Impressões sobre o estádio Geoffroy-Guichard

Natália Rodrigues de Melo est une jeune « tourismologue » brésilienne qui fait sa thèse à l’Université Fédérale de Rio de Janeiro au sein de la Faculté d’Architecture et d’Urbanisme. Son sujet de recherche porte sur l’analyse de l’ambiance des stades de football rénovés pour la coupe du monde 2014. Elle est accueillie au printemps 2017 à l’Institut d’Urbanisme de Grenoble et au laboratoire PACTE du CNRS. Le texte ci-dessous constitue  un travail d’observation situé du stade Geoffroy-Guichard de Saint-Etienne.

La consigne donnée est de décrire dans ses plus petits détails la journée au stade, à la façon de Pierre Sansot1: « prendre la décision de décrire, ce serait observer, se situer au plus près de ce qui se produit, être en intelligence avec ce qui s’offre : par exemple, ne pas omettre les détails que seule une longue pratique affectueuse relève, mémorise. […] La description s’attache à révéler ses mille nuances, ces détails qui semblent relever de l’anecdote et que l’on a tendance à négliger dans une micro-sociologie. Or, tous ces détails constituent la trame de la vie sociale à tel point qu’il n’y a pas grand chose à rechercher en dehors d’eux, derrière eux. […] Elle peut avoir une ambition plus grande : montrer comment à travers des comportements mineurs se dévoilent les gestes majeurs de l’Anthropos ».

 

O estádio Geoffroy-Guichard está localizado na cidade de Saint-Etienne, região de Auvergne Ródano Alpes. Tem capacidade para aproximadamente 42.000 espectadores e é conhecido como Le Chaudron ou L’Enfer Vert em referência ao time da casa, AS Saint-Etienne.

Fachada do estádio Geoffroy-Guichard. Façade principale de Geoffroy-Guichard

Para então conhecê-lo, a saga do dia 09 de abril de 2017 começou às 08h45 da manhã na linha A do VLT de Grenoble, estação Arlequin sentido Maison du Tourisme. Às 09h10 eu segui o caminho pelo VLT da linha B, Maison du Tourisme sentido Ile Verte.

Os Grenobloises, em sua maior parte, são bem simpáticos, porém são quietos, reservados. Assim, até meu destino final eu segui quieta até encontrar Jean-Michel e Louise. Um pouco mais adiante conheci Regis, Alberto e mais quatro crianças. Seguimos todos para Saint-Etienne.

Cidade de Saint-Etienne. Ville de St-Etienne, vue du Crêt-de-Roch.

O dia agradável, de sol ameno, vento fresco e casarões antigos, tornou a expectativa do jogo também agradável. Após um passeio e um almoço formidável na casa dos pais de Jean-Michel, seguimos finalmente para a partida Saint-Etienne x Nantes.

Caminhamos pelas ruas do entorno e era possível observar um “mar de gente” vestindo verde, todos sorrindo e certamente uma grande expectativa de vitória do time de Saint-Etienne. Todos caminhando em direção ao seu respectivo portão de entrada e o barulho que se ouvia era de pessoas conversando provavelmente sobre uma grande partida.

O dia azul e ensolarado, porém não muito quente, de uma tarde de primavera, contribuiu para a animação e para o grande público que estava no estádio para ver a partida do dia. As duas equipes ocupam a parte de cima da tabela, respectivamente 7ª e 8ª posições, no entanto, nenhum dos dois times tem chance de vencer o campeonato francês, ficando provavelmente com o time de Mônaco ou Paris Saint German. Dessa forma, a busca pelo estádio foi certamente motivada pela paixão ao clube, pela ambiência do estádio e o dia que estava proporcionando uma bela tarde de lazer.

Alguns torcedores estavam bebendo em alguns poucos quiosques do entorno, na espera do jogo. Era possível então sentir o cheiro dos petiscos e das bebidas, além de poder ouvir os barulhos de conversas e risos dos visitantes.

O Estádio, que foi construído em uma região de minas de carvão, foi recém reformado para a Euro 2016. Prezou-se pela ampliação do espaço, aumentando as fileiras de arquibancadas e as tribunas. Além disso, a grama foi melhorada, assim como a arquitetura em toda a sua fachada, modernizando um dos estádios mais antigos da França, inaugurado em 1931.

Entrada no portão sul do estádio. Queue pour la fouille à l’intérieur du stade.

Entramos pela tribuna sul do estádio. Enfrentamos uma pequena fila até chegarmos às catracas eletrônicas. Validamos o bilhete e passamos pela inspeção. Não queriam permitir a minha entrada com um carregador externo de bateria de celular, pois apresentava risco, caso eu quisesse jogá-lo em alguém do estádio. Ao final, consegui driblar o problema e finalmente entrei.

A entrada é ampla e ventilada. O local é bem sinalizado e indica corretamente os setores. A circulação dentro do estádio estava tranquila. Preferimos ficar na parte superior da tribuna, então subimos dois lances de escada até alcançarmos o local pretendido. Não seguimos a numeração da cadeira que estava no bilhete e ficamos onde havia espaço, assim como fazemos no Brasil, nos setores mais baratos.

