Archives par mot-clé : Kop

Spectateurs, supporters, fans… et visiteurs

L’ambiance d’un stade comme Geoffroy-Guichard dépend en partie de son architecture, de la nature du match qui s’y déroule (championnat de France ou coupe du monde) mais aussi de la composition très particulière du public : spectateurs, supporters, fans mais aussi visiteurs contribuent tous, à leur manière, à façonner l’ambiance du “chaudron”. Retour sur un texte publié en 2006.

 

Le spectateur
Il vient pour assister à un spectacle mais n’est pas directement partie prenante du match. En principe plutôt sympathisant de la cause, il n’en demeure pas moins que sa posture se résume comme suit : “c’est la télé mais en mieux”. Son principal souci est de bien voir. Il recherche donc les tribunes latérales ou supérieures ce qui l’éloigne de fait des tribunes où se massent supporters et fans. Certes il vient pour écouter les “chœurs de Geoffroy-Guichard” mais il n’y participe guère. Il ne devient actif qu’à de brefs moments : sur un but marqué ou pour siffler les acteurs d’un mauvais spectacle. Il peut parfois avoir les oreilles qui sifflent lorsqu’il doit subir les “le stade avec nous !” venus des kops

(télé)spectateur d’une loge regardant le match se déroulant dans le stade sur l’écran de télévision, un soir de grand froid.

En fait, le spectateur paie non seulement pour assister à un match mais surtout pour avoir le sentiment excitant d’être de la fête, pour se rendre compte de visu si Geoffroy-Guichard est vraiment à la hauteur de sa réputation. Il vient non seulement pour le match mais surtout parce que, comme le dit la chanson, l’ASSE a “un bon public et les meilleurs supporters”.

Le supporter
Le supporter vient assister à un match mais il soutient l’un des protagonistes. Il est déjà partie prenante du spectacle. Le supporter fait une expérience personnelle en venant assister à un match de son équipe. Il a une attente émotionnelle forte par rapport au résultat et à la manière qui fait que son attitude varie en fonction de l’issue du combat sur le terrain. Il est là pour regarder le match, bien entendu… mais tout en cherchant à être vu en tant qu’individu. Il se trouve dans toutes les tribunes et se remarque à son accoutrement.

Supporters stéphanois et nantais, 2006

Il marque visuellement son soutien aux Verts par le port de signes distinctifs : maillot (floqué à son nom dans le meilleur des cas), perruque, écharpe, casquette, drapeau, le plus souvent achetés à la boutique officielle. Il écoute à la fois les fans chanter et reprend à l’occasion les chants avec eux. Il “chambre” ou siffle aussi quand l’équipe perd, n’hésitant pas à donner son avis, à voix haute, sur les prestations de tel ou tel joueur ou sur les choix de l’entraîneur.

Les fans
Les fans sont, quant à eux, des supporters engagés et militants. Comme l’étymologie du nom l’indique ce sont des “fanatiques”. Ils s’inscrivent parfois dans un collectif pour retrouver des personnes partageant leur passion mais beaucoup viennent au stade, seuls ou en petits groupes, basés sur la famille ou la camaraderie. Pour les fans, le match est un combat qu’il faut gagner aux côtés des joueurs. Ils ne sont pas au spectacle, ils sont partie prenante d’un match et ont conscience de l’importance du rôle qu’ils y tiennent. Les tribunes derrière les cages, avec les deux kops, sont leurs points de ralliement.

Kop sud du Stade Geoffroy-Guichard, 2006

Être un supporter engagé de Saint-Étienne, c’est faire immanquablement du match une expérience très sensible et collective. On n’est jamais fan tout seul comme le dit le chant : “unis sous les mêmes couleurs, nous on chante tous en chœur”.  A Saint-Étienne, les fans qui sont organisés collectivement s’appellent ultras, ceux qui vont au-delà du soutien classique, ou Membres associés, ceux qui sont associés à la gestion du club.

Bâche d’une section d’Associés posée en bas de tribune, 2006.

Les Membres associés sont organisés à travers la France au moyen de sections qui regroupent les sympathisants d’une ville ou d’une région (par exemple la section n°1 des Associés est celle de Saint-Étienne, la section 11 celle de Limoges). Avec 212 sections de Membres associés réparties dans l’hexagone et à l’étranger, Saint-Étienne est le club de France qui possède l’organisation de fans la plus large et la plus équilibrée géographiquement. Ils possèdent la particularité d’être “associés” à la gestion du club. Ils ont ainsi des représentants au sein du Conseil d’administration, ont pignon sur rue au stade avec leur Maison des associés construite en 1998 et dans laquelle ils peuvent se retrouver les jours de match. Proche de l’état d’esprit des Membres associés, l’Union des Supporters Stéphanois (USS) rassemble des sections qui ont fait sécession depuis 2005. Elle compte 26 “groupes de supporters stéphanois”.

Les ultras sont des fans d’un genre apparu dans le milieu des années 80 à la suite de l’influence des tifosi italiens organisés sur ce modèle. Fortement structurés, ces fans lancent les chants et animent les tribunes avec rigueur et discipline. Les ultras ne sont pas toujours organisés en association de type loi 1901 et refusent tout lien avec le club. Ils préfèrent l’association de fait qui permet la liberté de parole et d’action par rapport aux dirigeants. Refusant tout financement officiel qui leur ferait perdre leur marge de manœuvre, ils possèdent leurs propres locaux en dehors du stade et organisent leurs déplacements qu’ils financent par l’adhésion de leurs membres, la gestion d’abonnements et la vente de produits dérivés (écharpes, bonnets, tee-shirts, sweat-shirts, etc.).

Contrairement aux Membres associés et à l’USS, les ultras ne sont pas structurés géographiquement. Ils possèdent bien quelques sections locales historiques1 mais ils préfèrent se rassembler en fonction d’une caractéristique liée à l’histoire du groupe (les plus âgés des Magic Fans se regroupent sous le nom de “vieille garde”, les plus jeunes sous l’appellation “jeune garde”).

Bâches ultras, Kop nord, 2006

Il y a trois groupes ultras à Saint-Étienne: les Magic Fans, les Green Angels et les Indépendantistes. Constitués en 1991, les premiers comptent plusieurs milliers de membres, ce qui en fait l’un des tous premiers groupes ultras de France par la date de fondation et l’influence. Ils occupent la tribune nord (kop nord). Créés en 1992, les Green Angels ont d’abord cohabité avec les premiers avant de rejoindre la tribune sud pour l’animer. Enfin, les Indépendantistes nés en 1998 n’occupent pas d’espace précis dans le stade et travaillent à l’organisation de déplacements.

Les visiteurs
La dernière catégorie du public de Geoffroy-Guichard est constituée par ceux qui viennent soutenir l’autre équipe. Pour le visiteur, qu’il soit spectateur, supporter ou fan, le stade Geoffroy-Guichard vaut le détour. Selon le mode d’obtention des places (par des connaissances locales, les clubs ou le marché noir), le visiteur peut se retrouver dans toutes les tribunes avec néanmoins une prédilection pour le “bloc 30”, la tribune réservée aux fans de l’autre équipe.

Ultras et fumigènes du PSG dans le bloc 30, 2006.

Ils viennent, bien entendu, pour voir le match mais aussi et surtout pour voir le fameux public stéphanois. Le moment du déploiement du tifo est ainsi particulièrement attendu. Si possible, les visiteurs vont eux aussi essayer de s’attirer les regards en organisant un petit tifo, en agitant des drapeaux, en déployant une banderole, en lançant des chants, etc. Jusqu’à l’évolution sécuritaire des années 1990, il était possible de rivaliser vocalement avec les Stéphanois. La limitation du nombre de places allouées et la concentration dans le “bloc 30” a limité les possibilités de dialogue. Quant aux contacts physiques, ils sont désormais limités par la force des choses et par les forces de l’ordre.

