Bons baisers de Grenoble

Le stade des Alpes est l’un des deux stades de la métropole grenobloise avec le stade Lesdiguières construit pour les Jeux olympiques de 1968 et considéré aujourd’hui comme trop vétuste pour les rencontres professionnelles.

Il a été construit sur l’emplacement du stade Charles-Berty, stade typique du Mouvement moderne (circo-rectangulaire, en béton armé et ceint d’une piste de cyclisme) et détruit en 2003 pour permettre la construction de cette nouvelle enceinte. Le maître d’ouvrage est la métropole Grenoble Alpes Métropole (La « Métro ») et le maître d’oeuvre Chaix et Morel, déjà auteurs du stade de la Licorne d’Amiens. Ce stade de 20 068 places, inauguré en 2008, en bordure du parc Paul-Mistral à Grenoble est considéré comme un exemple d’éléphant blanc selon sa page wikipédia.

Initialement construit pour les rencontres de football du Grenoble Foot 38, il héberge également depuis 2014 les matchs à domicile du FC Grenoble rugby et plus occasionnellement des matches de hockey des Brûleurs de loups pour le Winter Game.

Carte postale du Stade des Alpes, Grenoble P. Blanc, Atelier Chaix et Morel, Paris, s.d.

La carte postale le représente de nuit et lors d’une rencontre sportive mettant en avant son enveloppe de verre et d’acier et le soleil couchant devant les massifs montagneux entourant la ville.

L’expérience sensible du match de football. Valérie

Le club de football de l’AS Saint-Étienne a la réputation de bénéficier dans son Stade Geoffroy-Guichard d’une des meilleures ambiances de France. Mais qu’est-ce qui définit une ambiance ? Comment advient-elle ? Comment la recueillir ? Comment l’analyser ? Il est possible d’aborder la question des ambiances d’un lieu (une place, une gare comme un stade) au croisement de trois dimensions : la dimension spatiale, la dimension sociale et enfin, pour ce qui nous concerne ici de la dimension sensible, ce que nos sens nous en disent.

Lors de la saison 2005-2006, la Ville de Saint-Étienne (Archives Municipales et Unité Ville d’Art et d’Histoire) commande une étude sur ce sujet à trois chercheurs grenoblois. Nous reproduisons ici une partie des récits de vie de spectateurs, supporteurs, fans locaux ou d’autres équipes. Deuxième extrait de « récit de vie » : celui de Valérie*.

 

Combien de fois venez-vous au stade par saison ?
Presque tous les matchs. Depuis à peu près un an…Un peu plus d’un an. Avant je venais de temps en temps. C’est un prétexte de sortie. J’ai la chance d’être invitée dans les loges à chaque match, ça fait une sortie où je retrouve des gens que je connais. Tous le monde se connaît. Mais de tout façon, Saint-Etienne c’est un gros village, et le type de personnes qui est invité dans les loges… (hésite)… représente une certaine partie de la société stéphanoise, plutôt en général des gens actifs ou des chefs d’entreprise ou des politiques, une couche assez restreinte, et on se connaît tous.

Donc le lieu de rencontre à Saint-Etienne, c’est le stade ?
Oui. A Lyon ce serait l’opéra (rires). Oui c’est un lieu de rencontre, où on rencontre des gens de tous les âges. Parce que si on va à l’Esplanade c’est des gens plus âgés. Là on rencontre surtout les gens actifs de Saint-Etienne, parce qu’ils se servent tous des loges pour faire leurs affaires.

La loge sert à quoi ?
Ca sert à faire plaisir à certains clients, à tisser des liens commerciaux. Même quand l’équipe marche mal, les loges fonctionnent. Ca fait toujours plaisir. J’ai l’impression que les gens sont toujours contents d’être invités en loge. Même quand les verts étaient en D2. C’est vrai qu’il y avait moins de monde. C’est pratiquement plein à chaque fois. Quand il fait froid je regarde le match à l’intérieur. On se fait des échanges entre loges, on va se voir.

Alors finalement on sort peu dehors ?
Peu dehors, oui. Sauf quand il y a un match à gros enjeux, bon le derby évidemment on n’en perd pas une miette. Mais au début de la saison je regardais un peu plus et là je suis un peu démotivé…un peu démotivé par le comportement de l’équipe. J’ai l’impression que les joueurs s’en fichent complètement et puis je trouve pas qu’il y ait une bonne ambiance sur le terrain et je sens pas… parce que ensuite, après les loges on va souvent dans les salons du président… Qui sont en dessous, c’est un endroit très fermé, il faut montrer patte blanche, et là on voit un peu les dirigeants, on voit les gens qui sont vraiment impliqués dans le management de l’équipe et du club.

Je trouve que c’est pas dynamique du tout, l’équipe dirigeante n’a pas d’aura, pas de punch, ce sont des petits gestionnaires qui viennent avec leurs voitures immatriculées 69… Ah oui ! Le président, le président adjoint, c’est tous des 69. Je sais pas, ils ont dû s’acheter un joujou, et puis ils ont pas bien compris ce qu’est l’esprit stéphanois j’ai l’impression. A mon avis ça choque. Ca choque, c’est pas grand chose d’immatriculer une voiture, il y a toujours des moyens. Ce serait un peu une marque de respect pour l’équipe de se faire immatriculer 42, c’est symbolique, mais les symboles c’est fort.

L’équipe c’est un symbole, l’ASSE c’est un symbole. Il ne faut pas négliger ce genre de choses. Je pense que des dirigeants qui ne comprennent pas ça, il doit y avoir beaucoup de choses à côté desquels ils doivent passer et pas comprendre. Quand une équipe est démotivée c’est comme dans une entreprise, comme partout, c’est que la tête n’est pas bonne. Bon, moi je connais pas tout, mais c’est un sentiment que j’ai, une impression et que je ressens très fort aussi quand je vais dans les salons du président. Je sens pas une dynamique d’équipe, je sens pas une chaleur. On voit passer le président il est froid, distant.

Qu’est-ce que l’esprit stéphanois ?
L’esprit stéphanois c’est plusieurs choses. Il y a ce côté bon enfant, chaleureux, un petit peu, un côté… C’est un mélange : un côté paysan de la Haute-Loire descendu à la ville, mélangé avec l’esprit de la mine. Le mélange qu’il y a toujours eu entre les ouvriers et les patrons qui allaient dans les mêmes bistrots, dans les mêmes endroits. En ville, c’est difficile de trouver vraiment un beau quartier, parce que c’est toujours mélangé : un bel immeuble, ensuite des immeubles pourris, un bel immeuble. Tout le monde vit mélangé. C’est ça pour moi l’esprit stéphanois. Ca se ressent… dans le caractère des gens. Et la direction actuelle est trop distante. Je pense que du temps de Roger Rocher c’était autre chose. C’est pour ça que ça a marché. Pour que les supporters boudent comme ça, c’est qu’il y a un malaise.

Des loges, est-ce qu’on est proche des tribunes populaires ?
Oui, c’est important. Des fois je regarde plus les supporters que le jeu, je les trouve tellement plus vivant que les joueurs parfois. Mes fils ont leurs écharpes, mes oncles ont des écharpes, mes cousins ont des écharpes; moi j’ai pas d’écharpe.

Moi, je venais déjà au stade quand j’étais jeune. J’y venais quand j’avais 16 ans. J’étais dans les gradins debout, à l’époque où il n’y avait pas toutes ces grandes grilles, où les supporters escaladaient les poutrelles. Ils se mettaient à cheval sur les poutrelles qui soutenaient – parce que tout a été changé- qui soutenaient le toit. Oui, sous le toit ! Et puis, on avait le droit d’apporter à boire, c’était beaucoup plus… il y avait pas les problèmes qu’il y a maintenant dans les stades. Un service de sécurité beaucoup plus important.