A entrada é ampla e ventilada. Sous la tribune sud.

O estádio é composto por quatro tribunas, sendo duas delas com cadeiras numeradas e um restaurante (Área VIP). As outras duas tribunas, sendo uma de frente para a outra, correspondem ao espaço mais acessível do estádio, em que os ingressos são menos caros. Nelas estão as arquibancadas e o que lembra uma “geral” no Brasil. O “ultras” ou torcidas organizadas ocupam essas tribunas: de um lado os “Green Angels” e do outro os “Magic Fans”. Os valores giram em torno de 10 euros nas arquibancadas (preços mais baixos).

Ingresso da partida. Billet d’entrée, imprimé sur papier A4.

Nas tribunas leste e oeste os torcedores são mais quietos e permanecem sentados praticamente o tempo todo. Os espaços de circulação (as laterais das cadeiras) ficam todos disponíveis e as pessoas são espectadoras do jogo, assistindo calmamente a partida. No setor oeste ainda existe um restaurante, o único local do estádio que permite a venda de bebidas alcóolicas.

Nos setores norte e sul estão as torcidas organizadas ou como chamam os franceses “os Ultras”. Do lado sul o espaço é reservado para os “Green Angels” e do lado norte estão os “Magic Fans”. Ficamos no lado sul e foi possível perceber que existem mais bandeiras e um movimento circular com as flâmulas da equipe tricolor: verde, branco e preto. Os cânticos ecoam por todo o setor e os animadores não deixam que os torcedores se sentem e desanimem. Do outro lado, os “Magic Fans” são, em sua maioria, homens. Eles ficam sem as camisas e fazem um movimento de vai e vem entre eles. Cantam o tempo todo e, em alguns momentos da partida, eles cantam e fazem coreografia com o lado sul, ou seja, com os “Green Angels”. A sensação é de que uma onda atravessa o estádio e isso contagia o norte e o sul. Existe uma vibração em coro e um uníssono que impulsiona a equipe. É vibrante!

Tribuna norte. Magic Fans. Foto ilustrando a bandeira dos ultras e o nome de um torcedor morto: Olive. Kop nord lors du tifo en mémoire d’Olive, un ancien « MF ».

É interessante, pois assim como no Brasil, a maioria dos torcedores não se conhecem, mas é como se naquele instante eles fossem parte da mesma família. É um clima de solidariedade e ajuda mútua. O time depende de todos eles e todos eles sabem disso. A união nesse momento é o que mais importa.

O público da partida foi de 30 mil pessoas e a composição bastante mista: homens, mulheres, idosos e crianças. Apesar de toda uma mobilização das organizadas, o ambiente é de tranquilidade, pois Nantes não é o principal adversário do Saint-Etienne e a torcida foi praticamente única, uma vez que o time adversário teve permissão de 300 torcedores somente.

Tribuna norte (geral) e tribuna leste, cadeiras numeradas. Tribune nord (kop) et tribune est (places assises).

Há muitas bandeiras, flâmulas, hinos e coreografias para saudar e impulsionar a equipe. O espaço dos “ultras” é bastante territorializado, assim como fazem as torcidas organizadas no Brasil. O espaço de cada um é bem delimitado e, mesmo que sejam torcedores do mesmo time, eles precisam respeitar os limites e a maneira de torcer da cada um. Uma situação em particular chama bastante a atenção, a torcida dos “Green Angles” produz um jornal impresso para os torcedores no qual é narrado os pontos principais sobre a partida do dia, as próximas partidas e a classificação da primeira liga. O principal rival, Lyon, é sempre referenciado com letras minúsculas, ratificando o desprezo e rivalidade.

Jornal dos torcedores Green Angels. Fanzine des Green Angels.

Nas tribunas sul e norte não há obediência à numeração dos assentos e os torcedores ficam de pé sobre esses mesmos assentos para ter maior visibilidade do campo, já que durante a partida ninguém se senta, exceto nas tribunas mais caras. Não é possível querer seguir uma ordem nem mesmo existe uma vontade para isso. O ambiente é bastante convidativo a fazer parte, a sentir a ambiência e a torcer junto.

A partida do dia 09 acabou em empate, 1 x 1, mantendo as equipes na mesma posição da tabela. Ao sairmos do local, apesar do empate, seguimos em clima de paz. Assim como na ida, a volta é feita pelas ruas próximas ao entorno, onde os carros ficam estacionados. Ao final todos seguem indo embora para o seu destino.

Em comparação ao Brasil eu sinto que as diferenças são poucas quando se trata da partida no estádio de Saint-Etinne e com os torcedores da equipe homônima. Os estádios têm preços igualmente altos, mas no Brasil o poder aquisitivo é menor e vemos, cada vez menos, um espaço ocupado pelo “povão”. O estádio tem se tornado um espaço de segregação, mas na contramão, buscamos reivindicar mais acessibilidade do grande público e/ou ocupar outros estádios de menor tamanho e que possibilitem preços mais acessíveis.

