hiri pour assister à une rencontre de championnat de première division: CSS (Club Sportif Sfaxien) vs CO Medenine. Chacun s’est plié à l’exercice du « récit de vie ». Le corpus réuni permettra aux étudiants de comprendre la place particulière que prennent le stade M’hiri et le CSS dans la deuxième ville du pays. Voici le récit du match de Wassim, un doctorant en géographie de l’Université de Sfax.

 

Une histoire vraie
Je contribue depuis quatre ans aux ateliers d’urbanisme [organisés à Sfax conjointement par l’Institut d’Urbanisme de Grenoble et le Département de Géographie de Sfax]. Plusieurs thèmes ont été traités, à savoir l’accessibilité, la gestion des déchets, le transport ainsi que la question de l’agriculture urbaine à laquelle j’ai particulièrement contribuée.

Chaque année, les étudiants français me contactent quelques jours avant leur arrivée, le mois de novembre, pour que je puisse chercher des contacts et des rendez-vous. Rien de spécial pour cette année. Les étudiants sont regroupés sous forme de groupes de six personnes, sauf qu’une nouvelle thématique vient de paraitre sous consigne de notre professeur Ali Bennasr : c’est la question des équipements sportifs dans la ville de Sfax et l’accessibilité des handicapés.

Bref, on commence les préparatifs pour l’atelier avec les moyens qu’on dispose. J’ai commencé à prendre des contacts et des rendez-vous pour le groupe sur l’agriculture urbaine. Avant de partir à mon premier rendez-vous pour programmer une rencontre ultérieure avec une ingénieure agronome qui a déjà contribué à l’atelier de l’année dernière, Maryem, je discute le sujet avec le professeur Ali Bennasr. Il me donne la liberté de choisir les types de contacts, mais il me demande aussi si je connais quelqu’un qui pourrait nous aider à accéder au stade [Taieb M’hiri] un jour de match avec les Grenoblois. Dans son bureau, il a ouvert son ordinateur et regarde le calendrier des matchs pour connaitre le jour de match pour le CSS et qui sera son adversaire. Alors là, on découvre qu’un match aura lieu le mercredi 15 novembre à 19.00. Cette date coïncide avec la semaine pendant laquelle les étudiants grenoblois sont à Sfax.

 

Une campagne de recherche
Lors de ma rencontre avec Maryem, j’en profite pour lui parler de l’équipe d’étudiants qui travaille sur le sport. Je lui pose la question si elle a quelqu’un de proche qui pourrait nous fournir des tickets pour regarder le match du CSS au stade Taieb M’hiri. Sa réponse est spontanée : elle connait un vrai supporteur de CSS qui fait partie du groupe Ultra et un autre faisant partie du SIOS [probablement les socios du club] que je connais pas à ce moment-là. Elle me promet de les contacter et de m’informer de toute nouvelle.

Le lendemain, mardi 13 novembre, Maryem m’appelle pour m’informer que l’entrée au stade est permise seulement aux abonnés et que c’est pas possible d’avoir des tickets, désormais. Elle m’envoie le numéro de téléphone du supporteur qui se chargera de nous accompagner dans le stade si on a pu y accéder et pour nous mettre en contact avec les autres groupes de supporteurs que les «reconnus».

Le temps passe rapidement et le rendez-vous du match approche vite, la pression vient de s’installer. Lundi soir je regarde la liste de mes amis sfaxiens sur Facebook et je lance plusieurs conversations en même temps pour tenter ma chance espérant un coup de chance. Enfin une amie m’informe qu’elle connait quelqu’un de CSS et va lui interroger concernant les tickets de match et répondra le lendemain à ma demande. Cette fois-ci encore la réponse est négative : on ne peut pas avoir des tickets qui ne sont même pas mis en vente. Je suis obligé de revoir notre professeur Ali Bennasr et l’informer de mes tentatives.

A ce moment-là, Ali Bennasr se souvient qu’il a un collègue professeur de sport qui s’appelle Abdelkrim, ascendant du fameux joueur de football sfaxien, Hammadi Agrebi [l’un des meilleurs joueurs tunisiens de tous les temps]. Il lui explique la situation et lui dit que je vais suivre la procédure. J’ai enregistré son numéro et je lui donne un rendez-vous dans un quart d’heure à la faculté. La rencontre ne dure pas longtemps: il me demande de rédiger une demande au président du CSS avec la liste des étudiants et enseignants désirant l’entrée au stade, dans quel cadre, suivie de la signature du directeur du laboratoire SYFACTE et on aura un rendez-vous mercredi matin à 8.30. De retour au laboratoire, je rédige rapidement la demande avec la liste des étudiants faisant partie du groupe « sport ». Hanene, ma collègue du laboratoire, retape la demande sur son ordinateur et l’imprime. Ne manque que la signature d’Ali Bennasr. A son retour, il signe instantanément la feuille.

Un timing serré
Muni de la feuille signée, on se retrouve le lendemain avec Abdelkarim devant la buvette de la faculté, à 8.30 comme prévu. On part alors dans sa voiture en direction de CSS. En route il me raconte son histoire avec le CSS et comment fonctionnait le football en Tunisie. Il me raconte aussi sa carrière d’entraîneur de la catégorie des « espoirs » de CSS. Je lui demande la raison pour laquelle il a choisi de quitter le CSS. Il me répond que c’était un choix individuel et que, depuis ce jour-là, il n’a pas pensé même de regarder un match au stade, malgré les bonnes relations avec tous les dirigeants du club. En passant par le nouveau monument de Hammadi Agrebi installé devant le stade, il me dit : « Tu connais ce personnage » et continue de me raconter son histoire.

Arrivant au parc, nous montons au premier étage au bureau de Mr Yassine Ben Taher, le directeur général de CSS. Il n’est pas à son bureau. On est obligé de l’attendre jusqu’à 9.30 alors que j’ai déjà un autre engagement avec le groupe « agriculture urbaine » à 10.00 pour un rendez-vous. L’accueil est très à l’aimable. Après toute une discussion sur l’état actuel et les besoins du club, Abdelkarim finit par le solliciter pour l’autorisation d’accès au stade pour le groupe d’étudiants avec leurs enseignants et encadrants français et tunisien. Yassine demande plus d’explications et me cède la parole pour lui expliquer la situation. Il ne proclame aucun refus, au contraire, il consulte la liste et demande si cette liste est complète.

A ce moment, je lui demande si c’est possible d’ajouter quelques noms sous demande à la dernière minute de Jean-Michel Roux. La générosité et la gentillesse du directeur sont immenses. Il demande de compléter la liste de tous ceux qui désirent assister au match. Je rappelle Jean-Michel pour compléter la liste. Il est en réunion ailleurs et nous met en attente avant de recevoir un texto de Fanny avec la liste finale. Demandant à son collègue de noter la liste complète des étudiants et de solliciter l’autorisation officielle des policiers, Yassine me donne un rendez-vous à 15.00 pour récupérer « l’ordre de mission ». Nous nous quittons avec un grand remerciement.

Je rejoins le groupe « agriculture urbaine » avec une demi-heure de retard à Sakiet Ezzit [une commune de banlieue de Sfax]. De retour au centre-ville vers 13.00, j’ai faim et je décide de prendre un leblabi harissa pois-chiche [plat populaire préparé à base de pois chiches, d’ail, de cumin ou de carvi, d’huile d’olive et d’harissa]. A cet instant, mon téléphone sonne : le président de CSS m’informe que l’ordre de mission est prêt et qu’il faut s’adresser à monsieur Wissem au «bureau d’ordre». On se donne un rendez-vous dans une demi-heure au lieu de 15.00. Arrivé dans son bureau, il me demande une preuve d’identité. Je lui montre le «journal d’appel» ; et c’est fait : l’autorisation est en ma disposition. Il me pose des questions sur l’ambiance à la Faculté des Lettres car il a fait une maîtrise de Littérature Française là-bas. De retour au laboratoire SYFACTE notre professeur Ali Bennasr me demande si tout est réglé. On s’était donné rendez-vous à 17.30 pour partir ensemble au stade mais il renonce au match après une très longue journée de travail sans cesse.

C’est parti. Trente minute d’avance. Je prends un taxi pour arriver au rendez-vous prévu à 18.00 en prenant en considération le temps alloué pour arriver au stade pour un samedi soir [jeudi soir en fait]. Je demande au chauffeur de taxi de me déposer devant la porte 1, mais il me répond qu’il n’a rien à voir avec le foot et qu’il ne connaît pas cet endroit du stade. Le chauffeur s’arrête et essaie d’interroger les policiers. Coup de chance, on est sur la route de Soukra, et les panneaux indiquent qu’on est juste au bon endroit. L’heure indique 17.50.

Pour faciliter notre entrée au stade, je pense à interroger les agents de sécurité et me présenter avant que tout le monde soit là. En se rapprochant, un agent crie à haute voix et me demande de partir si je ne dispose pas d’abonnement : « C’est que pour les abonnés. Dépêche-toi d’ici ». Je sors la lettre d’invitation et lui dit que nous sommes invités par le président du club. Je ressens un changement dans son comportement et sa façon de parler. Il demande à son chef de s’en occuper. On me demande d’attendre que tout le groupe soit présent pour nous faire rentrer tous ensemble.

Il est 18.00 et personne n’est présent. J’appelle Jean-Michel. Il m’indique qu’ils sont en train d’arriver au stade à pied et qu’ils sont très proches de l’entrée. A 18.30 tout le monde est arrivé. On demande au policier de nous permettre l’accès au stade. A peine demandé, il sort une copie de notre lettre et commence de nous faire rentrer un par un en faisant l’appel. On attend que tout le monde soit accepté et nous rentrons ensemble au stade. Fanny me demande si je connais l’ambiance du stade, alors que c’est la première fois que je rejoins le stade de Taieb M’hiri. Elle proclame : « Ah ! D’accord, c’est grâce à la coopération alors que tu regardes ce match»!

Au match
A l’intérieur, un agent bien habillé en costume nous attend pour ouvrir la porte et nous accompagne jusqu’à ce qu’on arrive aux gradins et nous prenons place comme on veut sur des petits sièges. Avant l’entame de match, un monsieur se promène avec son couffin et vend des petit corneaux de grains de tournesols [kloub en arabe tunisien] à un dinar le corneau ; nous en prenons un pour chacun.

Avant l’entrée de joueurs, des chansons « Mia More » sont lancées dans les baffles à fond et les supporters réagissent. A l’entrée des joueurs, les drapeaux sont au rendez-vous. La concurrence est extrême entre les Fighters et les Ultras. En contrepartie, dans les pelouses latérales, quelques dizaines de supporters de l’équipe adversaire sont éparpillés sous le panneau de score déjà éteint. Enfin le coup d’envoi est sifflé par l’arbitre sous les encouragements continus des supporters. Le rythme du match n’est pas assez rapide, des ruptures de jeu sont signalées par l’arbitre et il y a très peu d’occasions. L’équipe adverse, l’Olympique Médenine, est très défensive et joue sur la contre-attaque. La mi-temps est sifflée à un score de 0 à 0.

Entre les mi-temps, on sollicite l’autorisation de passer au virage. Il [l’agent bien habillé] nous demande de nous mettre en groupe. On est accompagné d’un malvoyant qui est venu regarder le match avec nous. Il préférerait ne pas prendre de risque et de ne pas aller au virage. Je suis obligé de revenir vers l’agent de sécurité avec Jean-Michel et lui expliquer la situation et voir si c’est possible de séparer le groupe en deux. Il me répond que l’essentiel c’est notre sécurité et de bien se retrouver après le match. On lui rétorque qu’il n’y a aucun soucis : tous le monde a un téléphone et on peut s’arranger entre nous. Pour se diriger vers le virage, on est obligé de franchir trois portes avec l’agent de sécurité qui a un laisser-passer. Il nous accompagne jusqu’à ce qu’on trouve le bon endroit où on peut regarder le match tranquillement, avec un policier juste à côté de nous pour la surveillance.

On est dans les couloirs lorsque l’arbitre siffle le début de deuxième mi-temps. Une attaque rapide, dès les premières minutes, finit dans les filets de l’équipe adversaire de CSS. Malheureusement, on a connu le résultat qu’après le match, par la télé.

L’ambiance était magnifique au virage : des chansons d’encouragement, parfois des insultes à l’arbitre et au président de la fédération ainsi que des flammes [fumigènes] qui rendent la vision impossible. L’ambiance continue et les chansons ne s’arrêtent jamais sous les percussions des tambours, malgré le rythme très lent du match qui connaît quelques occasions modestes dans les deux côtés.

Après trois minutes supplémentaires l’arbitre annonce la fin de match. Les supporters commencent à quitter le stade sous la surveillance des policiers qui invitent les gens à quitter les lieux rapidement. Des bénévoles se chargent de démonter les bâches et les affiches pour les prochains matchs.

Avant de quitter le terrain, on rejoint le reste du groupe avec Fanny et Sami et ceux qui avaient choisi de garder leurs chaises. On prend une photo de groupe pour les souvenirs d’un premier match au stade Taieb M’hiri avant de se séparer et rentrer chez soi.

C’était mon histoire du premier match au stade Taieb M’hiri grâce à la coopération internationale… Au final, je tiens de remercier pour la superbe ambiance tous ceux qui nous ont aidés à accomplir cette mission, en particulier notre professeur Ali Bennasr, Abdelkarim et le président de CSS Yassine Ben Taher ainsi que le groupe grenoblois qui était présent au stade.

 

Récit de Wassim, étudiant en thèse de Géographie à l’Université de Sfax ; rédaction des titres et notes entre crochets, et mise en page de Jean-Michel Roux.

Talking about stadia: the polyglot project.

This year, we have launched with my colleague, Afaf Abdin, a new conversation course for our French and English speaking students in our two international Master programmes at IUGA: ICUP-Urbano (International Cooperation in Urban Planning) and UCI (Cooperation Internationale en Urbanisme). The course is called Talking about stadia: the polyglot project. We invite students to question the words describing stadium and city in French (tribune), English (naming) but also in various languages such as Arabic (sâha, tarwid), Italian (tifo) or Urdu (markaz).

 

General aim
One needs to be polyglot (tongue and culture) to cooperate at international level in terms of planning. That is why in Master 2 UCI, teaching is done mostly in French with several courses given directly in English. In ICUP-Urbano, teaching is English only with some language courses in a second language (mostly French). The polyglot project is a way to practice this second language. A planner must be a translator of ideas and terms between languages but also within his own language.

The polyglot project is a way to practice a language (written – oral) i.e. Learning a languageThe polyglot project aims to introduce a cooperation attitude between two masters groups i.e. Learning to cooperateThe polyglot project aims to apply this knowledge to a understand a worldwide urban issue: stadia, i.e. Understanding a social and economical phenomena through its technical vocabulary.

Groups and topics
The thirty something students are organized in groups of three students mixing the two master programmes, nationalities (14!) and disciplines (architecture, planning, geography, sciences of education, etc.). Each group could study four words or a specific subject and will write an essay in French and English. Groups will be encouraged to write in a third language.

Amongst the topics selected:
– pre-game rituals in American colleges, Twickenham (rugby stadium in London) and Buenos Aires football grounds,
– the Arabic word tarwid and the French (se) dresser to understand the logics around the body in football grounds,
– safety in European football grounds,
– survival of ancient games in nowadays cities (bouzkachi in Afghanistan and Highlands games in Scotland),
– etc.

Final presentation (access on request) will be held the 22nd of January 2018. Some of the essays will be published in this very blog.

Note: The Master ICUP is part of an Erasmus programme. Mundus Urbano (MU) is an interdisciplinary Master of Science programme specialising in International Cooperation in Urban Development, jointly offered by four European universities, with the support of the Erasmus+ programme of the European Union (Erasmus Mundus Master Course, EMMC). It addresses the dynamic challenges faced throughout the world due to rapid urbanisation processes.

Entretien avec Nicolas Hourcade

Nicolas Hourcade est professeur agrégé de sciences sociales à l’École Centrale de Lyon et membre associé au CADIS (EHESS-CNRS). Spécialisé dans la sociologie de la déviance et des mouvements sociaux, il est devenu un des principaux experts français du supportérisme.

Avec Ludovic Lestrelin et Patrick Mignon, il a notamment rédigé le Livre vert du supportérisme remis en octobre 2010 à la Secrétaire d’État aux Sports, Rama Yade. Il est actuellement l’une des personnalités qualifiées de l’Instance du Supportérisme rattachée au ministère des Sports. Il répond ici aux questions de Natália Rodrigues de Melo dans le cadre de sa thèse sur les ambiances des stades de football lors de son séjour au laboratoire Pacte du CNRS.

