Archives par mot-clé : Maracanã

L’ambiance des stades

Le texte ci-dessous est la reproduction d’un article publié dans le numéro 393 de la revue Urbanisme qui consacrait son dossier aux « Grands stades en quête d’urbanité » à l’occasion de la Coupe du monde de football de 2014 au Brésil.

Si l’ambiance d’un match peut déconcerter voire inquiéter, elle sait aussi motiver et passionner public autant que joueurs. Les médias ne s’y trompent pas, lorsqu’ils commencent les retransmissions par un zoom sur les tribunes en fête et par l’usage du bien nommé « micro d’ambiance ». La réputation des stades se fonde pour partie sur les représentations que nous avons de leurs ambiances : survoltée du Vélodrome, délétère du Parc des Princes, bon enfant du Roudourou1 ou de ce stade de club amateur.

L’ambiance est un enjeu : économique (vendre un événement, rentabiliser un équipement, développer une entreprise de spectacle sportif), social (créer une identité collective), politique (signifier l’avènement d’un territoire ou d’une nation). S’assurer une bonne ambiance devrait aussi être un sujet d’analyse et un enjeu de projet pour les concepteurs de stade, les gestionnaires et les élus locaux2. Mais qu’est-ce qui fait l’ambiance d’un stade et comment l’évaluer ? Est-il possible de prédire, projeter et manager une ambiance ? Le champ de la recherche architecturale et urbaine – entre autres avec le laboratoire Cresson3– a tenté depuis une quinzaine d’années de qualifier cette notion d’ambiances architecturales et urbaines. Une ambiance implique un rapport sensible au monde, synesthésique (par chacune des modalités sensorielles) autant que cénesthésique (impression générale). Elle ne se réfère pas à une échelle spatiale ou temporelle particulière. Elle nécessite dans son analyse une approche pluridisciplinaire portant une attention aux dimensions construites, sociales et sensibles de l’espace habité4.

Laissons ici de côté les dimensions construites et sociales5 pour nous concentrer sur la dimension sensible. Nous faisons l’hypothèse que la conception et le management actuels des stades français prennent mal en compte cette dimension sensible. Ils sont principalement intéressés par le construit et partiellement par les usages, le plus souvent vus sous l’angle de la sécurité ou du marketing. Un grand nombre d’études ou de rapports portent sur l’aspect fonctionnel des stades ou sur la sociologie des publics, rarement sur leur perception sensible par leur public, et croisent plus rarement encore les trois dimension6.

Une expérience sensible
Aller au stade et assister à un match, c’est faire une expérience sensible dans la mesure où nos cinq sens seront convoqués. Cette expérience sera qualitativement différente selon de nombreux paramètres (qualité du spectacle, conditions météorologiques, emplacement dans les tribunes, etc.). L’expérience sensible dépendra aussi de la typologie des publics du match. Une personne peut être, c’est selon, spectateur, supporter ou fan. Le premier vient voir un spectacle quand le second assiste à un match en soutenant l’un des protagonistes. Il est déjà partie prenante. Les fans (ultras, associés, etc.) sont, quant à eux, des supporters engagés et militants qui escomptent peser collectivement sur l’issue d’un « combat ».

La nature, l’intensité, la qualité des stimuli sensoriels seront d’autant plus fortes que l’implication de l’individu dans le match ira croissant, comme le montrent les résultats d’une enquête réalisée sur le stade Geoffroy-Guichard lors de la saison 2005-2006. Sachant qu’une ambiance se vit et se raconte, nous avons mobilisé plusieurs techniques venant de l’analyse sociale des espaces publics, afin de qualifier les ambiances d’un match : observation située, collecte de récits de vie, carte mentale et captation photographique, sonore ou vidéographique7 . Limitons-nous ici aux résultats de la seule expérience visuelle.

