Archives de catégorie : Tribune libre

Tribune libre rassemblent des billets d’humeur ou d’actualité sur la question des stades.

Perivolia municipal stadium, a ground with a citrus smell

Looking for a stadium in Creta (Greece) for groundhopping purpose, can be a very exciting leisure if you are not using a GPS (sat nav). I have tried it with the home stadium of Platanias FC in Chania – or Xania – in the North-western part of the island. But the try is definitely worth if you are not a fan of starchitecture, tradium or international stadia manufactured ambiance.

 

Not being an expert of Greek Superleague, it will be difficult to realize that Chania has, in fact, a team playing in top division since it is named Platanias FC1. The Chania’s club is named from the place it comes from: an awfully touristic small town on the Cretan Sea. Platanias is a deme, a local community different from the one of Chania, located 10 km (6,2 miles) eastward. But Platanias FC is not playing there anymore, rather in Perivolia which is a village in Mournies…  a regional unit of Chania’s municipality.

Do not make any mistake with another Mournies in Creta ; a village nearby Ierapetra, same island, but on the south-eastern part, facing the Libyan Sea. If you are there looking for the stadium right in time for kick-off, you will be disappointed… Perivolia is also a location nearby Réthymnon, the third largest city in Creta, one hour ago by car from our Perivolia. Different mistake… same punishment: no game in time!

Once you know, for sure, that Platanias FC’s ground, Perivolia Municipal Stadium, is to be found nearby Chania, somewhere over the national road, toward the South, you are almost there. Do not be ashamed to get lost again, you are not the only one. The roads leading to the place are tricky and you do not expect a stadium in such a rural area. Many other people got lost before you, many Greeks fans amongst them. A small stadium nearby is covered by spray paints of Attica fans that probably made a mistake and spoiled some precious spray cans.

Arriving to Perivolia municipal stadium from the countryside roads.

Once you are there, you start to wonder why a town planning authority has decided that such a small lot of land, surrounded by fields, would be an ideal location for a national sport ground. It is just a tiny building plot in the countryside, surrounded by a small road leading to the industruous suburbs of Chania, a weird « fairy land », a 5×5 soccer, some citrus fields with its characteristic red-orange soil, and some olive trees.

A strange neighbourhood…

But was it planned? Never mind. In 1959, some persons decided that the land was available and they built a national stadium. The stadium  was later  « given » to the municipal authority of Chania and renovated in 2012 (consequence of the economical crisis or promotion of Platanias FC to top division?).

The stadium is located 4 km South of Chania, nearby the national road, completely outside the city. You access it either by a suburban road (Eleftherias) or by small countryside roads. The only sign of an urban life is the bus stop and its two typically Greek small chapels.

Bus stop and last stop for praying for Platanias FC.

Do not except to be guided by the floodlights or a name over the roof advertising a beer or insurance company: there is no name on the stadium. Not even « Perivolia municipal stadium » on the main stand. There is no car park below or nearby the stadium, and even more, no open space around it. How could people park there?  You cannot walk all around the stadium because of citrus and olive fields. Only two faces are directly accessible from the public realm. The temporary stand built on the East are well above the old fencing wall and you can enjoy the smell and vision of the citrus on the half time. You can almost pick a fruit.

The East stand with its citrus foreground.

The stadium is painted in blue and white, not red and white, colors of Platanias FC. Are those colors a remaining of the national ownership? Is dedicated to Uruguay or Argentina? Maybe Manchester City or Maracanã?

Southside wall with its blue gate dating from the time it was a national stadium?

The outside walls seems to be regularly bleached by the municipality to cover the away fans signatures. The stadium is surrounded a by a small wall (2 m. or 6,56 ft high) directly on the road. It is surelevated by a fence made or iron grid used for the building industry, a typical way of fencing field and house in Creta.

White bleached wall and its hand-made fencing.

The stadium is nevertheless beautiful under the Summer sky, when empty. The ambiance is absolutely peaceful. The stunning landscape of laurels, olive and citrus trees  with the mountains in the distance (Lefki Ora, the white mountains) and the smell of eucalyptus trees contribute to the success of the location. At the end, we can have only one regret: Platanias was playing away in AEK Athens this very week…

  1. The club is currently competing in the Superleague for the first time in its history, after winning the promotion play-offs of 2011–12. It is even the only cretan club playing at that level, OFI and Ergotelis, the far better known clubs of Heraklion, being in the second division []

Le fardeau de Furiani

Les clubs de football français sont des entreprises de spectacle sportif fragiles. Contrairement aux clubs des ligues fermées nord-américaines, la rétrogradation sportive peuvent les frapper. Quand le club est économiquement fragile, c’est alors une rétrogradation administrative qui s’en suit, faisant passer le club en quelques semaines du statut professionnel au statut amateur. Le stade, outil de travail principal du club, devient alors trop coûteux… et les collectivités locales héritent d’un fardeau lourd à porter. Le Mans et Grenoble en ont fait la cruelle expérience par le passé. Bastia (Corse) est en train de la vivre.

Le stade de Furiani. Photo: Dany Tolenga, 2012. http://www.info-stades.fr/stade/23/bastia-stade-armand-cesari-furiani

Rétrogradation sportive et rétrogradations administratives
Le Sporting Club de Bastia (SCB) est un pensionnaire historique de la Ligue 1 de football avec 34 participations cumulées. Vainqueur d’une coupe de France et finaliste de la coupe de l’UEFA, il fait partie du patrimoine du sport français. Son stade, Armand-Cesari, est plus connu sous le nom de stade de Furiani, du nom de la localité proche de Bastia qui l’accueille. Il est réputée pour son ambiance survoltée en dépit de sa petite capacité (16 000 places) et de sa vétusté. Il est aussi connu pour l’effondrement d’une tribune provisoire lors de la demi-finale de la coupe de France de football qui fit 18 morts et 2 357 blessés en 1992. Le stade de Furiani appartient à la Communauté d’Agglomération de Bastia (CAB) qui le loue au club via une convention avec sa Société anonyme sportive professionnelle (SASP) .

Le club a été relégué sportivement en deuxième division nationale (L2) en mai 2017. Couvert de dettes, il a été ensuite rétrogradé administrativement en National 1 – la troisième division nationale – par la DNCG (Direction Nationale de Contrôle de Gestion, cf note infra), le « gendarme financier » du football français. La sanction a été confirmée en appel, puis par un avis du Comité national olympique et sportif français (CNOSF). Mais la DNCG et le Comité exécutif de la Fédération française de football n’ayant pas validé à ce jour le budget bastiais pour le National 1, le SCB pourrait finalement évoluer en National 3, soit le cinquième niveau national, dans lequel jouait l’équipe réserve1. Le club perdrait alors son statut professionnel et devrait repartir sous l’entité de son association (et non plus la SASP, en liquidation), détentrice du numéro d’affiliation.

Quid du stade Furiani?
Que deviendrait alors le stade de Furiani ? Le club redevenu amateur n’aura pas les moyens d’y évoluer, pas plus d’ailleurs que l’autre club amateur de la ville, le CA Bastia, qui évolue depuis juillet 2017 au stade municipal Paul Antoniotti de Borgo, une commune de la périphérie bastiaise.

