Archives de catégorie : Publications & communications

Cette catégorie comprend les publications et communications écrites par l’auteur sur la question des stades dans des revues ou des actes de colloque.

Réflexions sur la mémoire du Maracanã

Natália Rodrigues de Melo est une jeune brésilienne qui fait une thèse d’Architecture à l’Université Fédérale de Rio de Janeiro au sein de la Faculté d’Architecture et d’Urbanisme. Son sujet de recherche porte sur l’analyse de l’ambiance des stades de football rénovés pour la coupe du monde 2014. Elle est accueillie au printemps 2017 à l’Institut d’Urbanisme de Grenoble et au laboratoire PACTE du CNRS. Le texte ci-dessous constitue le résumé d’une conférence qu’elle donnera dans le cadre d’un séminaire de recherche de l’UMR PACTE. Torcedor bienvenu.

 

Les éléments architecturaux et symboliques d’un stade (le format de l’arène, la visibilité depuis toutes les parties, la proximité physique, le terrain mise en scène), la manifestation ludique du football et les relations établies entre les supporteurs constituent les images archétypales du rituel footballistique. Ils fabriquent, aussi, la notion de Lieu et favorisent la construction d’une mémoire collective, certainement développée depuis de nombreuses années.

Par conséquent, ce contexte permet la construction d’une partie de l’identité de nombreuses personnes et contribue à l’ambiance des stades. Ces derniers sont les dépositaires d’histoires, de significations et de symboles tellement imbriqués que, une fois imprégnés et guidés par l’ambiance (ici comprise comme un domaine moral, éthique et social qui définit un groupe), ils deviennent les dépositaires de la mémoire, en particulier dans le contexte brésilien qui est marqué par un besoin pressant de développer ce sport dès le plus jeune âge.

Nous partons de l’hypothèse que cette atmosphère est un élément central et essentiel dans l’aptitude des lieux à la métamorphose. Nous essayons donc d’analyser le stade de football comme un lieu de mémoire collective et comme un terrain pour le développement d’une praxis et d’une identité spécifiques afin de comprendre le rôle prédominant de l’ambiance dans la construction de la notion du Lieu ‘footballistique’.

Notre choix est guidé par la vogue du débat autour des stades de football brésiliens qui ont accueilli la Coupe du Monde de Football de 2014 et des travaux qu’ils ont subi afin de répondre à un « standard international » qui a changé radicalement la configuration de ces espaces et, par conséquent, la configuration des lieux.

Nous avons choisi le Stade Maracanã comme terrain d’étude et nous avons utilisé l’analyse des réhabilitations qui y ont eu lieu dès son inauguration jusqu’à nos jours afin de comprendre le rôle de l’ambiance comme un précédent de la valeur physique du bâtiment.

 

Le texte ci-dessous a été écrit par Natália Rodrigues de Melo; édité et mis en forme par Jean-Michel Roux.

Références bibliographiques
ALENCAR, Helenira Fonseca de; FREIRE, José Célio. O lugar da alteridade na psicologia ambiente. Revista Mal-estar e Subjetividade. Vol. II. Nº 002. Fortaleza: Universidade de Fortaleza, 2007, pp. 305-328
AUGÉ, Marc. Não-lugares: introdução a uma antropologia da supermodernidade. Campinas: Papirus, 1994
BERGSON, Henri. Matéria e memória. Trad. Paulo Neves. 2 a ed. São Paulo: Martins Fontes, 1999.
CRUZ, Antônio. A nova economia do futebol: uma análise do processo de modernização de alguns estádios brasileiros. 114f. 2005. Dissertação (Mestrado em Antropologia Social) ─ Universidade Federal do Rio de Janeiro, Museu Nacional, Rio de Janeiro.
FERREIRA, Fernando da Costa. Maracanã: de centralidade popular a arena para a sociedade do espetáculo. Anais do XIII Simpósio Nacional de Geografia Urbana. Rio de Janeiro, 2013.
GIRÃO, Cláudia. Maracanã: destruir ou preservar. In: Vitruvius, ano 12, fev. 2012. Disponível em: http://www.vitruvius.com.br/revistas/read/projetos/12.133/4225. Acesso em setembro de 2013.
HALBWACHS, Maurice. A memória Coletiva. São Paulo: Vértice, 1990.
LIMA, Solange Terezinha de. Percepção Ambiental e Literatura – Espaço e Lugar no Grande Sertão: Veredas In: DEL RIO, Vicente; OLIVEIRA, Lívia (orgs.). Percepção Ambiental: A Experiência Brasileira. São Carlos: Editora da UfScar/ Studio Nobel, 1996, p.153-172.
LYNCH, Kevin. A Imagem da Cidade. São Paulo: Martins Fontes, 1997.
MAFFESOLI, Michel. O tempo das tribos. Rio de Janeiro: Forense Universitária,1997.
MASCARENHAS, Gilmar. Construindo a cidade moderna: a introdução dos esportes na vida urbana do Rio de Janeiro. In: Revista Estudos Históricos Nº 23. Esporte e Lazer, 1999. Rio de Janeiro: FGV, 1999.
MÁXIMO, João. Maracanã: meio século de paixão. São Paulo: DBA, 2000.
MOURA, Gisella de A. O Rio corre para o Maracanã. Rio de Janeiro: FGV, 1998.
NEGREIROS, Plínio José de C. A Nação entra em campo: futebol nos anos 30 e 40. São Paulo: Pontifícia Universidade Católica, 1998. (Tese de doutorado).
PEREIRA, Leonardo A. Footbalmania. Uma história social do futebol no Rio de Janeiro, 1902-1938. Rio de Janeiro: Nova Fronteira, 2000.
PINHEIRO, E. A Cidade no Fragmento: lugar e poiesis no Largo da Carioca. Dissertação de Mestrado. Rio de Janeiro: Proarq/FAU/UFRJ, 2004, 207p.
POLLAK, Michael. Memória e Identidade Social. In: Estudos Históricos. Rio de Janeiro, vol.5, n° 10, 1992.
POL, Enric. La apropriación del espacio. In: L. Iñiguez & E. Pol (Orgs), Cognición, representación e apropriación del espacio. (pp. 45-62) Barcelona, España: Universitat de Barcelona, 1996
TUAN, Yi-Fu. Topofilia: Um Estudo da Percepção, Atitudes e Valores do Meio Ambiente. São Paulo: DIFEL, 1981.

L’ambiance des stades

Le texte ci-dessous est la reproduction d’un article publié dans le numéro 393 de la revue Urbanisme qui consacrait son dossier aux « Grands stades en quête d’urbanité » à l’occasion de la Coupe du monde de football de 2014 au Brésil.

Si l’ambiance d’un match peut déconcerter voire inquiéter, elle sait aussi motiver et passionner public autant que joueurs. Les médias ne s’y trompent pas, lorsqu’ils commencent les retransmissions par un zoom sur les tribunes en fête et par l’usage du bien nommé « micro d’ambiance ». La réputation des stades se fonde pour partie sur les représentations que nous avons de leurs ambiances : survoltée du Vélodrome, délétère du Parc des Princes, bon enfant du Roudourou1 ou de ce stade de club amateur.

L’ambiance est un enjeu : économique (vendre un événement, rentabiliser un équipement, développer une entreprise de spectacle sportif), social (créer une identité collective), politique (signifier l’avènement d’un territoire ou d’une nation). S’assurer une bonne ambiance devrait aussi être un sujet d’analyse et un enjeu de projet pour les concepteurs de stade, les gestionnaires et les élus locaux2. Mais qu’est-ce qui fait l’ambiance d’un stade et comment l’évaluer ? Est-il possible de prédire, projeter et manager une ambiance ? Le champ de la recherche architecturale et urbaine – entre autres avec le laboratoire Cresson3– a tenté depuis une quinzaine d’années de qualifier cette notion d’ambiances architecturales et urbaines. Une ambiance implique un rapport sensible au monde, synesthésique (par chacune des modalités sensorielles) autant que cénesthésique (impression générale). Elle ne se réfère pas à une échelle spatiale ou temporelle particulière. Elle nécessite dans son analyse une approche pluridisciplinaire portant une attention aux dimensions construites, sociales et sensibles de l’espace habité4.

Laissons ici de côté les dimensions construites et sociales5 pour nous concentrer sur la dimension sensible. Nous faisons l’hypothèse que la conception et le management actuels des stades français prennent mal en compte cette dimension sensible. Ils sont principalement intéressés par le construit et partiellement par les usages, le plus souvent vus sous l’angle de la sécurité ou du marketing. Un grand nombre d’études ou de rapports portent sur l’aspect fonctionnel des stades ou sur la sociologie des publics, rarement sur leur perception sensible par leur public, et croisent plus rarement encore les trois dimension6.

Une expérience sensible
Aller au stade et assister à un match, c’est faire une expérience sensible dans la mesure où nos cinq sens seront convoqués. Cette expérience sera qualitativement différente selon de nombreux paramètres (qualité du spectacle, conditions météorologiques, emplacement dans les tribunes, etc.). L’expérience sensible dépendra aussi de la typologie des publics du match. Une personne peut être, c’est selon, spectateur, supporter ou fan. Le premier vient voir un spectacle quand le second assiste à un match en soutenant l’un des protagonistes. Il est déjà partie prenante. Les fans (ultras, associés, etc.) sont, quant à eux, des supporters engagés et militants qui escomptent peser collectivement sur l’issue d’un « combat ».

La nature, l’intensité, la qualité des stimuli sensoriels seront d’autant plus fortes que l’implication de l’individu dans le match ira croissant, comme le montrent les résultats d’une enquête réalisée sur le stade Geoffroy-Guichard lors de la saison 2005-2006. Sachant qu’une ambiance se vit et se raconte, nous avons mobilisé plusieurs techniques venant de l’analyse sociale des espaces publics, afin de qualifier les ambiances d’un match : observation située, collecte de récits de vie, carte mentale et captation photographique, sonore ou vidéographique7 . Limitons-nous ici aux résultats de la seule expérience visuelle.

Le spectateur regarde sans être vu : son expérience sensible reste de faible intensité et qualité. Il paie pour avoir le sentiment excitant d’être de la fête et pour se rendre compte de visu si le stade est à la hauteur de sa réputation. Le supporter fait une expérience personnelle en venant assister à un match de son équipe. Il a une attente émotionnelle forte par rapport au résultat et à la manière. Son expérience sera, quoiqu’il arrive, relativement sensible. Il est là pour regarder le match, bien entendu… mais tout en cherchant parfois à être vu grâce à son accoutrement. Les fans ne sont pas au spectacle, ils sont partie prenante d’un combat aux côtés des joueurs et ont conscience de leur importance. Être un fan, c’est faire immanquablement du match une expérience très sensible et collective. L’expérience visuelle est intense, même si elle peut paraître a priori insatisfaisante. Et bien que placés dans les tribunes ayant la moins bonne vision, les fans sont l’objet de tous les regards. Ils cherchent d’ailleurs à produire un effet visuel à travers leurs tifos (spectacles d’avant-match) et une gestuelle complexe et collective qui visent, en faisant masse, à animer le stade et impressionner le visiteur.