Match ASSE-Aris Salonique, 1979. Source inconnue.

C’est drôle parce que je garde une certaine nostalgie de cette époque, l’époque de la grande équipe de Saint-Etienne, où je me gelais avec mes copains là-bas et qu’on rentrait on avait plus de voix, c’était à celui qui avait le moins de voix. On chantait, on criait, on sautait, dans les années 70. C’était beaucoup moins bien organisé. Il y avait pas… comment ça s’appelle ? Quand ils font des figures…

Les tifos ?
Oui, voilà, il y avait pas ça. C’était surtout des chants. C’est à cette époque qu’ils ont créé la chanson « Allez les verts ». Les autres chants ? Je ne me souviens plus, c’est vieux maintenant. C’est drôle parce que tout à l’heure quand on est arrivé en voiture vers le parking le plus rapproché du stade, il y avait les supporters qui arrivaient à pied et ceux qui faisaient la queue pour acheter leurs merguez et les hot-dogs. J’ai dis à Charles* : « j’ai envie d’un hot-dog avec un demi, j’ai pas du tout envie d’aller manger leurs petits machins sophistiqués dans les loges, un hot dog et un demi c’est ça qui me ferait envie…! » Même un peu grillé, c’est pas grave, ça fait partie de l’ambiance. Et puis on resquillait, à l’époque, on pouvait arriver à escalader les murs.

Et vous vous rappelez de votre premier match ?
Non… Je pense que j’avais 6 ans, avec mon père. Je m’ennuyais d’ailleurs à 6 ans dans les tribunes. Mais mes meilleurs souvenirs c’est là-bas dans les tribunes debout. C’était vers 76. J’ai dû les voir tous, mais je ne me souviens pas des noms, les grands matchs. Mon meilleur souvenir c’est la qualification pour la finale en 76, (elle hésite) quand ils ont gagné aux prolongations, je sais plus…

Et votre pire souvenir ?
J’en ai pas. A l’époque, mes copains partaient voir les matchs, ils étaient partis à Eindhoven, ils partaient en voiture… J’étais une fille, c’était surtout les garçons qui y allaient. Pour les matchs à la maison, c’était fréquent les filles, oui, oui. C’est vrai qu’aujourd’hui il y a plus d’hommes, mais il y a un bon pourcentage de femme, j’ai cette impression. Parfois j’ai eu peur, mais c’était pas de la violence. Les mouvements de foule faisaient peur, quand on se retrouvait tous à descendre, collés contre les grillages.

Et il y a un moment où vous avez cessé d’aller au stade?
Après j’ai quitté Saint-Etienne, j’avais 20 ans quand je suis partie. Après j’y suis pas retourné parce que j’avais un mari qui n’aimait pas le foot. Mon retour au stade est complètement parallèle à ma reprise de contact avec mes vieilles connaissances stéphanoise, une réintégration avec le milieu stéphanois.

C’est un retour en ville, qui se traduit par un retour au stade. Comme si la ville et le club était lié.
C’est indissociable. Enfin, pour moi… J’aimerais bien que l’équipe gagne. Je suis un mauvais supporter parce que, en fait, je suis contente quand ils jouent bien, mais je trouve – d’autant plus maintenant, avec la tournure qu’a pris le football – c’est plus qu’une histoire financière. Avec ce que gagnent les joueurs, j’ai du mal à admettre qu’ils s’en fichent, qu’ils aillent se soûler en semaine dans les boîtes de nuits, ça je l’admets pas.

Est-ce que vous avez des équipes que vous appréciez ou que vous n’aimez pas bien voir ?
Il y a un match qui m’a beaucoup plu, à cause justement de la bonne entente, c’est Bordeaux, parce que les supporters stéphanois sont partis saluer les supporters bordelais. Tout de suite, c’est toujours plus sympathique, quand les équipes se respectent, et qui s’apprécient, quelque fois il y a des vilains matchs où tous les coups sont permis…

* Valérie et Charles sont des pseudos.
Entretien réalisé lors d’ASSE/Nantes le 04 mars 2006 (température glaciale, neige au sol), 20h45, dans les loges du club.

Récit de l’auteur. Partie 4/4 – nouveau stade

4e et dernière partie de mon « récit de vie ».

Nouveau stade
Que dire sur le nouveau stade, livré pour le prochain Euro  ? Nouveau tellement les changements l’impactent. Il est au-moins resté en ville, contrairement à ce pauvre Gerland qu’on abandonne et qui mériterait au-moins une chanson cri de Sardou.

Il produit une ambiance trop manufacturée à mon goût. Il y a un langage « indu » du béton, de l’acier, des lumières crues. C’est bien travaillé… mais c’est travaillé. Ce n’est pas la résultante d’une lente évolution ; c’est le fruit d’un projet architectural (trop) maîtrisé par des archis qui ont bien appris leur leçon. Rien qui ne s’échappe, pas de faille, pas d’aspérité. Heureusement, les supporteurs stéphanois lui donneront du crédit, quoiqu’il arrive.

Je doute de l’intérêt d’englober les tribunes dans une enveloppe de métal dispendieuse et précieuse dans son discours. J’ai l’impression qu’il était inutile de faire plus que fermer les angles ; que le projet a renforcé l’introversion, singeant les stades elliptiques. Inutile. Ces stades-là ont pour fonction de donner l’illusion aux spectateurs d’appartenir à un seul corps et c’est pour cela qu’on les retrouve chez les Romains ou les grandes dictatures, là où il fallait, par l’architecture, ordonner les corps et les esprits. Sainté n’avait pas besoin de cela. Le football transcende encore naturellement toutes les couches de la société et la disposition des tribunes n’y joue pas de rôle. Le public des loges y est encore très populaire.

J’aimais Geoffroy quand il était un stade « à l’anglaise » avec quatre tribunes qui se regardaient, offrant des cadrages serrés sur les usines, les barres et tours des collines alentours. Un couplage de verticalité et d’horizontalité. Mais c’est le destin des stades à l’anglaise qui réussissent que de se fermer. Le cadrage serré sur la ville et ses collines a été maintenu dans le projet et revendiqué comme tel. Je n’y vois qu’un vasistas sur la ville.

Par contre, le travail sur les kops est intéressant. Leur taille, leur profondeur et hauteur sont impressionnantes. Des kops qui peuvent évoquer les anciennes populaires d’avant 1984 ou le mur de la Südtribüne du Westfalenstadion si on verse dans la dithyrambe. Le balcon supérieur est peut-être un des endroits les plus réussis : dedans et au-dessus à la fois. Hétérotopique.

En fait, je crois que j’aime le stade en chantier. J’y ai emmené deux amis le visiter récemment ainsi que des lycéens de Rive-de-Gier. Je l’avais déjà fait avec mon cousin lors des travaux pour la Coupe du Monde. Nous étions rentrés sur le chantier au culot et avions fait notre choix parmi les débris : des morceaux de béton peint des kops et ces fameux sièges criards. Ma mère les a retrouvé récemment au garage croyant avoir déniché un authentique morceau du mur de Berlin. Je n’ai jamais visité Berlin et un morceau de kop ne vaut-il pas plus qu’une relique de la Guerre froide, non ?

Jean-Michel ROUX, 4 novembre 2015

Récit de l’auteur. Partie 3/4 – le chemin du stade

3e partie de mon « récit de vie ».