En fonction des matchs, il sera possible de trouver le contact avec les Stéphanois : amicalement pour les Bordelais avec qui les échanges sont paisibles ou franchement hostiles avec les Lyonnais ou les Marseillais. Stadiers et CRS chercheront alors à s’inviter dans la danse…

 

Extrait de CHARBONNIER Grégory, ROUX Jean-Michel et SANQUER Cendrine, Le stade Geoffroy-Guichard. Un club, un public, Saint-Étienne : Ville de Saint-Étienne, collection Trames urbaines n°5, 2006, 67p.

Cite this article as: Jean-Michel ROUX, Spectateurs, supporters, fans… et visiteurs, in Au stade des villes, 01/03/2017, http://stade.hypotheses.org/424.
  1. par exemple Ardèche ou Clermont pour les Greens Angels []

Une façon de penser le football de J. Barbier

Joachim Barbier est journaliste à So Foot depuis 2003 et a déjà écrit trois livres sur les aspects sociaux du football. En 2010, à l’occasion de la Coupe du Monde en Afrique-du-Sud, il co-signe avec Antoine Derouet Football made in Afrique sur les enjeux humains et économiques du football africain. Deux ans plus tard, il tente d’expliquer pourquoi la France appréhende mal le football et sa culture dans : Ce pays qui n’aime pas le foot . Dans Une façon de penser le football, co-signé en 2003 avec Christophe Lalo (photographe) et Rémi Pépin (graphiste),  il nous parle plus spécifiquement de la passion qu’il a pour les stades, depuis tout petit, quand il comprit qu’il ne serait pas un supporter de club comme ses copains mais un amoureux des stades.

 

Géométrie, architecture et stade
Quand j’étais enfant, j’ai dessiné deux choses, enfin trois, des chevaux, des Indiens et des stades. Le moment le plus excitant consistait à remplir les énormes tribunes. Car dans tous les cas, mon dessin sanctifiait le jour du record d’affluence. Donc, j’entassais, j’entassais des tas de gens, au mépris de l’avis de toutes les commissions de sécurité. Mes stades de 40 000 personnes en accueillaient facilement le double. Comme tous les spectateurs étaient debout, il suffisait de dessiner des têtes. Donc, des ronds. En 20 minutes, je te bourrais le Kop de Liverpool. Au préalable, le plus emmerdant était la question de l’architecture. Il fallait un peu toucher au niveau perspectives pour dessiner des tribunes un tant soit peu imposantes. Il était aussi impératif qu’elles ne s’effondrent pas au premier but. J’ai appris les rudiments de la géométrie avec le football.

L’approche du stade
Le meilleur moment : s’approcher d’un stade. Il y a cet instant magique où vous rentrez dans le flot des gens qui se dirigent vers ce lieu unique de communication. Vous le savez. Tout d’un coup, vous n’êtes plus seul. Cela tient, au-delà des signes distinctifs, à des regards dans une rame de métro, dans un tramway ou un train de banlieue. « Et lui, est-ce qu’il y va ? » se demande-t-on. Les stations qui jouxtent les stades sont parfois aussi mythiques que les arènes qu’elles desservent. A cause de la promiscuité, les transports collectifs sont le meilleur moyen de se sentir vivant avant le match.

Se rendre au stade en voiture ne vaut pas tripette, trop perso. Sorti de la station, vous entendez le bruit des pas sur le macadam. Inconsciemment, vous accélérez le rythme au fur et à mesure que le stade et l’heure du coup d’envoi approchent. Les bonnes odeurs de mauvaise bouffe, les cris des vendeurs de programme, les chants des supporters qui montent. Vous poussez le portillon, ça couine. Vous y êtes. S’approcher, appréhender et faire connaissance avec un stade.

On échappe rarement à la comparaison avec l’image offerte par la télévision. Elle écrase le terrain et étire les gradins. La retransmission sacrifie toujours une tribune, une latérale, souvent d’honneur, invisible à l’écran, celle où sont placés caméras, commentateurs et VIP. Aller au stade pour découvrir la tribune invisible, l’envers du décor, la coquille extérieure, tout ce que la télévision ne montre jamais quand elle pose ses gros sabots autour d’un terrain.

Aller au stade pour voir l’emballage de « la Bonbonera », le terrain de Boca Junior, le plus beau au monde. Aller au stade pour serrer la pogne de Bill Shankly, le mythique manager de Liverpool, dont la statue trône devant Anfield comme une figure tutélaire. Aller au stade pour regarder la façade d’Highbury, avec son canon en bas-relief, l’emblème des Gunners d’Arsenal. Anfield, Highbury, finalement n’ont pas l’air si grands en réalité. Les stades paraissent toujours plus petits avec les yeux grands ouverts.

Bristol
J’ai habité à Bristol. Southville. A quelques centaines de mètres d’Ashton Gate, le stade de Bristol City. J’avais trouvé un endroit d’où je pouvais voler une vue des tribunes, comme on va se déniaiser au peep show à 10 balles. Il était vraiment caché ce stade, j’ai mis longtemps à le découvrir, tapi comme un teckel aux aguets.

Quand tu t’approches de Bristol, l’une des premières choses qui prouvent que tu quittes la campagne, c’est le stade des Rovers, l’autre club de la ville. C’est un peu la tête de gondole du football bristolien, un drôle de petit stade avec une seule tribune couverte. Je n’y suis allé qu’une fois. J’avais quitté Bristol depuis plusieurs années. Les Rovers n’y jouaient plus. Le terrain avait disparu, remplacé par un cynodrome pour courses de lévriers. Juste pour le folkore – voix rocailleuse des bookies, effluves de graillon et de bière tiède – le voyage valait toujours le détour, façon jaquette de Blur (Park Life). La dernière fois que je suis retourné à Bristol, l’anneau à whippet avait été rasé. A la place, il y a maintenant un grand magasin de bricolage, apparemment très fréquenté le samedi.

Depuis, arriver à Bristol par la M4, l’autoroute de Londres, est devenu beaucoup moins excitant. A chaque fois que je m’approche, que je traverse ou que je contourne une ville qui compte sur la carte de l’Europe du football (pour Bristol, c’est affectif, cette ville ne compte sur aucune carte du foot), j’espère toujours apercevoir un bout de tribune, un toit de stade. Quitte à passer pour un affreux macho, c’est aussi bon que de plonger dans un décolleté .

Joachim Barbier, Une façon de penser le football, Ed. Façon de penser, Paris, 2003.

L’expérience sensible du match de football. Sébastien

Mais qu’est-ce qui définit une ambiance ? Comment advient-elle ? Comment la recueillir ? Comment l’analyser ? Il est possible d’aborder la question des ambiances d’un lieu (une place, une gare comme un stade) au croisement de trois dimensions : la dimension spatiale, la dimension sociale et enfin, pour ce qui nous concerne ici de la dimension sensible, ce que nos sens nous en disent.

Lors de la saison 2005-2006, la Ville de Saint-Étienne (Archives Municipales et Unité Ville d’Art et d’Histoire) commande une étude sur ce sujet à trois chercheurs grenoblois. Nous reproduisons ici une partie des récits de vie de spectateurs, supporteurs, fans locaux ou d’autres équipes. Troisième extrait de « récit de vie » : celui de Sébastien*.

 

A combien de matchs assistez-vous par an?
A Saint-Etienne, ça fait longtemps que je n’y suis pas allé et à Grenoble, je vais à tous les matchs de Grenoble. J’ai passé quatre ans  à Paris, alors je suis allé une fois au Parc-des-Princes et une fois au stade de France, pour voir ce que ça donne, histoire de dire. Sinon j’allais souvent à Créteil pour voir justement et Grenoble et Saint-Etienne. Saint-Etienne ça fait longtemps que j’y suis pas allé. Je suis fan mais… modéré. Je ne fais pas de kilomètres pour voir un match. Quand je vais au match, j’amène mes neveux… et j’y vais en petit groupe. Mais bon, ça m’arrive aussi d’y aller tout seul. Surtout l’hiver. J’allais à l’extérieur quand ils allaient à Créteil. Et souvent j’allais voir les jeunes.