Nicolas HOURCADE

 

Comment en êtes-vous arrivé à vous intéresser aux stades et aux supporteurs ?
J’ai d’abord travaillé sur les supporteurs et seulement après sur la question des stades. Je me suis d’abord intéressé aux supporteurs par intérêt personnel. Ma famille était passionnée de football. Je suis devenu moi-même supporteur dès l’enfance. Je suis né au début des années 1970. Quand j’étais adolescent, l’Europe a été marquée par beaucoup de drames. C’est d’abord le Heysel à Bruxelles en 1985, où il y a 39 morts. Ou encore le drame de Sheffield, en Angleterre, qui fait 96 morts en 1989. C’est une période où il y avait beaucoup de violence dans les stades et à leurs alentours. Cela m’a intéressé d’essayer de comprendre pourquoi il y avait ces phénomènes, tant le soutien au club que les débordements.

Page de couverture du « Rapport Taylor » faisant suite aux incidents d’Hillsborough, 1989.

Quand j’étais au lycée, j’avais déjà commencé à travailler dessus, notamment lors d’un dossier pour le baccalauréat. Etudiant en sociologie, il m’a paru intéressant d’enquêter sur ce thème, surtout qu’au début des années 90, il n’y avait pas encore beaucoup de travaux là-dessus. C’était un objet peu légitime et les commentateurs qui parlaient des supporteurs se focalisaient sur la violence. En particulier, la violence des hooligans anglais. A la fois dans les journaux et les articles scientifiques, on parlait essentiellement de violence et des hooligans anglais. Or quand j’allais dans les stades (à Bordeaux, ma ville natale, et aussi ailleurs en France), il pouvait y avoir de la violence, mais ce que je voyais ne correspondait pas à ce que je lisais dans les médias et dans certains textes universitaires.

L’image archétype du supporteur violent. Extrait d’A mort l’arbitre, film dramatique français de Jean-Pierre Mocky, 1984.

C’est pourquoi j’ai voulu travailler ce sujet de manière approfondie. Les premières études sérieuses en France datent de la fin des années 1980 mais elles n’étaient pas encore très connues. Elles le sont devenues au milieu des années 1990. Je pense notamment à Christian Bromberger, un ethnologue qui a mené des enquêtes ethnographiques sur les supporteurs en France, en Italie puis en Iran. J’ai également été inspiré par le sociologue Patrick Mignon qui a consacré des travaux, comparatifs, au hooliganisme et au supportérisme en Angleterre et en France, dans la lignée des recherches d’Alain Ehrenberg. Mon intérêt pour cet objet a rencontré le fait qu’il devenait un objet de recherche plus légitime. J’ai donc pu faire des recherches approfondies, qui étaient au départ centrées sur les ultras, les supporteurs les plus actifs en France.

Je trouvais que ce qu’on racontait des hooligans ne correspondait pas aux modes d’actions des ultras. J’ai donc voulu voir leurs spécificités. J’ai travaillé au départ sur Bordeaux car les chercheurs qui dirigeaient mon travail trouvaient qu’il était plus intéressant d’étudier une tribune que je connaissais déjà bien de l’intérieur. J’ai ensuite travaillé de manière comparative sur plusieurs stades dans ma thèse : Paris, Bordeaux, Rennes, Le Havre et, plus marginalement, d’autres villes… avec la spécificité que je n’ai jamais fini de rédiger le manuscrit. J’ai publié des articles sur la question mais je n’ai pas soumis la thèse étant pris entretemps sur le poste que j’occupe actuellement. C’est un poste d’enseignant – et non d’enseignant-chercheur. Mes activités de recherche se font donc sur mon « temps libre ». C’est aussi pourquoi j’ai continué à enquêter sur le même objet, tout en faisant évoluer mon questionnement.

Mes préoccupations de recherche ont en effet évolué à la fin des années 2000. D’une part vers la question des dispositifs de sécurité et la lutte contre le hooliganisme, car la loi française (comme d’ailleurs la loi brésilienne) a beaucoup évolué en la matière. Je me suis demandé comment les pouvoirs publics et les autorités sportives géraient cela. D’autre part, sur la période récente, vers la création des nouveaux stades. A quoi servent-ils ? Que veut-on en faire ? Qu’est-ce que les dirigeants du football ont en tête ? Et comment les gens s’approprient le nouveau stade, question que vous vous posez aussi dans votre thèse ? Par exemple, à Lyon, ils étaient dans le même stade depuis des décennies. Du jour au lendemain, il faut changer de stade. Qu’est-ce que cela change dans les habitudes des gens ? Qu’est-ce que cela change dans les manières d’occuper le stade, puisqu’il n’est pas conçu de la même manière ?

 Vous avez aussi travaillé sur les transformations du Parc des Princes comme dans votre article pour Métropolitiques « Ici, c’était Paris »
J’ai effectivement beaucoup travaillé sur Paris depuis 1992. L’architecture du stade n’a pas beaucoup changé depuis 2010, même s’il y a eu des aménagements, mais le Parc a connu pendant plusieurs saisons une expérience particulière de bannissement des groupes de supporters – qui ne sont revenus qu’en octobre 2016. Mon article a été publié peu avant ce retour, qui était alors plus qu’incertain. Comme l’indique le titre de l’article, qui fait un clin d’œil au slogan des supporteurs parisiens (« Ici, c’est Paris ! »), pendant ces six années, il n’y avait plus vraiment de place pour être supporteur actif au Parc. 

Parc des Princes, PSG-SC Bastia, 2017. Photo. N. Rodrigues.

Vous êtes supporteur des Girondins de Bordeaux. Est-ce que votre statut de supporteur influe sur votre façon d’aborder le sujet
Forcément. Ce que nous sommes influence notre manière d’aborder un sujet, quel qu’il soit. Après, l’objectif en tant que « scientifique social », sociologue, urbaniste, etc., est d’arriver à être conscient des centres d’intérêt personnels qu’on a pour un objet, afin de s’efforcer d’être aussi objectif que possible.

Cela dit, connaître le football aide à appréhender les thématiques liées aux supporteurs et facilite grandement le contact avec les gens. Quand vos enquêtés voient que vous connaissez le football, les stades, les supporteurs, la communication passe mieux et il peut y avoir un véritable échange. Inversement, il m’est arrivé d’être interrogé, en tant que sociologue, par des étudiants et journalistes ne connaissant pas du tout le sujet et ne faisant pas les efforts suffisants pour l’appréhender : ça ne m’incitait pas à approfondir l’analyse avec eux.

Enquêter suppose de faire l’effort de prendre du recul par rapport à ses passions. De toute façon, dès lors qu’on commence à aborder ces sujets-là en scientifique, une distance se crée. Quand je me suis engagé dans ma thèse, j’étais adhérent d’un groupe de supporteurs. J’ai choisi d’arrêter d’être membre, d’une part, parce que ça ne me paraissait pas compatible avec mes enquêtes menées dans d’autres tribunes, tant en termes de temps que d’implication personnelle. D’autre part, j’avais déjà consacré ma maîtrise et mon DEA aux ultras: à force de travailler sur les façons d’être supporteur, une distance s’était créée par rapport à ma propre passion.

Sur la période plus récente, je dois aussi maîtriser l’évolution de mon regard sur mon objet et la distance devenue beaucoup plus grande entre les pratiques des jeunes supporteurs ultras et mes propres pratiques. Je reste attaché à mon club, mais je suis beaucoup moins fan de football qu’il y a vingt ou trente ans et je dois veiller à ce que ça n’influe pas trop sur mes analyses. 

Les ambiances dans un stade fonctionnent comme un lien entre le passé et les situations actuelles. Elles font émerger des souvenirs et remplissent l’espace du récit mnémonique, qui est dicté par ce que nous appelons trauma urbain dans l’architecture. Le trauma n’est pas nécessairement une mauvaise expérience. Il s’agit d’un évènement qui a la capacité à rompre avec la vie quotidienne. De la même façon, la construction d’un stade peut constituer un trauma pour une ville par les nouvelles significations qu’il donne au quartier dans lequel il s’est inséré. Une rénovation de stade peut être un trauma pour les supporteurs. Beaucoup peuvent faire l’expérience d’un changement de relation à l’espace du stade, ni exclusivement positive ni négative. Quelles leçons tirez-vous des rénovations de stades français ?
Fondamentalement, le lien qu’un individu qui va régulièrement au stade peut avoir avec celui-ci est affectif. Il y va souvent depuis l’enfance ou l’adolescence et cela le renvoie donc à des liens familiaux et amicaux. Le lien n’est pas seulement sportif. C’est une expérience amicale ou familiale avec des liens sociaux qui sont parfois extrêmement forts. Les gens ont des attachements subjectifs à des lieux, ils ont aussi des expériences ou pratiques de routine en relation avec « leur » stade.

Puisque vous êtes allée à Saint-Etienne (cf. l’article « Impressões sobre o estádio Geoffroy-Guichard ») vous avez fait l’expérience de la rénovation des tribunes, notamment celles derrière les buts, qui a une incidence sur la manière dont les gens s’approprient le stade. Il y a une nostalgie à Saint-Etienne de l’ancienne configuration du stade. C’est le même stade, au même endroit, mais la façon dont les tribunes sont désormais aménagées ne permet plus de circuler comme avant. Il y avait par exemple un passage en bas des tribunes derrière les buts qui permettait de circuler, de retrouver facilement des amis. Ce n’est plus possible.

Les rénovations architecturales des stades impliquent des changements de pratiques auxquelles les gens s’habituent plus ou moins bien. A Saint-Etienne, les supporteurs derrière les buts trouvent qu’on ne peut plus circuler comme avant, que les tribunes sont trop grandes, et aussi qu’il n’y a plus la possibilité, pour les plus engagés, de former un groupe compact.

Ce qui me frappe c’est combien beaucoup d’architectes en charge de la transformation ou de la création des stades ne connaissent rien à l’expérience sensible du match – ça m’a même choqué en participant à une conférence avec l’un d’entre eux. Il y a bien certaines exceptions comme l’architecte de l’Emirates d’Arsenal et du Parc Olympique Lyonnais – c’est notamment pourquoi l’acoustique y est bonne – mais certains architectes conçoivent les stades seulement en fonction des normes de l’UEFA ou de la FIFA sans avoir aucune idée de la manière dont les gens se comportent réellement dans les tribunes.

Les nouveaux stades ont plus été construits par rapport à des règles théoriques que par rapport aux pratiques réelles des spectateurs. Par exemple, à Bordeaux, les concepteurs n’ont pas prévu que les supporteurs se mettraient debout dans l’une des tribunes derrière les buts, comme ils le faisaient avant. Ils n’ont pas prévu non plus que les supporteurs occuperaient les parties basses des escaliers. Les portillons séparant la tribune du terrain sont configurés pour s’ouvrir et permettre au public d’accéder au terrain en cas de mouvement de foule. Un de ces portillons s’est actionné automatiquement suite au premier but lors du match inaugural du nouveau stade parce que les supporteurs se sont précipités vers le bas de la tribune pour fêter ça. Il y a eu des blessés légers car la tribune et les portillons sont un peu surélevés par rapport au terrain.

Ensuite, le club a essayé de faire respecter les escaliers mais le principe même d’une tribune debout, c’est que les gens se rassemblent, y compris dans les escaliers où il est censé n’y avoir personne. Ils ont depuis trouvé des adaptations avec des barrières et un nouveau réglage de la pression entraînant l’ouverture des portillons. L’idée des places assises était à l’origine de contrôler le nombre exact de gens qui rentrent dans la tribune et d’éviter les mouvements de foule afin d’éviter les accidents du passé. On cherche aujourd’hui en Europe (à Vienne, à Glasgow, en Allemagne, etc.) des solutions de « safe standing », c’est-à-dire des tribunes debout sécurisées, bien sectorisées et accueillant un nombre raisonnable de personnes.

Stade Geoffroy-Guichard, Kop Sud, 2017. Photo Natalia Rodrigues.

Beaucoup de supporteurs habitués à suivre les matches derrière les buts critiquent les sièges installés dans leur tribune car ils sont dangereux et fragiles. Gestionnaires de stade et architectes ne prennent pas suffisamment en compte le fait que certains supporteurs – pas tous – souhaitent être debout pour vivre pleinement le match. Ils ne cassent les sièges que parce que ceux-ci sont inadaptés à leur pratique du match. Il n’y a pas suffisamment de consultation des supporteurs avant la réalisation de l’équipement. Dès lors, la manière même dont la tribune est conçue peut poser des problèmes par rapport aux usages des supporteurs et la tribune peut devenir dangereuse alors qu’elle est pensée pour être sûre…

J’ai étudié les changements de stade, notamment à Bordeaux et Lyon. Changer la localisation implique un changement d’habitude radical car le supporteur pratique le stade mais ce qu’il y a autour aussi. Cela impacte les espaces de sociabilité, le bar et le restaurant où on se retrouve avant, les modes de déplacement, en métro, en voiture, à pied. Changer d’habitudes peut être difficile. La particularité en France (à Lyon, Bordeaux ou Nice – à Lille c’est moins vrai) est que les nouveaux stades sont dans des zones assez éloignées du centre de la ville, où il n’y a pas grand-chose autour. Il y a le stade et rien d’autre. A Lyon, il y a des habitations aux alentours, deux ou trois bars, une autoroute… A Bordeaux, il n’y a carrément rien à part quelques immeubles de bureaux et un parc des expositions très occasionnellement occupé.

Parking relais du Groupama Stadium, 2016.

La difficulté pour les supporteurs, c’est de créer de nouvelles habitudes et de s’adapter à la contrainte de la nouvelle localisation puisque pour beaucoup de spectateurs, il est plus loin de chez eux qu’avant… sauf, à Lyon, pour les habitants de l’est de la région lyonnaise et ceux de la Savoie, l’Ain, l’Isère, des territoires relativement peuplés. A Bordeaux et à Nice, la desserte du stade est très mauvaise, créant de vraies difficultés.

Dans ces différentes villes, les groupes de supporteurs actifs, en premier lieu les ultras, ont pu reprendre et même développer leurs anciennes pratiques dans le nouveau stade. Ils ont été peu critiques sur les nouveaux projets alors même que les ultras s’opposent souvent aux transformations actuelles du football. Ils ont eu, quelque part, la garantie que leur tribune telle qu’ils la conçoivent existerait encore dans le nouveau stade. Ils savaient qu’ils pourraient continuer à être debout avec une meilleure acoustique, qu’il y aurait plus d’ambiance et que le cadre serait plus propice à réaliser leurs animations. On rencontre donc souvent chez ces ultras une nostalgie de l’ancien stade, accompagnée de l’idée que le changement de stade était « obligatoire » et qu’il a permis de renforcer l’ambiance.

Ces nouveaux stades induisent aussi un changement assez radical de nature du spectacle sportif. D’abord, au niveau temporel. En Europe, contrairement aux Etats-Unis, les gens arrivent traditionnellement tardivement au stade et repartent rapidement après la fin du match. Avec ces stades en périphérie des villes et le souhait des dirigeants des clubs d’engranger plus d’argent, il y a l’objectif de transformer le temps au stade « à l’américaine ». C’est-à-dire de faire venir les gens plus tôt au stade, de les inciter à consommer dedans et pas dehors, de retenir une bonne partie du public dedans à la fin du match afin de fluidifier les départs et d’augmenter la consommation dans le stade.

Nous n’avons pas encore assez de recul en France pour évaluer les résultats. Ces nouveaux stades n’ont qu’un an ou deux. Pour le moment, je n’ai pas vu de changements radicaux. Les gens sont obligés d’arriver un peu plus tôt car il y a des difficultés d’accès aux stades (bouchons sur la route ou transports en commun congestionnés) mais ils n’arrivent pas aussi tôt qu’en Amérique et ne partent pas aussi tard après le match. On est dans une époque charnière.

En termes de significations du football en Europe, il y a aussi l’opposition mise en avant par les ultras, mais pas qu’eux, entre ce qu’ils appellent le « football business » et le « football populaire » qui fait référence à un « avant » (mais avant quoi ? et qu’est-ce que le football populaire ? – ça les ultras ne le disent pas clairement). Ces supporteurs ont l’impression que ces nouveaux stades contribuent à ce changement. Il y a eu de fait en France une volonté des dirigeants du football de changer de public, d’attirer un public plus haut-de-gamme, plus calme et avec un pouvoir de consommation plus fort. C’est ce que le PSG a cherché à mettre en place dans la première partie des années 2010.

C’est intéressant de comparer Paris et Lyon car le PSG est le club qui est allé le plus loin en France dans son intention de changer de public en partant du constat qu’auparavant une partie de ses supporteurs étaient violents et racistes. L’idée, à partir de 2010, a été d’attirer des gens plus calmes, plus classes, plus riches ; des VIP et des chanteurs américains en tribune d’honneur. Pas de groupe de supporteurs, pas de problèmes en tribunes. D’un côté, cela a très bien marché, avec l’augmentation considérable du prix des places et un contrôle très étroit des groupes de supporteurs s’opposant à cette transformation. Le PSG et les pouvoirs publics ont réussi à casser les phénomènes de violence et de racisme. D’un autre côté, ils se sont aperçus que leur nouveau public ne créait pas d’ambiance et était plutôt terne. 