Torcedores de pé sob os assentos das arquibancadas. Supporteurs préférant rester debout en tribune populaire.

Apesar da espetacularização que o futebol vem sofrendo, é muito difícil uma paixão ser ofuscada. Ao final, me senti empolgada com o jogo que presenciei e me restou a impressão de que o futebol é fenômeno social e acolhedor em qualquer parte do mundo, mesmo com as rivalidades. A frase de ordem que ainda ecoa dentro de mim é Allez les Verts!!!

 

Eléments de comparaison avec le Brésil
Voici maintenant, un résumé analytique du texte en portugais, fruit d’une lecture et d’un échange avec l’auteur. 


A écouter Natália Rodrigues de Melo, ce qui distingue un tel match de championnat par rapport à un équivalent au Brésil tient d’abord dans l’atmosphère sereine (clima de paz) qui se dégage des abords du stade, à l’entrée à la sortie du public et dans les tribunes.

Le contexte joue, bien entendu, un grand rôle. Il n’y a pas d’animosité particulière entre les supporteurs des deux équipes, et de plus, les autorités ont restreint le déplacement des supporteurs nantais à 300 personnes maximum. De fait, ils ne sont qu’une poignée dans leur parcage. Le match se joue un dimanche après-midi de printemps. Plus de 30 000 personnes assistent au match, beaucoup arborant les couleurs du club – vert, blanc, noir – et créent une « marée verte » (um “mar de gente” vestindo verde).

Pour l’auteur, les gens sont probablement plus attirés par la passion du club et l’ambiance du stade que par une quelconque perspective sportive, les supporteurs qu’elle rencontre avant le match ne croyant guère  à une qualification européenne, pourtant encore mathématiquement possible.  Elle souligne que les clubs n’existent guère que par cette passion qu’ont les supporteurs pour leur équipe; passion qui transforme le « spectacle » en un rituel presque sacré.

L’entrée au stade lui semble facile: une petite attente au guichet, des billets électroniques et la surprise de se voir interdire une batterie de téléphone portable (risque de jet)… mais qui sera finalement acceptée2. Le stade lui apparaît comme bien conçu avec ses entrée amples et ouvertes, une circulation aisée dans l’enceinte et une bonne signalisation. Il apparaît comme ayant – toujours – quatre tribunes qui se font face: deux (arquibancadas) avec sièges numérotés (cadeiras numeradas) et espace VIP ; deux sans numérotation des places et sans restaurant mais où les gens continuent de se mettre debout (gerals).
Le public est lui aussi affaire de surprise. L’auteur découvre les ultras, une forme de supportérisme organisé comme au Brésil avec les torcidas organizadas. L’espace des ultras est bien délimité et la chorégraphie rappellent celles des torcidas . Elle note qu’ils chantent pratiquement tout le temps; des chants repris par la tribune et qui parfois se répondent d’une tribune populaire à l’autre, créant une sensation d’ondes se répandant dans tout le stade (a sensação é de que uma onda atravessa o estádio e isso contagia o norte e o sul). Se dégage aussi une impression de solidarité entre les supporteurs sans qu’ils semblent se connaître. Les rapports sociaux lui semblent particulièrement paisibles et le stade un lieu de mixité avec non seulement des hommes mais aussi des femmes, des adolescents et des enfants.
Le prix modique des billets par rapport au pouvoir d’achat, dix euros, est en fin souligné tandis que les prix ont flambé au Brésil ces dernières années, à la grande surprise et au désespoir des Brésiliens les plus modestes, qui se trouvent exclus d’un stade et d’un spectacle auquel ils contribuaient pourtant. L’obtention de stades plus familiaux et sécurisés s’est faite, comme en Angleterre, au prix de l’éviction des plus modestes…
Au final, un beau (contre) exemple aux violences de la semaine suivante au Parc OL et au stade de Furiani.

 

Texte en portugais (Brésil) et photographies de Natália Rodrigues de Melo; introduction et éléments de comparaison (en français) de Jean-Michel Roux.

A suivre…

A lire aussi sur les ambiances des stades français et brésiliens: High Fidelity.

  1. Pierre SANSOT, Les formes sensibles de la vie sociale, Paris : PUF, collection La politique éclatée, 1986, pp. 66-67 []
  2. Le stadier fait preuve de compréhension devant l’explication que la batterie sert à un travail universitaire d’une Brésilienne []

Violence et stade, de Pompéi à Furiani

Sièges brûlés ou arrachés, toilettes vandalisées au Parc OL (Décines) dans un secteur occupé par des supporters parisiens lors de la finale de la Coupe de la Ligue le 1er avril 2017. Violents incidents (douze interpellations et sept blessés) autour et dans le même Parc OL lors de la venue du Besiktas d’Istanbul en quarts de finale de la Ligue Europa le 13 avril 2017. Invasions de terrain par des fans, violences sur des joueurs, jets de projectiles sur un bus lors du match de championnat SC Bastia-O. Lyonnais le 16 avril au stade de Furiani. La violence s’invite à nouveau dans les stades français.