Le club corse doit, selon l’AFP citée par L’Equipe, une somme de 500 000 euros à la communauté d’agglomération de Bastia (CAB). « Le stade Armand-Cesari génère des coûts fixes estimés à 1,5 million d’euros par an, selon la CAB : 5 à 600 000 euros sont destinés à l’entretien de la pelouse, l’éclairage et les assurances, 400 000 euros servent à l’entretien des bâtiments, bureaux, tribunes et toitures, et enfin 500 000 euros servent à payer l’annuité d’emprunt ».

La CAB s’interroge actuellement sur les conditions futures d’utilisation du stade ainsi que sa finalité.  Elle a, de plus comme le précise L’Express, saisi le tribunal administratif de la ville car elle doit également faire face à une « détérioration de la pelouse, qui semble inutilisable, faute d’entretien depuis plusieurs semaines. Jusqu’à présent, la convention bipartite stipule que cet entretien est entièrement à la charge du club ». Un expert doit être désigné ; une démarche indispensable, selon la CAB, afin de « disposer d’un cadre juridique approprié pour défendre et préserver le stade ».

Cette catastrophe sportive et économique nous interroge, non seulement sur la nature des relations public-privé en matière de gestion des stades d’équipes professionnelles, mais aussi sur la difficulté à conjuguer, dans le cas des ligues ouvertes européennes, l’incertitude sportive avec l’incertitude économique.

Note: La Direction Nationale de Contrôle de Gestion est une commission indépendante hébergée par la Ligue de football professionnel (LFP), chargée de surveiller les comptes des clubs de football professionnels en France. Après examen de la situation d’un club, notamment de sa situation juridique et financière, la DNCG peut prendre une ou plusieurs décisions concernant l’effectif et la participation du club aux compétitions. Les sanctions concernant l’effectif peuvent être : 1/ une interdiction partielle ou totale de recruter de nouveaux joueurs, 2/ un recrutement contrôlé avec limitation du budget prévisionnel ou de la masse salariale prévisionnelle, les contrats de joueurs devant alors être homologués par la DNCG, ou 3/une limitation du nombre de joueurs du club pouvant être mutés dans l’équipe première.
Les décisions de la DNCG concernant la participation du club aux compétitions peuvent être : 1/une rétrogradation dans la division inférieure, 2/ une interdiction d’accession à la division supérieure, ou 3/une exclusion des compétitions.
Sources: https://fr.wikipedia.org/wiki/Direction_nationale_du_contrôle_de_gestion

  1. La FFF (Fédération Française de Football) a entériné depuis la publication de l’article le départ au cinquième échelon []

Des stades déjà rentabilisés pour les JO 2024?

Le 11 juillet 2017, les représentants de la candidature de Paris pour accueillir les JO de 2024 , les coprésidents Tony Estanguet et Bernard Lapasset ainsi que la maire de Paris Anne Hidalgo, ont présenté le projet de candidature au Comité international olympique (CIO). Paris est désormais seule en lice pour accueillir cette édition après l’accord entre le CIO et Los Angeles qui se propose d’organiser l’édition de 2028. Le dossier de Paris repose sur l’utilisation au maximum des sites et équipements déjà en place afin de réduire les coûts. Mais nécessiteront-ils vraiment aucun travaux?

Fort logiquement, le dossier français fait la part belle, pour le tournoi olympique de football, aux stades qui ont été construits ou rénovés pour l’Euro 2016 de football ou qui doivent servir lors de la Coupe du monde de rugby 2023, pour laquelle la Fédération Française de Rugby (FFR) s’est déclarée candidate le 9 février 2017.

Le tournoi olympique sera réparti dans neuf stades :
– Parc des Princes (48 500 places) à Paris
– Stade Pierre-Mauroy (50 000 places) à Villeneuve-d’Ascq
– Stade de la Beaujoire (37 500 places) à Nantes
– Groupama Stadium, ex-Parc OL (59 000 places) à Décines
– MatMut Atlantique (42 000 places) à Bordeaux
– Stade Geoffroy-Guichard (42 000 places) à Saint-Etienne
– Allianz Riviera (35 000 places) à Nice
– Stadium de Toulouse (33 000 places)
– Stade Orange ex-Vélodrome (67 000 places) à Marseille

En-dehors du Parc-des-Princes, tous les autres figurent dans la liste des neufs stades prévus pour accueillir le rugby en 2023. Huit d’entre eux (exception faite de la Beaujoire) ont déjà accueilli l’Euro 2016. Un groupe d’une dizaine de stades se détachent donc désormais en France pour accueillir les grandes compétitions en raison de leur taille et de leur niveau d’équipement plus que pour la répartition géographique1.

Si le principe de faire l’économie de la construction de nouveaux stades pour les seuls Jeux Olympiques semblent un principe de bon sens, le dossier de Paris ne sous-estiment-ils pas cependant les coûts de remise aux normes de ces équipements, douze ans après leur livraison? L’exemple actuel du stade de la Licorne à Amiens n’incite pas à l’optimisme. Le stade du club d’Amiens, qui vient de rejoindre la première division nationale en football, a été livré il y a moins de 18 ans. Il va devoir pourtant faire l’objet de travaux de rénovation de toiture pour 8,8 millions d’euros ainsi que d’autres aménagements (nouveaux sièges pour 660 000 €, éclairage pour 350 000 € et vidéoprotection pour environ 300 000 €) afin de répondre aux exigences de la Ligue.

 

  1. les Hauts-de-France, l’Ile-de-France, PACA et Auvergne-Rhône-Alpes ont chacune deux stades alors que l’est et le grand ouest et le centre de la France en sont dépourvus []

Groupama stadium

Après plusieurs années de recherche, le club de Lyon vient d’officialiser le 12 juillet 2017 la signature de la convention de naming de son nouveau stade de Décines. Exit le Stade des Lumières ou le Parc OL, veuillez dire maintenant le Groupama Stadium.

Suivant l’exemple des clubs nord-américains, britanniques ou allemands, certains clubs français cherchent de plus en plus à diversifier leurs sources de revenu et les rendre pérennes sur plusieurs années en pratiquant le naming. Cet anglicisme désigne une pratique qui consiste à renommer temporairement – généralement une dizaine d’années –  un équipement sportif du nom d’un mécène. La pratique n’est pas récente. Le pionnier français est Le Mans (MUC 72) qui obtient des Mutuelles MMA, dès 2007, quelques 10 millions d’euros sur 10 ans pour son nouveau stade.

Les sommes récoltées en France sont généralement très en-dessous de ce que les entreprises anglo-saxonnes acceptent d’investir.  En 2011, « La banque américaine JP Morgan a ainsi déboursé 300 millions de dollars (220 millions d’euros) sur 10 ans pour prêter son nom au Madison Square Garden des New-York Knicks (NBA). »1 Les principaux contrats signés à ce jour en France  ne concernent que des assureurs et ne dépassent guère les 20 millions d’euros sur 10 ans, comme pour le Matmut Atlantique de Bordeaux en 2015. Des chiffres qui ont certes doublé en 8 ans, tout en restant très bas… au point que certains clubs préfèrent parier sur leur nom historique (PSG et son Parc-des-Princes) ou choisissent à contre-courant de continuer d’honorer anciennes gloires locales (stade Jean-Bouin d’Angers renommé en 2017 Raymond-Kopa ou stade Pierre-Mauroy de Lille).