Une disneylandisation…
Exact. C’est un terme forgé par l’ethnologue Christian Bromberger, le fait de transformer la sortie au Parc (des Princes) comme une sortie au parc d’attraction. Il y a surtout eu la volonté de changer l’image du public parisien vers un public « haut de gamme », à l’image d’une capitale où les prix des spectacles sont plus chers qu’ailleurs. Une des difficultés rencontrées par le PSG est qu’il est parvenu à vendre toutes ses places, mais les abonnés à l’année ne venaient pas à tous les matchs. Sur les écrans télé, le vide lors de certains matches mineurs ne cadrait pas avec le projet de créer un grand club et surtout il n’y avait aucune ambiance, pas beaucoup de chants.

Or, le public est censé être « le douzième homme » et un club de football est censé susciter la passion. Quand on change de public, on change la nature même de l’expérience au stade, ce n’est plus la même expérience sensible. On peut légitimer l’argent investi dans des joueurs par la passion qu’ils suscitent. Le PSG gagne donc beaucoup de titres, au moins à l’échelle française, mais il ne renvoie pas l’image de la passion et une image positive du club et de ses investisseurs sur le petit écran.

Le retour des ultras au Parc. PSG-SC Bastia, 2017. Photo N. Rodrigues.

C’est pourquoi le PSG a récemment cherché à faire revenir des supporteurs actifs pour recréer de l’ambiance et essayer d’avoir un public plus participatif tout en étant moins turbulent que dans les années 2000. Paris est un cas particulier en France mais que l’on retrouve dans les grands clubs anglais. En Angleterre, le changement de stade (comme avec l’Emirates d’Arsenal) s’est traduit par un embourgeoisement du public et une aseptisation de l’ambiance. L’enjeu pour le PSG aujourd’hui est de parvenir à concilier les impératifs de sécurité avec le retour d’une ambiance festive. 

Quel modèle suit Lyon ?
Lyon n’a pas du tout suivi cette logique. L’OL s’est plutôt inspiré de l’Allemagne où le nouveau stade doit attirer de nouveaux publics tout en gardant l’ancien. Le stade de Lyon est conçu comme les stades allemands pour accueillir à la fois l’ancien public dont on va changer l’expérience, puisqu’on n’est plus au même endroit, tout en gardant « l’esprit de l’expérience ». On garde l’idée qu’il doit y avoir des supporteurs fervents et debout, des chants, des drapeaux, des tambours. On transplante l’expérience en conservant le sens qu’elle revêt pour les gens. C’est pour cela que les groupes de supporteurs ont accepté le changement.

Campagne de publicité ciblant les femmes. Olympique lyonnais, 2017.

Certains ont gagné, d’autres ont perdu en terme de localisation et de temps de parcours entre leur domicile et le stade. Ce qui pose problème aux supporteurs lyonnais réguliers, ce n’est pas tant le stade en lui-même, c’est ce qu’il y a autour et ce qu’on peut ou ne peut pas y faire. A terme, il doit y avoir d’autres constructions autour du stade. A Lyon, le prix de l’abonnement à l’année est relativement accessible, y compris pour les revenus modestes. En revanche, pour voir un match particulier, c’est très cher, sauf pour les matches mineurs. Pour le match inaugural, j’avais payé 60 euros la place en étant au troisième niveau. En même temps qu’il choie son ancien public, l’OL essaie d’attirer de nouveaux publics en créant de nouveaux espaces, comme en Allemagne. Le wifi et les écrans géants sont censés permettre d’attirer de nouveaux supporteurs.

Capture d’écran du site web de l’Olympique Lyonnais, octobre 2017.

Tu veux être en famille ? Tu as une tribune tranquille où on maquille ton enfant. Tu veux faire du business ? Tu as des loges adaptées. Tu veux être debout, à crier et à sauter ? C’est possible derrière les buts. Le Parc des Princes entre 2010 et 2016 et les grands stades anglais sont beaucoup plus uniformes : on est assis et on regarde le match, en participant un peu.

Si on en revient à votre question du trauma, finalement, l’expérience du match a moins changé à Lyon. L’enjeu de ce nouveau stade, c’est plutôt la question du développement de la ville. En quoi le fait d’avoir un stade à l’est de Lyon va changer la ville ou non. Est-ce que cela va créer de nouveaux quartiers, une dynamique urbaine ? C’est beaucoup trop tôt pour le savoir. Les anciens stades de Bordeaux et plus encore de Lyon, celui de Gerland, étaient à l’origine situés à la périphérie de la ville. Et puis la ville a progressivement gagné la périphérie. Est-ce que cela va être pareil avec ces nouveaux stades ?

Il y a déjà des quartiers autour du stade de l’OL, dans la ville de Décines. Est-ce que le stade va contribuer à les développer ? Est-ce que cela va contribuer à créer des relations entre cette partie de l’agglomération et plus largement tout l’est lyonnais, qui comprend beaucoup de quartiers populaires, et le reste de la ville ? Est-ce le stade va changer l’agglomération ? A Lyon peut-être… A Bordeaux, ça va être plus compliqué puisque le stade est construit dans un cul-de-sac et qu’il n’y a pas grand-chose autour. 

Comment ces deux modèles résistent-ils au temps ?
Avec ces nouveaux stades, anglais ou allemands, il y a l’idée de transformer la manière d’assister au spectacle, en créant de nouveaux services, notamment digitaux, mais le monde du football est un peu contradictoire dans ses attentes. D’un côté, il veut changer l’expérience d’aller au stade afin que les gens soient plus calmes, consomment plus, et ne critiquent plus le club et sa politique, en un mot qu’ils soient consommateurs. D’un autre côté l’envie demeure forte que le public reste le « 12e homme ». Le projet de Paris montre que ces nouveaux stades peuvent transformer profondément l’expérience. Or l’idée, historiquement importante en Europe, d’une participation forte du public demeure. D’où le relatif échec du projet parisien et le retour des groupes de supporteurs.

De manière générale, derrière ces nouveaux stades, il y a l’objectif de « domestiquer » le supporteur afin de garder la passion en atténuant les côtés négatifs (violence mais aussi revendications sur la politique tarifaire, la couleur du maillot, etc.). Il y a dans les nouveaux stades, particulièrement à Paris, une volonté de contrôle. Les dirigeants du club souhaitent contrôler ce qui se passe dans le stade et organiser eux-mêmes les chorégraphies en distribuant les drapeaux et les feuilles de couleur des tifos.

Comme dans les grands sports US, ce sont les organisateurs du spectacle qui vont créer des animations auxquelles répondra le public. Dans la tradition européenne ou brésilienne, le public est autonome et crée lui-même ses animations. On va ainsi apaiser le spectacle en le contrôlant, d’où le nombre de stadiers. Contrôle de la violence, du racisme, ce qui est normal, mais aussi contrôle de ce que font les gens et de ce qu’ils pensent.

Mais, en même temps, les dirigeants du football veulent aussi de l’ambiance… On est dans une période charnière. Va-t-on aller vers plus de contrôle et une atténuation de la passion des supporteurs ? Va-t-on revenir à la situation antérieure, avec plus de passion mais aussi plus de violence ? Va-t-on trouver un nouveau modèle de stade où on va garder une certaine passion populaire tout en la transformant, tout y ajoutant de nouvelles manières de vivre le stade pour limiter la violence ? J’espère qu’on se dirigera vers la troisième option. Par ailleurs, est-ce qu’on va aller en Europe vers un modèle américain avec des sorties au stade sur la demi-journée et avec une attention moindre durant le match ? J’avoue que je n’en ai aucune idée… 

Observe-t-on une uniformisation des pratiques des acteurs du spectacle sportifs ?
Déjà, même au sein des supporteurs, tous n’ont pas la même attente, certains veulent être debout, d’autres assis. L’Allemagne a bien compris ça en jouant sur la diversité des publics. Les stades allemands peuvent changer de configuration selon qu’ils accueillent une compétition de l’UEFA (avec des sièges à dossier obligatoires) ou nationale (avec moins d’exigences sur les sièges), ce qui augmente d’ailleurs la capacité des tribunes lors des rencontres nationales.

Le spectacle du football est un enjeu politique. Il y a des débats et sûrement pas consensus entre acteurs, y compris même au sein de certaines catégories, comme les autorités publiques par exemple : tous les pays ne gèrent pas de la même manière les supporteurs. Parmi les clubs, il y a aussi des rapports très différents aux supporteurs. Certains cherchent le dialogue afin d’aider l’émergence d’ambiance, d’autres visent un public plus calme. Au sein même d’un club, les positions peuvent évoluer ou diverger entre acteurs.

Prenons le cas du PSG. Le club est allé très loin à partir de 2010 dans le contrôle des supporteurs en écartant tout groupe constitué jusqu’à ce que son président, Nasser Al-Khelaïfi, dise son désaccord quant aux résultats obtenus qui ne correspondaient pas à l’image qu’il voulait renvoyer du club. Il a donc décidé de changer la politique en la matière contre l’avis d’une partie des dirigeants du club et alors même que le PSG était devenu une référence pour le Ministère de l’Intérieur, la police française, qui ne voulait pas d’un retour des ultras au Parc. Ce qu’essaie de faire actuellement (depuis octobre 2016) le PSG c’est de faire revenir au Parc des groupes de supporteurs sans les problèmes de violence d’avant. 

Vous parlez dans vos articles de « familles du football », un terme inconnu au Brésil…
C’est un terme qui peut être entendu en deux sens. Au singulier, l’idée d’« une famille » du football renvoie au fait qu’il y aurait une communauté autour de ce sport. Au pluriel, « les familles » du football désignent les différents types d’acteurs du football : les dirigeants, les joueurs, les arbitres, les entraîneurs, etc.

La grande question est de savoir si les supporteurs font partie de « la famille » du football et s’ils peuvent en être des acteurs. Il existe en Europe des revendications de la part des supporteurs d’être considérés comme un membre de « la famille » à part entière ou – ce qui revient au même – comme « une des familles » du football ayant ses propres intérêts. Dans le passé, on disait aux supporteurs : « vous êtes le 12e homme, vous avez un rôle à jouer, vous devez encourager l’équipe ». Mais on leur disait aussi : « les supporteurs supportent, les joueurs jouent, les dirigeants dirigent ». Ainsi, les dirigeants ne demandaient jamais aux supporteurs leur avis lorsqu’il s’agissait de débattre des grandes évolutions du club ou du football en général. Les supporteurs les plus engagés pensent que sans eux le football n’existerait pas. De plus en plus, ils demandent à être consultés sur les transformations de stade, les transformations de la politique des clubs, etc. Si on regarde à l’échelle française, il a fallu attendre la loi de 2016 pour reconnaître les supporteurs comme acteurs du sport. 

La rénovation des stades au Brésil se traduit actuellement par une très forte volonté de développer les abonnements, ce qui entraîne l’exclusion du stade des populations les plus pauvres.
C’est ce qu’on appelle la gentrification des stades ou l’embourgeoisement des publics. Le système des abonnements existe en Europe depuis longtemps : ce n’est pas une nouveauté en France et dans les pays voisins. Ce qui a changé depuis vingt ans, c’est l’augmentation des prix des abonnements et des places au match par match. Pour les clubs, l’abonnement offre des garanties de ressources à l’année. Et l’abonnement est censé récompenser le supporteur fidèle, le prix de chaque match étant bien inférieur dans l’abonnement annuel au prix que doit payer un spectateur occasionnel pour une seule rencontre.

Ce système désavantage donc les supporters occasionnels ou ceux qui n’ont pas les moyens de se payer un abonnement à l’année (mais à part en Angleterre, de nombreux abonnements dans les stades européens sont à des prix accessibles pour une grande partie de la population). Si le prix de l’abonnement est très élevé et si la plupart des places sont réservées aux abonnés, il devient difficile pour les catégories populaires d’accéder au stade. En Angleterre, certains supporteurs partagent le prix d’un abonnement et se répartissent les matches auxquels ils assistent.

Les nouveaux stades sont quant à eux censés sécuriser l’économie des clubs avec plus de rentrées d’argent sur les gadgets, les maillots, la nourriture vendue dans le stade, d’où l’idée que les gens arrivent plus tôt et partent plus tard. Le problème est que ce modèle (qui joue sur l’augmentation du prix des places et de la consommation au stade) marche en Angleterre ou en Allemagne où il y a déjà une base de public forte, mais dans les pays où le rapport au football est différent, appliquer ce modèle entraîne des difficultés. On n’attire pas du jour au lendemain 40 000 supporters dans un stade en France quand la moyenne de spectateurs tournait auparavant autour de 20 000. L’attrait du nouveau stade ne suffit pas pour multiplier l’affluence par deux. De même, on ne crée pas immédiatement de nouvelles habitudes de consommation.

Si on regarde les sports américains, les tribunes des stades de sport professionnel sont quasiment restreintes aux gens qui ont de l’argent, les autres catégories de la population regardent les matches à la télé. L’argument du PSG est de dire qu’un match ne coûte pas plus cher qu’un opéra ou un grand spectacle à Paris… mais ces différents spectacles ne touchent pas les mêmes populations aujourd’hui. La sortie au stade n’est pas comme une sortie au théâtre. Maintenant, à Madrid, Barcelone ou Paris, on voit des Japonais qui viennent au stade parce qu’ils ont acheté leur billet de match en même temps que leur voyage. Les gens viennent avec leur tablette et téléphone pour filmer. Est-ce que le spectacle sportif va rester un spectacle populaire, dans la mesure où il touche toutes les catégories y compris les plus modestes, ou sera-t-il réservé à ceux qui ont de l’argent ?

Ce que me disait mon collègue brésilien Bernardo Buarque de Hollanda sur les stades rénovés au Brésil pour la Coupe du monde, c’est qu’ils sont trop grands, inadaptés aux usages des supporteurs, trop chers. La coupe du monde de la FIFA ou les JO n’étaient pas conçues pour le peuple mais pour les élites. Ce dernier peut se sentir dépossédé. Le stade va-t-il devenir une pratique bourgeoise comme le théâtre, qui par le passé a pu être une pratique populaire avant de s’embourgeoiser ? Sorti de quelques très grands clubs comme le PSG ou Arsenal, ça me paraît quand même peu probable.

 

Entretien réalisé le 17 juillet 2017 à Lyon par Natália Rodrigues de Melo; collaboration Jean-Michel Roux (questionnaire, décryptage et mise en forme). Cet entretien s’inscrit dans le cadre d’un accueil de N. Rodrigues de Melo au laboratoire Pacte du CNRS pendant sa thèse de doctorat à l’Université Fédérale de Rio de Janeiro au sein de la Faculté d’Architecture et d’Urbanisme. Elle bénéficie d’une bourse de la CAPES, Coordination pour l’Amélioration du Personnel Supérieur (Coordenação de Aperfeiçoamento de Pessoa de Nível Superior).

Soupe de poissons, pain d’orge et mobylette zarka

Depuis six ans, le Master 2 Urbanisme et Coopération Internationale, organise un atelier dans la ville de Sfax en Tunisie. Cet exercice pédagogique permet à une trentaine d’étudiants grenoblois de répondre à une commande réelle de la Ville de Grenoble et de la société sfaxienne (ville, université, associations, collectifs d’habitants). L’un des thèmes de l’année était la géographie des sports à Sfax.

Dans ce cadre-là, une douzaine d’étudiants, d’enseignants et d’habitants de la ville se sont rendus ensemble au stade Taïeb M’hiri pour assister à une rencontre de championnat de première division: CSS (Club Sportif Sfaxien) vs CO Medenine. Chacun s’est plié à l’exercice du « récit de vie ». Le corpus réuni permettra aux étudiants de comprendre la place particulière que prennent le stade M’hiri et le CSS dans la deuxième ville du pays. Voici mon récit du match.

 

Cinq ans d’attente
Voilà cinq ans que je viens chaque année à Sfax pour l’atelier de coopération internationale en urbanisme; cinq ans à passer devant le stade Taïeb M’hiri. J’y ai bien fais un « passage à vide » en 2013, dans le stade en chantier; une visite en catimini, au culot avant de me faire éconduire gentiment. La période de l’atelier correspondait soit  à la trêve internationale, soit à un match du CSS en déplacement. Cet année, on a inscrit la thématique de la géographie du sport dans la ville au programme de l’atelier d’urbanisme. Raison de plus pour y aller.

Le stade Taïeb M’hiri en travaux, 2013

On regarde dès septembre le calendrier des matchs avec les étudiants. Le CSS joue à domicile le 12 novembre contre le promu, le CO Medenine, une petite ville du Sud. Comble de malchance, le match à domicile tombe le jour de l’arrivée. Malédiction! Par un heureux hasard, inexpliqué à ce jour, le match est finalement repoussé au 15 novembre, en plein séjour. Problème: le club ne vend pas de place au grand public. Pour un match de second ordre? On essaie de contacter le club par son site internet. Peine perdue.

