Archives de catégorie : Les mots du stade et des villes

Cette catégorie renvoie à un projet de rédaction d’un lexique des mots de la ville et du stade. Les deux mondes ont en partage des mots. Ils se les échangent. Certains mots renvoient à l’architecture civile (la porte), religieuse (le parvis) ou militaire (le glacis), à l’horticulture (la pelouse), la géographie (the ground), la géopolitique (the kop), etc.
Ces mots voyagent dans le temps et selon les pays, appelant le projet en cours à être polyglotte.

Eléphant blanc – White elephant

Un éléphant blanc est une réalisation d’envergure et prestigieuse, souvent d’initiative publique, mais qui s’avère plus coûteuse que bénéfique, et dont l’exploitation ou l’entretien devient un fardeau financier1. Les stades figurent en bonne place sur les listes.

 

Etymologie
L’expression vient de l’anglais britannique2 (white elephant) et est de traduction récente en français, langue qui  connaît plutôt des éléphants roses… L’éléphant blanc est traditionnellement un animal sacré dans les pays d’Asie du Sud-Est hindouiste ou bouddhiste (Inde, Thaïlande, etc.) car la mère de Bouddha en aurait rêvé d’un.

Dans la société aristocratique de ces pays, l’auguste animal ne peut travailler. Rarissime dans la nature, il fait l’objet de cadeaux de prestige que font certains souverains à leurs vassaux. Le cadeau peut alors rapidement devenir un fardeau pour le bénéficiaire qui se trouve dans l’obligation de le couvrir de soins et d’égards sans pouvoir en tirer un quelconque bénéfice. La bénédiction se transforme alors en malédiction. L’expression se répand dans l’Empire britannique au 18e siècle pour désigner un cadeau qui s’avère ruineux.

Caractéristiques d’un « éléphant blanc »
L’expression s’emploie aujourd’hui dans un sens large comme le souligne Wikipedia : « elle concerne des réalisations de nature pratique mais inefficace économiquement, ou bien des réalisations plus fantaisistes, voire irrationnelles. Dans les deux cas, l’éléphant blanc représente un coût de réalisation mais aussi un coût d’exploitation ou d’entretien. (…) L’éléphant blanc se distingue par divers traits :

  • l’inutilité pratique de la réalisation est évidente dès le début. (…)
  • l’entretien est une charge financière évidente et cette évidence la rend désagréable (ce n’est donc pas « l’entretien d’une danseuse» qui procure du plaisir à celui qui dépense)
  • il n’est plus possible de se débarrasser de la réalisation, pour des motifs de fierté ou de prestige »

Certains grands travaux d’équipement font figure d’éléphants blancs : l’aéroport canadien  de Montréal-Mirabel qui « ne décollera jamais », les aéroports espagnols « fantômes » de Central-Ciudad Real, de Castellón-Costa Azahar et d’Huesca-Pirineos, fruits de la bulle immobilière ou certains projets immobiliers démesurés comme le centre commercial New South China Mall de Dongguan en Chine, conçut à son ouverture en 2005 comme le plus grand centre commercial au monde mais vide à 99%.

Les stades olympiques ou liés aux grandes compétitions de football et de rugby figurent en bonne place sur la liste: stade olympique de Montréal de 1976, stades de football portugais de Leiria et Aveiro  construits pour le championnat d’Europe de football 2004, certains stades de la coupe du monde de football en Afrique-du-Sud ou au Brésil en 2014, etc. En France, le stade du Mans (MMArena) est parfois cité tout comme le stade des Alpes à Grenoble, avec plus ou moins de raison.

  1. Déf. Wikipedia.org []
  2. L’anglais américain l’utilise aussi mais avec le sens de cadeau bizarre et probablement coûteux et dont on finit par se débarrasser dans une brocante, une white elephant sales. []

Pesage – weighing enclosure

Le pesage est l’action de peser les jockeys avant une course. C’est, par extension, l’endroit de l’hippodrome ou champ de course où s’effectue le pesage (weighing enclosure). Le terme bascule dans le monde des stades au XIXe siècle.

Certains des premiers stades de l’époque industrielle investissent d’anciens hippodromes. C’est le cas à Colombes du quotidien parisien Le Matin qui reprend l’hippodrome en  1907 pour en faire le Stade de Colombes afin d’accueillir des compétitions d’athlétisme, de rugby et de football.

Carte postale du Stade de Colombes avec sa main courante.