L’Olympique Lyonnais cherchait depuis 18 mois un mécène pour le naming du nouveau stade de Décines, un mécène capable de s’engager sur un « partenariat industriel global, moderne et innovant » pour reprendre les termes du club. D’après Lyon Capitale, l’objectif visé, 8 à 10 millions d’euros par an ne sera pas atteint, même si le contrat devrait osciller, selon les résultats sportifs entre 5,5 et 7 millions d’euros. Il inclurait aussi le naming du centre d’entraînement (Groupama OL Training Center) et celui du centre de formation (Groupama OL Academy), qui rapportait jusqu’ici un million d’euros par an. La confidentialité de l’accord ne permet pas de savoir si le sponsoring maillot entre en compte.

Selon le club, l’assureur verra son nom associé non seulement à l’extérieur du stade mais aussi « dans l’arène, sur le parcours des clients VIP et du grand public, ainsi que dans les zones sportives, et permettra à Groupama Rhône-Alpes Auvergne d’utiliser l’image du stade pour promouvoir ses offres et services. Groupama Rhône-Alpes Auvergne bénéficiera (…) d’un dispositif réceptif d’envergure lors de tous les événements organisés au Groupama Stadium, avec l’utilisation des espaces 365 jours par an ».

La durée du contrat, trois ans seulement, alors que ce type de mécénat s’étend généralement sur dix ans, laisse quelque peu interrogatif, tout comme les objectifs de la « structure commerciale commune » qui sera créée dans le cadre du partenariat.

Il ne faudra pas confondre le Groupama Stadium, à Décines, et le Groupama Aréna… le stade du Ferencváros TC situé à Budapest (Hongrie) et qui a été construit à l’emplacement du Stade Flórián Albert, ancien stade du club, démoli en 2013.

L’entrée principale du Groupama Aréna avec la statue de Flórián Albert (à gauche) et la statue de Ferenc Springer (à droite). source: Kispados, wikipédia hongrois

Après le MMArena du Mans, le Matmut Atlantique de Bordeaux, l’Allianz Riviera de Nice, les assureurs prennent de l’assurance dans le naming des stades de football français. L’assurance que le spectacle sera au rendez-vous?

  1. «Le “naming” débarque en France… avec ses contradictions», France 24, 27 janvier 2011 []

Neuf stades retenus pour la candidature au Mondial 2023 de rugby

Neuf stades et villes ont été retenus dans le dossier de candidature  pour accueillir des matches de la Coupe du monde 2023 que doit remettre la France jeudi 1er juin 2017 à World Rugby. Plusieurs villes sélectionnées lors de la première sélection disparaissent de la liste: Paris, Lens et Montpellier.

Les neuf villes sont Lille (stade Pierre-Mauroy), Nantes (La Beaujoire), Bordeaux (Matmut Atlantique), Toulouse (Stadium), Marseille (Vélodrome), Nice (Allianz-Riviera), Lyon (Parc OL), Saint-Etienne (Geoffroy-Guichard) et Saint-Denis (Stade de France).

Le comité de candidature  avait déposé la candidature de Paris en laissant ouvert le choix entre Jean-Bouin et le Parc-des-Princes. D’après l’AFP, ce dernier souhaitait retenir le Parc-des-Princes « mais n’a pu obtenir l’accord de la mairie de Paris, liée par une convention d’occupation à QSI, le propriétaire qatarien du club de football du Paris Saint-Germain opposé à la tenue de matches de la Coupe du monde 2023 dans le stade. La ville de Paris, même si elle n’accueillera pas de matches, a néanmoins été retenue comme ville hôte de la compétition ». Jean-Bouin paie quant à lui sa trop faible capacité (20 000 places).

La fédération française de rugby (FFR) remettra jeudi à Dublin à World Rugby, la Fédération internationale, son dossier de candidature pour l’organisation.  La France est en concurrence avec l’Irlande et l’Afrique du Sud. Elle met en avant dans son dossier la qualité et la capacité importante de ses stades (2,6 millions de spectateurs, dont 336.000 places d’hospitalités), dont huit ont accueilli l’Euro 2016 de football. Cette capacité permettrait de rapporter 500 millions d’euros à World Rugby via la redevance, les hospitalités, le merchandising ou encore les droits télévisuels.

La Coupe du monde 2015 en Angleterre avait rapporté 300 millions d’euros à World Rugby.

Cricket ground au Parc Mistral

Quand un stade se conçoit avec un parvis au lieu d’un glacis autour de lui, il permet parfois des usages inattendus de l’espace public. Exemple avec le parvis du Stade des Alpes.

Depuis trois mois, les samedis-dimanche et lundi, le parc Mistral de Grenoble, à deux pas du Stade des Alpes, se transforme en cricket ground dès qu’il fait beau. Un groupe d’étudiants et d’employés indiens, pakistanais, sri-lankais et afghans s’y retrouve pour jouer au cricket avec des balles de tennis.

Partie de cricket sur le parvis du Stade des Alpes (Grenoble). 15 mai 2017
Campement de migrants, Stade des Alpes, 18 mars 2017

De l’autre côté du stade, sur la continuité du parc Mistral en direction de la bretelle d’autoroute, le stade côtoie un campement de migrants vivant dans des abris de fortune. Deux faces de la mondialisation à Grenoble…

Violence et stade, de Pompéi à Furiani

Sièges brûlés ou arrachés, toilettes vandalisées au Parc OL (Décines) dans un secteur occupé par des supporters parisiens lors de la finale de la Coupe de la Ligue le 1er avril 2017. Violents incidents (douze interpellations et sept blessés) autour et dans le même Parc OL lors de la venue du Besiktas d’Istanbul en quarts de finale de la Ligue Europa le 13 avril 2017. Invasions de terrain par des fans, violences sur des joueurs, jets de projectiles sur un bus lors du match de championnat SC Bastia-O. Lyonnais le 16 avril au stade de Furiani. La violence s’invite à nouveau dans les stades français.

Ces incidents rapprochés mettent en lumière une série de dysfonctionnements en terme d’organisation de la billetterie, des déplacements de fans (officiels et « indépendants »), de la sécurité publique dans et autour des enceintes, de la gestion des flux de personnes dans les stades, de la communication avant les matchs, etc. Le tout dans un contexte géo-politique parfois tendu1. La violence au stade est tout sauf un mal du siècle ou du football. Petite mise en perspective historique avec les Romains et le souvenir d’un affrontement violent à Pompéi.

 

Le massacre de l’amphithéâtre de Pompéi
Les combats de gladiateurs (munera) naissent, comme nous le rappelle Tertullien, dans le cadre de cérémonies d’hommage funéraire. Le sang coule en mémoire d’un cher disparu et en sacrifice pour honorer les dieux. La violence est alors restreinte à l’arène. Rapidement le combat devient spectacle chez les Romains, offert par un mécène – un évergète – à son peuple. La place publique ne suffit plus à accueillir les spectateurs et des équipements dédiés apparaissent: les amphithéâtres. Le supportérisme se développe, parfois encouragé avec des arrières pensées politiciennes par les notables eux-mêmes… conduisant à des excès dont Pompéi nous a transmis des traces.