L’ambiance d’un match nous semble ainsi relever pour partie de la combinaison de ces types de publics. Les spectateurs s’additionnent imparfaitement et leur nombre n’est jamais la garantie d’une bonne ambiance. Ils sont avant tout une somme d’individus parvenant à faire corps dans les moments d’excès sensoriel et à produire un effet multiplicateur. Tout dépend cependant du résultat du match, et l’effet peut être aussi bien positif que négatif : c’est la ola ou la bronca. Seuls les fans sont des facteurs d’ambiance, l’effet de leur regroupement étant de l’ordre de la démultiplication.

Des ambiances en projet
Ainsi, par la mise en récit des usagers et par l’analyse minutieuse des dispositifs spatiaux, des organisations sociales et des configurations sensibles des stades et de leurs publics, est-il possible de s’approcher d’une compréhension des ambiances ? Est-il envisageable de prédire une ambiance, de la concevoir, de la garantir, de la gérer ? Il semble imaginable de penser le projet et la gestion des stades afin de rendre possible certaines configurations spatiales, sociales, sensibles favorables à l’émergence d’une « bonne ambiance ». Mais sa prédictibilité paraît quasi impossible. Pour qu’une ambiance « prenne » comme une mayonnaise, il faut a minima rassembler tous les ingrédients mais, quand bien même, la réussite restera aléatoire…

Faisons ensuite le constat que, depuis le rapport Taylor8 en 1990 et sous l’influence des instances nationales et internationales régissant le football (ligues nationales, UEFA, FIFA, États, etc.), la qualité construite des stades a considérablement été améliorée en Europe. La réflexion sur la dimension sociale a aussi entraîné un profond bouleversement dans la façon dont est considéré l’usager.

Nous sommes entrés dans l’âge du « stade plus que moderne », celui du contrôle et de la consommation9. Les foules sont ségréguées, privées de toute valeur sociale et les individus atomisés, réduits à l’état de clients. Les frontières externes comme internes sont désormais complètement imperméables. Les stades, qui étaient des espaces publics socialisants au même titre que les parcs ou les places, deviennent des espaces de consommation, des tradiums10. Certes dus à des architectes de renom, ils sont l’objet d’une grande sophistication technique mais leur « authenticité » est désormais manufacturée. Il en ressort un double phénomène : une amélioration de l’équipement et de son usage pour le consommateur mais un appauvrissement de la qualité sensible pour le spectateur. Concepteurs et gestionnaires cherchent à agrandir les stades afin d’atteindre une taille critique nécessaire à la bonne économie des projets, espérant ainsi que le nombre de spectateurs sera de nature à générer par lui-même de l’événement.

Cependant, comme nous venons de le voir, le nombre de spectateurs ne garantit pas une bonne ambiance. Seuls les fans, qui existent d’abord en tant que corps social plus ou moins constitué, sont des facteurs d’ambiance. Leurs instincts grégaires les conduisent à faire masse et leur sens social à faire corps à travers des associations, sections ou clubs… mais ils sont difficilement prédictibles et gérables.

Lever un paradoxe
Pour envisager une meilleure prise en compte de la dimension sensible, il conviendrait de lever un paradoxe. Alors que nous venons de voir les ambiances – et la bonne commercialisation du spectacle sportif – dépendre de la présence de supporters et de fans, tout est mis en oeuvre au profit des seuls spectateurs. L’homme est pensé comme une menace quand il s’agrège à son voisin. Projeteurs et gestionnaires de stade n’apprécient guère que leurs clients atomisés puissent faire masse et fusionner avec leurs voisins pour produire une réaction chimique aléatoire. Clubs et gestionnaires encouragent le corps intermédiaire et rassurant qu’est la famille, tolèrent parfois l’association de supporters dans la mesure où elle se place sous leur autorité, se méfient ou combattent les ultras.

Si masses il y a, ce sont pourtant celles des mass media. Depuis vingt-cinq ans, la télévision a considérablement modifié l’architecture et la gestion des stades (toit rétractable, pelouse chauffée et/ou synthétique, éclairage artificiel, etc.). Le temps ritualisé du match a cédé la place au spectacle permanent. Le coût de gestion des enceintes sportives a considérablement augmenté en conséquence. Il en a résulté une nécessité d’augmenter également les prix des billets et de générer des recettes de merchandising supplémentaires. L’homme est pensé individuellement comme consommateur d’un spectacle sportif et de ses produits dérivés. On veille à son confort (assise, vision, sécurité) afin de le mettre dans les meilleures dispositions pour passer à l’achat. C’est la sainte trinité des aménités : « buvettes, toilettes, emplettes ».

Victimes symboliques de ce changement de paradigme, les « places debout » sont combattues avec énergie… alors même que des clubs nord-américains les réintroduisent, justement afin de recréer une atmosphère propice à la commercialisation de l’événement11.

Prendre en compte l’homme et sa douleur
Une fois ce paradoxe levé, peut-être conviendrait-il de remettre l’homme au coeur du projet. Accepter qu’il puisse éprouver ses propres émotions. Prenons le cas de la douleur, comme nous le suggère Pierre Sansot dès 198612. La douleur d’être au stade est une réalité que presque aucun projeteur ou gestionnaire ne souhaite prendre en considération. Elle est pourtant intrinsèque au spectacle sportif, comme le montrent nombre de récits de vie de supporters13.

Comparaison est parfois faite des stades et des églises. Sauf que dans l’ambiance d’une église, le construit, les usages, le sensible convergent pour signifier que nous sommes dans un lieu où joie, douleur et espoir sont indissociables. Les scènes de nativité, d’entrée glorieuse dans Jérusalem, de procès, de torture, d’abandon, de supplice, de mort et de résurrection se succèdent ou coexistent. Rien de tout cela dans un stade neuf. Nulle ambiance manufacturée des stades modernes ne prend en compte la douleur du supporter. Il arrive même souvent qu’on souhaite effacer une mémoire douloureuse, comme en rebaptisant un stade théâtre d’un drame14.

Il est certes difficilement concevable de gérer la douleur, mais nous pouvons prendre en considération dans un projet les lieux et les hommes qui les habitent. Il y a ainsi différentes façons, plus ou moins symboliques, d’avancer sur ce point :

• offrir des bouts de pelouse ou de béton du stade à démolir… mais pas les vendre comme ce fut le cas pour le Maracanã de Rio lors de sa récente rénovation ;
• garder la mémoire. Le stade de l’Olympiakos Le Pirée, qui accueille les fans de la Gate 7 dont plusieurs membres ont péri lors d’un accident, conserve une trace de leur présence par des sièges de couleurs différentes correspondant aux absents ;
• permettre la dispersion des cendres d’un fan sur le – ou à côté du – stade, comme le demande ce supporter de Boca Junior : « S’il vous plaît, faites votre possible pour que mes cendres puissent être introduites dans la Bombonera et dispersées sur le terrain »15 ;
• permettre le travail de deuil. Nombre de supporters et de fans s’imposent d’assister au « dernier match », afin de faire le deuil du haut niveau, du trop vieux stade ou du club quand il est mis en liquidation… Les clubs éteignent parfois les lumières en vitesse et poussent dehors les supporters qui restent là, silencieux, hagards ou furieux. Poussons-nous les membres d’une famille hors d’un cimetière une fois la tombe refermée ?

Comment faire alors pour prendre en compte la dimension sensible dans le projet et la gestion des stades ? Peut-être une solution serait-elle de repenser les stades à travers le triple prisme de l’espace public, du temps public et du corps public. Le stade, même privé, est un lieu recevant du public, socialisant, même imparfaitement, et générant des enjeux urbanistiques et sociaux qui méritent de le considérer comme tel.

 

ROUX Jean-Michel, « L’ambiances des stades », Urbanisme, n°393, dossier « Grands stades en quête d’urbanité », 2014, pp. 60-62, ill. Article reproduit avec l’aimable autorisation de la revue.

  1. Stade de Guingamp. []
  2. La Ligue nationale de football en a pris la mesure, qui a mis en place un « championnat de France des tribunes ». www.lfp.fr []
  3. Le Cresson est un laboratoire de l’École nationale supérieure d’architecture de Grenoble et du CNRS, UMR 1563 « Ambiances architecturales & urbaines ». Cf. sur ce thème : Jean-François Augoyard, « L’environnement sensible et les ambiances architecturales », in L’espace géographique, 1995, n° 4, pp. 302-318, ou Pascal Amphoux, Jean-Paul Thibaud et Grégoire Chelkoff (dir.), Ambiance en débats, Bernin, Éditions À la Croisée, 2004. []
  4. Nicolas Tixier, dossier « Ambiance(s). Ville, architecture, paysages », Culture et Recherche, n° 113, Paris, ministère de la Culture et de la Communication, 2007. []
  5. L’ambiance d’un stade dépend de sa dimension construite, i.e. de son insertion dans une ville ou un quartier, et de son architecture mais aussi de la sociologie des publics, de la qualité du spectacle et du type d’événement qui s’y déroule. []
  6. Cf. par exemple Jean-Louis Valentin (rapporteur) et Philippe Seguin (président), « Grands Stades Euro 2016 », Rapport de la commission Grands Stades Euro 2016 présenté au ministre des Sports, Paris, 2008. []
  7. Jean-Michel Roux (dir.), Un stade dans la ville. L’analyse des ambiances et publics d’un stade de football. Le cas de Geoffroy-Guichard à Saint-Étienne, Ville de Saint-Étienne, Archives municipales et Unité Ville d’Art et d’Histoire, 2005-2006 ; ou Grégory Charbonnier, Jean-Michel Roux et Cendrine Sanquer, Le Stade Geoffroy-Guichard. Un club, un public, Ville de Saint-Étienne, collection Trames urbaines, n° 5, 2006. []
  8. Peter Taylor, The Hillsborough Stadium Disaster, 15 April 1989. Inquiry by the RT Hon. Lord Justice Taylor, Final Report, Presented to Parliament by the Secretary of State for the Home Department by Command of Her Majesty, Londres, HMSO, 1990. []
  9. Christopher Gaffney, Temples of the Earthbound Gods. Stadiums in the Cultural Landscapes of Rio de Janeiro and Buenos Aires, Austin (États-Unis), University of Texas Press, 2008. []
  10. Néologisme de John Bale dans Sport, Space, and the City en 2001 de la contraction de trade (commerce) et stadium. []
  11. Tom Dunmore, « Denver Does Terraces: Standing in Major League Soccer », http://pitchinvasion.net. []
  12. Pierre Sansot, « Vers une sociologie des émotions sportives », in Les Formes sensibles de la vie sociale, PUF, 1986, p. 92. []
  13. Par exemple, Tim Parks dans Une saison de Vérone (2002). []
  14. Á Bruxelles, l’appellation « Stade du Roi Baudouin » essaie péniblement d’effacer les stigmates du drame du Heysel, en 1985. []
  15. So Foot. Football total et contre-culture, Solar Éditions, 2010, p. 52. []

Spectateurs, supporters, fans… et visiteurs

L’ambiance d’un stade comme Geoffroy-Guichard dépend en partie de son architecture, de la nature du match qui s’y déroule (championnat de France ou coupe du monde) mais aussi de la composition très particulière du public : spectateurs, supporters, fans mais aussi visiteurs contribuent tous, à leur manière, à façonner l’ambiance du “chaudron”. Retour sur un texte publié en 2006.