Ces incidents rapprochés mettent en lumière une série de dysfonctionnements en terme d’organisation de la billetterie, des déplacements de fans (officiels et « indépendants »), de la sécurité publique dans et autour des enceintes, de la gestion des flux de personnes dans les stades, de la communication avant les matchs, etc. Le tout dans un contexte géo-politique parfois tendu1. La violence au stade est tout sauf un mal du siècle ou du football. Petite mise en perspective historique avec les Romains et le souvenir d’un affrontement violent à Pompéi.

 

Le massacre de l’amphithéâtre de Pompéi
Les combats de gladiateurs (munera) naissent, comme nous le rappelle Tertullien, dans le cadre de cérémonies d’hommage funéraire. Le sang coule en mémoire d’un cher disparu et en sacrifice pour honorer les dieux. La violence est alors restreinte à l’arène. Rapidement le combat devient spectacle chez les Romains, offert par un mécène – un évergète – à son peuple. La place publique ne suffit plus à accueillir les spectateurs et des équipements dédiés apparaissent: les amphithéâtres. Le supportérisme se développe, parfois encouragé avec des arrières pensées politiciennes par les notables eux-mêmes… conduisant à des excès dont Pompéi nous a transmis des traces.

En 59 après J.C., un combat de gladiateurs donné à Pompéi se termine par le massacre des habitants d’une colonie de Campanie, Nucérie, venus assister au spectacle. Deux documents nous relatent l’évènement à leur manière: le premier est un texte de Tacite2, le second une fresque provenant d’une maison pompéienne aujourd’hui conservée au Musée archéologique national de Naples. Voici ce que Tacite – qui n’est pas un contemporain  – dit de l’évènement:
« Un incident futile provoqua un affreux massacre entre les colons de Nucérie et ceux de Pompéi, lors d’un spectacle de gladiateurs, donné par Livineius Regulus, dont j’ai rapporté l’exclusion du Sénat. En effet, en échangeant des invectives selon la licence propre aux petites cités, ils se lancèrent des injures, puis des pierres, enfin des armes, et la victoire resta à la plèbe de Pompéi, où se donnait le spectacle. Aussi transporta-t-on dans la Ville beaucoup de Nucériens, le corps mutilé à la suite des coups reçus, et un grand nombre pleuraient la mort d’un fils ou d’un père.
Le jugement de cette affaire fut remis par le prince au Sénat, par le Sénat aux consuls. Puis l’affaire étant revenue devant le Sénat, on interdit pour dix ans à la municipalité de Pompéi ce genre de réunions, et les associations qui s’y étaient fondées au mépris des lois furent dissoutes ; Livineius et les autres auteurs de la sédition furent punis de l’exil. »

Fresque d’une maison de Pompéi représentant l’affrontement entre Pompéiens et Nucériens

La fresque ci-dessus montre combien l’affrontement entre spectateurs déborde de l’arène et ses tribunes pour se poursuivre dans la ville, se transformant en chasse à l’homme. Simple cas de violence de fans d’extraction modeste et issus d’une « petite cité »? L’historienne Valérie Huet nous donne une autre explication dans un article de la revue Histoire urbaine. Il s’agit bien pour elle d’une forme archaïque d’hooliganisme, forme qu’elle relie d’ailleurs à l’organisation sociale des groupes hooligans néerlandais des années 1990. Elle propose même d’attribuer la fresque, non plus à un ancien gladiateur devenu libre, comme c’est généralement le cas, mais à « une sorte de « hooligan », c’est-à-dire un homme appartenant à une catégorie relativement modeste de la population et qui tirerait gloire et fierté de sa participation à une violence dont l’écho était parvenu jusqu’à Rome et avait même déclenché ses foudres ».

La lecture géo-politique des incidents
Pour Valérie Huet, comme pour beaucoup d’autres spécialistes, le massacre ne peut être compris qu’en se limitant aux motivations des seuls hooligans pompéiens. Pompéi et Nucérie sont en fait alors deux colonies romaines, i.e. des établissements créés par l’État romain et destinés au contrôle d’un territoire conquis. Elles sont toutes deux situées dans la même vallée du Sarno et en conflits profonds. Nucérie, moins connue aujourd’hui que Pompéi,  est une ville samnite d’origine, située au centre italique de la Campanie méridionale. Valérie Huet nous rappelle que, bien que samnite3, Nucérie se caractérise par sa loyauté sans faille à l’égard de Rome, contrairement à Pompéi qui, ayant pris parti contre le pouvoir central lors de la guerre sociale, perdit son indépendance en devenant une colonie syllanienne.

Deux ans avant le massacre, Rome autorise d’ailleurs l’augmentation du nombre des colons à Nucérie, ce qui ruina ainsi les espoirs des Pompéiens de contrôler des territoires ayant un temps appartenu à Stabies, une troisième ville portuaire, dont l’arrière-pays était à portée des deux autres villes. Valérie Huet conclut qu’il est « probable qu’eut lieu entre les deux colonies une redélimitation des territoires donnant l’avantage à Nucérie (…) et évident que parmi les spectateurs et les faiseurs de troubles se trouvaient des colons cultivateurs n’ayant pas pu étendre leurs terres ».

