Pesage – weighing enclosure

Le pesage est l’action de peser les jockeys avant une course. C’est, par extension, l’endroit de l’hippodrome ou champ de course où s’effectue le pesage (weighing enclosure). Le terme bascule dans le monde des stades au XIXe siècle.

Certains des premiers stades de l’époque industrielle investissent d’anciens hippodromes. C’est le cas à Colombes du quotidien parisien Le Matin qui reprend l’hippodrome en  1907 pour en faire le Stade de Colombes afin d’accueillir des compétitions d’athlétisme, de rugby et de football.

Carte postale du Stade de Colombes avec sa main courante.

 A l’ère industrielle des stades, l’accès est permis à quiconque s’acquitte de son droit d’entrée au spectacle sportif (au contraire des stades antiques ou clubs privés de la bourgeoisie) mais la place dans le stade dépend du prix du billet et clive les classes sociales : les pesages (le long de la main courante), les tribunes populaires derrière des buts et dans les virages, la tribune latérale (assise et couverte) et enfin la tribune d’honneur. Le terme perdure jusqu’à la fin du XXe siècle. Il est aujourd’hui quelque peu désuet.

Une façon de penser le football de J. Barbier

Joachim Barbier est journaliste à So Foot depuis 2003 et a déjà écrit trois livres sur les aspects sociaux du football. En 2010, à l’occasion de la Coupe du Monde en Afrique-du-Sud, il co-signe avec Antoine Derouet Football made in Afrique sur les enjeux humains et économiques du football africain. Deux ans plus tard, il tente d’expliquer pourquoi la France appréhende mal le football et sa culture dans : Ce pays qui n’aime pas le foot . Dans Une façon de penser le football, co-signé en 2003 avec Christophe Lalo (photographe) et Rémi Pépin (graphiste),  il nous parle plus spécifiquement de la passion qu’il a pour les stades, depuis tout petit, quand il comprit qu’il ne serait pas un supporter de club comme ses copains mais un amoureux des stades.

 

Géométrie, architecture et stade
Quand j’étais enfant, j’ai dessiné deux choses, enfin trois, des chevaux, des Indiens et des stades. Le moment le plus excitant consistait à remplir les énormes tribunes. Car dans tous les cas, mon dessin sanctifiait le jour du record d’affluence. Donc, j’entassais, j’entassais des tas de gens, au mépris de l’avis de toutes les commissions de sécurité. Mes stades de 40 000 personnes en accueillaient facilement le double. Comme tous les spectateurs étaient debout, il suffisait de dessiner des têtes. Donc, des ronds. En 20 minutes, je te bourrais le Kop de Liverpool. Au préalable, le plus emmerdant était la question de l’architecture. Il fallait un peu toucher au niveau perspectives pour dessiner des tribunes un tant soit peu imposantes. Il était aussi impératif qu’elles ne s’effondrent pas au premier but. J’ai appris les rudiments de la géométrie avec le football.

L’approche du stade
Le meilleur moment : s’approcher d’un stade. Il y a cet instant magique où vous rentrez dans le flot des gens qui se dirigent vers ce lieu unique de communication. Vous le savez. Tout d’un coup, vous n’êtes plus seul. Cela tient, au-delà des signes distinctifs, à des regards dans une rame de métro, dans un tramway ou un train de banlieue. « Et lui, est-ce qu’il y va ? » se demande-t-on. Les stations qui jouxtent les stades sont parfois aussi mythiques que les arènes qu’elles desservent. A cause de la promiscuité, les transports collectifs sont le meilleur moyen de se sentir vivant avant le match.

Se rendre au stade en voiture ne vaut pas tripette, trop perso. Sorti de la station, vous entendez le bruit des pas sur le macadam. Inconsciemment, vous accélérez le rythme au fur et à mesure que le stade et l’heure du coup d’envoi approchent. Les bonnes odeurs de mauvaise bouffe, les cris des vendeurs de programme, les chants des supporters qui montent. Vous poussez le portillon, ça couine. Vous y êtes. S’approcher, appréhender et faire connaissance avec un stade.

On échappe rarement à la comparaison avec l’image offerte par la télévision. Elle écrase le terrain et étire les gradins. La retransmission sacrifie toujours une tribune, une latérale, souvent d’honneur, invisible à l’écran, celle où sont placés caméras, commentateurs et VIP. Aller au stade pour découvrir la tribune invisible, l’envers du décor, la coquille extérieure, tout ce que la télévision ne montre jamais quand elle pose ses gros sabots autour d’un terrain.

Aller au stade pour voir l’emballage de « la Bonbonera », le terrain de Boca Junior, le plus beau au monde. Aller au stade pour serrer la pogne de Bill Shankly, le mythique manager de Liverpool, dont la statue trône devant Anfield comme une figure tutélaire. Aller au stade pour regarder la façade d’Highbury, avec son canon en bas-relief, l’emblème des Gunners d’Arsenal. Anfield, Highbury, finalement n’ont pas l’air si grands en réalité. Les stades paraissent toujours plus petits avec les yeux grands ouverts.

Bristol
J’ai habité à Bristol. Southville. A quelques centaines de mètres d’Ashton Gate, le stade de Bristol City. J’avais trouvé un endroit d’où je pouvais voler une vue des tribunes, comme on va se déniaiser au peep show à 10 balles. Il était vraiment caché ce stade, j’ai mis longtemps à le découvrir, tapi comme un teckel aux aguets.

Quand tu t’approches de Bristol, l’une des premières choses qui prouvent que tu quittes la campagne, c’est le stade des Rovers, l’autre club de la ville. C’est un peu la tête de gondole du football bristolien, un drôle de petit stade avec une seule tribune couverte. Je n’y suis allé qu’une fois. J’avais quitté Bristol depuis plusieurs années. Les Rovers n’y jouaient plus. Le terrain avait disparu, remplacé par un cynodrome pour courses de lévriers. Juste pour le folkore – voix rocailleuse des bookies, effluves de graillon et de bière tiède – le voyage valait toujours le détour, façon jaquette de Blur (Park Life). La dernière fois que je suis retourné à Bristol, l’anneau à whippet avait été rasé. A la place, il y a maintenant un grand magasin de bricolage, apparemment très fréquenté le samedi.

Depuis, arriver à Bristol par la M4, l’autoroute de Londres, est devenu beaucoup moins excitant. A chaque fois que je m’approche, que je traverse ou que je contourne une ville qui compte sur la carte de l’Europe du football (pour Bristol, c’est affectif, cette ville ne compte sur aucune carte du foot), j’espère toujours apercevoir un bout de tribune, un toit de stade. Quitte à passer pour un affreux macho, c’est aussi bon que de plonger dans un décolleté .

Joachim Barbier, Une façon de penser le football, Ed. Façon de penser, Paris, 2003.

Premier match en tribune à Highbury. N. Hornby

Nick Hornby, est avec Tim Parks, l’autre auteur britannique, a avoir su transformer une passion dévorante pour leur club de football en roman à succès. Né en 1957  en Angleterre, Hornby est un romancier, essayiste, journaliste, parolier et scénariste anglais. Il est connu pour ses romans Haute Fidélité et À propos d’un gamin, ainsi que pour son roman autobiographique Carton jaune (Fever Pitch en V.O.) qui narre avec drôlerie sa passion pour Arsenal, l’un des clubs londoniens les moins glamour des années 70 et 80.  Dans cet extrait, il explique à quel point, le passage de la tribune réservée aux écoliers à la tribune nord d’Highbury (celle où se retrouve les fans les plus radicaux) constitue un véritable rite de passage pour l’adolescent qu’il est alors. 

Couverture de Carton Jaune, Editions Plon 10/18, 1998.

 

Arsenal contre Ipswich, 14.10.1972
A quinze ans, je n’étais plus si petit, il y avait même dans ma classe plusieurs garçons plus petits que moi. Cela comportait des avantages appréciables mais posait aussi un problème qui me rongea durant des semaines. Je ne pouvais plus, par fierté personnelle, m’attarder plus longtemps dans l’enclos que le stade réservait aux écoliers. Il fallait le quitter pour la tribune nord, cette terrasse couverte derrière l’un des buts où se trouvaient les supporters les plus dynamiques d’Arsenal.

J’avais pris grand soin de préparer la manoeuvre. Durant une bonne partie de la saison, je passai plus de temps à examiner la masse inquiétante d’humanité braillarde qui se tenait à ma droite que les joueurs devant moi. J’essayais de calculer exactement où j’atterrirais et de repérer les endroits qu’il convenait d’éviter. Il me sembla que le match contre Ipswich me fournissait une occasion idéale. Les supporters d’Ipswich hésiteraient à envahir la tribune nord et le public ne devait guère dépasser les trente milles, il y avait place pour le double. J’étais donc prêt à abandonner l’enclos des écoliers.