Mais il faut que je te dise qu’avant d’aller à Paris, quand j’étais sur Grenoble, j’étais pigiste pour le Dauphiné Libéré. Je faisais des comptes-rendus de tous les jours, comme l’équipe réserve de Grenoble et de l’équipe de jeunes qui était au niveau national. J’écrivais des articles. Et à chaque fois qu’il y avait une équipe de jeune de Saint-Etienne qui jouait dans la région, j’y allais aussi. Quelque soit l’équipe. J’étais pigiste depuis l’âge de 19 ans. J’ai arrêté quand je suis entré au CNRS. (…) J’aurais la possibilité de travailler parce qu’ils me relancent mais cela ne m’intéresse plus, ça m’a dépassionné du coup, le fait de rentrer dans… de comprendre le comment et pourquoi et puis les magouilles… c’est gangréné par l’argent.

Vous impliquez-vous dans les chants et la gestuelle?
Quand j’étais plus jeune, oui, mais maintenant moins. Parce que j’ai relativisé les… parce que les groupes de supporters, c’est plus ce que c’était. Maintenant c’est tout dans la vindicte, la… Ils s’accrochent avec l’équipe adverse, c’est plus vraiment de l’encouragement. J’ai connu Saint-Etienne, même si j’étais plus jeune, y avait pas de rivalité entre supporters et pas forcément de séparation. C’est arrivé à cause du hooliganisme, bon ben voilà. Je trouve que c’était plus sain.

Même à Grenoble, il y a eu des problèmes avec les supporters. Quand on va à Paris, tu as des cordons de CRS, tu ne peux pas te mélanger avec les supporters de base parce que c’est risqué. J’ai un copain qui a vu un mec qui a pris feu, qui s’est embrasé avec un fumigène! Dans le kop de Saint-Etienne. Alors, voilà… et puis des fois on ne voit même plus le match tellement… La fois où je suis allé au Parc-des-Princes avec un ami qui était abonné à la tribune Auteuil, donc dans un virage, et ben je suis monté tout en haut  parce que sinon on ne voyait rien. Je viens pour voir le match, pas que les supporters de PSG! C’est bien dans un sens parce que ça encourage, mais bon…

Et bon, les Stéphanois quand ils sont venus à Grenoble, la dernière fois, ils se sont battus entre eux. Il y en a un qui s’est fait tiré dessus à Mistral… Il y a des clubs de supporters de Saint-Etienne à Grenoble. Une fois un copain supporter stéphanois qui vient aussi voir les matchs à Grenoble, il s’est fait repéré par les supporters grenoblois, comme quoi c’était un supporter des Verts, il s’est fait passer à tabac. Heureusement qu’il y avait des stadiers qui étaient là. Ca devient n’importe quoi.

Des fois, même regarder le match avec mes amis, j’aime pas. Entendre des critiques qui sont pas fondées, du chauvinisme. Non. J’ai envie de regarder un match tranquillement. Le fait d’avoir travaillé dans le journalisme, sûrement. J’ai une approche du match moins passionnée. Et, bon, les débats de supporters… C’est plutôt un peu lourd quoi. Là-bas au CNRS à Paris, il y avait des Parisiens qui étaient supporters, mais quand ça allait à parler sur le foot… on n’était pas toujours d’accord et il y en a qui sont tellement excessifs. Ils vont se fâcher pour un match de foot! On va se fâcher pour des gens qui gagnent des millions, voilà!

Connaissez-vous la ville de Saint-Etienne en dehors du stade?
Pas trop. Ca fait longtemps que je n’y suis plus allé. J’ai un cousin qui habite Saint-Etienne. La dernière fois que je suis allé voir un match c’était… quand ils étaient en Ligue 2, donc… il y a trois ans je pense. J’ai des amis grenoblois expatriés! Mais je ne connais pas trop la ville et je la trouve pas trop intéressante. Sur le plan déjà, ben j’ai des échos comme quoi, il y a beaucoup de gens qui sont… par rapport au chômage… voilà, c’est un peu… ça tombe en désuétude la ville. Il y a beaucoup de population immigrée. J’ai une nièce de 19 ans qui fait ses études à Saint-Etienne. Elle me raconte que le soir elle est pas très tranquille. C’est un peu lugubre, c’est un peu… C’est plus ou moins la banlieue de Lyon. Enfin, c’est les échos que j’ai parce que moi… j’y suis allé pour les Verts, il n’y a rien de spécial qui m’a marqué.

Dessine-moi le stade?
Je ne sais pas dessiner! Comment représenter? Une sensation de vertige. Quand même la dernière que j’y suis allé, c’est le vertige. J’étais dans le stade et c’est assez raide! J’ai eu l’impression que si on bougeait trop… Vraiment cette sensation de vide. Alors, je ne sais pas comment le dessiner. Je ne sais pas. Tu es déjà monté en haut de la tribune? J’étais sur la droite et j’étais vraiment dans cette sensation…

Pente des gradins de la tribune Charles-Faurand, Stade Geoffroy-Guichard, 2006.

Depuis que cela a été rénové1, j’y suis allé deux fois je crois. J’étais dans la tribune de Paret et aussi dans la tribune d’honneur pour un match de gala mais financièrement, là, c’était une invitation. L’ambiance c’est pas comme avec le public grenoblois qui se manifeste quand… pour gueuler parce qu’ils sont pas contents. Là, c’est quand même des passionnés.

A Grenoble, ça dépend où j’ai des places. Quand il fait froid je suis souvent debout et puis bon, même si je ne suis pas un virulent, j’ai l’impression plus attentif debout, et puis comme Grenoble c’est pas toujours passionnant… Si je suis assis, j’ai l’impression que je m’endors, alors voilà, je reste debout. Je peux dire que j’ai découvert le foot à Grenoble, tout petit, et aussi grâce aux Verts juste avant la grande finale. Tout petit j’allais à tous les matchs de Grenoble et j’ai rarement dû en louper. J’ai aussi rarement payé ma place aussi! Quand j’étais petit je fraudais et maintenant je connais du monde, j’ai souvent des invitations.

Le public grenoblois, il est plus froid, plus spectateur. Il y a un petit kop, mais bon, en fait il s’appelle « kop sud » et il est dans le virage nord, ça m’a toujours fait rire! Je ne sais pas pourquoi il s’appelle comme ça. Ca montre le niveau. Oui donc assez froid, je pense que c’est un public de connaisseurs. Je pense sincèrement que s’il y avait eu l’équipe en Ligue 12 il y aurait eu beaucoup plus de monde, et peut-être plus d’ambiance. Parce qu’il y a beaucoup de Grenoblois qui vont voir des matchs soit à Saint-Etienne, soit à Lyon, soit même à Turin. Moi aussi je suis un peu supporter de Turin. J’ai trois équipes avec Grenoble, Saint-Etienne et Turin. J’ai des cousins, tous les quinze jours, il y a le club des supporters, ils vont à Turin voir un match. Moi non. Pour un match de foot, je ne suis pas assez…

A suivre…

* Sébastien est un pseudo.
Entretien réalisé le 21 mars 2006, à Grenoble, par C. Aventin.

  1. A la suite des travaux de rénovation pour la Coupe du Monde 1998 []
  2. Le GF 38 évoluera en Ligue 1 deux saisons: 2008-09 et 2009-10 []

Récit de l’auteur. Partie 4/4 – nouveau stade

4e et dernière partie de mon « récit de vie ».

Nouveau stade
Que dire sur le nouveau stade, livré pour le prochain Euro  ? Nouveau tellement les changements l’impactent. Il est au-moins resté en ville, contrairement à ce pauvre Gerland qu’on abandonne et qui mériterait au-moins une chanson cri de Sardou.

Il produit une ambiance trop manufacturée à mon goût. Il y a un langage « indu » du béton, de l’acier, des lumières crues. C’est bien travaillé… mais c’est travaillé. Ce n’est pas la résultante d’une lente évolution ; c’est le fruit d’un projet architectural (trop) maîtrisé par des archis qui ont bien appris leur leçon. Rien qui ne s’échappe, pas de faille, pas d’aspérité. Heureusement, les supporteurs stéphanois lui donneront du crédit, quoiqu’il arrive.