Le spectateur regarde sans être vu : son expérience sensible reste de faible intensité et qualité. Il paie pour avoir le sentiment excitant d’être de la fête et pour se rendre compte de visu si le stade est à la hauteur de sa réputation. Le supporter fait une expérience personnelle en venant assister à un match de son équipe. Il a une attente émotionnelle forte par rapport au résultat et à la manière. Son expérience sera, quoiqu’il arrive, relativement sensible. Il est là pour regarder le match, bien entendu… mais tout en cherchant parfois à être vu grâce à son accoutrement. Les fans ne sont pas au spectacle, ils sont partie prenante d’un combat aux côtés des joueurs et ont conscience de leur importance. Être un fan, c’est faire immanquablement du match une expérience très sensible et collective. L’expérience visuelle est intense, même si elle peut paraître a priori insatisfaisante. Et bien que placés dans les tribunes ayant la moins bonne vision, les fans sont l’objet de tous les regards. Ils cherchent d’ailleurs à produire un effet visuel à travers leurs tifos (spectacles d’avant-match) et une gestuelle complexe et collective qui visent, en faisant masse, à animer le stade et impressionner le visiteur.

L’ambiance d’un match nous semble ainsi relever pour partie de la combinaison de ces types de publics. Les spectateurs s’additionnent imparfaitement et leur nombre n’est jamais la garantie d’une bonne ambiance. Ils sont avant tout une somme d’individus parvenant à faire corps dans les moments d’excès sensoriel et à produire un effet multiplicateur. Tout dépend cependant du résultat du match, et l’effet peut être aussi bien positif que négatif : c’est la ola ou la bronca. Seuls les fans sont des facteurs d’ambiance, l’effet de leur regroupement étant de l’ordre de la démultiplication.

Des ambiances en projet
Ainsi, par la mise en récit des usagers et par l’analyse minutieuse des dispositifs spatiaux, des organisations sociales et des configurations sensibles des stades et de leurs publics, est-il possible de s’approcher d’une compréhension des ambiances ? Est-il envisageable de prédire une ambiance, de la concevoir, de la garantir, de la gérer ? Il semble imaginable de penser le projet et la gestion des stades afin de rendre possible certaines configurations spatiales, sociales, sensibles favorables à l’émergence d’une « bonne ambiance ». Mais sa prédictibilité paraît quasi impossible. Pour qu’une ambiance « prenne » comme une mayonnaise, il faut a minima rassembler tous les ingrédients mais, quand bien même, la réussite restera aléatoire…

Faisons ensuite le constat que, depuis le rapport Taylor8 en 1990 et sous l’influence des instances nationales et internationales régissant le football (ligues nationales, UEFA, FIFA, États, etc.), la qualité construite des stades a considérablement été améliorée en Europe. La réflexion sur la dimension sociale a aussi entraîné un profond bouleversement dans la façon dont est considéré l’usager.

Nous sommes entrés dans l’âge du « stade plus que moderne », celui du contrôle et de la consommation9. Les foules sont ségréguées, privées de toute valeur sociale et les individus atomisés, réduits à l’état de clients. Les frontières externes comme internes sont désormais complètement imperméables. Les stades, qui étaient des espaces publics socialisants au même titre que les parcs ou les places, deviennent des espaces de consommation, des tradiums10. Certes dus à des architectes de renom, ils sont l’objet d’une grande sophistication technique mais leur « authenticité » est désormais manufacturée. Il en ressort un double phénomène : une amélioration de l’équipement et de son usage pour le consommateur mais un appauvrissement de la qualité sensible pour le spectateur. Concepteurs et gestionnaires cherchent à agrandir les stades afin d’atteindre une taille critique nécessaire à la bonne économie des projets, espérant ainsi que le nombre de spectateurs sera de nature à générer par lui-même de l’événement.

Cependant, comme nous venons de le voir, le nombre de spectateurs ne garantit pas une bonne ambiance. Seuls les fans, qui existent d’abord en tant que corps social plus ou moins constitué, sont des facteurs d’ambiance. Leurs instincts grégaires les conduisent à faire masse et leur sens social à faire corps à travers des associations, sections ou clubs… mais ils sont difficilement prédictibles et gérables.