Quand la violence au stade ne peut se comprendre qu’avec un peu de géo-politique…

 

Pour en savoir plus
Huet Valérie, « La représentation de la rixe de l’amphithéâtre de Pompéi : une préfiguration de l’ « hooliganisme  » ? », Histoire urbaine, 2/2004 (n° 10), p. 89-112. URL : http://www.cairn.info/revue-histoire-urbaine-2004-2-page-89.htm
Tacite, Annales XIV, 17
Tertullien, Oeuvres complètes, traduites du latin par Antoine-Eugène de Genoude, Les Belles Lettres, « Classiques favoris », 1168 p.

Source de l’image à la une http://ventomeridionale.blogspot.fr/2012/02/amphitheatre-of-pompeii-blood-and-sand.html

  1. Ces matchs se tiennent à quelques jours d’élections nationales en Turquie – référendum sur la constitution turque qui a vu des pays européens interdire des meetings pro-gouvernementaux au motif de troubles potentiels à l’ordre public – et en France avec le premier tour de l’élection présidentielle []
  2. Tacite, Annales XIV, 17 []
  3. Les Samnites sont un groupe de tribus du Sud des Apennins, définitivement soumis par Rome en 290 av. J.C. []

Le stade Léo Lagrange

Penchons-nous sur Léo Lagrange avant que les effets du naming et/ou les exigences d’honorer les nouveaux héros n’entraînent l’effacement de son nom des façades de nos stades. De Besançon à Nice, de Toulon à Bonneuil-sur-Marne, nombre de stades portent en effet son nom. Qui est-il au juste et pourquoi tant de stades l’honorent-ils ainsi?

 

Léo Lagrange (1900-1940) était un avocat, homme politique membre de la Section française de l’Internationale ouvrière (SFIO, ancêtre du Parti Socialiste) et rédacteur au Populaire, l’organe de presse de la SFIO. Membre des Éclaireurs de France dans sa jeunesse, engagé volontaire en 1917, il devient député en 1932 puis est nommé, lors du Front populaire (1936), sous-secrétaire d’État aux Sports et à l’Organisation des loisirs auprès du ministre de la Santé publique, Henri Sellier… qui est par ailleurs une figure tutélaire de l’Urbanisme français1.

Léo Lagrange, Ministre des Loisirs (1936) d’après https://fr.wikipedia.org/wiki/Léo_Lagrange

C’est la première fois qu’un tel portefeuille est crée pour prendre en compte la jeunesse, les sports et les loisirs et Léo Lagrange va lui imprimer sa marque. Refusant le sport spectacle et le sport professionnel, il met en place une politique nationale du sport pour tous. Sollicité pour construire un grand « stade de France » pour accueillir la Coupe du monde de football de 19382, il déclare que « notre souci est moins de créer des champions et de conduire sur le stade 22 acteurs devant 40 000 ou 100 000 spectateurs que d’incliner la jeunesse de notre pays à aller régulièrement sur le stade, sur le terrain de jeux, à la piscine…»

Reprenant la vision hygiéniste, sociale et culturelle du sport populaire inventée par Edouard Herriot à Lyon dès 1913, Léo Lagrange fait le choix d’équiper les communes françaises d’équipements sportifs et de stades pour la pratique de tous au détriment des clubs professionnels: « Je crois que le jour où l’on a admis que le jeu sur le stade pouvait être l’occasion de profits importants, on a fortement atteint la moralité du sport.
 Aussi, de toutes mes forces et quelles que soient les critiques, parfois sévères, dont mon action pourra être l’objet, je m’opposerai au développement du sport professionnel dans notre pays. Je détiens au Parlement la charge de servir les intérêts de toute la jeunesse française, et non de créer un nouveau spectacle de cirque »3.

Opposé à la participation de la France aux JO de Berlin, instrumentalisés par le nazisme, il tente d’organiser une participation française aux Olympiades populaires de Barcelone. Il est défait par un vote à l’Assemblée. Les athlètes français iront à Berlin et les Olympiades de Barcelone n’iront pas au bout, emportées par la Guerre civile espagnole.

Bien que parlementaire, il rejoint l’armée française et est tué au combat en juin 1940. Puissent des stades portant son nom subsister quelques temps encore…

  1. Henri Sellier fonde en 1919 avec Marcel Poëte et Pierre Lavedan, l’École des hautes études urbaines (EHEU), qui devient l’Institut d’urbanisme de l’université de Paris en 1924 []
  2. Léo Lagrange, discussion du budget à la Chambre des députés, 1937 []
  3. Léo Lagrange, Sous Secrétaire d’État aux Sports, aux Loisirs et à l’Éducation Physique, le 3 décembre 1937, à la tribune de la Chambre des Députés []

Tertullien contre les spectacles

Les Belles Lettres viennent de publier les oeuvres complètes de Tertullien et Roger-Pol Droit d’en faire l’article dans Le Monde des Livres du 31 mars 2017. Le chroniqueur nous rappelle que Tertullien (env. 155-env 225) était « un bouillant chrétien carthaginois, grand polémiste et grand styliste, (qui) n’y allait pas de main morte dans le rigorisme de la pureté des moeurs. Il interdit les spectacles, théâtre comme jeux du cirque, préconise jeûne sur jeûne, décrète abject et adultère tout mariage en secondes noces, ne jure que par la monogamie, érige la chasteté en vertu suprême, et recommande chaudement de mourir en martyr ».  Et pour faire bonne mesure, recommande aux chrétiennes de se couvrir le visage pour ne laisser d’ouverture que pour un oeil… Dans Contre les spectacles (De spectaculis en latin), Tertullien défend aux chrétiens d’assister au théâtre et au cirque, d’aller à l’amphithéâtre, de participer aux jeux des Grecs.

