Archives par mot-clé : Grenoble

Nouvelle tribune à Dijon

Le stade Gaston-Gérard de Dijon inaugure sa nouvelle tribune Est de 5000 places ce samedi 16 septembre 2017 à l’occasion du match de Ligue 1 Dijon FCO-ASSE. C’est l’aboutissement d’un projet de démolition-reconstruction de deux ans.

Le stade Gaston-Gérard, baptisé ainsi en 1969 en l’honneur de l’ancien député-maire de Dijon, a été inauguré en 1934. Il s’inscrit alors dans un parc omnisports typique du mouvement moderne, le Parc de Montmuzard. Le stade est circo-rectangulaire (une forme remontant au stade olympique de Londres en 1908, le White City) et omnisports avec son terrain de foot et sa piste d’athlétisme. Le parc comprend entre autres un vélodrome et des terrains de tennis.

Plan du parc omnisports (1934). Source: https://www.metropole-dijon.fr/Les-grands-projets/Un-grand-stade-pour-le-DFCO

Devenu vétuste, la collectivité Dijon Métropole fait le choix de ne pas le démolir entièrement pour reconstruire un nouveau stade comme par exemple Grenoble et son Stade Berti rasé pour laisser place au Stade des Alpes. Elle procède alors par étapes. Les premiers travaux de rénovation sont effectués en 2007. En 2015, le succès sportif du Dijon FCO se confirmant avec une remontée en Ligue 2 en 2012, une nouvelle tribune Est est décidée pour une capacité de 4978 places contre 2429 précédemment. La démolition s’effectue en juillet par grignotage (cf son time lapse). La « première pierre » est posée en décembre de la même année et les travaux se terminent dans le courant de 2017.  Elle est partiellement ouverte au public le 4 février dernier lors de la réception du Paris-SG.

Vue de la nouvelle Tribune Est (projet). http://www.info-stades.fr

La piste d’athlétisme disparaît, faisant passer le stade d’une forme cirque-rectangulaire à un stade « à l’anglaise » avec quatre tribunes rapprochées du bord du terrain et se faisant face1. Les angles ne sont pas (encore?) comblés par des virages et la toiture est chargée de donner une unité architecturale.

Cette nouvelle tribune, dont le coût des travaux est estimé à 19,3 millions d’euros en 2015 a été conçue par le cabinet d’architecte Guervilly & Mauffret2. Dijon Métropole met en avant l’intégration de la tribune à son quartier et sa multi-fonctionnalité: « sa façade, rappelant une habitation urbaine, s’ouvre sur un parvis qui donne sur la rue du stade et entre en résonance avec les constructions de l’écoquartier Hyacinthe-Vincent.  (…) Construite sur trois niveaux, cette tribune a une capacité d’environ 5000 places . La structure accueille aussi les bureaux du DFCO, une salle de réception modulable de 1200 m², 20 loges, la boutique du club et les vestiaires du personnel (stadiers) ».

La collectivité met aussi en avant le choix de garder le stade à son emplacement initial pour son insertion urbaine, dans un « parc arboré », lui permettant d’être desservi par le tramway et « entouré par un réseau de parkings de proximité (1 km à la ronde) ».

Les stades sont comme les villes. Ils peuvent être la réalisation d’un projet planifié sur une table rase. Ils sont aussi, le plus souvent, un palimpseste, c’est-à-dire le résultat sur le temps long, d’opérations de construction et reconstruction.

 

  1. Cette disposition permet de mettre les spectateurs aux « premières loges »: à 8,2 mètres de la ligne de touche en volée basse et 12,4 mètres en volée haute []
  2. Le groupement Jean Guervilly comprend non seulement le cabinet Guervilly & Mauffret (Paris-Saint-Brieuc), mais aussi Hervé Regnault (architecte à Chalon-sur-Saône), le groupe Alto Sarl, BSO Sarl, Bethak, ECB Sarl, Avec acoustique, Casso & associés, LTC Eurl, Nr Conseils []

Le fardeau de Furiani

Les clubs de football français sont des entreprises de spectacle sportif fragiles. Contrairement aux clubs des ligues fermées nord-américaines, la rétrogradation sportive peuvent les frapper. Quand le club est économiquement fragile, c’est alors une rétrogradation administrative qui s’en suit, faisant passer le club en quelques semaines du statut professionnel au statut amateur. Le stade, outil de travail principal du club, devient alors trop coûteux… et les collectivités locales héritent d’un fardeau lourd à porter. Le Mans et Grenoble en ont fait la cruelle expérience par le passé. Bastia (Corse) est en train de la vivre.

Le stade de Furiani. Photo: Dany Tolenga, 2012. http://www.info-stades.fr/stade/23/bastia-stade-armand-cesari-furiani

Rétrogradation sportive et rétrogradations administratives
Le Sporting Club de Bastia (SCB) est un pensionnaire historique de la Ligue 1 de football avec 34 participations cumulées. Vainqueur d’une coupe de France et finaliste de la coupe de l’UEFA, il fait partie du patrimoine du sport français. Son stade, Armand-Cesari, est plus connu sous le nom de stade de Furiani, du nom de la localité proche de Bastia qui l’accueille. Il est réputée pour son ambiance survoltée en dépit de sa petite capacité (16 000 places) et de sa vétusté. Il est aussi connu pour l’effondrement d’une tribune provisoire lors de la demi-finale de la coupe de France de football qui fit 18 morts et 2 357 blessés en 1992. Le stade de Furiani appartient à la Communauté d’Agglomération de Bastia (CAB) qui le loue au club via une convention avec sa Société anonyme sportive professionnelle (SASP) .