Lever un paradoxe
Pour envisager une meilleure prise en compte de la dimension sensible, il conviendrait de lever un paradoxe. Alors que nous venons de voir les ambiances – et la bonne commercialisation du spectacle sportif – dépendre de la présence de supporters et de fans, tout est mis en oeuvre au profit des seuls spectateurs. L’homme est pensé comme une menace quand il s’agrège à son voisin. Projeteurs et gestionnaires de stade n’apprécient guère que leurs clients atomisés puissent faire masse et fusionner avec leurs voisins pour produire une réaction chimique aléatoire. Clubs et gestionnaires encouragent le corps intermédiaire et rassurant qu’est la famille, tolèrent parfois l’association de supporters dans la mesure où elle se place sous leur autorité, se méfient ou combattent les ultras.

Si masses il y a, ce sont pourtant celles des mass media. Depuis vingt-cinq ans, la télévision a considérablement modifié l’architecture et la gestion des stades (toit rétractable, pelouse chauffée et/ou synthétique, éclairage artificiel, etc.). Le temps ritualisé du match a cédé la place au spectacle permanent. Le coût de gestion des enceintes sportives a considérablement augmenté en conséquence. Il en a résulté une nécessité d’augmenter également les prix des billets et de générer des recettes de merchandising supplémentaires. L’homme est pensé individuellement comme consommateur d’un spectacle sportif et de ses produits dérivés. On veille à son confort (assise, vision, sécurité) afin de le mettre dans les meilleures dispositions pour passer à l’achat. C’est la sainte trinité des aménités : « buvettes, toilettes, emplettes ».

Victimes symboliques de ce changement de paradigme, les « places debout » sont combattues avec énergie… alors même que des clubs nord-américains les réintroduisent, justement afin de recréer une atmosphère propice à la commercialisation de l’événement11.

Prendre en compte l’homme et sa douleur
Une fois ce paradoxe levé, peut-être conviendrait-il de remettre l’homme au coeur du projet. Accepter qu’il puisse éprouver ses propres émotions. Prenons le cas de la douleur, comme nous le suggère Pierre Sansot dès 198612. La douleur d’être au stade est une réalité que presque aucun projeteur ou gestionnaire ne souhaite prendre en considération. Elle est pourtant intrinsèque au spectacle sportif, comme le montrent nombre de récits de vie de supporters13.

Comparaison est parfois faite des stades et des églises. Sauf que dans l’ambiance d’une église, le construit, les usages, le sensible convergent pour signifier que nous sommes dans un lieu où joie, douleur et espoir sont indissociables. Les scènes de nativité, d’entrée glorieuse dans Jérusalem, de procès, de torture, d’abandon, de supplice, de mort et de résurrection se succèdent ou coexistent. Rien de tout cela dans un stade neuf. Nulle ambiance manufacturée des stades modernes ne prend en compte la douleur du supporter. Il arrive même souvent qu’on souhaite effacer une mémoire douloureuse, comme en rebaptisant un stade théâtre d’un drame14.

Il est certes difficilement concevable de gérer la douleur, mais nous pouvons prendre en considération dans un projet les lieux et les hommes qui les habitent. Il y a ainsi différentes façons, plus ou moins symboliques, d’avancer sur ce point :

• offrir des bouts de pelouse ou de béton du stade à démolir… mais pas les vendre comme ce fut le cas pour le Maracanã de Rio lors de sa récente rénovation ;
• garder la mémoire. Le stade de l’Olympiakos Le Pirée, qui accueille les fans de la Gate 7 dont plusieurs membres ont péri lors d’un accident, conserve une trace de leur présence par des sièges de couleurs différentes correspondant aux absents ;
• permettre la dispersion des cendres d’un fan sur le – ou à côté du – stade, comme le demande ce supporter de Boca Junior : « S’il vous plaît, faites votre possible pour que mes cendres puissent être introduites dans la Bombonera et dispersées sur le terrain »15 ;
• permettre le travail de deuil. Nombre de supporters et de fans s’imposent d’assister au « dernier match », afin de faire le deuil du haut niveau, du trop vieux stade ou du club quand il est mis en liquidation… Les clubs éteignent parfois les lumières en vitesse et poussent dehors les supporters qui restent là, silencieux, hagards ou furieux. Poussons-nous les membres d’une famille hors d’un cimetière une fois la tombe refermée ?