Je doute de l’intérêt d’englober les tribunes dans une enveloppe de métal dispendieuse et précieuse dans son discours. J’ai l’impression qu’il était inutile de faire plus que fermer les angles ; que le projet a renforcé l’introversion, singeant les stades elliptiques. Inutile. Ces stades-là ont pour fonction de donner l’illusion aux spectateurs d’appartenir à un seul corps et c’est pour cela qu’on les retrouve chez les Romains ou les grandes dictatures, là où il fallait, par l’architecture, ordonner les corps et les esprits. Sainté n’avait pas besoin de cela. Le football transcende encore naturellement toutes les couches de la société et la disposition des tribunes n’y joue pas de rôle. Le public des loges y est encore très populaire.

J’aimais Geoffroy quand il était un stade « à l’anglaise » avec quatre tribunes qui se regardaient, offrant des cadrages serrés sur les usines, les barres et tours des collines alentours. Un couplage de verticalité et d’horizontalité. Mais c’est le destin des stades à l’anglaise qui réussissent que de se fermer. Le cadrage serré sur la ville et ses collines a été maintenu dans le projet et revendiqué comme tel. Je n’y vois qu’un vasistas sur la ville.

Par contre, le travail sur les kops est intéressant. Leur taille, leur profondeur et hauteur sont impressionnantes. Des kops qui peuvent évoquer les anciennes populaires d’avant 1984 ou le mur de la Südtribüne du Westfalenstadion si on verse dans la dithyrambe. Le balcon supérieur est peut-être un des endroits les plus réussis : dedans et au-dessus à la fois. Hétérotopique.

En fait, je crois que j’aime le stade en chantier. J’y ai emmené deux amis le visiter récemment ainsi que des lycéens de Rive-de-Gier. Je l’avais déjà fait avec mon cousin lors des travaux pour la Coupe du Monde. Nous étions rentrés sur le chantier au culot et avions fait notre choix parmi les débris : des morceaux de béton peint des kops et ces fameux sièges criards. Ma mère les a retrouvé récemment au garage croyant avoir déniché un authentique morceau du mur de Berlin. Je n’ai jamais visité Berlin et un morceau de kop ne vaut-il pas plus qu’une relique de la Guerre froide, non ?

Jean-Michel ROUX, 4 novembre 2015

Récit de l’auteur. Partie 3/4 – le chemin du stade

3e partie de mon « récit de vie ».

Le chemin du stade
Si je n’ai jamais trouvé mon chemin de Damas avec les équipes grenobloises, je l’ai gardé avec Geoffroy. Aller au stade, c’est comme un fil d’Ariane qu’on maintient pour se dire qu’on est encore de la Loire. Un renouvellement irrégulier de ses vœux de fidélité à son département, à sa culture populaire.

Petit, le voyage au stade se faisait en un quart d’heure de routes glissantes. Maintenant, il nécessite de partir longtemps avant le coup d’envoi en raison l’angoisse des bouchons de la rocade Est de Lyon ou ceux qui s’égrènent le long de l’A47 : au pont de Chasse, dans le goulet d’étranglement de Givors, à Rive-de-Gier, etc. Quand tout part de travers, dès l’entrée sur la Rocade Est, le stress amène parfois à tenter des itinéraires bis de désespoir par les Moulins à Vent, les usines de St-Fons, par Brignais et La Madeleine. Le passage du col de Terrenoire, les crassiers de Méons, la plaine du Marais et le bulbe de l’église du Soleil, les terrains de Méons et le halo de lumière du stade dans le lointain redonnent alors l’espoir d’arriver à l’heure, au-moins pour la seconde mi-temps….

L’arrivée au stade se fait toujours depuis le même parking. Logique quand on descend des Monts du Lyonnais, moins quand on vient de Lyon ou Grenoble mais c’est ainsi. On laisse la voiture Allée de la Tour, sur le trottoir longeant les usines et à proximité d’un endroit où le Furan nauséabonde à l’air libre. Dès cette impasse, il est possible évaluer le taux de remplissage du stade au nombre de voitures présentes dans l’allée. De là, l’accès au stade se fait sur la route, les trottoirs étant gravis par les voitures. Le parcours fait apparaître un paysage unique. Les jardins ouvriers sur les terres en friches entre les usines, les maisons des piémonts de la colline de Montreynaud, le dépôt de l’Equipement avec ses tas de sels, les coffres ouverts des voitures pour les pique-niques autour de la glacière ou du pack de kro, les pompiers qui doivent veiller à maintenir une sortie de secours pour leurs véhicule. Et puis les premières clameurs vers le rond-point de la coop des charcutiers et de Métro, les camions kebabs, le passage sous l’autoroute et les tags marquant le territoire, les fers rongés par l’urine du mur de l’EDF, le stade de l’Etivallière.

Contrairement à ce que les sociologues peuvent dire de la géographie sociale des stades (comme celui du Vélodrome), j’ai l’impression qu’à Sainté, la place au stade ne dit rien de ses origines géographiques ou sociales. Elle n’est pas si stable que cela. Elle dit plus des parcours de vie.

Au milieu des années 80, avec mon père nous mettions à contribution tous les clients du PMU pour augmenter nos chances de gagner des billets gratuits au tirage de La Tribune-Le Progrès. Quand cela marchait, les places nous amenaient en latérale, tribune Henri-Point.

A la fin des années 80, ce furent les innombrables matchs avec les cousins et les copains du club de foot du village, avec ma sœur et ma cousine quand elles s’imposèrent à nous. Au tout début, le nomadisme était possible. Il était envisageable de changer de tribune populaire à la mi-temps, moyennant une petite course sous la tribune latérale et le risque de ne pas trouver place dans l’autre tribune.

Puis, ici comme ailleurs, l’avancement de la civilisation s’est traduit par l’interdiction du nomadisme. Il fallait devenir sédentaire et choisir son côté. Cela revenait alors à choisir sa tribune populaire « avec ou sans kop ». Kop ? Terme topographique boer passé à l’anglais via Liverpool et qui commençait à désigner la partie basse de la tribune populaire où commençaient à émerger une nouvelle forme de supportérisme – le mouvement ultra – rejeton lointain des torcidas organizadas brésiliennes, importées en Europe via l’ex-Yougoslavie et raffinées par les Italiens.

Dès lors nous allions en tribune Nord, dans l’axe de la cage, juste au-dessus du kop, ce petit noyau en fusion. Une position de choix, en péricentre du réacteur mais sûre pour les filles de petites tailles. On ne voyait jamais complètement l’aire de jeu mais au-moins étions-nous au cœur de l’action. Places qui correspondaient aussi à notre position dans la géographie culturelle des tribunes : de jeunes fans, proches de la mouvance ultra mais rétifs à l’idée de tout embrigadement.

Les places debout en demi-tarif scolaire ou étudiant demandaient alors un long temps d’attente dans la queue du guichet qui leurs était réservée, mais à 20 francs, elles rendaient l’attente acceptable. Et le personnel au guichet n’était pas regardant sur la validité des cartes d’étudiants… Les faussaires débutants s’en donnaient à cœur joie et avec l’assentiment général.

Puis nous avons migré dans la tribune Sud à partir de la rénovation de Geoffroy préalable à la Coupe du Monde de 1998. D’abord contraints et forcés, nous y sommes restés, habitués à l’ambiance même si l’accès et la sortie nécessitaient de remonter les flux à contre-courant. Nous avions la même stratégie micro-géographique (dans l’axe supérieur du – plus petit – kop), puis sur ses bords latéraux, effet d’un mouvement centrifuge lié à l’âge. J’y ai même trouvé mon épouse, un soir d’été. Depuis, c’est encore dans cette tribune populaire que j’aime revenir avec elle et ma belle-soeur. C’est là que je retrouve aussi mon père, ma sœur et son mari (un authentique fan de l’AJA, qui l’aurait cru !).

