Archives par mot-clé : Monument aux morts

Monument aux morts

Depuis la Première Guerre Mondiale, les villes françaises ont presque toutes un monument aux morts sur la place centrale, rappelant le sacrifice des enfants du village.

Monument aux morts du FCG. Stade Lesdiguières, Grenoble

Les stades ont parfois aussi un tel affichage des héros du club ou des groupes de supporteurs, tombés au champ d’honneur, lors des guerres… ou lors d’affrontements avec d’autres fans et qui, depuis le ciel, nous regardent encore.

Monument aux morts des barra bravas d’un club argentin. C. Gaffney, Temples of the Earthbound Gods.

Le souvenir des morts prend la forme d’un véritable monument, copie conforme de celui de la place du village, comme à Grenoble ci-dessus, d’une liste de noms de barra brava sur un mur d’Argentine; parfois de façon plus indirecte par le rappel des disparus au travers sièges de couleurs différente dans une tribune (Gate 7 de l’Olympiakos Le Pirée), par un nom donné à une tribune comme le Kop d’Anfield (Liverpool), ou par un tifo – un spectacle organisé par les supporteurs – à la mémoire d’un disparu.

Monument dédié aux soldats américains. Soldier Field. Chicago.

Kop

Les parties inférieures des tribunes derrière les buts (plus rarement en latéral) sont constituées de gradins populaires où se rassemblent historiquement les fans. Le terme a son histoire. C’est une référence à une tribune du stade Anfield de Liverpool, Spion Kop ou Kop Stand, dans laquelle s’entassent les supporters acharnés du Liverpool FC. Devenu mythique, le nom de cette tribune a fini par désigner en Europe soit une tribune populaire soit un noyau de supporters radicaux.

Le Spioen Kop, un terme signifiant “la colline de guet” en afrikaans (langue des Sud-Africains d’origine hollandaise) est une montagne de la province du Natal sur laquelle s’étaient retranchés les Boers, ces paysans afrikaners en révolte contre le Royaume-Uni lors de la Seconde Guerre des Boers de 1900.

A Handbook of the Boer War, Gale & Polen Ltd, Londres & Aldershot, 1910.

Les troupes britanniques essuyèrent de lourdes pertes dans les assauts infructueux de la colline. L’émotion suscitée par la mort de nombreux jeunes de Liverpool conduisit  en 1906 Ernest Edwards, du Liverpool Daily Post et du Liverpool Echo à proposer de donner à la nouvelle tribune le nom de la bataille de Spion Kop.

Un siècle plus tard, la petite bataille coloniale est devenue un symbole du militantisme supporteur…

D’après CHARBONNIER Grégory, ROUX Jean-Michel et SANQUER Cendrine, Le stade Geoffroy-Guichard. Un club, un public, Saint-Étienne : Ville de Saint-Étienne, collection Trames urbaines n°5, 2006, 67 p., cartes et ill.

Cite this article as: Jean-Michel ROUX, Kop, in Au stade des villes, 17/02/2017, http://stade.hypotheses.org/165.