Archives par mot-clé : Marseille

La sélection des stades pour la Coupe du monde de rugby 2023

Le 9 février 2017, la Fédération Française de Rugby (FFR) s’est déclarée candidate pour accueillir la Coupe du Monde de rugby en 2023. Dix-neuf  villes étaient mentionnées lors de la présentation du dossier à la presse. Le Comité Directeur de la FFR vient de dévoiler les douze villes hôtes finalement retenues pour la candidature.

Douze villes mais onze stades ont été retenues (du plus grand au plus petit stade) :
Saint-Denis –Stade de France (80 000 places)
Marseille – Orange Vélodrome (67 000 places)
Lyon – Parc OL (59 000 places)
Lille Métropole – Stade Pierre-Mauroy (50 000 places)
Bordeaux – Matmut Atlantique (42 000 places)
Saint-Etienne – Stade Geoffroy-Guichard (42 000 places)
Lens – Stade Bollaert-Delelis (38 000 places)
Nantes – Stade de la Beaujoire (37 500 places)
Nice – Allianz Riviera (35 000 places)
Montpellier – Stade de la Mosson (32 000 places)
Toulouse – Stadium de Toulouse (33 000 places)

Paris est la douzième ville. Son stade – en plus de Saint-Denis qui accueillera la finale – n’est pas encore connu: Jean-Bouin et le Parc-des-Princes sont les deux options possibles. L’U arena de Nanterre, future stade du Racing 92 a été écartée.

Sept villes se sont désistées entretemps ou n’ont pas été sélectionnées: Valenciennes (Stade du Hainaut), Le Havre (Stade Océane), Rennes (Roazhon Park), Le Mans (MMARENA), Sochaux (Stade Auguste-Bonal), Grenoble (Stade des Alpes) et donc Nanterre.

La FFR a expliqué vouloir déposer le meilleur dossier pour la Coupe du Monde 2023 et  justifie la sélection sur les critères suivants :

  • « La plus grande capacité de spectateurs potentiels (grand public et hospitalités)
  • La plus grande capacité hôtelière
  • Des stades de très haut niveau répondant aux standards des plus grands événements internationaux
  • Des villes hôtes mobilisées et expertes dans l’accueil des événements internationaux »

Notons simplement, qu’en l’état, la sélection fait la part belle aux stades de football. En-dehors du Stade de France, antre des équipes de France de football et de rugby et du Matmut Atlantique de Bordeaux qui accueille quelques affiches de l’UBB (Union Bègles-Bordeaux), les autres stades sont le domicile de clubs de football de Ligue 1 et Ligue 2 (Lens). Quand un club professionnel de rugby jouent dans ces villes, c’est alors dans un autre stade, plus petit: le Stade Ernest-Wallon à Toulouse, le Matmut Stadium de Lyon ou l’Altrad Stadium de  Montpellier.

Les chants de Geoffroy

Les chants qui résonnent dans le stade sont le plus souvent courts et répétitifs. Leur durée ne dépasse guère une ou deux minutes. Ce sont parfois de simples slogans chantés ou des chansonnettes de quelques couplets avec refrain. Le vaste répertoire puise dans les grands airs connus qui appartiennent à un patrimoine musical commun au plus grand nombre : hymnes nationaux, standards de la chanson française, anglaise ou italienne (variété, rock, pop, country, etc.), musiques de dessins animés, bandes originales de films voire chants folkloriques ou grands airs de la musique classique. Retour sur un texte publié en 2006 à propos du Stade Geoffroy-Guichard.

 

Depuis l’introduction du mouvement ultra dans les tribunes au milieu des années 80, l’animation sonore de celles-ci est parfaitement organisée voire encadrée… Avant, les chants partaient ici ou là, de manière spontanée, un peu comme en Angleterre ou pour les matchs de l’équipe de France. Aujourd’hui, chaque groupe ultra possède un capo1, à la fois “chauffeur de salle” et chef d’orchestre, qui est chargé de lancer les chants à l’aide d’un mégaphone et d’une sono plus ou moins performante. Debout sur le haut du grillage et face à la tribune, il ne regarde pas le match pour se consacrer à mettre l’ambiance.