Le club a été relégué sportivement en deuxième division nationale (L2) en mai 2017. Couvert de dettes, il a été ensuite rétrogradé administrativement en National 1 – la troisième division nationale – par la DNCG (Direction Nationale de Contrôle de Gestion, cf note infra), le « gendarme financier » du football français. La sanction a été confirmée en appel, puis par un avis du Comité national olympique et sportif français (CNOSF). Mais la DNCG et le Comité exécutif de la Fédération française de football n’ayant pas validé à ce jour le budget bastiais pour le National 1, le SCB pourrait finalement évoluer en National 3, soit le cinquième niveau national, dans lequel jouait l’équipe réserve1. Le club perdrait alors son statut professionnel et devrait repartir sous l’entité de son association (et non plus la SASP, en liquidation), détentrice du numéro d’affiliation.

Quid du stade Furiani?
Que deviendrait alors le stade de Furiani ? Le club redevenu amateur n’aura pas les moyens d’y évoluer, pas plus d’ailleurs que l’autre club amateur de la ville, le CA Bastia, qui évolue depuis juillet 2017 au stade municipal Paul Antoniotti de Borgo, une commune de la périphérie bastiaise.

Le club corse doit, selon l’AFP citée par L’Equipe, une somme de 500 000 euros à la communauté d’agglomération de Bastia (CAB). « Le stade Armand-Cesari génère des coûts fixes estimés à 1,5 million d’euros par an, selon la CAB : 5 à 600 000 euros sont destinés à l’entretien de la pelouse, l’éclairage et les assurances, 400 000 euros servent à l’entretien des bâtiments, bureaux, tribunes et toitures, et enfin 500 000 euros servent à payer l’annuité d’emprunt ».

La CAB s’interroge actuellement sur les conditions futures d’utilisation du stade ainsi que sa finalité.  Elle a, de plus comme le précise L’Express, saisi le tribunal administratif de la ville car elle doit également faire face à une « détérioration de la pelouse, qui semble inutilisable, faute d’entretien depuis plusieurs semaines. Jusqu’à présent, la convention bipartite stipule que cet entretien est entièrement à la charge du club ». Un expert doit être désigné ; une démarche indispensable, selon la CAB, afin de « disposer d’un cadre juridique approprié pour défendre et préserver le stade ».

Cette catastrophe sportive et économique nous interroge, non seulement sur la nature des relations public-privé en matière de gestion des stades d’équipes professionnelles, mais aussi sur la difficulté à conjuguer, dans le cas des ligues ouvertes européennes, l’incertitude sportive avec l’incertitude économique.

Note: La Direction Nationale de Contrôle de Gestion est une commission indépendante hébergée par la Ligue de football professionnel (LFP), chargée de surveiller les comptes des clubs de football professionnels en France. Après examen de la situation d’un club, notamment de sa situation juridique et financière, la DNCG peut prendre une ou plusieurs décisions concernant l’effectif et la participation du club aux compétitions. Les sanctions concernant l’effectif peuvent être : 1/ une interdiction partielle ou totale de recruter de nouveaux joueurs, 2/ un recrutement contrôlé avec limitation du budget prévisionnel ou de la masse salariale prévisionnelle, les contrats de joueurs devant alors être homologués par la DNCG, ou 3/une limitation du nombre de joueurs du club pouvant être mutés dans l’équipe première.
Les décisions de la DNCG concernant la participation du club aux compétitions peuvent être : 1/une rétrogradation dans la division inférieure, 2/ une interdiction d’accession à la division supérieure, ou 3/une exclusion des compétitions.
Sources: https://fr.wikipedia.org/wiki/Direction_nationale_du_contrôle_de_gestion

  1. La FFF (Fédération Française de Football) a entériné depuis la publication de l’article le départ au cinquième échelon []

Impressões sobre o estádio Stade des Alpes

Natália Rodrigues de Melo est une jeune « tourismologue » brésilienne qui fait sa thèse à l’Université Fédérale de Rio de Janeiro au sein de la Faculté d’Architecture et d’Urbanisme. Son sujet de recherche porte sur l’analyse de l’ambiance des stades de football rénovés pour la coupe du monde 2014. Elle est accueillie au printemps 2017 à l’Institut d’Urbanisme de Grenoble et au laboratoire PACTE du CNRS. Le texte ci-dessous constitue  un travail d’observation situé du Stade des Alpes (Grenoble) lors d’un match décisif pour la montée du GF38 du CFA en National (de la 4e à la 3e division nationale).  Quatrième et dernière étape d’un travail commencé au stade Geoffroy-Guichard de Saint-Etienne et poursuivi au Parc Olympique Lyonnais de Décines et au Parc-des-Princes de Paris.

 

O Stade des Alpes foi inaugurado em 2008 e está situado na cidade de Grenoble, região Rhone Alpes. O equipamento fica na borda do Parc Paul-Mistral e foi construído no espaço do antigo Stade Charles-Berty destruído em 2003.