 

Le spectateur
Il vient pour assister à un spectacle mais n’est pas directement partie prenante du match. En principe plutôt sympathisant de la cause, il n’en demeure pas moins que sa posture se résume comme suit : “c’est la télé mais en mieux”. Son principal souci est de bien voir. Il recherche donc les tribunes latérales ou supérieures ce qui l’éloigne de fait des tribunes où se massent supporters et fans. Certes il vient pour écouter les “chœurs de Geoffroy-Guichard” mais il n’y participe guère. Il ne devient actif qu’à de brefs moments : sur un but marqué ou pour siffler les acteurs d’un mauvais spectacle. Il peut parfois avoir les oreilles qui sifflent lorsqu’il doit subir les “le stade avec nous !” venus des kops

(télé)spectateur d’une loge regardant le match se déroulant dans le stade sur l’écran de télévision, un soir de grand froid.

En fait, le spectateur paie non seulement pour assister à un match mais surtout pour avoir le sentiment excitant d’être de la fête, pour se rendre compte de visu si Geoffroy-Guichard est vraiment à la hauteur de sa réputation. Il vient non seulement pour le match mais surtout parce que, comme le dit la chanson, l’ASSE a “un bon public et les meilleurs supporters”.

Le supporter
Le supporter vient assister à un match mais il soutient l’un des protagonistes. Il est déjà partie prenante du spectacle. Le supporter fait une expérience personnelle en venant assister à un match de son équipe. Il a une attente émotionnelle forte par rapport au résultat et à la manière qui fait que son attitude varie en fonction de l’issue du combat sur le terrain. Il est là pour regarder le match, bien entendu… mais tout en cherchant à être vu en tant qu’individu. Il se trouve dans toutes les tribunes et se remarque à son accoutrement.

Supporters stéphanois et nantais, 2006

Il marque visuellement son soutien aux Verts par le port de signes distinctifs : maillot (floqué à son nom dans le meilleur des cas), perruque, écharpe, casquette, drapeau, le plus souvent achetés à la boutique officielle. Il écoute à la fois les fans chanter et reprend à l’occasion les chants avec eux. Il “chambre” ou siffle aussi quand l’équipe perd, n’hésitant pas à donner son avis, à voix haute, sur les prestations de tel ou tel joueur ou sur les choix de l’entraîneur.

Les fans
Les fans sont, quant à eux, des supporters engagés et militants. Comme l’étymologie du nom l’indique ce sont des “fanatiques”. Ils s’inscrivent parfois dans un collectif pour retrouver des personnes partageant leur passion mais beaucoup viennent au stade, seuls ou en petits groupes, basés sur la famille ou la camaraderie. Pour les fans, le match est un combat qu’il faut gagner aux côtés des joueurs. Ils ne sont pas au spectacle, ils sont partie prenante d’un match et ont conscience de l’importance du rôle qu’ils y tiennent. Les tribunes derrière les cages, avec les deux kops, sont leurs points de ralliement.

Kop sud du Stade Geoffroy-Guichard, 2006

Être un supporter engagé de Saint-Étienne, c’est faire immanquablement du match une expérience très sensible et collective. On n’est jamais fan tout seul comme le dit le chant : “unis sous les mêmes couleurs, nous on chante tous en chœur”.  A Saint-Étienne, les fans qui sont organisés collectivement s’appellent ultras, ceux qui vont au-delà du soutien classique, ou Membres associés, ceux qui sont associés à la gestion du club.

Bâche d’une section d’Associés posée en bas de tribune, 2006.

Les Membres associés sont organisés à travers la France au moyen de sections qui regroupent les sympathisants d’une ville ou d’une région (par exemple la section n°1 des Associés est celle de Saint-Étienne, la section 11 celle de Limoges). Avec 212 sections de Membres associés réparties dans l’hexagone et à l’étranger, Saint-Étienne est le club de France qui possède l’organisation de fans la plus large et la plus équilibrée géographiquement. Ils possèdent la particularité d’être “associés” à la gestion du club. Ils ont ainsi des représentants au sein du Conseil d’administration, ont pignon sur rue au stade avec leur Maison des associés construite en 1998 et dans laquelle ils peuvent se retrouver les jours de match. Proche de l’état d’esprit des Membres associés, l’Union des Supporters Stéphanois (USS) rassemble des sections qui ont fait sécession depuis 2005. Elle compte 26 “groupes de supporters stéphanois”.

Les ultras sont des fans d’un genre apparu dans le milieu des années 80 à la suite de l’influence des tifosi italiens organisés sur ce modèle. Fortement structurés, ces fans lancent les chants et animent les tribunes avec rigueur et discipline. Les ultras ne sont pas toujours organisés en association de type loi 1901 et refusent tout lien avec le club. Ils préfèrent l’association de fait qui permet la liberté de parole et d’action par rapport aux dirigeants. Refusant tout financement officiel qui leur ferait perdre leur marge de manœuvre, ils possèdent leurs propres locaux en dehors du stade et organisent leurs déplacements qu’ils financent par l’adhésion de leurs membres, la gestion d’abonnements et la vente de produits dérivés (écharpes, bonnets, tee-shirts, sweat-shirts, etc.).

Contrairement aux Membres associés et à l’USS, les ultras ne sont pas structurés géographiquement. Ils possèdent bien quelques sections locales historiques1 mais ils préfèrent se rassembler en fonction d’une caractéristique liée à l’histoire du groupe (les plus âgés des Magic Fans se regroupent sous le nom de “vieille garde”, les plus jeunes sous l’appellation “jeune garde”).

Bâches ultras, Kop nord, 2006

Il y a trois groupes ultras à Saint-Étienne: les Magic Fans, les Green Angels et les Indépendantistes. Constitués en 1991, les premiers comptent plusieurs milliers de membres, ce qui en fait l’un des tous premiers groupes ultras de France par la date de fondation et l’influence. Ils occupent la tribune nord (kop nord). Créés en 1992, les Green Angels ont d’abord cohabité avec les premiers avant de rejoindre la tribune sud pour l’animer. Enfin, les Indépendantistes nés en 1998 n’occupent pas d’espace précis dans le stade et travaillent à l’organisation de déplacements.

Les visiteurs
La dernière catégorie du public de Geoffroy-Guichard est constituée par ceux qui viennent soutenir l’autre équipe. Pour le visiteur, qu’il soit spectateur, supporter ou fan, le stade Geoffroy-Guichard vaut le détour. Selon le mode d’obtention des places (par des connaissances locales, les clubs ou le marché noir), le visiteur peut se retrouver dans toutes les tribunes avec néanmoins une prédilection pour le “bloc 30”, la tribune réservée aux fans de l’autre équipe.

Ultras et fumigènes du PSG dans le bloc 30, 2006.

Ils viennent, bien entendu, pour voir le match mais aussi et surtout pour voir le fameux public stéphanois. Le moment du déploiement du tifo est ainsi particulièrement attendu. Si possible, les visiteurs vont eux aussi essayer de s’attirer les regards en organisant un petit tifo, en agitant des drapeaux, en déployant une banderole, en lançant des chants, etc. Jusqu’à l’évolution sécuritaire des années 1990, il était possible de rivaliser vocalement avec les Stéphanois. La limitation du nombre de places allouées et la concentration dans le “bloc 30” a limité les possibilités de dialogue. Quant aux contacts physiques, ils sont désormais limités par la force des choses et par les forces de l’ordre.

En fonction des matchs, il sera possible de trouver le contact avec les Stéphanois : amicalement pour les Bordelais avec qui les échanges sont paisibles ou franchement hostiles avec les Lyonnais ou les Marseillais. Stadiers et CRS chercheront alors à s’inviter dans la danse…

 

Extrait de CHARBONNIER Grégory, ROUX Jean-Michel et SANQUER Cendrine, Le stade Geoffroy-Guichard. Un club, un public, Saint-Étienne : Ville de Saint-Étienne, collection Trames urbaines n°5, 2006, 67p.

  1. par exemple Ardèche ou Clermont pour les Greens Angels []

Logos, emblèmes et gestuelle

Les sections de supporters et les groupes d’ultras sont chargés d’animer le stade. Chacun possède ses propres emblèmes et logos qui les distinguent des autres. Cependant ensemble, ces différentes factions concourent à l’animation visuelle des tribunes par l’organisation de spectacles (les tifos) et d’une gestuelle complexe. Retour sur un texte publié en 2006 à propos du Stade Geoffroy-Guichard.

 

Logos et emblèmes
Chaque groupe ou section possède son logo ou sa figure emblématique. Les Membres associés et l’USS se choisissent généralement des emblèmes qui puisent dans l’imaginaire collectif des supporters de l’ASSE comme le chaudron ou la panthère noire. Plus radicaux, les Green Angels se sont choisis le chef indien Comanchero, symbole de courage, d’indépendance et de résistance ou un angelot armé d’une mitraillette.

Comanchero des Green Angels, 2006

Les Magic Fans, plus effrayants dans leurs références, ont pris pour emblème les personnages cinématographiques de Freddy et d’Alex, l’inquiétant personnage central du film Orange mécanique de Stanley Kubrick.

Freddy des Magics Fans, 2006

Les sections ou groupes marquent leur présence à un match par la pose d’une bâche, pièce rectangulaire de tissu plastifié, sur laquelle sont inscrits leur nom et logo. Elle se pose sur les grilles devant ou sur le côté de la tribune de manière à être vue. Dans le monde des ultras, “bâcher”, c’est à dire marquer sa présence, à chaque match à domicile et le plus possible à l’extérieur, est un minimum. La bâche cristallise les rivalités entre groupes ultras et elle est l’objet d’expéditions plus ou moins rocambolesques de chapardage comme autrefois les fanions des régiments… À domicile, la bâche des “IDS”1 vient rappeler que le kop nord est un sanctuaire ultra

Tifo
Lors de chaque match à Geoffroy-Guichard, une animation visuelle, le tifo((de l’italien “soutien”)),  est organisée dans chaque tribune, à l’entrée des joueurs sur la pelouse en première mi-temps (parfois en seconde période). Un tifo peut être composé de différentes façons : feuilles de différentes couleurs en plastique ou en papier, drapeaux, ballons de baudruche, banderole, rouleaux de papier toilette, confettis, voiles de tissu ou de plastique recouvrant une partie de tribune, fumigènes… Un tifo est un spectacle d’envergure créé et installé dans le stade pendant plusieurs jours.

Tifo « feuille », Kop nord, 2006

Un “tifo feuille” nécessite ainsi de scotcher des milliers de feuilles de papier sur les sièges d’une tribune. Brandies individuellement par chaque spectateur, elles feront apparaître pour ceux des autres tribunes un logo, un motif, un message. Le tifo sert avant tout à encourager l’équipe en créant un effet visuel impressionnant et spectaculaire. Il est ainsi objet de concurrence entre ultras de France, la réputation d’un groupe étant fonction de sa capacité à concocter de beaux spectacles. Il sert également à chambrer l’adversaire, en particulier lors des matchs importants.

