Tous les articles par Jean-Michel Roux

Docteur et Maître de Conférences en Urbanisme et Aménagement, Directeur de l’Institut d’Urbanisme de Grenoble. Chercheur au sein de l’UMR 5194 CNRS PACTE (Politiques publiques, Action politique, Territoires). Urbaniste praticien OPQU (« urbaniste qualifié, certificat n°347, renouvelé en 2012, de l’Office Professionnel de Qualification des Urbanistes »), membre du collectif BazarUrbain, lauréat du Palmarès des Jeunes Urbanistes 2007.

Impressões sobre o estádio Geoffroy-Guichard

Natália Rodrigues de Melo est une jeune « tourismologue » brésilienne qui fait sa thèse à l’Université Fédérale de Rio de Janeiro au sein de la Faculté d’Architecture et d’Urbanisme. Son sujet de recherche porte sur l’analyse de l’ambiance des stades de football rénovés pour la coupe du monde 2014. Elle est accueillie au printemps 2017 à l’Institut d’Urbanisme de Grenoble et au laboratoire PACTE du CNRS. Le texte ci-dessous constitue  un travail d’observation situé du stade Geoffroy-Guichard de Saint-Etienne.

La consigne donnée est de décrire dans ses plus petits détails la journée au stade, à la façon de Pierre Sansot1: « prendre la décision de décrire, ce serait observer, se situer au plus près de ce qui se produit, être en intelligence avec ce qui s’offre : par exemple, ne pas omettre les détails que seule une longue pratique affectueuse relève, mémorise. […] La description s’attache à révéler ses mille nuances, ces détails qui semblent relever de l’anecdote et que l’on a tendance à négliger dans une micro-sociologie. Or, tous ces détails constituent la trame de la vie sociale à tel point qu’il n’y a pas grand chose à rechercher en dehors d’eux, derrière eux. […] Elle peut avoir une ambition plus grande : montrer comment à travers des comportements mineurs se dévoilent les gestes majeurs de l’Anthropos ».

 

O estádio Geoffroy-Guichard está localizado na cidade de Saint-Etienne, região de Auvergne Ródano Alpes. Tem capacidade para aproximadamente 42.000 espectadores e é conhecido como Le Chaudron ou L’Enfer Vert em referência ao time da casa, AS Saint-Etienne.

Fachada do estádio Geoffroy-Guichard. Façade principale de Geoffroy-Guichard

Para então conhecê-lo, a saga do dia 09 de abril de 2017 começou às 08h45 da manhã na linha A do VLT de Grenoble, estação Arlequin sentido Maison du Tourisme. Às 09h10 eu segui o caminho pelo VLT da linha B, Maison du Tourisme sentido Ile Verte.

Os Grenobloises, em sua maior parte, são bem simpáticos, porém são quietos, reservados. Assim, até meu destino final eu segui quieta até encontrar Jean-Michel e Louise. Um pouco mais adiante conheci Regis, Alberto e mais quatro crianças. Seguimos todos para Saint-Etienne.

Cidade de Saint-Etienne. Ville de St-Etienne, vue du Crêt-de-Roch.

O dia agradável, de sol ameno, vento fresco e casarões antigos, tornou a expectativa do jogo também agradável. Após um passeio e um almoço formidável na casa dos pais de Jean-Michel, seguimos finalmente para a partida Saint-Etienne x Nantes.

Caminhamos pelas ruas do entorno e era possível observar um “mar de gente” vestindo verde, todos sorrindo e certamente uma grande expectativa de vitória do time de Saint-Etienne. Todos caminhando em direção ao seu respectivo portão de entrada e o barulho que se ouvia era de pessoas conversando provavelmente sobre uma grande partida.

O dia azul e ensolarado, porém não muito quente, de uma tarde de primavera, contribuiu para a animação e para o grande público que estava no estádio para ver a partida do dia. As duas equipes ocupam a parte de cima da tabela, respectivamente 7ª e 8ª posições, no entanto, nenhum dos dois times tem chance de vencer o campeonato francês, ficando provavelmente com o time de Mônaco ou Paris Saint German. Dessa forma, a busca pelo estádio foi certamente motivada pela paixão ao clube, pela ambiência do estádio e o dia que estava proporcionando uma bela tarde de lazer.

Alguns torcedores estavam bebendo em alguns poucos quiosques do entorno, na espera do jogo. Era possível então sentir o cheiro dos petiscos e das bebidas, além de poder ouvir os barulhos de conversas e risos dos visitantes.

O Estádio, que foi construído em uma região de minas de carvão, foi recém reformado para a Euro 2016. Prezou-se pela ampliação do espaço, aumentando as fileiras de arquibancadas e as tribunas. Além disso, a grama foi melhorada, assim como a arquitetura em toda a sua fachada, modernizando um dos estádios mais antigos da França, inaugurado em 1931.

Entrada no portão sul do estádio. Queue pour la fouille à l’intérieur du stade.

Entramos pela tribuna sul do estádio. Enfrentamos uma pequena fila até chegarmos às catracas eletrônicas. Validamos o bilhete e passamos pela inspeção. Não queriam permitir a minha entrada com um carregador externo de bateria de celular, pois apresentava risco, caso eu quisesse jogá-lo em alguém do estádio. Ao final, consegui driblar o problema e finalmente entrei.

A entrada é ampla e ventilada. O local é bem sinalizado e indica corretamente os setores. A circulação dentro do estádio estava tranquila. Preferimos ficar na parte superior da tribuna, então subimos dois lances de escada até alcançarmos o local pretendido. Não seguimos a numeração da cadeira que estava no bilhete e ficamos onde havia espaço, assim como fazemos no Brasil, nos setores mais baratos.

A entrada é ampla e ventilada. Sous la tribune sud.

O estádio é composto por quatro tribunas, sendo duas delas com cadeiras numeradas e um restaurante (Área VIP). As outras duas tribunas, sendo uma de frente para a outra, correspondem ao espaço mais acessível do estádio, em que os ingressos são menos caros. Nelas estão as arquibancadas e o que lembra uma “geral” no Brasil. O “ultras” ou torcidas organizadas ocupam essas tribunas: de um lado os “Green Angels” e do outro os “Magic Fans”. Os valores giram em torno de 10 euros nas arquibancadas (preços mais baixos).

Ingresso da partida. Billet d’entrée, imprimé sur papier A4.

Nas tribunas leste e oeste os torcedores são mais quietos e permanecem sentados praticamente o tempo todo. Os espaços de circulação (as laterais das cadeiras) ficam todos disponíveis e as pessoas são espectadoras do jogo, assistindo calmamente a partida. No setor oeste ainda existe um restaurante, o único local do estádio que permite a venda de bebidas alcóolicas.

Nos setores norte e sul estão as torcidas organizadas ou como chamam os franceses “os Ultras”. Do lado sul o espaço é reservado para os “Green Angels” e do lado norte estão os “Magic Fans”. Ficamos no lado sul e foi possível perceber que existem mais bandeiras e um movimento circular com as flâmulas da equipe tricolor: verde, branco e preto. Os cânticos ecoam por todo o setor e os animadores não deixam que os torcedores se sentem e desanimem. Do outro lado, os “Magic Fans” são, em sua maioria, homens. Eles ficam sem as camisas e fazem um movimento de vai e vem entre eles. Cantam o tempo todo e, em alguns momentos da partida, eles cantam e fazem coreografia com o lado sul, ou seja, com os “Green Angels”. A sensação é de que uma onda atravessa o estádio e isso contagia o norte e o sul. Existe uma vibração em coro e um uníssono que impulsiona a equipe. É vibrante!

Tribuna norte. Magic Fans. Foto ilustrando a bandeira dos ultras e o nome de um torcedor morto: Olive. Kop nord lors du tifo en mémoire d’Olive, un ancien « MF ».

É interessante, pois assim como no Brasil, a maioria dos torcedores não se conhecem, mas é como se naquele instante eles fossem parte da mesma família. É um clima de solidariedade e ajuda mútua. O time depende de todos eles e todos eles sabem disso. A união nesse momento é o que mais importa.

O público da partida foi de 30 mil pessoas e a composição bastante mista: homens, mulheres, idosos e crianças. Apesar de toda uma mobilização das organizadas, o ambiente é de tranquilidade, pois Nantes não é o principal adversário do Saint-Etienne e a torcida foi praticamente única, uma vez que o time adversário teve permissão de 300 torcedores somente.

Tribuna norte (geral) e tribuna leste, cadeiras numeradas. Tribune nord (kop) et tribune est (places assises).

Há muitas bandeiras, flâmulas, hinos e coreografias para saudar e impulsionar a equipe. O espaço dos “ultras” é bastante territorializado, assim como fazem as torcidas organizadas no Brasil. O espaço de cada um é bem delimitado e, mesmo que sejam torcedores do mesmo time, eles precisam respeitar os limites e a maneira de torcer da cada um. Uma situação em particular chama bastante a atenção, a torcida dos “Green Angles” produz um jornal impresso para os torcedores no qual é narrado os pontos principais sobre a partida do dia, as próximas partidas e a classificação da primeira liga. O principal rival, Lyon, é sempre referenciado com letras minúsculas, ratificando o desprezo e rivalidade.

Jornal dos torcedores Green Angels. Fanzine des Green Angels.

Nas tribunas sul e norte não há obediência à numeração dos assentos e os torcedores ficam de pé sobre esses mesmos assentos para ter maior visibilidade do campo, já que durante a partida ninguém se senta, exceto nas tribunas mais caras. Não é possível querer seguir uma ordem nem mesmo existe uma vontade para isso. O ambiente é bastante convidativo a fazer parte, a sentir a ambiência e a torcer junto.

A partida do dia 09 acabou em empate, 1 x 1, mantendo as equipes na mesma posição da tabela. Ao sairmos do local, apesar do empate, seguimos em clima de paz. Assim como na ida, a volta é feita pelas ruas próximas ao entorno, onde os carros ficam estacionados. Ao final todos seguem indo embora para o seu destino.

Em comparação ao Brasil eu sinto que as diferenças são poucas quando se trata da partida no estádio de Saint-Etinne e com os torcedores da equipe homônima. Os estádios têm preços igualmente altos, mas no Brasil o poder aquisitivo é menor e vemos, cada vez menos, um espaço ocupado pelo “povão”. O estádio tem se tornado um espaço de segregação, mas na contramão, buscamos reivindicar mais acessibilidade do grande público e/ou ocupar outros estádios de menor tamanho e que possibilitem preços mais acessíveis.

Torcedores de pé sob os assentos das arquibancadas. Supporteurs préférant rester debout en tribune populaire.

Apesar da espetacularização que o futebol vem sofrendo, é muito difícil uma paixão ser ofuscada. Ao final, me senti empolgada com o jogo que presenciei e me restou a impressão de que o futebol é fenômeno social e acolhedor em qualquer parte do mundo, mesmo com as rivalidades. A frase de ordem que ainda ecoa dentro de mim é Allez les Verts!!!

 

Eléments de comparaison avec le Brésil
Voici maintenant, un résumé analytique du texte en portugais, fruit d’une lecture et d’un échange avec l’auteur. 