Aujourd’hui, le stade est devenu un terrain d’étude. Je ne le vois plus avec des yeux d’enfants mais comme un objet de travail. Cela gâche un peu le plaisir. Il m’est alors important d’amener des novices, de les initier, de les entendre commenter leurs ressentis. Revivre la première fois par procuration. Comme cette été avec ma fille – quatrième génération de la famille – et ses cousines lyonnaises. Le plaisir de la sentir appuyée sur mes épaules puis blottie dans mes bras pour regarder le match. Surpris de voir ces trois petites filles s’intéresser autant à la chose et se laisser peu à peu gagner par l’ambiance.

A suivre…

Kop

Les parties inférieures des tribunes derrière les buts (plus rarement en latéral) sont constituées de gradins populaires où se rassemblent historiquement les fans. Le terme a son histoire. C’est une référence à une tribune du stade Anfield de Liverpool, Spion Kop ou Kop Stand, dans laquelle s’entassent les supporters acharnés du Liverpool FC. Devenu mythique, le nom de cette tribune a fini par désigner en Europe soit une tribune populaire soit un noyau de supporters radicaux.

Le Spioen Kop, un terme signifiant “la colline de guet” en afrikaans (langue des Sud-Africains d’origine hollandaise) est une montagne de la province du Natal sur laquelle s’étaient retranchés les Boers, ces paysans afrikaners en révolte contre le Royaume-Uni lors de la Seconde Guerre des Boers de 1900.

A Handbook of the Boer War, Gale & Polen Ltd, Londres & Aldershot, 1910.

Les troupes britanniques essuyèrent de lourdes pertes dans les assauts infructueux de la colline. L’émotion suscitée par la mort de nombreux jeunes de Liverpool conduisit  en 1906 Ernest Edwards, du Liverpool Daily Post et du Liverpool Echo à proposer de donner à la nouvelle tribune le nom de la bataille de Spion Kop.

Un siècle plus tard, la petite bataille coloniale est devenue un symbole du militantisme supporteur…

D’après CHARBONNIER Grégory, ROUX Jean-Michel et SANQUER Cendrine, Le stade Geoffroy-Guichard. Un club, un public, Saint-Étienne : Ville de Saint-Étienne, collection Trames urbaines n°5, 2006, 67 p., cartes et ill.

Cite this article as: Jean-Michel ROUX, Kop, in Au stade des villes, 17/02/2017, http://stade.hypotheses.org/165.

L’expérience sensible du match de football. Christophe

Le club de football de l’AS Saint-Étienne a la réputation de bénéficier dans son Stade Geoffroy-Guichard d’une des meilleures ambiances de France. Mais qu’est-ce qui définit une ambiance ? Comment advient-elle ? Comment la recueillir ? Comment l’analyser ? Il est possible d’aborder la question des ambiances d’un lieu (une place, une gare comme un stade) au croisement de trois dimensions : la dimension spatiale, la dimension sociale et enfin, pour ce qui nous concerne ici de la dimension sensible, ce que nos sens nous en disent.

Lors de la saison 2005-2006, la Ville de Saint-Étienne (Archives Municipales et Unité Ville d’Art et d’Histoire) commande une étude sur ce sujet à trois chercheurs grenoblois. Nous reproduisons ici une partie des récits de vie de spectateurs, supporteurs, fans locaux ou d’autres équipes. Premier extrait de « récit de vie » : celui de Christophe, supporteur des « verts ».

 

Est-ce que vous vous rappelez votre première venue au stade ?
Je ne me rappelle pas du match. Je ne me rappelle pas de l’équipe. Je revois le stade : c’était en 59. Je suis de 54, donc j’avais cinq ans ! (rire). Mon fils, il est venu la première fois à Geoffroy-Guichard, il avait six mois. Ah ! Le foot chez nous… Ma fille, la première fois qu’elle a été hospitalisée, c’était à cause du foot. Elle a pris un coup de ballon dans le nez. Elle avait neuf mois, sa mère lui donnait le biberon pendant que je faisais un tournoi de sixte…

J’ai joué à l’ASSE étant jeune : pupille, minime, première année cadet. Après je suis allé au FC Saint-Etienne. J’ai joué sur la pelouse de Geoffroy-Guichard, six fois. En lever de rideau de Saint-Etienne/Bordeaux, je me rappelle en 67 – à l’époque on finissait un quart d’heure avant que les pros attaquent – devant 30 000 personnes. Maintenant ça se fait plus du tout ; soi-disant que ça abîme la pelouse. La pelouse était plus grande, c’était immense, je jouais gardien.

Et donc la première fois, c’était avec votre père ?
Ouais. Ah ! Oui, c’était un fervent supporter. Il était copain avec le président des Associés*. Ils allaient boire un coup à la conciergerie, avec Jean Snella. Les jours d’entraînement, ils buvaient l’apéro avec le concierge du stade ; après avec Batteux.

Ce n’était pas la même ambiance que maintenant…
Ah ! Non, ça a rien à voir… C’était l’ambiance d’un gros club amateur. C’était l’ambiance familiale mais mise à la dimension nationale. Sans plus. (…) Maintenant, c’est entraînement à huis-clos, des grillages de partout. (…) Mais c’est vrai, je reconnais, l’ASSE c’est toujours mon club, Saint-Etienne ma ville. Moi qui suis parti à Lyon, je me suis fais beaucoup chambrer (rires). J’ai moins envie. Je suis abonné avec des collègues en tribune Henri-Point. Je ne suis plus dans le kop comme avant. Enfin on n’appelait pas ça le kop… J’aime toujours le jeu. Quand il y a un match à la télé, je le regarde. J’aime bien aller voir les Verts mais c’est plus pareil, c’est plus la même équipe. Toute l’atmosphère, l’ambiance du football a largement évolué. Avant pour moi le foot c’était un jeu. C’est devenu un sport, après de la compet, maintenant c’est du business

Ah ! Ouais, l’ambiance avant… Quand j’étais gamin, mon père pour un derby, il s’est jamais posé la question de savoir s’il m’emmenait au match ou pas. Il ne se posait pas la question. On mettait les gamins derrière les buts, devant les grillages. Les pères, ils montaient dans les gradins qui n’étaient pas couverts, qui n’avaient pas de lumières – parce que je suis allé à l’inauguration des projecteurs – les matchs étaient l’après midi. On se mettait tous les gamins, et là, on sentait cette solidarité, cette convivialité… plus que maintenant. Il y avait les gamins de cinq/six ans qui étaient le nez sous le grillage, ceux de huit/dix ans derrières, treize/quatorze derrières et il y avait pas d’histoire. Les pères montaient derrière sur la butte, avec la marque Saint-Etienne/Visiteurs et le gars qui changeait en fonction des buts ; c’était convivial.

Bon, il y avait les présidentielles, une centaine de personnes, tous les corps constitués de la ville et du département, quelques financiers, des trucs comme ça. J’ai connu les tribunes Henri-Point où c’était aussi de la terre battue, légèrement inclinée, une petite butte, avec un toit en fibrociment, un poteau tout les cinq six mètres et des chaises pliantes comme il y avait sur les terrasses de café. Donc on arrivait, on prenait sa chaise. Moi j’étais gamin : je m’asseyais sur le haut du dossier devant le grillage. Les gars, ils allaient boire un coup… maintenant faut pas amener de bouteilles, faut pas boire d’alcool…

Public dans la tribune nord, 1962-1968. AMSE, photo Ch. Minassian.