J’ai peine à me rappeler aujourd’hui pourquoi cela me posait un tel problème. Après tout, quand je me rendais à Derby ou à Villa je m’installais d’habitude à une extrémité du terrain qui correspondait à notre tribune nord, ce n’était donc pas les bagarres (toujours plus susceptibles de se produire quand notre équipe jouait à l’extérieur) que je craignais, ni la compagnie d’étrangers. Je me soupçonne d’avoir redouté d’être démasqué comme cela s’était produit à Reading auparavant. Supposons que mon entourage découvre que je n’étais pas natif d’Islington?* Supposons qu’il m’identifie comme un banlieusard clandestin qui étudie le latin au lycée? Mais à la réflexion , il fallait assumer le risque. Si, comme il était probable, ma venue déchaînait les gradins qui entonneraient en choeur : « HORNBY EST UN BRANLEUR! » ou « MORT AUX BUCHEURS! AUX BUCHEURS! AUX BUCHEURS! » sur l’air de la Marche des Bombardiers, du moins aurais-je tenté ma chance.

Je débouchai sur la terrasse peu après deux heures de l’après-midi. L’endroit me parut immense, encore plus grand que lorsque je le contemplais de ma place habituelle: une vaste étendue de gradins raides et gris équitablement quadrillés de barrières métalliques. La position que j’avais élue, en plein centre verticalement et horizontalement, me promettait une large part des vitupérations du public (sur la plupart des stades elles naissent au milieu de la terrasse de l’équipe qui joue chez elle et de là irradient vers l’extérieur d’où, aux moments les plus excitants, elles se propagent sur les sièges voisins), tout en me garantissant un minimum de sécurité (une position plus au fond recommandée aux débutants qui ont le coeur fragile).

Highbury dans les années 1950. source inconnue.

Les rites d’apprentissage occupent une plus grande place en littérature ou dans les productions hollywoodiennes à prétentions intellectuelles que dans la vie réelle, surtout s’il agit de la réalité de banlieue. Tout ce qui était censé me transformer: le premier baiser, la perte de ma virginité, le premier pugilat, la première soûlerie, les premières drogues, survenait simplement sans intervention de ma volonté, ni déchirements d’avoir une décision à prendre. Ces décisions, d’autres s’en chargeaient; la pression du groupe, la froideur ou la sexualité précoce des adolescentes me dictaient ma conduite. Sans doute cela explique-t-il que j’émergeai Gros Jean comme devant de ces expériences « formatives ». Je ne me rappelle pas avoir, avant mes vingt ans bien sonnés, affronté face à face une autre épreuve que le passage du tourniquet qui livrait accès à la tribune nord.  Ce n’est ni le lieu ni le moment d’énumérer toutes les épreuves que j’aurais déjà dû endurer, je sais seulement qu’elles m’épargnèrent. Cette fois, ma volonté l’emporta sur une petite peur pathétique. Mon unique « rite de passage » consista donc à troquer une place contre une autre sur les gradins de béton et le fait que je me sois forcé à accomplir un acte qui ne me tentait qu’à moitié et que je m’en sois tiré sans dommage, voilà qui avait son importance.

Une heure avant le coup d’envoi, je jouissais d’une vue imprenable. Pas un pouce de terrain ne m’échappait et je distinguais même clairement le but adverse que je n’avais craint de ne découvrir qu’en miniature. Mais à trois heures, je n’apercevais plus qu’une étroite bande de gazon qui reliait l’aire de penalty à la ligne de touche, dans le camp opposé. Les emplacements des corners avaient complètement disparu et le but situé sous moi ne surgissait devant mes yeux que si je bondissais au moment crucial. Quand l’action se déchaînait de mon côté, la foule se ruait à l’avant, me forçant à descendre de sept ou huit marches, et si je me retournais, je discernais à peine le sac contenant mon programme et le Daily Express que j’avais placé à mes pieds et qui me semblait à présent à des kilomètres de moi, comme la serviette-éponge abandonnée sur une plage par un nageur luttant contre les vagues. Je parvins pourtant à voir le seul but de la partie, reprise de volée d’une vingtaine de mètres réussie par Georges Graham, prouesse qui par chance eut lieu près de l’Horloge.

Highbury, Clock End, 1963. www.whoateallthepies.tv/arsenal

N’empêche, j’adorais ma nouvelle situation. Oui, j’adorais les différentes sortes de bruit : d’abord les cris rituels saluant l’apparition des joueurs (les noms étaient lancés à tour de rôle, en commençant par le favori qui répondait par un salut), puis le grondement informe et spontané quand une offensive se dessinait, puis les clameurs, les chants plus assourdissant encore après un but ou une belle attaque finalement repoussée. Et même ici, parmi des hommes plus jeunes, moins obsédé que moi, je vibre aux grognements quand les choses tournent mal. Après mes appréhensions initiales, j’en vins à aimer le mouvement de houle qui m’entraînait vers le terrain et m’aspirait ensuite vers l’arrière. Et je jouissais de mon anonymat. Nul ne me repérait, ni ce jour-là, ni durant les dix-sept années suivantes.

La tribune nord n’existe plus. La commission Taylor a recommandé, après Hillsborough, la suppression des places debout et les clubs de football se sont inclinés. (…) Oui, bien sûr, on a perdu au change. La foule peut encore charger l’atmosphère d’électricité mais sans la puissance d’autrefois, laquelle exigeait la cohue et créait une ambiance  qui transformait les innombrables individus en un seul corps énorme et palpitant.

* Hornby n’habite pas dans le quartier d’Arsenal, Islington, mais une commune cossue de la banlieue londonienne…
HORNBY Nick, Carton jaune, 1998 (1re édition en anglais, Fever Pitch, 1992), pp. 82 et svt.

Les éléphants blancs de Rio

Comme l’évoquait le géographe Christopher Gaffney dans l’entretien qu’il nous donnait pour la revue Urbanisme, les équipements sportifs construits au Brésil pour la Coupe du Monde de Football (2014) et les Jeux olympiques de Rio (2016) risquent bel et bien d’être des éléphants blancs pour le peuple brésilien. La preuve en images.

France Info a mené l’enquête: « Des pelouses de stade rongées par les vers, un bassin olympique à l’abandon ou encore des zones entières fermées au public : six mois après la fin des Jeux olympiques de Rio, au Brésil, certaines infrastructures sont laissées à l’abandon. Après le faste de la compétition (qui s’est déroulée en août dernier), la décomposition. Ces décors, dignes d’une ville fantôme, cristallisent la colère des habitants de la capitale qui se demandent quand ils pourront y accéder et s’indignent du gaspillage.

Vue aérienne du stade Maracanã, qui a accueilli les cérémonies d’ouverture et de fermeture des Jeux olympiques, photographié le 12 janvier 2017. (NACHO DOCE / REUTERS), source: France Info

Les portes de l’édifice mythique, dont la rénovation pour la Coupe du monde de foot, en 2014, avait coûté 350 millions d’euros, resteront closes jusqu’à ce qu’un compromis soit trouvé entre le comité Rio 2016 et les concessionnaires du stade, le groupe de divertissements américain AEG et l’entreprise brésilienne de BTP Odebrecht. Ces derniers ont donné au premier la gestion du stade entre le 30 mars et le 30 octobre à condition de le rendre dans l’état dans lequel il avait été livré, une clause non respectée selon les plaignants, explique Le Monde. »

Une vue aérienne des tribunes du stade Maracanã, où des sièges se sont décrochés, le 12 janvier 2017. (NACHO DOCE / REUTERS), source: France Info

Toujours selon la journaliste du Monde, Claire Gatinois, dans son article du 31 janvier 2017, « à écouter un proche d’Odebrecht, cette partie du contrat n’a pas été remplie. Et de lister « une innombrable série de non-conformités ». L’ardoise s’élèverait à quelque 2 millions de reais (594 000 euros). « Mensonges », répond le porte-parole de Rio 2016, Mario Andrada, qui évoque des réparations mineures de l’ordre de 420 000 reais. A écouter M. Andrada, Odebrecht userait du stratagème pour ne plus s’occuper d’un stade synonyme de gouffre financier qu’il compte vendre. Le groupe Lagardère fait partie des acheteurs potentiels.

Depuis l’obtention de la gestion de l’arène, en 2013, les concessionnaires ont enregistré, jusqu’à 2015, une perte de quelque 172 millions de reais. La faute, disent-ils, à l’interdiction d’exploiter les abords du stade pour construire un parking et des boutiques. Le stade Maracana ressemble ainsi à une patate chaude que ni l’Etat de Rio, en quasi-faillite, ni les concessionnaires ne veulent assumer. Quitte à être les protagonistes d’un énorme gâchis. »

L’expérience sensible du match de football. Frédéric.

Mais qu’est-ce qui définit une ambiance ? Comment advient-elle ? Comment la recueillir ? Comment l’analyser ? Il est possible d’aborder la question des ambiances d’un lieu (une place, une gare comme un stade) au croisement de trois dimensions : la dimension spatiale, la dimension sociale et enfin, pour ce qui nous concerne ici de la dimension sensible, ce que nos sens nous en disent.

Lors de la saison 2005-2006, la Ville de Saint-Étienne (Archives Municipales et Unité Ville d’Art et d’Histoire) commande une étude sur ce sujet à trois chercheurs grenoblois. Nous reproduisons ici une partie des récits de vie de spectateurs, supporteurs, fans locaux ou d’autres équipes. Cinquième et dernier extrait des « récits de vie » : celui de Frédéric*.