Comment faire alors pour prendre en compte la dimension sensible dans le projet et la gestion des stades ? Peut-être une solution serait-elle de repenser les stades à travers le triple prisme de l’espace public, du temps public et du corps public. Le stade, même privé, est un lieu recevant du public, socialisant, même imparfaitement, et générant des enjeux urbanistiques et sociaux qui méritent de le considérer comme tel.

 

ROUX Jean-Michel, « L’ambiances des stades », Urbanisme, n°393, dossier « Grands stades en quête d’urbanité », 2014, pp. 60-62, ill. Article reproduit avec l’aimable autorisation de la revue.

  1. Stade de Guingamp. []
  2. La Ligue nationale de football en a pris la mesure, qui a mis en place un « championnat de France des tribunes ». www.lfp.fr []
  3. Le Cresson est un laboratoire de l’École nationale supérieure d’architecture de Grenoble et du CNRS, UMR 1563 « Ambiances architecturales & urbaines ». Cf. sur ce thème : Jean-François Augoyard, « L’environnement sensible et les ambiances architecturales », in L’espace géographique, 1995, n° 4, pp. 302-318, ou Pascal Amphoux, Jean-Paul Thibaud et Grégoire Chelkoff (dir.), Ambiance en débats, Bernin, Éditions À la Croisée, 2004. []
  4. Nicolas Tixier, dossier « Ambiance(s). Ville, architecture, paysages », Culture et Recherche, n° 113, Paris, ministère de la Culture et de la Communication, 2007. []
  5. L’ambiance d’un stade dépend de sa dimension construite, i.e. de son insertion dans une ville ou un quartier, et de son architecture mais aussi de la sociologie des publics, de la qualité du spectacle et du type d’événement qui s’y déroule. []
  6. Cf. par exemple Jean-Louis Valentin (rapporteur) et Philippe Seguin (président), « Grands Stades Euro 2016 », Rapport de la commission Grands Stades Euro 2016 présenté au ministre des Sports, Paris, 2008. []
  7. Jean-Michel Roux (dir.), Un stade dans la ville. L’analyse des ambiances et publics d’un stade de football. Le cas de Geoffroy-Guichard à Saint-Étienne, Ville de Saint-Étienne, Archives municipales et Unité Ville d’Art et d’Histoire, 2005-2006 ; ou Grégory Charbonnier, Jean-Michel Roux et Cendrine Sanquer, Le Stade Geoffroy-Guichard. Un club, un public, Ville de Saint-Étienne, collection Trames urbaines, n° 5, 2006. []
  8. Peter Taylor, The Hillsborough Stadium Disaster, 15 April 1989. Inquiry by the RT Hon. Lord Justice Taylor, Final Report, Presented to Parliament by the Secretary of State for the Home Department by Command of Her Majesty, Londres, HMSO, 1990. []
  9. Christopher Gaffney, Temples of the Earthbound Gods. Stadiums in the Cultural Landscapes of Rio de Janeiro and Buenos Aires, Austin (États-Unis), University of Texas Press, 2008. []
  10. Néologisme de John Bale dans Sport, Space, and the City en 2001 de la contraction de trade (commerce) et stadium. []
  11. Tom Dunmore, « Denver Does Terraces: Standing in Major League Soccer », http://pitchinvasion.net. []
  12. Pierre Sansot, « Vers une sociologie des émotions sportives », in Les Formes sensibles de la vie sociale, PUF, 1986, p. 92. []
  13. Par exemple, Tim Parks dans Une saison de Vérone (2002). []
  14. Á Bruxelles, l’appellation « Stade du Roi Baudouin » essaie péniblement d’effacer les stigmates du drame du Heysel, en 1985. []
  15. So Foot. Football total et contre-culture, Solar Éditions, 2010, p. 52. []