Le chemin du stade
Si je n’ai jamais trouvé mon chemin de Damas avec les équipes grenobloises, je l’ai gardé avec Geoffroy. Aller au stade, c’est comme un fil d’Ariane qu’on maintient pour se dire qu’on est encore de la Loire. Un renouvellement irrégulier de ses vœux de fidélité à son département, à sa culture populaire.

Petit, le voyage au stade se faisait en un quart d’heure de routes glissantes. Maintenant, il nécessite de partir longtemps avant le coup d’envoi en raison l’angoisse des bouchons de la rocade Est de Lyon ou ceux qui s’égrènent le long de l’A47 : au pont de Chasse, dans le goulet d’étranglement de Givors, à Rive-de-Gier, etc. Quand tout part de travers, dès l’entrée sur la Rocade Est, le stress amène parfois à tenter des itinéraires bis de désespoir par les Moulins à Vent, les usines de St-Fons, par Brignais et La Madeleine. Le passage du col de Terrenoire, les crassiers de Méons, la plaine du Marais et le bulbe de l’église du Soleil, les terrains de Méons et le halo de lumière du stade dans le lointain redonnent alors l’espoir d’arriver à l’heure, au-moins pour la seconde mi-temps….

L’arrivée au stade se fait toujours depuis le même parking. Logique quand on descend des Monts du Lyonnais, moins quand on vient de Lyon ou Grenoble mais c’est ainsi. On laisse la voiture Allée de la Tour, sur le trottoir longeant les usines et à proximité d’un endroit où le Furan nauséabonde à l’air libre. Dès cette impasse, il est possible évaluer le taux de remplissage du stade au nombre de voitures présentes dans l’allée. De là, l’accès au stade se fait sur la route, les trottoirs étant gravis par les voitures. Le parcours fait apparaître un paysage unique. Les jardins ouvriers sur les terres en friches entre les usines, les maisons des piémonts de la colline de Montreynaud, le dépôt de l’Equipement avec ses tas de sels, les coffres ouverts des voitures pour les pique-niques autour de la glacière ou du pack de kro, les pompiers qui doivent veiller à maintenir une sortie de secours pour leurs véhicule. Et puis les premières clameurs vers le rond-point de la coop des charcutiers et de Métro, les camions kebabs, le passage sous l’autoroute et les tags marquant le territoire, les fers rongés par l’urine du mur de l’EDF, le stade de l’Etivallière.

Contrairement à ce que les sociologues peuvent dire de la géographie sociale des stades (comme celui du Vélodrome), j’ai l’impression qu’à Sainté, la place au stade ne dit rien de ses origines géographiques ou sociales. Elle n’est pas si stable que cela. Elle dit plus des parcours de vie.

Au milieu des années 80, avec mon père nous mettions à contribution tous les clients du PMU pour augmenter nos chances de gagner des billets gratuits au tirage de La Tribune-Le Progrès. Quand cela marchait, les places nous amenaient en latérale, tribune Henri-Point.

A la fin des années 80, ce furent les innombrables matchs avec les cousins et les copains du club de foot du village, avec ma sœur et ma cousine quand elles s’imposèrent à nous. Au tout début, le nomadisme était possible. Il était envisageable de changer de tribune populaire à la mi-temps, moyennant une petite course sous la tribune latérale et le risque de ne pas trouver place dans l’autre tribune.

Puis, ici comme ailleurs, l’avancement de la civilisation s’est traduit par l’interdiction du nomadisme. Il fallait devenir sédentaire et choisir son côté. Cela revenait alors à choisir sa tribune populaire « avec ou sans kop ». Kop ? Terme topographique boer passé à l’anglais via Liverpool et qui commençait à désigner la partie basse de la tribune populaire où commençaient à émerger une nouvelle forme de supportérisme – le mouvement ultra – rejeton lointain des torcidas organizadas brésiliennes, importées en Europe via l’ex-Yougoslavie et raffinées par les Italiens.

Dès lors nous allions en tribune Nord, dans l’axe de la cage, juste au-dessus du kop, ce petit noyau en fusion. Une position de choix, en péricentre du réacteur mais sûre pour les filles de petites tailles. On ne voyait jamais complètement l’aire de jeu mais au-moins étions-nous au cœur de l’action. Places qui correspondaient aussi à notre position dans la géographie culturelle des tribunes : de jeunes fans, proches de la mouvance ultra mais rétifs à l’idée de tout embrigadement.

Les places debout en demi-tarif scolaire ou étudiant demandaient alors un long temps d’attente dans la queue du guichet qui leurs était réservée, mais à 20 francs, elles rendaient l’attente acceptable. Et le personnel au guichet n’était pas regardant sur la validité des cartes d’étudiants… Les faussaires débutants s’en donnaient à cœur joie et avec l’assentiment général.

Puis nous avons migré dans la tribune Sud à partir de la rénovation de Geoffroy préalable à la Coupe du Monde de 1998. D’abord contraints et forcés, nous y sommes restés, habitués à l’ambiance même si l’accès et la sortie nécessitaient de remonter les flux à contre-courant. Nous avions la même stratégie micro-géographique (dans l’axe supérieur du – plus petit – kop), puis sur ses bords latéraux, effet d’un mouvement centrifuge lié à l’âge. J’y ai même trouvé mon épouse, un soir d’été. Depuis, c’est encore dans cette tribune populaire que j’aime revenir avec elle et ma belle-soeur. C’est là que je retrouve aussi mon père, ma sœur et son mari (un authentique fan de l’AJA, qui l’aurait cru !).

Aujourd’hui, le stade est devenu un terrain d’étude. Je ne le vois plus avec des yeux d’enfants mais comme un objet de travail. Cela gâche un peu le plaisir. Il m’est alors important d’amener des novices, de les initier, de les entendre commenter leurs ressentis. Revivre la première fois par procuration. Comme cette été avec ma fille – quatrième génération de la famille – et ses cousines lyonnaises. Le plaisir de la sentir appuyée sur mes épaules puis blottie dans mes bras pour regarder le match. Surpris de voir ces trois petites filles s’intéresser autant à la chose et se laisser peu à peu gagner par l’ambiance.

A suivre…

Récit de l’auteur. Partie 2/4 – déplacement(s)

2e partie de mon « récit de vie ».

Déplacement(s)
Comme beaucoup de « Stéphs », le bac m’a ouvert les portes de l’université. Il m’a aussi fait prendre la porte de la Loire.

L’université à Grenoble puis la vie qui oscillent des années durant entre capitales des Alpes, des Gaules et du Forez. Les années passant les retours aux sources s’estompent : hebdomadaires, mensuels, occasionnels, exceptionnels. Et sans qu’on y prenne garde, l’installation devient pérenne en Dauphiné. Sainté, Lyon, Grenoble, modeste drang nach osten. Je dois bien reconnaître, après 25 ans de vie grenobloise intermittente, un certain attachement à cette ville qui m’a poli, rendu plus urbain et civil. Par contre, je ne me suis pas attaché à ses clubs et ses stades. J’ai bien essayé mais je n’ai jamais pu supporter d’autres équipes. Je suis toujours, quelque part, un Ligérien déplacé.