A combien de match, venez-vous par an?
J’habite à 25 km de Grenoble mais je suis abonné. Je fais tous les matchs à domicile. Dans le passé, j’ai vu 34 matchs sur 38; cette année, environ 18 pour le moment. On est un « noyau dur » d’une dizaine de personnes, plus quelques occasionnels, ça dépend de l’affiche. Il y a toujours du monde pour PLM**. On vient en car et on se gare au plus près, sur l’avenue où une bande de parking sert aux bus. On essaie d’arriver le plus tôt possible, vers 18h00 pour un match à 20h00, ce qui fait qu’on part vers 15h30 de Grenoble pour les arrêts en cours de route.

Je fais aussi plus de dix déplacements par an, on se met avec les Indépendantistes stéphanois. On retrouve le car à Valence quand on descend vers le sud, à Sainté ou Villefranche pour le nord. C’est toujours très encadré. Par exemple pour un match à Paris, on est en relation avec le PC sécurité de Saint-Etienne lui-même en relation avec le PC sécurité Paris. Le car attend sur une aire de repos puis est escorté jusqu’au stade par les CRS. Ca dépend des matchs, pour l’AJA c’est une escorte tranquille.

Quand j’ai une connaissance dans la ville, il m’arrive d’y aller seul. A Bordeaux, Monaco ou Auxerre par exemple, tu peux t’y balader en vert. Jamais à PLM. Là, j’y vais « en civil » car c’est trop risqué. De toute façon, là il faut y aller en groupe car il y a plus de sécurité. Quand on y arrive, on est parqué dans un hangar comme à Marseille en attendant la fouille. C’est long. On fait quatre à quatre. Après on nous met dans une tribune réservée avec filet au-dessus et autour.

On suit les chants et tifos mis au point par les autres groupes. Nous c’est l’organisation des déplacements, c’est tout. La section à Grenoble existe depuis 1986 et compte plus ou moins 20 membres, plus les sympathisants. Entre groupes de supporters c’est à celui qui fait le plus de bruit et à ce jeu, on est pas mal à l’extérieur.

Encourager son équipe passe-t-il par le dénigrement de l’équipe adverse? Tout dépend des matchs, mais tout le temps pour PLM. J’ai pas envie de dire qu’on est différent, mais presque. C’est un autre monde. J’irai pas leur casser la gueule. On est violent verbalement mais pas physiquement. C’est bien un contexte particulier. Il existe aussi des alliances entre groupes comme les Magics et Bordeaux.

Si je connais la ville de Saint-Etienne en-dehors des matchs?  J’y vais de temps en temps, rarement hors match ; l’été pendant la trêve. J’y vais au centre-ville pour faire des emplettes. C’est beaucoup mieux qu’à Grenoble. J’ai appris à connaître récemment. J’ai des attaches alors ça fait des « occases » de visite. Je me repère bien à pied. C’est une ville ouvrière. Il y a des gens qui ont souffert par rapport à l’histoire de la ville, pas ici (note: à Grenoble). C’est le contraire des gens qui ont l’idée que c’est gris. J’aime me balader dans le vieux Saint-Etienne. Depuis deux ans, je connais pas mal.

Ma place au stade? J’ai fait toutes les tribunes depuis le temps! En y réfléchissant… sauf le kop sud en supérieur. J’ai pas le souvenir. Et dans le kop, il n’y a pas de place attitrée. C’est pour l’ambiance plus que pour suivre le match. On sait que Saint-Etienne est le meilleur public de France. Lens aussi est très bien mais je trouve que ça fait un peu trop kermesse avec la grosse caisse, tout ça… Ca fait un peu rugby. Nice aussi: très bien. Paris aussi. Marseille c’est de pire en pire, ça baisse au fil des années. Par exemple, dimanche c’était pas bon!

J’ai toujours été supporter mais je n’avais pas d’équipe préférée; c’est par un collègue qui était dans les Associés supporters. Et puis j’ai aussi entraîné plein de gens! L’hiver j’ai toujours l’écharpe, le maillot l’été, même à l’étranger, jusqu’en Turquie. Un fois un commerçant a reconnu Sainté! Il y a des villes où si on enlève le foot, y a plus rien! Auxerre, Sainté, Lens. Les gens savent où se trouve Saint-Etienne par  rapport au foot et pas pour un monument particulier.

Il n’y a que trois villes où que je ne sois pas allé: Le Mans, Nantes et Ajaccio mais j’y vais en mai… Sinon je suis allé voir plein de matchs pourris quand on était dernier en D2. On était fou!… mais c’est des bons souvenirs, ça reste!

* Frédéric est un pseudo.
** Le PLM n’est pas une compagnie de train mais Paris, Lyon et Marseille, les trois plus importants matchs d’une saison…
Entretien réalisé le 16 mars 2006, au Bar de la Préfecture à Grenoble, par C. Aventin.

Toilet facilities – lavatory – toilettes

Les stades de l’ère industrielle et du Mouvement moderne (fin XIXe-milieu XXe) mettent l’emphase sur l’accueil du plus grand nombre possible de spectateurs… avec un souci minimal pour la qualité des aménités ou le confort du spectateur. Les tribunes populaires sont presque exclusivement avec des places debout, ouvertes à tous vents et avec pas ou peu de toilettes… Remarque bénigne? 

L’absence (ou la sous-évaluation) des besoins en matière de toilette entraîne le développement de pratiques déviantes. Les spectateurs urinent dans les rues alentours quand ils n’urinent pas directement dans la tribune provoquant des problèmes d’hygiène et, aux dires de certains, des problèmes de structure, les fers des bétons étant sensibles à l’acidité. Il va sans dire qu’une partie du public potentiel ne se sent pas complètement à son aise en l’absence de toilettes accessibles aux personnes en situation de handicap ou réservés aux femmes.

Le rapport du juge Taylor à la suite du désastre d’Hillsborough pointe d’ailleurs le défaut de la maîtrise d’ouvrage en la matière dans les stades anglais: « The facilities provided for them have been lamentable. Apart from the discomfort of standing on a terrace exposed to the elements, the ordinary provisions to be expected at a place of entertainment are sometimes not merely basic but squalid. At some grounds the lavatories are primitive in design, poorly maintained and inadequate in number. This not only denies the spectator an essential facility he is entitled to expect. It directly lower standard of conduct.

The practice of urinating against wall or even on the terraces has become endemic and is followed by men who would not behave that way elsewhere. The police, who would charge a man for urinating in the street, either tolerate it in football grounds or do not more than give a verbal rebuke. Thus crowd conduct becomes degraded and other misbehaviour seems less out of place »1.

Soulagement risqué à deux pas d’un transformateur électrique. Saint-Etienne, 2009

Tim Parks nous confirme, s’il était besoin, que la situation ne se limite pas aux îles britanniques. Les blocs visiteurs des stades italiens des années 90 sont modestement pourvus en toilettes: « Où sont les chiottes ? Personne ne le sait. Il faut traverser tout le groupe pour aller demander à un flic. Il me regarde d’un sale œil : « au sous-sol ». Je m’élance dans l’escalier. Il me suit. « Per la Madonna, c’est juste un besoin ! » Il me laisse. Je suis à mi-chemin d’un gigantesque escalier balayé par un féroce vent d’est quand un énorme rugissement remplit le stade. Non impossible ! Je me précipite pour voir, découvrant du même coup l’un des avantages des stades divisés en tranches : on peut voir entre. […] Pour peut-être mille spectateurs, il y a deux cabinets à la turque, sans porte ni papier. Heureusement que j’ai mes kleenex, enfin ceux qui restent. La chasse d’eau ne marche pas »2.

Toilettes du Stade Lesdiguières. 2010.

Depuis le rapport Taylor, on veille au confort du public: meilleure vision du spectacle, meilleure assise, meilleurs aménités. Les toilettes en font partie. Elles sont désormais en nombre (presque) suffisant et adaptées aux besoins des différents types d’usagers comme les personnes en situation d’handicap…

Toilettes accessibles aux personnes en situation de handicap, Stade Morumbi, Sao Paulo, Brésil, 2009.

afin de mettre le spectateur se rendant dans l’un des « temples modernes du sport » dans les meilleures dispositions pour sacrifier à la sainte trinité des tradiums: «  buvettes, toilettes, emplettes ».

  1. Lord Justice Taylor, The Hillsborough Stadium Disaster, p. 5 []
  2. T. Parks, Une saison de Vérone, 2002 []

L’expérience sensible du match de football. Cédric.

Mais qu’est-ce qui définit une ambiance ? Comment advient-elle ? Comment la recueillir ? Comment l’analyser ? Il est possible d’aborder la question des ambiances d’un lieu (une place, une gare comme un stade) au croisement de trois dimensions : la dimension spatiale, la dimension sociale et enfin, pour ce qui nous concerne ici de la dimension sensible, ce que nos sens nous en disent.

Lors de la saison 2005-2006, la Ville de Saint-Étienne (Archives Municipales et Unité Ville d’Art et d’Histoire) commande une étude sur ce sujet à trois chercheurs grenoblois. Nous reproduisons ici une partie des récits de vie de spectateurs, supporteurs, fans locaux ou d’autres équipes. Quatrième extrait de « récit de vie » : celui de Cédric*.