Sur place, les collègues de l’Université de Sfax nous expliquent que les stades ont été réduits en capacité et l’accès réservé aux seuls abonnés depuis cette année. Il n’y a pas de place à acheter. Heureusement, les Sfaxiens sont pleins de ressources. Notre collègue a un collègue qui est un ancien entraîneur de l’équipe espoir du CSS et un neveu d’une légende vivante de l’équipe fanion. Il connaît le président. Il faut donner tous les noms des personnes venant au match le matin même afin de faire le laisser-passer collectif pour la police. Pas question de payer, on sera invité.

Le téléphone arabe fonctionne. On est bientôt une douzaine à vouloir se rendre au stade: des étudiants du groupe « géographie du sport à Sfax », deux enseignants, un étudiant sfaxien accompagnateur du groupe, un habitant sfaxien mal-voyant acceptant de nous faire partager son expérience d’accessibilité… et deux étudiants des autres groupes thématiques de l’atelier mais désireux de nous aider, au cas où… Solidarité étudiante oblige!

Se rendre au stade
Nous, les enseignants, avons des rendez-vous dans une cité populaire de banlieue puis en plein centre-ville, avenue Bourguiba. On décide de se retrouver directement à la porte d’entrée au grand dam de Wassim, l’étudiant sfaxien qui s’est démené pour obtenir les précieux sésames. Il se sent responsable de tout le groupe et n’a jamais vu de match.

La réunion expédiée, on file à Bab Diwan, porte de la médina, côté «ville européenne» où se trouvent les taxis de la ville. On comprend bien vite qu’on n’aura pas facilement un taxi. Les banlieusards chassent les taxis à la place (taxi bel blaça) ou les taxis compteurs plus efficacement que nous.

Un Sfaxien nous met rapidement au parfum : on mettra plus de temps à trouver un taxi et attendre dans les bouchons qu’y aller à pied. La ville est entièrement embouteillée. Autant suivre les projecteurs comme les rois mages suivirent l’étoile du berger… et les immenses panneaux routiers bilingues, français-arabe. Le passage aux feux, stops et rond-point est affaire d’audace et détermination. Un pochoir sur un mur (de lycée ?) indique que les Ultras Sfaxiens viennent d’avoir dix ans.

Embouteillage sur la route menant au stade dont on devine les projecteurs dans le lointain.

Marche cadencée car on est attendu, et par les étudiants franco-tunisiens et par la Police. Marche rendue difficile par la nuit qui vient de tomber, le manque d’éclairage public et les phares des voitures venant en sens inverse. Marche dangereuse car les trottoirs servent surtout à Sfax d’extension aux cafés, aux commerces, aux ateliers de mécanique auto ou de ferronnerie qui travaillent dehors. # Sayeb-trottoirs !

Slalom entre les voitures, les scooters à moitié dépecés de leurs pare-chocs et les innombrables mobylettes zarka, ces mythiques mobylettes Peugeot bleues qui ont fait la gloire de la ville.  Les Tunisiens se moquent des Sfaxiens en disant qu’ils ne sont bons qu’à manger de la soupe de poissons avec du pain sec à l’orge et rouler en mobylette zarka.

Les abords du stade
Les projecteurs nous guident jusqu’au stade : km 0.5, rond-point Menzel Chaker pour reprendre le système d’adressage et de mesure des distances typique de Sfax. Notre point de rendez-vous est «porte de Soukra», un quartier situé à proximité de la cité El Abib.

La présence policière est importante. On se retrouve comme prévu, presque pas en retard à l’entrée latérale : « porte 1, chaise 2 », en français dans le texte. Tous les mots du stade sont d’ailleurs écrits exclusivement en français : porte, loge, chaise, pelouse, tribune d’honneur, centrale. Le stade est polyglotte: le français et l’arabe comme langues officielles, l’arabe pour les conversations et les chants, l’anglais pour les banderoles, l’italien pour le vocabulaire ultra.

Mur d’enceinte du stade Taïeb M’hiri.

Les gens arrivent à pied ou en taxis. Un bar brille de l’autre côté de l’avenue. Les voitures font des marche-arrière tranquillement en plein traffic. Ne manque que trois personnes : deux étudiants et un malvoyant. Ils n’ont pas pris la bonne entrée et ont du mal à se repérer pour nous rejoindre. On essaie d’aller à leur rencontre mais les barrages filtrants de la police nous arrêtent. Nos explications ne convainquent guère les policiers. Ils ont du mal à croire cette histoire d’invitation du club. Les forces de l’ordre nous demande plusieurs fois si on ne serait pas journalistes par hasard et si un des étudiants français ne serait pas Sfaxien. Il est grand, châtain, la peau et les yeux clairs. Son camarade a dû supprimer les photos qu’il venait de prendre des ultras rentrant au stade.

Le canal Bourguiba et les lumières du stade.

Les lumières blafardes du stade dans le lointain contrastent avec la semi-pénombre des abords. Le stade Taïeb M’hiri est un stade circo-rectangulaire avec une belle enceinte en pierre. Il est couvert au trois-quart, un presque luxe dans cette région semi-désertique. Un canal avec son eau croupie, un terre-plein à peine arboré et un mur d’enceinte sépare le stade de la ville. Est-ce le canal de ceinture, hzem Bourguiba, qui écarte les eaux pluviales des oueds loin de la ville-centre ? Semble-t-il. La séquence du franchissement du canal par un petit pont avec ses grilles et l’entrée par la porte en fer et le mur d’enceinte en pierre appareillée, donne un côté « château-fort » au lieu. Un lointain écho à l’ancienne enceinte du Besiktas d’Istanbul.

Stade Taïeb M’hiri, porte de Soukra.

L’entrée des supporters se fait au compte-goutte, sur présentation de la carte d’abonnement. Pas de fouille excessive non plus. Nous, on attend d’être tous là pour présenter la lettre officielle du club. Il n’y en pas besoin. Un policier a la même et fait l’appel. On passe l’un après l’autre.

Dans le stade avant le match
Une belle allée mène à la « tribune d’honneur », bordée par un terrain de sport annexe. Sur la gauche, un chien-policier s’ennuie jusqu’à l’arrivée bruyante d’une équipe de jeunes garçons qui courent, sans doute les futurs ramasseurs de balle qui sortent des vestiaires pour aller prendre place sur le terrain.

On se présente avec le sésame à des policiers qui nous amènent finalement à l’homme de la situation; belle stature, costume trois pièces avec le gilet jaune fluo sous la veste. Il nous attendait visiblement. Il nous ouvre un portail intérieur et nous emmène jusqu’à notre tribune, « chaise 1 », où le placement est libre. La tribune n’est pas copieusement garnie et on peut facilement prendre place dans la partie supérieure et centrale pour bénéficier d’une excellente vue sur le terrain. Les sièges baquets sont confortables. On nous gâte décidément.

Vendeur de kloubs avec son « couffin » en tribune centrale.

Un vendeur ambulant, en survêt, se déplace avec son panier traditionnel, le couffin (couffa en arabe). Il vend des graines de tournesol tunisien, kloub, rondes et noires, pas les blanches de Turquie qui sont en train de mettre à mal la production locale. Les kloubs sont vendues dans des cornets en feuilles A4 recyclées… à partir de pages de manuel scolaire de 5e année, littérature arabe. Qui a dit que sport et culture ne pouvait pas faire bon ménage ? Un dinar le cornet (environ 35 centimes d’euro). Pas de boisson. Le sol est rapidement jonché de graines de tournesol. Bruit de cage de hamsters dans la tribune.

Un autre homme distribue les programmes du match, avec l’interview exclusive du nouvel entraîneur du club, un ancien joueur tunisien du CSS qui a déjà bien « bourlingué » comme entraîneur. La possibilité de gagner 100 dinars après le match avec le n° du magazine invite à ne pas jeter celui-ci au sol.

Si le public est au quart féminin comme on nous l’a affirmé, ce n’est pas le ças de cette tribune. Il s’agit presque exclusivement d’ hommes adultes (20 à 60 ans) même si quelques couples sont visibles ici ou là. Aucun spectateur ne portent de signe distinctif du club ou d’un groupe ultra. On vient au match « en civil ».

Des stadiers privés surveillent la tribune d’honneur. De l’autre côté des grillages, sur le bord du terrain se trouvent quelques officiels, un banc de secouristes en livrée rouge et trois handicapés dans leurs voiturettes tricycles. De notre côté, des policiers discutent en bas de la tribune, les casques et matraques accrochés aux barrières. L’ambiance est paisible.

Tifo d’avant-match
On regarde à notre aise le virage des ultras du CSS. De gauche à droite, on peut distinguer cinq groupes à la vue des bâches étalées sur le haut des grilles séparant le terrain de la fosse. Le premier est dans le bloc 3, au début du virage, à côté de spectateurs assis. Il est clairement séparé des autres groupes par l’accès aux tribunes. C’est le groupe des Drughi bianconeri. Pourquoi un groupe appelé drughi bianconeri? Sans doute un clin d’oeil appuyé au groupe ultra homonyme de la Juventus de Turin, lui-même inspiré par le film Orange Mécanique avec l’italianisation du terme droogs. Pas étonnant que les autres ultras ne cherchent guère un tel voisinage…

Dans le bloc 4, derrière les buts se trouve le groupe qui semble être le plus ancien – créé en 2003 – et le plus étoffé : les Fighters avec leur bâche « black and white fighters ». Eux-aussi ont dû s’inspirer d’un groupe de la Juve. Les Fighters font preuve d’un goût certain pour l’héraldique. Leur blason se compose d’un écu crénelé rappelant les murailles du bled arabi, écartelé de sable et argent, portant le nom du groupe et sa date de création. Il comporte des « ornements extérieurs » : un gladiateur casqué avec une torche enflammée, entouré de lambrequins de flammes vertes et rouges aux couleurs de l’Italie. Le gladiateur est-il un clin d’œil à l’antique cité romaine d’El Jem avec ses arènes ? La ville de Sfax est située à une heure de route de cet amphithéâtre qui vaut le détour. Taparura et Thanae (Thyna), les établissements romains de l’agglomération de Sfax n’ont pas eu d’arènes.

Blason du Club Sportif Sfaxien et du groupe ultra des Fighters sur un mur de la ville.

Suivent, dans le bloc 5, les trois autres groupes qui se tassent les uns contre les autres : les Raged Boys 07, les Leoni et les Ultras Sfaxiens 07. Plus de trace des Vikings 03 dont le tag orne encore l’entrée principale. Ils ont dû disparaître du paysage comme les traces de la brève occupation normande de la ville1.

Le tifo est composé de l’animation non coordonnée de ces différents groupes. Fumigènes et drapeaux pour les uns (noir, blanc, vert et rouge); pour les autres une voile qui descend du toit du stade faisant apparaître une sorte de gangster façon Chicago avec tifo de feuilles blanches. Il semble être là pour fêter les 10 ans du groupe des Ultras Sfaxiens. Une banderole en jaune sur fond gris rassure tous le monde : « Don’t freak out. It is just ultras things » (pas de panique, c’est juste un truc d’ultras).

Virage côté ville avec le parcage visiteur du CO Medenine.

Un quart du vide est presque vide : le virage côté ville. Il ne comprend, derrière les buts, qu’une cinquantaine de supporteurs de Medenine, éparpillés dans le bloc situé sous la table de marque (éteinte). Ils n’ont pas de bâche ultra, aucun signe distinctif, un simple drapeau, long d’une dizaine de mètres, à quatre bandes jaunes et noires, posé sur le grillage. Ils ne cherchent même pas à faire corps ou un tifo. En ont-ils le loisir ou l’envie ?

La première mi-temps du match
On en oublie un peu la présentation des équipes… L’absence de speaker officiel et de matraquage publicitaire est finalement appréciable. Le coup d’envoi est donné et la partie part sur un faux rythme.

Une faute un peu appuyée d’un Sfaxien sur un défenseur engendre un carton jaune et sort le stade de sa torpeur. Trois bouteilles en plastique d’un litre et demi volent d’une tribune latérale. L’une ricoche sur le terrain et finit sa course dans les jambes d’un défenseur de Medenine qui ne s’en offusque guère. Le match n’est pas aux grandes envolées, il n’est pas aux simagrées non plus. Quelques instants plus tard, un homme descend les marches de la tribune pour venir invectiver l’arbitre dans un langage que Wassim ne souhaite pas traduire mais qu’il qualifie de fleuri. Un policier débonnaire vient le ramener en plaisantant vers les gradins.

Les Fighters se tiennent par les épaules par groupe de 20 et sautent en chantant. Ultras Sfaxien 07 et Fighters se répondent vocalement.

Mi-temps
On anticipe la pause pipi de la mi-temps pour les filles, étant donné le sous-équipement en toilettes et l’absence d’espace genré. La buvette, magnifique avec ses faïences vertes et blanches, est faiblement achalandée : quelques sandwichs et du thé à la menthe fraîche !

Buvette du stade à la mi-temps.

Certains aimeraient bien changer de places dans le stade. Wassim file s’enquérir de la possibilité. C’est semble-t-il possible si tout le groupe bouge d’un seul homme. Manque de pot, Sami, le non-voyant ne semble pas enthousiaste. Il n’est jamais venu au stade, et s’est fait une petite place confortable en tribune assise avec des présences rassurantes alentours. L’idée d’aller se mettre debout en virage… On décide de rester… sauf si la sécurité accepte une séparation du groupe en deux. Ce qu’elle accepte gentiment. On est des hôtes pénibles.

Le groupe se scinde en deux. Partent ceux qui veulent le grand frisson des virages. On passe alors successivement trois grilles fermées par des cadenas pour pénétrer dans le bloc 4, « zone Fighters », à la périphérie du noyau ultra, juste à côté des policiers. Un grand frisson rassurant. Notre présence ne suscite aucune réaction dans le bloc; ni hostilité, ni intérêt. On nous laisse regarder tranquillement la tribune plus que le match. Les policiers alentours et le vendeur de sandwichs regardent plus le match que la tribune. Ils sont calmes. Leurs collègues policiers, en faction sur la pelouse, discutent debout derrière un banc faisant face à la tribune. Leurs boucliers anti-émeutes sont sagement alignés sur la pelouse.

La seconde mi-temps du match
La seconde mi-temps est radicalement différente. Gens debout, chants permanents en arabe. Est-ce du dialecte ? On n’en comprend pas un traitre mot. Aucune rythmique n’est reconnaissable pour un public venant d’Europe. Il y a une discographie locale. Pour le reste, chants, tambours en bas de tribune, drapeaux avec les cannes à pèche, craquage massif de fumis: il y a tous les codes de la culture ultra.

Pas de kloub dans la tribune. On est debout, plus kangourou qu’hamster. Peu de marqueur vestimentaire de l’appartenance au groupe ultra : un blouson ici, un t-shirt là. Etrange pour un virage qui affichent par ailleurs nettement ses couleurs. Quelques jeunes sont torse-nu.

Les Ultras Sfaxiens ont de la suite dans les idées. Ils déploient une deuxième banderole accompagnée de quelques fumis, dans les mêmes tons jaune et gris : « Oh what. You thought that we would stop ? ». Oh ! Mince, vous pensiez que nous arrêterions ? Comme si la culture ultra n’était qu’une passade ?

Une échauffourée éclate à la marge de la zone Fighers, près des Raged Boys. Est-ce une explication de texte entre groupes ou entre membres du même groupe ? Elle ne dégénère pas et tout le monde reprend sa place en tribune.

Fumigènes en blocs 4 et 5.

En fin de partie, un second craquage de fumis a lieu dans les blocs 4 et 5, simultanément. Il est assez massif et les chants qui accompagnent portent loin. Les téléphones portables sortent des poches pour immortaliser la scène jusqu’à son transfert sur le réseau.

Fin de match.
Au fait, le match se termine sur un score de 1 à 0 en faveur du CSS. Un but qu’on aura raté lors de notre transfert d’une tribune à l’autre. En l’absence de grand écran, il faudra attendre la diffusion sur le web.

Fin de match en tribune ultra, au-dessus de la fosse.

La police accompagne les ultras en-dehors du stade gentiment mais fermement une fois les bâches repliées. A peine le temps de sauter dans la fosse aux eaux croupies, d’enlever les bâches et  de les replier que le stade est déjà vide. Même en tribune d’honneur, les gens partent vite. N’y a-t-il pas de système de loges ou de salon pour les sponsors?

Tag marquant la « zone » dévolue aux Fighters 03 (F03), le groupe ultra du bloc 4.

Dernière photo de groupe sous l’escalier d’honneur du stade puis sortie dans la rue. Elle est déjà vide et a repris son rythme. On arrête aisément deux taxis compteurs. Un pour ramener Sami, notre invité-usager mal voyant à la porte de la médina, qui s’appelle à Sfax, le bled arabi ou madina al-rabi, la « ville arabe ». Dans la précipitation on oublie qu’on a laissé les filles seules. Un gentleman est posté à dessein à l’arrivée du taxi pour les raccompagner jusqu’au lieu de débrief : la Régence.