Stade des Alpes e a ambiência do Parc Paul Mistral. Fonte: própria autora

A maior parte da população da cidade não aprovou a construção do estádio alegando que, por não haver tradição de futebol, ele se tornaria um “elefante branco” e um desastre financeiro. Logo, para justificar sua importância, além da equipe Grenoble Foot 38, em 2014 o estádio foi transformado em sede do FC Grenoble Rugby e da equipe de hockey Brûleurs de Loups, nos jogos de inverno.

A população também fez objeção ao estádio pela sua localização no centro da cidade, que poderia causar muito engarrafamento em dias de jogo, poluição sonora, poluição visual, bem como poderia destruir cerca de 200 árvores antigas que ficam no parque ao lado.

Uma vez aceito pela população, o estádio deveria ser construído prezando pelo meio ambiente, transparência de sua estrutura física e ter portões que abrem em dias cotidianos e se fecham enquanto acontecem as partidas. O acesso é feito pelo tram e não há estacionamento no local.

Fui conhecer o equipamento no dia 13 de maio, às 18 horas, em uma partida do Grenoble Foot 38 conta a equipe Le Puy. Era um jogo decisivo que poderia levar a equipe anfitriã da quarta divisão do Campeonato Francês para o “National” ou terceira divisão.

No Parc Paul Mistral é possível sentir a natureza por perto, um cheiro bom que sai das árvores. Logo na descida da linha C do Tram é possível avistar o estádio e o grande número de torcedores que ficam em volta. Além do odor do mato e das árvores, há um misto de cheiro de cerveja e comida que os torcedores se deleitam. É uma atmosfera de jogo e não poderia ser diferente.

O azul e branco da equipe Grenobloise era visto em camisas e bandeiras por todos os cantos, mas principalmente em echarpes, já que o dia estava frio e a maioria das pessoas estava usando casaco em tom neutro, como preto e cinza.

Bandeira distribuída no estádio. Fonte: própria autora

A entrada do estádio é feita pelas portas que se fecham em dias de jogo e acessamos primeiramente pelos seguranças e depois subimos as escadas que dão acesso diretamente às cadeiras. A visibilidade do campo não é total, como nas arenas, logo, quem fica em determinados locais do equipamento, como nas partes inferiores, não consegue acompanhar todo o campo de visão da partida.

Acesso ao estádio. Fonte: própria autora
Os Ultras Red Kaos. Fonte: própria autora

Diferentemente das outras partidas, os Ultras não ficam nas extremidades do estádio, pois elas estavam fechadas. Dessa forma, somente as tribunas Sud e Nord foram ocupadas. A distribuição de torcedores no espaço, que tem capacidade para aproximadamente 20.000 torcedores (25 mil quando abre para a capacidade total), fica esquematizada da seguinte maneira: Tribune Sud : 4 000 places, Tribune Nord : 6 000 places, Tribune Est : 5 000 places, Tribune Ouest : 5 000 places, Tribune presse : 68 places.

Todos estavam próximos e o local estava muito cheio. Era um misto de alegria com expectativa para uma partida decisiva para a equipe anfitriã. Os Ultras, conhecidos como Red Kaos não se calavam e davam musicalidade ao ambiente, além da evidência das cores da equipe.

O estádio transparente me dava a visibilidade dos Alpes e isso fazia daquele ambiente uma pintura, um quadro. Era difícil me concentrar na partida ao mesmo em tempo que aquela paisagem estava bem ali, bela na minha frente.

O estádio e as montanhas. Fonte: Group 38

Como em todas as partidas na França é possível acompanhar o tempo e o placar por grandes telas que ficam nos cantos do estádio. Esse jogo não tinha locutor como no jogo do PSG, mas uma pessoa que falava de coisas pontuais e importantes da partida, como o início, cartões, expulsões etc.

No intervalo a música estava muito alta e isso atrapalhava muito de conversar sobre a partida, os melhores momentos e assuntos triviais. Incomodava bastante. No Brasil é praxe recente ter músicas nos intervalos, acredito que tenha sido depois da Copa do Mundo, mas nada tão alto que chegue a atrapalhar.

Havia muitas crianças no estádio e que ficavam correndo de um lado para o outro. Jogavam papel para todos os lados e não se concentram no jogo. Coisas de crianças.

Ficamos nas cadeiras da parte inferior no primeiro tempo da partida, mas depois subimos para que pudéssemos ter melhor visibilidade do jogo. Acessamos o nível mais alto pulando as próprias cadeiras me fazendo lembrar dos jogos que ia no Mineirão, antes da reforma.

Disposição das cadeiras. Fonte: própria autora

Assim como nas outras partidas, foi possível ouvir um cântico Argentino, mais especificamente da equipe do Boca Juniors e que “viralizou” mundo afora. Os papéis picados também é inspiração Argentina e o estádio estava pleno deles, “os papelitos”. Cores, papéis, cânticos, bandeiras, gritos, euforia, enfim, uma atmosfera incrível de uma partida decisiva de futebol.

Assim como acontece com a equipe do Saint-Etiénne, os torcedores da equipe de Grenoble também confecciona um jornal para falar das partidas, classificação e demais assuntos sobre o futebol.