En 59 après J.C., un combat de gladiateurs donné à Pompéi se termine par le massacre des habitants d’une colonie de Campanie, Nucérie, venus assister au spectacle. Deux documents nous relatent l’évènement à leur manière: le premier est un texte de Tacite2, le second une fresque provenant d’une maison pompéienne aujourd’hui conservée au Musée archéologique national de Naples. Voici ce que Tacite – qui n’est pas un contemporain  – dit de l’évènement:
« Un incident futile provoqua un affreux massacre entre les colons de Nucérie et ceux de Pompéi, lors d’un spectacle de gladiateurs, donné par Livineius Regulus, dont j’ai rapporté l’exclusion du Sénat. En effet, en échangeant des invectives selon la licence propre aux petites cités, ils se lancèrent des injures, puis des pierres, enfin des armes, et la victoire resta à la plèbe de Pompéi, où se donnait le spectacle. Aussi transporta-t-on dans la Ville beaucoup de Nucériens, le corps mutilé à la suite des coups reçus, et un grand nombre pleuraient la mort d’un fils ou d’un père.
Le jugement de cette affaire fut remis par le prince au Sénat, par le Sénat aux consuls. Puis l’affaire étant revenue devant le Sénat, on interdit pour dix ans à la municipalité de Pompéi ce genre de réunions, et les associations qui s’y étaient fondées au mépris des lois furent dissoutes ; Livineius et les autres auteurs de la sédition furent punis de l’exil. »

Fresque d’une maison de Pompéi représentant l’affrontement entre Pompéiens et Nucériens

La fresque ci-dessus montre combien l’affrontement entre spectateurs déborde de l’arène et ses tribunes pour se poursuivre dans la ville, se transformant en chasse à l’homme. Simple cas de violence de fans d’extraction modeste et issus d’une « petite cité »? L’historienne Valérie Huet nous donne une autre explication dans un article de la revue Histoire urbaine. Il s’agit bien pour elle d’une forme archaïque d’hooliganisme, forme qu’elle relie d’ailleurs à l’organisation sociale des groupes hooligans néerlandais des années 1990. Elle propose même d’attribuer la fresque, non plus à un ancien gladiateur devenu libre, comme c’est généralement le cas, mais à « une sorte de « hooligan », c’est-à-dire un homme appartenant à une catégorie relativement modeste de la population et qui tirerait gloire et fierté de sa participation à une violence dont l’écho était parvenu jusqu’à Rome et avait même déclenché ses foudres ».

La lecture géo-politique des incidents
Pour Valérie Huet, comme pour beaucoup d’autres spécialistes, le massacre ne peut être compris qu’en se limitant aux motivations des seuls hooligans pompéiens. Pompéi et Nucérie sont en fait alors deux colonies romaines, i.e. des établissements créés par l’État romain et destinés au contrôle d’un territoire conquis. Elles sont toutes deux situées dans la même vallée du Sarno et en conflits profonds. Nucérie, moins connue aujourd’hui que Pompéi,  est une ville samnite d’origine, située au centre italique de la Campanie méridionale. Valérie Huet nous rappelle que, bien que samnite3, Nucérie se caractérise par sa loyauté sans faille à l’égard de Rome, contrairement à Pompéi qui, ayant pris parti contre le pouvoir central lors de la guerre sociale, perdit son indépendance en devenant une colonie syllanienne.

Deux ans avant le massacre, Rome autorise d’ailleurs l’augmentation du nombre des colons à Nucérie, ce qui ruina ainsi les espoirs des Pompéiens de contrôler des territoires ayant un temps appartenu à Stabies, une troisième ville portuaire, dont l’arrière-pays était à portée des deux autres villes. Valérie Huet conclut qu’il est « probable qu’eut lieu entre les deux colonies une redélimitation des territoires donnant l’avantage à Nucérie (…) et évident que parmi les spectateurs et les faiseurs de troubles se trouvaient des colons cultivateurs n’ayant pas pu étendre leurs terres ».

Quand la violence au stade ne peut se comprendre qu’avec un peu de géo-politique…

 

Pour en savoir plus
Huet Valérie, « La représentation de la rixe de l’amphithéâtre de Pompéi : une préfiguration de l’ « hooliganisme  » ? », Histoire urbaine, 2/2004 (n° 10), p. 89-112. URL : http://www.cairn.info/revue-histoire-urbaine-2004-2-page-89.htm
Tacite, Annales XIV, 17
Tertullien, Oeuvres complètes, traduites du latin par Antoine-Eugène de Genoude, Les Belles Lettres, « Classiques favoris », 1168 p.

Source de l’image à la une http://ventomeridionale.blogspot.fr/2012/02/amphitheatre-of-pompeii-blood-and-sand.html

  1. Ces matchs se tiennent à quelques jours d’élections nationales en Turquie – référendum sur la constitution turque qui a vu des pays européens interdire des meetings pro-gouvernementaux au motif de troubles potentiels à l’ordre public – et en France avec le premier tour de l’élection présidentielle []
  2. Tacite, Annales XIV, 17 []
  3. Les Samnites sont un groupe de tribus du Sud des Apennins, définitivement soumis par Rome en 290 av. J.C. []

Le stade Léo Lagrange

Penchons-nous sur Léo Lagrange avant que les effets du naming et/ou les exigences d’honorer les nouveaux héros n’entraînent l’effacement de son nom des façades de nos stades. De Besançon à Nice, de Toulon à Bonneuil-sur-Marne, nombre de stades portent en effet son nom. Qui est-il au juste et pourquoi tant de stades l’honorent-ils ainsi?

 

Léo Lagrange (1900-1940) était un avocat, homme politique membre de la Section française de l’Internationale ouvrière (SFIO, ancêtre du Parti Socialiste) et rédacteur au Populaire, l’organe de presse de la SFIO. Membre des Éclaireurs de France dans sa jeunesse, engagé volontaire en 1917, il devient député en 1932 puis est nommé, lors du Front populaire (1936), sous-secrétaire d’État aux Sports et à l’Organisation des loisirs auprès du ministre de la Santé publique, Henri Sellier… qui est par ailleurs une figure tutélaire de l’Urbanisme français1.

Léo Lagrange, Ministre des Loisirs (1936) d’après https://fr.wikipedia.org/wiki/Léo_Lagrange

C’est la première fois qu’un tel portefeuille est crée pour prendre en compte la jeunesse, les sports et les loisirs et Léo Lagrange va lui imprimer sa marque. Refusant le sport spectacle et le sport professionnel, il met en place une politique nationale du sport pour tous. Sollicité pour construire un grand « stade de France » pour accueillir la Coupe du monde de football de 19382, il déclare que « notre souci est moins de créer des champions et de conduire sur le stade 22 acteurs devant 40 000 ou 100 000 spectateurs que d’incliner la jeunesse de notre pays à aller régulièrement sur le stade, sur le terrain de jeux, à la piscine…»

Reprenant la vision hygiéniste, sociale et culturelle du sport populaire inventée par Edouard Herriot à Lyon dès 1913, Léo Lagrange fait le choix d’équiper les communes françaises d’équipements sportifs et de stades pour la pratique de tous au détriment des clubs professionnels: « Je crois que le jour où l’on a admis que le jeu sur le stade pouvait être l’occasion de profits importants, on a fortement atteint la moralité du sport.
 Aussi, de toutes mes forces et quelles que soient les critiques, parfois sévères, dont mon action pourra être l’objet, je m’opposerai au développement du sport professionnel dans notre pays. Je détiens au Parlement la charge de servir les intérêts de toute la jeunesse française, et non de créer un nouveau spectacle de cirque »3.