Café de la Régence à Sfax.

Débriefing à la Régence
Le Café de la Régence est un bar du centre de Sfax. Il n’a sans doute pas changé depuis que Georges Perec l’a décrite en 1965 dans Les Choses. Bière Celtia, Orangina et plateau de fruits de mer cuits. Ambiance enfumée, exclusivement masculine jusqu’à notre arrivée, amicale. On est presque de la famille. Fayçal le videur et le patron qui est de Toulouse nous connaissent. Ici aussi, on est des hôtes d’honneur.

A suivre…

Cite this article as: Jean-Michel ROUX, Soupe de poissons, pain d’orge et mobylette zarka, in Au stade des villes, 24/11/2017, http://stade.hypotheses.org/1215.

Tous nos remerciements à  Ali, AbdelKarim, Wassim, Sami ainsi qu’au club du CSS, son Président et son Attaché de presse. Ce texte est dédié au « grand » Ali qui dispute actuellement son match le plus important à Paris et qui aurait sans doute adoré être notre guide ce soir-là.

 

  1. Sfax est brièvement occupée par le roi normand Roger II de Sicile en 1148. Elle est reconquise par les Almohades d’Abd al-Mumin en 1159. []

Les enjeux et tendances des grands stades

Le 17 novembre 2017, je donne une conférence tous publics sur le thème « enjeux et tendances des grands stades » à la Maison de France de Sfax (Tunisie), avenue Bourguiba. 

La ville de Sfax, deuxième ville de Tunisie et poumon économique du centre et du sud, est notoirement sous-équipée en terme d’équipements sportifs, que ce soit pour le sport de masse ou le sport spectacle. Il existe une volonté croissante de la part des élites économiques de la ville et des supporters locaux de développer de nouveaux équipements sportifs (stade de football, stade de rugby, piscine, courts de tennis, piste d’athlétisme, etc.) réunis au sein d’une « cité sportive ». Cette volonté s’appuie sur les bons résultats du CSS, l’équipe sfaxienne de football, volleyball et basketball ainsi que sur la comparaison avec les villes du Nord (notamment la capitale, Tunis), plus en avance en matière d’équipements sportifs.

C’est de cette volonté qu’a émergé le projet de « Cité sportive » élaboré vers 2015 dans le cadre de la candidature de Sfax pour l’organisation des Jeux Méditerranéens de 2021. L’échec récent (large défaite en finale face à Oran, Algérie) n’a pas remisé au placard le débat sur la création d’un « grand stade ». A partir d’exemples tirés d’autres pays (France, Brésil, Grèce, etc.) la conférence essaiera de dresser un tableau des enjeux et tendances actuelles des grands stades.

Un dimanche au stade Geoffroy-Guichard

« Au Stade des Villes » a pour ambition de collecter, au fil de l’eau, des « récits de vie » de personnes, de tout âge et toutes origines, se rendant plus ou moins occasionnellement au stade. Certaines personnes se rendant pour la première fois dans un stade, à l’âge adulte et presque par hasard… comme cette Grenobloise qui avait un autre projet en tête pour son dimanche après-midi.

Le 10 septembre, il y avait les « Bruleurs de Loup » contre les « Rapaces » de Gap à Echirolles.  Non pas qu’on joue dans l’équipe, mais notre fils fait du hockey roller et on aime bien les gradins de patinoire, à la fraiche.  On voulait y emmener nos copains, mais eux ils avaient prévu d’aller au match de foot…  Nous, on sait pas jouer au foot, on comprend pas les règles, encore moins le monde du football professionnel, tout juste si on savait que Neymar avait signé au PSG pendant l’été.  Mais ayant lu une bonne moitié de ce site (stade.hypothese.org), on avait envie de voir un jour, en vrai, un match au stade Geoffroy-Guichard.

D’abord, se repérer dans la billetterie en ligne.  Trouver des places pour être côte à côte plutôt que perdus au milieu de trente ou quarante mille inconnus.  Zone violette.  Numéro 28.  Tribune Jean-Snella – Jean qui ? –  Rang 2, place 113.  Au dessus du Kop sud pour les entendre, en face du Kop nord pour les voir et parce que de derrière les buts on voit bien le match, bien sur.

Zone violette, numero 28, tribune Jean Snella, rang 2, place 113

Ensuite, y aller.  Suivre un convoi de Stéphanois qui fait escale chez des Stéphanois pour prendre des forces avant le match, puis s’y retrouver dans les accès et stationnement pour le stade.  Plus on s’approche plus on voit d’écharpes de l’ASSE qui s’échappent des fenêtres des voitures, étendards rassembleurs.  Heureusement le BTP est en repos le dimanche, les voitures peuvent se mettre un peu partout à coté des engins de chantier.  Sans doute pas loin de dix mille conducteurs cherchent et trouvent une place, et tout le monde reste aimable, un beau début.

De loin on aperçoit le stade. Vite, enfiler son t-shirt vert!  Les vrais supporters s’équipent depuis plusieurs décennies donc on a un joli défilé de mode ASSE, collections toutes saisons, toutes ligues, toutes tailles. Puis on marche, on traverse les chantiers, on rejoint les rails qui ont l’air d’avoir été posées là pour la déco alors que sans doute c’est la seule chose qui reste d’un autre temps. D’ailleurs pourquoi il n’y a plus de tram pour venir au stade?  Parce qu’on ne veut pas?  Question aux supporters, aux politiques, aux sociologues ou aux urbanistes?  Avant, on y venait comment au stade Guichard?

Quartier récent, larges rues, pistes cyclables, bistro tendance, immeubles hauteur années 2000, ni trop ni trop peu.  Difficile de se souvenir des grandes heures de l’industrie, difficile de s’imaginer comment les différentes versions du stade se sont intégrées dans cet environnement.  Et le quartier, sans doute d’ordinaire chasse gardée des automobilistes, sourit de tous ces piétons verts, marcheurs du dimanche, flot continu à sens unique, manif gentille.

Sur la pelouse du stade la tension monte, on est à vingt minutes du coup d’envoi.  La fourmilière s’affaire: retrouver ses amis, ses billets imprimés, sa porte d’accès, faire la queue, passer la fouille, jeter les bouchons des bouteilles d’eau, chercher sa colonne d’escalier, suivre notre coach Jean Snella.  L’énormité du stade et l’empreinte au sol des piliers béton nous donne le sentiment d’être tout petit, l’échelle du plan semble s’être décalée.  Enfin, la première vue sur le terrain en plongée depuis le haut de tribune fait oublier l’extérieur et les cages d’escaliers impersonnels du bâtiment.  La densité des chaises, des rangées, des tribunes, et la proximité avec le terrain font rentrer instantanément dans le jeu.

Les chants chauffent la salle mollement, tradition importée d’ailleurs, mais les joueurs sont appelés un par un par la foule et acclamés à leur entrée sur le terrain.  On les aime, on les admire, et surtout on voudrait bien qu’ils nous fassent un beau match.  Les drapeaux et les tifos verts et blancs couvrent les tribunes et fabriquent ce décor éphémère qu’on garde en tête toute la durée du match, et bien après.

Décor éphémère sur le Kop nord, drapeaux et tifo vert et blanc

Le spectacle peut commencer, au milieu du brouhaha et des arrivées de dernière minute.  Le stade se réveille au premier but marqué par Saint-Etienne à la première minute de jeu, à peine si on avait entendu siffler le coup d’envoi.  Chacun rentre alors dans son rôle et les kops mènent la danse.  Au nord – en vert, fiers, bruyants, loyaux, disciplinés, investis d’une mission de représentation, officiels. Au sud – en noir, ska, insoumis, véhéments, les bad boys du stade.  Ils rivalisent d’entrain et de méthode pour mettre l’ambiance et maintenir les décibels, soutenant chacun à sa manière la même équipe, ne s’arrêtant qu’un court instant une fois dans le match pour se répondre en cadence, créant ainsi le plus bel effet acoustique du stade.

Le public a plus d’inertie à entrer dans le jeu.  Un but sur penalty du SCO d’Angers à la 9e minute plombe un peu l’ambiance, mais les Angevins ne sont qu’une poignée dans les gradins, cantonnés au coin, punis d’office.  On les oublie facilement, le match est à la maison, entre Stéphanois.  Les retardataires arrivent encore, les conversations s’installent.  Ici, on est pas scotché par les prouesses des sports extrêmes ou ébahi devant l’agilité des circassiens; on n’est pas non plus à la salle de muscu en quête d’hygiénisme du corps ou de dépassement de soi.  Non, on est là parce qu’on est dimanche après-midi et que l’équipe de Saint-E’ joue, c’est bien suffisant.  Fierté de la ville et du club, de son histoire et de ses moments de gloire, d’être en ligue 1, même si les joueurs ont changé, même si la saison dernière n’a pas été bonne.

A la mi-temps, on se dégourdi les pattes, on visite les lieux avec les enfants, la logistique suit, bien calibrée.  Puis le public reprend sa place et retourne au match, soudain décidé à en découdre, comme s’il venait de se souvenir qu’il devait donner une leçon aux Angevins et quand même en avoir pour son argent, voir un spectacle, pour de vrai.

L’arbitre hésite une fois ou deux sur des fautes, juste ce qu’il faut pour lancer les éternelles rengaines footballistiques, le stéréotype a la peau dur: il est où l’arbitre, vendu, ouvre tes yeux, incapable.  Cathartique et exutoire pour beaucoup, l’arbitre, comme au bar des sports, certains simplement pour dire quelque chose, d’autres sincères, intenses, à fleur de peau.  Le gardien de but des Angevins se fait très mal, la faute à un Stéphanois.  Le Stéphanois se fait exclure, et le gardien angevin va beaucoup mieux tout à coup.  Ca siffle fort dans les tribunes.  Les verts ont du talent mais parfois glissent et ratent leurs passes.  Les Angevins visent les cages mais rebondissent dessus.  Le ballon rond fait des allers-retours de terrain, sans vraiment y croire.  Les joueurs semblent loin, ils font leur vie sur le gazon.  Ca semble s’embourber, ne plus aller nul part, mais dans les gradins, bien au contraire, chaque spectateur commence à voir et vivre son propre match.

On suit l’action, on observe l’attaque et la défense mais le voisin lui voit la faute dix foulées plus loin.  Les experts font les pronostics de saisons, commentent les transferts de joueurs.  Les stratèges analysent et applaudissent les tactiques des verts.  Les justiciers rappellent à l’ordre les joueurs angevins pas réglo.  Les bavards se plaignent et s’enthousiasment en boucle.  Les inquiets gardent le silence et s’enfoncent peu à peu dans leur siège, comme menacés par ce score fragile de 1-1.  Les kops eux sont occupés à sauter, chanter et s’accorder, joyeux et festifs, ‘garagnas’ de 7 à 77 ans.

On est spectateur mais ici pas d’identification ni de distanciation.  Du réel, des règles, des sportifs bien entrainés, des techniques.  Chacun sa grille de lecture, chacun son match et chacun son spectacle, un peu comme au théâtre, mais bien plus encore: le stade est libre de code, ni pénombre, ni silence, ni interdiction de boire ou manger, ni restriction d’âge.  Ni bagage culturel ni texte de référence ni courant philosophico-politique.  Ici pas d’appartenance, pas de prétention sociale, pas de faire-semblant, juste l’envie d’y croire et de ne pas rater un match exceptionnel pour pouvoir dire ensuite j’y étais.  A défaut, sortir le dimanche.

On quitte le stade avec la marée humaine, on ramasse les collectors en chemin, drapeaux, feuille d’infos des supporters, boutique, quelques embouteillages.  On emporte ni victoire ni défaite, ni euphorie ni déception, mais le simple plaisir d’avoir vu un match avec les copains dans ce stade chargé d’histoire, entre capitalisme, jeux, traditions et Stéphanois.

Texte et photographies Aude A.

Un « récit de vie » qui montre qu’on peut être complètement béotien en matière de football et de stade et parvenir à saisir l’essence du match à travers une typologie de ses publics: l’expert, le stratège, le justicier, le bavard et l’inquiet. Un pas alerte vers une sociologie des publics du spectacle sportif que n’aurait pas renié Pierre Sansot…

c.f. Pierre SANSOT, « Vers une sociologie des émotions sportives », in Les formes sensibles de la vie sociale, Paris : PUF, 1986.
Le titre de l’article fait référence à Un dimanche à la campagne, un film français réalisé par Bertrand Tavernier, sorti en 1984.

Arabie Saoudite: le permis de conduire et droit au stade

Les femmes saoudiennes seront autorisées à entrer dans les stades du royaume wahhabite à partir de 2018 pour assister à des événements sportifs. Elles auront aussi le droit de passer leur permis de conduire l’an prochain. Des deux récentes décisions, concomitantes, témoignent certes d’une avancée pour les droits des femmes dans un pays ultra-conservateur mais elles s’expliquent surtout par des enjeux de réforme économique et de politique intérieure et régionale.

 

Permis de conduire…
Les femmes saoudiennes étaient jusque-là interdites d’accéder dans un stade.  L’Arabie saoudite était aussi et surtout le seul pays au monde à interdire aux femmes de conduire. Les Saoudiennes pourront passer leur permis de conduire dès juin 2018. Ainsi en a décidé le roi Salman par un décret royal dans la nuit du 26 au 27 septembre 2017.

Comme le souligne TV5 Monde, « ces mesures successives ne sont peut-être pas dûes à un soudain infléchissement envers les droits humains, mais sont plus certainement liées à une volonté d’entreprendre des réformes économiques pour enrayer l’affaiblissement du royaume après la chute des prix du pétrole.  En novembre 2016, le prince et milliardaire saoudien Al-Walid ben Talal, connu pour son franc-parler, avait lancé un vibrant appel pour que les femmes obtiennent enfin le droit de conduire en Arabie saoudite. Il avait parlé du « coût économique » du fait que les femmes en Arabie saoudite dépendent, pour se déplacer, de chauffeurs privés « étrangers » ou de taxis. Et si un mari trouve le temps de conduire son épouse, cela suppose qu’il s’absente de son travail, réduisant sa productivité, avait-il déploré. Autoriser les femmes à conduire est désormais « une demande sociale urgente que la conjoncture économique justifie« .  L’Arabie saoudite rémunère 400 000 chauffeurs pour conduire ces dames. Une charge salariale exorbitante pour un pays au train de vie qui ne correspond plus à sa croissance économique. »

L’Arabie saoudite s’inquiète en effet de sa dépendance excessive au pétrole, celui qu’elle produit plus que celui qu’elle consomme. D’après  Le Monde, « même si le décret a été émis par le roi, cette mesure doit être mise à l’actif de son fils, le prince héritier Mohamed Ben Salman, qui est l’homme fort du royaume. Surnommé « MBS », ce jeune trentenaire a lancé un ambitieux plan de réformes, baptisé « Vision 2030 », qui vise à rompre la dépendance de l’économie saoudienne à l’or noir et à desserrer l’emprise des religieux sur la société. Des rumeurs, pour l’instant démenties par le pouvoir, suggèrent que la passation de pouvoir entre Salman et son fils pourrait intervenir prochainement ».

Le jeune prince héritier (32 ans) est donc non seulement engagé dans une réforme économique majeure mais aussi dans la lutte contre les religieux ultraconservateurs et les opposants à la politique extérieure de blocus du Qatar et de guerre au Yémen. Cette lutte passe par des arrestations; elle passe aussi par des mesures d’émancipation des femmes.

… droit au stade
C’est en effet dans ce contexte que doit être lue la décision – annoncée par l’agence de presse officielle saoudienne SPA – d’autoriser les femmes à assister à des événements sportifs à partir de 2018 dans trois stades du pays: à Riyad, Jeddah (ouest) et Dammam (est). Elles y étaient jusque-là interdites en raison de la règle de séparation des sexes dans l’espace public. Cette règle  imposera d’ailleurs des travaux d’aménagement dans les stades existants afin de créer des espaces réservés aux familles, séparés des espaces autorisés aux seuls hommes. L’accès ne sera donc pas intégral et la mixité relative.

Notons que, dès le  samedi 23 septembre, des centaines de femmes avaient pu prendre place dans le stade Roi-Fahd à Ryad, à l’occasion de la 87e fête nationale qui a donné lieu à des concerts et des feux d’artifice. Notons enfin qu’il n’est rien dit des autres stades du royaume. Pourquoi la mesure ne s’applique-t-elle pas à eux?

Le baron Pierre de Coubertin doit se retourner dans la tombe qui déclarait au sujet de la place des femmes dans les enceintes olympiques qu’elle serait « impratique, inintéressante, inesthétique, et nous ne craignons pas d’ajouter : incorrecte » (Revue olympique, juillet 1912).