 A l’ère industrielle des stades, l’accès est permis à quiconque s’acquitte de son droit d’entrée au spectacle sportif (au contraire des stades antiques ou clubs privés de la bourgeoisie) mais la place dans le stade dépend du prix du billet et clive les classes sociales : les pesages (le long de la main courante), les tribunes populaires derrière des buts et dans les virages, la tribune latérale (assise et couverte) et enfin la tribune d’honneur. Le terme perdure jusqu’à la fin du XXe siècle. Il est aujourd’hui quelque peu désuet.

Toilet facilities – lavatory – toilettes

Les stades de l’ère industrielle et du Mouvement moderne (fin XIXe-milieu XXe) mettent l’emphase sur l’accueil du plus grand nombre possible de spectateurs… avec un souci minimal pour la qualité des aménités ou le confort du spectateur. Les tribunes populaires sont presque exclusivement avec des places debout, ouvertes à tous vents et avec pas ou peu de toilettes… Remarque bénigne? 

L’absence (ou la sous-évaluation) des besoins en matière de toilette entraîne le développement de pratiques déviantes. Les spectateurs urinent dans les rues alentours quand ils n’urinent pas directement dans la tribune provoquant des problèmes d’hygiène et, aux dires de certains, des problèmes de structure, les fers des bétons étant sensibles à l’acidité. Il va sans dire qu’une partie du public potentiel ne se sent pas complètement à son aise en l’absence de toilettes accessibles aux personnes en situation de handicap ou réservés aux femmes.

Le rapport du juge Taylor à la suite du désastre d’Hillsborough pointe d’ailleurs le défaut de la maîtrise d’ouvrage en la matière dans les stades anglais: « The facilities provided for them have been lamentable. Apart from the discomfort of standing on a terrace exposed to the elements, the ordinary provisions to be expected at a place of entertainment are sometimes not merely basic but squalid. At some grounds the lavatories are primitive in design, poorly maintained and inadequate in number. This not only denies the spectator an essential facility he is entitled to expect. It directly lower standard of conduct.

The practice of urinating against wall or even on the terraces has become endemic and is followed by men who would not behave that way elsewhere. The police, who would charge a man for urinating in the street, either tolerate it in football grounds or do not more than give a verbal rebuke. Thus crowd conduct becomes degraded and other misbehaviour seems less out of place »1.

Soulagement risqué à deux pas d’un transformateur électrique. Saint-Etienne, 2009

Tim Parks nous confirme, s’il était besoin, que la situation ne se limite pas aux îles britanniques. Les blocs visiteurs des stades italiens des années 90 sont modestement pourvus en toilettes: « Où sont les chiottes ? Personne ne le sait. Il faut traverser tout le groupe pour aller demander à un flic. Il me regarde d’un sale œil : « au sous-sol ». Je m’élance dans l’escalier. Il me suit. « Per la Madonna, c’est juste un besoin ! » Il me laisse. Je suis à mi-chemin d’un gigantesque escalier balayé par un féroce vent d’est quand un énorme rugissement remplit le stade. Non impossible ! Je me précipite pour voir, découvrant du même coup l’un des avantages des stades divisés en tranches : on peut voir entre. […] Pour peut-être mille spectateurs, il y a deux cabinets à la turque, sans porte ni papier. Heureusement que j’ai mes kleenex, enfin ceux qui restent. La chasse d’eau ne marche pas »2.

Toilettes du Stade Lesdiguières. 2010.

Depuis le rapport Taylor, on veille au confort du public: meilleure vision du spectacle, meilleure assise, meilleurs aménités. Les toilettes en font partie. Elles sont désormais en nombre (presque) suffisant et adaptées aux besoins des différents types d’usagers comme les personnes en situation d’handicap…

Toilettes accessibles aux personnes en situation de handicap, Stade Morumbi, Sao Paulo, Brésil, 2009.

afin de mettre le spectateur se rendant dans l’un des « temples modernes du sport » dans les meilleures dispositions pour sacrifier à la sainte trinité des tradiums: «  buvettes, toilettes, emplettes ».

  1. Lord Justice Taylor, The Hillsborough Stadium Disaster, p. 5 []
  2. T. Parks, Une saison de Vérone, 2002 []

Groundhopping

Comme il y a des spotters (passionnés d’avions parcourant aéroports et aérodromes), des trainspotters ou ferrovipathes (fans de trains et de matériels ferroviaire), il existe des groundhoppers, littéralement des « sauterelles de stades » par dérivation du mot grasshopper, la sauterelle.

