Archives par mot-clé : Décines

Des stades déjà rentabilisés pour les JO 2024?

Le 11 juillet 2017, les représentants de la candidature de Paris pour accueillir les JO de 2024 , les coprésidents Tony Estanguet et Bernard Lapasset ainsi que la maire de Paris Anne Hidalgo, ont présenté le projet de candidature au Comité international olympique (CIO). Paris est désormais seule en lice pour accueillir cette édition après l’accord entre le CIO et Los Angeles qui se propose d’organiser l’édition de 2028. Le dossier de Paris repose sur l’utilisation au maximum des sites et équipements déjà en place afin de réduire les coûts. Mais nécessiteront-ils vraiment aucun travaux?

Fort logiquement, le dossier français fait la part belle, pour le tournoi olympique de football, aux stades qui ont été construits ou rénovés pour l’Euro 2016 de football ou qui doivent servir lors de la Coupe du monde de rugby 2023, pour laquelle la Fédération Française de Rugby (FFR) s’est déclarée candidate le 9 février 2017.

Le tournoi olympique sera réparti dans neuf stades :
– Parc des Princes (48 500 places) à Paris
– Stade Pierre-Mauroy (50 000 places) à Villeneuve-d’Ascq
– Stade de la Beaujoire (37 500 places) à Nantes
– Groupama Stadium, ex-Parc OL (59 000 places) à Décines
– MatMut Atlantique (42 000 places) à Bordeaux
– Stade Geoffroy-Guichard (42 000 places) à Saint-Etienne
– Allianz Riviera (35 000 places) à Nice
– Stadium de Toulouse (33 000 places)
– Stade Orange ex-Vélodrome (67 000 places) à Marseille

En-dehors du Parc-des-Princes, tous les autres figurent dans la liste des neufs stades prévus pour accueillir le rugby en 2023. Huit d’entre eux (exception faite de la Beaujoire) ont déjà accueilli l’Euro 2016. Un groupe d’une dizaine de stades se détachent donc désormais en France pour accueillir les grandes compétitions en raison de leur taille et de leur niveau d’équipement plus que pour la répartition géographique1.

Si le principe de faire l’économie de la construction de nouveaux stades pour les seuls Jeux Olympiques semblent un principe de bon sens, le dossier de Paris ne sous-estiment-ils pas cependant les coûts de remise aux normes de ces équipements, douze ans après leur livraison? L’exemple actuel du stade de la Licorne à Amiens n’incite pas à l’optimisme. Le stade du club d’Amiens, qui vient de rejoindre la première division nationale en football, a été livré il y a moins de 18 ans. Il va devoir pourtant faire l’objet de travaux de rénovation de toiture pour 8,8 millions d’euros ainsi que d’autres aménagements (nouveaux sièges pour 660 000 €, éclairage pour 350 000 € et vidéoprotection pour environ 300 000 €) afin de répondre aux exigences de la Ligue.

 

  1. les Hauts-de-France, l’Ile-de-France, PACA et Auvergne-Rhône-Alpes ont chacune deux stades alors que l’est et le grand ouest et le centre de la France en sont dépourvus []

Groupama stadium

Après plusieurs années de recherche, le club de Lyon vient d’officialiser le 12 juillet 2017 la signature de la convention de naming de son nouveau stade de Décines. Exit le Stade des Lumières ou le Parc OL, veuillez dire maintenant le Groupama Stadium.

Suivant l’exemple des clubs nord-américains, britanniques ou allemands, certains clubs français cherchent de plus en plus à diversifier leurs sources de revenu et les rendre pérennes sur plusieurs années en pratiquant le naming. Cet anglicisme désigne une pratique qui consiste à renommer temporairement – généralement une dizaine d’années –  un équipement sportif du nom d’un mécène. La pratique n’est pas récente. Le pionnier français est Le Mans (MUC 72) qui obtient des Mutuelles MMA, dès 2007, quelques 10 millions d’euros sur 10 ans pour son nouveau stade.