Is World Cup 2022 in Qatar at risk?

The Swiss justice has launched last Thursday the 12th of October 2017 an inquiry for infringement of procedural rules in the attribution of the TV rights for Middle East and Northern Africa zones in the football world cups 2026 and 2030. The Qatari media group BeIN is suspected of bribery. This new allegation against the little emirate is adding a bit more concern about its ability to welcome the 2022 edition of the world cup. The 6th of October, the BBC sports editor, Dan Roan, was revealing that a study run by management consultants was clearly speaking about a risk of report. When sport meets geopolitics.

 

Geopolitical background. A controversial victory
FIFA (Fédération Internationale de Football Association) voted in 2010 for awarding Qatar the 2022 World Cup. This controversial decision has been presented as a diplomatic victory for the small gas-rich emirate, while the development of its national media group (BeIN Media group, previously known as Al Jazeera Sport) and French football club Paris-Saint-Germain purchased in 2011 were seen as economical victories. Qatar is aiming to build nine new stadiums with state-of-the-art cooling technology to host World Cup games in 2022.

sources: http://sport24.lefigaro.fr

Beside some allegations about potential corruption of voters for the 2010 election, Qatar is facing a major geopolitical crisis. In June 2017, Saudi Arabia, Bahrain, Egypt and the United Arab Emirates (UAE) cut ties with their Gulf neighbour saying it was destabilising the Middle East by getting too friendly with Iran and supporting terrorism. Qatar strongly denies the allegation and has rejected a list of conditions for the lifting of sanctions. Saudi Arabia has closed its land border with Qatar, while all four countries have cut air and sea links with the kingdom.

 

Present situation. A controversial report
Management consultants Cornerstone Global have conducted a report entitled “Qatar in focus: Is the Fifa World Cup 2022 in danger?” It assesses the impact of the current diplomatic crisis between Qatar and its neighbours. There is « an increasing political risk that Qatar may not host the World Cup in 2022 » said the study.

BBC explains: “The document warns construction companies working on the country’s $200bn (£153bn) infrastructure programme that it is a « high-risk project »”. It claims tournament insiders and regional experts have both stated that it is far from certain Doha will actually host the tournament.

Dan Roan says: “Reasons for this are many and include open allegations of corruption – both in the bidding process and in the infrastructure development”. The report states « this means an increased risk for those working on, or seeking contracts for World Cup 2022 infrastructure… with a risk of non-payment and no realistic ability to enforce any legal contracts. (…) Given the current political situation… it is certainly possible that the tournament will not be held in Qatar. (…) Construction sources in Qatar have informed us that companies working on the World Cup, whilst not panicking yet, are already feeling the impact of the sanctions, with logistics proving costly and challenging to re-organise in light of the border closures with its neighbours. A group of five project managers working for a variety of small multi-national companies, all with government contracts related to World Cup construction, told us in July 2017 that their costs have increased by between 20 and 25% due to logistical problems. »

 

The counter-attack
Qatar counter-attacks speedily. In a statement, Qatar 2022’s Supreme Committee for Delivery & Legacy denounced the author of the report for having an « affiliation to the countries blockading Qatar ». It said: firstly « there is absolutely no risk to the future of the first World Cup in the Middle East”, secondly there is “no impact on preparations as a result of the ongoing and illegal blockade against Qatar » and thirdly it is clear that “the intention to create doubt regarding the tournament, while attempting to cause resentment amongst Qatari citizens and anxiety amongst foreign businesses and residents, is as transparent as it is laughable. »

We are never sure to see snow for Christmas. Are we sure to see a World Cup for Christmas in 2022? Future will tells us.

Cite this article as: Jean-Michel ROUX, Is World Cup 2022 in Qatar at risk?, in Au stade des villes, 18/10/2017, http://stade.hypotheses.org/1101.

Examen L1 « La ville et ses objets »

Mon cours de Licence 1 « Géographie et Aménagement » portant sur La ville et ses objets interroge – pour partie –  la question du rapport entre le stade et la ville. Un des sujets à l’examen de 2016-2017 était  : « A quels défis urbains, environnementaux et sociétaux vont devoir (ou devraient) répondre les urbanistes et aménageurs en charge de l’organisation de la prochaine Coupe du monde de football au Qatar (2022)? » L’usage de tout type de documentation était interdit et le thème du Qatar n’avait pas été abordé en cours. Voici quelques exemples de bonnes copies (en 2 heures), très différentes selon les options suivies par les étudiants.

 

Etudiant 1 (option Aménagement)
« N’importe quel objet, si vous l’étudiez correctement, toute la société vient avec ». André-Georges Haudricourt

L’étude du stade devient alors pertinente pour comprendre les logiques qui régissent une ville. D’abord créés à la gloire des dieux, puis pour la gloire des hommes sous l’Antiquité (grecque puis romaine), les stades se sont progressivement transformés pour devenir des lieux de loisirs qui accueillent des masses venant assister à des évènements, le plus souvent sportifs. L’un de ces évènements les plus connus est la Coupe du monde de football. Celle-ci se déroule tous les quatre ans, et en 2022, elle prendra place au Qatar. Évènement mondial dont la diffusion est planétaire, elle nécessite un très gros budget mais permet le rayonnement du pays d’accueil et l’explosion du tourisme pendant le mois que dure la compétition.

De nombreux pays se battent pour être sélectionnés pour accueillir ces tournois, souvent sans prendre en compte l’avis de leur population, ce qui engendre des potentiels conflits d’acteurs. Le rôle des aménageurs et urbanistes est donc central dans l’organisation d’une Coupe du monde, puisque de leur travail dépend en partie la réussite ou l’échec de ce genre d’évènements. A quels défis principaux les aménageurs et urbanistes doivent-ils faire face dans l’organisation d’évènements de cette nature au Qatar?
Afin de répondre à cette question, nous étudierons dans une première partie le défi urbain gigantesque que pose l’organisation d’une Coupe du monde (I), nous nous intéresserons ensuite aux défis environnementaux inquiétants que soulève ce type d’évènement  au Qatar (II), enfin nous étudierons les problèmes sociaux qui peuvent en résulter (III).

 

I. L’organisation d’une coupe du monde au Qatar: un défi urbain gigantesque
Les aménageurs et urbanistes doivent, à la fois, prévoir des structures aptes à accueillir les touristes dans des conditions optimales (a) mais aussi penser à l’après-coupe du monde.

a. Une exigence de sécurité pour l’accueil de milliers de touristes
La Coupe du monde est un évènement qui nécessite à la fois la construction de stades dans de nombreuses villes (dont les travaux commencent des années avant) mais aussi de complexes hôteliers, de « villages » pour accueillir les touristes. Les urbanistes et aménageurs doivent planifier toutes ces installations, trouver des endroits appropriés pour les installer, etc. La sécurité doit être leur exigence principale afin d’éviter des drames (ex. en mai 1992 une tribune s’est effondrée en Corse lors d’un match de football).

b. La nécessité de penser l’après-coupe du monde
Les aménageurs et urbanistes doivent également travailler en pensant à la future utilisation qui sera faite de ces équipements. Pour cela, il convient d’intégrer les complexes sportifs à la ville d’en discuter avec les habitants et de leur permettre de se les approprier. Il est important de penser à la reconversion de ces constructions pour ne pas reproduire des erreurs déjà faites. En effet, la construction de nombreux stades au Brésil pour la Coupe du monde précédente a conduit à l’abandon de ces stades que personne n’entretient.

 

II. Une Coupe du monde au Qatar: un défi environnemental inquiétant
L’organisation de la Coupe du monde au Qatar en 2022 pose (a) de nombreux problèmes environnementaux  auxquels les aménageurs et urbanistes vont devoir répondre (b).

a. Le Qatar, un territoire peu propice
La situation géographique du Qatar, du fait de son climat très sec et chaud, risque de poser de gros problèmes environnementaux. En effet, l’intense chaleur rend la climatisation obligatoire dans tous les stades et complexes sportifs. Les déchets plastiques risquent d’être exponentiels et donc le bilan énergétique catastrophique.

b. Les défis pour réduire l’empreinte énergétique
Afin de limiter au mieux les dégâts environnementaux, les urbanistes et aménageurs peuvent par exemple planifier des structures en matières renouvelables et/ou réutilisables. Ils peuvent également utiliser l’énergie solaire pour les alimenter. De même, le choix de changer les dates pour que la Coupe du monde ait lieu en hiver est pertinent.

 

III. Les grands évènements sportifs à l’origine de problèmes sociétaux
Ces grandes manifestations sportives peuvent être à l’origine de conflits, à la fois à cause des coûts (a) et des inégalités qu’elles engendrent (b).

a. La Coupe du monde, une manifestation aux coûts importants
Les coupes du monde peuvent entraîner des problèmes sociétaux du fait des coûts qu’elles impliquent, surtout dans les pays où les inégalités sont très marquées. A titre d’exemple, il y a eu de grandes manifestations au Brésil il y a trois ans pour protester contre ce type d’évènements. De plus elles entraînent de grosses dettes pour les pays d’accueil (ex. la Grèce après les JO).

b. Un facteur à prendre en compte
Aménageurs et urbanistes doivent tenir compte de la présence de ces inégalités dans le pays où ils travaillent pour rendre la situation moins difficile. Ils doivent travailler avec les locaux et les intégrer complètement à l’évènement qui va se dérouler.

Pour conclure, aménageurs et urbanistes portent une grande responsabilité dans le bon déroulement d’une coupe du monde. Le territoire du Qatar semble être la source de nombreux défis urbains, environnementaux et sociaux. Il faudra réussir à concilier les intérêts parfois divergents car l’impact d’un évènement tel que celui-ci ne laisse aucune place à l’échec, au moment où les yeux du monde sportif seront braqués sur le Qatar.

 

Etudiant 2 (option Espaces et Sociétés)
Le Qatar est un pays situé au Moyen-Orient, petit par la taille mais grand par sa richesse et son influence géopolitique. Puissance émergente du monde, le royaume du Qatar souhaite s’affirmer à l’international dans les toutes prochaines années et ainsi peser diplomatiquement et politiquement dans les décisions du futur du XXIe siècle.  Organiser le plus grand évènement sportif de la planète est une étape et une volonté affichée du Qatar  pour s’ouvrir au monde. Ainsi de gigantesque travaux ont débuté il y a trois ans de cela et les premières difficultés apparaissent. A quels défis seront confrontés les auteurs d’un tel projet, dans un pays encore mal connu? Les enjeux urbains, environnementaux et sociaux seront énoncés et analysés respectivement dans trois parties.

I. Les villes au Qatar ne sont pas nombreuses relativement à la superficie du pays. Doha, capitale qatarienne, concentre une très grande partie des activités et des hommes du pays. Cette ville futuriste est « peuplée » de gratte-ciels et de tours. Le fait qu’une grande partie du Qatar soit entouré du désert limite ainsi le choix de l’emplacement des futures installations, que ce soit des stades, des fans zones ou encore des infrastructures sportives (complexes d’entraînement). Ainsi, le défi initial des urbanistes et aménageurs est de trouver de la place dans un pays qui en manque. Une solution risque d’être de détruire des zones d’habitation pour les plus pauvres, car comme nous le verrons en troisième partie, les inégalités sont très fortes et tout le monde ne peut habiter en ville.

La construction de nouvelles voies de communication participe au défi urbain ; des routes et des voies de bus menant les joueurs et spectateurs du stade aux hôtels devront être construites, ainsi que les logements nécessaires aux centaines de milliers de supporteurs. L’enjeu urbain est immense ; il transforma drastiquement le paysage du pays.

 

II. Le Qatar est un pays au climat très spécifique ; plus de quarante degrés à l’ombre durant l’été avec des chutes de température la nuit. La régulation de la chaleur dans et autour des stades sera un défi environnemental sans précédent dans l’histoire de la Coupe du monde ; aucun pays aussi chaud n’ayant jamais accueilli une telle compétition. Pour tempérer le climat désertique, des innovations technologiques devront être apportées. Une solution pourrait être des stades clos et climatisés ou ventilés pour descendre à une température d’une vingtaine de degrés. Ici la protection de la santé des joueurs et spectateurs entrent en jeu pour une compétition longue d’un mois.

La qualité du sol et les matériaux utilisés pour construire de telles infrastructures font également partie de la question environnementale. Les aménageurs devront ainsi s’assurer construire sur des sols adéquats en évaluant leur résistance afin d’éviter un effondrement de tribune. Un dosage précis des matériaux et de la précision dans la fabrication des pièces nécessaires seront nécessaires à l’édification des construction en béton.

On sait également que le Qatar tient sa richesse du pétrole, activité néfaste pour l’environnement. On sait également que le Qatar possède des populations très pauvres vivant dans des conditions laissant à désirer. Le rejet de particules nocives dans le désert est une plaie environnementale connue au Qatar. Ainsi de gros efforts sur le plan environnemental  doivent être mis en oeuvre au travers de cet évènement. Cette mission doit être au coeur du travail des urbanistes et aménageurs.

 

III. Le royaume du Qatar est divisé en deux sociétés ; les très riches se regroupent dans les villes, dans les grandes tours de verre, les plus pauvres vivent dans des habitations de fortune, à l’écart des villes, en bordure du désert ou aux marges des grandes villes. On peut aussi parler des droits de la femme au Qatar, bien inférieurs à celui des hommes. Elles ne peuvent travailler sans l’accord de leur mari par exemple. Cette société est encore refermée sur elle-même et distante du monde occidental. L’ouverture sociétale sera un enjeu fort tout en préservant son identité, ses traditions, ses coutumes. Réduire les disparités sociales, encourager l’émancipation, favoriser l’accessibilité pour tous aux infrastructures font partie des défis immenses qui dépassent le football.

Les aménageurs et urbanistes chargés de l’organisation de la Coupe du monde auront des défis immenses à relever dans un pays au potentiel économique et touristique fort. Transformer les réseaux routiers et le paysage urbain, innover et faire participer la recherche en matière environnementale, permettre l’accès au plus grand nombre et dans de meilleures conditions aux stades, tout en assurant une sécurité maximale, la Coupe du monde devra relever plein de défis!

 

Etudiant 3 (option Urbanisme)
Depuis plusieurs décennies le Qatar s’illustre sur la scène internationale par son développement économique à la fois rapide et impressionnant. Le pays se hisse parmi les pays les plus riches du monde en terme de PIB/habitant, principalement par l’exploitation de la manne d’hydrocarbures mais aussi par de juteux placements boursiers et immobiliers.

Dès lors, cet émirat ne cache plus ses ambitions. Il veut afficher au monde sa réussite, dont il est fier. Fini l’époque des promoteurs de l’image et de la réussite du Qatar, tous regroupés dans les plus luxueuses stations balnéaires du monde, exhibant leurs fortunes. Désormais, ce petit pays arabe veut organiser un des plus prestigieux évènement au monde: la coupe du monde de football. Cela est prévu pour 2022 et les moyens financiers ne manquent pas à ce richissime émirat. Mais plusieurs défis attendent ce pays dans l’organisation de son évènement. Ce sont des défis de nature diverses qui assureront, s’ils sont pris en compte sérieusement, la réussite de cet évènement planétaire.

Ainsi, comment le Qatar peut-il réussir l’organisation de la Coupe du monde de football de 2022 par des leviers structurants? Nous allons donc centrer notre raisonnement sur trois principaux défis que les urbanistes et aménageurs devront réussir à relever.

 

I. Tout d’abord, le premier défi est urbain. En effet, le Qatar devra s’équiper massivement de stades de football mais aussi d’infrastructures hôtelières, commerciales et résidentielles pour assurer un accueil digne aux nombreux visiteurs. Il faudra d’abord garantir l’insertion de ces objets complexes que sont les stades dans la ville. Il faudra éviter de les implanter en centre-ville car cela peut poser de nombreux problèmes comme ceux de la circulation, du bruit, ou encore de la sécurité. Une infrastructure sportive d’envergure nécessite un complexe spatial entièrement dédié à elle.

Pour favoriser l’accessibilité, les urbanistes devront répondre à un important défi: celui des transports. Il faudra permettre à des milliers de personnes de se déplacer, en assurant la fluidité de la circulation et la sécurité des personnes. Il faudra aussi s’inscrire dans une cohérence architecturale et de valorisation paysagère.

La question des transports est essentielle pour la cohérence urbaine mais elle l’est aussi dans la logique d’un autre défi: l’environnement. Les transports urbains propres et innovants devront être au coeur des stratégies de maîtrise d’ouvrage de l’Etat du Qatar car ce pays est entièrement dépendant des énergies fossiles. Une très grande part de la population possède de gros véhicules énergivores.  Des transports propres comme des tramways ou des bus électriques pourraient enclencher la transition écologique du pays.