Tito lors du derby ASSE-OL

En 2005, pour la réception de l’équipe de Lyon, les Greens Angels déploient ainsi une immense voile couvrant toute la tribune Sud. Elle représente une panthère saisissant au cou un lion blessé. Référence napoléonienne, les Magic Fans proposent pour un autre derby, un tifo représentant une pyramide avec une banderole accrochée aux grillages : “Du haut de cette tribune, dix titres vous contemplent”. Le tifo sert aussi à mettre en avant le groupe ultra en représentant ses emblèmes, ses initiales, sa date de création ou parfois rendre hommage à un membre du groupe décédé. Des messages sont aussi adressés à l’intention des joueurs, des dirigeants, à la Ligue Nationale de Football, aux chaînes de télévision ou plus généralement aux (télé)spectateurs: messages de protestation contre les matchs du lundi, la direction, les joueurs : “On accumule les kilomètres, vous accumulez les défaites. Le maillot, mouillez-le ou quittez-le !”.

« Carton rouge » adressé à la Ligue et au diffuseur du match…

Gestuelle
La “gestuelle” est l’art de créer un effet visuel de masse qui sera commun à un noyau de fans, une tribune voire à l’ensemble du stade dans les moments d’euphorie. A l’origine, il s’agit tout simplement d’agiter son drapeau ou bien de brandir une banderole au-dessus des têtes. Avec le mouvement ultra et l’impact des coupes du monde successives, la gestuelle va se développer et s’organiser en s’inspirant des exemples étrangers. Elle mobilise le corps de différentes façons : lever les bras pour indiquer le sens de l’attaque, brandir son écharpe au-dessus de sa tête pour colorer de vert et blanc la tribune, se lever et se rasseoir, se prendre par les épaules, sauter sur son siège, sauter sur son voisin (le pogo), etc.

Gestuelle ultra et fumigène, Kop sud, 2006

La coupe du monde argentine de 1978 popularise l’animation des tribunes par le lancer au-dessus des grillages de dizaines de rouleaux de papiers et l’envoi en l’air de confettis découpés dans des journaux. Datant de la coupe du monde de 1986 au Mexique, la ola consiste à lever subitement et brièvement ses bras en l’air comme ses voisins afin de créer l’effet visuel d’une vague parcourant les tribunes du stade. Quant à la figure dite de la “grecque”, elle consiste à se lever, se tenir par les bras avec ses voisins et sautiller sur place (parfois dos au terrain) pour créer un effet de houle.

Désormais interdits par la Ligue Nationale de Football pour des raisons de sécurité, les fumigènes participent aussi de l’animation des tribunes en dégageant des volutes de fumée qui rappellent que Geoffroy-Guichard est bien un chaudron. Ils continuent d’être introduits plus ou moins sous le manteau et les ultras stéphanois militent pour une utilisation raisonnée et contrôlée de ceux-ci. En attendant, les télévisions, friandes de ces images favorables à l’audimat, ouvrent régulièrement sur ces scènes colorées qui témoignent de l’intérêt du spectacle…

 

Extrait de CHARBONNIER Grégory, ROUX Jean-Michel et SANQUER Cendrine, Le stade Geoffroy-Guichard. Un club, un public, Saint-Étienne : Ville de Saint-Étienne, collection Trames urbaines n°5, 2006, 67p.

  1. c’est-à-dire les interdits de stade []

Les chants de Geoffroy

Les chants qui résonnent dans le stade sont le plus souvent courts et répétitifs. Leur durée ne dépasse guère une ou deux minutes. Ce sont parfois de simples slogans chantés ou des chansonnettes de quelques couplets avec refrain. Le vaste répertoire puise dans les grands airs connus qui appartiennent à un patrimoine musical commun au plus grand nombre : hymnes nationaux, standards de la chanson française, anglaise ou italienne (variété, rock, pop, country, etc.), musiques de dessins animés, bandes originales de films voire chants folkloriques ou grands airs de la musique classique. Retour sur un texte publié en 2006 à propos du Stade Geoffroy-Guichard.

 

Depuis l’introduction du mouvement ultra dans les tribunes au milieu des années 80, l’animation sonore de celles-ci est parfaitement organisée voire encadrée… Avant, les chants partaient ici ou là, de manière spontanée, un peu comme en Angleterre ou pour les matchs de l’équipe de France. Aujourd’hui, chaque groupe ultra possède un capo1, à la fois “chauffeur de salle” et chef d’orchestre, qui est chargé de lancer les chants à l’aide d’un mégaphone et d’une sono plus ou moins performante. Debout sur le haut du grillage et face à la tribune, il ne regarde pas le match pour se consacrer à mettre l’ambiance.

Debout sur les grilles de Geoffroy, mégaphone en main pour lancer les chants

La préférence va à des airs simples et entraînants, pour qu’un maximum de personnes puisse reprendre les paroles, donner de la voix, encourager les Verts et impressionner joueurs et supporters adverses. Dans les chants, plusieurs thèmes se dégagent qui façonnent l’identité sonore des tribunes stéphanoises. L’identité s’exprime d’abord par l’attachement à la ville, à sa région et au passé ouvrier. Sélective, la mémoire se concentre sur la mine avec le “on est amoureux de Sainté, de toutes ses mines, de ses crassiers” (sur l’air de “Amoureux de Paname” de Renaud) ou le :
“Ce soir il va falloir chanter,
Encourager les Verts, allez, allez,
Pour que la lampe de mineur,
Retrouve sa lueur”.

Tifo rappelant le passier minier de la ville, Kop sud.

Le passé glorieux du club n’apparaît lui qu’en filigrane dans les chants. Il ne s’agit pas pour les supporters d’une nostalgie mais plutôt d’un héritage dont les joueurs doivent être dignes :
“Alors honorez ce maillot vert et blanc,
Et soyez dignes de cette équipe d’antan”.

Conséquence de 25 ans de disette, les chants qui “pérorent” se font rares en dehors du vieux tube commercial de Monty :
« Qui c’est les plus forts ?
Évidemment c’est les Verts !
On a un bon public et les meilleurs supporters,
On va gagner, ça c’est juré,
Allez, allez les Verts ! »

Tambour des ultras, Kop Nord

La fierté du fan s’exprime véritablement par sa fidélité à l’équipe qui est saluée partout en France : être toujours présent, dans les moments de victoire comme de défaite, à domicile comme à l’extérieur.
“Et s’il ne reste plus que toi,
Et que tu aies encore la foi,
N’oublie jamais de chanter,
Pour tes couleurs, pour ta fierté,
Saint-Étienne allez (ter),
Saint-Étienne allez (ter).”
sur l’air du “Yellow submarine” des Beatles

Enfin, l’identité se constitue par opposition au voisin lyonnais et à Marseille, le grand rival sportif. L’animosité s’exprime la plupart du temps sous forme d’insultes, parfois un peu plus finement à travers quelques refrains. Renversement saisissant des identités, Lyon devient alors sujet de raillerie pour son activité industrielle avec le “Lyon, c’est con, ça pue et ça pollue !”, allusion au couloir de la chimie de Feyzin par lequel les Stéphanois arrivent au stade de Gerland.

Le patrimoine marseillais, fierté locale, est lui raillé. Notre Dame de la Garde, “protectrice” des supporters de l’OM ou l’artère principale de la cité phocéenne sont ainsi menacées : “La Bonne mère, la Canebière, Marseille en flamme, Marseille en flamme !”

Enceinte, Kop Nord, 2009.

Chaque kop développe son propre répertoire et veille à son autonomie dans le lancement des chants ce qui provoque une certaine polyphonie… Elle n’est interrompue que lorsque un des kops apostrophe l’autre au cri de “Nous, nous sommes les Stéphanois !” L’autre répond alors en reprenant la phrase puis les deux tribunes chantent alors l’une après l’autre : “pour voir notre équipe gagner, tous ensemble on va chanter”.

« Dans toutes les villes
Et les petits villages
Devant nous défilent
Différents virages
Des tribunes en bois
Jusqu’au mythique Geoffroy
Pour le maillot vert
On sera toujours là!
la la la la la la la la… »
sur l’air du dessin animé “Remi sans famille”

Extrait de CHARBONNIER Grégory, ROUX Jean-Michel et SANQUER Cendrine, Le stade Geoffroy-Guichard. Un club, un public, Saint-Étienne : Ville de Saint-Étienne, collection Trames urbaines n°5, 2006, 67p.

  1. De l’italien “chef”. []

Les stades du Mondial seront des éléphants blancs

Christopher Gaffney, géographe américain, auteur d’un ouvrage de référence sur les stades sud-américains1 , répond aux questions de Jean-Michel Roux pour le numéro 393 de la revue Urbanisme.

Quel a été le processus d’introduction des stades et des sports modernes en Amérique du Sud ?
L’introduction du football est un bon exemple du mercantilisme britannique de la fin du XIXe siècle. Ce sport a été importé par les communautés d’expatriés britanniques (marins, dockers, entrepreneurs). Sa paternité est disputée entre São Paulo et Rio de Janeiro. Les Paulistes mettent en avant l’Anglais Charles Miller qui aurait créé la première équipe avec des employés de la compagnie de chemin de fer. Les Cariocas avancent le nom d’un Écossais qui aurait introduit le football dans une usine anglaise à Bangu. Il est associé au process de développement des infrastructures du pays sous le contrôle de capitaux étrangers. Ces étrangers ont introduit le jeu et ses équipements, même si les Brésiliens l’ont ensuite considérablement développé.

Les étrangers ont aussi importé l’architecture des premiers stades. Le premier fut construit à Rio en 1910, dans le quartier de Fluminense, au voisinage immédiat du Palais du Gouverneur. Il était typiquement anglais, avec des tribunes rectangulaires bordant le terrain. Le stade faisait partie d’un ensemble social plus large. C’était un outil parmi d’autres de reproduction des élites. Le Fluminense Football Club n’était pas qu’une simple association sportive mais un lieu de socialisation et d’affaires où les jeunes élites locales se mêlaient aux élites européennes.

D’autres clubs rivaux vont se créer par la suite, comme Botafogo, America ou Flamengo – par scission d’avec Fluminense – et s’implanter dans des espaces urbains plus informels mais toujours sur le même mode élitiste, avec des pratiques sociales « exclusives » et des stades « à l’anglaise ». Le premier stade « brésilien » est celui de São Januário (ou Estádio Vasco da Gama) inauguré en 1927. Construit dans un faubourg de Rio par des ingénieurs brésiliens pour une bourgeoisie locale qui met en avant son héritage portugais, ce stade propose un nouveau langage architectural. Sa façade principale néobaroque est particulièrement élaborée. Elle rappelle les expéditions de Vasco de Gama par l’emploi de tuiles blanches et bleues, la croix de Malte et le drapeau portugais. À bien des égards, c’est encore un bâtiment colonial.

Dans les années 1930, d’autres influences vont se faire sentir, dont le stade Pacaembu de São Paulo est le prototype. De style moderniste, il présente une architecture presque fasciste dans la mesure où, à cette époque, l’innovation architecturale en matière de stade est portée par l’Italie, l’Allemagne ou les USA. Les Brésiliens importent donc ces modèles. Avec ses colonnes gigantesques, son nom en caractères Art déco, son implantation au sommet d’une colline, sa mise en scène par une immense esplanade, tout concourt à faire du Pacaembu un lieu de représentation politique, un geste politique plus qu’un lieu de reproduction d’une élite étroite.