Les sommes récoltées en France sont généralement très en-dessous de ce que les entreprises anglo-saxonnes acceptent d’investir.  En 2011, « La banque américaine JP Morgan a ainsi déboursé 300 millions de dollars (220 millions d’euros) sur 10 ans pour prêter son nom au Madison Square Garden des New-York Knicks (NBA). »1 Les principaux contrats signés à ce jour en France  ne concernent que des assureurs et ne dépassent guère les 20 millions d’euros sur 10 ans, comme pour le Matmut Atlantique de Bordeaux en 2015. Des chiffres qui ont certes doublé en 8 ans, tout en restant très bas… au point que certains clubs préfèrent parier sur leur nom historique (PSG et son Parc-des-Princes) ou choisissent à contre-courant de continuer d’honorer anciennes gloires locales (stade Jean-Bouin d’Angers renommé en 2017 Raymond-Kopa ou stade Pierre-Mauroy de Lille).

L’Olympique Lyonnais cherchait depuis 18 mois un mécène pour le naming du nouveau stade de Décines, un mécène capable de s’engager sur un « partenariat industriel global, moderne et innovant » pour reprendre les termes du club. D’après Lyon Capitale, l’objectif visé, 8 à 10 millions d’euros par an ne sera pas atteint, même si le contrat devrait osciller, selon les résultats sportifs entre 5,5 et 7 millions d’euros. Il inclurait aussi le naming du centre d’entraînement (Groupama OL Training Center) et celui du centre de formation (Groupama OL Academy), qui rapportait jusqu’ici un million d’euros par an. La confidentialité de l’accord ne permet pas de savoir si le sponsoring maillot entre en compte.

Selon le club, l’assureur verra son nom associé non seulement à l’extérieur du stade mais aussi « dans l’arène, sur le parcours des clients VIP et du grand public, ainsi que dans les zones sportives, et permettra à Groupama Rhône-Alpes Auvergne d’utiliser l’image du stade pour promouvoir ses offres et services. Groupama Rhône-Alpes Auvergne bénéficiera (…) d’un dispositif réceptif d’envergure lors de tous les événements organisés au Groupama Stadium, avec l’utilisation des espaces 365 jours par an ».

La durée du contrat, trois ans seulement, alors que ce type de mécénat s’étend généralement sur dix ans, laisse quelque peu interrogatif, tout comme les objectifs de la « structure commerciale commune » qui sera créée dans le cadre du partenariat.

Il ne faudra pas confondre le Groupama Stadium, à Décines, et le Groupama Aréna… le stade du Ferencváros TC situé à Budapest (Hongrie) et qui a été construit à l’emplacement du Stade Flórián Albert, ancien stade du club, démoli en 2013.

L’entrée principale du Groupama Aréna avec la statue de Flórián Albert (à gauche) et la statue de Ferenc Springer (à droite). source: Kispados, wikipédia hongrois

Après le MMArena du Mans, le Matmut Atlantique de Bordeaux, l’Allianz Riviera de Nice, les assureurs prennent de l’assurance dans le naming des stades de football français. L’assurance que le spectacle sera au rendez-vous?

  1. «Le “naming” débarque en France… avec ses contradictions», France 24, 27 janvier 2011 []

Impressões sobre o estádio Parc Olympique Lyonnais

Natália Rodrigues de Melo est une jeune « tourismologue » brésilienne qui fait sa thèse à l’Université Fédérale de Rio de Janeiro au sein de la Faculté d’Architecture et d’Urbanisme. Son sujet de recherche porte sur l’analyse de l’ambiance des stades de football rénovés pour la coupe du monde 2014. Elle est accueillie au printemps 2017 à l’Institut d’Urbanisme de Grenoble et au laboratoire PACTE du CNRS. Le texte ci-dessous constitue  un travail d’observation situé du Parc Olympique Lyonnais de Décines, réalisé le 10 mai 2017, lors du match retour de la demi-finale de League Europa entre l’OL et l’Ajax d’Amsterdam.