 

Vous êtes supporter de l’AS Monaco. Comment êtes-vous venu au match à Geoffroy-Guichard?
J’assiste à plus de 15 matchs par an, très rarement à Louis II. On est ultra de l’ASM mais on vient d’Île-de-France. On est un groupe ultra, les Inferni Biancorossi. On se déplace en voiture ou en J9. Saint-Etienne est à 5 heures de route. On se donne rendez-vous à proximité de l’autoroute pour prendre les autres, on est très juste dans les timings… On est une association de fait, c’est trop de pépins, trop compliqué autrement et on a zéro subvention. On est un petit groupe par choix et identité, 20 personnes, à plus nombreux, les gens ne représentent pas ce qu’on veut dans les tribunes. Les gens poussaient juste pour avoir des places, on devenait un tour operator… On est un groupe atypique. On arrive juste au coup d’envoi. On est ultra pour le côté festif, les chants, les drapeaux.

Stade Geoffroy-Guichard, parcage de l’ASM en  bloc 30, 2006.

On est classé en catégorie 2: « potentiellement dangereux ». C’est plus un malentendu qu’autre chose. Après c’est plus le folklore qu’une réelle provocation. Quelques craquages de fumis. Avec l’OGC, c’est du folklore. Avec Sochaux, un malentendu, une provoc’ partie en vrille et Rennes, un groupe d’indépendants qui ont chargé tous les supps’ qui passaient.

Saint-Etienne?
Saint-Etienne? Ca a gardé son côté emblématique. C’est vraiment intéressant. Comme d’hab, ils sont égal à eux-mêmes. C’est une ambiance extraordinaire, ça soutient du début à la fin. Les deux kops se répondent. On sent un gros investissement. On imagine pour un match plus important… C’est un public de fidèles, le plus chaud que j’ai vu. On sent que ça pousse; c’est un public qui a une âme. Le Vélodrome impressionne peut-être plus de par sa configuration mais pas pour les chants.

A suivre…

* Cédric est un pseudo.
Entretien réalisé le 4 avril 2006, sur le parking du stade après le match dans le bloc 30 (visiteurs).

L’expérience sensible du match de football. Sébastien

Mais qu’est-ce qui définit une ambiance ? Comment advient-elle ? Comment la recueillir ? Comment l’analyser ? Il est possible d’aborder la question des ambiances d’un lieu (une place, une gare comme un stade) au croisement de trois dimensions : la dimension spatiale, la dimension sociale et enfin, pour ce qui nous concerne ici de la dimension sensible, ce que nos sens nous en disent.

Lors de la saison 2005-2006, la Ville de Saint-Étienne (Archives Municipales et Unité Ville d’Art et d’Histoire) commande une étude sur ce sujet à trois chercheurs grenoblois. Nous reproduisons ici une partie des récits de vie de spectateurs, supporteurs, fans locaux ou d’autres équipes. Troisième extrait de « récit de vie » : celui de Sébastien*.

 

A combien de matchs assistez-vous par an?
A Saint-Etienne, ça fait longtemps que je n’y suis pas allé et à Grenoble, je vais à tous les matchs de Grenoble. J’ai passé quatre ans  à Paris, alors je suis allé une fois au Parc-des-Princes et une fois au stade de France, pour voir ce que ça donne, histoire de dire. Sinon j’allais souvent à Créteil pour voir justement et Grenoble et Saint-Etienne. Saint-Etienne ça fait longtemps que j’y suis pas allé. Je suis fan mais… modéré. Je ne fais pas de kilomètres pour voir un match. Quand je vais au match, j’amène mes neveux… et j’y vais en petit groupe. Mais bon, ça m’arrive aussi d’y aller tout seul. Surtout l’hiver. J’allais à l’extérieur quand ils allaient à Créteil. Et souvent j’allais voir les jeunes.

Mais il faut que je te dise qu’avant d’aller à Paris, quand j’étais sur Grenoble, j’étais pigiste pour le Dauphiné Libéré. Je faisais des comptes-rendus de tous les jours, comme l’équipe réserve de Grenoble et de l’équipe de jeunes qui était au niveau national. J’écrivais des articles. Et à chaque fois qu’il y avait une équipe de jeune de Saint-Etienne qui jouait dans la région, j’y allais aussi. Quelque soit l’équipe. J’étais pigiste depuis l’âge de 19 ans. J’ai arrêté quand je suis entré au CNRS. (…) J’aurais la possibilité de travailler parce qu’ils me relancent mais cela ne m’intéresse plus, ça m’a dépassionné du coup, le fait de rentrer dans… de comprendre le comment et pourquoi et puis les magouilles… c’est gangréné par l’argent.

Vous impliquez-vous dans les chants et la gestuelle?
Quand j’étais plus jeune, oui, mais maintenant moins. Parce que j’ai relativisé les… parce que les groupes de supporters, c’est plus ce que c’était. Maintenant c’est tout dans la vindicte, la… Ils s’accrochent avec l’équipe adverse, c’est plus vraiment de l’encouragement. J’ai connu Saint-Etienne, même si j’étais plus jeune, y avait pas de rivalité entre supporters et pas forcément de séparation. C’est arrivé à cause du hooliganisme, bon ben voilà. Je trouve que c’était plus sain.

Même à Grenoble, il y a eu des problèmes avec les supporters. Quand on va à Paris, tu as des cordons de CRS, tu ne peux pas te mélanger avec les supporters de base parce que c’est risqué. J’ai un copain qui a vu un mec qui a pris feu, qui s’est embrasé avec un fumigène! Dans le kop de Saint-Etienne. Alors, voilà… et puis des fois on ne voit même plus le match tellement… La fois où je suis allé au Parc-des-Princes avec un ami qui était abonné à la tribune Auteuil, donc dans un virage, et ben je suis monté tout en haut  parce que sinon on ne voyait rien. Je viens pour voir le match, pas que les supporters de PSG! C’est bien dans un sens parce que ça encourage, mais bon…

Et bon, les Stéphanois quand ils sont venus à Grenoble, la dernière fois, ils se sont battus entre eux. Il y en a un qui s’est fait tiré dessus à Mistral… Il y a des clubs de supporters de Saint-Etienne à Grenoble. Une fois un copain supporter stéphanois qui vient aussi voir les matchs à Grenoble, il s’est fait repéré par les supporters grenoblois, comme quoi c’était un supporter des Verts, il s’est fait passer à tabac. Heureusement qu’il y avait des stadiers qui étaient là. Ca devient n’importe quoi.

Des fois, même regarder le match avec mes amis, j’aime pas. Entendre des critiques qui sont pas fondées, du chauvinisme. Non. J’ai envie de regarder un match tranquillement. Le fait d’avoir travaillé dans le journalisme, sûrement. J’ai une approche du match moins passionnée. Et, bon, les débats de supporters… C’est plutôt un peu lourd quoi. Là-bas au CNRS à Paris, il y avait des Parisiens qui étaient supporters, mais quand ça allait à parler sur le foot… on n’était pas toujours d’accord et il y en a qui sont tellement excessifs. Ils vont se fâcher pour un match de foot! On va se fâcher pour des gens qui gagnent des millions, voilà!

Connaissez-vous la ville de Saint-Etienne en dehors du stade?
Pas trop. Ca fait longtemps que je n’y suis plus allé. J’ai un cousin qui habite Saint-Etienne. La dernière fois que je suis allé voir un match c’était… quand ils étaient en Ligue 2, donc… il y a trois ans je pense. J’ai des amis grenoblois expatriés! Mais je ne connais pas trop la ville et je la trouve pas trop intéressante. Sur le plan déjà, ben j’ai des échos comme quoi, il y a beaucoup de gens qui sont… par rapport au chômage… voilà, c’est un peu… ça tombe en désuétude la ville. Il y a beaucoup de population immigrée. J’ai une nièce de 19 ans qui fait ses études à Saint-Etienne. Elle me raconte que le soir elle est pas très tranquille. C’est un peu lugubre, c’est un peu… C’est plus ou moins la banlieue de Lyon. Enfin, c’est les échos que j’ai parce que moi… j’y suis allé pour les Verts, il n’y a rien de spécial qui m’a marqué.

Dessine-moi le stade?
Je ne sais pas dessiner! Comment représenter? Une sensation de vertige. Quand même la dernière que j’y suis allé, c’est le vertige. J’étais dans le stade et c’est assez raide! J’ai eu l’impression que si on bougeait trop… Vraiment cette sensation de vide. Alors, je ne sais pas comment le dessiner. Je ne sais pas. Tu es déjà monté en haut de la tribune? J’étais sur la droite et j’étais vraiment dans cette sensation…

Pente des gradins de la tribune Charles-Faurand, Stade Geoffroy-Guichard, 2006.

Depuis que cela a été rénové1, j’y suis allé deux fois je crois. J’étais dans la tribune de Paret et aussi dans la tribune d’honneur pour un match de gala mais financièrement, là, c’était une invitation. L’ambiance c’est pas comme avec le public grenoblois qui se manifeste quand… pour gueuler parce qu’ils sont pas contents. Là, c’est quand même des passionnés.