Torcida des Corinthians, extrait de Thomaz Farkas, Pacaembu, Saõ Paulo

L’expression la plus aboutie du modernisme dans les stades brésiliens est le Maracanã de Rio. Tous les architectes qui participent au concours sortent de l’École des beaux-arts de Rio où ils ont subi l’influence très traditionnelle de Le Corbusier – qui se rendait souvent dans cette ville –, d’Oscar Niemeyer, ainsi que des influences diverses et variées venant des écoles d’architecture européennes. Le Maracanã s’inscrit ainsi dans la lignée des stades modernistes de Berlin, Rome ou Los Angeles. Ces stades sont financés par la collectivité publique et porteurs d’une idéologie politique.

Le Maracanã s’implante au coeur d’un Rio qui est encore la capitale et véhicule un message disciplinaire. Il peut rassembler jusqu’à 170 000 personnes dans un espace ouvert de co-visibilité totale qui oblige à discipliner son corps et à accepter les normes sociétales. Il n’offre que quatre niveaux de places : les gerals, tout en bas, pour les plus pauvres, deux hauteurs de tribunes pour les classes moyennes et supérieures – les arquibancadas – et un espace pour les médias et les VIP. Ce dernier ne compte guère que 150 places ! Le Maracanã est vraiment l’expression du bien public par opposition à la reproduction des élites.

Tous ces marqueurs idéologiques d’une insertion sociale par le stade ont été détruits par la suite. Bien entendu, les stades sont toujours ouverts à tous, ou plutôt à tous ceux qui peuvent se permettre la dépense car les prix sont fous. À présent, seuls les plus riches peuvent y accéder. Le stade est devenu un lieu de consommation plus que de socialisation.

Match du Flamengo au Maracanã (2008). Photo N. Tixier

Tout est territorialisé dans le stade brésilien, chaque centimètre carré doit générer du cash. Son extérieur ressemble d’ailleurs à un supermarché, un shopping mall. Tout est propre et dégagé alentour : plus d’arbres, quand bien même il fait chaud, nulle part où s’asseoir, boire, manger ou aller aux toilettes. On aseptise l’environnement urbain pour inciter les gens à entrer et consommer ce qui est vendu à l’intérieur.

Boutique officielle du FC Sao Paulo, Stade Morumbi, 2009.

Dans le vieux Maracanã, les frontières étaient poreuses. Aujourd’hui, le spectateur doit franchir toute une série de barrières qui n’autorisent au final l’accès qu’à un segment très limité de la population. Par rapport au coût de la vie, les billets d’entrée des stades brésiliens sont probablement les plus chers du monde. J’étais récemment à la demi-finale du tournoi de l’État entre deux rivaux historiques, Vasco et Fluminense, et il n’y avait que 12 000 spectateurs. Un peu embarrassant, non ?

Dans votre blog, vous qualifiez certains grands stades d’« éléphants blancs »2. Y a-t-il un risque à les introduire dans les jungles urbaines du Brésil ?
Je pense que tous les stades seront des éléphants blancs, un de ces cadeaux que l’on nous fait parfois et pour lesquels on se retrouve à payer ad vitam æternam. L’expression renvoie à ce mythe indien dans lequel un prince accueilli dans une ville laisse en présent un éléphant blanc. Le cadeau devient alors un fardeau pour la population qui se ruine à l’entretenir. Il va en être de même pour les stades… sauf qu’il faudra aussi payer pour les construire ! Les stades seront privatisés après la Coupe du Monde, s’ils ne le sont déjà. Les citoyens de ces villes vont payer pour les construire, comme ils payeront pour les démolir quand ils seront obsolètes. Et, entre-temps, ils payeront pour assister à des matchs et feront des stades des sources de profit.

Construit sur des terrains publics et avec de l’argent public, le stade aura servi aux bénéfices du secteur privé. Et certaines villes comme Cuiabá, Manaus, Brasilía, Natal et peut-être Recife ne seront même pas en mesure d’organiser des matchs après la Coupe du Monde. Si les entreprises privées qui géreront ces stades ne parviennent pas à l’équilibre grâce aux revenus des centres commerciaux et des parkings situés à l’intérieur ou grâce aux spectacles qui y seront donnés, le fardeau du stade redeviendra public par contrat. Cela s’appelle socialiser les risques et privatiser les profits.

Les stades sont construits par de grandes entreprises brésiliennes du BTP en partenariat avec des multinationales, américaines pour partie comme AEG, qui sont spécialisées dans la gestion de clubs professionnels – football, basket-ball, etc. –, d’arenas ou de stades. Leur gestion sera opérée par concessions d’exploitation de trente-cinq ans, ce qui correspond à la durée de vie d’un éléphant blanc, à travers une combinaison de hautes technologies et de matériaux bon marché. Le stade redeviendra public quand il sera dépassé techniquement et qu’il faudra lourdement investir pour le réhabiliter ou le détruire.

Propos recueillis et traduits par Jean-Michel Roux. Interview reproduit avec l’aimable autorisation de la revue.

  1. C. Gaffney, Temples of the Earthbound Gods. Stadiums in the cultural landscapes of Rio de Janeiro and Buenos Aires, Austin, University of Texas Press, 2009 []
  2. C. Gaffney a une définition plus large de l’éléphant blanc que celle communément admise []

Projets de « grand stade » et aménagement du territoire

L’article ci-dessous est paru dans la revue Etudes foncières – n°148, novembre-décembre 2010 (pp. 8-11). Depuis, Rhône-Alpes a fusionné avec l’Auvergne, Saint-Etienne Métropole  a fait rénover son stade et l’OL obtenu le sien du Grand Lyon. D’autres villes se sont lancées dans des partenariats public-privé (Nice, Bordeaux, Lille). L’article prend désormais un petit côté utopique. Certaines questions demeurent…

 

Désignée comme pays hôte de l’Euro 2016 de football, la France est confrontée à la question de la modernisation de ses stades. L’importance des impacts de ce type d’infrastructure, en matière d’aménagement et d’urbanisme, relance, dans ce cadre, la question de la nature des porteurs de projets. La Région est-elle un acteur crédible face aux projets portés par la sphère privée ? L’auteur nous livre son analyse.

Le 27 mai 2010, la France a été désignée comme pays hôte de l’Euro 2016 de football par le comité exécutif de l’Union des Associations Européennes de Football (UEFA). L’idée d’une nécessaire modernisation des enceintes françaises, condition sine qua none de la candidature nationale, avait été préparée dès 2008 par la production de plusieurs rapports dénonçant l’état de vétusté d’équipements pourtant mis aux normes pour la Coupe du Monde de 1998…[1] Elle s’est ensuite traduite par des décisions politiques. Les stades pourront être déclarés d’intérêt public, quelque en soit leur propriétaire, après avis de l’ensemble des conseils municipaux des communes riveraines directement impactées par leur construction. Les collectivités territoriales et leurs groupements pourront d’ailleurs, eux-mêmes, « réaliser ou concourir à la réalisation des ouvrages et équipements nécessaires au fonctionnement et à la desserte des installations »[2].

Cette attribution redonne de l’espoir à différents projets privés, portés par des clubs, et qui avaient bien du mal à sortir des cartons face aux difficultés de financements et/ou à l’opposition d’une partie de la société civile. Le temps presse mais la question des « grands stades »[3] touche à l’aménagement du territoire et à celui de nos villes. Elle impactera nos modes de vie de demain. N’y a-t-il pas d’alternatives aux projets privés actuels ? L’exemple de la région Rhône-Alpes est, à cet égard, riche d’enseignements.

Des patrons de club, capitaines d’industrie
Depuis quelques années, l’Olympique Lyonnais (OL) a connu une remarquable réussite sportive en France, mais il peine à conquérir un titre à l’échelle européenne. L’absence de la maîtrise exclusive par le club d’une enceinte moderne et spacieuse fait partie des raisons invoquées pour justifier la difficulté à rivaliser économiquement, et par là même sportivement, avec les « grands d’Europe ». Son président en appelle ainsi depuis des années à la construction d’un nouveau stade de grande taille, d’abord envisagé à Lyon puis dans sa périphérie (Décines).

J.-M. Aulas, président de l’OL présentant son projet de « grand stade ». Source: Le Progrès, s.d.

Tandis que Grenoble inaugure en 2008 sa nouvelle enceinte, d’autres villes de la région ne sont pas en reste. Les co-présidents de l’Association Sportive de Saint-Étienne (ASSE) avaient avancé le projet de construire leur propre stade avant d’obtenir une extension du stade Geoffroy-Guichard. A Bourgoin-Jallieu, le stade Pierre-Rajon est lui aussi pointé du doigt par les actionnaires du club dans le retard pris depuis quelques années sur les grosses cylindrés du Top 14 de rugby avec lesquelles le Club Sportif Bourgoin-Jallieu (CSBJ) ne parvient plus à lutter.

Ces multiples projets, plus ou moins avancés, plus ou moins avortés, de construction ou réhabilitation sont initialement portés par des dirigeants de clubs, par ailleurs patrons d’entreprise, et qui se sentent à l’étroit dans des stades financés et gérés par les collectivités publiques. Après avoir bénéficier des largesses de ces dernières pendant de nombreuses années[4], ils souhaitent s’affranchir des obligations du locataire pour devenir propriétaire de leur stade… et maître de son exploitation commerciale. Ces capitaines d’industrie lancent un appel à se tourner vers le modèle libéral et anglo-saxon, sans en accepter d’ailleurs toutes les règles. Lassés par la lenteur avec lesquels les projets avancent, ils louvoient entre accès de colère et tentatives de conciliation avec les propriétaires des terrains et les élus locaux. Les menaces de démission de l’un sont mises à exécution par l’autre : Pierre Martinet, le président du CSBJ, a fini par jeter l’éponge devant les difficultés.

Les multiples tares des stades rhônalpins
Que reprochent en fait ces entrepreneurs aux stades existants, gérés par les collectivités locales ? Les enceintes qu’ils occupent seraient des équipements sportifs vieillissants si ce n’est vétustes, manquant de capacité, incapables d’évoluer en raison de leur situation géographique et des règles d’urbanisme.

L’argument de l’obsolescence est à ce point martelé qu’il en deviendrait presque une vérité. Un réel audit reste cependant à faire… ne serait-ce que parce que les stades Gerland et Geoffroy-Guichard ont été entièrement rénovés sur fonds publics, il y a dix ans à peine, pour accueillir la Coupe du Monde 98. L’argent public a-t-il été dépensé à bon escient ? L’argument semble pour le moins spécieux.

Stade de Gerland. 2004

Le stade Gerland est ainsi classé « 4 étoiles » par l’UEFA[5]. Cette évaluation des stades se fait suivant des critères de capacité, de sécurité et de confort. En France, seul le Parc des Princes (Paris) rejoint le stade Gerland dans la liste des 19 stades européens « 4 étoiles » (le Stade de France en possède cinq en raison de sa plus grande capacité). Quant à Geoffroy-Guichard, il accueille sans difficulté des rencontres internationales (Coupe du monde de rugby 2007, Coupe de l’UEFA 2008-09 et France-Nigéria 2009). En cas d’accueil de l’Euro 2016, Saint-Etienne aurait la capacité de recevoir des matchs de groupes et Lyon des demi-finales[6].