A écouter Natália Rodrigues de Melo, ce qui distingue un tel match de championnat par rapport à un équivalent au Brésil tient d’abord dans l’atmosphère sereine (clima de paz) qui se dégage des abords du stade, à l’entrée à la sortie du public et dans les tribunes.

Le contexte joue, bien entendu, un grand rôle. Il n’y a pas d’animosité particulière entre les supporteurs des deux équipes, et de plus, les autorités ont restreint le déplacement des supporteurs nantais à 300 personnes maximum. De fait, ils ne sont qu’une poignée dans leur parcage. Le match se joue un dimanche après-midi de printemps. Plus de 30 000 personnes assistent au match, beaucoup arborant les couleurs du club – vert, blanc, noir – et créent une « marée verte » (um “mar de gente” vestindo verde).

Pour l’auteur, les gens sont probablement plus attirés par la passion du club et l’ambiance du stade que par une quelconque perspective sportive, les supporteurs qu’elle rencontre avant le match ne croyant guère  à une qualification européenne, pourtant encore mathématiquement possible.  Elle souligne que les clubs n’existent guère que par cette passion qu’ont les supporteurs pour leur équipe; passion qui transforme le « spectacle » en un rituel presque sacré.

L’entrée au stade lui semble facile: une petite attente au guichet, des billets électroniques et la surprise de se voir interdire une batterie de téléphone portable (risque de jet)… mais qui sera finalement acceptée2. Le stade lui apparaît comme bien conçu avec ses entrée amples et ouvertes, une circulation aisée dans l’enceinte et une bonne signalisation. Il apparaît comme ayant – toujours – quatre tribunes qui se font face: deux (arquibancadas) avec sièges numérotés (cadeiras numeradas) et espace VIP ; deux sans numérotation des places et sans restaurant mais où les gens continuent de se mettre debout (gerals).
Le public est lui aussi affaire de surprise. L’auteur découvre les ultras, une forme de supportérisme organisé comme au Brésil avec les torcidas organizadas. L’espace des ultras est bien délimité et la chorégraphie rappellent celles des torcidas . Elle note qu’ils chantent pratiquement tout le temps; des chants repris par la tribune et qui parfois se répondent d’une tribune populaire à l’autre, créant une sensation d’ondes se répandant dans tout le stade (a sensação é de que uma onda atravessa o estádio e isso contagia o norte e o sul). Se dégage aussi une impression de solidarité entre les supporteurs sans qu’ils semblent se connaître. Les rapports sociaux lui semblent particulièrement paisibles et le stade un lieu de mixité avec non seulement des hommes mais aussi des femmes, des adolescents et des enfants.
Le prix modique des billets par rapport au pouvoir d’achat, dix euros, est en fin souligné tandis que les prix ont flambé au Brésil ces dernières années, à la grande surprise et au désespoir des Brésiliens les plus modestes, qui se trouvent exclus d’un stade et d’un spectacle auquel ils contribuaient pourtant. L’obtention de stades plus familiaux et sécurisés s’est faite, comme en Angleterre, au prix de l’éviction des plus modestes…
Au final, un beau (contre) exemple aux violences de la semaine suivante au Parc OL et au stade de Furiani.

 

Texte en portugais (Brésil) et photographies de Natália Rodrigues de Melo; introduction et éléments de comparaison (en français) de Jean-Michel Roux.

A lire aussi sur les ambiances des stades français et brésiliens: High Fidelity.

  1. Pierre SANSOT, Les formes sensibles de la vie sociale, Paris : PUF, collection La politique éclatée, 1986, pp. 66-67 []
  2. Le stadier fait preuve de compréhension devant l’explication que la batterie sert à un travail universitaire d’une Brésilienne []

Violence et stade, de Pompéi à Furiani

Sièges brûlés ou arrachés, toilettes vandalisées au Parc OL (Décines) dans un secteur occupé par des supporters parisiens lors de la finale de la Coupe de la Ligue le 1er avril 2017. Violents incidents (douze interpellations et sept blessés) autour et dans le même Parc OL lors de la venue du Besiktas d’Istanbul en quarts de finale de la Ligue Europa le 13 avril 2017. Invasions de terrain par des fans, violences sur des joueurs, jets de projectiles sur un bus lors du match de championnat SC Bastia-O. Lyonnais le 16 avril au stade de Furiani. La violence s’invite à nouveau dans les stades français.

Ces incidents rapprochés mettent en lumière une série de dysfonctionnements en terme d’organisation de la billetterie, des déplacements de fans (officiels et « indépendants »), de la sécurité publique dans et autour des enceintes, de la gestion des flux de personnes dans les stades, de la communication avant les matchs, etc. Le tout dans un contexte géo-politique parfois tendu1. La violence au stade est tout sauf un mal du siècle ou du football. Petite mise en perspective historique avec les Romains et le souvenir d’un affrontement violent à Pompéi.

 

Le massacre de l’amphithéâtre de Pompéi
Les combats de gladiateurs (munera) naissent, comme nous le rappelle Tertullien, dans le cadre de cérémonies d’hommage funéraire. Le sang coule en mémoire d’un cher disparu et en sacrifice pour honorer les dieux. La violence est alors restreinte à l’arène. Rapidement le combat devient spectacle chez les Romains, offert par un mécène – un évergète – à son peuple. La place publique ne suffit plus à accueillir les spectateurs et des équipements dédiés apparaissent: les amphithéâtres. Le supportérisme se développe, parfois encouragé avec des arrières pensées politiciennes par les notables eux-mêmes… conduisant à des excès dont Pompéi nous a transmis des traces.

En 59 après J.C., un combat de gladiateurs donné à Pompéi se termine par le massacre des habitants d’une colonie de Campanie, Nucérie, venus assister au spectacle. Deux documents nous relatent l’évènement à leur manière: le premier est un texte de Tacite2, le second une fresque provenant d’une maison pompéienne aujourd’hui conservée au Musée archéologique national de Naples. Voici ce que Tacite – qui n’est pas un contemporain  – dit de l’évènement:
« Un incident futile provoqua un affreux massacre entre les colons de Nucérie et ceux de Pompéi, lors d’un spectacle de gladiateurs, donné par Livineius Regulus, dont j’ai rapporté l’exclusion du Sénat. En effet, en échangeant des invectives selon la licence propre aux petites cités, ils se lancèrent des injures, puis des pierres, enfin des armes, et la victoire resta à la plèbe de Pompéi, où se donnait le spectacle. Aussi transporta-t-on dans la Ville beaucoup de Nucériens, le corps mutilé à la suite des coups reçus, et un grand nombre pleuraient la mort d’un fils ou d’un père.
Le jugement de cette affaire fut remis par le prince au Sénat, par le Sénat aux consuls. Puis l’affaire étant revenue devant le Sénat, on interdit pour dix ans à la municipalité de Pompéi ce genre de réunions, et les associations qui s’y étaient fondées au mépris des lois furent dissoutes ; Livineius et les autres auteurs de la sédition furent punis de l’exil. »

Fresque d’une maison de Pompéi représentant l’affrontement entre Pompéiens et Nucériens

La fresque ci-dessus montre combien l’affrontement entre spectateurs déborde de l’arène et ses tribunes pour se poursuivre dans la ville, se transformant en chasse à l’homme. Simple cas de violence de fans d’extraction modeste et issus d’une « petite cité »? L’historienne Valérie Huet nous donne une autre explication dans un article de la revue Histoire urbaine. Il s’agit bien pour elle d’une forme archaïque d’hooliganisme, forme qu’elle relie d’ailleurs à l’organisation sociale des groupes hooligans néerlandais des années 1990. Elle propose même d’attribuer la fresque, non plus à un ancien gladiateur devenu libre, comme c’est généralement le cas, mais à « une sorte de « hooligan », c’est-à-dire un homme appartenant à une catégorie relativement modeste de la population et qui tirerait gloire et fierté de sa participation à une violence dont l’écho était parvenu jusqu’à Rome et avait même déclenché ses foudres ».

La lecture géo-politique des incidents
Pour Valérie Huet, comme pour beaucoup d’autres spécialistes, le massacre ne peut être compris qu’en se limitant aux motivations des seuls hooligans pompéiens. Pompéi et Nucérie sont en fait alors deux colonies romaines, i.e. des établissements créés par l’État romain et destinés au contrôle d’un territoire conquis. Elles sont toutes deux situées dans la même vallée du Sarno et en conflits profonds. Nucérie, moins connue aujourd’hui que Pompéi,  est une ville samnite d’origine, située au centre italique de la Campanie méridionale. Valérie Huet nous rappelle que, bien que samnite3, Nucérie se caractérise par sa loyauté sans faille à l’égard de Rome, contrairement à Pompéi qui, ayant pris parti contre le pouvoir central lors de la guerre sociale, perdit son indépendance en devenant une colonie syllanienne.

Deux ans avant le massacre, Rome autorise d’ailleurs l’augmentation du nombre des colons à Nucérie, ce qui ruina ainsi les espoirs des Pompéiens de contrôler des territoires ayant un temps appartenu à Stabies, une troisième ville portuaire, dont l’arrière-pays était à portée des deux autres villes. Valérie Huet conclut qu’il est « probable qu’eut lieu entre les deux colonies une redélimitation des territoires donnant l’avantage à Nucérie (…) et évident que parmi les spectateurs et les faiseurs de troubles se trouvaient des colons cultivateurs n’ayant pas pu étendre leurs terres ».

Quand la violence au stade ne peut se comprendre qu’avec un peu de géo-politique…

 

Pour en savoir plus
Huet Valérie, « La représentation de la rixe de l’amphithéâtre de Pompéi : une préfiguration de l’ « hooliganisme  » ? », Histoire urbaine, 2/2004 (n° 10), p. 89-112. URL : http://www.cairn.info/revue-histoire-urbaine-2004-2-page-89.htm
Tacite, Annales XIV, 17
Tertullien, Oeuvres complètes, traduites du latin par Antoine-Eugène de Genoude, Les Belles Lettres, « Classiques favoris », 1168 p.

Source de l’image à la une http://ventomeridionale.blogspot.fr/2012/02/amphitheatre-of-pompeii-blood-and-sand.html

  1. Ces matchs se tiennent à quelques jours d’élections nationales en Turquie – référendum sur la constitution turque qui a vu des pays européens interdire des meetings pro-gouvernementaux au motif de troubles potentiels à l’ordre public – et en France avec le premier tour de l’élection présidentielle []
  2. Tacite, Annales XIV, 17 []
  3. Les Samnites sont un groupe de tribus du Sud des Apennins, définitivement soumis par Rome en 290 av. J.C. []

Le stade Léo Lagrange

Penchons-nous sur Léo Lagrange avant que les effets du naming et/ou les exigences d’honorer les nouveaux héros n’entraînent l’effacement de son nom des façades de nos stades. De Besançon à Nice, de Toulon à Bonneuil-sur-Marne, nombre de stades portent en effet son nom. Qui est-il au juste et pourquoi tant de stades l’honorent-ils ainsi?