A Grenoble, ça dépend où j’ai des places. Quand il fait froid je suis souvent debout et puis bon, même si je ne suis pas un virulent, j’ai l’impression plus attentif debout, et puis comme Grenoble c’est pas toujours passionnant… Si je suis assis, j’ai l’impression que je m’endors, alors voilà, je reste debout. Je peux dire que j’ai découvert le foot à Grenoble, tout petit, et aussi grâce aux Verts juste avant la grande finale. Tout petit j’allais à tous les matchs de Grenoble et j’ai rarement dû en louper. J’ai aussi rarement payé ma place aussi! Quand j’étais petit je fraudais et maintenant je connais du monde, j’ai souvent des invitations.

Le public grenoblois, il est plus froid, plus spectateur. Il y a un petit kop, mais bon, en fait il s’appelle « kop sud » et il est dans le virage nord, ça m’a toujours fait rire! Je ne sais pas pourquoi il s’appelle comme ça. Ca montre le niveau. Oui donc assez froid, je pense que c’est un public de connaisseurs. Je pense sincèrement que s’il y avait eu l’équipe en Ligue 12 il y aurait eu beaucoup plus de monde, et peut-être plus d’ambiance. Parce qu’il y a beaucoup de Grenoblois qui vont voir des matchs soit à Saint-Etienne, soit à Lyon, soit même à Turin. Moi aussi je suis un peu supporter de Turin. J’ai trois équipes avec Grenoble, Saint-Etienne et Turin. J’ai des cousins, tous les quinze jours, il y a le club des supporters, ils vont à Turin voir un match. Moi non. Pour un match de foot, je ne suis pas assez…

A suivre…

* Sébastien est un pseudo.
Entretien réalisé le 21 mars 2006, à Grenoble, par C. Aventin.

  1. A la suite des travaux de rénovation pour la Coupe du Monde 1998 []
  2. Le GF 38 évoluera en Ligue 1 deux saisons: 2008-09 et 2009-10 []

Bons baisers de Grenoble

Le stade des Alpes est l’un des deux stades de la métropole grenobloise avec le stade Lesdiguières construit pour les Jeux olympiques de 1968 et considéré aujourd’hui comme trop vétuste pour les rencontres professionnelles.

Il a été construit sur l’emplacement du stade Charles-Berty, stade typique du Mouvement moderne (circo-rectangulaire, en béton armé et ceint d’une piste de cyclisme) et détruit en 2003 pour permettre la construction de cette nouvelle enceinte. Le maître d’ouvrage est la métropole Grenoble Alpes Métropole (La « Métro ») et le maître d’oeuvre Chaix et Morel, déjà auteurs du stade de la Licorne d’Amiens. Ce stade de 20 068 places, inauguré en 2008, en bordure du parc Paul-Mistral à Grenoble est considéré comme un exemple d’éléphant blanc selon sa page wikipédia.

Initialement construit pour les rencontres de football du Grenoble Foot 38, il héberge également depuis 2014 les matchs à domicile du FC Grenoble rugby et plus occasionnellement des matches de hockey des Brûleurs de loups pour le Winter Game.

Carte postale du Stade des Alpes, Grenoble P. Blanc, Atelier Chaix et Morel, Paris, s.d.

La carte postale le représente de nuit et lors d’une rencontre sportive mettant en avant son enveloppe de verre et d’acier et le soleil couchant devant les massifs montagneux entourant la ville.

L’expérience sensible du match de football. Valérie

Le club de football de l’AS Saint-Étienne a la réputation de bénéficier dans son Stade Geoffroy-Guichard d’une des meilleures ambiances de France. Mais qu’est-ce qui définit une ambiance ? Comment advient-elle ? Comment la recueillir ? Comment l’analyser ? Il est possible d’aborder la question des ambiances d’un lieu (une place, une gare comme un stade) au croisement de trois dimensions : la dimension spatiale, la dimension sociale et enfin, pour ce qui nous concerne ici de la dimension sensible, ce que nos sens nous en disent.

Lors de la saison 2005-2006, la Ville de Saint-Étienne (Archives Municipales et Unité Ville d’Art et d’Histoire) commande une étude sur ce sujet à trois chercheurs grenoblois. Nous reproduisons ici une partie des récits de vie de spectateurs, supporteurs, fans locaux ou d’autres équipes. Deuxième extrait de « récit de vie » : celui de Valérie*.

 

Combien de fois venez-vous au stade par saison ?
Presque tous les matchs. Depuis à peu près un an…Un peu plus d’un an. Avant je venais de temps en temps. C’est un prétexte de sortie. J’ai la chance d’être invitée dans les loges à chaque match, ça fait une sortie où je retrouve des gens que je connais. Tous le monde se connaît. Mais de tout façon, Saint-Etienne c’est un gros village, et le type de personnes qui est invité dans les loges… (hésite)… représente une certaine partie de la société stéphanoise, plutôt en général des gens actifs ou des chefs d’entreprise ou des politiques, une couche assez restreinte, et on se connaît tous.

Donc le lieu de rencontre à Saint-Etienne, c’est le stade ?
Oui. A Lyon ce serait l’opéra (rires). Oui c’est un lieu de rencontre, où on rencontre des gens de tous les âges. Parce que si on va à l’Esplanade c’est des gens plus âgés. Là on rencontre surtout les gens actifs de Saint-Etienne, parce qu’ils se servent tous des loges pour faire leurs affaires.

La loge sert à quoi ?
Ca sert à faire plaisir à certains clients, à tisser des liens commerciaux. Même quand l’équipe marche mal, les loges fonctionnent. Ca fait toujours plaisir. J’ai l’impression que les gens sont toujours contents d’être invités en loge. Même quand les verts étaient en D2. C’est vrai qu’il y avait moins de monde. C’est pratiquement plein à chaque fois. Quand il fait froid je regarde le match à l’intérieur. On se fait des échanges entre loges, on va se voir.

Alors finalement on sort peu dehors ?
Peu dehors, oui. Sauf quand il y a un match à gros enjeux, bon le derby évidemment on n’en perd pas une miette. Mais au début de la saison je regardais un peu plus et là je suis un peu démotivé…un peu démotivé par le comportement de l’équipe. J’ai l’impression que les joueurs s’en fichent complètement et puis je trouve pas qu’il y ait une bonne ambiance sur le terrain et je sens pas… parce que ensuite, après les loges on va souvent dans les salons du président… Qui sont en dessous, c’est un endroit très fermé, il faut montrer patte blanche, et là on voit un peu les dirigeants, on voit les gens qui sont vraiment impliqués dans le management de l’équipe et du club.

Je trouve que c’est pas dynamique du tout, l’équipe dirigeante n’a pas d’aura, pas de punch, ce sont des petits gestionnaires qui viennent avec leurs voitures immatriculées 69… Ah oui ! Le président, le président adjoint, c’est tous des 69. Je sais pas, ils ont dû s’acheter un joujou, et puis ils ont pas bien compris ce qu’est l’esprit stéphanois j’ai l’impression. A mon avis ça choque. Ca choque, c’est pas grand chose d’immatriculer une voiture, il y a toujours des moyens. Ce serait un peu une marque de respect pour l’équipe de se faire immatriculer 42, c’est symbolique, mais les symboles c’est fort.

L’équipe c’est un symbole, l’ASSE c’est un symbole. Il ne faut pas négliger ce genre de choses. Je pense que des dirigeants qui ne comprennent pas ça, il doit y avoir beaucoup de choses à côté desquels ils doivent passer et pas comprendre. Quand une équipe est démotivée c’est comme dans une entreprise, comme partout, c’est que la tête n’est pas bonne. Bon, moi je connais pas tout, mais c’est un sentiment que j’ai, une impression et que je ressens très fort aussi quand je vais dans les salons du président. Je sens pas une dynamique d’équipe, je sens pas une chaleur. On voit passer le président il est froid, distant.

Qu’est-ce que l’esprit stéphanois ?
L’esprit stéphanois c’est plusieurs choses. Il y a ce côté bon enfant, chaleureux, un petit peu, un côté… C’est un mélange : un côté paysan de la Haute-Loire descendu à la ville, mélangé avec l’esprit de la mine. Le mélange qu’il y a toujours eu entre les ouvriers et les patrons qui allaient dans les mêmes bistrots, dans les mêmes endroits. En ville, c’est difficile de trouver vraiment un beau quartier, parce que c’est toujours mélangé : un bel immeuble, ensuite des immeubles pourris, un bel immeuble. Tout le monde vit mélangé. C’est ça pour moi l’esprit stéphanois. Ca se ressent… dans le caractère des gens. Et la direction actuelle est trop distante. Je pense que du temps de Roger Rocher c’était autre chose. C’est pour ça que ça a marché. Pour que les supporters boudent comme ça, c’est qu’il y a un malaise.

Des loges, est-ce qu’on est proche des tribunes populaires ?
Oui, c’est important. Des fois je regarde plus les supporters que le jeu, je les trouve tellement plus vivant que les joueurs parfois. Mes fils ont leurs écharpes, mes oncles ont des écharpes, mes cousins ont des écharpes; moi j’ai pas d’écharpe.

Moi, je venais déjà au stade quand j’étais jeune. J’y venais quand j’avais 16 ans. J’étais dans les gradins debout, à l’époque où il n’y avait pas toutes ces grandes grilles, où les supporters escaladaient les poutrelles. Ils se mettaient à cheval sur les poutrelles qui soutenaient – parce que tout a été changé- qui soutenaient le toit. Oui, sous le toit ! Et puis, on avait le droit d’apporter à boire, c’était beaucoup plus… il y avait pas les problèmes qu’il y a maintenant dans les stades. Un service de sécurité beaucoup plus important.