 

II.  Mais en matière d’environnement, d’autres défis semblent cruciaux. C’est le cas par exemple de la question de l’eau. Nous savons qu’un stade de football est très gourmand en eau du fait de sa pelouse. Nous savons aussi que les pelouses artificielles, bien que non consommatrices d’eau, n’offrent pas la même qualité de jeu, ce qui serait indigne d’une compétition internationale de renom comme la Coupe du monde. Pour cela, il faudra mettre en oeuvre une stratégie pouvant dégager des solutions face à cette problématique. Une solution pourrait être de développer des pelouses génétiquement modifié afin de s’adapter au climat. En matière d’implantation, on pourrait aussi rechercher des sites près de la mer afin de bénéficier d’une importante humidité pour empêcher que le sol ne soit en important déficit hydrique.

Le Qatar se situant en plein désert, il va poser des défis environnementaux. Le premier sera celui de la température. Les pics caniculaires rendent très compliquée une activité sportive intense. Pour cela il faudra penser les stades et les transports afin qu’ils maximisent les îlots de fraîcheur. Il faudra bâtir avec des techniques favorisant une construction durable et un isolement diminuant les dépenses et l’énergie nécessaires au refroidissement de ces lieux.

 

III. Après l’environnement, le Qatar est aussi confronté à des défis d’une autre nature: les défis sociétaux. Il y a d’abord une éthique à instaurer  et ce, dès le début des travaux. Il s’agit des travailleurs étrangers, venus de pays d’Asie-du-Sud qui reçoivent de mauvais traitements. Il faut que la maîtrise d’ouvrage impose une volonté de travail éthique et digne. Mais l’enjeu clé des défis sociaux c’est celui de la mixité sociale, de la tolérance et de l’intégration. Malgré les richesses du Qatar, il demeure de fortes inégalités socio-spatiales. Il faudra donc, au sein des quartiers les plus déclassés – ceux qui souffrent – pouvoir faire des progrès en matière de rénovation urbaine et surtout permettre l’implantation d’infrastructures hôtelières et commerciales afin de dynamiser ces territoires et de limiter la fracture territoriale et sociale dont plusieurs pays dont le Qatar souffrent.

Pour conclure, nous pouvons affirmer que pour l’organisation de la Coupe du monde 2022, le Qatar devra répondre à de nombreux défis. Il y a d’abord des défis urbains, ceux de la cohérence urbaine, de la qualité architecturale, des transports, mais aussi de la gestion des nuisances sonores. Il y a ensuite des défis environnementaux avec la gestion de la ressource en eau dans un climat désertique. Il s’agira enfin de faire face à des défis sociaux, ceux de la dignité du travail, de l’intégration, de l’inclusion et de la mixité sociale et fonctionnelle. Mais au final, le véritable défi du Qatar est celui de la communication. Il faut que l’évènement devienne la vitrine d’un pays   prospère, ambitieux et résolument tourné vers l’avenir, un pays moderne et tolérant car ce genre d’évènement peut promouvoir et développer tout un pays. Rappelons pour terminer que la Coupe du monde espagnole dans les années 80 fut la genèse de plusieurs années de prospérité et de miracle économique.

 

Etudiant 4 (option Urbanisme)
Pour répondre à cette question nous allons faire un plan en trois parties: défis urbains, environnementaux, et sociétaux.

1. Tout d’abord le Qatar est un pays du Proche-Orient, composé essentiellement de désert et d’une côte maritime. La température y est extrême, dépassant les 45° C.. Le Qatar, et surtout les  aménageurs en fonction de l’organisation pour la Coupe du monde, vont devoir relever plusieurs défis.

Les défis urbains sont un point clé dans l’organisation spatiale d’un évènement. Pour la Coupe du monde de 2022 le Qatar fût sélectionné pour être le pays d’accueil. Mais en plus des équipements obligatoires (les stades), il faut tout une batterie d’infrastructures de connexion entre elles. Pour construire tout cela, il faut des bases solides, ce qui est un défi en tant que tel sur un sol sableux. Le Qatar a déjà commencé à investir la côte en développant un système d’îles flottantes qui sont artificielles. Il est connu aujourd’hui pour ses constructions géantes mais remises en cause pour leur utilité (pistes de ski, centre commercial, circuits automobiles, immeubles géants, etc.).

Pour articuler toutes ces infrastructures le Qatar a déjà mis en place un système autoroutier autour de la seule automobile. Il faudra développer non seulement le système existant mais également construire toutes les infrastructures et bâtiments secondaires, hôtels, restaurants, loisirs, magasins, etc… peut-être même un service de transport en commun pourrait être mis en place car les visiteurs seront nombreux.

2. Les défis environnementaux viennent s’ajouter aux défis urbains pour les aménageurs. Le plus gros défi est celui de la chaleur, dans un pays où la chaleur excède les 45° C. Les Qataris semblent avoir trouvé la solution avec la climatisation, de la chambre d’hôtel à la voiture, en passant par l’immeuble tout entier avec les restaurants et les bureaux. Cette climatisation des espaces communs ou privés a un coût pour l’environnement. Cette énergie provient peut-être de centrale nucléaire ou de la combustion de l’essence.

Trouver de l’eau dans un pays désertique est un plus gros défi encore que la chaleur. Le Qatar dé-salinise ou importe de l’eau (trois jours de réserve). Récapitulons. Pour avoir moins chaud, il faut de la climatisation, or l’eau utilisée pour cela est déjà rare et sa raréfaction n’est pas prêt de disparaître. Les aménageurs devront répondre à ce défi.

Le Qatar est devenu si riche et aussi rapidement en raison du pétrole… qui pollue. Si le pétrole venait à se raréfie, le Qatar devrait trouver des moyens de diversifier son économie (rachat du PSG p.ex.). Le Qatar défriche également ses seuls remparts face à l’avancée du désert (végétation basse). S’ajoute la question de l’alimentation des touristes dans un pays désertique. Les nourrir localement coûtera d’importante quantité d’eau ou il faudra les faire venir de l’extérieur (augmentation des flux et de la pollution).

ll y a aussi les tempêtes de sable, courant dans cette région. L’activité humaine se voit stoppée nette par cet évènement météorologique. Il faudra donc mettre en place des systèmes d’alerte et des infrastructures efficaces.

3. Au Qatar, les « vrais » Qataris, sont peu nombreux. La plupart des habitants sont des migrants, des travailleurs venus de pays extérieurs pour y travailler. Mais la réalité a vite changé. Selon de nombreuses ONG, les employeurs du bâtiment ont des pratiques douteuses. Les migrants se voient souvent privés de leurs passeports et obligés de travailler sous un soleil de plomb et pour un salaire de misère (beaucoup y ont malheureusement déjà perdu la vie). La Coupe du monde devrait permettre d’améliorer les conditions de vie des travailleurs les plus pauvres, proches de l’esclavage moderne.

En conclusion, les aménageurs et urbanistes en charge de l’organisation de cette coupe du monde vont devoir relever de nombreux défis: urbains, (morphologie urbaine, centre/périphérie, mobilités, sable, infrastructures, etc.), environnementaux (chaleur, rareté de l’eau, pollution, tempête de sable) et sociaux (migrants, esclavage moderne, ouverture économique, absence de classe moyenne, etc.). Le Qatar réussira-t-il son pari d’ici là?

Concevoir des stades pour demain

Vendredi 13 octobre 2017, j’ai donné une intervention dans le cadre du séminaire « Espaces et territoires » du Master 2 Design Urbain de l’Institut d’Urbanisme et de Géographie Alpine de Grenoble.

Le séminaire a commencé par un exercice d’écriture demandant aux étudiants de décrire leurs souvenirs de première visite d’un stade, de donner le nom d’un stade adoré et/ou détesté, en expliquant les réponses.

Résultats du tour de table suite à l’exercice d’écriture

Le tour de table présentait quelques résultats intéressants. Plus d’étudiants s’étaient rendus dans un stade à l’occasion d’une visite scolaire ou touristique (Firminy vert, stade olympique de Berlin, Camp Nou et stade olympique de Montjuïc à Barcelone), d’un concert ou d’un meeting et/ou cérémonie religieuse que pour assister à un match. Plusieurs ne s’étaient même jamais rendu dans un stade et n’en voyaient pas l’intérêt. Passer devant leur suffisaient pour mesurer la coupure urbaine qu’ils pouvaient engendrer… La dimension technique la plus impressionnante pour eux étaient la gestion des flux de personne et les mouvements de foule que généraient les stades.

La première visite avait été exclusivement faite en groupe: sortie scolaire, entre copains, en famille (« père et fille » revenant plus que « père et fils »!). Enfin, les souvenirs de l’évènement portaient moins sur le spectacle en tant que tel que sur l’impression qu’avait produite sur eux l’architecture (« beau et terrifiant », « une machine de guerre », « un stade qui met mal à l’aise », « un disneyland », « un cube lumineux dans la garrigue ») et sur les ambiances (« plate », « froide », « surprenamment cool », « effervescente »). Parfois les étudiants avaient plus discuté et regardé les tribunes que le spectacle.

La seconde partie du séminaire consista à montrer les résultats d’une de mes recherches sur les liens existants dans le temps entre société et type de stade depuis les Grecs jusqu’à l’époque contemporaine. L’exposé fut l’occasion d’un échange stimulant sur les tendances émergentes en matière de conception et management des stades en Europe (modèles anglais, allemands, etc.).

 

Euro 2016 : La Cour des comptes épingle l’Etat et les collectivités

La Cour des Comptes de la République française et six chambres régionales des comptes viennent de  publier le 28 septembre 2017 un rapport public thématique sur Les soutiens publics à l’Euro 2016 en France. Quels retours d’expérience pour les pouvoirs publics ?. Les cours se montrent très critiques sur le mode d’organisation de l’Euro 2016 de football. Elles pointent de nombreuses défaillances liées aux accords préalables conclus avec l’UEFA (Union des associations européennes de football) détentrice des droits ainsi que les trop lourds investissements consentis par les collectivités.

https://www.ccomptes.fr/fr/publications/les-soutiens-publics-leuro-2016-en-france

Le rapport se présente sous la forme d’un rapport de synthèse (tome I) et dix cahiers territoriaux (tome II). La cour introduit son travail par un satisfecit: « En accueillant l’Euro 2016, la France a souhaité manifester sa capacité à organiser une des plus grandes compétitions sportives internationales. Les deux défis que constituaient la mise à disposition d’équipements sportifs et de transport adaptés aux besoins du tournoi et le bon déroulement de l’événement ont été relevés sans accroc, d’une façon saluée comme très satisfaisante, dans un contexte pourtant devenu critique sur le plan sécuritaire ».

Elle prévient d’emblée que le rapport ne cherche pas à refaire un bilan économique de cette manifestation. Elle ne le pourrait pas d’ailleurs…  l’organisation ayant été « progressivement confiée au secteur privé » avec comme conséquence la soustraction des «données financières du tournoi à toute investigation publique»…  La Cour et les six chambres régionales des comptes concernées ont donc centré leurs investigations sur les modalités de mise en œuvre des soutiens publics nécessaires à la compétition et sur les risques financiers que la gestion d’enceintes sportives agrandies et rénovées fait peser sur les collectivités.

La Cour regrette un «dispositif institutionnel et juridique médiocre» qui a mis l’Etat et les collectivités françaises dans un « rapport de force inégal » face à une association internationale de droit privé (en l’occurrence l’UEFA) qui peut arrêter « unilatéralement le processus de candidature » et fixe seule « les conditions très détaillées d’attribution de la compétition ». La procédure est par nature défavorable aux États qui sont mis en concurrence.

La France a ainsi dû, entre autres, modifier sa loi pour permettre d’accueillir la compétition1. Elle n’a pas assorti le soutien de l’Etat d’une évaluation préalable des coûts d’accueil de l’événement, ni de ses retombées économiques; se fiant à un rapport commandé par l’UEFA elle-même! La France a dû aussi prendre, en 2010, l’engagement que le Gouvernement assumerait « tous les coûts afférents à la mise en œuvre des mesures de sécurité liées aux manifestations de l’Euro 2016 » et dégageait l’UEFA de toute responsabilité en matière de sécurité.

Le cahier des charges de l’Euro 2016 affichait l’objectif suivant : «nonobstant sa qualité d’organisme à but non lucratif situé en Suisse», l’UEFA « cherchera à retirer le revenu le plus élevé possible de l’Euro 2016 et à minimiser les dépenses qui y sont liées ainsi que ses obligations fiscales, afin de s’assurer que le football européen retire le bénéfice maximum de l’UEFA EURO 2016 ». Ce fut chose faite: le résultat net s’est élevé à 847,3 M€ (en hausse de 42,7 % par rapport à l’Euro 2012!), soit un taux de marge bénéficiaire de 44,2 %.

Résultat net de l’UEFA à l’occasion des tournois de l’Euro (en M€). Source: Cour des comptes d’après rapports financiers UEFA
L’UEFA a donc fait plus que partager les dépenses et les risques avec l’Etat et les collectivités françaises tout en privatisant au maximum les retombées économiques. Elle laisse enfin aux collectivités territoriales des stades qui constitue un « héritage matériel du tournoi (qui) n’est pas exempt de risques ».
Alors que la France et la Ville de Paris célèbrent l’obtention par le CIO (Comité Internationale Olympique) des Jeux Olympiques 2024, ne risque-t-on pas de devoir un jour changer la formule Vae Victis (malheur au vaincu) par un « malheur au vainqueur! »?
Cite this article as: Jean-Michel ROUX, Euro 2016 : La Cour des comptes épingle l’Etat et les collectivités, in Au stade des villes, 29/09/2017, http://stade.hypotheses.org/1022.
  1. L’article 51 de la loi du 29 décembre 2014 de finances rectificative pour 2014 exonère de divers impôts les organismes chargés de l’organisation, sur le territoire national, d’une compétition sportive internationale. []

Le « grand stade » de la FFR: des limbes au purgatoire

Les collectivités locales franciliennes touchées par l’abandon du projet de « Grand Stade » de la Fédération Française de Rugby (FFR) ont annoncé le 19 septembre 2017 qu’elles allaient intenter une action en responsabilité contre la fédération. Retour sur un projet avorté qui passe directement des limbes au purgatoire.

 

Le coup de poker
Aux débuts des années 2010, la construction des nouvelles enceintes des fédérations irlandaises et galloises de rugby (Aviva Stadium, Dublin  & Millennium Stadium, Cardiff) donne des idées à la FFR. Celle-ci décide de s’offrir sa propre enceinte et d’abandonner le stade-de-France de Saint-Denis. Elle ne souhaite plus dépendre du consortium du stade-de-France dont elle  conteste le montant de la location.  Elle entend aussi ne plus avoir à se coordonner avec les autres fédérations sportives pour le calendrier des matchs. Peu lui importe les réticences du gouvernement qui ne voit pas d’un bon oeil un tel projet, délétère pour celui du stade-de-France. La FFR tente un coup de poker en comptant sur les appuis qu’elle recevra forcément des collectivités candidates à l’accueil d’un tel projet.

En 2010, la FFR lance tout d’abord une première étude pour définir la base du projet (un stade ultra-moderne, adapté à tous les publics, totalement modulable pour pouvoir héberger tous les types de manifestations) puis une étude de faisabilité évaluant le projet à 600 millions d’euros. « En novembre 2010, Pierre Camou, président de la FFR et Serge Blanco, membre du comité directeur de la FFR, présentent au public leur projet de stade de la Fédération Française de Rugby, un stade de 82 000 places avec pelouse et toit rétractable1« .

Le 18 juillet 2011 les dossiers de candidature de neuf sites désireux d’accueillir l’enceinte sont transmis à la FFR qui choisit le 29 juin 2012, lors de son congrès de La Baule, le site de Ris-Orangis et Bondoufle présenté par Évry Centre Essonne. Le 8 février 2013, l’équipe d’architecte Populous et Ateliers 234 est retenue. Ils sont les auteurs de nombreux stades d’envergure et rassurent sur la faisabilité du projet.

Source: http://www.info-stades.fr/projet/59/paris-ris-orangis-grand-stade-rugby. Architecte: Populous

 

Le coup arrêt de la Cour des Comptes
Alors que le projet semble devoir se réaliser à marche forcée, en dépit de nombreuses réticences venant de toutes parts, un premier coup d’arrêt est donné par la Cour des Comptes. Selon l’article « Projet de grand stade de la Fédération française de rugby à XV » du site Wikipédia, la Cour des Comptes se montre en effet très critique sur le projet.

« La critique porte sur trois points :
1- le projet repose sur un financement privé garanti « par le Département de l’Essonne jusqu’à un plafond de 450 millions d’euros ». Étant la garantie ultime des collectivités locales, l’État serait de fait responsable en dernier ressort de la garantie d’emprunt qui pourrait être accordée ;
2- l’arrêt de la convention entre la FFR et le consortium gérant le stade de France induirait pour l’État « une charge supplémentaire annuelle minimale de l’ordre de 23 millions d’euros pour l’État » jusqu’en 2025, « soit entre 161 et 186 millions d’euros suivant la date d’entrée en fonctionnement du stade de rugby ». Le départ du Stade de France de l’équipe de France de rugby le contraindrait en effet au versement d’une indemnité annuelle de 6,3 millions d’euros et le rendrait de nouveau « redevable envers le concessionnaire de l’indemnité d’absence de club résident, soit 17 millions d’euros par an ».
3- la création d’un nouveau stade en Île-de-France conduirait à une baisse de la valeur du Stade de France dont l’État est propriétaire1.