On disait pas « sud » et « nord » on disait soit « coté marque » soit « en face la marque ». Après il y avait tribune « rue de la tour », la rue qui s’appelle Jean-Snella, avant c’était rue de-la-tour. C’était la rue du stade : il y avait des petits guichets, des meutrières, comme ça, un ticket, deux tickets, puis des grands portails. Et ça rentrait. Chaque fois qu’il y avait cinquante personnes qui rentraient, il y en avait vingt qui avaient pas de billet (rires). Quand on grandissait c’était le jeu : à 16 ans, 17 ans, on attendait qu’il y ait plein de monde et on se faufilait au milieu. Il y avait un gars de chaque côté, alors quand ils disaient qu’il y avait 40 000 personnes, il y en avait largement 50 000. C’était marrant. Après il y a eu l’époque où les flics sont venus, j’ai vu toute l’évolution… Déjà les années 70, ça a commencé, ils ont fait la tribune Henri-Point avec un étage et la couverture des gradins debout. Les projecteurs c’était 68, je crois, un truc comme ça… Je pourrais le retrouver, sur le site Internet, je ne regarde pas trop l’historique parce que je l’ai vécu un peu (rires).

Et le mot kop c’est apparu quand ?
C’est récent, il y a trente ans on ne disait pas kop, on disait « gradin ». Après on a commencé à parler de « nord » et « sud » quand ils ont couvert ; parce que le toit était pas comme maintenant. Du côté sud le toit est translucide ; avant il était plein et le soleil passait pas et le terrain était souvent gelé d’un côté.

Toiture en plexiglas de la tribune sud. 2006

 

Et ça chantait à l’époque ?
Ca chantait. C’était moins sophistiqué qu’aujourd’hui. C’était pas le même vocabulaire ; la première chose que l’on faisait c’était pas de traiter les autres d’enculés, ça c’est une certitude. C’était « Allez les Verts », pendant des heures. En coupe d’Europe, j’étais dans les gradins à dix-sept heures, le match à vingt heures trente, on y était encore à vingt-trois heures. Après en 76, il y a eu la chanson qui est sortie, alors là déjà, c’était une évolution, c’est pour ça aussi on dit : « Saint Etienne c’est le début du football moderne en France ».

Voilà, et puis c’est devenu télévisuel. Avant, le jour du match, on savait pas si ça allait être télévisé ou pas. Par contre, en championnat – moi, j’ai pas été abonné tout ça – quand on était jeune, on y allait avec nos pères. Après, avec le foot, on commençait à y aller tout seuls, c’était l’après midi. Après, plus tard, c’était le soir. On avait dix-huit ans, on était pas majeur à l’époque… Il y avait pas de groupe constitué. On disait : « On va au match ? » ; « Oh, je sais pas… » le samedi après midi. Et puis le soir : « Bon ! Allez on y va ». On prenait le billet à l’entrée même s’il y avait 25 000 personnes. Il y avait 500 abonnés. Je me rappelle la première réclame que j’ai entendu au stade, c’était une bière : « La bière la plus fameuse, c’est la Meuse ! ». Je fredonnait ça :« La bière la plus fameuse, c’est la Meuse ! » (rires). Oui, il y avait Parrot, des trucs vraiment locaux. C’était pas Minolta Konica ; c’était Parrot, meubles Frappat, Casino.

Vos meilleurs souvenirs à Geoffroy-Guichard ?
Il y en a plusieurs. C’était les matchs de coupe d’Europe, puis coupe de France. Saint-Etienne/Nantes. On avait perdu 4-1, puis on gagne 5-1 avec les prolongations. Je crois que c’était en quart-de-finale : Saint Etienne/Kiev. On perd 2-0 à Kiev, on gagne 3-0 ici. Là, je suis pas rentré de la nuit… J’avais 20 ans ou 21 ans. Sinon, avant, il y avait eu l’année où il y avait eu Split. J’étais à l’armée ; ils ont pas voulu nous laisser sortir, puis tellement c’est devenu un phénomène en un match – on gagne 5-1 alors qu’on perdait 4-1 à l’aller – après on avait une perm’ spéciale pour venir à Sainté. J’étais pas loin à l’armée : j’étais à Vienne. Parce qu’avec le foot j’étais en « honneur régionale » ; on avait pu s’arranger pour pas que j’aille loin. Tout ceux qui voulaient venir, ils avaient perm’ de stade autorisée (rires). Ils avaient droit de venir au match. On a fait la fête, moi et des copains, des Stéphanois, on était quelque uns. On a fait faire la fête à toute la caserne quand on s’est qualifié contre Split. On a réveillé tout le monde.

Ah ! C’est devenu un phénomène national. Enfin pour moi, j’étais à l’armée en plus, donc on voyait bien. Il y avait des Marseillais, des…, tout le monde disait : « c’est pas possible, les Verts… », alors qu’au match aller on perdait 3-1, et les gars disaient « Fait chier! », ils jetaient le transistor ! Un petit transistor : on entendait rien, tous collés dessus. Donc à l’armée, voilà on faisait les malins les Stéphanois, et puis après forcément en 75, Bayern de Munich, demi-finale. Mais c’est vrai que quand tu joues le match retour à domicile, tu joues la qualif’ sèche, directe ; c’est mieux que par exemple Eindhoven, la qualification à la finale, 0-0 à Eindhoven…

D’ailleurs j’étais à Bouthéon, quand l’avion est arrivé avec les joueurs. Il y a eu un mort, un gars s’est fait faucher par l’hélice de l’avion. Surtout que je faisais partie du service de sécurité, j’étais en première ligne. Je sais pas si vous connaissez l’aéroport de Bouthéon ? C’était un aérodrome, il y avait une petite tour de contrôle, une espèce de truc d’embarquement qui faisait snack, des barrières qui séparaient du pré avec la piste derrière, une sorte de main courante d’un stade de campagne. Et là, les gendarmes d’Andrézieux. Ils devaient être quatre dans l’estafette et des milliers et des milliers de Stéphanois, jeunes et moins jeunes, qui débarquent par la Nationale 82. Il y avait pas d’autoroute, on se touchaient tous, ça klaxonnait, assis sur les capots. On a fait Bellevue-Bouthéon, à donf…

En parade ! Ah ! Ouais, avec les drapeaux, assis sur les bagnoles, six ou sept dans la R8, à fond la caisse, tous garés au milieu du pré de l’aéroport. Donc ils étaient affolés, mais bon ! ils étaient quatre, on était trois milles… Mais bon, c’est un mauvais souvenir. L’avion est arrivé. Il y avait deux avions qui revenaient d’Eindhoven, à minuit et demi ou une heure du matin. On avait regardé le match à la télé. On avait bu le champagne, avec mon père, des copains de mon père, des copains à moi, et après : « Hop, allez ! On va à Bouthéon ! ». Ils l’avaient dit à la radio : « Saint-Etienne en liesse ! » et ainsi de suite. On avait l’habitude déjà de faire la fête pour les championnats de France ou les coupes de France. On avait déjà fait le doublé en 68, 69. Moi j’ai défilé de la gare de Chateaucreux jusqu’à l’hôtel-de-ville, assis sur les « Florides » des joueurs, avec Mekloufi, Herbin… J’avais treize quatorze ans. Après j’en avais vingt et quelques. On était bien rodé à Saint-Etienne, plus que n’importe où en France, et je citerai pas de nom…(rires)

Place de l’Hôtel-de-ville pour la victoire en Coupe de France, 18 juin 1977. AMSE, La Tribune-Le Progrès, 6 Fi 1039.

Eh ouais ! Et puis pour revenir à l’accident, ils en a qui ont couru. L’avion est arrivé. Les gars ont cru qu’un avion ça s’arrêtait comme une voiture. L’hélice, tu la vois pas : elle tourne à toute vitesse, surtout la nuit, et là : « Pam ! » Le gars déchiqueté. Je l’ai vu. J’étais à deux mètres, alors là… « Pschhh ! » Ca calme complet. Tout le monde est reparti la tête basse, dans sa bagnole, comme ça… (Temps de pause)

Alors qu’à Saint-Etienne, au même moment tout était en vert et blanc. Il y avait des gens qui venaient à Saint-Etienne, ils connaissaient pas le foot, ils venaient voir Saint-Etienne en vert et blanc. Ils y avaient des gens qui téléphonaient… Ma mère tenait un bar, un bar à Bellevue, un bar ouvrier quoi, avec les supporters, le siège d’un club de foot, donc les gens prenaient l’annuaire ou téléphonaient aux renseignements. Et ils disaient : « Il nous faudrait 12 places pour le match ». Quart de finale ou demi-finale. Ils y avaient des gens des Pyrénées, du Pays Basque, le bar s’appelait « Café des sportifs », donc forcément les gens ils croyaient que c’était un village Saint-Etienne. Donc ils appelaient le bar pour les places. Ils envoyaient des chèques en blanc de mille kilomètres ; des chèques en blanc pour aller au match à Sainté ! J’ai fais la fête avec des Bordelais, des gars du Pays Basque qui connaissaient que le rugby. Ils connaissaient le foot par Saint-Etienne ; le foot c’était Sainté, les Verts.