A la fac, j’ai rencontré des tas de fans de foot et on a souvent sympathisé autour de nos clubs respectifs. Je garde d’ailleurs un œil distrait mais plein de tendresse sur ces derniers, mais je ne peux m’en sentir vraiment supporteur, tout au plus un lointain compagnon de route. De plus, il y a quelque de chose de troublant avec ces clubs. Tous jouent en bleu et arborent un lion sur le poitrail. J’ai suivi une douzaine de matchs de Macclesfield Town dans les profondeurs des divisions anglaises pour accompagner Franck et Brad, suivi à distance le Brescia de Silvano ; j’ai même assisté à un match de l’Avai d’Elson, l’une des deux équipes de Florianópolis au Brésil. Il a fallu que cela soit celle qui joue en bleu avec un lion rampant alors que l’autre, Figuerense, joue en vert et blanc. Ces clubs-là cherchent-ils à me faire passer un message subliminal ? Vis-je dans le déni ?

J’habite Grenoble mais je suis toujours habité par Sainté. J’enseigne l’urbanisme et la géographie à partir du prisme des stades. Folle idée ? Habile manière d’articuler travail et loisirs ? Comme beaucoup de petits garçons j’ai appris très tôt que les cartes de géographie de l’école primaire étaient bien incomplètes et sélectives. Qu’il n’y avait pas dans l’Hexagone que quatre fleuves et des chefs-lieux de département. Qu’il existait des géographies parallèles. Leurs cartes incluaient les seconds couteaux du maillage administratifs, les oubliés de la Modernité, les eaux de boudin de l’industrie. L’album Panini constituait leur Who’s who : Saint-Etienne, Gueugnon, Noeux-les-Mines, Saint-Ouen, Le Havre, Brest, Mulhouse, Abbeville, Montceau-les-Mines, Alès, Roubaix, etc. Des noms parfois connus des seuls lecteurs nostalgiques du Tour de France par deux enfants.

Avec mes cousins, nous témoignions d’un vrai enthousiasme à mémoriser les noms de ville et de stade. Nous répétions nos leçons, lors des soirées pyjama des grandes vacances. Stade Bauer ? Red Star. Francis-Le Blé ? Brest. Jules-Deschaseaux ? Le Havre. J’ai fais le déplacement avec mon cousin, 25 ans plus tard, un jour d’hiver au « Jean-Laville » de Gueugnon, en passant par les départementales enneigés du Roannais. Nulle indication de la ville à plus de 10 km de la destination, nulle étoile ou pylône guidant le berger. Certaines de ces villes ont été tout autant rayées de la carte par leur relégation sportive que par la fermeture de leurs usines et mines.

Nos cartes d’Europe étaient tout aussi loufoques, sensibles, légendaires. Elles indiquaient que les Bohémiens avaient poussé leurs roulottes non seulement jusqu’à Prague mais jusqu’à Dublin, que les chemins de saint Paul l’avait amené jusqu’aux bas-fonds du port de Hambourg, qu’AZ 67 n’était pas un modèle de fusil mais de club hollandais, que le hameau de l’ouest (West Ham) se plaçait en fait à l’Est de la carte de Londres, etc. Mais on se doutait bien, avant nos diplomates et sans prérequis en géopolitique, que la Yougoslavie ne serait pas éternelle. Il suffisait de suivre les frictions entre factions rivales d’Hadjuk et du Dinamo avec celles du Partizan ou de l’Etoile Rouge.

A suivre…

Premier match au stade

En juin 2015, lors d’une rencontre avec une classe de 2nde du Lycée G. Brassens de Rive-de-Gier (42), suivie d’une visite de stade, le contact s’engage par un exercice d’écriture: « décrivez votre premier match au stade ». 

Visite du stade Geoffroy-Guichard

Récit n°1 (une fille)
Je m’appelle E.  et le foot est quelque chose que je partage avec mon père. Mon premier match de football fut le plus mémorable. En novembre 2010, Lyon-Marseille, OL-OM, un froid de canard et des supporters plus que déchaînés. Un stade de Gerland en ébullition et mon père euphorique.

Mon père avait placé tous ses espoirs de supporter en moi. Trop concentrée dans le match, la mi-temps siffla. Mon envie d’aller aux toilettes repris de plus belle. Ne connaissant pas du tout le stade, je demanda (sic.) à mon père de m’accompagner. Ce qu’il fit mais malheureusement trop tard. A peine arrivée aux toilettes, pas le temps de se déshabiller. J’ai fini le match mouillée dans le froid. Malgré tout ce reste l’un de mes meilleurs souvenirs. Depuis, les matchs s’enchainent, à jongler entre Geoffroy-Guichard et Gerland.

Récit n°2 (une fille)
Je m’appelle C. et je suis née à l’hôpital de Saint-Chamond. J’habite à Chateauneuf et un week-end sur deux à Saint-Etienne. Même si mon père habite à St-Etienne, il ne regarde pas les matchs à la télé. Mon intérêt pour le foot ne vient donc pas de mon père mais de ma mère. Elle a fait 10 ans de foot mais suite à la rencontre avec mon père, elle a dû arrêter le foot.

Ma « carrière » de footballeuse a commencé il y a deux ans. J’ai commencé dans une petite équipe de Saint-Joseph dans une équipe de fille séniors. Pour mon premier match on s’était fait laminer ! 9-0. Nos adversaires avaient 5 ans d’expérience et elles étaient impressionnantes. Mais j’ai dû quitter l’équipe de St-Jo car les filles partaient en championnat mais j’étais trop jeune. Il y a un mois, suite au coup de fil d’un ancien ami de ma mère, j’ai recommencé le foot à Chateauneuf car une nouvelle équipe se créait. Le 26 juin aura lieu mon premier match dans cette équipe.

Je supporte l’équipe de France et pour la prochaine coupe du monde qui aura lieu en 2018 je compterai bien y être. Je supporte aussi l’ASSE. J’aimerais bien aller à un match à Geoffroy-Guichard mais mes parents ont peur de l’ambiance et ma mère préfère jouer que regarder.

Récit n°3 (un garçon)
Né dans un pays étranger, j’ai grandi dans cette ville de Saint-Etienne. On me parlait souvent de ce Derby qui est Saint-Etienne-Lyon. Je m’en moque un peu ; ce que je voulais moi c’est taper dans le ballon et être le plus fort. Contrairement aux autres, j’aimais ce club, Lyon, surement pour ses performances de 2002 à 2008. J’ai le souvenir de ce match Sainté-Lens où je suis allé avec des amis et je n’ai pas oublié de porter le maillot de Lyon.

Récit n°4 (une fille)
Je m’appelle K., j’ai 16 ans, je suis née dans cette vallée et j’y vis depuis que je suis toute petite. La première fois que j’ai mis les pieds au stade, j’avais 10 ans, j’étais accompagnée de mon père. Ma première visite a été scandaleuse, dès l’arrivée je croisais des gens bourrés qui se battaient sans aucune raison. Mon père me certifia que ce n’était pas toujours comme ça. Plus tard, mon frère se rendait trois fois par semaine au stade pour ses entraînements. J’y ai pris goût et je me rendais une fois par mois au stade. Malgré que je n’aime pas l’équipe de Saint-Etienne, j’adorais voir les supporters unis et l’ambiance qui s’en dégageait.

Récit n°5 (une fille)
Je m’appelle L., j’ai 16 ans. J’aime le foot grâce à mon père qui regarde souvent le foot que je regarde avec lui. Moi et mon père on partage nos avis sur les équipes que l’on aime comme l’ASSE mais nous ne sommes jamais allé voir un match car mon père n’aime pas le comportement des supporters de foot.. Grâce à ma tante, j’ai pu visiter le Stade de France il y a quelques années. J’en ai gardé un très bon souvenir, malheureusement je n’ai pas eu l’occasion de voir un match dans ce stade. Mais j’imagine que cela doit être impressionnant car c’est un stade très grand.