 

La « trinité satanique » d’Arles: amphithéâtre et théâtre au premier plan et cirque en arrière-plan

Dès son préambule, Tertullien nous rappelle la dangerosité du statut de chrétien dans l’empire romain précédant l’édit de l’empereur Constantin (313). Finir en martyr est un destin tellement fréquent qu’il parle des chrétiens comme d’une « race d’hommes toujours prête à mourir » pour s’approcher de Dieu. Pour s’y préparer, Tertullien recommande donc de se priver des divertissements pour se former à l’intrépidité et « mépriser plus facilement la vie, en coupant les liens qui pourraient (nous) y enchaîner, et de ne pas regretter une chose rendue inutile », car regrette-t-il, «  ceux qui persévèrent dans le plaisir ne meurent pour Dieu qu’avec regret ». D’où l’adresse du texte : « serviteurs de Jésus-Christ, (…) apprenez sur quelles règles de la foi, sur quels principes de la vérité, sur quelle loi de la discipline repose l’obligation de renoncer aux spectacles, parmi les autres erreurs du siècle, de peur que vous ne péchiez, les uns par ignorance, les autres par dissimulation ».

Sentant bien venir l’argument facile du chrétien encore un peu tendre dans sa foi, Tertullien coupe très tôt à l’argument fallacieux selon lequel, Dieu ayant créé toute chose, il doit bien avoir créer les spectacles. Qu’on ne lui raconte pas que « toutes ces créatures sont bonnes, puisque leur auteur est bon » et qu’il faille ranger parmi elles « tout ce qui compose un spectacle: le cheval, le lion, les forces du corps, les agréments de la voix ». Certes, les « amphithéâtres eux-mêmes, ne sont que des pierres, du ciment, des marbres et des colonnes » qui « sont l’ouvrage de Dieu, qui déposa ces matières dans la terre pour les besoins de l’homme » mais c’est l’homme, et lui-seul, qui a perverti la création de Dieu.

Tertullien s’attache alors à retourner, d’un revers de manche, un autre argument potentiel des défenseurs de spectacle : rien n’est dit explicitement dans les textes. Et, en effet dit-il, « nous ne trouvons nulle part cette défense: Tu n’iras point au Cirque ni au théâtre; tu n’assisteras point à des jeux ni à des représentations, textuellement énoncée»   mais il convoque David : « Heureux l’homme qui n’est pas entré dans l’assemblée des impies, qui ne s’est pas arrêté dans la voie des pécheurs, et ne s’est point assis dans la chaire de corruption! ».  Voilà donc une interprétation qu’il juge, de lui-même, assez large des textes de l’Ancien Testament, mais après tout, « les spectacles ont aussi leurs voies où l’on s’arrête» et « on appelle aussi chaires les sièges de l’orchestre destinés aux sénateurs ».

Arrive alors le pêché d’idolâtrie, auquel le baptême – qui se fait à l’époque à l’âge adulte – nous fait renoncer: « si donc je démontre que l’appareil et la magnificence des spectacles reposent sur l’idolâtrie, j’aurai établi un préjugé certain que les engagements pris à notre baptême impliquent aussi la renonciation aux spectacles, espèce de sacrifice que l’idolâtrie offre à Satan, à ses pompes et à ses anges ». Tertullien fait alors le projet de montrer le pêché originel d’idolâtrie de tous les spectacles : « nous remonterons donc à l’origine de chaque spectacle en particulier, pour savoir comment ils se sont introduits dans le monde; de là, nous examinerons les titres de quelques-uns, et les noms dont ils sont appelés; puis viendront l’appareil et les superstitions qui les accompagnent; les lieux nous montreront ensuite à quelles divinités ils sont consacrés; et enfin la nature de leurs représentations, quels ont été leurs fondateurs ».

Une fois établie « que l’idolâtrie est le fond de tous les spectacles », Tertullien rajoute que la loi divine nous interdit toutes les convoitises :  « en effet, de même que l’argent, la bonne chère, les honneurs, les voluptés charnelles et l’ambition, le plaisir a aussi sa convoitise: or, les spectacles sont une espèce de plaisir ». Si les lieux de spectacle ne souillent pas par eux-mêmes; par « les choses qui s’y passent, ils boivent le poison de l’infamie, et le répandent sur les spectateurs ». Et Tertullien de décrire le phénomène du « trouble de l’âme» : « là où il y a plaisir, il y a passion; autrement le plaisir serait insipide. Là où il y a passion, arrive aussi la jalousie; autrement la passion serait insipide. Or la jalousie traîne avec elle la fureur, la vengeance, la colère, la douleur et tout le cortège des passions incompatibles avec la règle ».