Jornal dos torcedores. Fonte: própria autora

Ao final, a equipe Grenoble Foot 38 conseguiu colocar 10 mil torcedores no estádio e ascender para o National. Foi uma tremenda festa. Várias fumaças coloridas, papelitos voando, a equipe saudando os torcedores. Uma enorme emoção! Acessamos o gramado para comemorarmos juntos. Me senti parte do espetáculo. Nem o frio incomodava mais. Incrível!

Comemoração. Fumaça dos Ultras e a equipe saudando os torcedores. Fonte: própria autora
“Invasão” do campo pelos torcedores que comemoram o título. Fonte: própria autora

Cricket ground au Parc Mistral

Quand un stade se conçoit avec un parvis au lieu d’un glacis autour de lui, il permet parfois des usages inattendus de l’espace public. Exemple avec le parvis du Stade des Alpes.

Depuis trois mois, les samedis-dimanche et lundi, le parc Mistral de Grenoble, à deux pas du Stade des Alpes, se transforme en cricket ground dès qu’il fait beau. Un groupe d’étudiants et d’employés indiens, pakistanais, sri-lankais et afghans s’y retrouve pour jouer au cricket avec des balles de tennis.

Partie de cricket sur le parvis du Stade des Alpes (Grenoble). 15 mai 2017
Campement de migrants, Stade des Alpes, 18 mars 2017

De l’autre côté du stade, sur la continuité du parc Mistral en direction de la bretelle d’autoroute, le stade côtoie un campement de migrants vivant dans des abris de fortune. Deux faces de la mondialisation à Grenoble…

La sélection des stades pour la Coupe du monde de rugby 2023

Le 9 février 2017, la Fédération Française de Rugby (FFR) s’est déclarée candidate pour accueillir la Coupe du Monde de rugby en 2023. Dix-neuf  villes étaient mentionnées lors de la présentation du dossier à la presse. Le Comité Directeur de la FFR vient de dévoiler les douze villes hôtes finalement retenues pour la candidature.

Douze villes mais onze stades ont été retenues (du plus grand au plus petit stade) :
Saint-Denis –Stade de France (80 000 places)
Marseille – Orange Vélodrome (67 000 places)
Lyon – Parc OL (59 000 places)
Lille Métropole – Stade Pierre-Mauroy (50 000 places)
Bordeaux – Matmut Atlantique (42 000 places)
Saint-Etienne – Stade Geoffroy-Guichard (42 000 places)
Lens – Stade Bollaert-Delelis (38 000 places)
Nantes – Stade de la Beaujoire (37 500 places)
Nice – Allianz Riviera (35 000 places)
Montpellier – Stade de la Mosson (32 000 places)
Toulouse – Stadium de Toulouse (33 000 places)

Paris est la douzième ville. Son stade – en plus de Saint-Denis qui accueillera la finale – n’est pas encore connu: Jean-Bouin et le Parc-des-Princes sont les deux options possibles. L’U arena de Nanterre, future stade du Racing 92 a été écartée.

Sept villes se sont désistées entretemps ou n’ont pas été sélectionnées: Valenciennes (Stade du Hainaut), Le Havre (Stade Océane), Rennes (Roazhon Park), Le Mans (MMARENA), Sochaux (Stade Auguste-Bonal), Grenoble (Stade des Alpes) et donc Nanterre.

La FFR a expliqué vouloir déposer le meilleur dossier pour la Coupe du Monde 2023 et  justifie la sélection sur les critères suivants :

  • « La plus grande capacité de spectateurs potentiels (grand public et hospitalités)
  • La plus grande capacité hôtelière
  • Des stades de très haut niveau répondant aux standards des plus grands événements internationaux
  • Des villes hôtes mobilisées et expertes dans l’accueil des événements internationaux »

Notons simplement, qu’en l’état, la sélection fait la part belle aux stades de football. En-dehors du Stade de France, antre des équipes de France de football et de rugby et du Matmut Atlantique de Bordeaux qui accueille quelques affiches de l’UBB (Union Bègles-Bordeaux), les autres stades sont le domicile de clubs de football de Ligue 1 et Ligue 2 (Lens). Quand un club professionnel de rugby jouent dans ces villes, c’est alors dans un autre stade, plus petit: le Stade Ernest-Wallon à Toulouse, le Matmut Stadium de Lyon ou l’Altrad Stadium de  Montpellier.

L’expérience sensible du match de football. Frédéric.

Mais qu’est-ce qui définit une ambiance ? Comment advient-elle ? Comment la recueillir ? Comment l’analyser ? Il est possible d’aborder la question des ambiances d’un lieu (une place, une gare comme un stade) au croisement de trois dimensions : la dimension spatiale, la dimension sociale et enfin, pour ce qui nous concerne ici de la dimension sensible, ce que nos sens nous en disent.

Lors de la saison 2005-2006, la Ville de Saint-Étienne (Archives Municipales et Unité Ville d’Art et d’Histoire) commande une étude sur ce sujet à trois chercheurs grenoblois. Nous reproduisons ici une partie des récits de vie de spectateurs, supporteurs, fans locaux ou d’autres équipes. Cinquième et dernier extrait des « récits de vie » : celui de Frédéric*.