Récit n°6 (un garçon)
Je m’appelle E., j’ai 16 ans, en ce jour d’aujourd’hui. Mon rapport sera de vous raconter la formidable histoire entre moi et les stades sur lesquels j’ai posé le pied. Mon premier stade était ma terrasse sur laquelle on jouait moi et mes nombreux cousins. Pour cage, on avait la porte du garage et le portail qui sont face à face. Puis grâce à notre belle mairie de Lorette, nous avons un beau city stade avec des cages et des remparts en acier dans lequel on pouvait s’amuser à jouer au foot ou même au basket. Aujourd’hui encore nous nous rassemblons dans ce stade chaque soir après l’école pour nous amuser sur ce stade qui a pour nom le « city de Lorette ».

Récit n°7 (une fille)
Bonjour. Je m’appelle C. et je suis née à Saint-Chamond. J’habite à Rive-de-Gier. J’ai deux grands frères et un père fan de foot, mais plus particulièrement de l’ASSE. Mon père est Français et ma mère est Italienne, alors quand à la télé il y a France-Italie c’est la guerre à ma maison ! Mes grands frères ont fait du foot au Grand-Pont à l’ACR. Mon père les emmenait donc jouer au foot.

Quand j’étais petite, je me rappelle que mes frères et mon père regardaient toujours les matchs de l’ASSE sur Canal + . Quand les Verts gagnaient, c’était l’euphorie chez moi. Je n’étais encore jamais allée voir de match au stade. Je me rappelle de mon premier match, je crois que c’était en 2007 ou 2008. C’était contre Monaco. L’ASSE avait gagné 4-0. J’y étais allé avec mon père et mon frère. C’était la première fois que j’étais allée dans un aussi grand stade, j’étais impressionnée de voir les joueurs que je voyais toutes les semaines à la télé, en vrai. Maintenant j’y vais de temps en temps. Avec mon père, nous allons au Kop Sud et nous chantons les chants que nous connaissons par cœur.

Récit n°8 (une fille)
Je n’aime pas le football, alors je parlerai de basketball. Dans les animés (mangas) ou dans la vraie vie, je trouve ce sport beaucoup plus collectif et convivial. Le but et la technique sont des choses beaucoup plus respectables que dans ce jeu qui se joue au pied.

Je n’ai jamais été au stade, mais j’espère y aller au-moins une fois dans ma vie. Comme dans les films, je veux m’asseoir dans la foule sur les gradins, popcorns et hotdog dans les mains en acclamant des colosses de deux mètres arrivés sur le terrain sous les cris des fans. Et plus tard dans les matchs, je veux connaître des moments de tension et de folie devant le score et partir de là émerveillée, plein de bons souvenirs en tête.

The more I explore stadiums. Ch. Gaffney

Christopher Gaffney est géographe, enseignant-chercheur et journaliste d’investigation américain. Il a été professeur invité à l’Ecole Supérieure d’Architecture et d’Urbanisme de l’Université Fédérale Fluminense de Rio à Niterói (Brésil) ou plus récemment à l’EPF de Zurich (Suisse). Les stades sont son terrain d’étude favori depuis 2004. Il est l’auteur du remarquable Temples of the Earthbound Gods (University of Texas Press, 2008, non traduit) dans lequel il s’intéresse à l’histoire et la géographie culturelle des stades de Rio de Janeiro et Buenos Aires comme prisme pour comprendre l’évolution des paysages urbains depuis la fin du XIXe siècle.

The more I explore stadiums, the larger they became and the more I found. Unfortunately, I can no longer experience them unconsciously, and after reading this book neither will you. A stadium, even a very small one, is an incredibly complex  ”thing” – nearly impossible to describe its entirety, each one requiring a deep reading of the cultural landscape”. […]

The complexities of the stadium extend well beyond geographic inquiry into the realms of imagination, city planning, governance and taxation, architecture, environmental studies, transportation infrastructure, sewage, electricity, horticulture, security and surveillance, ticketing, marketing, player migration patterns, international trade agreements, citizens’ rights groups, eminent domain law, global capital, local, regional, national and cultural identities, gender performance, geopolitical conflicts, and global mega-events, to name more than a few. (…)

Obviously, stadiums are built so that we can perform and patronize sport, but the ways in which stadiums are constructed, managed, experienced, and understood are as different as the events they host. The meanings and histories they contain, represent, and produce are inseparable from the cultures in which they exist. As fundamental elements of the urban cultural landscape, stadiums impart ideological messages wrapped in discursive frameworks that are in turn informed by multiscalar geographic processes. Which is to say that the more we look at and think about stadiums, the more complex they become. By using stadiums as lenses to observe cultures, we survey historical, economic, political, sociocultural, technological, and globalizing processes as they are expressed on the local level.

Christopher GAFFNEY, Temples of the Earthbound Gods. Stadiums in the Cultural Landscapes of Rio de Janeiro and Buenos Aires, preface pp. iv-xv.

Lire aussi l’interview de Ch. Gaffney dans la revue Urbanisme « Les stades du Mondial seront des éléphants blancs » dans « Publications & communications ».

Les stades du Mondial seront des éléphants blancs

Christopher Gaffney, géographe américain, auteur d’un ouvrage de référence sur les stades sud-américains1 , répond aux questions de Jean-Michel Roux pour le numéro 393 de la revue Urbanisme.

Quel a été le processus d’introduction des stades et des sports modernes en Amérique du Sud ?
L’introduction du football est un bon exemple du mercantilisme britannique de la fin du XIXe siècle. Ce sport a été importé par les communautés d’expatriés britanniques (marins, dockers, entrepreneurs). Sa paternité est disputée entre São Paulo et Rio de Janeiro. Les Paulistes mettent en avant l’Anglais Charles Miller qui aurait créé la première équipe avec des employés de la compagnie de chemin de fer. Les Cariocas avancent le nom d’un Écossais qui aurait introduit le football dans une usine anglaise à Bangu. Il est associé au process de développement des infrastructures du pays sous le contrôle de capitaux étrangers. Ces étrangers ont introduit le jeu et ses équipements, même si les Brésiliens l’ont ensuite considérablement développé.

Les étrangers ont aussi importé l’architecture des premiers stades. Le premier fut construit à Rio en 1910, dans le quartier de Fluminense, au voisinage immédiat du Palais du Gouverneur. Il était typiquement anglais, avec des tribunes rectangulaires bordant le terrain. Le stade faisait partie d’un ensemble social plus large. C’était un outil parmi d’autres de reproduction des élites. Le Fluminense Football Club n’était pas qu’une simple association sportive mais un lieu de socialisation et d’affaires où les jeunes élites locales se mêlaient aux élites européennes.

D’autres clubs rivaux vont se créer par la suite, comme Botafogo, America ou Flamengo – par scission d’avec Fluminense – et s’implanter dans des espaces urbains plus informels mais toujours sur le même mode élitiste, avec des pratiques sociales « exclusives » et des stades « à l’anglaise ». Le premier stade « brésilien » est celui de São Januário (ou Estádio Vasco da Gama) inauguré en 1927. Construit dans un faubourg de Rio par des ingénieurs brésiliens pour une bourgeoisie locale qui met en avant son héritage portugais, ce stade propose un nouveau langage architectural. Sa façade principale néobaroque est particulièrement élaborée. Elle rappelle les expéditions de Vasco de Gama par l’emploi de tuiles blanches et bleues, la croix de Malte et le drapeau portugais. À bien des égards, c’est encore un bâtiment colonial.