La fureur du spectacle du cirque d’après une peinture de Jean-Léon Gérôme, Musée de peinture de Chicago

Tertullien englobe, in fine, dans son interdiction des spectacles de nature et de finalité très différentes, mais tous œuvre du démon :
– l’amphithéâtre où nous « prenons plaisir au sang de l’homme » et nous repaissons « avidement les yeux du spectacle d’un corps déchiré, mis en pièces et nageant dans son sang »,
– le cirque et ses courses de char où « règne la fureur »,
– le stade dans lequel « les coups de pied, les coups de poing, les soufflets et les mille insolences dégradent la majesté de l’homme, image de Dieu » ;
– mais aussi le théâtre et son impudicité et d’où nous revenons « avec un démon intérieur ».

En conclusion, Tertullien reconnaît qu’il faut à l’homme des délassements et du spectacle. Il propose donc que, le temps de la vie sur terre, les seuls plaisirs soient « le dégoût du plaisir lui-même, le mépris du monde tout entier, la jouissance de la liberté véritable,  le calme d’une bonne conscience, et la sainteté de la vie, dégagée des terreurs de la mort! » Viendra alors le spectacle divin, « l’admirable et prochain spectacle de l’avènement du Seigneur ».

Fresque d’une église des premiers temps… dans l’amphithéâtre de Dürres, en Albanie.

 

Pour en savoir plus
Ovide, L’art d’aimer (Ars amatoria en latin), Livre I.
Roger-Pol Droit, « Que toute chrétienne soit voilée! », Le Monde des Livres, 31 mars 2017, p. 8.
Tertullien, Oeuvres complètes, traduites du latin par Antoine-Eugène de Genoude, Les Belles Lettres, « Classiques favoris », 1168 p.

Henry Miller. Le stade de Delphes

Henry Miller est un romancier et essayiste (1891-1980) devenu sur le tard une des grandes figures de la littérature américaine. Né à Brooklyn (New-York), Miller exerce divers petits métiers avant de décider de partir vivre à Paris et devenir écrivain. Il y mène une vie de bohème tout en écrivant ses premiers romans autobiographiques. L’un d’eux, Le Colosse de Maroussi (The Colossus of Maroussi), est un récit de voyage en Grèce, en 1939, année idéale pour visiter l’Europe! Il décrit, avec poésie, les villes et campagnes grecques : «La lumière de la Grèce m’a ouvert les yeux ; elle a pénétré mes pores et dilaté tout mon être». 

Le passage sur la montée au stade antique de Delphes a beau être court, il est beau tout court:
« Après avoir erré parmi les colonnes brisées, nous escaladâmes le sentier tortueux qui mène au stade, tout en haut. Katsimbalis ôta son pardessus et couvrit la distance, de bout en bout, à pas de géant. Le cadre est spectaculaire. Le stade est situé juste au-dessous de la crête ; on a l’impression que, la course finie, les conducteurs de char, enlevant leurs attelages et bondissant par-dessus la cime, devaient foncer dans l’azur. L’atmosphère est surhumaine, enivrante à la folie. Tout ce qu’il y a d’extraordinaire et de miraculeux dans Delphes, se rassemble ici dans le souvenir des jeux qui se disputaient dans les nuées. »

Stade antique de Delphes avec ses tribunes construites par l’évergète Hérode Atticus en 147.

Henry MILLER, Le colosse de Maroussi, (The Colossus of Maroussi, 1941, traduction de Georges Belmont), Paris : éd. Du Chêne, 1958.

L’alcool dans les stades

Lors d’une interview dans une émission de la radio RMC,  le 22 mars 2017, le directeur général exécutif de la Ligue de Football Professionnel (LFP), Didier Quillot, lançait l’idée de réintroduire les alcools « légers » dans les enceintes de Ligue 1 et de Ligue 2, avec pour principal objectif de créer de nouvelles sources de revenus pour les clubs. Une charge contre la Loi Evin qui mérite explications.

L’antienne de la concurrence européenne
Didier Quillot, en bon communiquant issu de Lagardère Entertainment, rappelle que – comme en toutes choses aujourd’hui – l’Europe crée une concurrence injuste pour nos clubs. Ou pour être plus précis, que la France, trop restrictive en matière de consommation et de publicité pour l’alcool, empêche ses clubs de lutter à armes égales avec leurs concurrents européens. Pour Didier Quillot « cela fait partie des pistes pour augmenter le chiffre d’affaires. La loi Évin pourrait être utilement améliorée avec deux choses, la vente d’alcools légers dans les stades et la possibilité faite aux entreprises de faire de la publicité pour des boissons alcoolisées, comme en Allemagne, comme en Angleterre. Cela contribuerait déjà à ramener une certaine forme d’équité par rapport à nos concurrents Européens. Cela amènerait également des revenus additionnels pour les clubs, des revenus pendant le match, mais aussi des revenus de sponsoring. » Il ne s’agirait pas d’une amélioration mais d’une dénaturation complète de la loi.