L’objet du groundhopping est d’assister à au-moins un match dans le plus de stades possible. Ce loisir qui est clairement lié au football remonterait aux années 70 en Angleterre. Il s’est répandu depuis en Europe du Nord (Allemagne, Belgique, Pays-Bas, pays scandinaves). Peu présente en France, cette pratique commence à se développer et des fans développent les premiers blogs.

Guide des stades pour groundhopper, version allemande, 2015-16

Le groundhopping fait l’objet de nombreux sites internet, de guides de voyage comme le Groundhopping Informer et  parfois même d’associations, comme le 92 club qui rassemblent ceux qui ont vu un match dans chacun des stades des équipes actuelles de Premier et Football League d’Angleterre et du Pays-de-Galles.

 

Cirque – circus

Cirque. n. m.

1♦ Enceinte à ciel ouvert, où les Romains célébraient les jeux publics (courses de chars, combats de gladiateurs, naumachies). vx 2. carrière. Cirque de forme ovale. Les jeux du cirque.

2♦ Dépression à parois abruptes, d’origine glaciaire, fermée le plus souvent par une barre rocheuse. Le cirque de Gavarnie. — Par anal. Cirque lunaire. Le Petit Robert

Le cirque d’Arelate (Arles) est situé hors la ville, entre la via Aurelia et le Rhône, et construit sur 22 000 pilotis. Il devait atteindre 450 m de long pour 101 m de large et sa capacité était de l’ordre de 20 000 spectateurs.

Maquette de la construction du cirque d’Arelate. Musée d’Arles.

 

Ground

 Jusqu’à une date assez récente les Britanniques n’avaient pas jugé utile d’appeler leur stade par un nom particulier. Le stade ne portait souvent d’autre nom que celui de sa rue ou son quartier (The Den, The Valley, White Hart Lane, Landsdowne Road, Anfield, etc.). Il était parfois appelé du nom du parc qui lui avait fait une petite place (St James’ Park de Newcastle). Le plus souvent, le stade s’appelait modestement ground, comme le Boleyn Ground (ou Upton Park), l’ancien stade de West Ham Utd de Londres ou le Old Show Ground de Scunthorpe Utd.

Le ground renvoie à l’idée d’un terrain en herbe sur lequel on joue à des jeux de balles. Il renvoie aussi à l’idée d’enracinement des clubs (to be ground : être enraciner) dans un quartier ou une ville. Depuis le rapport Taylor (1988) les stades britanniques ont considérablement évolué, y compris dans leur dénomination.

Highbury Square, Extrait de Martin Scott Andrews, From Football Grounds to Soccer Stadiums

Arsenal, le club de Londres en est l’illustration. Le vieux stade, Highbury, a été démoli pour faire place à une opération immobilière (Highbury Square). La nouvelle enceinte a pris le nom doublement moderne d’Emirates Stadium, alliance de référence vintage au latin et au sponsorship via le naming.

Du Scunthorpe Utd au Sainsbury Ltd. Extrait de Martin Scott Andrews, From Football Grounds to Soccer Stadiums

L’évolution anglaise de la dénomination des enceintes sportives est dénoncée par Martin Scott Andrews dans From Football Grounds to Soccer Stadiums: « Driven by globalisation, this change has seen the loss of the traditional football ‘ground’ from city centres and the advent of the multi-use ‘stadium’ out-of-town. We have moved from a centrally located place of shared and passed-on customs to a peri-urban situation of social ‘equality’ through dislocation and individualisation ».

Pour en savoir plus: Martin Scott Andrews, From Football Grounds to Soccer Stadiums, University of the West of England, Bristol, MA dissertation in Architecture, 2011.

Stade, stadion, stadium

Quel autre mot que – stade – a plus voyagé dans le temps et l’espace? Voyageons avec le mot.

Dans l’Antiquité grecque, le stade est d’abord une unité de longueur qui équivaut à environ 180 m (600 pieds grecs). Par extension, le mot stade a été employé pour désigner une carrière ou une enceinte dont la longueur mesurait un « stade » (l’unité précitée) et à l’intérieur de laquelle les Grecs s’entraînaient à la course. Il s’agit ensuite d’une piste de course à pied longue d’un peu moins de 200 mètres. Selon la légende, le héros grec Héraclès aurait lui-même fixé cette distance pour la course des jeux olympiques.