Dans les années 1930, d’autres influences vont se faire sentir, dont le stade Pacaembu de São Paulo est le prototype. De style moderniste, il présente une architecture presque fasciste dans la mesure où, à cette époque, l’innovation architecturale en matière de stade est portée par l’Italie, l’Allemagne ou les USA. Les Brésiliens importent donc ces modèles. Avec ses colonnes gigantesques, son nom en caractères Art déco, son implantation au sommet d’une colline, sa mise en scène par une immense esplanade, tout concourt à faire du Pacaembu un lieu de représentation politique, un geste politique plus qu’un lieu de reproduction d’une élite étroite.

Torcida des Corinthians, extrait de Thomaz Farkas, Pacaembu, Saõ Paulo

L’expression la plus aboutie du modernisme dans les stades brésiliens est le Maracanã de Rio. Tous les architectes qui participent au concours sortent de l’École des beaux-arts de Rio où ils ont subi l’influence très traditionnelle de Le Corbusier – qui se rendait souvent dans cette ville –, d’Oscar Niemeyer, ainsi que des influences diverses et variées venant des écoles d’architecture européennes. Le Maracanã s’inscrit ainsi dans la lignée des stades modernistes de Berlin, Rome ou Los Angeles. Ces stades sont financés par la collectivité publique et porteurs d’une idéologie politique.

Le Maracanã s’implante au coeur d’un Rio qui est encore la capitale et véhicule un message disciplinaire. Il peut rassembler jusqu’à 170 000 personnes dans un espace ouvert de co-visibilité totale qui oblige à discipliner son corps et à accepter les normes sociétales. Il n’offre que quatre niveaux de places : les gerals, tout en bas, pour les plus pauvres, deux hauteurs de tribunes pour les classes moyennes et supérieures – les arquibancadas – et un espace pour les médias et les VIP. Ce dernier ne compte guère que 150 places ! Le Maracanã est vraiment l’expression du bien public par opposition à la reproduction des élites.

Tous ces marqueurs idéologiques d’une insertion sociale par le stade ont été détruits par la suite. Bien entendu, les stades sont toujours ouverts à tous, ou plutôt à tous ceux qui peuvent se permettre la dépense car les prix sont fous. À présent, seuls les plus riches peuvent y accéder. Le stade est devenu un lieu de consommation plus que de socialisation.

Match du Flamengo au Maracanã (2008). Photo N. Tixier

Tout est territorialisé dans le stade brésilien, chaque centimètre carré doit générer du cash. Son extérieur ressemble d’ailleurs à un supermarché, un shopping mall. Tout est propre et dégagé alentour : plus d’arbres, quand bien même il fait chaud, nulle part où s’asseoir, boire, manger ou aller aux toilettes. On aseptise l’environnement urbain pour inciter les gens à entrer et consommer ce qui est vendu à l’intérieur.

Boutique officielle du FC Sao Paulo, Stade Morumbi, 2009.

Dans le vieux Maracanã, les frontières étaient poreuses. Aujourd’hui, le spectateur doit franchir toute une série de barrières qui n’autorisent au final l’accès qu’à un segment très limité de la population. Par rapport au coût de la vie, les billets d’entrée des stades brésiliens sont probablement les plus chers du monde. J’étais récemment à la demi-finale du tournoi de l’État entre deux rivaux historiques, Vasco et Fluminense, et il n’y avait que 12 000 spectateurs. Un peu embarrassant, non ?

Dans votre blog, vous qualifiez certains grands stades d’« éléphants blancs »2. Y a-t-il un risque à les introduire dans les jungles urbaines du Brésil ?
Je pense que tous les stades seront des éléphants blancs, un de ces cadeaux que l’on nous fait parfois et pour lesquels on se retrouve à payer ad vitam æternam. L’expression renvoie à ce mythe indien dans lequel un prince accueilli dans une ville laisse en présent un éléphant blanc. Le cadeau devient alors un fardeau pour la population qui se ruine à l’entretenir. Il va en être de même pour les stades… sauf qu’il faudra aussi payer pour les construire ! Les stades seront privatisés après la Coupe du Monde, s’ils ne le sont déjà. Les citoyens de ces villes vont payer pour les construire, comme ils payeront pour les démolir quand ils seront obsolètes. Et, entre-temps, ils payeront pour assister à des matchs et feront des stades des sources de profit.

Construit sur des terrains publics et avec de l’argent public, le stade aura servi aux bénéfices du secteur privé. Et certaines villes comme Cuiabá, Manaus, Brasilía, Natal et peut-être Recife ne seront même pas en mesure d’organiser des matchs après la Coupe du Monde. Si les entreprises privées qui géreront ces stades ne parviennent pas à l’équilibre grâce aux revenus des centres commerciaux et des parkings situés à l’intérieur ou grâce aux spectacles qui y seront donnés, le fardeau du stade redeviendra public par contrat. Cela s’appelle socialiser les risques et privatiser les profits.

Les stades sont construits par de grandes entreprises brésiliennes du BTP en partenariat avec des multinationales, américaines pour partie comme AEG, qui sont spécialisées dans la gestion de clubs professionnels – football, basket-ball, etc. –, d’arenas ou de stades. Leur gestion sera opérée par concessions d’exploitation de trente-cinq ans, ce qui correspond à la durée de vie d’un éléphant blanc, à travers une combinaison de hautes technologies et de matériaux bon marché. Le stade redeviendra public quand il sera dépassé techniquement et qu’il faudra lourdement investir pour le réhabiliter ou le détruire.

Propos recueillis et traduits par Jean-Michel Roux. Interview reproduit avec l’aimable autorisation de la revue.

  1. C. Gaffney, Temples of the Earthbound Gods. Stadiums in the cultural landscapes of Rio de Janeiro and Buenos Aires, Austin, University of Texas Press, 2009 []
  2. C. Gaffney a une définition plus large de l’éléphant blanc que celle communément admise []

Groundhopping

Comme il y a des spotters (passionnés d’avions parcourant aéroports et aérodromes), des trainspotters ou ferrovipathes (fans de trains et de matériels ferroviaire), il existe des groundhoppers, littéralement des « sauterelles de stades » par dérivation du mot grasshopper, la sauterelle.

L’objet du groundhopping est d’assister à au-moins un match dans le plus de stades possible. Ce loisir qui est clairement lié au football remonterait aux années 70 en Angleterre. Il s’est répandu depuis en Europe du Nord (Allemagne, Belgique, Pays-Bas, pays scandinaves). Peu présente en France, cette pratique commence à se développer et des fans développent les premiers blogs.

Guide des stades pour groundhopper, version allemande, 2015-16

Le groundhopping fait l’objet de nombreux sites internet, de guides de voyage comme le Groundhopping Informer et  parfois même d’associations, comme le 92 club qui rassemblent ceux qui ont vu un match dans chacun des stades des équipes actuelles de Premier et Football League d’Angleterre et du Pays-de-Galles.

 

Cirque – circus

Cirque. n. m.

1♦ Enceinte à ciel ouvert, où les Romains célébraient les jeux publics (courses de chars, combats de gladiateurs, naumachies). vx 2. carrière. Cirque de forme ovale. Les jeux du cirque.

2♦ Dépression à parois abruptes, d’origine glaciaire, fermée le plus souvent par une barre rocheuse. Le cirque de Gavarnie. — Par anal. Cirque lunaire. Le Petit Robert

Le cirque d’Arelate (Arles) est situé hors la ville, entre la via Aurelia et le Rhône, et construit sur 22 000 pilotis. Il devait atteindre 450 m de long pour 101 m de large et sa capacité était de l’ordre de 20 000 spectateurs.

Maquette de la construction du cirque d’Arelate. Musée d’Arles.