Debout sur les grilles de Geoffroy, mégaphone en main pour lancer les chants

La préférence va à des airs simples et entraînants, pour qu’un maximum de personnes puisse reprendre les paroles, donner de la voix, encourager les Verts et impressionner joueurs et supporters adverses. Dans les chants, plusieurs thèmes se dégagent qui façonnent l’identité sonore des tribunes stéphanoises. L’identité s’exprime d’abord par l’attachement à la ville, à sa région et au passé ouvrier. Sélective, la mémoire se concentre sur la mine avec le “on est amoureux de Sainté, de toutes ses mines, de ses crassiers” (sur l’air de “Amoureux de Paname” de Renaud) ou le :
“Ce soir il va falloir chanter,
Encourager les Verts, allez, allez,
Pour que la lampe de mineur,
Retrouve sa lueur”.

Tifo rappelant le passier minier de la ville, Kop sud.

Le passé glorieux du club n’apparaît lui qu’en filigrane dans les chants. Il ne s’agit pas pour les supporters d’une nostalgie mais plutôt d’un héritage dont les joueurs doivent être dignes :
“Alors honorez ce maillot vert et blanc,
Et soyez dignes de cette équipe d’antan”.

Conséquence de 25 ans de disette, les chants qui “pérorent” se font rares en dehors du vieux tube commercial de Monty :
« Qui c’est les plus forts ?
Évidemment c’est les Verts !
On a un bon public et les meilleurs supporters,
On va gagner, ça c’est juré,
Allez, allez les Verts ! »

Tambour des ultras, Kop Nord

La fierté du fan s’exprime véritablement par sa fidélité à l’équipe qui est saluée partout en France : être toujours présent, dans les moments de victoire comme de défaite, à domicile comme à l’extérieur.
“Et s’il ne reste plus que toi,
Et que tu aies encore la foi,
N’oublie jamais de chanter,
Pour tes couleurs, pour ta fierté,
Saint-Étienne allez (ter),
Saint-Étienne allez (ter).”
sur l’air du “Yellow submarine” des Beatles

Enfin, l’identité se constitue par opposition au voisin lyonnais et à Marseille, le grand rival sportif. L’animosité s’exprime la plupart du temps sous forme d’insultes, parfois un peu plus finement à travers quelques refrains. Renversement saisissant des identités, Lyon devient alors sujet de raillerie pour son activité industrielle avec le “Lyon, c’est con, ça pue et ça pollue !”, allusion au couloir de la chimie de Feyzin par lequel les Stéphanois arrivent au stade de Gerland.

Le patrimoine marseillais, fierté locale, est lui raillé. Notre Dame de la Garde, “protectrice” des supporters de l’OM ou l’artère principale de la cité phocéenne sont ainsi menacées : “La Bonne mère, la Canebière, Marseille en flamme, Marseille en flamme !”

Enceinte, Kop Nord, 2009.

Chaque kop développe son propre répertoire et veille à son autonomie dans le lancement des chants ce qui provoque une certaine polyphonie… Elle n’est interrompue que lorsque un des kops apostrophe l’autre au cri de “Nous, nous sommes les Stéphanois !” L’autre répond alors en reprenant la phrase puis les deux tribunes chantent alors l’une après l’autre : “pour voir notre équipe gagner, tous ensemble on va chanter”.

« Dans toutes les villes
Et les petits villages
Devant nous défilent
Différents virages
Des tribunes en bois
Jusqu’au mythique Geoffroy
Pour le maillot vert
On sera toujours là!
la la la la la la la la… »
sur l’air du dessin animé “Remi sans famille”

Extrait de CHARBONNIER Grégory, ROUX Jean-Michel et SANQUER Cendrine, Le stade Geoffroy-Guichard. Un club, un public, Saint-Étienne : Ville de Saint-Étienne, collection Trames urbaines n°5, 2006, 67 p.

  1. De l’italien “chef”. []