Stade Geoffroy-Guichard, Coupe du Monde de rugby 2007

Leur taille, bien que suffisante pour accueillir l’Euro 2016, pose néanmoins problème lors de certains matchs pour les clubs. Leurs taux de remplissage sur les dernières années de championnat sont relativement élevés et les « guichets fermés » fréquents. Les clubs peuvent donc se plaindre, à juste titre, de pertes substantielles de recette, même si des résultats sportifs décevants, une affiche sans passion, une météo exécrable ou un match de semaine peuvent doucher quelque peu les enthousiasmes. Les stades ne sont alors plus aussi petits que cela.

Un reproche communément adressé aux stades est d’être désormais difficilement modifiables en raison de contraintes urbanistiques, patrimoniales ou architecturales. Construits à la périphérie des villes dans l’entre-deux-guerres par des architectes de renom, ils ont désormais gagné une position géographique plus centrale, à laquelle s’ajoute parfois la protection réservée aux bâtiments classés pour leur valeur patrimoniale. Ce qui pourrait être considérés comme des atouts en terme d’accessibilité, de développement durable, de potentiel touristique est vécu comme une malédiction. Grenoble a pourtant demandé au maître d’œuvre de son flambant Stade des Alpes de réunir tous ces ingrédients dans son projet…[7]

Les stades Gerland et Geoffroy-Guichard ont une importance historique qui les inscrit profondément dans leur ville. Leurs murs renferment une mémoire collective, un patrimoine immatériel qui nourrit la mémoire individuelle de chacun pour constituer une identité commune. Il est donc important de préserver ce patrimoine, afin de conserver l’identité culturelle de chacune de ces villes. Même le vétuste stade Pierre-Rajon de Bourgoin-Jallieu ne présente pas moins un grand intérêt patrimonial de ce point de vue. Autant d’arguments qui devraient plaider en faveur de leur réhabilitation avec le maintien d’une valeur d’usage significative.

La propriété et le mode d’exploitation des stades
Là où le bât blesse en fait est la propriété des stades et le mode exploitation qui en découle. Les équipements actuels appartiennent aux collectivités locales et les clubs n’en sont que locataires. Ce système rebute l’Olympique Lyonnais qui souhaiterait être propriétaire de son stade afin d’en maîtriser l’exploitation. Cela lui permettrait de s’affranchir de la redevance d’occupation domaniale qui tient compte, depuis la fameuse jurisprudence « Gerland » de 2007[8], des avantages de toute nature mis à disposition.

En effet, la redevance doit désormais inclure non seulement la valeur locative du stade et les frais à la charge de la ville liés à l’organisation des matchs mais doit aussi tenir compte de l’ensemble du chiffre d’affaire développé par un club grâce à l’exploitation du domaine public. L’exploitation privée permettrait aussi d’éviter l’imposition par la puissance publique d’autres usages du stade. L’exemple du Stade Vélodrome de Marseille, fermé plusieurs semaines à la suite d’un décès lors du montage d’une scène de concert, lui donne d’ailleurs raison.

Le club lyonnais souhaiterait, aussi et surtout, être maître de son environnement immédiat afin d’implanter et de gérer directement autour du stade boutiques, hôtels, espaces de récréation et immeubles de bureau dans un véritable centre commercial, d’affaires et de loisirs privé. Comme le rappelle Jean-François Borne, « derrière l’enjeu de l’Euro 2016 se cache la volonté d’assouplir le cadre légal afin que les clubs puissent avoir la main mise quant à leur enceinte afin de faire des stades, certes des lieux de vie et de convivialité mais surtout l’enjeu d’opérations financières qui pourraient permettre aux clubs de sortir de la dépendance aux droits audiovisuels »[9].

L’assiette actuelle du stade Gerland ne lui permettrait pas de réaliser un tel projet. « S’agrandir en rognant sur le port Édouard-Herriot ? La concession de la CNR court jusqu’en 2023 et elle n’a pas l’intention de l’abandonner. […] Reste le côté de la Plaine des jeux et du palais des sports. Ce qui sous-entendrait de supprimer des terrains alors qu’il en manque pour les associations sportives. La mission d’évaluation mise en place par la ville en 2008 avait conclu à une assiette foncière insuffisante pour réaliser le projet d’OL Land »[10].

Le club est donc prêt à acquérir, en grande périphérie, des terrains pour construire son OL Land. Il souhaite cependant ardemment que les collectivités locales, non seulement gèrent l’après OL du stade Gerland[11], mais qu’elles concourent à la réalisation des infrastructures nécessaires à l’accès à un tel centre commercial privé au nom de l’aménagement du territoire, comme la loi du 22 juillet 2009 le permet. Nombre d’élus communautaires de Lyon se sont ralliés au projet car, comme l’explique le designer de stade Rod Sheard : « à chaque nouvelle génération de stades, on a augmenté la barre de ce que l’on attendait d’eux. Aujourd’hui, c’est tout simplement de régénérer des quartiers ou des villes entières en déclin, de leur redonner de la forme. On a l’espoir que, par son rôle iconique, la taille et la masse de son projet global, un stade va pouvoir entraîner avec lui des zones résidentielles, du commerce, du loisir, une amélioration des transports, etc »[12].

Le débat fait cependant rage actuellement à Lyon quant aux implications d’un tel stade en matière d’urbanisme et d’aménagement du territoire. « Alors que le projet de Grand Stade de Décines enchaîne les contretemps, de plus en plus de voix se font entendre en faveur d’un agrandissement de Gerland »[13]. Des associations, des élus locaux et une part croissante de la population demandent que le projet soit abandonné en faveur d’une réhabilitation et d’un agrandissement de Gerland. Les opposants dénoncent, d’une part, les choix urbanistiques du site de Décines : éloignement du centre urbain, coûts des extensions de lignes de transports en commun, disproportion des nouvelles voies d’accès par rapport au territoire et au nombre de matchs, atteintes à l’environnement (déboisement massif), etc.

Les opposants balaient, d’autre part, les incompatibilités soulevées par l’OL à la réhabilitation avec agrandissement de vingt mille places du Stade Gerland. Le classement d’une partie du stade ne serait pas de nature à entraîner le veto de l’architecte des Bâtiments de France, comme ce fut d’ailleurs le cas en 1998. Il constituerait par contre un défi architectural pour respecter le classement des arches du stade.

Le site du stade n’étant plus classé SEVESO, cela exclue désormais la possibilité d’arguer de l’incompatibilité juridique liée aux risques technologiques du port Édouard Herriot. L’accessibilité, jugée insuffisante actuellement, ne le serait plus à terme grâce au prolongement des lignes de métro et tram existantes. L’accès en transport en commun pourrait même être accru par l’usage d’une halte ferroviaire à proximité. Quant à l’absence de parkings suffisants, elle serait de nature à encourager l’usage de ces mêmes transports en commun, comme c’est le cas à Grenoble ou dans les stades allemands. Enfin, l’utilisation d’un stade en chantier, jugée « impossible » selon l’OL qui évoque l’obligation de jouer dans un autre stade durant deux à trois saisons, est balayée d’un revers de la main : tous les autres clubs français vont le faire.

Le stade Geoffroy-Guichard en travaux, 2015

Pourquoi ne pas construire un stade commun à la région ?
S’il devait ressortir néanmoins que de nouveaux stades s’imposent, les projets proposés par les clubs ou collectivités mériteraient d’être mis au débat. N’y a-t-il aucune alternative ? Penser un ou plusieurs grands équipements comme un stade de football nous donne l’occasion rêvée de reparler d’aménagement du territoire au-delà de la seule question de la pertinence du site « dans l’économie générale du projet »… Le stade est un équipement qui, même privé, prend par l’ampleur des phénomènes sociaux qu’il génère un rôle d’équipement relevant de la décision politique.

Nous sommes avec Lyon, Saint-Etienne et Bourgoin, dans la même région urbaine, une métropole multipolaire qui ambitionne d’exister à l’échelle européenne. Plutôt que d’investir l’argent public dans des stades qui viendront remplacer ou dédoubler les existants, pourquoi ne pas penser l’émergence d’un projet fédératif à toute une région ? Les stades ont toujours été utilisés pour créer du territoire, pour le faire émerger, pour signer son avènement. Il manque à Rhône-Alpes, la bonne élève des régions créées, de produire du sens à travers un projet pour son territoire.

Un « grand stade » manque actuellement entre le Stade de France à Saint-Denis et le Stade Vélodrome de Marseille. Au-delà de la région urbaine lyonnaise ou rhônalpine, il concernerait la Franche-Comté, l’est du Massif Central, la Suisse romande. Le maillage de ce grand territoire en stades de petites et moyennes tailles est tout à fait satisfaisant avec les enceintes de Lyon (41 044 places), Saint-Etienne (35 616 places), Genève (Stade de la Praille, 30 084 places), Grenoble (20 068 places), Sochaux (Stade Bonal, 20 005 places) ou Clermont-Ferrand (Parc des sports Marcel-Michelin, 15 857 places). Le club de rugby de Bourgoin-Jallieu, qui va jouer ses matchs de gala dans certains de ces stades, l’a d’ailleurs parfaitement compris.

Les clubs football et de rugby de la région Rhône-Alpes n’auraient peut-être besoin d’un grand stade qu’à certaines dates de l’année (matchs nationaux et internationaux à enjeu). Ils pourraient continuer à donner vie à leurs stades actuels et occuper ponctuellement le stade commun. Les autres dates nécessaires à l’équilibre financier du grand stade pourraient alors êtres trouvées du côté de l’organisation de grands évènements internationaux (matchs internationaux de football ou rugby, compétition d’athlétisme[14], concert, spectacles, etc.).

Un grand stade multifonctionnel, sans équipe résidente avec une gestion déconnectée des communes et des clubs, existe déjà à Saint-Denis avec le Stade de France[15]. Quant aux supposés conflits d’usage d’un équipement entre équipes rivales, signalons que les exemples de clubs rivaux se partageant un stade existent partout en Europe ou en Amérique (Munich, Milan ou New-York[16]).

La période contemporaine en terme d’organisation du sport en France est marquée par deux caractéristiques : d’une part, le développement des partenariat public privé (PPP) avec les clubs et entreprises de construction et/ou d’exploitation, et d’autre part, les financements croisés de la part des communes, intercommunalités, départements, régions, État et du Centre National pour le Développement du Sport (CNDS). Il est peut-être temps de faire de grands stades en partenariat entre l’État et le secteur privé mais aussi surtout avec les collectivités territoriales, la région en tête. Cette dernière a déjà une compétence de financement des équipements, en vertu tant de ses attributions tirées du Code général des collectivités territoriales que des dispositions spécifiques du Code du Sport[17]. Toutefois, en aucun cas, elle ne devrait être un simple co-financeur d’un équipement. Ne pourrait-elle pas assurer la maîtrise d’ouvrage d’un stade ?