A combien de match, venez-vous par an?
J’habite à 25 km de Grenoble mais je suis abonné. Je fais tous les matchs à domicile. Dans le passé, j’ai vu 34 matchs sur 38; cette année, environ 18 pour le moment. On est un « noyau dur » d’une dizaine de personnes, plus quelques occasionnels, ça dépend de l’affiche. Il y a toujours du monde pour PLM**. On vient en car et on se gare au plus près, sur l’avenue où une bande de parking sert aux bus. On essaie d’arriver le plus tôt possible, vers 18h00 pour un match à 20h00, ce qui fait qu’on part vers 15h30 de Grenoble pour les arrêts en cours de route.

Je fais aussi plus de dix déplacements par an, on se met avec les Indépendantistes stéphanois. On retrouve le car à Valence quand on descend vers le sud, à Sainté ou Villefranche pour le nord. C’est toujours très encadré. Par exemple pour un match à Paris, on est en relation avec le PC sécurité de Saint-Etienne lui-même en relation avec le PC sécurité Paris. Le car attend sur une aire de repos puis est escorté jusqu’au stade par les CRS. Ca dépend des matchs, pour l’AJA c’est une escorte tranquille.

Quand j’ai une connaissance dans la ville, il m’arrive d’y aller seul. A Bordeaux, Monaco ou Auxerre par exemple, tu peux t’y balader en vert. Jamais à PLM. Là, j’y vais « en civil » car c’est trop risqué. De toute façon, là il faut y aller en groupe car il y a plus de sécurité. Quand on y arrive, on est parqué dans un hangar comme à Marseille en attendant la fouille. C’est long. On fait quatre à quatre. Après on nous met dans une tribune réservée avec filet au-dessus et autour.

On suit les chants et tifos mis au point par les autres groupes. Nous c’est l’organisation des déplacements, c’est tout. La section à Grenoble existe depuis 1986 et compte plus ou moins 20 membres, plus les sympathisants. Entre groupes de supporters c’est à celui qui fait le plus de bruit et à ce jeu, on est pas mal à l’extérieur.

Encourager son équipe passe-t-il par le dénigrement de l’équipe adverse? Tout dépend des matchs, mais tout le temps pour PLM. J’ai pas envie de dire qu’on est différent, mais presque. C’est un autre monde. J’irai pas leur casser la gueule. On est violent verbalement mais pas physiquement. C’est bien un contexte particulier. Il existe aussi des alliances entre groupes comme les Magics et Bordeaux.

Si je connais la ville de Saint-Etienne en-dehors des matchs?  J’y vais de temps en temps, rarement hors match ; l’été pendant la trêve. J’y vais au centre-ville pour faire des emplettes. C’est beaucoup mieux qu’à Grenoble. J’ai appris à connaître récemment. J’ai des attaches alors ça fait des « occases » de visite. Je me repère bien à pied. C’est une ville ouvrière. Il y a des gens qui ont souffert par rapport à l’histoire de la ville, pas ici (note: à Grenoble). C’est le contraire des gens qui ont l’idée que c’est gris. J’aime me balader dans le vieux Saint-Etienne. Depuis deux ans, je connais pas mal.

Ma place au stade? J’ai fait toutes les tribunes depuis le temps! En y réfléchissant… sauf le kop sud en supérieur. J’ai pas le souvenir. Et dans le kop, il n’y a pas de place attitrée. C’est pour l’ambiance plus que pour suivre le match. On sait que Saint-Etienne est le meilleur public de France. Lens aussi est très bien mais je trouve que ça fait un peu trop kermesse avec la grosse caisse, tout ça… Ca fait un peu rugby. Nice aussi: très bien. Paris aussi. Marseille c’est de pire en pire, ça baisse au fil des années. Par exemple, dimanche c’était pas bon!

J’ai toujours été supporter mais je n’avais pas d’équipe préférée; c’est par un collègue qui était dans les Associés supporters. Et puis j’ai aussi entraîné plein de gens! L’hiver j’ai toujours l’écharpe, le maillot l’été, même à l’étranger, jusqu’en Turquie. Un fois un commerçant a reconnu Sainté! Il y a des villes où si on enlève le foot, y a plus rien! Auxerre, Sainté, Lens. Les gens savent où se trouve Saint-Etienne par  rapport au foot et pas pour un monument particulier.

Il n’y a que trois villes où que je ne sois pas allé: Le Mans, Nantes et Ajaccio mais j’y vais en mai… Sinon je suis allé voir plein de matchs pourris quand on était dernier en D2. On était fou!… mais c’est des bons souvenirs, ça reste!

* Frédéric est un pseudo.
** Le PLM n’est pas une compagnie de train mais Paris, Lyon et Marseille, les trois plus importants matchs d’une saison…
Entretien réalisé le 16 mars 2006, au Bar de la Préfecture à Grenoble, par C. Aventin.

L’expérience sensible du match de football. Sébastien

Mais qu’est-ce qui définit une ambiance ? Comment advient-elle ? Comment la recueillir ? Comment l’analyser ? Il est possible d’aborder la question des ambiances d’un lieu (une place, une gare comme un stade) au croisement de trois dimensions : la dimension spatiale, la dimension sociale et enfin, pour ce qui nous concerne ici de la dimension sensible, ce que nos sens nous en disent.

