Archives par mot-clé : Ground

Groundhopping

Comme il y a des spotters (passionnés d’avions parcourant aéroports et aérodromes), des trainspotters ou ferrovipathes (fans de trains et de matériels ferroviaire), il existe des groundhoppers, littéralement des « sauterelles de stades » par dérivation du mot grasshopper, la sauterelle.

L’objet du groundhopping est d’assister à au-moins un match dans le plus de stades possible. Ce loisir qui est clairement lié au football remonterait aux années 70 en Angleterre. Il s’est répandu depuis en Europe du Nord (Allemagne, Belgique, Pays-Bas, pays scandinaves). Peu présente en France, cette pratique commence à se développer et des fans développent les premiers blogs.

Guide des stades pour groundhopper, version allemande, 2015-16

Le groundhopping fait l’objet de nombreux sites internet, de guides de voyage comme le Groundhopping Informer et  parfois même d’associations, comme le 92 club qui rassemblent ceux qui ont vu un match dans chacun des stades des équipes actuelles de Premier et Football League d’Angleterre et du Pays-de-Galles.

Cite this article as: Jean-Michel ROUX, Groundhopping, in Au stade des villes, 18/02/2017, http://stade.hypotheses.org/155.

Stade, stadion, stadium

Quel autre mot que – stade – a plus voyagé dans le temps et l’espace? Voyageons avec le mot.

Dans l’Antiquité grecque, le stade est d’abord une unité de longueur qui équivaut à environ 180 m (600 pieds grecs). Par extension, le mot stade a été employé pour désigner une carrière ou une enceinte dont la longueur mesurait un « stade » (l’unité précitée) et à l’intérieur de laquelle les Grecs s’entraînaient à la course. Il s’agit ensuite d’une piste de course à pied longue d’un peu moins de 200 mètres. Selon la légende, le héros grec Héraclès aurait lui-même fixé cette distance pour la course des jeux olympiques.

Dès la Grèce antique, on donne ensuite le nom de stade non seulement à la piste destinée à la course à pied entourée par l’emplacement des spectateurs, mais à tout emplacement aménagé en vue d’un exercice.

De nos jours, c’est un terrain de sport, destiné aux sports collectifs (football, rugby, cricket, etc.) ou individuels (athlétisme). Il est souvent entouré de tribunes pour les spectateurs.

Le terme n’est pas uniformément employé dans le monde. On parle ainsi selon les lieux et époques :

  • de stadium ou stadion selon que l’on veut se référer aux cultures grecques ou romaines: Stadium du Bardot (St-Etienne), Stadium de Toulouse, etc.
  • d’arènes (Amsterdam ArenA) qui renvoie aux spectacles romains dans une enceinte fermée. L’expression arena désigne désormais en France les « grandes salles » de BHV (basket, hand, volley) ou certains stades de football comme la MMArena du Mans,
  • de coliseum (Los Angeles Coliseum),
  • de park (parc) dans le monde anglo-saxon, en Chine (Goodison Park de Liverpool ou Nanjing Sports Park) ou en France comme le Parc des Sports Marcel-Michelin de Clermont-Ferrand.
  • de ballpark qui désigne un stade de base-ball (Ameriquest Ballpark à Arlington),
  • de field aux Etats-Unis (Wrigley Field ou Soldier Field, les deux stades de Chicago),
  • de ground au Royaume-Uni (Boleyn Ground)
  • de bowl aux Etats-Unis (Cotton Bowl, Pasadena Rose Bowl),
  • parfois en Angleterre, le stade ne porte d’autre nom que celui de sa rue ou son quartier (The Den, The Valley, White Hart Lane, Landsdowne Road, Anfield, etc.).