 

O Parc Olympique Lyonnais é um estádio que foi construído para a Euro 2016. A obra começou em 2007 e tem a própria equipe do Lyon como gestora. Tem capacidade para 59 mil torcedores e além do futebol, o espaço acolhe também outros eventos esportivos como rugby e eventos culturais diversos.

Em termos de capacidade ele é o terceiro estádio da França e a sua construção se deu para evidenciar a cidade de Lyon como a segunda cidade do país e sua importância perante as grandes metrópoles europeias. Em meio a polêmica de sua aceitação ou não pelos moradores da região, dada a construção em um espaço de plantação agrícola, o equipamento foi erguido pelo valor total de 640 milhões de euros e tem financiamento privado pelo Olympique Lyonnais e público pela prefeitura de Lyon que financiou as melhorias de acesso e o projeto urbano do entorno.

O jogo era em uma quarta-feira, dia 10 de maio de 2017, parte da semifinal da Europa League, partida de volta entre Lyon e Ajax, essa última uma equipe holandesa. A equipe do Lyon precisava ganhar por pelo menos três gols de diferença para seguir classificada.

Seguimos eu e um amigo francês torcedor do Olympique Lyonnais rumo à cidade de Lyon. Fomos de carro por aproximadamente 01 hora de viagem. Chovia muito o tempo todo e fazia bastante frio. Saímos às 18 horas de Grenoble e a partida estava marcada para começar às 21 horas.

O frio continuava intenso no estacionamento em que descemos para que pudéssemos pegar a “navette” que faz o trajeto até o estádio. Essa pode ser considerada a melhor opção para acessar o equipamento, pois o trânsito até o local é intenso e o ônibus especial tem uma faixa exclusiva. Havia uma fila enorme de torcedores e somente quem possuía ingresso da partida tinha a possibilidade de utilizar esse ônibus.

Fila de torcedores para acessa as “navettes”. Fonte: própria autora
Os torcedores entro da “navette”. Fonte: própria autora

Como o estádio fica aproximadamente nove minutos de distância utilizando esse meio de transporte, foi possível para apreciar bastante a paisagem no trajeto. A chuva havia cessado e foi possível ver o sol se pondo e as flores que estavam no caminho estavam colorindo o local de deslocamento. Dentro do ônibus havia burburinho de torcedores que citavam a expectativa de um grande jogo, e, mesmo com a grande desvantagem da equipe do Lyon, que deveria ganhar de três gols de diferença do adversário – pois havia perdido a primeira partida por 4 x 1 na Holanda – era possível perceber um sentimento de que poderia “dar certo” para os Lyonnais. É a famosa esperança do torcedor. Sinto a mesma coisa com a minha equipe no Brasil.

Jogo decisivo e a torcida estava em massa no estádio. As pessoas bebiam bastante, mas não há bares por perto. Elas carregavam fardos de cerveja e isso deixava o ambiente com cheiro de cerveja. Não vi nem senti cheiro de comida na parte exterior do estádio, pois não há bares nem mesmo quiosques.

Torcedores chegando no estádio. Fonte: própria autora

A entrada ao estádio foi vibrante. A maioria dos torcedores cantava, pulava e vibrava bastante com a possibilidade de uma final da equipe do Lyon. A entrada das mulheres e crianças era separadas da entrada homens. A fila dos homens estava maior do que a fila das mulheres, como esperado. Ao passar pela checagem dos seguranças havia a possibilidade de colocar as cores da equipe no rosto e eu ostentei o bleu et rouge no meu rosto como uma legítima “supporteuse”. Isso foi importante para que eu me sentisse parte do espetáculo que estava por vir.