Lors de la saison 2005-2006, la Ville de Saint-Étienne (Archives Municipales et Unité Ville d’Art et d’Histoire) commande une étude sur ce sujet à trois chercheurs grenoblois. Nous reproduisons ici une partie des récits de vie de spectateurs, supporteurs, fans locaux ou d’autres équipes. Troisième extrait de « récit de vie » : celui de Sébastien*.

 

A combien de matchs assistez-vous par an?
A Saint-Etienne, ça fait longtemps que je n’y suis pas allé et à Grenoble, je vais à tous les matchs de Grenoble. J’ai passé quatre ans  à Paris, alors je suis allé une fois au Parc-des-Princes et une fois au stade de France, pour voir ce que ça donne, histoire de dire. Sinon j’allais souvent à Créteil pour voir justement et Grenoble et Saint-Etienne. Saint-Etienne ça fait longtemps que j’y suis pas allé. Je suis fan mais… modéré. Je ne fais pas de kilomètres pour voir un match. Quand je vais au match, j’amène mes neveux… et j’y vais en petit groupe. Mais bon, ça m’arrive aussi d’y aller tout seul. Surtout l’hiver. J’allais à l’extérieur quand ils allaient à Créteil. Et souvent j’allais voir les jeunes.

Mais il faut que je te dise qu’avant d’aller à Paris, quand j’étais sur Grenoble, j’étais pigiste pour le Dauphiné Libéré. Je faisais des comptes-rendus de tous les jours, comme l’équipe réserve de Grenoble et de l’équipe de jeunes qui était au niveau national. J’écrivais des articles. Et à chaque fois qu’il y avait une équipe de jeune de Saint-Etienne qui jouait dans la région, j’y allais aussi. Quelque soit l’équipe. J’étais pigiste depuis l’âge de 19 ans. J’ai arrêté quand je suis entré au CNRS. (…) J’aurais la possibilité de travailler parce qu’ils me relancent mais cela ne m’intéresse plus, ça m’a dépassionné du coup, le fait de rentrer dans… de comprendre le comment et pourquoi et puis les magouilles… c’est gangréné par l’argent.

Vous impliquez-vous dans les chants et la gestuelle?
Quand j’étais plus jeune, oui, mais maintenant moins. Parce que j’ai relativisé les… parce que les groupes de supporters, c’est plus ce que c’était. Maintenant c’est tout dans la vindicte, la… Ils s’accrochent avec l’équipe adverse, c’est plus vraiment de l’encouragement. J’ai connu Saint-Etienne, même si j’étais plus jeune, y avait pas de rivalité entre supporters et pas forcément de séparation. C’est arrivé à cause du hooliganisme, bon ben voilà. Je trouve que c’était plus sain.

Même à Grenoble, il y a eu des problèmes avec les supporters. Quand on va à Paris, tu as des cordons de CRS, tu ne peux pas te mélanger avec les supporters de base parce que c’est risqué. J’ai un copain qui a vu un mec qui a pris feu, qui s’est embrasé avec un fumigène! Dans le kop de Saint-Etienne. Alors, voilà… et puis des fois on ne voit même plus le match tellement… La fois où je suis allé au Parc-des-Princes avec un ami qui était abonné à la tribune Auteuil, donc dans un virage, et ben je suis monté tout en haut  parce que sinon on ne voyait rien. Je viens pour voir le match, pas que les supporters de PSG! C’est bien dans un sens parce que ça encourage, mais bon…

Et bon, les Stéphanois quand ils sont venus à Grenoble, la dernière fois, ils se sont battus entre eux. Il y en a un qui s’est fait tiré dessus à Mistral… Il y a des clubs de supporters de Saint-Etienne à Grenoble. Une fois un copain supporter stéphanois qui vient aussi voir les matchs à Grenoble, il s’est fait repéré par les supporters grenoblois, comme quoi c’était un supporter des Verts, il s’est fait passer à tabac. Heureusement qu’il y avait des stadiers qui étaient là. Ca devient n’importe quoi.

Des fois, même regarder le match avec mes amis, j’aime pas. Entendre des critiques qui sont pas fondées, du chauvinisme. Non. J’ai envie de regarder un match tranquillement. Le fait d’avoir travaillé dans le journalisme, sûrement. J’ai une approche du match moins passionnée. Et, bon, les débats de supporters… C’est plutôt un peu lourd quoi. Là-bas au CNRS à Paris, il y avait des Parisiens qui étaient supporters, mais quand ça allait à parler sur le foot… on n’était pas toujours d’accord et il y en a qui sont tellement excessifs. Ils vont se fâcher pour un match de foot! On va se fâcher pour des gens qui gagnent des millions, voilà!

Connaissez-vous la ville de Saint-Etienne en dehors du stade?
Pas trop. Ca fait longtemps que je n’y suis plus allé. J’ai un cousin qui habite Saint-Etienne. La dernière fois que je suis allé voir un match c’était… quand ils étaient en Ligue 2, donc… il y a trois ans je pense. J’ai des amis grenoblois expatriés! Mais je ne connais pas trop la ville et je la trouve pas trop intéressante. Sur le plan déjà, ben j’ai des échos comme quoi, il y a beaucoup de gens qui sont… par rapport au chômage… voilà, c’est un peu… ça tombe en désuétude la ville. Il y a beaucoup de population immigrée. J’ai une nièce de 19 ans qui fait ses études à Saint-Etienne. Elle me raconte que le soir elle est pas très tranquille. C’est un peu lugubre, c’est un peu… C’est plus ou moins la banlieue de Lyon. Enfin, c’est les échos que j’ai parce que moi… j’y suis allé pour les Verts, il n’y a rien de spécial qui m’a marqué.