Pareil, en 76, je pars en vacance avec des copains, des copines, en Espagne. On avait une R12, à l’époque, avec « Allez les Verts » dessus. En Espagne on est resté trois jours à Tarragone, et là « Stéphanois» ! Les Espagnols, ils connaissaient. Ouais ! Saint-Etienne ! Et là à boire, à manger, l’hôtel : tout gratuit pendant trois jours. On a pas dépensé une pesette. On faisait des matchs sur la plage, c’était les Espagnols et les Stéphanois contre le reste du monde (rires). On faisait express d’avoir mal quand on jouait contre les Allemands ou les Italiens, et là, les Espagnols ils faisaient : « hé ! Faut pas toucher les Stéphanois ! » en montrant le poing (rires) C’était de la folie. Ca, c’était 76. Je devais aller à Glasgow parce que mon père travaillait aux Bennes-Marrel, moi je travaillais à Manufrance, donc il y avait des charters qui avaient été faits. J’avais une place : c’était mon père qui me l’avait payé. J’étais jeune et puis, à l’époque ma femme est tombée malade, donc j’ai laissé ma place. A l’époque, je crois que c’était le voyage en caravelle, financé en partie par le CE des Bennes-Marrel, c’était 300 francs je crois.

Quand on faisait poste du soir et s’il y avait des matchs, demi-finale contre Eindhoven, quart de final, etc. Si on était du soir, on s’arrangeait avec le patron. On décalait et à cinq heures : tout le monde dehors. Et tout le monde au stade. On défilait déjà dans la rue. On partait avec des banderoles, de Manufrance jusqu’à Geoffroy-Guichard, à pied, en voiture : la ville s’arrêtait, c’était fabuleux. Du vert et blanc de partout dans la ville, tout le monde en parlait, les profs à l’école en parlaient, dans les usines, dans les bistrots… Pour eux c’était déjà le début du star system pour les joueurs, mais ils se rendaient moins compte, ils étaient encore abordables… Mais, Saint-Etienne, tu demandais à un Parisien, il cherchait sur la carte. C’est un patelin du centre de la France. Ils connaissaient même pas le département. C’était la campagne à côté de Lyon, véridique ! Il y a même pas d’aéroport, très peu d’hôtels. Les journalistes parisiens ils râlaient !

Il y avait un gros lien entre la ville et le club ?
Le club c’était nous ! C’était nos joueurs ! Ils se promenaient place de l’hôtel-de-ville, ils allaient boire un coup, les gamins venaient, tout ça. Une fois au foot, je m’étais blessé, dans les années 60, c’est Carnus qui m’a ramené chez moi. Les mecs c’était pas des vedettes : « Tu t’es fait mal ? Tu vas pas rentrer en tram, allez viens ! » Il avait une 404. C’était comme un club de Ligue aujourd’hui, de CFA : Andrézieux par exemple. Pour moi, c’est ça le foot, ils étaient européens mais voilà. Je me rappelle Roger Rocher, on le voyait arriver avec sa pipe – Ford Mustang quand même ! – il y en avait qu’une à Sainté de Ford Mustang garée devant le portail.

Fresque hommage à Roger Roger dans un bar de Saint-Chamond, 2015

 

Rocher, il touchait la tête des gamins. Il y avait pas de garde du corps, pas de CRS autour des joueurs. Les voitures des joueurs étaient garées sur le même parking que les supporters. Maintenant c’est un autre monde, mais bon c’est comme le reste de la société, il y a pas que le foot qui a changé, ça a bien suivi l’évolution de la société. Sauf que d’un sport c’est devenu plus du business d’abord.

Et les derbys, dans les années 60 et 70 ?
Je m’aperçois maintenant… Bon, Lyon est devant depuis quelques années maintenant. Avec le recul, nous, on avait pas l’impression. Moi j’avais de la famille à Lyon… et les Lyonnais reconnaissaient la suprématie stéphanoise, parce que c’était le début. Nous maintenant, on a plus de mal à reconnaître leur supériorité parce qu’on a été avant (rires). Le derby à Lyon, Saint-Etienne était champion : tous le monde applaudissait. Il y avait quelque sifflets contre Lyon, des « Ouuuh !… Charlot, t’es pas bon… ». Mais maintenant, c’est tout de suite des chants… J’avais amené mon fils à un derby en 88, quelque chose comme ça, il était petit, et là : « Lyonnais enculés ! » Mon gamin je lui dis : « Ca va pas ? » Et les autres gamins le disaient : « Non, non tu parles pas comme ça ! » Et y me dit : « Qu’est ce que je peux dire ? Je peux dire connard ? »… Bon d’accord, mais une fois ! (rires).

Bon maintenant, c’est toujours des chants contre les Lyonnais, les Marseillais. Pour moi ça a trop évolué. On était pas anti-lyonnais, on était pro-ASSE. Moi, je suis resté comme ça. Bon, gueuler après l’arbitre : « T’es pas bon ! » Ok. Ou les joueurs qui râlent sur le terrain, souvent je leur dis : « Allez ! Dégage ! A la douche ! ». Ca a beaucoup évolué, comme la société. Pour certains le stade ça devient plus l’exutoire que supporter l’équipe. Je suis sûr que il y a plein de jeunes dans le kop, j’en connais – je prends encore la carte des Indépendantistes – il y en a, ils sont presque plus anti-lyonnais… Je connais bien les Indépendantistes. Je connais les fondateurs. Je prends la carte. Ca leur fait des ronds pour les tifos, les déplacements… Ils voulaient que je vienne avec eux à Cluj… Tiens, pour brancher les Lyonnais, l’autre jour ils nous gonflé parce qu’ils étaient 9 000 à San Siro : nous, on était 12 000 à Bâle pour le premier tour de l’Intertoto (rires).

Les indépendantistes ? Ils ont été créés quand ?
Il y a dix ans à peu près. C’était un peu une scission avec les Magic fans, des gens qui étaient pas trop d’accord… Alors qu’avant, on parlait pas de ça, il y avait pas de groupes, c’était les Verts, que ce soit le commerçant, le patron de petite boîte, l’ouvrier, c’était « Allez les Verts ! » et puis c’est tout. On se retranchaient derrières : tous pareils. 

Il y avait un mélange social…
Ah ! Oui, très important, ça se sentait beaucoup. En plus ma mère qui tenait un bar, il y avait les ouvriers qui venaient, qui râlaient, le délégué CGT, puis le patron qui rentrait et qui venait boire un jus. Je les vu faire des réunions syndicales dans le bistrot. Ils se tapaient dans la main et ils disaient : « De toutes façons, on se verra au match ! ». Et quand il y avait la coupe d’Europe, le patron il disait « Allez ! Hop ! Tirez-vous une heure avant. Allez au match ! ». Bon c’était peut-être un peu plus paternaliste, c’est une évolution de la société. Après sur le fond, on peut trouver des choses qui étaient pas forcément mieux avant… mais ça se passait mieux sur la forme. Sur le fond, tout se discute… Il y avait un mélange autour du club… Et Saint-Etienne ça a été connu par l’ASSE plus que par Casino par exemple, c’était connu avant avec Manufrance, en plus quand les verts ont joué avec MF sur le maillot.