Com as cores da equipe no rosto. Fonte: própria autora

Assim como na maioria dos estádios franceses a territorialização no Parc Olympique Lyonnais é a mesma com relação aos Ultras. Eles ocupam as extremidades do estádio e tem os animadores responsáveis por inflamar os torcedores o tempo todo, inclusive no intervalo. Como de costume, eles ficam o tempo todo de costas para a partida. As tribunas são conhecidas como Virage Bleu e Virage Rouge nessas extremidades.

Não tem um locutor específico para animar/narrar os acontecimentos do jogo. Há um locutor como nos estádios brasileiros, ele é responsável por informações pontuais, como início da partida, número de torcedores, troca de jogadores etc.

No entanto, existe uma figura que é o “chefe” dos Ultras e que antes da partida tem o direito de entrar no campo e usar de um microfone para motivar os torcedores o que torna o momento bastante empolgante, pois não é como se fosse um show, mas um ponto fundamental de um combate que vai começar. Ele chama os torcedores para que eles gritem junto o nome da equipe, o nome dos jogadores e faça movimentos com as bandeiras que ficam dispostas em todas as cadeiras do estádio.

Senti uma sensação incrível ao estar ali, em meio a uma partida muito importante, sendo parte do espetáculo, podendo cantar junto e sentir o clima daquela atmosfera que tomava conta de todo o espaço. Inclusive os 5% dos torcedores do Ajax estavam empolgados e compunha a ambiência magnifica que ali estava instaurada. Um estádio extremamente vivo!

Torcedores do Ajax. Fonte: própria autora

Na entrada das equipes a campo, o Ajax foi bastante vaiado pelos torcedores. Isso acontece muito no Brasil com partidas decisivas. Com o início do jogo um mar azul e vermelho de bandeiras distribuídas no estádio tomava conta de todo o espaço. Foi a primeira vez que vi que as tribunas laterais estavam polvorosas, todos de pé e encorajando a equipe. Além das tribunas Virage Bleu e Virage Rouge das extremidades, as tribunas das laterais são conhecidas como Tribune Blanc e Tribune Or que retomam as cores históricas do clube. Era extremamente bonita a harmonia das cores da equipe anfitriã.

A vivacidade do estádio só foi interrompida pelos lugares marcados que devem ser respeitados. Até o momento eu não precisei respeitar essa regra, mas, segundo meu amigo, esse “preciosismo” aconteceu devido ao alto número de torcedores que estavam ali para acompanhar o jogo decisivo – ao todo 54 mil pessoas. Mesmo assim eu não sei se isso seria de fato importante, pois no Brasil, principalmente em partidas decisivas, os torcedores se colocam de pé, em qualquer lugar que possam ter boa visibilidade e encorajam o tempo todo a equipe.

No intervalo o cântico continuava, mesmo com a equipe do Lyonnais perdendo de 1 x 0 e tendo que fazer naquele momento 4 gols para poder ir para a final do campeonato. Os líderes dos Ultras continuavam de costas e liderando a torcida. Novamente me lembrei da Geral no Brasil, mas sem a o tom “ameaçador”, uma vez que se não cantasse eu poderia ser xingada ou até mesmo levar empurrões dos torcedores brasileiros mais afoitos.

Os líderes dos Ultras. Fonte: própria autora

Ao retorno da partida no segundo tempo o estádio todo continuava encorajando a equipe, cantando, vibrando com cada gol, se valendo do papel importante que a torcida tem em cada jogo, sabendo que poderiam fazer total diferença naquele combate. De fato eles fizeram, pois a equipe do Lyon conseguiu fazer 3 gols e ganhar a partida por 3 x 1. Apesar disso, a equipe não se classificou.

O olhar desolado dos torcedores foi de entristecer. Enquanto os torcedores do Ajax eram impedidos de sair do estádio até que a torcida do Lyon saísse, a fim de evitar confusão, os demais iam cabisbaixos corredores afora. O anfitrião amargava uma eliminação. Ficamos até que a maioria dos torcedores do Lyonnais saísse do local, ouvíamos somente a torcida do Ajax vibrando, mas o estádio tinha um “ar triste”, uma atmosfera que me remetia a um funeral.

