Archives par mot-clé : Parc OL

Violence et stade, de Pompéi à Furiani

Sièges brûlés ou arrachés, toilettes vandalisées au Parc OL (Décines) dans un secteur occupé par des supporters parisiens lors de la finale de la Coupe de la Ligue le 1er avril 2017. Violents incidents (douze interpellations et sept blessés) autour et dans le même Parc OL lors de la venue du Besiktas d’Istanbul en quarts de finale de la Ligue Europa le 13 avril 2017. Invasions de terrain par des fans, violences sur des joueurs, jets de projectiles sur un bus lors du match de championnat SC Bastia-O. Lyonnais le 16 avril au stade de Furiani. La violence s’invite à nouveau dans les stades français.

Ces incidents rapprochés mettent en lumière une série de dysfonctionnements en terme d’organisation de la billetterie, des déplacements de fans (officiels et « indépendants »), de la sécurité publique dans et autour des enceintes, de la gestion des flux de personnes dans les stades, de la communication avant les matchs, etc. Le tout dans un contexte géo-politique parfois tendu1. La violence au stade est tout sauf un mal du siècle ou du football. Petite mise en perspective historique avec les Romains et le souvenir d’un affrontement violent à Pompéi.

 

Le massacre de l’amphithéâtre de Pompéi
Les combats de gladiateurs (munera) naissent, comme nous le rappelle Tertullien, dans le cadre de cérémonies d’hommage funéraire. Le sang coule en mémoire d’un cher disparu et en sacrifice pour honorer les dieux. La violence est alors restreinte à l’arène. Rapidement le combat devient spectacle chez les Romains, offert par un mécène – un évergète – à son peuple. La place publique ne suffit plus à accueillir les spectateurs et des équipements dédiés apparaissent: les amphithéâtres. Le supportérisme se développe, parfois encouragé avec des arrières pensées politiciennes par les notables eux-mêmes… conduisant à des excès dont Pompéi nous a transmis des traces.

En 59 après J.C., un combat de gladiateurs donné à Pompéi se termine par le massacre des habitants d’une colonie de Campanie, Nucérie, venus assister au spectacle. Deux documents nous relatent l’évènement à leur manière: le premier est un texte de Tacite2, le second une fresque provenant d’une maison pompéienne aujourd’hui conservée au Musée archéologique national de Naples. Voici ce que Tacite – qui n’est pas un contemporain  – dit de l’évènement:
« Un incident futile provoqua un affreux massacre entre les colons de Nucérie et ceux de Pompéi, lors d’un spectacle de gladiateurs, donné par Livineius Regulus, dont j’ai rapporté l’exclusion du Sénat. En effet, en échangeant des invectives selon la licence propre aux petites cités, ils se lancèrent des injures, puis des pierres, enfin des armes, et la victoire resta à la plèbe de Pompéi, où se donnait le spectacle. Aussi transporta-t-on dans la Ville beaucoup de Nucériens, le corps mutilé à la suite des coups reçus, et un grand nombre pleuraient la mort d’un fils ou d’un père.
Le jugement de cette affaire fut remis par le prince au Sénat, par le Sénat aux consuls. Puis l’affaire étant revenue devant le Sénat, on interdit pour dix ans à la municipalité de Pompéi ce genre de réunions, et les associations qui s’y étaient fondées au mépris des lois furent dissoutes ; Livineius et les autres auteurs de la sédition furent punis de l’exil. »

Fresque d’une maison de Pompéi représentant l’affrontement entre Pompéiens et Nucériens

La fresque ci-dessus montre combien l’affrontement entre spectateurs déborde de l’arène et ses tribunes pour se poursuivre dans la ville, se transformant en chasse à l’homme. Simple cas de violence de fans d’extraction modeste et issus d’une « petite cité »? L’historienne Valérie Huet nous donne une autre explication dans un article de la revue Histoire urbaine. Il s’agit bien pour elle d’une forme archaïque d’hooliganisme, forme qu’elle relie d’ailleurs à l’organisation sociale des groupes hooligans néerlandais des années 1990. Elle propose même d’attribuer la fresque, non plus à un ancien gladiateur devenu libre, comme c’est généralement le cas, mais à « une sorte de « hooligan », c’est-à-dire un homme appartenant à une catégorie relativement modeste de la population et qui tirerait gloire et fierté de sa participation à une violence dont l’écho était parvenu jusqu’à Rome et avait même déclenché ses foudres ».

La lecture géo-politique des incidents
Pour Valérie Huet, comme pour beaucoup d’autres spécialistes, le massacre ne peut être compris qu’en se limitant aux motivations des seuls hooligans pompéiens. Pompéi et Nucérie sont en fait alors deux colonies romaines, i.e. des établissements créés par l’État romain et destinés au contrôle d’un territoire conquis. Elles sont toutes deux situées dans la même vallée du Sarno et en conflits profonds. Nucérie, moins connue aujourd’hui que Pompéi,  est une ville samnite d’origine, située au centre italique de la Campanie méridionale. Valérie Huet nous rappelle que, bien que samnite3, Nucérie se caractérise par sa loyauté sans faille à l’égard de Rome, contrairement à Pompéi qui, ayant pris parti contre le pouvoir central lors de la guerre sociale, perdit son indépendance en devenant une colonie syllanienne.