Pourquoi donc l’Etat accepterait-il qu’une de ses fédérations, agrée par son propre Ministère des Sports, vienne remettre en cause l’équilibre économique d’un projet d’intérêt national qu’il a porté lui-même?

Le coup de grâce de Laporte
Ce n’est finalement pas du côté de l’Etat que viendra le coup de grâce. Le projet est brutalement arrêté en décembre 2016 par l’élection à la présidence de la FFR de l’ancien ministre des sports, Bernard Laporte, qui en avait fait une promesse de campagne. Le coût du « grand stade » – estimé à 600 millions d’euros – allait selon lui, remettre en cause la santé économique de la FFR. Pénalités de dédit comprises, le projet est arrêté après avoir coûté entre 12 et 14 millions d’euros selon les estimations.

Le projet est certes arrêté mais la FFR n’en a pas fini avec celui-ci. Les collectivités publiques concernées (la ville de Ris-Orangis et l’agglomération Grand Paris Sud Seine Essonne Sénart) viennent de décider d’intenter une action en responsabilité contre la FFR devant le tribunal administratif de Versailles. Elles estiment leur préjudice à 50 millions d’euros.

Affaire à suivre…

Cite this article as: Jean-Michel ROUX, Le « grand stade » de la FFR: des limbes au purgatoire, in Au stade des villes, 26/09/2017, http://stade.hypotheses.org/1003.
  1. source: https://fr.wikipedia.org/wiki/Projet_de_grand_stade_de_la_Fédération_française_de_rugby_à_XV, consulté le 26 septembre 2017 []

Nouvelle tribune à Dijon

Le stade Gaston-Gérard de Dijon inaugure sa nouvelle tribune Est de 5000 places ce samedi 16 septembre 2017 à l’occasion du match de Ligue 1 Dijon FCO-ASSE. C’est l’aboutissement d’un projet de démolition-reconstruction de deux ans.

Le stade Gaston-Gérard, baptisé ainsi en 1969 en l’honneur de l’ancien député-maire de Dijon, a été inauguré en 1934. Il s’inscrit alors dans un parc omnisports typique du mouvement moderne, le Parc de Montmuzard. Le stade est circo-rectangulaire (une forme remontant au stade olympique de Londres en 1908, le White City) et omnisports avec son terrain de foot et sa piste d’athlétisme. Le parc comprend entre autres un vélodrome et des terrains de tennis.

Plan du parc omnisports (1934). Source: https://www.metropole-dijon.fr/Les-grands-projets/Un-grand-stade-pour-le-DFCO

Devenu vétuste, la collectivité Dijon Métropole fait le choix de ne pas le démolir entièrement pour reconstruire un nouveau stade comme par exemple Grenoble et son Stade Berti rasé pour laisser place au Stade des Alpes. Elle procède alors par étapes. Les premiers travaux de rénovation sont effectués en 2007. En 2015, le succès sportif du Dijon FCO se confirmant avec une remontée en Ligue 2 en 2012, une nouvelle tribune Est est décidée pour une capacité de 4978 places contre 2429 précédemment. La démolition s’effectue en juillet par grignotage (cf son time lapse). La « première pierre » est posée en décembre de la même année et les travaux se terminent dans le courant de 2017.  Elle est partiellement ouverte au public le 4 février dernier lors de la réception du Paris-SG.

Vue de la nouvelle Tribune Est (projet). http://www.info-stades.fr

La piste d’athlétisme disparaît, faisant passer le stade d’une forme cirque-rectangulaire à un stade « à l’anglaise » avec quatre tribunes rapprochées du bord du terrain et se faisant face1. Les angles ne sont pas (encore?) comblés par des virages et la toiture est chargée de donner une unité architecturale.

Cette nouvelle tribune, dont le coût des travaux est estimé à 19,3 millions d’euros en 2015 a été conçue par le cabinet d’architecte Guervilly & Mauffret2. Dijon Métropole met en avant l’intégration de la tribune à son quartier et sa multi-fonctionnalité: « sa façade, rappelant une habitation urbaine, s’ouvre sur un parvis qui donne sur la rue du stade et entre en résonance avec les constructions de l’écoquartier Hyacinthe-Vincent.  (…) Construite sur trois niveaux, cette tribune a une capacité d’environ 5000 places . La structure accueille aussi les bureaux du DFCO, une salle de réception modulable de 1200 m², 20 loges, la boutique du club et les vestiaires du personnel (stadiers) ».

La collectivité met aussi en avant le choix de garder le stade à son emplacement initial pour son insertion urbaine, dans un « parc arboré », lui permettant d’être desservi par le tramway et « entouré par un réseau de parkings de proximité (1 km à la ronde) ».

Les stades sont comme les villes. Ils peuvent être la réalisation d’un projet planifié sur une table rase. Ils sont aussi, le plus souvent, un palimpseste, c’est-à-dire le résultat sur le temps long, d’opérations de construction et reconstruction.

Cite this article as: Jean-Michel ROUX, Nouvelle tribune à Dijon, in Au stade des villes, 16/09/2017, http://stade.hypotheses.org/710.

 

  1. Cette disposition permet de mettre les spectateurs aux « premières loges »: à 8,2 mètres de la ligne de touche en volée basse et 12,4 mètres en volée haute []
  2. Le groupement Jean Guervilly comprend non seulement le cabinet Guervilly & Mauffret (Paris-Saint-Brieuc), mais aussi Hervé Regnault (architecte à Chalon-sur-Saône), le groupe Alto Sarl, BSO Sarl, Bethak, ECB Sarl, Avec acoustique, Casso & associés, LTC Eurl, Nr Conseils []

Au stade de la décroissance. La Mosson

Certaines villes doivent gérer une démographie et une économie déclinantes: Detroit et Flint aux USA, les villes d’Allemagne de l’Est, Saint-Etienne plus près de chez nous. Ce déclin pose d’énormes problèmes urbanistiques, depuis le sur-dimensionnement des réseaux à la gestion du parc immobilier. Elles entrent alors dans une phase de décroissance urbaine. Certaines en profitent pour se ré-inventer, d’autres n’ont guère de choix que de détruire ou de rendre à la nature des quartiers entiers. Les stades connaissent aussi parfois des phases de décroissance. Comment les gestionnaires et utilisateurs de ces équipement font-il face à la désaffection populaire? Exemple récent avec le stade de la Mosson à Montpellier.

Le stade de Gerland à Lyon, propriété de la Ville, a récemment vu sa capacité réduite à la suite du départ de son club de football résident, l’Olympique Lyonnais. Le nouveau club résident, l’équipe de rugby du LOU, n’avait pas les moyens d’occuper un stade de 41 000 places. D’importants travaux de reconfiguration sont actuellement en cours pour ramener sa capacité à 25 000 places « au quotidien » (extensible 35 000 places si besoin). Les coûts des travaux, confiés au cabinet AIA Architecte et réalisés par Eiffage, s’élèverait à quelques 38 millions d’euros selon Lyon Capitale, pris en charge par les actionnaires du club.

Stade de Gerland, configuration avant réduction de sa capacité, 2004.

Cette solution ambitieuse de réduction-reconfiguration n’est pas à la portée de toutes les bourses de club ou de collectivités publiques, surtout si l’avenir de l’édifice en tant que tel, n’est pas assuré sur le long terme. La capacité utile du stade de la Mosson, enceinte de Montpellier, appartenant à la Communauté d’Agglomération, va être réduite de 5 000 places cette saison. Commence l’annonce L’Equipe du jeudi 17 août 2017, « Montpellier a annoncé qu’il réduisait la capacité du stade de la Mosson, sacrifiant environ 5 000 places. Le stade disposera désormais d’une capacité de 22 000 au lieu de 27 000. (…) Pour l’ensemble des matchs à domicile de la saison, la tribune Aigoual sera intégralement fermée et la tribune Cévennes partiellement ouverte. (…) Depuis plusieurs saisons, la fréquentation du stade de Montpellier, sacré champion de France en 2012, a chuté passant d’une moyenne de 17 492 à 12 356 spectateurs ».

Plan du stade de la Mosson. Source: http://plan-stade.fr

En fait, il ne s’agira guère que de condamner l’accès au deuxième tiers de la tribune d’honneur: le niveau « Cévennes » avec ses 5 452 places. Le dernier tiers, le niveau « Aigoual » et ses 4 508 places étant déjà fermé. La partie basse de la tribune, exposée aux caméras, reste ouverte. Le stade sera passé progressivement de 1997 à 2017 d’une capacité officielle de 35 500 places assises à une capacité utile de 22 000 places. Les coûts d’exploitation et la sécurité sont une première explication. Il est probable que cela soit aussi la conséquence des nouvelles exigences de la Ligue Nationale de Football qui souhaite pénaliser les clubs présentant aux caméras de télévision des tribunes vides ou clairsemées1. Mieux vaut alors concentrer le public sur la partie basse d’une tribune en cadrant judicieusement…

Cette décision laisse aussi penser que le club et la ville vont cesser d’investir excessivement dans l’entretien d’un stade dont l’avenir s’écrit en pointillés depuis les annonces faites par le maire Philippe Saurel de construire un nouveau stade à proximité du quartier commercial d’Odysseum2.

Nul doute aussi que les inondations successives du stade doivent peser dans la décision. En effet, le stade a été noyé à plusieurs reprises lors de ce qu’on appelle les « épisodes cévenols »3: le 12 décembre 2002, fin septembre 2014 puis début octobre 2014. A chaque fois les dégâts ont été considérables. En 2014 le club a dû se replier temporairement sur le stade voisin du rugby (stade Altrad).

Photo AFP. source: https://www.lematin.ch/sports/football/le-stade-de-la-mosson-a-montpellier-a-ete-inonde/story/18650528. Le 7 octobre 2014.

La disparition programmée du stade de la Mosson pose questions. Pourquoi a-t-on décidé en premier lieu de construire un tel équipement dans une zone inondable soumise aux « épisodes cévenols », à proximité de la rivière de la Mosson? Pourquoi a-t-on ensuite décidé de le rénover pour la Coupe du Monde 1998 en portant sa capacité à 35 000 places assises pour un coût total de travaux de 130 millions de francs? Pourquoi fait-on maintenant le choix de ne pas conserver le stade en faisant des travaux de protection? Que deviendra enfin le stade de la Mosson, une fois le nouveau stade « Loulou Nicollin » construit dans le quartier de l’Odysseum? Comme Ulysse durant son Odyssée, combien la « Mosson » va-t-il subir de vicissitudes avant de savoir de quoi son avenir sera fait?

N.b. Un colloque sur le thème «(Dé)constuire la ville : saisir la décroissance urbaine comme opportunité», se tiendra les 5 et 6 octobre 2017 à l’Ecole Nationale Supérieure d’Architecture de Saint-Etienne.

Cite this article as: Jean-Michel ROUX, Au stade de la décroissance. La Mosson, in Au stade des villes, 18/08/2017, http://stade.hypotheses.org/889.
  1. D’après le site web de L’Equipe du 29 juin 2017, en marge de la convention 2017 du football professionnel à Cannes, le directeur général exécutif de la LFP Didier Quillot a envisagé de sanctionner financièrement, via les droits télé alloués dans le cadre de la licence club, les équipes qui ne rempliraient pas leurs tribunes situées en face des caméras de télévision, comme l’a fait la Liga en Espagne []
  2. Annonce faite en marge des funérailles du président emblématique du club « Loulou » Nicollin, décédé le 29 juin 2017 []
  3. Un orage, pluie ou épisode cévénol est un phénomène météorologique qui intervient principalement dans les Cévennes et ses environs, dont Montpellier. Il se forme lorsque le vent chaud et humide en provenance du Golfe du Lion se dirige vers le nord. Au moment où il butte contre le massif montagneux des Cévennes, il rencontre l’air froid présent en altitude. Se forment alors classiquement des nuages chargés de pluie. Mais dans ce cas, les nuages sont bloqués par la montagne et se reforment perpétuellement. Ils provoquent dans un premier temps des pluies sur les massifs qui finissent par s’étaler en général jusqu’en plaine, provoquant d’importantes inondations []

Perivolia municipal stadium, a ground with a citrus smell

Looking for a stadium in Creta (Greece) for groundhopping purpose, can be a very exciting leisure if you are not using a GPS (sat nav). I have tried it with the home stadium of Platanias FC in Chania – or Xania – in the North-western part of the island. But the try is definitely worth if you are not a fan of starchitecture, tradium or international stadia manufactured ambiance.

 

Not being an expert of Greek Superleague, it will be difficult to realize that Chania has, in fact, a team playing in top division since it is named Platanias FC1. The Chania’s club is named from the place it comes from: an awfully touristic small town on the Cretan Sea. Platanias is a deme, a local community different from the one of Chania, located 10 km (6,2 miles) eastward. But Platanias FC is not playing there anymore, rather in Perivolia which is a village in Mournies…  a regional unit of Chania’s municipality.

Do not make any mistake with another Mournies in Creta ; a village nearby Ierapetra, same island, but on the south-eastern part, facing the Libyan Sea. If you are there looking for the stadium right in time for kick-off, you will be disappointed… Perivolia is also a location nearby Réthymnon, the third largest city in Creta, one hour ago by car from our Perivolia. Different mistake… same punishment: no game in time!

Once you know, for sure, that Platanias FC’s ground, Perivolia Municipal Stadium, is to be found nearby Chania, somewhere over the national road, toward the South, you are almost there. Do not be ashamed to get lost again, you are not the only one. The roads leading to the place are tricky and you do not expect a stadium in such a rural area. Many other people got lost before you, many Greeks fans amongst them. A small stadium nearby is covered by spray paints of Attica fans that probably made a mistake and spoiled some precious spray cans.

Arriving to Perivolia municipal stadium from the countryside roads.

Once you are there, you start to wonder why a town planning authority has decided that such a small lot of land, surrounded by fields, would be an ideal location for a national sport ground. It is just a tiny building plot in the countryside, surrounded by a small road leading to the industruous suburbs of Chania, a weird « fairy land », a 5×5 soccer, some citrus fields with its characteristic red-orange soil, and some olive trees.

A strange neighbourhood…

But was it planned? Never mind. In 1959, some persons decided that the land was available and they built a national stadium. The stadium  was later  « given » to the municipal authority of Chania and renovated in 2012 (consequence of the economical crisis or promotion of Platanias FC to top division?).

The stadium is located 4 km South of Chania, nearby the national road, completely outside the city. You access it either by a suburban road (Eleftherias) or by small countryside roads. The only sign of an urban life is the bus stop and its two typically Greek small chapels.

Bus stop and last stop for praying for Platanias FC.

Do not except to be guided by the floodlights or a name over the roof advertising a beer or insurance company: there is no name on the stadium. Not even « Perivolia municipal stadium » on the main stand. There is no car park below or nearby the stadium, and even more, no open space around it. How could people park there?  You cannot walk all around the stadium because of citrus and olive fields. Only two faces are directly accessible from the public realm. The temporary stand built on the East are well above the old fencing wall and you can enjoy the smell and vision of the citrus on the half time. You can almost pick a fruit.

The East stand with its citrus foreground.

The stadium is painted in blue and white, not red and white, colors of Platanias FC. Are those colors a remaining of the national ownership? Is dedicated to Uruguay or Argentina? Maybe Manchester City or Maracanã?

Southside wall with its blue gate dating from the time it was a national stadium?

The outside walls seems to be regularly bleached by the municipality to cover the away fans signatures. The stadium is surrounded a by a small wall (2 m. or 6,56 ft high) directly on the road. It is surelevated by a fence made or iron grid used for the building industry, a typical way of fencing field and house in Creta.

White bleached wall and its hand-made fencing.

The stadium is nevertheless beautiful under the Summer sky, when empty. The ambiance is absolutely peaceful. The stunning landscape of laurels, olive and citrus trees  with the mountains in the distance (Lefki Ora, the white mountains) and the smell of eucalyptus trees contribute to the success of the location. At the end, we can have only one regret: Platanias was playing away in AEK Athens this very week…

Cite this article as: Jean-Michel ROUX, Perivolia municipal stadium, a ground with a citrus smell, in Au stade des villes, 15/08/2017, http://stade.hypotheses.org/892.
  1. The club is currently competing in the Superleague for the first time in its history, after winning the promotion play-offs of 2011–12. It is even the only cretan club playing at that level, OFI and Ergotelis, the far better known clubs of Heraklion, being in the second division []