Dessine-moi le stade?
Je ne sais pas dessiner! Comment représenter? Une sensation de vertige. Quand même la dernière que j’y suis allé, c’est le vertige. J’étais dans le stade et c’est assez raide! J’ai eu l’impression que si on bougeait trop… Vraiment cette sensation de vide. Alors, je ne sais pas comment le dessiner. Je ne sais pas. Tu es déjà monté en haut de la tribune? J’étais sur la droite et j’étais vraiment dans cette sensation…

Pente des gradins de la tribune Charles-Faurand, Stade Geoffroy-Guichard, 2006.

Depuis que cela a été rénové1, j’y suis allé deux fois je crois. J’étais dans la tribune de Paret et aussi dans la tribune d’honneur pour un match de gala mais financièrement, là, c’était une invitation. L’ambiance c’est pas comme avec le public grenoblois qui se manifeste quand… pour gueuler parce qu’ils sont pas contents. Là, c’est quand même des passionnés.

A Grenoble, ça dépend où j’ai des places. Quand il fait froid je suis souvent debout et puis bon, même si je ne suis pas un virulent, j’ai l’impression plus attentif debout, et puis comme Grenoble c’est pas toujours passionnant… Si je suis assis, j’ai l’impression que je m’endors, alors voilà, je reste debout. Je peux dire que j’ai découvert le foot à Grenoble, tout petit, et aussi grâce aux Verts juste avant la grande finale. Tout petit j’allais à tous les matchs de Grenoble et j’ai rarement dû en louper. J’ai aussi rarement payé ma place aussi! Quand j’étais petit je fraudais et maintenant je connais du monde, j’ai souvent des invitations.

Le public grenoblois, il est plus froid, plus spectateur. Il y a un petit kop, mais bon, en fait il s’appelle « kop sud » et il est dans le virage nord, ça m’a toujours fait rire! Je ne sais pas pourquoi il s’appelle comme ça. Ca montre le niveau. Oui donc assez froid, je pense que c’est un public de connaisseurs. Je pense sincèrement que s’il y avait eu l’équipe en Ligue 12 il y aurait eu beaucoup plus de monde, et peut-être plus d’ambiance. Parce qu’il y a beaucoup de Grenoblois qui vont voir des matchs soit à Saint-Etienne, soit à Lyon, soit même à Turin. Moi aussi je suis un peu supporter de Turin. J’ai trois équipes avec Grenoble, Saint-Etienne et Turin. J’ai des cousins, tous les quinze jours, il y a le club des supporters, ils vont à Turin voir un match. Moi non. Pour un match de foot, je ne suis pas assez…

A suivre…

* Sébastien est un pseudo.
Entretien réalisé le 21 mars 2006, à Grenoble, par C. Aventin.

  1. A la suite des travaux de rénovation pour la Coupe du Monde 1998 []
  2. Le GF 38 évoluera en Ligue 1 deux saisons: 2008-09 et 2009-10 []

Bons baisers de Grenoble

Le stade des Alpes est l’un des deux stades de la métropole grenobloise avec le stade Lesdiguières construit pour les Jeux olympiques de 1968 et considéré aujourd’hui comme trop vétuste pour les rencontres professionnelles.

Il a été construit sur l’emplacement du stade Charles-Berty, stade typique du Mouvement moderne (circo-rectangulaire, en béton armé et ceint d’une piste de cyclisme) et détruit en 2003 pour permettre la construction de cette nouvelle enceinte. Le maître d’ouvrage est la métropole Grenoble Alpes Métropole (La « Métro ») et le maître d’oeuvre Chaix et Morel, déjà auteurs du stade de la Licorne d’Amiens. Ce stade de 20 068 places, inauguré en 2008, en bordure du parc Paul-Mistral à Grenoble est considéré comme un exemple d’éléphant blanc selon sa page wikipédia.

Initialement construit pour les rencontres de football du Grenoble Foot 38, il héberge également depuis 2014 les matchs à domicile du FC Grenoble rugby et plus occasionnellement des matches de hockey des Brûleurs de loups pour le Winter Game.

Carte postale du Stade des Alpes, Grenoble P. Blanc, Atelier Chaix et Morel, Paris, s.d.

La carte postale le représente de nuit et lors d’une rencontre sportive mettant en avant son enveloppe de verre et d’acier et le soleil couchant devant les massifs montagneux entourant la ville.

Récit de l’auteur. Partie 2/4 – déplacement(s)

2e partie de mon « récit de vie ».

Déplacement(s)
Comme beaucoup de « Stéphs », le bac m’a ouvert les portes de l’université. Il m’a aussi fait prendre la porte de la Loire.