Match ASSE-Aris Salonique, 1979. Source inconnue.

C’est drôle parce que je garde une certaine nostalgie de cette époque, l’époque de la grande équipe de Saint-Etienne, où je me gelais avec mes copains là-bas et qu’on rentrait on avait plus de voix, c’était à celui qui avait le moins de voix. On chantait, on criait, on sautait, dans les années 70. C’était beaucoup moins bien organisé. Il y avait pas… comment ça s’appelle ? Quand ils font des figures…

Les tifos ?
Oui, voilà, il y avait pas ça. C’était surtout des chants. C’est à cette époque qu’ils ont créé la chanson « Allez les verts ». Les autres chants ? Je ne me souviens plus, c’est vieux maintenant. C’est drôle parce que tout à l’heure quand on est arrivé en voiture vers le parking le plus rapproché du stade, il y avait les supporters qui arrivaient à pied et ceux qui faisaient la queue pour acheter leurs merguez et les hot-dogs. J’ai dis à Charles* : « j’ai envie d’un hot-dog avec un demi, j’ai pas du tout envie d’aller manger leurs petits machins sophistiqués dans les loges, un hot dog et un demi c’est ça qui me ferait envie…! » Même un peu grillé, c’est pas grave, ça fait partie de l’ambiance. Et puis on resquillait, à l’époque, on pouvait arriver à escalader les murs.

Et vous vous rappelez de votre premier match ?
Non… Je pense que j’avais 6 ans, avec mon père. Je m’ennuyais d’ailleurs à 6 ans dans les tribunes. Mais mes meilleurs souvenirs c’est là-bas dans les tribunes debout. C’était vers 76. J’ai dû les voir tous, mais je ne me souviens pas des noms, les grands matchs. Mon meilleur souvenir c’est la qualification pour la finale en 76, (elle hésite) quand ils ont gagné aux prolongations, je sais plus…

Et votre pire souvenir ?
J’en ai pas. A l’époque, mes copains partaient voir les matchs, ils étaient partis à Eindhoven, ils partaient en voiture… J’étais une fille, c’était surtout les garçons qui y allaient. Pour les matchs à la maison, c’était fréquent les filles, oui, oui. C’est vrai qu’aujourd’hui il y a plus d’hommes, mais il y a un bon pourcentage de femme, j’ai cette impression. Parfois j’ai eu peur, mais c’était pas de la violence. Les mouvements de foule faisaient peur, quand on se retrouvait tous à descendre, collés contre les grillages.

Et il y a un moment où vous avez cessé d’aller au stade?
Après j’ai quitté Saint-Etienne, j’avais 20 ans quand je suis partie. Après j’y suis pas retourné parce que j’avais un mari qui n’aimait pas le foot. Mon retour au stade est complètement parallèle à ma reprise de contact avec mes vieilles connaissances stéphanoise, une réintégration avec le milieu stéphanois.

C’est un retour en ville, qui se traduit par un retour au stade. Comme si la ville et le club était lié.
C’est indissociable. Enfin, pour moi… J’aimerais bien que l’équipe gagne. Je suis un mauvais supporter parce que, en fait, je suis contente quand ils jouent bien, mais je trouve – d’autant plus maintenant, avec la tournure qu’a pris le football – c’est plus qu’une histoire financière. Avec ce que gagnent les joueurs, j’ai du mal à admettre qu’ils s’en fichent, qu’ils aillent se soûler en semaine dans les boîtes de nuits, ça je l’admets pas.

Est-ce que vous avez des équipes que vous appréciez ou que vous n’aimez pas bien voir ?
Il y a un match qui m’a beaucoup plu, à cause justement de la bonne entente, c’est Bordeaux, parce que les supporters stéphanois sont partis saluer les supporters bordelais. Tout de suite, c’est toujours plus sympathique, quand les équipes se respectent, et qui s’apprécient, quelque fois il y a des vilains matchs où tous les coups sont permis…

A suivre…

* Valérie et Charles sont des pseudos.
Entretien réalisé lors d’ASSE/Nantes le 04 mars 2006 (température glaciale, neige au sol), 20h45, dans les loges du club.

Récit de l’auteur. Partie 4/4 – nouveau stade

4e et dernière partie de mon « récit de vie ».

Nouveau stade
Que dire sur le nouveau stade, livré pour le prochain Euro  ? Nouveau tellement les changements l’impactent. Il est au-moins resté en ville, contrairement à ce pauvre Gerland qu’on abandonne et qui mériterait au-moins une chanson cri de Sardou.

Il produit une ambiance trop manufacturée à mon goût. Il y a un langage « indu » du béton, de l’acier, des lumières crues. C’est bien travaillé… mais c’est travaillé. Ce n’est pas la résultante d’une lente évolution ; c’est le fruit d’un projet architectural (trop) maîtrisé par des archis qui ont bien appris leur leçon. Rien qui ne s’échappe, pas de faille, pas d’aspérité. Heureusement, les supporteurs stéphanois lui donneront du crédit, quoiqu’il arrive.

Je doute de l’intérêt d’englober les tribunes dans une enveloppe de métal dispendieuse et précieuse dans son discours. J’ai l’impression qu’il était inutile de faire plus que fermer les angles ; que le projet a renforcé l’introversion, singeant les stades elliptiques. Inutile. Ces stades-là ont pour fonction de donner l’illusion aux spectateurs d’appartenir à un seul corps et c’est pour cela qu’on les retrouve chez les Romains ou les grandes dictatures, là où il fallait, par l’architecture, ordonner les corps et les esprits. Sainté n’avait pas besoin de cela. Le football transcende encore naturellement toutes les couches de la société et la disposition des tribunes n’y joue pas de rôle. Le public des loges y est encore très populaire.

J’aimais Geoffroy quand il était un stade « à l’anglaise » avec quatre tribunes qui se regardaient, offrant des cadrages serrés sur les usines, les barres et tours des collines alentours. Un couplage de verticalité et d’horizontalité. Mais c’est le destin des stades à l’anglaise qui réussissent que de se fermer. Le cadrage serré sur la ville et ses collines a été maintenu dans le projet et revendiqué comme tel. Je n’y vois qu’un vasistas sur la ville.

Par contre, le travail sur les kops est intéressant. Leur taille, leur profondeur et hauteur sont impressionnantes. Des kops qui peuvent évoquer les anciennes populaires d’avant 1984 ou le mur de la Südtribüne du Westfalenstadion si on verse dans la dithyrambe. Le balcon supérieur est peut-être un des endroits les plus réussis : dedans et au-dessus à la fois. Hétérotopique.

En fait, je crois que j’aime le stade en chantier. J’y ai emmené deux amis le visiter récemment ainsi que des lycéens de Rive-de-Gier. Je l’avais déjà fait avec mon cousin lors des travaux pour la Coupe du Monde. Nous étions rentrés sur le chantier au culot et avions fait notre choix parmi les débris : des morceaux de béton peint des kops et ces fameux sièges criards. Ma mère les a retrouvé récemment au garage croyant avoir déniché un authentique morceau du mur de Berlin. Je n’ai jamais visité Berlin et un morceau de kop ne vaut-il pas plus qu’une relique de la Guerre froide, non ?

Jean-Michel ROUX, 4 novembre 2015

Récit de l’auteur. Partie 3/4 – le chemin du stade

3e partie de mon « récit de vie ».

Le chemin du stade
Si je n’ai jamais trouvé mon chemin de Damas avec les équipes grenobloises, je l’ai gardé avec Geoffroy. Aller au stade, c’est comme un fil d’Ariane qu’on maintient pour se dire qu’on est encore de la Loire. Un renouvellement irrégulier de ses vœux de fidélité à son département, à sa culture populaire.

Petit, le voyage au stade se faisait en un quart d’heure de routes glissantes. Maintenant, il nécessite de partir longtemps avant le coup d’envoi en raison l’angoisse des bouchons de la rocade Est de Lyon ou ceux qui s’égrènent le long de l’A47 : au pont de Chasse, dans le goulet d’étranglement de Givors, à Rive-de-Gier, etc. Quand tout part de travers, dès l’entrée sur la Rocade Est, le stress amène parfois à tenter des itinéraires bis de désespoir par les Moulins à Vent, les usines de St-Fons, par Brignais et La Madeleine. Le passage du col de Terrenoire, les crassiers de Méons, la plaine du Marais et le bulbe de l’église du Soleil, les terrains de Méons et le halo de lumière du stade dans le lointain redonnent alors l’espoir d’arriver à l’heure, au-moins pour la seconde mi-temps….