 

Léo Lagrange (1900-1940) était un avocat, homme politique membre de la Section française de l’Internationale ouvrière (SFIO, ancêtre du Parti Socialiste) et rédacteur au Populaire, l’organe de presse de la SFIO. Membre des Éclaireurs de France dans sa jeunesse, engagé volontaire en 1917, il devient député en 1932 puis est nommé, lors du Front populaire (1936), sous-secrétaire d’État aux Sports et à l’Organisation des loisirs auprès du ministre de la Santé publique, Henri Sellier… qui est par ailleurs une figure tutélaire de l’Urbanisme français1.

Léo Lagrange, Ministre des Loisirs (1936) d’après https://fr.wikipedia.org/wiki/Léo_Lagrange

C’est la première fois qu’un tel portefeuille est crée pour prendre en compte la jeunesse, les sports et les loisirs et Léo Lagrange va lui imprimer sa marque. Refusant le sport spectacle et le sport professionnel, il met en place une politique nationale du sport pour tous. Sollicité pour construire un grand « stade de France » pour accueillir la Coupe du monde de football de 19382, il déclare que « notre souci est moins de créer des champions et de conduire sur le stade 22 acteurs devant 40 000 ou 100 000 spectateurs que d’incliner la jeunesse de notre pays à aller régulièrement sur le stade, sur le terrain de jeux, à la piscine…»

Reprenant la vision hygiéniste, sociale et culturelle du sport populaire inventée par Edouard Herriot à Lyon dès 1913, Léo Lagrange fait le choix d’équiper les communes françaises d’équipements sportifs et de stades pour la pratique de tous au détriment des clubs professionnels: « Je crois que le jour où l’on a admis que le jeu sur le stade pouvait être l’occasion de profits importants, on a fortement atteint la moralité du sport.
 Aussi, de toutes mes forces et quelles que soient les critiques, parfois sévères, dont mon action pourra être l’objet, je m’opposerai au développement du sport professionnel dans notre pays. Je détiens au Parlement la charge de servir les intérêts de toute la jeunesse française, et non de créer un nouveau spectacle de cirque »3.

Opposé à la participation de la France aux JO de Berlin, instrumentalisés par le nazisme, il tente d’organiser une participation française aux Olympiades populaires de Barcelone. Il est défait par un vote à l’Assemblée. Les athlètes français iront à Berlin et les Olympiades de Barcelone n’iront pas au bout, emportées par la Guerre civile espagnole.

Bien que parlementaire, il rejoint l’armée française et est tué au combat en juin 1940. Puissent des stades portant son nom subsister quelques temps encore…

  1. Henri Sellier fonde en 1919 avec Marcel Poëte et Pierre Lavedan, l’École des hautes études urbaines (EHEU), qui devient l’Institut d’urbanisme de l’université de Paris en 1924 []
  2. Léo Lagrange, discussion du budget à la Chambre des députés, 1937 []
  3. Léo Lagrange, Sous Secrétaire d’État aux Sports, aux Loisirs et à l’Éducation Physique, le 3 décembre 1937, à la tribune de la Chambre des Députés []

Tertullien contre les spectacles

Les Belles Lettres viennent de publier les oeuvres complètes de Tertullien et Roger-Pol Droit d’en faire l’article dans Le Monde des Livres du 31 mars 2017. Le chroniqueur nous rappelle que Tertullien (env. 155-env 225) était « un bouillant chrétien carthaginois, grand polémiste et grand styliste, (qui) n’y allait pas de main morte dans le rigorisme de la pureté des moeurs. Il interdit les spectacles, théâtre comme jeux du cirque, préconise jeûne sur jeûne, décrète abject et adultère tout mariage en secondes noces, ne jure que par la monogamie, érige la chasteté en vertu suprême, et recommande chaudement de mourir en martyr ».  Et pour faire bonne mesure, recommande aux chrétiennes de se couvrir le visage pour ne laisser d’ouverture que pour un oeil… Dans Contre les spectacles (De spectaculis en latin), Tertullien défend aux chrétiens d’assister au théâtre et au cirque, d’aller à l’amphithéâtre, de participer aux jeux des Grecs.

 

La « trinité satanique » d’Arles: amphithéâtre et théâtre au premier plan et cirque en arrière-plan

Dès son préambule, Tertullien nous rappelle la dangerosité du statut de chrétien dans l’empire romain précédant l’édit de l’empereur Constantin (313). Finir en martyr est un destin tellement fréquent qu’il parle des chrétiens comme d’une « race d’hommes toujours prête à mourir » pour s’approcher de Dieu. Pour s’y préparer, Tertullien recommande donc de se priver des divertissements pour se former à l’intrépidité et « mépriser plus facilement la vie, en coupant les liens qui pourraient (nous) y enchaîner, et de ne pas regretter une chose rendue inutile », car regrette-t-il, «  ceux qui persévèrent dans le plaisir ne meurent pour Dieu qu’avec regret ». D’où l’adresse du texte : « serviteurs de Jésus-Christ, (…) apprenez sur quelles règles de la foi, sur quels principes de la vérité, sur quelle loi de la discipline repose l’obligation de renoncer aux spectacles, parmi les autres erreurs du siècle, de peur que vous ne péchiez, les uns par ignorance, les autres par dissimulation ».

Sentant bien venir l’argument facile du chrétien encore un peu tendre dans sa foi, Tertullien coupe très tôt à l’argument fallacieux selon lequel, Dieu ayant créé toute chose, il doit bien avoir créer les spectacles. Qu’on ne lui raconte pas que « toutes ces créatures sont bonnes, puisque leur auteur est bon » et qu’il faille ranger parmi elles « tout ce qui compose un spectacle: le cheval, le lion, les forces du corps, les agréments de la voix ». Certes, les « amphithéâtres eux-mêmes, ne sont que des pierres, du ciment, des marbres et des colonnes » qui « sont l’ouvrage de Dieu, qui déposa ces matières dans la terre pour les besoins de l’homme » mais c’est l’homme, et lui-seul, qui a perverti la création de Dieu.

Tertullien s’attache alors à retourner, d’un revers de manche, un autre argument potentiel des défenseurs de spectacle : rien n’est dit explicitement dans les textes. Et, en effet dit-il, « nous ne trouvons nulle part cette défense: Tu n’iras point au Cirque ni au théâtre; tu n’assisteras point à des jeux ni à des représentations, textuellement énoncée»   mais il convoque David : « Heureux l’homme qui n’est pas entré dans l’assemblée des impies, qui ne s’est pas arrêté dans la voie des pécheurs, et ne s’est point assis dans la chaire de corruption! ».  Voilà donc une interprétation qu’il juge, de lui-même, assez large des textes de l’Ancien Testament, mais après tout, « les spectacles ont aussi leurs voies où l’on s’arrête» et « on appelle aussi chaires les sièges de l’orchestre destinés aux sénateurs ».

Arrive alors le pêché d’idolâtrie, auquel le baptême – qui se fait à l’époque à l’âge adulte – nous fait renoncer: « si donc je démontre que l’appareil et la magnificence des spectacles reposent sur l’idolâtrie, j’aurai établi un préjugé certain que les engagements pris à notre baptême impliquent aussi la renonciation aux spectacles, espèce de sacrifice que l’idolâtrie offre à Satan, à ses pompes et à ses anges ». Tertullien fait alors le projet de montrer le pêché originel d’idolâtrie de tous les spectacles : « nous remonterons donc à l’origine de chaque spectacle en particulier, pour savoir comment ils se sont introduits dans le monde; de là, nous examinerons les titres de quelques-uns, et les noms dont ils sont appelés; puis viendront l’appareil et les superstitions qui les accompagnent; les lieux nous montreront ensuite à quelles divinités ils sont consacrés; et enfin la nature de leurs représentations, quels ont été leurs fondateurs ».

Une fois établie « que l’idolâtrie est le fond de tous les spectacles », Tertullien rajoute que la loi divine nous interdit toutes les convoitises :  « en effet, de même que l’argent, la bonne chère, les honneurs, les voluptés charnelles et l’ambition, le plaisir a aussi sa convoitise: or, les spectacles sont une espèce de plaisir ». Si les lieux de spectacle ne souillent pas par eux-mêmes; par « les choses qui s’y passent, ils boivent le poison de l’infamie, et le répandent sur les spectateurs ». Et Tertullien de décrire le phénomène du « trouble de l’âme» : « là où il y a plaisir, il y a passion; autrement le plaisir serait insipide. Là où il y a passion, arrive aussi la jalousie; autrement la passion serait insipide. Or la jalousie traîne avec elle la fureur, la vengeance, la colère, la douleur et tout le cortège des passions incompatibles avec la règle ».

La fureur du spectacle du cirque d’après une peinture de Jean-Léon Gérôme, Musée de peinture de Chicago

Tertullien englobe, in fine, dans son interdiction des spectacles de nature et de finalité très différentes, mais tous œuvre du démon :
– l’amphithéâtre où nous « prenons plaisir au sang de l’homme » et nous repaissons « avidement les yeux du spectacle d’un corps déchiré, mis en pièces et nageant dans son sang »,
– le cirque et ses courses de char où « règne la fureur »,
– le stade dans lequel « les coups de pied, les coups de poing, les soufflets et les mille insolences dégradent la majesté de l’homme, image de Dieu » ;
– mais aussi le théâtre et son impudicité et d’où nous revenons « avec un démon intérieur ».

En conclusion, Tertullien reconnaît qu’il faut à l’homme des délassements et du spectacle. Il propose donc que, le temps de la vie sur terre, les seuls plaisirs soient « le dégoût du plaisir lui-même, le mépris du monde tout entier, la jouissance de la liberté véritable,  le calme d’une bonne conscience, et la sainteté de la vie, dégagée des terreurs de la mort! » Viendra alors le spectacle divin, « l’admirable et prochain spectacle de l’avènement du Seigneur ».

Fresque d’une église des premiers temps… dans l’amphithéâtre de Dürres, en Albanie.

 

Pour en savoir plus
Ovide, L’art d’aimer (Ars amatoria en latin), Livre I.
Roger-Pol Droit, « Que toute chrétienne soit voilée! », Le Monde des Livres, 31 mars 2017, p. 8.
Tertullien, Oeuvres complètes, traduites du latin par Antoine-Eugène de Genoude, Les Belles Lettres, « Classiques favoris », 1168 p.

Henry Miller. Le stade de Delphes

Henry Miller est un romancier et essayiste (1891-1980) devenu sur le tard une des grandes figures de la littérature américaine. Né à Brooklyn (New-York), Miller exerce divers petits métiers avant de décider de partir vivre à Paris et devenir écrivain. Il y mène une vie de bohème tout en écrivant ses premiers romans autobiographiques. L’un d’eux, Le Colosse de Maroussi (The Colossus of Maroussi), est un récit de voyage en Grèce, en 1939, année idéale pour visiter l’Europe! Il décrit, avec poésie, les villes et campagnes grecques : «La lumière de la Grèce m’a ouvert les yeux ; elle a pénétré mes pores et dilaté tout mon être». 