Les éléphants blancs de Rio

Comme l’évoquait le géographe Christopher Gaffney dans l’entretien qu’il nous donnait pour la revue Urbanisme, les équipements sportifs construits au Brésil pour la Coupe du Monde de Football (2014) et les Jeux olympiques de Rio (2016) risquent bel et bien d’être des éléphants blancs pour le peuple brésilien. La preuve en images.

France Info a mené l’enquête: « Des pelouses de stade rongées par les vers, un bassin olympique à l’abandon ou encore des zones entières fermées au public : six mois après la fin des Jeux olympiques de Rio, au Brésil, certaines infrastructures sont laissées à l’abandon. Après le faste de la compétition (qui s’est déroulée en août dernier), la décomposition. Ces décors, dignes d’une ville fantôme, cristallisent la colère des habitants de la capitale qui se demandent quand ils pourront y accéder et s’indignent du gaspillage.

Vue aérienne du stade Maracanã, qui a accueilli les cérémonies d’ouverture et de fermeture des Jeux olympiques, photographié le 12 janvier 2017. (NACHO DOCE / REUTERS), source: France Info

Les portes de l’édifice mythique, dont la rénovation pour la Coupe du monde de foot, en 2014, avait coûté 350 millions d’euros, resteront closes jusqu’à ce qu’un compromis soit trouvé entre le comité Rio 2016 et les concessionnaires du stade, le groupe de divertissements américain AEG et l’entreprise brésilienne de BTP Odebrecht. Ces derniers ont donné au premier la gestion du stade entre le 30 mars et le 30 octobre à condition de le rendre dans l’état dans lequel il avait été livré, une clause non respectée selon les plaignants, explique Le Monde. »

Une vue aérienne des tribunes du stade Maracanã, où des sièges se sont décrochés, le 12 janvier 2017. (NACHO DOCE / REUTERS), source: France Info

Toujours selon la journaliste du Monde, Claire Gatinois, dans son article du 31 janvier 2017, « à écouter un proche d’Odebrecht, cette partie du contrat n’a pas été remplie. Et de lister « une innombrable série de non-conformités ». L’ardoise s’élèverait à quelque 2 millions de reais (594 000 euros). « Mensonges », répond le porte-parole de Rio 2016, Mario Andrada, qui évoque des réparations mineures de l’ordre de 420 000 reais. A écouter M. Andrada, Odebrecht userait du stratagème pour ne plus s’occuper d’un stade synonyme de gouffre financier qu’il compte vendre. Le groupe Lagardère fait partie des acheteurs potentiels.

Depuis l’obtention de la gestion de l’arène, en 2013, les concessionnaires ont enregistré, jusqu’à 2015, une perte de quelque 172 millions de reais. La faute, disent-ils, à l’interdiction d’exploiter les abords du stade pour construire un parking et des boutiques. Le stade Maracana ressemble ainsi à une patate chaude que ni l’Etat de Rio, en quasi-faillite, ni les concessionnaires ne veulent assumer. Quitte à être les protagonistes d’un énorme gâchis. »

Les stades du Mondial seront des éléphants blancs

Christopher Gaffney, géographe américain, auteur d’un ouvrage de référence sur les stades sud-américains1 , répond aux questions de Jean-Michel Roux pour le numéro 393 de la revue Urbanisme.