Opposé à la participation de la France aux JO de Berlin, instrumentalisés par le nazisme, il tente d’organiser une participation française aux Olympiades populaires de Barcelone. Il est défait par un vote à l’Assemblée. Les athlètes français iront à Berlin et les Olympiades de Barcelone n’iront pas au bout, emportées par la Guerre civile espagnole.

Bien que parlementaire, il rejoint l’armée française et est tué au combat en juin 1940. Puissent des stades portant son nom subsister quelques temps encore…

  1. Henri Sellier fonde en 1919 avec Marcel Poëte et Pierre Lavedan, l’École des hautes études urbaines (EHEU), qui devient l’Institut d’urbanisme de l’université de Paris en 1924 []
  2. Léo Lagrange, discussion du budget à la Chambre des députés, 1937 []
  3. Léo Lagrange, Sous Secrétaire d’État aux Sports, aux Loisirs et à l’Éducation Physique, le 3 décembre 1937, à la tribune de la Chambre des Députés []

L’alcool dans les stades

Lors d’une interview dans une émission de la radio RMC,  le 22 mars 2017, le directeur général exécutif de la Ligue de Football Professionnel (LFP), Didier Quillot, lançait l’idée de réintroduire les alcools « légers » dans les enceintes de Ligue 1 et de Ligue 2, avec pour principal objectif de créer de nouvelles sources de revenus pour les clubs. Une charge contre la Loi Evin qui mérite explications.

L’antienne de la concurrence européenne
Didier Quillot, en bon communiquant issu de Lagardère Entertainment, rappelle que – comme en toutes choses aujourd’hui – l’Europe crée une concurrence injuste pour nos clubs. Ou pour être plus précis, que la France, trop restrictive en matière de consommation et de publicité pour l’alcool, empêche ses clubs de lutter à armes égales avec leurs concurrents européens. Pour Didier Quillot « cela fait partie des pistes pour augmenter le chiffre d’affaires. La loi Évin pourrait être utilement améliorée avec deux choses, la vente d’alcools légers dans les stades et la possibilité faite aux entreprises de faire de la publicité pour des boissons alcoolisées, comme en Allemagne, comme en Angleterre. Cela contribuerait déjà à ramener une certaine forme d’équité par rapport à nos concurrents Européens. Cela amènerait également des revenus additionnels pour les clubs, des revenus pendant le match, mais aussi des revenus de sponsoring. » Il ne s’agirait pas d’une amélioration mais d’une dénaturation complète de la loi.

Cette attaque frontale contre la Loi Evin est murement réfléchie. La LFP et l’UNCP mènent campagne depuis quelques années contre la législation avec l’appui d’une partie des hommes politiques français. En novembre 2014, l’Union des Clubs Professionnels de Football (UCPF) publiait un « rapport » intitulé Le décrochage, expliquant que « Depuis la loi Évin, il est interdit aux clubs de football de vendre de la bière ou de faire de la publicité pour des marques d’alcool. Ce n’est pas le cas chez plusieurs de nos voisins européens qui en tirent des revenus significatifs. En Allemagne, en plus des recettes sponsoring, la vente de bière rapporte 40 M€ par an aux clubs de la Bundesliga ».

UCPF, Le décrochage, p.9

L’alcool permettrait donc de booster les revenus des clubs par la consommation et par la publicité, jusqu’à 28,5 millions d’euros par an pour le Premiership anglais. Que reproche-t-on au juste à cette loi Evin?

La loi Evin et ses amendements
La loi Evin – du nom de son rédacteur Claude Evin – est la loi du 10 janvier 1991, n°91-32. C’est une loi de santé publique qui vise à lutter contre le tabagisme en établissant le principe d’une interdiction de fumer dans les lieux affectés à un usage collectif, ainsi que dans les lieux collectifs de transport. Concernant l’alcool, elle limite fortement le droit de faire de la publicité pour les boissons alcoolisées afin de protéger les jeunes des opérations de marketing notamment dans le cadre de manifestations sportives1.

Elle s’inscrit dans le Code de la Santé Publique aux articles L3323-2 et suivants, réglementant la publicité. En vertu de ces articles, la publicité par voie d’affichage dans les enceintes sportives est, par ailleurs, strictement limitée par une recommandation du Bureau de Vérification de la Publicité (BVP) de juillet 2004. La loi Evin, a toujours suscité la colère des producteurs d’alcool, des clubs sportifs professionnels, des gestionnaires de spectacles sportifs et de leurs élus locaux ou au Parlement. Elle a pourtant mis beaucoup de vin dans son eau.

Notons tout d’abord que l’alcool (léger ou fort) coule déjà à flots dans les stades… ou pour être plus précis dans les salons VIP qu’on appelle « loges », « villages »,  ou « bodegas ». La Direction régionale des douanes peut en effet délivrer aux enceintes une licence « Restaurant » prévoyant des boissons alcoolisées en accompagnement d’un repas. Existeraient-ils des comportements différents face à la consommation d’alcool selon que l’on soit spectateurs d’une tribune populaire ou d’un salon? Notons ensuite que quelques dérogations peuvent  être permises, à hauteur de dix dérogations par an pour chaque club. Délivrées par la municipalité et la préfecture elles sont utilisées par plusieurs équipes de Ligue 1, mais aussi dans d’autres sports, comme le rugby.
Ces dérogations à la loi semblent ne plus suffire et certains parlementaires – de droite comme de gauche – reprennent de plus en plus les arguments fournis par les ligues et syndicats de clubs. Ce n’est sans doute pas une coïncidence si l’interview de Didier Quillot intervient un mois après le rapport d’information sénatorial Muscler le jeu du football professionnel  de la Mission d’information sur la gouvernance du football, rédigé par les sénateurs Jean-Jacques Lozach et Claude Kern.
Le rapport sénatorial souligne que : « le dernier gros chantier des modifications législatives à opérer pour rétablir la compétitivité du football professionnel concerne donc une modification de la « loi Évin » afin de permettre la vente d’alcool dans les stades ainsi que la publicité pour certaines boissons alcoolisées. Ces mesures pourraient permettre de rapporter entre 30 et 50 M€ aux clubs professionnels, mais un travail pédagogique est encore nécessaire pour convaincre qu’il est préférable, pour des raisons de sécurité notamment, de gérer une consommation de bière raisonnable dans une enceinte fermée plutôt que d’avoir à faire face aux conséquences dramatiques d’une consommation débridée d’alcools blancs sur les parkings aux alentours des stades. »
Il est intéressant de remarquer que les sénateurs reprennent les estimations de l’UCPF  – entre 30 et 50 millions d’euros par an – et sa motivation (« rétablir la compétitivité du football professionnel ») et qu’ils drapent la mesure de lutte contre la consommation débridée d’alcools blancs en-dehors de stades. Comme si une telle mesure réduirait mécaniquement une autre consommation. Comme si la consommation d’alcool serait plus raisonnable parce que faite au sein d’un stade. Comme si l’alcoolisme dû à la consommation de bière était préférable à celui des alcools blancs. Comme si…  comme si le disent les sénateurs, « un travail pédagogique est encore nécessaire pour (nous) convaincre » que la loi Evin soit l’explication aux échecs sportifs des clubs français en coupe d’Europe…
  1. https://fr.wikipedia.org/wiki/Loi_Évin []

(re)Naming à l’angevine

Alors que bien des stades de l’ère plus que moderne voient leur nom traditionnel être victime du naming, le stade d’Angers se contente de changer de figure tutélaire.