La Région Rhône-Alpes est capable de mettre en synergie, si ce n’est en concurrence, ses territoires afin de décider l’emplacement le plus adéquat pour un nouveau lycée. Elle devrait pouvoir le faire pour un stade…

[1] Eric BESSON, Accroître la compétitivité des clubs de football professionnel français, rapport présenté au Premier Ministre par le Secrétariat d’État chargé de la Prospective, de l’évaluation des politiques publiques, et du développement de l’économie numérique, Paris, novembre 2008, 162 p. ou Jean-Louis VALENTIN (rapporteur) et Philippe SEGUIN (président), Grands Stades Euro 2016, rapport de la commission « Grands Stades Euro 2016 » présenté au Ministre des Sports, Paris, novembre 2008, 141 p.
[2] Loi n° 2009-888 du 22 juillet 2009 de développement et de modernisation des services touristiques, article 28.
[3] Selon l’UEFA, un « grand stade » comprend a minima 50 000 places mais de préférence plus de 60 000 sièges.
[4] Le projet du stade Gerland est, en 1913, le fruit de la vision et de la collaboration inédite à l’époque de deux hommes : le maire radical Edouard Herriot et son architecte Tony Garnier. Alors que les stades français sont en bois et inadaptés à l’accueil de publics et de compétitions, ils imaginent un stade moderne et spacieux, dédié au sport pour tous, au sein d’une cité des sports, élément phare des nouveaux quartiers de la ville. « A une époque où l’architecture est encore pur art et l’urbanisme quasi inexistant, la construction du stade de Gerland préfigure une réflexion d’ensemble sur les équipements sportifs, d’autant que si les questions d’hygiène sont au coeur de toutes les politiques municipales, le sport tarde à s’imposer en France comme un axe de développement des territoires. » (LÊ-GERMAIN Elisabeth, « La cité des sports à Lyon : fleuron architectural et symbole politique (1910-1931) », in CAUE du Rhône, Tony Garnier. La cité industrielle et l’Europe, Lyon : CAUE éditions, 2009, p. 207). Le stade sera pourtant loué, de façon exclusive, à l’OL à partir des années 1950 et réhabilité depuis par les collectivités locales. 
Le projet du stade Geoffroy Guichard est, en 1930, celui d’une entreprise moderne et ambitieuse, Casino, qui croit que le football professionnel, alors interdit, est un formidable outil de communication pour une marque ou une ville. Le terrain est acheté en 1930 par une filiale du groupe puis loué au club pour un franc symbolique. La construction du stade est alors financée par une société des « Amis du sport » rassemblant des industriels locaux. Mais lorsqu’en 1965, le club est incapable de faire face aux besoins de modernisation du stade, Casino se tourne vers la municipalité. La ville s’en porte acquéreur par le vote d’un emprunt et concède au club un bail d’une durée de trente années pour une location symbolique qui lui assure de fait une exclusivité d’usage (c.f. ROUX Jean-Michel, CHARBONNIER Grégory et SANQUER Cendrine, Le stade Geoffroy-Guichard. Un club, un public, Saint-Étienne : Ville de Saint-Étienne, collection Trames urbaines n°5, 2006, 67 p.).
[5] Le classement UEFA des stades est un système de notation des stades de football en Europe mis en place par l’UEFA. Le label va jusqu’à cinq étoiles pour les stades les mieux notés et de plus de 50 000 places. Seuls les stades les mieux notés peuvent accueillir les grands événements.
[6] UEFA EURO 2016 – Exigences relatives au tournoi.
[7] L’UEFA, encourage elle-même les pays organisateurs de l’Euro à planifier une utilisation durable des stades, au-delà de la compétition : « Six matches au maximum seront organisés dans chaque stade pendant le tournoi et les stades seront ensuite exploités pendant une période comprise entre 30 et 50 ans. L’UEFA encourage l’exploitation des stades en tant que lieu d’organisation de matches, de compétition réguliers ou d’autres événements par un organisme principal afin de garantir leur utilisation après l’UEFA EURO 2016. », Cahier des charges, UEFA EURO 2016 – Exigences relatives au tournoi, pp. 70-71.
[8] Tribunal Administratif de Lyon, 13 juillet 2006, et CAA de Lyon, 12 juillet 2007.
[9] Jean-François Borne, So Foot, décembre 2008.
[10] François GUTTIN-LOMBARD, « Le Grand Stade de l’OL peut-il être construit à Gerland ? », Le Progrès, 1er novembre 2010.
[11] La mise à disposition du stade a été évoqué pour le club de rugby local, le LOU, qui joue en seconde division nationale…
[12] Rod SHEARD dir. et al., The Stadium. Architecture for the New Global Culture, Singapour: Periplus Ed., s.d.
[13] François GUTTIN-LOMBARD, « Le Grand Stade de l’OL peut-il être construit à Gerland ? », Le Progrès, 1er novembre 2010.
[14] A l’heure actuelle seul le Stade de France dispose des équipements aptes à accueillir des compétitions internationales d’athlétisme.
[15] Le consortium qui le gère cherche actuellement à enrichir son portefeuille d’équipement après l’échec de son projet de gestion du stade du Cap (c.f. Sébastien HERVIEU, « L’éléphant blanc du Cap », Le Monde, 2 novembre 2010).
[16] Le stade San Siro de Milan accueille depuis 1947 deux équipes résidentes et pourtant rivales de première division : le Milan AC (propriétaire du stade depuis 1935) et l’Inter de Milan (simple locataire). L’Allianz Arena de Munich accueille le Bayern Munich et le TSV 1860 ainsi que ponctuellement l’équipe nationale d’Allemagne. Enfin, le Meadowlands Stadium est un stade de football américain inauguré en 2010 à East Rutherford, New Jersey. Les New York Giants et les New York Jets y jouent leurs matchs à domicile. Issu d’un partenariat entre les deux équipes, le stade appartient à la New Jersey Sports and Exposition Authority et est géré par une entreprise, la New Meadowlands Stadium Company, LLC.
[17] Art. L.100-2 du Code du Sport : « L’Etat, les collectivités territoriales et leurs groupements, les associations, les fédérations sportives, les entreprises et leurs institutions sociales contribuent à la promotion et au développement des activités physiques et sportives. L’Etat et les associations et fédérations sportives assurent le développement du sport de haut niveau, avec le concours des collectivités territoriales, de leurs groupements et des entreprises intéressées. »

Organisateurs de spectacle, supporteurs et ambiance. Le cas de la vuvuzela.

L’ambiance dans les stades lors des grandes compétitions représente un véritable enjeu économique. Il s’agit d’abord de vendre un spectacle sportif (projet économique d’une fédération internationale, des diffuseurs et des sponsors), accessoirement de développer l’image d’un pays et de villes hôtes (projet de marketing territorial), très éventuellement de rentabiliser un équipement sportif (projet constructif).

Introduction

Les coupes du monde de football de l’après-guerre ont parfois vu l’émergence inopinée d’une ambiance singulière dans les stades basée sur des éléments de culture locale. Cette ambiance n’a pas qu’un peu contribué au succès économique des évènements. La coupe du monde de 1950 au Brésil a vu l’émergence du modèle de supportérisme radical des torcidas brésiliennes avec leurs percussions et chants (Raspaud, 2010). En 1978, la coupe du monde en Argentine a vu apparaître la pratique des papelitos – ces petits papiers en morceaux que l’on jette à l’entrée des joueurs – et celle du Mexique en 1986, l’avènement du mouvement chorégraphique de la ola, cette vague que dessinent les spectateurs d’un stade en se levant de manière coordonnée.

Torcida des Corinthians, FARKAS Thomaz, Pacaembu / Thomaz Farkas, São Paulo : DBA Artes Gráficas, 2008

Ces trois exemples sont américains. Quid de l’Europe et de l’Afrique qui sont, elles aussi, des terres de football ? Les grandes compétitions peinent à laisser une identité ambiantale. Le supportérisme y existe aussi, mais il est moins organisé à l’échelle des équipes nationales qu’en club. Le campanilisme des supporteurs l’emporte sur le patriotisme dans beaucoup de grands pays sauf lors des grands évènements. De plus, la scène internationale est parfois le lieu choisi pour déchaîner les passions excessives (hooliganisme).

Il faut dire que, depuis les drames des années 1980 (Heysel, Hillsborough, Furiani, etc.) les autorités du football[1] se méfient des supporters et de leurs « innovations » (Taylor, 1989). Ces mêmes autorités ont constamment insisté sur l’amélioration de la qualité constructive des enceintes, au détriment de la reconnaissance et de la prise en compte des pratiques usagères. La qualité sensible des ambiances s’en ressent (Roux, 2014). En conséquence, les grands noms de l’architecture ont été appelés à la rescousse et les stades sont devenus des tradiums aux ambiances « manufacturées » (Bale, 1993). À tel point que la coupe du monde de 1998 en France a laissé le piètre souvenir des « costumes gris » dû à la surreprésentation des spectateurs par rapport aux supporters. L’Euro 2016 de football, lui aussi organisé en France, laissera des souvenirs contrastés : violences des hooligans anglais et russes, chants des Irlandais et Gallois, phénomène islandais du clapping repris par les joueurs français, scènes de liesse populaire et spontanée dans les rues des villes, loin du contrôle ambiantal des stades.

Dans ces derniers des compagnies privées étaient chargées de faire respecter l’ordre et la sécurité en veillant à l’application stricte d’un règlement drastique (Règlement du Stade pour l’UEFA EURO 2016 TM). A la section « objets et comportements interdits », ledit règlement proscrit ainsi « les instruments électroniques, mécaniques ou manuels produisant du bruit tels que mégaphones, klaxons et vuvuzelas »[2]. Quel est donc cet objet au nom exotique qui mérite d’être ainsi spécifiquement cité ?

La vuvuzela nous renvoie six ans en arrière, lors de la première coupe du monde de football en Afrique (Afrique-du-Sud) lorsque les instances internationales ont cherché à générer puis à maîtriser l’ambiance des matchs. Cette « trompette en plastique » a été popularisée avant la compétition et fabriquée en grand nombre. Elle était censée représenter le lien avec les cultures indigènes d’Afrique-du-Sud et façonner une «ambiance authentique et locale». La vuvuzela a échappé au contrôle de ses promoteurs et ces derniers ont dû tenter, en catastrophe, de « reprendre le contrôle » des ambiances. Cet article tentera quant à lui de comprendre la genèse de ce « facteur d’ambiance » et d’en observer les effets.

Vuvuzela, Afrique-du-Sud, s.d.

 

La vuvuzela : origine obscure et glorieuse destinée

La ou le vuvuzela a des origines obscures. On la dit être lointainement inspirée d’une corne traditionnelle d’antilope. Elle apparaîtrait en Afrique-du-Sud au début du 20e siècle, aux côtés de tambours pour accompagner dances et prières des cérémonies religieuses.

Son transfert dans les stades de football daterait des années 1980 (au Zulu Royals) quand les joueurs lui reconnaissent la capacité de leur donner un avantage en changeant l’ambiance du match. Une nouvelle mutation s’opère dix ans plus tard quand des entreprises d’abord locales puis globales se mettent à la produire en série et en matière plastique. Son usage se répand alors dans tous le pays, popularisé par les supporters des deux clubs de Soweto : les Kaizer Chiefs et les Orlando Pirates.

La vuvuzela serait pour beaucoup à ranger dans la catégorie des objets émettant un son et qu’il est possible de détourner de leur fonction utilitaire première dans le cadre d’un stade : corne de brume, bidon, casserole, klaxon si ce n’est cloche d’alpage comme dans la photo ci-dessous.