L’arrivée au stade se fait toujours depuis le même parking. Logique quand on descend des Monts du Lyonnais, moins quand on vient de Lyon ou Grenoble mais c’est ainsi. On laisse la voiture Allée de la Tour, sur le trottoir longeant les usines et à proximité d’un endroit où le Furan nauséabonde à l’air libre. Dès cette impasse, il est possible évaluer le taux de remplissage du stade au nombre de voitures présentes dans l’allée. De là, l’accès au stade se fait sur la route, les trottoirs étant gravis par les voitures. Le parcours fait apparaître un paysage unique. Les jardins ouvriers sur les terres en friches entre les usines, les maisons des piémonts de la colline de Montreynaud, le dépôt de l’Equipement avec ses tas de sels, les coffres ouverts des voitures pour les pique-niques autour de la glacière ou du pack de kro, les pompiers qui doivent veiller à maintenir une sortie de secours pour leurs véhicule. Et puis les premières clameurs vers le rond-point de la coop des charcutiers et de Métro, les camions kebabs, le passage sous l’autoroute et les tags marquant le territoire, les fers rongés par l’urine du mur de l’EDF, le stade de l’Etivallière.

Contrairement à ce que les sociologues peuvent dire de la géographie sociale des stades (comme celui du Vélodrome), j’ai l’impression qu’à Sainté, la place au stade ne dit rien de ses origines géographiques ou sociales. Elle n’est pas si stable que cela. Elle dit plus des parcours de vie.

Au milieu des années 80, avec mon père nous mettions à contribution tous les clients du PMU pour augmenter nos chances de gagner des billets gratuits au tirage de La Tribune-Le Progrès. Quand cela marchait, les places nous amenaient en latérale, tribune Henri-Point.

A la fin des années 80, ce furent les innombrables matchs avec les cousins et les copains du club de foot du village, avec ma sœur et ma cousine quand elles s’imposèrent à nous. Au tout début, le nomadisme était possible. Il était envisageable de changer de tribune populaire à la mi-temps, moyennant une petite course sous la tribune latérale et le risque de ne pas trouver place dans l’autre tribune.

Puis, ici comme ailleurs, l’avancement de la civilisation s’est traduit par l’interdiction du nomadisme. Il fallait devenir sédentaire et choisir son côté. Cela revenait alors à choisir sa tribune populaire « avec ou sans kop ». Kop ? Terme topographique boer passé à l’anglais via Liverpool et qui commençait à désigner la partie basse de la tribune populaire où commençaient à émerger une nouvelle forme de supportérisme – le mouvement ultra – rejeton lointain des torcidas organizadas brésiliennes, importées en Europe via l’ex-Yougoslavie et raffinées par les Italiens.

Dès lors nous allions en tribune Nord, dans l’axe de la cage, juste au-dessus du kop, ce petit noyau en fusion. Une position de choix, en péricentre du réacteur mais sûre pour les filles de petites tailles. On ne voyait jamais complètement l’aire de jeu mais au-moins étions-nous au cœur de l’action. Places qui correspondaient aussi à notre position dans la géographie culturelle des tribunes : de jeunes fans, proches de la mouvance ultra mais rétifs à l’idée de tout embrigadement.

Les places debout en demi-tarif scolaire ou étudiant demandaient alors un long temps d’attente dans la queue du guichet qui leurs était réservée, mais à 20 francs, elles rendaient l’attente acceptable. Et le personnel au guichet n’était pas regardant sur la validité des cartes d’étudiants… Les faussaires débutants s’en donnaient à cœur joie et avec l’assentiment général.

Puis nous avons migré dans la tribune Sud à partir de la rénovation de Geoffroy préalable à la Coupe du Monde de 1998. D’abord contraints et forcés, nous y sommes restés, habitués à l’ambiance même si l’accès et la sortie nécessitaient de remonter les flux à contre-courant. Nous avions la même stratégie micro-géographique (dans l’axe supérieur du – plus petit – kop), puis sur ses bords latéraux, effet d’un mouvement centrifuge lié à l’âge. J’y ai même trouvé mon épouse, un soir d’été. Depuis, c’est encore dans cette tribune populaire que j’aime revenir avec elle et ma belle-soeur. C’est là que je retrouve aussi mon père, ma sœur et son mari (un authentique fan de l’AJA, qui l’aurait cru !).

Aujourd’hui, le stade est devenu un terrain d’étude. Je ne le vois plus avec des yeux d’enfants mais comme un objet de travail. Cela gâche un peu le plaisir. Il m’est alors important d’amener des novices, de les initier, de les entendre commenter leurs ressentis. Revivre la première fois par procuration. Comme cette été avec ma fille – quatrième génération de la famille – et ses cousines lyonnaises. Le plaisir de la sentir appuyée sur mes épaules puis blottie dans mes bras pour regarder le match. Surpris de voir ces trois petites filles s’intéresser autant à la chose et se laisser peu à peu gagner par l’ambiance.

A suivre…

Récit de l’auteur. Partie 2/4 – déplacement(s)

2e partie de mon « récit de vie ».

Déplacement(s)
Comme beaucoup de « Stéphs », le bac m’a ouvert les portes de l’université. Il m’a aussi fait prendre la porte de la Loire.

L’université à Grenoble puis la vie qui oscillent des années durant entre capitales des Alpes, des Gaules et du Forez. Les années passant les retours aux sources s’estompent : hebdomadaires, mensuels, occasionnels, exceptionnels. Et sans qu’on y prenne garde, l’installation devient pérenne en Dauphiné. Sainté, Lyon, Grenoble, modeste drang nach osten. Je dois bien reconnaître, après 25 ans de vie grenobloise intermittente, un certain attachement à cette ville qui m’a poli, rendu plus urbain et civil. Par contre, je ne me suis pas attaché à ses clubs et ses stades. J’ai bien essayé mais je n’ai jamais pu supporter d’autres équipes. Je suis toujours, quelque part, un Ligérien déplacé.

A la fac, j’ai rencontré des tas de fans de foot et on a souvent sympathisé autour de nos clubs respectifs. Je garde d’ailleurs un œil distrait mais plein de tendresse sur ces derniers, mais je ne peux m’en sentir vraiment supporteur, tout au plus un lointain compagnon de route. De plus, il y a quelque de chose de troublant avec ces clubs. Tous jouent en bleu et arborent un lion sur le poitrail. J’ai suivi une douzaine de matchs de Macclesfield Town dans les profondeurs des divisions anglaises pour accompagner Franck et Brad, suivi à distance le Brescia de Silvano ; j’ai même assisté à un match de l’Avai d’Elson, l’une des deux équipes de Florianópolis au Brésil. Il a fallu que cela soit celle qui joue en bleu avec un lion rampant alors que l’autre, Figuerense, joue en vert et blanc. Ces clubs-là cherchent-ils à me faire passer un message subliminal ? Vis-je dans le déni ?

J’habite Grenoble mais je suis toujours habité par Sainté. J’enseigne l’urbanisme et la géographie à partir du prisme des stades. Folle idée ? Habile manière d’articuler travail et loisirs ? Comme beaucoup de petits garçons j’ai appris très tôt que les cartes de géographie de l’école primaire étaient bien incomplètes et sélectives. Qu’il n’y avait pas dans l’Hexagone que quatre fleuves et des chefs-lieux de département. Qu’il existait des géographies parallèles. Leurs cartes incluaient les seconds couteaux du maillage administratifs, les oubliés de la Modernité, les eaux de boudin de l’industrie. L’album Panini constituait leur Who’s who : Saint-Etienne, Gueugnon, Noeux-les-Mines, Saint-Ouen, Le Havre, Brest, Mulhouse, Abbeville, Montceau-les-Mines, Alès, Roubaix, etc. Des noms parfois connus des seuls lecteurs nostalgiques du Tour de France par deux enfants.

Avec mes cousins, nous témoignions d’un vrai enthousiasme à mémoriser les noms de ville et de stade. Nous répétions nos leçons, lors des soirées pyjama des grandes vacances. Stade Bauer ? Red Star. Francis-Le Blé ? Brest. Jules-Deschaseaux ? Le Havre. J’ai fais le déplacement avec mon cousin, 25 ans plus tard, un jour d’hiver au « Jean-Laville » de Gueugnon, en passant par les départementales enneigés du Roannais. Nulle indication de la ville à plus de 10 km de la destination, nulle étoile ou pylône guidant le berger. Certaines de ces villes ont été tout autant rayées de la carte par leur relégation sportive que par la fermeture de leurs usines et mines.

Nos cartes d’Europe étaient tout aussi loufoques, sensibles, légendaires. Elles indiquaient que les Bohémiens avaient poussé leurs roulottes non seulement jusqu’à Prague mais jusqu’à Dublin, que les chemins de saint Paul l’avait amené jusqu’aux bas-fonds du port de Hambourg, qu’AZ 67 n’était pas un modèle de fusil mais de club hollandais, que le hameau de l’ouest (West Ham) se plaçait en fait à l’Est de la carte de Londres, etc. Mais on se doutait bien, avant nos diplomates et sans prérequis en géopolitique, que la Yougoslavie ne serait pas éternelle. Il suffisait de suivre les frictions entre factions rivales d’Hadjuk et du Dinamo avec celles du Partizan ou de l’Etoile Rouge.

A suivre…

Premier match au stade

En juin 2015, lors d’une rencontre avec une classe de 2nde du Lycée G. Brassens de Rive-de-Gier (42), suivie d’une visite de stade, le contact s’engage par un exercice d’écriture: « décrivez votre premier match au stade ». 