Le naming ou parrainage est une technique de plus en plus développée en Europe qui consiste à renommer, moyennant finance, une enceinte sportive du nom d’une marque ou d’une société pendant une durée plus ou moins longue. Le Vélodrome de Marseille est ainsi devenu l’Orange Vélodrome. Le naming fait le bonheur des happy few, fait rêver beaucoup de dirigeants et effraient nombre de supporteurs ou élus locaux attachés aux traditions.

Loin de ces soucis, la ville d’Angers a décidé cette semaine de renommer son stade Jean-Bouin en stade Raymond-Kopa. La décision a été approuvée par le conseil municipal. Raymond Kopa, qui s’est éteint cette année à l’âge de 85 ans, avait signé son premier contrat professionnel à Angers en 1949 où il n’avait joué que deux ans avant de réussir une brillante carrière au Stade de Reims puis au Real de Madrid.

Jean Bouin, le coureur marseillais, double médaillé olympique en 1908 et 1912, triple vainqueur du Cross des Nations et mort au champ d’honneur en 1914 cède la place au héros de Noeux-les-Mines, footballeur d’origine polonaise devenu international français et vainqueur de la coupe d’Europe.  Du coureur de fond au mineur de fond, à chaque génération ses héros.

Le feuilleton du rachat de Geoffroy, premier acte

Le 7 avril 2017, s’ouvriront les négociations pour le rachat du Stade Geoffroy-Guichard entre l’ASSE, club locataire, et Saint-Etienne Métropole, son propriétaire actuel. En attendant, petit retour historique sur dix mois d’échanges verbaux par presse interposée.

L’ASSE est actuellement locataire d’un stade qu’elle a fait construire en 1931 puis qu’elle a vendu à la mairie avant que celle-ci ne transfert la propriété à son inter-communalité. C’est cette dernière qui a assuré la maîtrise d’ouvrage des travaux de rénovation du stade pour l’Euro 2016 de football (72 millions d’euros). Depuis le stade constitue certes un très bel outil de travail mais le club n’en possède pas la pleine jouissance… au contraire de son voisin lyonnais ou de nombre de grands clubs européens, ce qui semble devoir mettre un frein aux ambitions sportives du club.

Travaux de rénovation du stade pour l’Euro 2016. Juillet 2014.

Lors d’une interview donnée le 8 août 2016 à l’AFP dans les locaux de France Bleue Saint-Etienne Loire, le co-président de l’ASSE, Roland Romeyer, évoque les ambitions européennes du club mais souligne que les grands clubs européens sont dans de grandes villes, or Saint-Etienne ne peut compter que sur 170 000 habitants (population de la seule ville). Le club réaliserait donc de la « sur-performance » eut égard à la taille de sa ville et son budget – le 7e ou 8e budget français – qui peine à dépasser les 70 millions d’euros.

Le co-président évoque la difficulté à faire plus que ce qui a été déjà entrepris en terme d’acquisition de ses outils de travail: « au plan marketing, nous avons repris la gestion de notre boutique, acheté l’hôtel-restaurant le Chaudron vert, nous sommes propriétaires de notre siège-centre d’entraînement et de formation et avons ouvert le premier musée en France consacré à un club (130.000 visiteurs). »

Il entrouvre alors une porte: « pour augmenter le budget, il nous faut devenir propriétaire du stade Geoffroy-Guichard, symbole de l’ASSE, comme l’incite la loi Braillard, ce qui nous permettrait d’en avoir la gestion sept jours sur sept avec l’exploitation des loges 365 jours par an ou d’un restaurant par exemple ». Il rajoute même que les collectivités semblent à l’écoute de l’idée.

Vérification faite par les journaliste de France Bleue, « l’hypothèse a simplement été évoquée verbalement. Pas de réunion, pas de groupe de travail pour évaluer l’intérêt de céder le lieu le plus connu de Saint-Étienne. L’ASSE est donc acheteuse mais Saint-Étienne Métropole n’est pas vendeuse. En tout cas pas encore (…). Saint-Étienne Métropole n’est pas dans l’urgence de vendre : elle reçoit chaque année de la part du club de foot 1,35 million d’euros pour disposer du stade, une somme qui couvre quasiment les coûts d’exploitation annuels du Chaudron avec ses douze employés à temps plein. Mais elle perdrait un patrimoine d’une valeur symbolique très élevée ».

Lors de l’automne 2016 et de l’hiver 2017, les échanges verbaux se multiplient. En février, Gaël Perdriau, maire de Saint-Etienne et président de Saint-Étienne Métropole, ouvre la porte aux négociations lors d’une interview avec France Bleue en rappelant cependant que, dans une vente, « il y a deux choses très importantes et qui sont et seront immuables. C’est un : l’intérêt du club – et quand je dis ça, c’est pas forcément celui des actionnaires – et deux celui de la collectivité donc Saint-Etienne Métropole. C’est ce qui va présider en tout cas les discussions. L’ASSE c’est un vecteur de communication pour le territoire qui est exceptionnel. Notre intérêt c’est que le club puisse se développer comme il le souhaite et atteindre les ambitions que nous partageons. Il faudra discuter du montage, du prix et de l’ambition pour le club. C’est présenté comme étant la solution. Nous voudrions en être sûrs. »

Le prix de 150 millions d’euro est alors avancé par le maire de Saint-Etienne ; prix qui fait bondir le club et s’étrangler son président. Fin du premier acte.

Reprise des négociations le 7 avril…

 

Pour en savoir plus sur l’histoire du stade Guichard:
– Stéphane Merle, « Le stade Geoffroy Guichard de Saint-Étienne, un « monument » du sport local ? », Géocarrefour [En ligne], vol. 79/3 | 2004, mis en ligne le 12 mars 2008, consulté le 22 mars 2017. URL : http://geocarrefour.revues.org/723 ; DOI : 10.4000/geocarrefour.723
– CHARBONNIER Grégory, ROUX Jean-Michel et SANQUER Cendrine, Le stade Geoffroy-Guichard. Un club, un public, Saint-Étienne : Ville de Saint-Étienne, collection Trames urbaines n°5, 2006, 67 p., cartes et ill.

La sélection des stades pour la Coupe du monde de rugby 2023

Le 9 février 2017, la Fédération Française de Rugby (FFR) s’est déclarée candidate pour accueillir la Coupe du Monde de rugby en 2023. Dix-neuf  villes étaient mentionnées lors de la présentation du dossier à la presse. Le Comité Directeur de la FFR vient de dévoiler les douze villes hôtes finalement retenues pour la candidature.