Le passage sur la montée au stade antique de Delphes a beau être court, il est beau tout court:
« Après avoir erré parmi les colonnes brisées, nous escaladâmes le sentier tortueux qui mène au stade, tout en haut. Katsimbalis ôta son pardessus et couvrit la distance, de bout en bout, à pas de géant. Le cadre est spectaculaire. Le stade est situé juste au-dessous de la crête ; on a l’impression que, la course finie, les conducteurs de char, enlevant leurs attelages et bondissant par-dessus la cime, devaient foncer dans l’azur. L’atmosphère est surhumaine, enivrante à la folie. Tout ce qu’il y a d’extraordinaire et de miraculeux dans Delphes, se rassemble ici dans le souvenir des jeux qui se disputaient dans les nuées. »

Stade antique de Delphes avec ses tribunes construites par l’évergète Hérode Atticus en 147.

Henry MILLER, Le colosse de Maroussi, (The Colossus of Maroussi, 1941, traduction de Georges Belmont), Paris : éd. Du Chêne, 1958.

L’alcool dans les stades

Lors d’une interview dans une émission de la radio RMC,  le 22 mars 2017, le directeur général exécutif de la Ligue de Football Professionnel (LFP), Didier Quillot, lançait l’idée de réintroduire les alcools « légers » dans les enceintes de Ligue 1 et de Ligue 2, avec pour principal objectif de créer de nouvelles sources de revenus pour les clubs. Une charge contre la Loi Evin qui mérite explications.

L’antienne de la concurrence européenne
Didier Quillot, en bon communiquant issu de Lagardère Entertainment, rappelle que – comme en toutes choses aujourd’hui – l’Europe crée une concurrence injuste pour nos clubs. Ou pour être plus précis, que la France, trop restrictive en matière de consommation et de publicité pour l’alcool, empêche ses clubs de lutter à armes égales avec leurs concurrents européens. Pour Didier Quillot « cela fait partie des pistes pour augmenter le chiffre d’affaires. La loi Évin pourrait être utilement améliorée avec deux choses, la vente d’alcools légers dans les stades et la possibilité faite aux entreprises de faire de la publicité pour des boissons alcoolisées, comme en Allemagne, comme en Angleterre. Cela contribuerait déjà à ramener une certaine forme d’équité par rapport à nos concurrents Européens. Cela amènerait également des revenus additionnels pour les clubs, des revenus pendant le match, mais aussi des revenus de sponsoring. » Il ne s’agirait pas d’une amélioration mais d’une dénaturation complète de la loi.

Cette attaque frontale contre la Loi Evin est murement réfléchie. La LFP et l’UNCP mènent campagne depuis quelques années contre la législation avec l’appui d’une partie des hommes politiques français. En novembre 2014, l’Union des Clubs Professionnels de Football (UCPF) publiait un « rapport » intitulé Le décrochage, expliquant que « Depuis la loi Évin, il est interdit aux clubs de football de vendre de la bière ou de faire de la publicité pour des marques d’alcool. Ce n’est pas le cas chez plusieurs de nos voisins européens qui en tirent des revenus significatifs. En Allemagne, en plus des recettes sponsoring, la vente de bière rapporte 40 M€ par an aux clubs de la Bundesliga ».

UCPF, Le décrochage, p.9

L’alcool permettrait donc de booster les revenus des clubs par la consommation et par la publicité, jusqu’à 28,5 millions d’euros par an pour le Premiership anglais. Que reproche-t-on au juste à cette loi Evin?

La loi Evin et ses amendements
La loi Evin – du nom de son rédacteur Claude Evin – est la loi du 10 janvier 1991, n°91-32. C’est une loi de santé publique qui vise à lutter contre le tabagisme en établissant le principe d’une interdiction de fumer dans les lieux affectés à un usage collectif, ainsi que dans les lieux collectifs de transport. Concernant l’alcool, elle limite fortement le droit de faire de la publicité pour les boissons alcoolisées afin de protéger les jeunes des opérations de marketing notamment dans le cadre de manifestations sportives1.

Elle s’inscrit dans le Code de la Santé Publique aux articles L3323-2 et suivants, réglementant la publicité. En vertu de ces articles, la publicité par voie d’affichage dans les enceintes sportives est, par ailleurs, strictement limitée par une recommandation du Bureau de Vérification de la Publicité (BVP) de juillet 2004. La loi Evin, a toujours suscité la colère des producteurs d’alcool, des clubs sportifs professionnels, des gestionnaires de spectacles sportifs et de leurs élus locaux ou au Parlement. Elle a pourtant mis beaucoup de vin dans son eau.

Notons tout d’abord que l’alcool (léger ou fort) coule déjà à flots dans les stades… ou pour être plus précis dans les salons VIP qu’on appelle « loges », « villages »,  ou « bodegas ». La Direction régionale des douanes peut en effet délivrer aux enceintes une licence « Restaurant » prévoyant des boissons alcoolisées en accompagnement d’un repas. Existeraient-ils des comportements différents face à la consommation d’alcool selon que l’on soit spectateurs d’une tribune populaire ou d’un salon? Notons ensuite que quelques dérogations peuvent  être permises, à hauteur de dix dérogations par an pour chaque club. Délivrées par la municipalité et la préfecture elles sont utilisées par plusieurs équipes de Ligue 1, mais aussi dans d’autres sports, comme le rugby.
Ces dérogations à la loi semblent ne plus suffire et certains parlementaires – de droite comme de gauche – reprennent de plus en plus les arguments fournis par les ligues et syndicats de clubs. Ce n’est sans doute pas une coïncidence si l’interview de Didier Quillot intervient un mois après le rapport d’information sénatorial Muscler le jeu du football professionnel  de la Mission d’information sur la gouvernance du football, rédigé par les sénateurs Jean-Jacques Lozach et Claude Kern.
Le rapport sénatorial souligne que : « le dernier gros chantier des modifications législatives à opérer pour rétablir la compétitivité du football professionnel concerne donc une modification de la « loi Évin » afin de permettre la vente d’alcool dans les stades ainsi que la publicité pour certaines boissons alcoolisées. Ces mesures pourraient permettre de rapporter entre 30 et 50 M€ aux clubs professionnels, mais un travail pédagogique est encore nécessaire pour convaincre qu’il est préférable, pour des raisons de sécurité notamment, de gérer une consommation de bière raisonnable dans une enceinte fermée plutôt que d’avoir à faire face aux conséquences dramatiques d’une consommation débridée d’alcools blancs sur les parkings aux alentours des stades. »
Il est intéressant de remarquer que les sénateurs reprennent les estimations de l’UCPF  – entre 30 et 50 millions d’euros par an – et sa motivation (« rétablir la compétitivité du football professionnel ») et qu’ils drapent la mesure de lutte contre la consommation débridée d’alcools blancs en-dehors de stades. Comme si une telle mesure réduirait mécaniquement une autre consommation. Comme si la consommation d’alcool serait plus raisonnable parce que faite au sein d’un stade. Comme si l’alcoolisme dû à la consommation de bière était préférable à celui des alcools blancs. Comme si…  comme si le disent les sénateurs, « un travail pédagogique est encore nécessaire pour (nous) convaincre » que la loi Evin soit l’explication aux échecs sportifs des clubs français en coupe d’Europe…
  1. https://fr.wikipedia.org/wiki/Loi_Évin []

Réflexions sur la mémoire du Maracanã

Natália Rodrigues de Melo est une jeune brésilienne qui fait une thèse d’Architecture à l’Université Fédérale de Rio de Janeiro au sein de la Faculté d’Architecture et d’Urbanisme. Son sujet de recherche porte sur l’analyse de l’ambiance des stades de football rénovés pour la coupe du monde 2014. Elle va être accueillie au printemps 2017 à l’Institut d’Urbanisme de Grenoble et au laboratoire PACTE du CNRS. Le texte ci-dessous constitue le résumé d’une conférence qu’elle donnera en Licence de Géographie & Aménagement dans le cadre de mon cours sur La ville et ses objets ou dans le cadre d’un séminaire de recherche du groupe « Villes et territoires » de l’UMR PACTE. Torcedor bienvenu.

 

Les éléments architecturaux et symboliques d’un stade (le format de l’arène, la visibilité depuis toutes les parties, la proximité physique, le terrain mise en scène), la manifestation ludique du football et les relations établies entre les supporteurs constituent les images archétypales du rituel footballistique. Ils fabriquent, aussi, la notion de Lieu et favorisent la construction d’une mémoire collective, certainement développée depuis de nombreuses années.

Par conséquent, ce contexte permet la construction d’une partie de l’identité de nombreuses personnes et contribue à l’ambiance des stades. Ces derniers sont les dépositaires d’histoires, de significations et de symboles tellement imbriqués que, une fois imprégnés et guidés par l’ambiance (ici comprise comme un domaine moral, éthique et social qui définit un groupe), ils deviennent les dépositaires de la mémoire, en particulier dans le contexte brésilien qui est marqué par un besoin pressant de développer ce sport dès le plus jeune âge.

Nous partons de l’hypothèse que cette atmosphère est un élément central et essentiel dans l’aptitude des lieux à la métamorphose. Nous essayons donc d’analyser le stade de football comme un lieu de mémoire collective et comme un terrain pour le développement d’une praxis et d’une identité spécifiques afin de comprendre le rôle prédominant de l’ambiance dans la construction de la notion du Lieu ‘footballistique’.

Notre choix est guidé par la vogue du débat autour des stades de football brésiliens qui ont accueilli la Coupe du Monde de Football de 2014 et des travaux qu’ils ont subi afin de répondre à un « standard international » qui a changé radicalement la configuration de ces espaces et, par conséquent, la configuration des lieux.

Nous avons choisi le Stade Maracanã comme terrain d’étude et nous avons utilisé l’analyse des réhabilitations qui y ont eu lieu dès son inauguration jusqu’à nos jours afin de comprendre le rôle de l’ambiance comme un précédent de la valeur physique du bâtiment.

 

Le texte ci-dessous a été écrit par Natália Rodrigues de Melo; édité et mis en forme par Jean-Michel Roux.