Quel a été le processus d’introduction des stades et des sports modernes en Amérique du Sud ?
L’introduction du football est un bon exemple du mercantilisme britannique de la fin du XIXe siècle. Ce sport a été importé par les communautés d’expatriés britanniques (marins, dockers, entrepreneurs). Sa paternité est disputée entre São Paulo et Rio de Janeiro. Les Paulistes mettent en avant l’Anglais Charles Miller qui aurait créé la première équipe avec des employés de la compagnie de chemin de fer. Les Cariocas avancent le nom d’un Écossais qui aurait introduit le football dans une usine anglaise à Bangu. Il est associé au process de développement des infrastructures du pays sous le contrôle de capitaux étrangers. Ces étrangers ont introduit le jeu et ses équipements, même si les Brésiliens l’ont ensuite considérablement développé.

Les étrangers ont aussi importé l’architecture des premiers stades. Le premier fut construit à Rio en 1910, dans le quartier de Fluminense, au voisinage immédiat du Palais du Gouverneur. Il était typiquement anglais, avec des tribunes rectangulaires bordant le terrain. Le stade faisait partie d’un ensemble social plus large. C’était un outil parmi d’autres de reproduction des élites. Le Fluminense Football Club n’était pas qu’une simple association sportive mais un lieu de socialisation et d’affaires où les jeunes élites locales se mêlaient aux élites européennes.

D’autres clubs rivaux vont se créer par la suite, comme Botafogo, America ou Flamengo – par scission d’avec Fluminense – et s’implanter dans des espaces urbains plus informels mais toujours sur le même mode élitiste, avec des pratiques sociales « exclusives » et des stades « à l’anglaise ». Le premier stade « brésilien » est celui de São Januário (ou Estádio Vasco da Gama) inauguré en 1927. Construit dans un faubourg de Rio par des ingénieurs brésiliens pour une bourgeoisie locale qui met en avant son héritage portugais, ce stade propose un nouveau langage architectural. Sa façade principale néobaroque est particulièrement élaborée. Elle rappelle les expéditions de Vasco de Gama par l’emploi de tuiles blanches et bleues, la croix de Malte et le drapeau portugais. À bien des égards, c’est encore un bâtiment colonial.

Dans les années 1930, d’autres influences vont se faire sentir, dont le stade Pacaembu de São Paulo est le prototype. De style moderniste, il présente une architecture presque fasciste dans la mesure où, à cette époque, l’innovation architecturale en matière de stade est portée par l’Italie, l’Allemagne ou les USA. Les Brésiliens importent donc ces modèles. Avec ses colonnes gigantesques, son nom en caractères Art déco, son implantation au sommet d’une colline, sa mise en scène par une immense esplanade, tout concourt à faire du Pacaembu un lieu de représentation politique, un geste politique plus qu’un lieu de reproduction d’une élite étroite.

Torcida des Corinthians, extrait de Thomaz Farkas, Pacaembu, Saõ Paulo

L’expression la plus aboutie du modernisme dans les stades brésiliens est le Maracanã de Rio. Tous les architectes qui participent au concours sortent de l’École des beaux-arts de Rio où ils ont subi l’influence très traditionnelle de Le Corbusier – qui se rendait souvent dans cette ville –, d’Oscar Niemeyer, ainsi que des influences diverses et variées venant des écoles d’architecture européennes. Le Maracanã s’inscrit ainsi dans la lignée des stades modernistes de Berlin, Rome ou Los Angeles. Ces stades sont financés par la collectivité publique et porteurs d’une idéologie politique.

Le Maracanã s’implante au coeur d’un Rio qui est encore la capitale et véhicule un message disciplinaire. Il peut rassembler jusqu’à 170 000 personnes dans un espace ouvert de co-visibilité totale qui oblige à discipliner son corps et à accepter les normes sociétales. Il n’offre que quatre niveaux de places : les gerals, tout en bas, pour les plus pauvres, deux hauteurs de tribunes pour les classes moyennes et supérieures – les arquibancadas – et un espace pour les médias et les VIP. Ce dernier ne compte guère que 150 places ! Le Maracanã est vraiment l’expression du bien public par opposition à la reproduction des élites.