Douze villes mais onze stades ont été retenues (du plus grand au plus petit stade) :
Saint-Denis –Stade de France (80 000 places)
Marseille – Orange Vélodrome (67 000 places)
Lyon – Parc OL (59 000 places)
Lille Métropole – Stade Pierre-Mauroy (50 000 places)
Bordeaux – Matmut Atlantique (42 000 places)
Saint-Etienne – Stade Geoffroy-Guichard (42 000 places)
Lens – Stade Bollaert-Delelis (38 000 places)
Nantes – Stade de la Beaujoire (37 500 places)
Nice – Allianz Riviera (35 000 places)
Montpellier – Stade de la Mosson (32 000 places)
Toulouse – Stadium de Toulouse (33 000 places)

Paris est la douzième ville. Son stade – en plus de Saint-Denis qui accueillera la finale – n’est pas encore connu: Jean-Bouin et le Parc-des-Princes sont les deux options possibles. L’U arena de Nanterre, future stade du Racing 92 a été écartée.

Sept villes se sont désistées entretemps ou n’ont pas été sélectionnées: Valenciennes (Stade du Hainaut), Le Havre (Stade Océane), Rennes (Roazhon Park), Le Mans (MMARENA), Sochaux (Stade Auguste-Bonal), Grenoble (Stade des Alpes) et donc Nanterre.

La FFR a expliqué vouloir déposer le meilleur dossier pour la Coupe du Monde 2023 et  justifie la sélection sur les critères suivants :

  • « La plus grande capacité de spectateurs potentiels (grand public et hospitalités)
  • La plus grande capacité hôtelière
  • Des stades de très haut niveau répondant aux standards des plus grands événements internationaux
  • Des villes hôtes mobilisées et expertes dans l’accueil des événements internationaux »

Notons simplement, qu’en l’état, la sélection fait la part belle aux stades de football. En-dehors du Stade de France, antre des équipes de France de football et de rugby et du Matmut Atlantique de Bordeaux qui accueille quelques affiches de l’UBB (Union Bègles-Bordeaux), les autres stades sont le domicile de clubs de football de Ligue 1 et Ligue 2 (Lens). Quand un club professionnel de rugby jouent dans ces villes, c’est alors dans un autre stade, plus petit: le Stade Ernest-Wallon à Toulouse, le Matmut Stadium de Lyon ou l’Altrad Stadium de  Montpellier.

La fusion n’aura pas lieu

Moins d’une semaine après avoir annoncé la fusion du Racing 92 et du Stade Français lors d’une conférence de presse, de simples communiqués  sur leurs sites internet respectifs mettaient fin à l’ambitieux projet, mort-né le 19 mars 2017.

Alors que la fusion avait été annoncée lors d’un numéro de duettiste, l’arrêt du projet est annoncée séparément par chacun des clubs . Pour le président du club francilien, le constat est amer. Un tel projet ne pouvait pas être que sportif ou économique: « J’ai entendu et compris les fortes réticences qu’a soulevé ce beau projet d’union. En tout état de cause, les conditions sociales, politiques, culturelles, humaines, sportives ne sont pas remplies. Peut-être avons-nous eu raison trop tôt, l’avenir nous le dira… Je n’ai pas mesuré à quel point la nécessité d’expliquer, de faire partager ma vision et d’en présenter les modalités jusque dans les rangs du Racing 92 étaient une priorité absolue. »

Il a manqué l’explication si ce n’est la co-construction du projet avec tous les partenaires. En premier lieu les élus qui s’inquiétaient de l’avenir du stade Jean-Bouin. En second lieu les supporteurs qui rappelaient que l’attachement à un club marque une vie comme ce fan interrogé par Libération : « On a accompagné notre club sur tous les terrains, dans la boue ou dans le froid. Dans les gradins du stade Jean-Bouin, nous sommes assis derrière les poteaux, dans un coin qu’on a la charge d’animer. Toutes ces années, on a laissé beaucoup de nous-mêmes. Mon grand-père et mon père ont joué au Stade français, moi j’ai commencé à l’âge de 5 ans. Ce club, c’est tout un engagement. A Leicester, en Angleterre, il y a un carré pour recueillir les cendres funéraires de certains amoureux du club. Supporteur, c’est à la vie à la mort ! »

 

La fusion du Racing 92 et du Stade Français

Le 13 mars 2017, les présidents du Stade Français (Paris) et du Racing 92 (Hauts-de-Seine) annonçaient par un communiqué de presse la fusion de leurs deux clubs. Ces derniers sont des monuments historiques du rugby français. Ils sont les vainqueurs des deux premières finales du championnat de France (18921 et 1893) et des deux dernières (2015 et 2016). L’enjeu de la fusion est semble-t-il économique et sportif: assurer la conquête de futurs titres dans une économie de plus en plus compétitive2. Qu’en est-il de l’enjeu territorial? Qu’adviendra-t-il des deux enceintes, dont l’une vient d’être rénovée par les collectivités publiques (le Stade Jean-Bouin) et l’autre, financée en partenariat public-privé, est sur le point d’être livrée en septembre 2017 (U Arena)?

 

Un projet éclair
Alors que tous les spécialistes du projet – qu’il soit économique, urbain ou social – expliquent qu’il faut d’abord et avant tout prendre le temps pour que tous les acteurs potentiels soient associés, il convient de souligner que le projet de fusion des deux clubs surprend par sa rapidité, sa méthode et son timing. Le projet s’est construit très rapidement, en un mois et demi, et par un très petit nombre d’affranchis : cinq d’après Le Monde (« outre les deux présidents, le DG du Stade Français, Pierre Arnald, et les deux entraîneurs du Racing 92, Laurent Labit et Laurent Travers »). Le nom du futur club n’étant pas encore trouvé…

La mairie de Paris, à travers un communiqué de sa maire, Anne Hidalgo, regrette d’avoir été alertée, semble-t-il, « quelques minutes avant la presse » ; le Conseil Départemental des Hauts-de-Seine (département d’ancrage du Racing 92) ayant eu une semaine d’avance. Quant au timing sportif… le championnat n’est pas encore fini et les autres clubs s’inquiètent de l’équité sportive quand certains affronteront (ou pas) deux équipes plus ou moins démobilisées si ce n’est en grève.

Rassemblement au Stade Jean-Bouin des joueurs et supporters du Stade Français le 13 mars à la suite de l’annonce de la fusion. www.liberation.fr

Anne Hidalgo  «déplore le fait que les collectivités, les partenaires et les joueurs n’aient pas été associés à cette réflexion. (…) Il est légitime que ces clubs réfléchissent à leur avenir et à leur rayonnement en France et en Europe, mais leurs dirigeants ne doivent pas oublier que ces clubs ont aussi un ancrage local fort, que leur développement et leur réussite sont intimement liés aux villes qui les accueillent, aux supporters qui les soutiennent, et que le Stade Français a en cela une responsabilité particulière vis-à-vis de Paris». Anne Hidalgo prévient que la fusion «ne doit pas tirer un trait» sur les efforts consentis par la Ville de Paris pour rénover le stade Jean-Bouin, qui abrite également le siège du Stade Français.

L’avenir en pointillé de Jean-Bouin
Dans le même communiqué de la mairie, l’adjoint en charge du sport, Jean-François Martins, précise que la collectivité sera particulièrement attentive «à assurer la soutenabilité et l’amortissement des investissements qui ont été réalisés par la collectivité au stade Jean-Bouin». Il faut dire que le Stade Jean-Bouin a été entièrement rénové par la Ville pour les besoins du Stade Français et dans la perspective qu’il puisse servir un jour à l’accueil des jeux olympiques. Les deux présidents ont annoncé que le futur club joueraient pour partie dans la nouvelle enceinte de Nanterre et pour partie à Jean-Bouin, au-moins en attendant la livraison de la U Arena et ensuite quand cette dernière recevra des spectacles.