Références bibliographiques
ALENCAR, Helenira Fonseca de; FREIRE, José Célio. O lugar da alteridade na psicologia ambiente. Revista Mal-estar e Subjetividade. Vol. II. Nº 002. Fortaleza: Universidade de Fortaleza, 2007, pp. 305-328
AUGÉ, Marc. Não-lugares: introdução a uma antropologia da supermodernidade. Campinas: Papirus, 1994
BERGSON, Henri. Matéria e memória. Trad. Paulo Neves. 2 a ed. São Paulo: Martins Fontes, 1999.
CRUZ, Antônio. A nova economia do futebol: uma análise do processo de modernização de alguns estádios brasileiros. 114f. 2005. Dissertação (Mestrado em Antropologia Social) ─ Universidade Federal do Rio de Janeiro, Museu Nacional, Rio de Janeiro.
FERREIRA, Fernando da Costa. Maracanã: de centralidade popular a arena para a sociedade do espetáculo. Anais do XIII Simpósio Nacional de Geografia Urbana. Rio de Janeiro, 2013.
GIRÃO, Cláudia. Maracanã: destruir ou preservar. In: Vitruvius, ano 12, fev. 2012. Disponível em: http://www.vitruvius.com.br/revistas/read/projetos/12.133/4225. Acesso em setembro de 2013.
HALBWACHS, Maurice. A memória Coletiva. São Paulo: Vértice, 1990.
LIMA, Solange Terezinha de. Percepção Ambiental e Literatura – Espaço e Lugar no Grande Sertão: Veredas In: DEL RIO, Vicente; OLIVEIRA, Lívia (orgs.). Percepção Ambiental: A Experiência Brasileira. São Carlos: Editora da UfScar/ Studio Nobel, 1996, p.153-172.
LYNCH, Kevin. A Imagem da Cidade. São Paulo: Martins Fontes, 1997.
MAFFESOLI, Michel. O tempo das tribos. Rio de Janeiro: Forense Universitária,1997.
MASCARENHAS, Gilmar. Construindo a cidade moderna: a introdução dos esportes na vida urbana do Rio de Janeiro. In: Revista Estudos Históricos Nº 23. Esporte e Lazer, 1999. Rio de Janeiro: FGV, 1999.
MÁXIMO, João. Maracanã: meio século de paixão. São Paulo: DBA, 2000.
MOURA, Gisella de A. O Rio corre para o Maracanã. Rio de Janeiro: FGV, 1998.
NEGREIROS, Plínio José de C. A Nação entra em campo: futebol nos anos 30 e 40. São Paulo: Pontifícia Universidade Católica, 1998. (Tese de doutorado).
PEREIRA, Leonardo A. Footbalmania. Uma história social do futebol no Rio de Janeiro, 1902-1938. Rio de Janeiro: Nova Fronteira, 2000.
PINHEIRO, E. A Cidade no Fragmento: lugar e poiesis no Largo da Carioca. Dissertação de Mestrado. Rio de Janeiro: Proarq/FAU/UFRJ, 2004, 207p.
POLLAK, Michael. Memória e Identidade Social. In: Estudos Históricos. Rio de Janeiro, vol.5, n° 10, 1992.
POL, Enric. La apropriación del espacio. In: L. Iñiguez & E. Pol (Orgs), Cognición, representación e apropriación del espacio. (pp. 45-62) Barcelona, España: Universitat de Barcelona, 1996
TUAN, Yi-Fu. Topofilia: Um Estudo da Percepção, Atitudes e Valores do Meio Ambiente. São Paulo: DIFEL, 1981.

(re)Naming à l’angevine

Alors que bien des stades de l’ère plus que moderne voient leur nom traditionnel être victime du naming, le stade d’Angers se contente de changer de figure tutélaire.

Le naming ou parrainage est une technique de plus en plus développée en Europe qui consiste à renommer, moyennant finance, une enceinte sportive du nom d’une marque ou d’une société pendant une durée plus ou moins longue. Le Vélodrome de Marseille est ainsi devenu l’Orange Vélodrome. Le naming fait le bonheur des happy few, fait rêver beaucoup de dirigeants et effraient nombre de supporteurs ou élus locaux attachés aux traditions.

Loin de ces soucis, la ville d’Angers a décidé cette semaine de renommer son stade Jean-Bouin en stade Raymond-Kopa. La décision a été approuvée par le conseil municipal. Raymond Kopa, qui s’est éteint cette année à l’âge de 85 ans, avait signé son premier contrat professionnel à Angers en 1949 où il n’avait joué que deux ans avant de réussir une brillante carrière au Stade de Reims puis au Real de Madrid.

Jean Bouin, le coureur marseillais, double médaillé olympique en 1908 et 1912, triple vainqueur du Cross des Nations et mort au champ d’honneur en 1914 cède la place au héros de Noeux-les-Mines, footballeur d’origine polonaise devenu international français et vainqueur de la coupe d’Europe.  Du coureur de fond au mineur de fond, à chaque génération ses héros.

Groundhopping ou terrain d’étude?

Comme l’explique Christopher Gaffney, dès lors qu’on se penche sur les stades en tant que chercheur, une partie de la joie pure d’être au stade disparaît au profit du « regard expert ». Malgré tout demeure le plaisir de découvrir un nouveau terrain… ce qui fait du chercheur sur les stades un groundhopper un peu spécial. J’aime les stades, quelque soit leur localisation ou leur sport de prédilection, qu’ils soient vides ou en train d’accueillir un évènement. Le stade vide me plaît tout autant que plein. Un lieu de culte ou une place perdent-ils de leur puissance quand ils sont vides? Petite liste incomplète de mes « terrains de recherche ».

 

Albanie
Stadiumi Kombetar Qemal, Tirana (extérieur)
Stadiumi Seman Stermasi, Tirana (extérieur)

Allemagne
Stade Olympique, Munich (match championnat)
Jonathan-Heimes-Stadion am Böllenfalltor, Darmstadt (extérieur)

Angleterre
Wembley, Londres (match amical, avant sa démolition)
Moss Rose, Macclesfield (matchs championnat, en famille)
Moylineux, Wolverhampton (match championnat)
Bescot (Banks) Stadium, Wallsall (matchs championnat)
Anfield Road, Liverpool (extérieur)
Upton Park, West Ham, Londres (extérieur)
The Valley, Charlton, Londres (match championnat)
Millmoor, Rotherham (match championnat)

Brésil
Parque Antartica, São Paulo (match championnat)
Morumbi, São Paulo (vide)
Ressacada, Florianópolis (match championnat)

Chine
Jiangwan Stadium, Shanghai (extérieur)
Shanghai Stadium (extérieur)

Espagne
Camp Nou, Barcelone (extérieur)
Stade Montjuic, Barcelone (vide)

France
Arènes, Nîmes (visite)
Amphithéâtre de la Croix-Rousse, Lyon (visite)
Stade Geoffroy-Guichard (vide, en chantier, lors de matchs, innombrable)
Stade Jean-Laville, Gueugnon (match championnat)
Stade de Lesdiguières, Grenoble (matchs championnat)
Stade de l’Abbé-Deschamp, Auxerre (match championnat)
Stade des Alpes, Grenoble (matchs championnat)
Stade de Gerland, Lyon (matchs championnat, coupe et coupe d’Europe)
Stade Vélodrome, Marseille (match championnat)
Parc OL, Stade des Lumières, Décines (match international)
Parc-des-Princes, Paris (match coupe)
Stade-de-France, Saint-Denis  (match internationaux)
Stade de Firminy Vert (extérieur)
Stade Piquessary, Boucau (vide)
Stadium de Toulouse (match championnat)
Stade de Cagnes-sur-Mer (match amical)

Grèce
Stade Theodoros Vardinogiannis, Heraklion (extérieur)
Stade Pankritio, Heraklion (extérieur)
Stade olympique, Olympie (visite)
Stade olympique antique rénové, Athènes (extérieur)

Irlande
Dalymount Park, Dublin (match de coupe d’Europe)
Shelbourne Park, Dublin (match amical de foot)
Aviva (Lansdowne Road) Stadium, Dublin (vide et lors de matchs de foot et rugby)
Tolka Park, Dublin (match championnat)

Italie
Arène Croix Noire, Aoste (extérieur)
Stadio Pier Luigi Penzo, Venise (extérieur)

Liban
Stade Fouad Chehab, Jounieh (vide)
Stade universitaire de l’AUB, Beyrouth (vide)
Stade de Tripoli (extérieur)

Monaco
Louis II, Monte Carle (match championnat)

Norvège
Bislett Stadion, Oslo (vide)
Frogner Stadion, Oslo (vide)

Suisse
Stade de la Praille, Genève (extérieur)
Stade olympique, Lausanne (vide)

Tunisie
Amphithéâtre, El Jem (musée, chaque fois que je peux)
Stade T. M’hriri, Sfax (vide et en chantier)

Turquie
Inonu, Istanbul (extérieur)

USA
Stade de San Antonio (extérieur)
Soldier Field, Chicago (extérieur)
Wrigley Field, Chicago (extérieur)

 

 

 

 

 

Le feuilleton du rachat de Geoffroy, premier acte

Le 7 avril 2017, s’ouvriront les négociations pour le rachat du Stade Geoffroy-Guichard entre l’ASSE, club locataire, et Saint-Etienne Métropole, son propriétaire actuel. En attendant, petit retour historique sur dix mois d’échanges verbaux par presse interposée.

L’ASSE est actuellement locataire d’un stade qu’elle a fait construire en 1931 puis qu’elle a vendu à la mairie avant que celle-ci ne transfert la propriété à son inter-communalité. C’est cette dernière qui a assuré la maîtrise d’ouvrage des travaux de rénovation du stade pour l’Euro 2016 de football (72 millions d’euros). Depuis le stade constitue certes un très bel outil de travail mais le club n’en possède pas la pleine jouissance… au contraire de son voisin lyonnais ou de nombre de grands clubs européens, ce qui semble devoir mettre un frein aux ambitions sportives du club.

Travaux de rénovation du stade pour l’Euro 2016. Juillet 2014.

Lors d’une interview donnée le 8 août 2016 à l’AFP dans les locaux de France Bleue Saint-Etienne Loire, le co-président de l’ASSE, Roland Romeyer, évoque les ambitions européennes du club mais souligne que les grands clubs européens sont dans de grandes villes, or Saint-Etienne ne peut compter que sur 170 000 habitants (population de la seule ville). Le club réaliserait donc de la « sur-performance » eut égard à la taille de sa ville et son budget – le 7e ou 8e budget français – qui peine à dépasser les 70 millions d’euros.

Le co-président évoque la difficulté à faire plus que ce qui a été déjà entrepris en terme d’acquisition de ses outils de travail: « au plan marketing, nous avons repris la gestion de notre boutique, acheté l’hôtel-restaurant le Chaudron vert, nous sommes propriétaires de notre siège-centre d’entraînement et de formation et avons ouvert le premier musée en France consacré à un club (130.000 visiteurs). »

Il entrouvre alors une porte: « pour augmenter le budget, il nous faut devenir propriétaire du stade Geoffroy-Guichard, symbole de l’ASSE, comme l’incite la loi Braillard, ce qui nous permettrait d’en avoir la gestion sept jours sur sept avec l’exploitation des loges 365 jours par an ou d’un restaurant par exemple ». Il rajoute même que les collectivités semblent à l’écoute de l’idée.

Vérification faite par les journaliste de France Bleue, « l’hypothèse a simplement été évoquée verbalement. Pas de réunion, pas de groupe de travail pour évaluer l’intérêt de céder le lieu le plus connu de Saint-Étienne. L’ASSE est donc acheteuse mais Saint-Étienne Métropole n’est pas vendeuse. En tout cas pas encore (…). Saint-Étienne Métropole n’est pas dans l’urgence de vendre : elle reçoit chaque année de la part du club de foot 1,35 million d’euros pour disposer du stade, une somme qui couvre quasiment les coûts d’exploitation annuels du Chaudron avec ses douze employés à temps plein. Mais elle perdrait un patrimoine d’une valeur symbolique très élevée ».