 

Ground

 Jusqu’à une date assez récente les Britanniques n’avaient pas jugé utile d’appeler leur stade par un nom particulier. Le stade ne portait souvent d’autre nom que celui de sa rue ou son quartier (The Den, The Valley, White Hart Lane, Landsdowne Road, Anfield, etc.). Il était parfois appelé du nom du parc qui lui avait fait une petite place (St James’ Park de Newcastle). Le plus souvent, le stade s’appelait modestement ground, comme le Boleyn Ground (ou Upton Park), l’ancien stade de West Ham Utd de Londres ou le Old Show Ground de Scunthorpe Utd.

Le ground renvoie à l’idée d’un terrain en herbe sur lequel on joue à des jeux de balles. Il renvoie aussi à l’idée d’enracinement des clubs (to be ground : être enraciner) dans un quartier ou une ville. Depuis le rapport Taylor (1988) les stades britanniques ont considérablement évolué, y compris dans leur dénomination.

Highbury Square, Extrait de Martin Scott Andrews, From Football Grounds to Soccer Stadiums

Arsenal, le club de Londres en est l’illustration. Le vieux stade, Highbury, a été démoli pour faire place à une opération immobilière (Highbury Square). La nouvelle enceinte a pris le nom doublement moderne d’Emirates Stadium, alliance de référence vintage au latin et au sponsorship via le naming.

Du Scunthorpe Utd au Sainsbury Ltd. Extrait de Martin Scott Andrews, From Football Grounds to Soccer Stadiums

L’évolution anglaise de la dénomination des enceintes sportives est dénoncée par Martin Scott Andrews dans From Football Grounds to Soccer Stadiums: « Driven by globalisation, this change has seen the loss of the traditional football ‘ground’ from city centres and the advent of the multi-use ‘stadium’ out-of-town. We have moved from a centrally located place of shared and passed-on customs to a peri-urban situation of social ‘equality’ through dislocation and individualisation ».

Pour en savoir plus: Martin Scott Andrews, From Football Grounds to Soccer Stadiums, University of the West of England, Bristol, MA dissertation in Architecture, 2011.

Stade, stadion, stadium

Quel autre mot que – stade – a plus voyagé dans le temps et l’espace? Voyageons avec le mot.

Dans l’Antiquité grecque, le stade est d’abord une unité de longueur qui équivaut à environ 180 m (600 pieds grecs). Par extension, le mot stade a été employé pour désigner une carrière ou une enceinte dont la longueur mesurait un « stade » (l’unité précitée) et à l’intérieur de laquelle les Grecs s’entraînaient à la course. Il s’agit ensuite d’une piste de course à pied longue d’un peu moins de 200 mètres. Selon la légende, le héros grec Héraclès aurait lui-même fixé cette distance pour la course des jeux olympiques.

Dès la Grèce antique, on donne ensuite le nom de stade non seulement à la piste destinée à la course à pied entourée par l’emplacement des spectateurs, mais à tout emplacement aménagé en vue d’un exercice.

De nos jours, c’est un terrain de sport, destiné aux sports collectifs (football, rugby, cricket, etc.) ou individuels (athlétisme). Il est souvent entouré de tribunes pour les spectateurs.

Le terme n’est pas uniformément employé dans le monde. On parle ainsi selon les lieux et époques :

  • de stadium ou stadion selon que l’on veut se référer aux cultures grecques ou romaines: Stadium du Bardot (St-Etienne), Stadium de Toulouse, etc.
  • d’arènes (Amsterdam ArenA) qui renvoie aux spectacles romains dans une enceinte fermée. L’expression arena désigne désormais en France les « grandes salles » de BHV (basket, hand, volley) ou certains stades de football comme la MMArena du Mans,
  • de coliseum (Los Angeles Coliseum),
  • de park (parc) dans le monde anglo-saxon, en Chine (Goodison Park de Liverpool ou Nanjing Sports Park) ou en France comme le Parc des Sports Marcel-Michelin de Clermont-Ferrand.
  • de ballpark qui désigne un stade de base-ball (Ameriquest Ballpark à Arlington),
  • de field aux Etats-Unis (Wrigley Field ou Soldier Field, les deux stades de Chicago),
  • de ground au Royaume-Uni (Boleyn Ground)
  • de bowl aux Etats-Unis (Cotton Bowl, Pasadena Rose Bowl),
  • parfois en Angleterre, le stade ne porte d’autre nom que celui de sa rue ou son quartier (The Den, The Valley, White Hart Lane, Landsdowne Road, Anfield, etc.).

Monument aux morts

Depuis la Première Guerre Mondiale, les villes françaises ont presque toutes un monument aux morts sur la place centrale, rappelant le sacrifice des enfants du village.

Monument aux morts du FCG. Stade Lesdiguières, Grenoble

Les stades ont parfois aussi un tel affichage des héros du club ou des groupes de supporteurs, tombés au champ d’honneur, lors des guerres… ou lors d’affrontements avec d’autres fans et qui, depuis le ciel, nous regardent encore.

Monument aux morts des barra bravas d’un club argentin. C. Gaffney, Temples of the Earthbound Gods.

Le souvenir des morts prend la forme d’un véritable monument, copie conforme de celui de la place du village, comme à Grenoble ci-dessus, d’une liste de noms de barra brava sur un mur d’Argentine; parfois de façon plus indirecte par le rappel des disparus au travers sièges de couleurs différente dans une tribune (Gate 7 de l’Olympiakos Le Pirée), par un nom donné à une tribune comme le Kop d’Anfield (Liverpool), ou par un tifo – un spectacle organisé par les supporteurs – à la mémoire d’un disparu.

Monument dédié aux soldats américains. Soldier Field. Chicago.

Kop

Les parties inférieures des tribunes derrière les buts (plus rarement en latéral) sont constituées de gradins populaires où se rassemblent historiquement les fans. Le terme a son histoire. C’est une référence à une tribune du stade Anfield de Liverpool, Spion Kop ou Kop Stand, dans laquelle s’entassent les supporters acharnés du Liverpool FC. Devenu mythique, le nom de cette tribune a fini par désigner en Europe soit une tribune populaire soit un noyau de supporters radicaux.

Le Spioen Kop, un terme signifiant “la colline de guet” en afrikaans (langue des Sud-Africains d’origine hollandaise) est une montagne de la province du Natal sur laquelle s’étaient retranchés les Boers, ces paysans afrikaners en révolte contre le Royaume-Uni lors de la Seconde Guerre des Boers de 1900.

A Handbook of the Boer War, Gale & Polen Ltd, Londres & Aldershot, 1910.

Les troupes britanniques essuyèrent de lourdes pertes dans les assauts infructueux de la colline. L’émotion suscitée par la mort de nombreux jeunes de Liverpool conduisit  en 1906 Ernest Edwards, du Liverpool Daily Post et du Liverpool Echo à proposer de donner à la nouvelle tribune le nom de la bataille de Spion Kop.

Un siècle plus tard, la petite bataille coloniale est devenue un symbole du militantisme supporteur…

D’après CHARBONNIER Grégory, ROUX Jean-Michel et SANQUER Cendrine, Le stade Geoffroy-Guichard. Un club, un public, Saint-Étienne : Ville de Saint-Étienne, collection Trames urbaines n°5, 2006, 67 p., cartes et ill.