Et donc pour toi l’identité… euh ! Pour vous…
Non ! Non ! On se tutoie. C’est mieux, ça fait plus stade (rires). Ca aussi… les vieux, les jeunes… Ouais ! C’était ça vraiment : le club de la ville, comme quand on dit « l’équipe fanion » dans les villages, c’était ça à une échelle plus grande. Il y avait pas de fossé, maintenant il y a un fossé. Peut-être j’ai vieilli : je suis plus spectateur que supporter. Mais mon gamin, il y a 6 ou 7 ans, ils étaient torse nu dans le kop nord. Après lui-aussi plus tard il s’est aperçu… Il s’est calmé. Par contre, il y a énormément de filles qui vont au stade maintenant, alors que moi quand j’étais gamin c’était rare. Ma mère elle venait au match avec ma tante pour les derbys, parce que les familles étaient de Lyon et Saint Etienne. C’était la fête, on prenait le costume du dimanche, on allait à Gerland. Il y avait la piste quand j’ai connu. Ils mettaient des chaises à trois mètres de la ligne de touche, comme à Geoffroy. Et là, on les tapaient 7-1, au match retour 6-0 chez nous (rires) C’était la fête…

 

* Christophe est un pseudo.
** Les Associés, les Magics fans et les Indépendantistes sont des associations ou groupes ultra de l’ASSE.

Le travail d’enquête et le premier décryptage ont été réalisés par Mathieu Bonnand, sociologue, sous la direction de Jean-Michel Roux. Mis en forme    du document : JM Roux.

Cite this article as: Jean-Michel ROUX, L’expérience sensible du match de football. Christophe, in Au stade des villes, 10/02/2017, http://stade.hypotheses.org/48.

Récit de l’auteur. Partie 1/4 – aux sources

Je commence ici ce carnet consacré aux stades et aux villes, par un « récit de vie », i.e.  un travail mémoriel sur mes premiers souvenirs de stade, au stade Geoffroy-Guichard…

Aux sources
Je suis né trois mois avant la fin des Trente Glo, de la toute dernière classe du baby boom. Je suis né dans un bar-restaurant-PMU, un de ces patrimoines immatériels du pays qu’on exporte ailleurs et qu’on ferme ici. Je suis né dans une ville qui brûlait ses derniers feux, qui savait déjà que, le dernier morceau de charbon extrait, le dernier ruban tissé, le dernier lingot d’acier laminé, le pays n’aurait plus besoin d’elle.

Manque de flair, de bon goût, d’appétit pour la gagne et la modernité? Peut-être. Manque de chance, certainement pas. Plutôt un goût inné pour les barouds d’honneur. Dans ces conditions, s’engager à huit ans pour l’AS St-Etienne, relevait probablement de l’évidence.

J’ai deux souvenirs de premier match. D’abord en 1981, cette fameuse année du dernier titre. Un match de championnat gagné contre Toulouse (comme mon père et ma sœur, un même baptême du feu contre le Téfécé). Je n’ai aucun souvenir du match, du score, des joueurs. Ils ne m’ont pas marqué autant que le vieux stade et son ambiance. J’étais « descendu au match » avec le père d’un copain. Il nous avait placés tout en haut de l’une des deux tribunes populaires de Geoffroy – la Nord, la Sud ? Qu’importe – prudence légitime d’un père qui sait qu’on ne met pas ses gosses en bas contre les grilles, douloureux souvenirs du passage de Manchester. Autant dire que la pelouse semblait bien loin et la tribune profonde, noire, terrifiante. J’ai le souvenir des têtes et des épaules devant moi, du béton et des tôles sur lesquelles on tape, d’un peu de lumière blafarde. Pas de souvenir des chants en tout cas. La sensation bizarre de n’être pas tout à fait avec les grandes personnes.

Je n’ai aucun souvenir du titre gagné cette année-là. Je n’étais pas redescendu au match de la saison et tout cela n’avait pas encore beaucoup d’importance. J’en ai par contre de mes deux premiers matchs à la télévision, les deux finales de Coupe de France perdues contre Bastia et le PSG. Le souvenir de me cacher derrière le fauteuil au moment de la séance de tirs au but, de mon père me disant que la défaite fait partie du jeu et qu’on en regagnera bien une autre, un jour…

Mon deuxième premier souvenir de match, plus signifiant que la victoire contre Toulouse, date de 1982, peut-être 1983, un samedi après-midi de neige. La « caisse noire » était passée par là et les tous les bons joueurs repartis. Le club et les supporteurs restant s’acclimataient tant bien que mal à la D2. Je venais de jouer un match de poussin sous les couleurs du village (maillot coton orange sans forme, short acrylique blanc, bas blanc et rouge qui tombent sans arrêt, le tout pas du meilleur effet) et je m’apprêtais à me réchauffer au coin du feu en regardant le Tournoi des Cinq Nations quand mon père m’a proposé de descendre au match. ASSE-Gueugnon. Pas de quoi soulever l’enthousiasme des foules a priori mais pas de quoi hésiter pour moi. L’impression de pouvoir faire un truc de braves avec un brave.

S’il n’allait plus très souvent au stade, mon père, était néanmoins une figure légendaire de supporter pour moi. Il avait pris part aux campagnes européennes des années 60 et 70 et, stigmate de sa foi, gardait au fond d’une poche de sa veste en daim un billet de match contre le Borussia Mönchengladbach. Il n’avait fait qu’un « déplacement », mais c’était celui d’Hampden Park, pour la finale européenne. Une place obtenue grâce à un représentant en anisette qui avait dû lui coûter un paquet de bouteilles de « jaune » pour regarder onze verts voir rouge…

Et puis là, j’ai revu le stade sous un autre jour. Plus claire, plus ouvert peut-être parce qu’assis en latéral, en plein après-midi. Le plaisir surtout d’être avec mon père cette fois, et de faire corps avec lui et avec ceux qui restent, qui savent pourquoi ils sont là, à chanter dans le froid. A se ficher du résultat tant que le boulot a été bien fait dans les tribunes. Les Verts avaient largement gagné je crois. Ils m’avaient gagné en tout cas.

Quant à l’équipe de France, qu’en dire ? Comme beaucoup d’Européens, je suis plus un supporteur de club qu’un fan d’équipe nationale. Quelques vagues souvenirs de l’Angleterre en Coupe du Monde 1982 ; l’attente du match devant la télé des amis qui tenaient l’autre bar-tabac du village. Mon seul souvenir grandiose des Bleus, c’est en 1984, Coupe d’Europe des Nations, à Geoffroy. Nous avions eu le droit de recevoir des matchs en dépit de la punition qui nous avait envoyé en D2. Le vieux stade avait été transformé, mais par des architectes modestes et intelligents qui avaient compris son âme et l’avait sublimée à peu de frais : des tribunes vertigineuses qui se font face, des kops qui me semblaient encore plus hauts et plus profonds, des sièges aux couleurs criardes.

La France allait y recevoir la Yougoslavie. Mon père, au dernier moment, s’était mis en tête d’y descendre sans billet et de tenter le coup… Et cela avait marché. Il avait croisé un de ses collègues restaurateurs, qui lui avait vendu un billet, prix facial j’insiste, 80 francs ! C’était l’époque où, moyennant une pièce de 10 francs, on trouvait encore des guichetiers compréhensifs qui laissaient entrer un gosse sans billet. On avait dû se retrouver à peu de chose près, assis là où j’étais venu debout pour la première fois trois ans auparavant. Je garde le souvenir du triplé de Platoche et le pénalty à retirer sous mes yeux.

Je garde surtout le souvenir du béton des escaliers et des genoux de mon père pour me réchauffer, de la Marseillaise qui te monte les larmes aux yeux, du sentiment de faire corps avec une tribune. Je garde le souvenir d’être remonté très vite au restaurant car nous devions servir un « machon » à un car de supporteurs venu de Saint-Doulchard. Première mention du lointain Cher dans ma géographie footballistique. Leur autocollant est resté sur le comptoir du bar jusqu’à sa fermeture en 2006. C’est une banque maintenant.

A suivre…