A saída foi triste, com um sentimento de derrota que deixou um silêncio pairando no ar. Uma enorme fila se posicionou até as “navettes” e enquanto isso os torcedores seguiam comentando as falhas, os problemas ocorridos com a equipe. Muito frio e tristeza a ambiência da saída do estádio.

Fila da saída do estádio. Caminho para o acesso às “navettes”. Fonte: própria autora

Seguimos em direção novamente ao estacionamento e voltamos ouvindo um “podcast” sobre a narração da partida. Apesar de todo o sentimento ruim de uma eliminação, eu pude vivenciar um estádio vivo e uma torcida completamente apaixonada pela sua equipe. “Qui ne saute pas n’est pas Lyonnais!”

A suivre…

Violence et stade, de Pompéi à Furiani

Sièges brûlés ou arrachés, toilettes vandalisées au Parc OL (Décines) dans un secteur occupé par des supporters parisiens lors de la finale de la Coupe de la Ligue le 1er avril 2017. Violents incidents (douze interpellations et sept blessés) autour et dans le même Parc OL lors de la venue du Besiktas d’Istanbul en quarts de finale de la Ligue Europa le 13 avril 2017. Invasions de terrain par des fans, violences sur des joueurs, jets de projectiles sur un bus lors du match de championnat SC Bastia-O. Lyonnais le 16 avril au stade de Furiani. La violence s’invite à nouveau dans les stades français.

Ces incidents rapprochés mettent en lumière une série de dysfonctionnements en terme d’organisation de la billetterie, des déplacements de fans (officiels et « indépendants »), de la sécurité publique dans et autour des enceintes, de la gestion des flux de personnes dans les stades, de la communication avant les matchs, etc. Le tout dans un contexte géo-politique parfois tendu1. La violence au stade est tout sauf un mal du siècle ou du football. Petite mise en perspective historique avec les Romains et le souvenir d’un affrontement violent à Pompéi.

 

Le massacre de l’amphithéâtre de Pompéi
Les combats de gladiateurs (munera) naissent, comme nous le rappelle Tertullien, dans le cadre de cérémonies d’hommage funéraire. Le sang coule en mémoire d’un cher disparu et en sacrifice pour honorer les dieux. La violence est alors restreinte à l’arène. Rapidement le combat devient spectacle chez les Romains, offert par un mécène – un évergète – à son peuple. La place publique ne suffit plus à accueillir les spectateurs et des équipements dédiés apparaissent: les amphithéâtres. Le supportérisme se développe, parfois encouragé avec des arrières pensées politiciennes par les notables eux-mêmes… conduisant à des excès dont Pompéi nous a transmis des traces.

En 59 après J.C., un combat de gladiateurs donné à Pompéi se termine par le massacre des habitants d’une colonie de Campanie, Nucérie, venus assister au spectacle. Deux documents nous relatent l’évènement à leur manière: le premier est un texte de Tacite2, le second une fresque provenant d’une maison pompéienne aujourd’hui conservée au Musée archéologique national de Naples. Voici ce que Tacite – qui n’est pas un contemporain  – dit de l’évènement:
« Un incident futile provoqua un affreux massacre entre les colons de Nucérie et ceux de Pompéi, lors d’un spectacle de gladiateurs, donné par Livineius Regulus, dont j’ai rapporté l’exclusion du Sénat. En effet, en échangeant des invectives selon la licence propre aux petites cités, ils se lancèrent des injures, puis des pierres, enfin des armes, et la victoire resta à la plèbe de Pompéi, où se donnait le spectacle. Aussi transporta-t-on dans la Ville beaucoup de Nucériens, le corps mutilé à la suite des coups reçus, et un grand nombre pleuraient la mort d’un fils ou d’un père.
Le jugement de cette affaire fut remis par le prince au Sénat, par le Sénat aux consuls. Puis l’affaire étant revenue devant le Sénat, on interdit pour dix ans à la municipalité de Pompéi ce genre de réunions, et les associations qui s’y étaient fondées au mépris des lois furent dissoutes ; Livineius et les autres auteurs de la sédition furent punis de l’exil. »