Ivanhoé de Walter Scott – la passe d’armes d’Ashby

Au Moyen-Age, les lices sont la partie extérieure de l’enceinte faite de palissades défendant l’accès des châteaux forts. Elles désignent par métonymie, l’espace entre le rempart et cette enceinte. Cet espace clos, entouré de palissades ou de fossés accueille les tournois d’où les expressions « descendre dans la lice » ou « entrer en lice ».
Ce nom a ensuite servi à désigner, par analogie, tout champ, place ou terrain destiné à des tournois ou autres exercices en plein air. Les combats de chevalerie relèvent à l’origine de l’exercice militaire. Nul part les tournois prennent une telle ampleur qu’ils nécessitent la construction d’un équipement pérenne. Tout au plus construit-on des tribunes temporaires pour l’accueil des dignitaires. Dans l’extrait ci-dessous d’Ivanhoé (publié en anglais en 1819 et traduit ici par Alexandre Dumas), Walter Scott nous dépeint avec brio la lice d’Ashby.

 

La passe d’armes, comme on l’appelait alors, devait avoir lieu à Ashby, dans le comté de Leicester, parce que les champions de la plus haute renommée allaient y tenir la lice en présence du prince Jean lui-même, qui voulait honorer ainsi ce tournoi. Cette passe d’armes avait donc attiré l’attention générale, et une immense foule de gens de toute condition accourut, dès le matin, au lieu désigné pour le combat.

Ce spectacle était des plus pittoresques. Sur la lisière d’un bois situé à moins d’un mille de la ville d’Ashby, s’étendait une vaste prairie du plus beau et du plus rare gazon, entourée d’un côté par la forêt, et bordée de l’autre par des chênes isolés dont quelques-uns avaient acquis un volume immense. Le terrain, comme s’il eût été façonné exprès pour les évolutions militaires qui se préparaient, descendait de tous côtés en pente jusqu’à un espace nivelé dont on avait fait un enclos pour la lice au moyen de fortes palissades. Cet espace occupait une surface d’un quart de mille, en longueur, sur un huitième de mille environ, en largeur. La forme de cet enclos était celle d’un carré oblong, sauf que les coins en étaient considérablement arrondis, afin d’offrir plus de commodité aux spectateurs. Les entrées, pour le passage des combattants, situées aux extrémités du sud et du nord de la lice, étaient accessibles à l’aide de fortes portes de bois, par lesquelles deux cavaliers pouvaient entrer de front. À chacune de ces entrées se tenaient deux hérauts accompagnés de six trompettes, d’autant de poursuivants, et d’un corps nombreux d’hommes d’armes destinés à maintenir l’ordre et à s’assurer de la qualité des chevaliers qui se présentaient pour prendre part à cette joute militaire.

Sur une plate-forme située au-delà de l’ouverture du sud, formée par une élévation naturelle du terrain, on découvrait cinq magnifiques pavillons ornés de bannières rouges et noires, qui étaient les couleurs adoptées par les cinq chevaliers tenants. Les cordes des tentes étaient de la même couleur. Devant chaque pavillon était suspendu l’écu du chevalier qui l’occupait, et à côté de l’écu se tenait son écuyer, singulièrement travesti, en faune ou en quelque autre être fantastique, selon le goût de son maître et le rôle qu’il lui plaisait de prendre pendant la joute. […]

Le tournoi d’Ashby-de-la-Zouche par G. Soper

À l’entrée de la lice, un passage large de dix toises conduisait en pente douce à la place où étaient les pavillons. Ce chemin était muni d’une palissade de chaque côté, ainsi que l’esplanade devant les pavillons, le tout gardé par des hommes d’armes. L’ouverture au nord de la lice formait une entrée semblable, de trente pieds de large, à l’extrémité de laquelle était un grand espace clos pour les chevaliers qui se disposeraient à entrer en lice contre les tenants ; au-delà de cet espace étaient des tentes avec des vivres et des rafraîchissements de toute espèce, avec des armuriers, des maréchaux-ferrants et autres serviteurs prêts à offrir leurs services partout où l’on en aurait besoin.

L’extérieur de la lice était en partie occupé par les galeries provisoires, couvertes de tapisseries et de tentures, et munies de coussins pour la commodité des dames et des seigneurs qu’on s’attendait à voir au tournoi. Un étroit espace entre ces galeries et la lice était réservé à la milice bourgeoise des campagnes et aux spectateurs d’un ordre supérieur aux basses classes, et aurait pu se comparer au parterre d’un théâtre. La multitude mélangée stationnait sur de grands talus de gazon préparés à cet effet, ce qui, avec l’aide de l’élévation naturelle du terrain, la mettait à même de dominer les galeries et de jouir d’une belle vue sur la lice.

Outre la commodité qu’offraient ces diverses places, des centaines de spectateurs avaient grimpé sur les branches des arbres qui entouraient la prairie, et le clocher même d’une église rurale, située à quelque distance de là, était encombré de spectateurs.

Il ne reste à parler, après ces dispositions générales, que d’une galerie située au centre même, du côté oriental de la lice, et, par conséquent, tout vis-à-vis de l’endroit où l’on attendait le choc du combat, qui était plus élevée que les autres galeries, plus richement décorée et ornée d’une espèce de trône surmonté d’un dais où brillaient les armes royales. Des écuyers, des pages et des yeomen, ou milices bourgeoises, en riche livrée, se tenaient autour de cette place d’honneur, destinée au prince Jean et à sa suite.

La joute devant la galerie

Vis-à-vis de cette galerie royale, on en voyait une autre au même niveau, sur le côté occidental de la lice, et décorée plus gaiement, quoique avec moins de luxe que celle réservée au prince. Un cortège de pages et de jeunes filles, les plus beaux et les plus belles qu’on avait pu trouver, parés d’un costume de fantaisie vert et rose, entouraient un trône orné des mêmes couleurs.

Parmi les guidons et les bannières, sur lesquels se voyaient des cœurs blessés, des cœurs brûlants, des cœurs saignants, des arcs et des carquois, et tous les emblèmes ordinaires attribués au triomphe de Cupidon, une inscription étincelante faisait connaître aux spectateurs que cette place d’honneur était destinée à la royne de la beaulté et des amours. Mais personne ne pouvait deviner le nom de la dame qui devait, dans cette occasion, représenter la reine de la beauté et des amours.

Sur ces entrefaites, les spectateurs de toutes les classes arrivaient en foule pour occuper leurs places respectives, non sans se disputer relativement à celles qu’ils avaient le droit de prendre. Quelques-unes de ces disputes furent tranchées sans cérémonie par les hommes d’armes, et les manches de leurs haches d’armes, et les pommeaux de leurs épées furent employés comme arguments pour convaincre les plus récalcitrants. D’autres, produites par les prétentions rivales de gens d’un rang plus élevé, furent résolues par les hérauts ou par les deux maréchaux du camp, Guillaume de Wyvil et Stéphen de Martival, qui, armés de toutes pièces, parcouraient la lice pour maintenir le bon ordre parmi les spectateurs.

The Rescue of Ivanhoe, gravure de R. Staines d’après T. Allom Corson

Peu à peu les galeries s’emplirent de chevaliers et de seigneurs en robes de paix, dont les longs manteaux aux riches couleurs contrastaient avec les habits plus gais et plus splendides des dames, qui, en nombre encore plus grand que les hommes mêmes, s’étaient réunies pour jouir d’un spectacle que l’on aurait pu croire trop sanglant et trop périlleux cependant pour plaire à ce sexe.

Le moins élevé des deux enclos se trouva bientôt rempli par des bourgeois et des citoyens notables, et par ceux de la petite noblesse qui, par modestie, par pauvreté, ou par des titres mal établis, ne pouvaient prétendre à des places plus distinguées .

Walter Scott, Ivanhoé, 1820, traduction de l’anglais par Alexandre Dumas

Regard d'urbaniste sur les stades