Visite du stade Geoffroy-Guichard

Récit n°1 (une fille)
Je m’appelle E.  et le foot est quelque chose que je partage avec mon père. Mon premier match de football fut le plus mémorable. En novembre 2010, Lyon-Marseille, OL-OM, un froid de canard et des supporters plus que déchaînés. Un stade de Gerland en ébullition et mon père euphorique.

Mon père avait placé tous ses espoirs de supporter en moi. Trop concentrée dans le match, la mi-temps siffla. Mon envie d’aller aux toilettes repris de plus belle. Ne connaissant pas du tout le stade, je demanda (sic.) à mon père de m’accompagner. Ce qu’il fit mais malheureusement trop tard. A peine arrivée aux toilettes, pas le temps de se déshabiller. J’ai fini le match mouillée dans le froid. Malgré tout ce reste l’un de mes meilleurs souvenirs. Depuis, les matchs s’enchainent, à jongler entre Geoffroy-Guichard et Gerland.

Récit n°2 (une fille)
Je m’appelle C. et je suis née à l’hôpital de Saint-Chamond. J’habite à Chateauneuf et un week-end sur deux à Saint-Etienne. Même si mon père habite à St-Etienne, il ne regarde pas les matchs à la télé. Mon intérêt pour le foot ne vient donc pas de mon père mais de ma mère. Elle a fait 10 ans de foot mais suite à la rencontre avec mon père, elle a dû arrêter le foot.

Ma « carrière » de footballeuse a commencé il y a deux ans. J’ai commencé dans une petite équipe de Saint-Joseph dans une équipe de fille séniors. Pour mon premier match on s’était fait laminer ! 9-0. Nos adversaires avaient 5 ans d’expérience et elles étaient impressionnantes. Mais j’ai dû quitter l’équipe de St-Jo car les filles partaient en championnat mais j’étais trop jeune. Il y a un mois, suite au coup de fil d’un ancien ami de ma mère, j’ai recommencé le foot à Chateauneuf car une nouvelle équipe se créait. Le 26 juin aura lieu mon premier match dans cette équipe.

Je supporte l’équipe de France et pour la prochaine coupe du monde qui aura lieu en 2018 je compterai bien y être. Je supporte aussi l’ASSE. J’aimerais bien aller à un match à Geoffroy-Guichard mais mes parents ont peur de l’ambiance et ma mère préfère jouer que regarder.

Récit n°3 (un garçon)
Né dans un pays étranger, j’ai grandi dans cette ville de Saint-Etienne. On me parlait souvent de ce Derby qui est Saint-Etienne-Lyon. Je m’en moque un peu ; ce que je voulais moi c’est taper dans le ballon et être le plus fort. Contrairement aux autres, j’aimais ce club, Lyon, surement pour ses performances de 2002 à 2008. J’ai le souvenir de ce match Sainté-Lens où je suis allé avec des amis et je n’ai pas oublié de porter le maillot de Lyon.

Récit n°4 (une fille)
Je m’appelle K., j’ai 16 ans, je suis née dans cette vallée et j’y vis depuis que je suis toute petite. La première fois que j’ai mis les pieds au stade, j’avais 10 ans, j’étais accompagnée de mon père. Ma première visite a été scandaleuse, dès l’arrivée je croisais des gens bourrés qui se battaient sans aucune raison. Mon père me certifia que ce n’était pas toujours comme ça. Plus tard, mon frère se rendait trois fois par semaine au stade pour ses entraînements. J’y ai pris goût et je me rendais une fois par mois au stade. Malgré que je n’aime pas l’équipe de Saint-Etienne, j’adorais voir les supporters unis et l’ambiance qui s’en dégageait.

Récit n°5 (une fille)
Je m’appelle L., j’ai 16 ans. J’aime le foot grâce à mon père qui regarde souvent le foot que je regarde avec lui. Moi et mon père on partage nos avis sur les équipes que l’on aime comme l’ASSE mais nous ne sommes jamais allé voir un match car mon père n’aime pas le comportement des supporters de foot.. Grâce à ma tante, j’ai pu visiter le Stade de France il y a quelques années. J’en ai gardé un très bon souvenir, malheureusement je n’ai pas eu l’occasion de voir un match dans ce stade. Mais j’imagine que cela doit être impressionnant car c’est un stade très grand.

Récit n°6 (un garçon)
Je m’appelle E., j’ai 16 ans, en ce jour d’aujourd’hui. Mon rapport sera de vous raconter la formidable histoire entre moi et les stades sur lesquels j’ai posé le pied. Mon premier stade était ma terrasse sur laquelle on jouait moi et mes nombreux cousins. Pour cage, on avait la porte du garage et le portail qui sont face à face. Puis grâce à notre belle mairie de Lorette, nous avons un beau city stade avec des cages et des remparts en acier dans lequel on pouvait s’amuser à jouer au foot ou même au basket. Aujourd’hui encore nous nous rassemblons dans ce stade chaque soir après l’école pour nous amuser sur ce stade qui a pour nom le « city de Lorette ».

Récit n°7 (une fille)
Bonjour. Je m’appelle C. et je suis née à Saint-Chamond. J’habite à Rive-de-Gier. J’ai deux grands frères et un père fan de foot, mais plus particulièrement de l’ASSE. Mon père est Français et ma mère est Italienne, alors quand à la télé il y a France-Italie c’est la guerre à ma maison ! Mes grands frères ont fait du foot au Grand-Pont à l’ACR. Mon père les emmenait donc jouer au foot.

Quand j’étais petite, je me rappelle que mes frères et mon père regardaient toujours les matchs de l’ASSE sur Canal + . Quand les Verts gagnaient, c’était l’euphorie chez moi. Je n’étais encore jamais allée voir de match au stade. Je me rappelle de mon premier match, je crois que c’était en 2007 ou 2008. C’était contre Monaco. L’ASSE avait gagné 4-0. J’y étais allé avec mon père et mon frère. C’était la première fois que j’étais allée dans un aussi grand stade, j’étais impressionnée de voir les joueurs que je voyais toutes les semaines à la télé, en vrai. Maintenant j’y vais de temps en temps. Avec mon père, nous allons au Kop Sud et nous chantons les chants que nous connaissons par cœur.

Récit n°8 (une fille)
Je n’aime pas le football, alors je parlerai de basketball. Dans les animés (mangas) ou dans la vraie vie, je trouve ce sport beaucoup plus collectif et convivial. Le but et la technique sont des choses beaucoup plus respectables que dans ce jeu qui se joue au pied.

Je n’ai jamais été au stade, mais j’espère y aller au-moins une fois dans ma vie. Comme dans les films, je veux m’asseoir dans la foule sur les gradins, popcorns et hotdog dans les mains en acclamant des colosses de deux mètres arrivés sur le terrain sous les cris des fans. Et plus tard dans les matchs, je veux connaître des moments de tension et de folie devant le score et partir de là émerveillée, plein de bons souvenirs en tête.

The more I explore stadiums. Ch. Gaffney

Christopher Gaffney est géographe, enseignant-chercheur et journaliste d’investigation américain. Il a été professeur invité à l’Ecole Supérieure d’Architecture et d’Urbanisme de l’Université Fédérale Fluminense de Rio à Niterói (Brésil) ou plus récemment à l’EPF de Zurich (Suisse). Les stades sont son terrain d’étude favori depuis 2004. Il est l’auteur du remarquable Temples of the Earthbound Gods (University of Texas Press, 2008, non traduit) dans lequel il s’intéresse à l’histoire et la géographie culturelle des stades de Rio de Janeiro et Buenos Aires comme prisme pour comprendre l’évolution des paysages urbains depuis la fin du XIXe siècle.

The more I explore stadiums, the larger they became and the more I found. Unfortunately, I can no longer experience them unconsciously, and after reading this book neither will you. A stadium, even a very small one, is an incredibly complex  ”thing” – nearly impossible to describe its entirety, each one requiring a deep reading of the cultural landscape”. […]

The complexities of the stadium extend well beyond geographic inquiry into the realms of imagination, city planning, governance and taxation, architecture, environmental studies, transportation infrastructure, sewage, electricity, horticulture, security and surveillance, ticketing, marketing, player migration patterns, international trade agreements, citizens’ rights groups, eminent domain law, global capital, local, regional, national and cultural identities, gender performance, geopolitical conflicts, and global mega-events, to name more than a few. (…)

Obviously, stadiums are built so that we can perform and patronize sport, but the ways in which stadiums are constructed, managed, experienced, and understood are as different as the events they host. The meanings and histories they contain, represent, and produce are inseparable from the cultures in which they exist. As fundamental elements of the urban cultural landscape, stadiums impart ideological messages wrapped in discursive frameworks that are in turn informed by multiscalar geographic processes. Which is to say that the more we look at and think about stadiums, the more complex they become. By using stadiums as lenses to observe cultures, we survey historical, economic, political, sociocultural, technological, and globalizing processes as they are expressed on the local level.

Christopher GAFFNEY, Temples of the Earthbound Gods. Stadiums in the Cultural Landscapes of Rio de Janeiro and Buenos Aires, preface pp. iv-xv.

Lire aussi l’interview de Ch. Gaffney dans la revue Urbanisme « Les stades du Mondial seront des éléphants blancs » dans « Publications & communications ».