Fresque d’une maison de Pompéi représentant l’affrontement entre Pompéiens et Nucériens

La fresque ci-dessus montre combien l’affrontement entre spectateurs déborde de l’arène et ses tribunes pour se poursuivre dans la ville, se transformant en chasse à l’homme. Simple cas de violence de fans d’extraction modeste et issus d’une « petite cité »? L’historienne Valérie Huet nous donne une autre explication dans un article de la revue Histoire urbaine. Il s’agit bien pour elle d’une forme archaïque d’hooliganisme, forme qu’elle relie d’ailleurs à l’organisation sociale des groupes hooligans néerlandais des années 1990. Elle propose même d’attribuer la fresque, non plus à un ancien gladiateur devenu libre, comme c’est généralement le cas, mais à « une sorte de « hooligan », c’est-à-dire un homme appartenant à une catégorie relativement modeste de la population et qui tirerait gloire et fierté de sa participation à une violence dont l’écho était parvenu jusqu’à Rome et avait même déclenché ses foudres ».

La lecture géo-politique des incidents
Pour Valérie Huet, comme pour beaucoup d’autres spécialistes, le massacre ne peut être compris qu’en se limitant aux motivations des seuls hooligans pompéiens. Pompéi et Nucérie sont en fait alors deux colonies romaines, i.e. des établissements créés par l’État romain et destinés au contrôle d’un territoire conquis. Elles sont toutes deux situées dans la même vallée du Sarno et en conflits profonds. Nucérie, moins connue aujourd’hui que Pompéi,  est une ville samnite d’origine, située au centre italique de la Campanie méridionale. Valérie Huet nous rappelle que, bien que samnite3, Nucérie se caractérise par sa loyauté sans faille à l’égard de Rome, contrairement à Pompéi qui, ayant pris parti contre le pouvoir central lors de la guerre sociale, perdit son indépendance en devenant une colonie syllanienne.

Deux ans avant le massacre, Rome autorise d’ailleurs l’augmentation du nombre des colons à Nucérie, ce qui ruina ainsi les espoirs des Pompéiens de contrôler des territoires ayant un temps appartenu à Stabies, une troisième ville portuaire, dont l’arrière-pays était à portée des deux autres villes. Valérie Huet conclut qu’il est « probable qu’eut lieu entre les deux colonies une redélimitation des territoires donnant l’avantage à Nucérie (…) et évident que parmi les spectateurs et les faiseurs de troubles se trouvaient des colons cultivateurs n’ayant pas pu étendre leurs terres ».

Quand la violence au stade ne peut se comprendre qu’avec un peu de géo-politique…

 

Pour en savoir plus
Huet Valérie, « La représentation de la rixe de l’amphithéâtre de Pompéi : une préfiguration de l’ « hooliganisme  » ? », Histoire urbaine, 2/2004 (n° 10), p. 89-112. URL : http://www.cairn.info/revue-histoire-urbaine-2004-2-page-89.htm
Tacite, Annales XIV, 17
Tertullien, Oeuvres complètes, traduites du latin par Antoine-Eugène de Genoude, Les Belles Lettres, « Classiques favoris », 1168 p.

Source de l’image à la une http://ventomeridionale.blogspot.fr/2012/02/amphitheatre-of-pompeii-blood-and-sand.html

  1. Ces matchs se tiennent à quelques jours d’élections nationales en Turquie – référendum sur la constitution turque qui a vu des pays européens interdire des meetings pro-gouvernementaux au motif de troubles potentiels à l’ordre public – et en France avec le premier tour de l’élection présidentielle []
  2. Tacite, Annales XIV, 17 []
  3. Les Samnites sont un groupe de tribus du Sud des Apennins, définitivement soumis par Rome en 290 av. J.C. []