Lors de l’automne 2016 et de l’hiver 2017, les échanges verbaux se multiplient. En février, Gaël Perdriau, maire de Saint-Etienne et président de Saint-Étienne Métropole, ouvre la porte aux négociations lors d’une interview avec France Bleue en rappelant cependant que, dans une vente, « il y a deux choses très importantes et qui sont et seront immuables. C’est un : l’intérêt du club – et quand je dis ça, c’est pas forcément celui des actionnaires – et deux celui de la collectivité donc Saint-Etienne Métropole. C’est ce qui va présider en tout cas les discussions. L’ASSE c’est un vecteur de communication pour le territoire qui est exceptionnel. Notre intérêt c’est que le club puisse se développer comme il le souhaite et atteindre les ambitions que nous partageons. Il faudra discuter du montage, du prix et de l’ambition pour le club. C’est présenté comme étant la solution. Nous voudrions en être sûrs. »

Le prix de 150 millions d’euro est alors avancé par le maire de Saint-Etienne ; prix qui fait bondir le club et s’étrangler son président. Fin du premier acte.

Reprise des négociations le 7 avril…

 

Pour en savoir plus sur l’histoire du stade Guichard:
– Stéphane Merle, « Le stade Geoffroy Guichard de Saint-Étienne, un « monument » du sport local ? », Géocarrefour [En ligne], vol. 79/3 | 2004, mis en ligne le 12 mars 2008, consulté le 22 mars 2017. URL : http://geocarrefour.revues.org/723 ; DOI : 10.4000/geocarrefour.723
– CHARBONNIER Grégory, ROUX Jean-Michel et SANQUER Cendrine, Le stade Geoffroy-Guichard. Un club, un public, Saint-Étienne : Ville de Saint-Étienne, collection Trames urbaines n°5, 2006, 67 p., cartes et ill.

La sélection des stades pour la Coupe du monde de rugby 2023

Le 9 février 2017, la Fédération Française de Rugby (FFR) s’est déclarée candidate pour accueillir la Coupe du Monde de rugby en 2023. Dix-neuf  villes étaient mentionnées lors de la présentation du dossier à la presse. Le Comité Directeur de la FFR vient de dévoiler les douze villes hôtes finalement retenues pour la candidature.

Douze villes mais onze stades ont été retenues (du plus grand au plus petit stade) :
Saint-Denis –Stade de France (80 000 places)
Marseille – Orange Vélodrome (67 000 places)
Lyon – Parc OL (59 000 places)
Lille Métropole – Stade Pierre-Mauroy (50 000 places)
Bordeaux – Matmut Atlantique (42 000 places)
Saint-Etienne – Stade Geoffroy-Guichard (42 000 places)
Lens – Stade Bollaert-Delelis (38 000 places)
Nantes – Stade de la Beaujoire (37 500 places)
Nice – Allianz Riviera (35 000 places)
Montpellier – Stade de la Mosson (32 000 places)
Toulouse – Stadium de Toulouse (33 000 places)

Paris est la douzième ville. Son stade – en plus de Saint-Denis qui accueillera la finale – n’est pas encore connu: Jean-Bouin et le Parc-des-Princes sont les deux options possibles. L’U arena de Nanterre, future stade du Racing 92 a été écartée.

Sept villes se sont désistées entretemps ou n’ont pas été sélectionnées: Valenciennes (Stade du Hainaut), Le Havre (Stade Océane), Rennes (Roazhon Park), Le Mans (MMARENA), Sochaux (Stade Auguste-Bonal), Grenoble (Stade des Alpes) et donc Nanterre.

La FFR a expliqué vouloir déposer le meilleur dossier pour la Coupe du Monde 2023 et  justifie la sélection sur les critères suivants :

  • « La plus grande capacité de spectateurs potentiels (grand public et hospitalités)
  • La plus grande capacité hôtelière
  • Des stades de très haut niveau répondant aux standards des plus grands événements internationaux
  • Des villes hôtes mobilisées et expertes dans l’accueil des événements internationaux »

Notons simplement, qu’en l’état, la sélection fait la part belle aux stades de football. En-dehors du Stade de France, antre des équipes de France de football et de rugby et du Matmut Atlantique de Bordeaux qui accueille quelques affiches de l’UBB (Union Bègles-Bordeaux), les autres stades sont le domicile de clubs de football de Ligue 1 et Ligue 2 (Lens). Quand un club professionnel de rugby jouent dans ces villes, c’est alors dans un autre stade, plus petit: le Stade Ernest-Wallon à Toulouse, le Matmut Stadium de Lyon ou l’Altrad Stadium de  Montpellier.

La fusion n’aura pas lieu

Moins d’une semaine après avoir annoncé la fusion du Racing 92 et du Stade Français lors d’une conférence de presse, de simples communiqués  sur leurs sites internet respectifs mettaient fin à l’ambitieux projet, mort-né le 19 mars 2017.

Alors que la fusion avait été annoncée lors d’un numéro de duettiste, l’arrêt du projet est annoncée séparément par chacun des clubs . Pour le président du club francilien, le constat est amer. Un tel projet ne pouvait pas être que sportif ou économique: « J’ai entendu et compris les fortes réticences qu’a soulevé ce beau projet d’union. En tout état de cause, les conditions sociales, politiques, culturelles, humaines, sportives ne sont pas remplies. Peut-être avons-nous eu raison trop tôt, l’avenir nous le dira… Je n’ai pas mesuré à quel point la nécessité d’expliquer, de faire partager ma vision et d’en présenter les modalités jusque dans les rangs du Racing 92 étaient une priorité absolue. »

Il a manqué l’explication si ce n’est la co-construction du projet avec tous les partenaires. En premier lieu les élus qui s’inquiétaient de l’avenir du stade Jean-Bouin. En second lieu les supporteurs qui rappelaient que l’attachement à un club marque une vie comme ce fan interrogé par Libération : « On a accompagné notre club sur tous les terrains, dans la boue ou dans le froid. Dans les gradins du stade Jean-Bouin, nous sommes assis derrière les poteaux, dans un coin qu’on a la charge d’animer. Toutes ces années, on a laissé beaucoup de nous-mêmes. Mon grand-père et mon père ont joué au Stade français, moi j’ai commencé à l’âge de 5 ans. Ce club, c’est tout un engagement. A Leicester, en Angleterre, il y a un carré pour recueillir les cendres funéraires de certains amoureux du club. Supporteur, c’est à la vie à la mort ! »

 

La fusion du Racing 92 et du Stade Français

Le 13 mars 2017, les présidents du Stade Français (Paris) et du Racing 92 (Hauts-de-Seine) annonçaient par un communiqué de presse la fusion de leurs deux clubs. Ces derniers sont des monuments historiques du rugby français. Ils sont les vainqueurs des deux premières finales du championnat de France (18921 et 1893) et des deux dernières (2015 et 2016). L’enjeu de la fusion est semble-t-il économique et sportif: assurer la conquête de futurs titres dans une économie de plus en plus compétitive2. Qu’en est-il de l’enjeu territorial? Qu’adviendra-t-il des deux enceintes, dont l’une vient d’être rénovée par les collectivités publiques (le Stade Jean-Bouin) et l’autre, financée en partenariat public-privé, est sur le point d’être livrée en septembre 2017 (U Arena)?

 

Un projet éclair
Alors que tous les spécialistes du projet – qu’il soit économique, urbain ou social – expliquent qu’il faut d’abord et avant tout prendre le temps pour que tous les acteurs potentiels soient associés, il convient de souligner que le projet de fusion des deux clubs surprend par sa rapidité, sa méthode et son timing. Le projet s’est construit très rapidement, en un mois et demi, et par un très petit nombre d’affranchis : cinq d’après Le Monde (« outre les deux présidents, le DG du Stade Français, Pierre Arnald, et les deux entraîneurs du Racing 92, Laurent Labit et Laurent Travers »). Le nom du futur club n’étant pas encore trouvé…

La mairie de Paris, à travers un communiqué de sa maire, Anne Hidalgo, regrette d’avoir été alertée, semble-t-il, « quelques minutes avant la presse » ; le Conseil Départemental des Hauts-de-Seine (département d’ancrage du Racing 92) ayant eu une semaine d’avance. Quant au timing sportif… le championnat n’est pas encore fini et les autres clubs s’inquiètent de l’équité sportive quand certains affronteront (ou pas) deux équipes plus ou moins démobilisées si ce n’est en grève.

Rassemblement au Stade Jean-Bouin des joueurs et supporters du Stade Français le 13 mars à la suite de l’annonce de la fusion. www.liberation.fr

Anne Hidalgo  «déplore le fait que les collectivités, les partenaires et les joueurs n’aient pas été associés à cette réflexion. (…) Il est légitime que ces clubs réfléchissent à leur avenir et à leur rayonnement en France et en Europe, mais leurs dirigeants ne doivent pas oublier que ces clubs ont aussi un ancrage local fort, que leur développement et leur réussite sont intimement liés aux villes qui les accueillent, aux supporters qui les soutiennent, et que le Stade Français a en cela une responsabilité particulière vis-à-vis de Paris». Anne Hidalgo prévient que la fusion «ne doit pas tirer un trait» sur les efforts consentis par la Ville de Paris pour rénover le stade Jean-Bouin, qui abrite également le siège du Stade Français.

L’avenir en pointillé de Jean-Bouin
Dans le même communiqué de la mairie, l’adjoint en charge du sport, Jean-François Martins, précise que la collectivité sera particulièrement attentive «à assurer la soutenabilité et l’amortissement des investissements qui ont été réalisés par la collectivité au stade Jean-Bouin». Il faut dire que le Stade Jean-Bouin a été entièrement rénové par la Ville pour les besoins du Stade Français et dans la perspective qu’il puisse servir un jour à l’accueil des jeux olympiques. Les deux présidents ont annoncé que le futur club joueraient pour partie dans la nouvelle enceinte de Nanterre et pour partie à Jean-Bouin, au-moins en attendant la livraison de la U Arena et ensuite quand cette dernière recevra des spectacles.

Jean-Bouin a été construit en 1925, rénové une première fois en 1970 puis une seconde fois en 2013 dans sa configuration actuelle par la Ville de Paris3).  C’est désormais une enceinte ultra-moderne de 20 000 places, située Porte de St-Cloud, dans le XVIe arrondissement de Paris, à deux pas du Parc-des-Princes. Le projet architectural est l’oeuvre de l’architecte Rudy Ricciotti, Grand prix national d’architecture 2006. Le stade comprend 51 loges, un parking de 500 places et une galerie commerciale. Evalué au départ à 111 millions d’euros, le projet a finalement coûté quelques 150 millions.

Vue aérienne du Parc-des-Princes (gauche) et du Stade Jean-Bouin (droite) http://forums.bigsoccer.com

La U Arena de Nanterre
Le Racing 92 attend dans le même temps la livraison de sa nouvelle enceinte – située à proximité de l’Arche de la Défense – dont le maître d’ouvrage est Racing Arena, filiale de la holding Ovalto Investissement créée par Jacky Lorenzetti, EPADESA4 et la Ville de Nanterre, soit un partenariat public-privé.