Tous ces marqueurs idéologiques d’une insertion sociale par le stade ont été détruits par la suite. Bien entendu, les stades sont toujours ouverts à tous, ou plutôt à tous ceux qui peuvent se permettre la dépense car les prix sont fous. À présent, seuls les plus riches peuvent y accéder. Le stade est devenu un lieu de consommation plus que de socialisation.

Match du Flamengo au Maracanã (2008). Photo N. Tixier

Tout est territorialisé dans le stade brésilien, chaque centimètre carré doit générer du cash. Son extérieur ressemble d’ailleurs à un supermarché, un shopping mall. Tout est propre et dégagé alentour : plus d’arbres, quand bien même il fait chaud, nulle part où s’asseoir, boire, manger ou aller aux toilettes. On aseptise l’environnement urbain pour inciter les gens à entrer et consommer ce qui est vendu à l’intérieur.

Boutique officielle du FC Sao Paulo, Stade Morumbi, 2009.

Dans le vieux Maracanã, les frontières étaient poreuses. Aujourd’hui, le spectateur doit franchir toute une série de barrières qui n’autorisent au final l’accès qu’à un segment très limité de la population. Par rapport au coût de la vie, les billets d’entrée des stades brésiliens sont probablement les plus chers du monde. J’étais récemment à la demi-finale du tournoi de l’État entre deux rivaux historiques, Vasco et Fluminense, et il n’y avait que 12 000 spectateurs. Un peu embarrassant, non ?

Dans votre blog, vous qualifiez certains grands stades d’« éléphants blancs »2. Y a-t-il un risque à les introduire dans les jungles urbaines du Brésil ?
Je pense que tous les stades seront des éléphants blancs, un de ces cadeaux que l’on nous fait parfois et pour lesquels on se retrouve à payer ad vitam æternam. L’expression renvoie à ce mythe indien dans lequel un prince accueilli dans une ville laisse en présent un éléphant blanc. Le cadeau devient alors un fardeau pour la population qui se ruine à l’entretenir. Il va en être de même pour les stades… sauf qu’il faudra aussi payer pour les construire ! Les stades seront privatisés après la Coupe du Monde, s’ils ne le sont déjà. Les citoyens de ces villes vont payer pour les construire, comme ils payeront pour les démolir quand ils seront obsolètes. Et, entre-temps, ils payeront pour assister à des matchs et feront des stades des sources de profit.

Construit sur des terrains publics et avec de l’argent public, le stade aura servi aux bénéfices du secteur privé. Et certaines villes comme Cuiabá, Manaus, Brasilía, Natal et peut-être Recife ne seront même pas en mesure d’organiser des matchs après la Coupe du Monde. Si les entreprises privées qui géreront ces stades ne parviennent pas à l’équilibre grâce aux revenus des centres commerciaux et des parkings situés à l’intérieur ou grâce aux spectacles qui y seront donnés, le fardeau du stade redeviendra public par contrat. Cela s’appelle socialiser les risques et privatiser les profits.

Les stades sont construits par de grandes entreprises brésiliennes du BTP en partenariat avec des multinationales, américaines pour partie comme AEG, qui sont spécialisées dans la gestion de clubs professionnels – football, basket-ball, etc. –, d’arenas ou de stades. Leur gestion sera opérée par concessions d’exploitation de trente-cinq ans, ce qui correspond à la durée de vie d’un éléphant blanc, à travers une combinaison de hautes technologies et de matériaux bon marché. Le stade redeviendra public quand il sera dépassé techniquement et qu’il faudra lourdement investir pour le réhabiliter ou le détruire.

Propos recueillis et traduits par Jean-Michel Roux. Interview reproduit avec l’aimable autorisation de la revue.

  1. C. Gaffney, Temples of the Earthbound Gods. Stadiums in the cultural landscapes of Rio de Janeiro and Buenos Aires, Austin, University of Texas Press, 2009 []
  2. C. Gaffney a une définition plus large de l’éléphant blanc que celle communément admise []