Dès la Grèce antique, on donne ensuite le nom de stade non seulement à la piste destinée à la course à pied entourée par l’emplacement des spectateurs, mais à tout emplacement aménagé en vue d’un exercice.

De nos jours, c’est un terrain de sport, destiné aux sports collectifs (football, rugby, cricket, etc.) ou individuels (athlétisme). Il est souvent entouré de tribunes pour les spectateurs.

Le terme n’est pas uniformément employé dans le monde. On parle ainsi selon les lieux et époques :

  • de stadium ou stadion selon que l’on veut se référer aux cultures grecques ou romaines: Stadium du Bardot (St-Etienne), Stadium de Toulouse, etc.
  • d’arènes (Amsterdam ArenA) qui renvoie aux spectacles romains dans une enceinte fermée. L’expression arena désigne désormais en France les « grandes salles » de BHV (basket, hand, volley) ou certains stades de football comme la MMArena du Mans,
  • de coliseum (Los Angeles Coliseum),
  • de park (parc) dans le monde anglo-saxon, en Chine (Goodison Park de Liverpool ou Nanjing Sports Park) ou en France comme le Parc des Sports Marcel-Michelin de Clermont-Ferrand.
  • de ballpark qui désigne un stade de base-ball (Ameriquest Ballpark à Arlington),
  • de field aux Etats-Unis (Wrigley Field ou Soldier Field, les deux stades de Chicago),
  • de ground au Royaume-Uni (Boleyn Ground)
  • de bowl aux Etats-Unis (Cotton Bowl, Pasadena Rose Bowl),
  • parfois en Angleterre, le stade ne porte d’autre nom que celui de sa rue ou son quartier (The Den, The Valley, White Hart Lane, Landsdowne Road, Anfield, etc.).

Monument aux morts

Depuis la Première Guerre Mondiale, les villes françaises ont presque toutes un monument aux morts sur la place centrale, rappelant le sacrifice des enfants du village.

Monument aux morts du FCG. Stade Lesdiguières, Grenoble

Les stades ont parfois aussi un tel affichage des héros du club ou des groupes de supporteurs, tombés au champ d’honneur, lors des guerres… ou lors d’affrontements avec d’autres fans et qui, depuis le ciel, nous regardent encore.

Monument aux morts des barra bravas d’un club argentin. C. Gaffney, Temples of the Earthbound Gods.

Le souvenir des morts prend la forme d’un véritable monument, copie conforme de celui de la place du village, comme à Grenoble ci-dessus, d’une liste de noms de barra brava sur un mur d’Argentine; parfois de façon plus indirecte par le rappel des disparus au travers sièges de couleurs différente dans une tribune (Gate 7 de l’Olympiakos Le Pirée) ou par un nom donné à une tribune comme le Kop d’Anfield (Liverpool).

Monument dédié aux soldats américains. Soldier Field. Chicago.

Kop

Les parties inférieures des tribunes derrière les buts (plus rarement en latéral) sont constituées de gradins populaires où se rassemblent historiquement les fans. Le terme a son histoire. C’est une référence à une tribune du stade Anfield de Liverpool, Spion Kop ou Kop Stand, dans laquelle s’entassent les supporters acharnés du Liverpool FC. Devenu mythique, le nom de cette tribune a fini par désigner en Europe soit une tribune populaire soit un noyau de supporters radicaux.

Le Spioen Kop, un terme signifiant “la colline de guet” en afrikaans (langue des Sud-Africains d’origine hollandaise) est une montagne de la province du Natal sur laquelle s’étaient retranchés les Boers, ces paysans afrikaners en révolte contre le Royaume-Uni lors de la Seconde Guerre des Boers de 1900.

A Handbook of the Boer War, Gale & Polen Ltd, Londres & Aldershot, 1910.

Les troupes britanniques essuyèrent de lourdes pertes dans les assauts infructueux de la colline. L’émotion suscitée par la mort de nombreux jeunes de Liverpool conduisit  en 1906 Ernest Edwards, du Liverpool Daily Post et du Liverpool Echo à proposer de donner à la nouvelle tribune le nom de la bataille de Spion Kop.

Un siècle plus tard, la petite bataille coloniale est devenue un symbole du militantisme supporteur…

D’après CHARBONNIER Grégory, ROUX Jean-Michel et SANQUER Cendrine, Le stade Geoffroy-Guichard. Un club, un public, Saint-Étienne : Ville de Saint-Étienne, collection Trames urbaines n°5, 2006, 67 p., cartes et ill.