Supporteurs français avec trompette et cloche d’alpage, s.d., AMSE 6FI12161

D’aucuns la classeraient avec plus de bienveillance dans la catégorie des “instruments de parade” pour reprendre le terme du sociologue Nicolas Hourcade. Le musicologue espagnol installé en Afrique-du-Sud Pedro Espi-Sanchis se contente d’en faire un pseudo-instrument de musique : « avec sa fondamentale en si bémol, le vuvuzela n’est pas un vrai instrument de musique, c’est surtout un instrument qui sert à signaler le début d’une cérémonie. Pour en tirer quelque chose, il faut en jouer en petit comité en développant le ‘call and response‘ [technique par laquelle les instruments se répondent] »[3]. Il s’agit donc d’un instrument qui peut être mélodieux quand il est maîtrisé techniquement, limité en nombre et se limite à quelques notes répondant à d’autres instruments. L’utilisation de vuvuzelas de mauvaise facture, embouchées par des utilisateurs peu mélomanes et ne cherchant que la production du plus fort volume sonore possible permet d’émettre des sons monotones et surpuissants qui s’apparenteraient à ceux d’un concert de cornes de brume, de barrissements d’éléphants ou de bourdonnements d’essaims d’abeilles…

Affiche du Journal The Sun encourageant l’usage de la vuvuzela

En dépit de ces piètres qualités musicales et du risque potentiel d’une utilisation massive, son usage est encouragé par la Fédération Sud-Africaine de football au nom du respect des cultures locales et par la FIFA qui craint l’absence de supporteurs européens et sud-américains dans les gradins. Elle est testée, semble-t-il, avec succès, lors de la coupe des confédérations 2009, prélude organisé par la FIFA à la coupe du monde 2010.

La vuvuzela : Désastre et bannissement

Lors de la coupe du monde, la vuvuzela est massivement achetée comme souvenir, mais malheureusement aussitôt employée par les supporteurs et spectateurs de toutes les équipes présentes à la compétition. Elle suscite bien vite la controverse parmi les protagonistes du match : joueurs et entraîneurs, spectateurs et supporteurs, commentateurs et diffuseurs.

Les joueurs la jugent « amusante » quand elle n’empêche pas la concentration ou la communication entre coéquipiers et entraîneur, obligeant à recourir à des gestes.

Les spectateurs se plaignent rapidement de la nuisance sonore, évoquant des problèmes auditifs pour ceux qui se trouvent placés tout un match au plus près de l’émetteur. Des études évoquent un son pouvant atteindre 127 dB à la sortie de l’instrument, soit près de 113 dB à deux mètres de distance ou aux oreilles de la personne qui en joue (Swanepoel et al., 2010).

Les supporteurs, a priori plus favorables à l’objet, regrettent néanmoins son ton monocorde et monotone, déconnecté du rythme de l’action sur le terrain et masquant les autres facteurs d’ambiance : bruits organiques des foules, chants, applaudissements et usages d’autres instruments de musique. La cacophonie vuvuzelesque produit un masque sonore qui ne laisse plus le loisir à un autre type d’ambiance d’advenir. Les vuvuzelas sont hégémoniques dans l’ambiance. Une part non négligeable quoiqu’inquantifiable de supporteurs prend néanmoins sa défense au motif qu’elle est locale et donc légitime. Certain évoquent même un plaisir certain à créer un véritable capharnaüm sonore qui échappe au contrôle des organisateurs et diffuseurs. La vuvuzela permet le détournement de la règle et d’énerver les organisateurs du spectacle avec lesquels les supporteurs entretiennent parfois des rapports conflictuels. Elle est un pied de nez à la FIFA.

Les diffuseurs (chaînes de télévision et radio) doivent rapidement trouver une parade à l’instrument de parade… Plus question de multiplier les micros d’ambiance auprès des tribunes populaires. Les commentateurs doivent s’équiper de microphones spéciaux censés atténuer le vacarme et de casques utilisés pour les retransmissions de courses de Formule 1.

Conclusion
La vuvuzela ne peut être politiquement bannie en plein milieu de la compétition. Les organisateurs de spectacles sportifs et les gestionnaires de stade en tireront cependant toutes les leçons. La trompette est aujourd’hui tellement renommée qu’elle est spécifiquement interdite à travers le monde entier dans certains stades et lors de certains tournois de football, mais aussi de cricket, de baseball, d’ultimate fight, de hockey, de basket-ball, de rugby, de tennis, etc.

Les organisateurs de spectacle sportifs – dans notre cas la FIFA et les chaînes de télévision diffusant la coupe du monde de football – attribuent aux supporteurs et aux fans le double rôle d’acheter des billets, mais aussi d’aider gratuitement à la commercialisation des places restantes auprès des autres spectateurs. Quand l’absence des premiers est potentiellement trop risquée économiquement, ils n’hésitent pas à encourager les passions, si ce n’est exacerber les tensions afin de mieux commercialiser l’événement auprès des diffuseurs. Tant pis si le phénomène leur échappe et que des excès en sont la conséquence. Ils les dénonceront comme pour la vuvuzela ou s’excuseront platement :

« Pour rendre le derby FC Zürich-Grasshoppers Zürich (0-1), plus attractif et plus passionnant, la chaîne de télévision suisse SRF a rajouté au son des bruits de foules et des chants de supporters. Problème, la supercherie a vite été découverte puisque les dix premières minutes de la rencontre se sont déroulées dans un stade Letzigrund désert, les supporters des deux équipes ayant décidé de manifester leur mécontentement envers la répression contre les ultras. SRF s’est depuis excusé : “Dans le but de rendre le match le plus attractif possible, des chants de supporters ont été rajoutés, a indiqué la chaîne dans un communiqué. Cette décision a été prise sous la pression. C’était une erreur. Nous nous excusons. La manipulation de son ou d’images n’est pas autorisée.” »[4]

Cet article est issu des Actes du 3e Congrès international sur les Ambiances, “Ατμοσφάιρες Αυριο – Ambiances demain – Ambiances, tomorrow”, Volos (Gr), Sep. 2016, sous la direction de Nicolas REMY et Nicolas TIXIER, Volos: International ambiances network & University of Thessaly (Dept. of Architecture), 2016, vol. 2, pp. 963-968, ill.

Bibliographie

Bale J. (2011), Sport, Space and the City, Caldwell (NJ), Blackburn Press (première éd. 1993)
Raspaud M. (2010), Histoire du football au Brésil, Paris, Ed. Chandeigne
Roux J.-M. (2014), L’ambiance des stades, Urbanisme, 393
Sansot P. (1986), Vers une sociologie des émotions sportives, in Sansot P., Les formes sensibles de la vie sociale, Paris, PUF
Swanepoel DW, Hall III J, Koekemoer D (2010), Vuvuzela – good for your team, bad for your ears, South African Medical Journal, 100 (2), Cape Town, South Africa, pp. 99–100.
Taylor P. (1990), The Hillsborough Stadium Disaster, 15 April 1989. Inquiry by the RT Hon. Lord Justice Taylor, Final Report, Presented to Parliament by the Secretary of State for the Home Department by Command of Her Majesty, Londres, HMSO, Home Office

[1] http://www.lemonde.fr/sport/article/2010/06/16/rehabilitation-en-musique-du-vuvuzela_1373625_3242.html
[2] http://www.lequipe.fr/Football/Actualites/Des-chants-de-fans-rajoutes-a-la-tele/371124, 15 mai 2013.
[3] Fédération Internationale de Football Association (FIFA), Union Européenne des Associations de Football (UEFA) et Fédération Française de Football (FFF).
[4]http://www.uefa.com/MultimediaFiles/Download/competitions/Ticketing/02/25/56/32/2255632_DOWNLOAD.pdf

 

 

High fidelity

As a French Urban designer and a regular attendee at games of ASSE, attending a football game in Brazil at Estádio Palestra Itália[1] (Palmeiras, Saõ Paulo), gives the opportunity to verify if the atmosphere of “fans” and ultras in French stadia can match their distant models the “torcidas organizadas” from Brazil.

Façade principale de Geoffroy-Guichard
Façade principale de l’Estádio Palestra Itália

In Stade Geoffroy-Guichard (St-Etienne) as in Estádio Palestra Itália (Palmeiras), stadia are getting old and more or less decrepit. Often patched up since their construction in the 1930s, the popular stands have rare privileges nowadays. You still can watch the game standing in the terraces (gradins or arquibancadas) and they are even close enough to the pitch to smell the wet grass.

In contrast to the modern sports arenas so often located on the outer fringes of cities, they are situated in their city and also afford a view on it. At Saõ Paulo, the Estádio Palestra Itália is constructed in the Greek style of the Olympic Games, a horseshoe shaped bowl. The stadium stages the city landscape: in the foreground there are palm trees symbolising the club and in the background the vista is the skyline made of favelas and skyscrapers.

The Estádio Palestra Itália and its urban landscape

In France the Stade Geoffroy-Guichard is an English-style stadium with four grandstands staring at each other across the pitch. Between the stands the vista comprises the city factories, bars and towers and affords panoramas of the surrounding hills. In both cases, there is the same coupling of verticality and horizontality.

Geoffroy-Guichard and its industrial background

In both stadia, heterogeneous groups of fans are the main factors of atmosphere. They are massed in the popular stands and are gathered in torcidas organizadas or ultras sections. Their singing is powerful and polyphonic and carries a national reputation. The rhythm of their bands (drums, choirs) can be monotonous or hectic according to match scenario and they continue regardless of the opposing teams’ goals. The same rhythms are to be found in both stadia (sambas[2], macarena, Manu Chao, etc.) even if musical references are rarely common.

There is on the other hand a difference between the areas allocated to visitors. While in St-Etienne the away stand is situated in the grandstand, physically closed and in visually contact with the home fans in the main kop, the visitors of the Palestra Itália are placed at the end of the horseshoe, far from eyes and from the hearts of paulistes’ torcidas. Plastic covers and advertisements prevent any hope of opposing fans locking glances or making physical contact.

In both stadia emblems and flags of the supporters make similar references to the bad boys of comics such as Bart Simpson, Satanas and Diabolo or Mancha negra[3] (Phantom Blot). More surprising is the flag of the house of Savoy[4] which flies in both stadia. This similarity has arisen because of the Savoyard origins of certain fans of the AS St-Etienne and the Italian background of the club of Palmeiras called back by the flag of the house of Savoy.

Mancha negra

From a simple view of this comparison, we can advance the idea that the atmosphere of the big French stadiums show a « high fidelity » with their distant Brazilian models. With the new ultramodern and secure arenas promised by France and Brazil for their future international competitions, could these remarkable atmospheres be exploited to enrich the new models of stadia design? The projects of current stadia almost never take into account the notion of atmosphere. They are mainly interested in the constructed dimension and in the exploitation of spectators as consumers. This attitude results in a double phenomenon in new stadia design: an improvement of the architectural quality but with the progressive impoverishment of the qualities of uses and emotions.

Drapeau de la Torcida academica da Savoia


N.B. This article has been written in 2010 for  www.ambiances.net, March 2010. It refers to Geoffroy-Guichard before the Euro 2016’s modifications. The Estádio Palestra Itália has been demolished in November 2010…

[1] Also called Parque Antártica.
[2] Mancha verde, one of Palmeiras torcidas, is also a school of samba.
[3] Mancha negra is an enemy of Mickey, more active in Brazil than the ‘French’ Pat Hibulaire.
[4] The club was established by Italian immigrants and is called Palestra Itália up to the Second World War.