L’université à Grenoble puis la vie qui oscillent des années durant entre capitales des Alpes, des Gaules et du Forez. Les années passant les retours aux sources s’estompent : hebdomadaires, mensuels, occasionnels, exceptionnels. Et sans qu’on y prenne garde, l’installation devient pérenne en Dauphiné. Sainté, Lyon, Grenoble, modeste drang nach osten. Je dois bien reconnaître, après 25 ans de vie grenobloise intermittente, un certain attachement à cette ville qui m’a poli, rendu plus urbain et civil. Par contre, je ne me suis pas attaché à ses clubs et ses stades. J’ai bien essayé mais je n’ai jamais pu supporter d’autres équipes. Je suis toujours, quelque part, un Ligérien déplacé.

A la fac, j’ai rencontré des tas de fans de foot et on a souvent sympathisé autour de nos clubs respectifs. Je garde d’ailleurs un œil distrait mais plein de tendresse sur ces derniers, mais je ne peux m’en sentir vraiment supporteur, tout au plus un lointain compagnon de route. De plus, il y a quelque de chose de troublant avec ces clubs. Tous jouent en bleu et arborent un lion sur le poitrail. J’ai suivi une douzaine de matchs de Macclesfield Town dans les profondeurs des divisions anglaises pour accompagner Franck et Brad, suivi à distance le Brescia de Silvano ; j’ai même assisté à un match de l’Avai d’Elson, l’une des deux équipes de Florianópolis au Brésil. Il a fallu que cela soit celle qui joue en bleu avec un lion rampant alors que l’autre, Figuerense, joue en vert et blanc. Ces clubs-là cherchent-ils à me faire passer un message subliminal ? Vis-je dans le déni ?

J’habite Grenoble mais je suis toujours habité par Sainté. J’enseigne l’urbanisme et la géographie à partir du prisme des stades. Folle idée ? Habile manière d’articuler travail et loisirs ? Comme beaucoup de petits garçons j’ai appris très tôt que les cartes de géographie de l’école primaire étaient bien incomplètes et sélectives. Qu’il n’y avait pas dans l’Hexagone que quatre fleuves et des chefs-lieux de département. Qu’il existait des géographies parallèles. Leurs cartes incluaient les seconds couteaux du maillage administratifs, les oubliés de la Modernité, les eaux de boudin de l’industrie. L’album Panini constituait leur Who’s who : Saint-Etienne, Gueugnon, Noeux-les-Mines, Saint-Ouen, Le Havre, Brest, Mulhouse, Abbeville, Montceau-les-Mines, Alès, Roubaix, etc. Des noms parfois connus des seuls lecteurs nostalgiques du Tour de France par deux enfants.

Avec mes cousins, nous témoignions d’un vrai enthousiasme à mémoriser les noms de ville et de stade. Nous répétions nos leçons, lors des soirées pyjama des grandes vacances. Stade Bauer ? Red Star. Francis-Le Blé ? Brest. Jules-Deschaseaux ? Le Havre. J’ai fais le déplacement avec mon cousin, 25 ans plus tard, un jour d’hiver au « Jean-Laville » de Gueugnon, en passant par les départementales enneigés du Roannais. Nulle indication de la ville à plus de 10 km de la destination, nulle étoile ou pylône guidant le berger. Certaines de ces villes ont été tout autant rayées de la carte par leur relégation sportive que par la fermeture de leurs usines et mines.

Nos cartes d’Europe étaient tout aussi loufoques, sensibles, légendaires. Elles indiquaient que les Bohémiens avaient poussé leurs roulottes non seulement jusqu’à Prague mais jusqu’à Dublin, que les chemins de saint Paul l’avait amené jusqu’aux bas-fonds du port de Hambourg, qu’AZ 67 n’était pas un modèle de fusil mais de club hollandais, que le hameau de l’ouest (West Ham) se plaçait en fait à l’Est de la carte de Londres, etc. Mais on se doutait bien, avant nos diplomates et sans prérequis en géopolitique, que la Yougoslavie ne serait pas éternelle. Il suffisait de suivre les frictions entre factions rivales d’Hadjuk et du Dinamo avec celles du Partizan ou de l’Etoile Rouge.

A suivre…

Monument aux morts

Depuis la Première Guerre Mondiale, les villes françaises ont presque toutes un monument aux morts sur la place centrale, rappelant le sacrifice des enfants du village.

Monument aux morts du FCG. Stade Lesdiguières, Grenoble

Les stades ont parfois aussi un tel affichage des héros du club ou des groupes de supporteurs, tombés au champ d’honneur, lors des guerres… ou lors d’affrontements avec d’autres fans et qui, depuis le ciel, nous regardent encore.

Monument aux morts des barra bravas d’un club argentin. C. Gaffney, Temples of the Earthbound Gods.

Le souvenir des morts prend la forme d’un véritable monument, copie conforme de celui de la place du village, comme à Grenoble ci-dessus, d’une liste de noms de barra brava sur un mur d’Argentine; parfois de façon plus indirecte par le rappel des disparus au travers sièges de couleurs différente dans une tribune (Gate 7 de l’Olympiakos Le Pirée), par un nom donné à une tribune comme le Kop d’Anfield (Liverpool), ou par un tifo – un spectacle organisé par les supporteurs – à la mémoire d’un disparu.

Monument dédié aux soldats américains. Soldier Field. Chicago.