Jean-Bouin a été construit en 1925, rénové une première fois en 1970 puis une seconde fois en 2013 dans sa configuration actuelle par la Ville de Paris3).  C’est désormais une enceinte ultra-moderne de 20 000 places, située Porte de St-Cloud, dans le XVIe arrondissement de Paris, à deux pas du Parc-des-Princes. Le projet architectural est l’oeuvre de l’architecte Rudy Ricciotti, Grand prix national d’architecture 2006. Le stade comprend 51 loges, un parking de 500 places et une galerie commerciale. Evalué au départ à 111 millions d’euros, le projet a finalement coûté quelques 150 millions.

Vue aérienne du Parc-des-Princes (gauche) et du Stade Jean-Bouin (droite) http://forums.bigsoccer.com

La U Arena de Nanterre
Le Racing 92 attend dans le même temps la livraison de sa nouvelle enceinte – située à proximité de l’Arche de la Défense – dont le maître d’ouvrage est Racing Arena, filiale de la holding Ovalto Investissement créée par Jacky Lorenzetti, EPADESA4 et la Ville de Nanterre, soit un partenariat public-privé.

L’U Arena (appelée ainsi dans l’attente de son naming) a été conçue par un autre grand architecte français – Christian de Portzamparc -pour être une enceinte modulable et polyvalente capable d’accueillir 32 000 spectateurs en mode stade de rugby et de 10 à 40 000 spectateurs en mode concert. Sa page wikipédia rappelle que, initialement prévue pour avoir un toit rétractable, « elle sera dotée d’un toit permanent, les rencontres de rugby se jouant sur une pelouse synthétique. (…) Y seront adjoints des commerces dans l’enceinte du stade, ainsi que 33 000 m2 de bureaux. En configuration spectacle, l’Arena 925 sera la plus grande salle de spectacle de France, très loin devant le Palais omnisports de Paris-Bercy qui contient 20 300 places et l’Arena du Stade Pierre-Mauroy à Lille qui peut accueillir 25 000 personnes en configuration concert. Elle sera équipée de 22 buvettes, cent loges privatives et une partie importante des place seront des sièges business ».

Evolution en direct du chantier de la U Arena. www.uarena.com

Devenir des stades
Les deux enceintes partagent donc le fait d’avoir fait l’objet d’investissements conséquents de la part des pouvoirs publics, à la demande d’entrepreneurs de spectacles sportifs, qui assuraient alors possible la co-présence de deux grands clubs en Ile-de-France si les collectivités aidaient à la « modernisation de l’outil de travail ». Les deux enceintes sont aussi de tailles trop similaires (20 et 32 000 places) pour que l’une puisse servir à accueillir les matchs ordinaires et l’autre les affiches. Il semble que l’U Arena soit destinée à être le stade principal. Il faut dire que le modèle économique d’une telle enceinte nécessite sans doute un nombre assuré de matchs.

La Ville de Paris est donc maintenant confrontée presque seule au devenir du stade Jean-Bouin et à son équilibre économique. Le Red Star de St-Ouen, un club de football de L2, y jouent actuellement ses matchs à domicile en attendant la mise aux normes du vétuste Stade Bauer. Très loin d’être suffisant à assurer la pérennité de l’équipement qui risque de basculer dans la catégorie des « éléphants blancs ».

 

  1. Maniant la symbolique des lieux, l’annonce de la fusion s’est faite par les deux présidents, Thomas Savare (Stade Français) et Jacky Lorenzetti (Racing 92) dans les salons des Jardins de Bagatelle, «là où s’est déroulée la première finale du Championnat de France, en 1892, remportée par le Racing-Club de France» []
  2. Thomas Savare, président du Stade Français explique ainsi lors du communiqué de presse: « mon envie était de pérenniser ce club mais je n’ai pas trouvé de modèle économique viable, malgré les titres de Champion de France et malgré Jean-Bouin. Un modèle économique, c’est un club qui n’a pas besoin de mécène pour survivre. C’est vers ça que je voulais tendre. » []
  3. https://fr.wikipedia.org/wiki/Stade_Jean-Bouin_(Paris []
  4. L’Établissement public d’aménagement de la Défense Seine Arche – EPADESA – est un établissement public à caractère industriel et commercial chargé d’aménager le site de la Défense pour le compte de l’État et des collectivités locales concernées. Son périmètre fait l’objet d’une opération d’intérêt national et concerne une partie du territoire des communes de Courbevoie, La Garenne-Colombes, Nanterre et Puteaux dans le département des Hauts-de-Seine []
  5. Son ancien nom de code. []

Bons baisers de Nîmes

A l’époque romaine et gallo-romaine, une soixantaine de villes françaises des provinces de la Narbonnaise et de la Lyonnaise mais aussi du Nord de la Gaule ont construit d’imposants édifices – cirques, amphithéâtres, amphithéâtres à scène – pour les jeux : Nîmes, Arles, Fréjus, Lyon, Périgueux, Paris, Nice, Metz, Autun, etc. L’amphithéâtre de Nîmes figure parmi les 20 plus grands des 400 amphithéâtres connus du monde romain. Il est l’un des mieux conservés. On le voit dans cette carte postale lors d’une corrida donnée à l’occasion d’une feria1 avec la ville de Nîmes en arrière-plan.

 

Carte postale des Arènes de Nîmes, photo JLZ, Ed. Méridionales.

L’amphithéâtre de Nemausus (Nîmes) mesure 133,4 m sur 101,4 m. D’une hauteur de 21 m, il est doté de deux rangées de gradins surmontés d’un étage d’attique et d’un velum. Sa piste, recouverte de sable – arena en latin – mesure 68 m x 38 m. Il comprenait environ 24 000 places. Construit de manière tardive vers 100 après JC, deux siècle après celui de Pompéi et 20 ans après le Colisée, il a pu bénéficier des améliorations structurelles apportées au fil du temps par les architectes romains.

Ce monument est la conséquence de l’évolution de la gladiature. L’amphithéâtre correspond ainsi à l’apogée de cette pratique, au moment où celle-ci connaît sa plus grande professionnalisation. On ignore quel magistrat fait construire l’édifice mais on a une trace de son architecte.

Il sera transformé par les Wisigoths en forteresse puis en ville fortifiée au Moyen Âge (castrum arenae, le château des arènes) comme celui d’Arles ou Périgueux puis comme lieu de relégation pour miséreux et pestiférés. Les constructions médiévales seront enlevées suite à un décret de Napoléon entre 1809 et 1812. Les travaux de réhabilitation se terminent sous le Second Empire et  le bâtiment est reconverti en arène en 1863.

Les arènes de Nîmes accueillent aujourd’hui des corridas et courses camarguaises ainsi que des manifestations culturelles (concerts, etc.). Les arènes font l’objet d’un classement au titre des monuments historiques mais ne sont pas inscrites au patrimoine mondial de l’Unesco, contrairement à celles d’Arles.

  1. Une feria, du mot « foire » en espagnol, est une fête, en Espagne, dans le Midi de la France, au Portugal et en Amérique latine, marquée par des corridas ou autres manifestations taurines []