L’U Arena (appelée ainsi dans l’attente de son naming) a été conçue par un autre grand architecte français – Christian de Portzamparc -pour être une enceinte modulable et polyvalente capable d’accueillir 32 000 spectateurs en mode stade de rugby et de 10 à 40 000 spectateurs en mode concert. Sa page wikipédia rappelle que, initialement prévue pour avoir un toit rétractable, « elle sera dotée d’un toit permanent, les rencontres de rugby se jouant sur une pelouse synthétique. (…) Y seront adjoints des commerces dans l’enceinte du stade, ainsi que 33 000 m2 de bureaux. En configuration spectacle, l’Arena 925 sera la plus grande salle de spectacle de France, très loin devant le Palais omnisports de Paris-Bercy qui contient 20 300 places et l’Arena du Stade Pierre-Mauroy à Lille qui peut accueillir 25 000 personnes en configuration concert. Elle sera équipée de 22 buvettes, cent loges privatives et une partie importante des place seront des sièges business ».

Evolution en direct du chantier de la U Arena. www.uarena.com

Devenir des stades
Les deux enceintes partagent donc le fait d’avoir fait l’objet d’investissements conséquents de la part des pouvoirs publics, à la demande d’entrepreneurs de spectacles sportifs, qui assuraient alors possible la co-présence de deux grands clubs en Ile-de-France si les collectivités aidaient à la « modernisation de l’outil de travail ». Les deux enceintes sont aussi de tailles trop similaires (20 et 32 000 places) pour que l’une puisse servir à accueillir les matchs ordinaires et l’autre les affiches. Il semble que l’U Arena soit destinée à être le stade principal. Il faut dire que le modèle économique d’une telle enceinte nécessite sans doute un nombre assuré de matchs.

La Ville de Paris est donc maintenant confrontée presque seule au devenir du stade Jean-Bouin et à son équilibre économique. Le Red Star de St-Ouen, un club de football de L2, y jouent actuellement ses matchs à domicile en attendant la mise aux normes du vétuste Stade Bauer. Très loin d’être suffisant à assurer la pérennité de l’équipement qui risque de basculer dans la catégorie des « éléphants blancs ».

 

  1. Maniant la symbolique des lieux, l’annonce de la fusion s’est faite par les deux présidents, Thomas Savare (Stade Français) et Jacky Lorenzetti (Racing 92) dans les salons des Jardins de Bagatelle, «là où s’est déroulée la première finale du Championnat de France, en 1892, remportée par le Racing-Club de France» []
  2. Thomas Savare, président du Stade Français explique ainsi lors du communiqué de presse: « mon envie était de pérenniser ce club mais je n’ai pas trouvé de modèle économique viable, malgré les titres de Champion de France et malgré Jean-Bouin. Un modèle économique, c’est un club qui n’a pas besoin de mécène pour survivre. C’est vers ça que je voulais tendre. » []
  3. https://fr.wikipedia.org/wiki/Stade_Jean-Bouin_(Paris []
  4. L’Établissement public d’aménagement de la Défense Seine Arche – EPADESA – est un établissement public à caractère industriel et commercial chargé d’aménager le site de la Défense pour le compte de l’État et des collectivités locales concernées. Son périmètre fait l’objet d’une opération d’intérêt national et concerne une partie du territoire des communes de Courbevoie, La Garenne-Colombes, Nanterre et Puteaux dans le département des Hauts-de-Seine []
  5. Son ancien nom de code. []

L’ambiance des stades

Le texte ci-dessous est la reproduction d’un article publié dans le numéro 393 de la revue Urbanisme qui consacrait son dossier aux « Grands stades en quête d’urbanité » à l’occasion de la Coupe du monde de football de 2014 au Brésil.

Si l’ambiance d’un match peut déconcerter voire inquiéter, elle sait aussi motiver et passionner public autant que joueurs. Les médias ne s’y trompent pas, lorsqu’ils commencent les retransmissions par un zoom sur les tribunes en fête et par l’usage du bien nommé « micro d’ambiance ». La réputation des stades se fonde pour partie sur les représentations que nous avons de leurs ambiances : survoltée du Vélodrome, délétère du Parc des Princes, bon enfant du Roudourou1 ou de ce stade de club amateur.

L’ambiance est un enjeu : économique (vendre un événement, rentabiliser un équipement, développer une entreprise de spectacle sportif), social (créer une identité collective), politique (signifier l’avènement d’un territoire ou d’une nation). S’assurer une bonne ambiance devrait aussi être un sujet d’analyse et un enjeu de projet pour les concepteurs de stade, les gestionnaires et les élus locaux2. Mais qu’est-ce qui fait l’ambiance d’un stade et comment l’évaluer ? Est-il possible de prédire, projeter et manager une ambiance ? Le champ de la recherche architecturale et urbaine – entre autres avec le laboratoire Cresson3– a tenté depuis une quinzaine d’années de qualifier cette notion d’ambiances architecturales et urbaines. Une ambiance implique un rapport sensible au monde, synesthésique (par chacune des modalités sensorielles) autant que cénesthésique (impression générale). Elle ne se réfère pas à une échelle spatiale ou temporelle particulière. Elle nécessite dans son analyse une approche pluridisciplinaire portant une attention aux dimensions construites, sociales et sensibles de l’espace habité4.

Laissons ici de côté les dimensions construites et sociales5 pour nous concentrer sur la dimension sensible. Nous faisons l’hypothèse que la conception et le management actuels des stades français prennent mal en compte cette dimension sensible. Ils sont principalement intéressés par le construit et partiellement par les usages, le plus souvent vus sous l’angle de la sécurité ou du marketing. Un grand nombre d’études ou de rapports portent sur l’aspect fonctionnel des stades ou sur la sociologie des publics, rarement sur leur perception sensible par leur public, et croisent plus rarement encore les trois dimension6.

Une expérience sensible
Aller au stade et assister à un match, c’est faire une expérience sensible dans la mesure où nos cinq sens seront convoqués. Cette expérience sera qualitativement différente selon de nombreux paramètres (qualité du spectacle, conditions météorologiques, emplacement dans les tribunes, etc.). L’expérience sensible dépendra aussi de la typologie des publics du match. Une personne peut être, c’est selon, spectateur, supporter ou fan. Le premier vient voir un spectacle quand le second assiste à un match en soutenant l’un des protagonistes. Il est déjà partie prenante. Les fans (ultras, associés, etc.) sont, quant à eux, des supporters engagés et militants qui escomptent peser collectivement sur l’issue d’un « combat ».

La nature, l’intensité, la qualité des stimuli sensoriels seront d’autant plus fortes que l’implication de l’individu dans le match ira croissant, comme le montrent les résultats d’une enquête réalisée sur le stade Geoffroy-Guichard lors de la saison 2005-2006. Sachant qu’une ambiance se vit et se raconte, nous avons mobilisé plusieurs techniques venant de l’analyse sociale des espaces publics, afin de qualifier les ambiances d’un match : observation située, collecte de récits de vie, carte mentale et captation photographique, sonore ou vidéographique7 . Limitons-nous ici aux résultats de la seule expérience visuelle.

Le spectateur regarde sans être vu : son expérience sensible reste de faible intensité et qualité. Il paie pour avoir le sentiment excitant d’être de la fête et pour se rendre compte de visu si le stade est à la hauteur de sa réputation. Le supporter fait une expérience personnelle en venant assister à un match de son équipe. Il a une attente émotionnelle forte par rapport au résultat et à la manière. Son expérience sera, quoiqu’il arrive, relativement sensible. Il est là pour regarder le match, bien entendu… mais tout en cherchant parfois à être vu grâce à son accoutrement. Les fans ne sont pas au spectacle, ils sont partie prenante d’un combat aux côtés des joueurs et ont conscience de leur importance. Être un fan, c’est faire immanquablement du match une expérience très sensible et collective. L’expérience visuelle est intense, même si elle peut paraître a priori insatisfaisante. Et bien que placés dans les tribunes ayant la moins bonne vision, les fans sont l’objet de tous les regards. Ils cherchent d’ailleurs à produire un effet visuel à travers leurs tifos (spectacles d’avant-match) et une gestuelle complexe et collective qui visent, en faisant masse, à animer le stade et impressionner le visiteur.

L’ambiance d’un match nous semble ainsi relever pour partie de la combinaison de ces types de publics. Les spectateurs s’additionnent imparfaitement et leur nombre n’est jamais la garantie d’une bonne ambiance. Ils sont avant tout une somme d’individus parvenant à faire corps dans les moments d’excès sensoriel et à produire un effet multiplicateur. Tout dépend cependant du résultat du match, et l’effet peut être aussi bien positif que négatif : c’est la ola ou la bronca. Seuls les fans sont des facteurs d’ambiance, l’effet de leur regroupement étant de l’ordre de la démultiplication.

Des ambiances en projet
Ainsi, par la mise en récit des usagers et par l’analyse minutieuse des dispositifs spatiaux, des organisations sociales et des configurations sensibles des stades et de leurs publics, est-il possible de s’approcher d’une compréhension des ambiances ? Est-il envisageable de prédire une ambiance, de la concevoir, de la garantir, de la gérer ? Il semble imaginable de penser le projet et la gestion des stades afin de rendre possible certaines configurations spatiales, sociales, sensibles favorables à l’émergence d’une « bonne ambiance ». Mais sa prédictibilité paraît quasi impossible. Pour qu’une ambiance « prenne » comme une mayonnaise, il faut a minima rassembler tous les ingrédients mais, quand bien même, la réussite restera aléatoire…

Faisons ensuite le constat que, depuis le rapport Taylor8 en 1990 et sous l’influence des instances nationales et internationales régissant le football (ligues nationales, UEFA, FIFA, États, etc.), la qualité construite des stades a considérablement été améliorée en Europe. La réflexion sur la dimension sociale a aussi entraîné un profond bouleversement dans la façon dont est considéré l’usager.

Nous sommes entrés dans l’âge du « stade plus que moderne », celui du contrôle et de la consommation9. Les foules sont ségréguées, privées de toute valeur sociale et les individus atomisés, réduits à l’état de clients. Les frontières externes comme internes sont désormais complètement imperméables. Les stades, qui étaient des espaces publics socialisants au même titre que les parcs ou les places, deviennent des espaces de consommation, des tradiums10. Certes dus à des architectes de renom, ils sont l’objet d’une grande sophistication technique mais leur « authenticité » est désormais manufacturée. Il en ressort un double phénomène : une amélioration de l’équipement et de son usage pour le consommateur mais un appauvrissement de la qualité sensible pour le spectateur. Concepteurs et gestionnaires cherchent à agrandir les stades afin d’atteindre une taille critique nécessaire à la bonne économie des projets, espérant ainsi que le nombre de spectateurs sera de nature à générer par lui-même de l’événement.

Cependant, comme nous venons de le voir, le nombre de spectateurs ne garantit pas une bonne ambiance. Seuls les fans, qui existent d’abord en tant que corps social plus ou moins constitué, sont des facteurs d’ambiance. Leurs instincts grégaires les conduisent à faire masse et leur sens social à faire corps à travers des associations, sections ou clubs… mais ils sont difficilement prédictibles et gérables.