Cette attaque frontale contre la Loi Evin est murement réfléchie. La LFP et l’UNCP mènent campagne depuis quelques années contre la législation avec l’appui d’une partie des hommes politiques français. En novembre 2014, l’Union des Clubs Professionnels de Football (UCPF) publiait un « rapport » intitulé Le décrochage, expliquant que « Depuis la loi Évin, il est interdit aux clubs de football de vendre de la bière ou de faire de la publicité pour des marques d’alcool. Ce n’est pas le cas chez plusieurs de nos voisins européens qui en tirent des revenus significatifs. En Allemagne, en plus des recettes sponsoring, la vente de bière rapporte 40 M€ par an aux clubs de la Bundesliga ».

UCPF, Le décrochage, p.9

L’alcool permettrait donc de booster les revenus des clubs par la consommation et par la publicité, jusqu’à 28,5 millions d’euros par an pour le Premiership anglais. Que reproche-t-on au juste à cette loi Evin?

La loi Evin et ses amendements
La loi Evin – du nom de son rédacteur Claude Evin – est la loi du 10 janvier 1991, n°91-32. C’est une loi de santé publique qui vise à lutter contre le tabagisme en établissant le principe d’une interdiction de fumer dans les lieux affectés à un usage collectif, ainsi que dans les lieux collectifs de transport. Concernant l’alcool, elle limite fortement le droit de faire de la publicité pour les boissons alcoolisées afin de protéger les jeunes des opérations de marketing notamment dans le cadre de manifestations sportives1.

Elle s’inscrit dans le Code de la Santé Publique aux articles L3323-2 et suivants, réglementant la publicité. En vertu de ces articles, la publicité par voie d’affichage dans les enceintes sportives est, par ailleurs, strictement limitée par une recommandation du Bureau de Vérification de la Publicité (BVP) de juillet 2004. La loi Evin, a toujours suscité la colère des producteurs d’alcool, des clubs sportifs professionnels, des gestionnaires de spectacles sportifs et de leurs élus locaux ou au Parlement. Elle a pourtant mis beaucoup de vin dans son eau.

Notons tout d’abord que l’alcool (léger ou fort) coule déjà à flots dans les stades… ou pour être plus précis dans les salons VIP qu’on appelle « loges », « villages »,  ou « bodegas ». La Direction régionale des douanes peut en effet délivrer aux enceintes une licence « Restaurant » prévoyant des boissons alcoolisées en accompagnement d’un repas. Existeraient-ils des comportements différents face à la consommation d’alcool selon que l’on soit spectateurs d’une tribune populaire ou d’un salon? Notons ensuite que quelques dérogations peuvent  être permises, à hauteur de dix dérogations par an pour chaque club. Délivrées par la municipalité et la préfecture elles sont utilisées par plusieurs équipes de Ligue 1, mais aussi dans d’autres sports, comme le rugby.
Ces dérogations à la loi semblent ne plus suffire et certains parlementaires – de droite comme de gauche – reprennent de plus en plus les arguments fournis par les ligues et syndicats de clubs. Ce n’est sans doute pas une coïncidence si l’interview de Didier Quillot intervient un mois après le rapport d’information sénatorial Muscler le jeu du football professionnel  de la Mission d’information sur la gouvernance du football, rédigé par les sénateurs Jean-Jacques Lozach et Claude Kern.
Le rapport sénatorial souligne que : « le dernier gros chantier des modifications législatives à opérer pour rétablir la compétitivité du football professionnel concerne donc une modification de la « loi Évin » afin de permettre la vente d’alcool dans les stades ainsi que la publicité pour certaines boissons alcoolisées. Ces mesures pourraient permettre de rapporter entre 30 et 50 M€ aux clubs professionnels, mais un travail pédagogique est encore nécessaire pour convaincre qu’il est préférable, pour des raisons de sécurité notamment, de gérer une consommation de bière raisonnable dans une enceinte fermée plutôt que d’avoir à faire face aux conséquences dramatiques d’une consommation débridée d’alcools blancs sur les parkings aux alentours des stades. »
Il est intéressant de remarquer que les sénateurs reprennent les estimations de l’UCPF  – entre 30 et 50 millions d’euros par an – et sa motivation (« rétablir la compétitivité du football professionnel ») et qu’ils drapent la mesure de lutte contre la consommation débridée d’alcools blancs en-dehors de stades. Comme si une telle mesure réduirait mécaniquement une autre consommation. Comme si la consommation d’alcool serait plus raisonnable parce que faite au sein d’un stade. Comme si l’alcoolisme dû à la consommation de bière était préférable à celui des alcools blancs. Comme si…  comme si le disent les sénateurs, « un travail pédagogique est encore nécessaire pour (nous) convaincre » que la loi Evin soit l’explication aux échecs sportifs des clubs français en coupe d’Europe…
  1. https://fr.wikipedia.org/wiki/Loi_Évin []