Lever un paradoxe
Pour envisager une meilleure prise en compte de la dimension sensible, il conviendrait de lever un paradoxe. Alors que nous venons de voir les ambiances – et la bonne commercialisation du spectacle sportif – dépendre de la présence de supporters et de fans, tout est mis en oeuvre au profit des seuls spectateurs. L’homme est pensé comme une menace quand il s’agrège à son voisin. Projeteurs et gestionnaires de stade n’apprécient guère que leurs clients atomisés puissent faire masse et fusionner avec leurs voisins pour produire une réaction chimique aléatoire. Clubs et gestionnaires encouragent le corps intermédiaire et rassurant qu’est la famille, tolèrent parfois l’association de supporters dans la mesure où elle se place sous leur autorité, se méfient ou combattent les ultras.

Si masses il y a, ce sont pourtant celles des mass media. Depuis vingt-cinq ans, la télévision a considérablement modifié l’architecture et la gestion des stades (toit rétractable, pelouse chauffée et/ou synthétique, éclairage artificiel, etc.). Le temps ritualisé du match a cédé la place au spectacle permanent. Le coût de gestion des enceintes sportives a considérablement augmenté en conséquence. Il en a résulté une nécessité d’augmenter également les prix des billets et de générer des recettes de merchandising supplémentaires. L’homme est pensé individuellement comme consommateur d’un spectacle sportif et de ses produits dérivés. On veille à son confort (assise, vision, sécurité) afin de le mettre dans les meilleures dispositions pour passer à l’achat. C’est la sainte trinité des aménités : « buvettes, toilettes, emplettes ».

Victimes symboliques de ce changement de paradigme, les « places debout » sont combattues avec énergie… alors même que des clubs nord-américains les réintroduisent, justement afin de recréer une atmosphère propice à la commercialisation de l’événement11.

Prendre en compte l’homme et sa douleur
Une fois ce paradoxe levé, peut-être conviendrait-il de remettre l’homme au coeur du projet. Accepter qu’il puisse éprouver ses propres émotions. Prenons le cas de la douleur, comme nous le suggère Pierre Sansot dès 198612. La douleur d’être au stade est une réalité que presque aucun projeteur ou gestionnaire ne souhaite prendre en considération. Elle est pourtant intrinsèque au spectacle sportif, comme le montrent nombre de récits de vie de supporters13.

Comparaison est parfois faite des stades et des églises. Sauf que dans l’ambiance d’une église, le construit, les usages, le sensible convergent pour signifier que nous sommes dans un lieu où joie, douleur et espoir sont indissociables. Les scènes de nativité, d’entrée glorieuse dans Jérusalem, de procès, de torture, d’abandon, de supplice, de mort et de résurrection se succèdent ou coexistent. Rien de tout cela dans un stade neuf. Nulle ambiance manufacturée des stades modernes ne prend en compte la douleur du supporter. Il arrive même souvent qu’on souhaite effacer une mémoire douloureuse, comme en rebaptisant un stade théâtre d’un drame14.

Il est certes difficilement concevable de gérer la douleur, mais nous pouvons prendre en considération dans un projet les lieux et les hommes qui les habitent. Il y a ainsi différentes façons, plus ou moins symboliques, d’avancer sur ce point :

• offrir des bouts de pelouse ou de béton du stade à démolir… mais pas les vendre comme ce fut le cas pour le Maracanã de Rio lors de sa récente rénovation ;
• garder la mémoire. Le stade de l’Olympiakos Le Pirée, qui accueille les fans de la Gate 7 dont plusieurs membres ont péri lors d’un accident, conserve une trace de leur présence par des sièges de couleurs différentes correspondant aux absents ;
• permettre la dispersion des cendres d’un fan sur le – ou à côté du – stade, comme le demande ce supporter de Boca Junior : « S’il vous plaît, faites votre possible pour que mes cendres puissent être introduites dans la Bombonera et dispersées sur le terrain »15 ;
• permettre le travail de deuil. Nombre de supporters et de fans s’imposent d’assister au « dernier match », afin de faire le deuil du haut niveau, du trop vieux stade ou du club quand il est mis en liquidation… Les clubs éteignent parfois les lumières en vitesse et poussent dehors les supporters qui restent là, silencieux, hagards ou furieux. Poussons-nous les membres d’une famille hors d’un cimetière une fois la tombe refermée ?

Comment faire alors pour prendre en compte la dimension sensible dans le projet et la gestion des stades ? Peut-être une solution serait-elle de repenser les stades à travers le triple prisme de l’espace public, du temps public et du corps public. Le stade, même privé, est un lieu recevant du public, socialisant, même imparfaitement, et générant des enjeux urbanistiques et sociaux qui méritent de le considérer comme tel.

 

ROUX Jean-Michel, « L’ambiances des stades », Urbanisme, n°393, dossier « Grands stades en quête d’urbanité », 2014, pp. 60-62, ill. Article reproduit avec l’aimable autorisation de la revue.

  1. Stade de Guingamp. []
  2. La Ligue nationale de football en a pris la mesure, qui a mis en place un « championnat de France des tribunes ». www.lfp.fr []
  3. Le Cresson est un laboratoire de l’École nationale supérieure d’architecture de Grenoble et du CNRS, UMR 1563 « Ambiances architecturales & urbaines ». Cf. sur ce thème : Jean-François Augoyard, « L’environnement sensible et les ambiances architecturales », in L’espace géographique, 1995, n° 4, pp. 302-318, ou Pascal Amphoux, Jean-Paul Thibaud et Grégoire Chelkoff (dir.), Ambiance en débats, Bernin, Éditions À la Croisée, 2004. []
  4. Nicolas Tixier, dossier « Ambiance(s). Ville, architecture, paysages », Culture et Recherche, n° 113, Paris, ministère de la Culture et de la Communication, 2007. []
  5. L’ambiance d’un stade dépend de sa dimension construite, i.e. de son insertion dans une ville ou un quartier, et de son architecture mais aussi de la sociologie des publics, de la qualité du spectacle et du type d’événement qui s’y déroule. []
  6. Cf. par exemple Jean-Louis Valentin (rapporteur) et Philippe Seguin (président), « Grands Stades Euro 2016 », Rapport de la commission Grands Stades Euro 2016 présenté au ministre des Sports, Paris, 2008. []
  7. Jean-Michel Roux (dir.), Un stade dans la ville. L’analyse des ambiances et publics d’un stade de football. Le cas de Geoffroy-Guichard à Saint-Étienne, Ville de Saint-Étienne, Archives municipales et Unité Ville d’Art et d’Histoire, 2005-2006 ; ou Grégory Charbonnier, Jean-Michel Roux et Cendrine Sanquer, Le Stade Geoffroy-Guichard. Un club, un public, Ville de Saint-Étienne, collection Trames urbaines, n° 5, 2006. []
  8. Peter Taylor, The Hillsborough Stadium Disaster, 15 April 1989. Inquiry by the RT Hon. Lord Justice Taylor, Final Report, Presented to Parliament by the Secretary of State for the Home Department by Command of Her Majesty, Londres, HMSO, 1990. []
  9. Christopher Gaffney, Temples of the Earthbound Gods. Stadiums in the Cultural Landscapes of Rio de Janeiro and Buenos Aires, Austin (États-Unis), University of Texas Press, 2008. []
  10. Néologisme de John Bale dans Sport, Space, and the City en 2001 de la contraction de trade (commerce) et stadium. []
  11. Tom Dunmore, « Denver Does Terraces: Standing in Major League Soccer », http://pitchinvasion.net. []
  12. Pierre Sansot, « Vers une sociologie des émotions sportives », in Les Formes sensibles de la vie sociale, PUF, 1986, p. 92. []
  13. Par exemple, Tim Parks dans Une saison de Vérone (2002). []
  14. Á Bruxelles, l’appellation « Stade du Roi Baudouin » essaie péniblement d’effacer les stigmates du drame du Heysel, en 1985. []
  15. So Foot. Football total et contre-culture, Solar Éditions, 2010, p. 52. []

Eléphant blanc – White elephant

Un éléphant blanc est une réalisation d’envergure et prestigieuse, souvent d’initiative publique, mais qui s’avère plus coûteuse que bénéfique, et dont l’exploitation ou l’entretien devient un fardeau financier1. Les stades figurent en bonne place sur les listes.

 

Etymologie
L’expression vient de l’anglais britannique2 (white elephant) et est de traduction récente en français, langue qui  connaît plutôt des éléphants roses… L’éléphant blanc est traditionnellement un animal sacré dans les pays d’Asie du Sud-Est hindouiste ou bouddhiste (Inde, Thaïlande, etc.) car la mère de Bouddha en aurait rêvé d’un.

Dans la société aristocratique de ces pays, l’auguste animal ne peut travailler. Rarissime dans la nature, il fait l’objet de cadeaux de prestige que font certains souverains à leurs vassaux. Le cadeau peut alors rapidement devenir un fardeau pour le bénéficiaire qui se trouve dans l’obligation de le couvrir de soins et d’égards sans pouvoir en tirer un quelconque bénéfice. La bénédiction se transforme alors en malédiction. L’expression se répand dans l’Empire britannique au 18e siècle pour désigner un cadeau qui s’avère ruineux.

Caractéristiques d’un « éléphant blanc »
L’expression s’emploie aujourd’hui dans un sens large comme le souligne Wikipedia : « elle concerne des réalisations de nature pratique mais inefficace économiquement, ou bien des réalisations plus fantaisistes, voire irrationnelles. Dans les deux cas, l’éléphant blanc représente un coût de réalisation mais aussi un coût d’exploitation ou d’entretien. (…) L’éléphant blanc se distingue par divers traits :

  • l’inutilité pratique de la réalisation est évidente dès le début. (…)
  • l’entretien est une charge financière évidente et cette évidence la rend désagréable (ce n’est donc pas « l’entretien d’une danseuse» qui procure du plaisir à celui qui dépense)
  • il n’est plus possible de se débarrasser de la réalisation, pour des motifs de fierté ou de prestige »

Certains grands travaux d’équipement font figure d’éléphants blancs : l’aéroport canadien  de Montréal-Mirabel qui « ne décollera jamais », les aéroports espagnols « fantômes » de Central-Ciudad Real, de Castellón-Costa Azahar et d’Huesca-Pirineos, fruits de la bulle immobilière ou certains projets immobiliers démesurés comme le centre commercial New South China Mall de Dongguan en Chine, conçut à son ouverture en 2005 comme le plus grand centre commercial au monde mais vide à 99%.

Les stades olympiques ou liés aux grandes compétitions de football et de rugby figurent en bonne place sur la liste: stade olympique de Montréal de 1976, stades de football portugais de Leiria et Aveiro  construits pour le championnat d’Europe de football 2004, certains stades de la coupe du monde de football en Afrique-du-Sud ou au Brésil en 2014, etc. En France, le stade du Mans (MMArena) est parfois cité tout comme le stade des Alpes à Grenoble, avec plus ou moins de raison.

  1. Déf. Wikipedia.org []
  2. L’anglais américain l’utilise aussi mais avec le sens de cadeau bizarre et probablement coûteux et dont on finit par se débarrasser dans une brocante, une white elephant sales. []