Deux ans avant le massacre, Rome autorise d’ailleurs l’augmentation du nombre des colons à Nucérie, ce qui ruina ainsi les espoirs des Pompéiens de contrôler des territoires ayant un temps appartenu à Stabies, une troisième ville portuaire, dont l’arrière-pays était à portée des deux autres villes. Valérie Huet conclut qu’il est « probable qu’eut lieu entre les deux colonies une redélimitation des territoires donnant l’avantage à Nucérie (…) et évident que parmi les spectateurs et les faiseurs de troubles se trouvaient des colons cultivateurs n’ayant pas pu étendre leurs terres ».

Quand la violence au stade ne peut se comprendre qu’avec un peu de géo-politique…

 

Pour en savoir plus
Huet Valérie, « La représentation de la rixe de l’amphithéâtre de Pompéi : une préfiguration de l’ « hooliganisme  » ? », Histoire urbaine, 2/2004 (n° 10), p. 89-112. URL : http://www.cairn.info/revue-histoire-urbaine-2004-2-page-89.htm
Tacite, Annales XIV, 17
Tertullien, Oeuvres complètes, traduites du latin par Antoine-Eugène de Genoude, Les Belles Lettres, « Classiques favoris », 1168 p.

Source de l’image à la une http://ventomeridionale.blogspot.fr/2012/02/amphitheatre-of-pompeii-blood-and-sand.html

  1. Ces matchs se tiennent à quelques jours d’élections nationales en Turquie – référendum sur la constitution turque qui a vu des pays européens interdire des meetings pro-gouvernementaux au motif de troubles potentiels à l’ordre public – et en France avec le premier tour de l’élection présidentielle []
  2. Tacite, Annales XIV, 17 []
  3. Les Samnites sont un groupe de tribus du Sud des Apennins, définitivement soumis par Rome en 290 av. J.C. []

La sélection des stades pour la Coupe du monde de rugby 2023

Le 9 février 2017, la Fédération Française de Rugby (FFR) s’est déclarée candidate pour accueillir la Coupe du Monde de rugby en 2023. Dix-neuf  villes étaient mentionnées lors de la présentation du dossier à la presse. Le Comité Directeur de la FFR vient de dévoiler les douze villes hôtes finalement retenues pour la candidature.

Douze villes mais onze stades ont été retenues (du plus grand au plus petit stade) :
Saint-Denis –Stade de France (80 000 places)
Marseille – Orange Vélodrome (67 000 places)
Lyon – Parc OL (59 000 places)
Lille Métropole – Stade Pierre-Mauroy (50 000 places)
Bordeaux – Matmut Atlantique (42 000 places)
Saint-Etienne – Stade Geoffroy-Guichard (42 000 places)
Lens – Stade Bollaert-Delelis (38 000 places)
Nantes – Stade de la Beaujoire (37 500 places)
Nice – Allianz Riviera (35 000 places)
Montpellier – Stade de la Mosson (32 000 places)
Toulouse – Stadium de Toulouse (33 000 places)

Paris est la douzième ville. Son stade – en plus de Saint-Denis qui accueillera la finale – n’est pas encore connu: Jean-Bouin et le Parc-des-Princes sont les deux options possibles. L’U arena de Nanterre, future stade du Racing 92 a été écartée.

Sept villes se sont désistées entretemps ou n’ont pas été sélectionnées: Valenciennes (Stade du Hainaut), Le Havre (Stade Océane), Rennes (Roazhon Park), Le Mans (MMARENA), Sochaux (Stade Auguste-Bonal), Grenoble (Stade des Alpes) et donc Nanterre.

La FFR a expliqué vouloir déposer le meilleur dossier pour la Coupe du Monde 2023 et  justifie la sélection sur les critères suivants :

  • « La plus grande capacité de spectateurs potentiels (grand public et hospitalités)
  • La plus grande capacité hôtelière
  • Des stades de très haut niveau répondant aux standards des plus grands événements internationaux
  • Des villes hôtes mobilisées et expertes dans l’accueil des événements internationaux »

Notons simplement, qu’en l’état, la sélection fait la part belle aux stades de football. En-dehors du Stade de France, antre des équipes de France de football et de rugby et du Matmut Atlantique de Bordeaux qui accueille quelques affiches de l’UBB (Union Bègles-Bordeaux), les autres stades sont le domicile de clubs de football de Ligue 1 et Ligue 2 (Lens). Quand un club professionnel de rugby jouent dans ces villes, c’est alors dans un autre stade, plus petit: le Stade Ernest-Wallon à Toulouse, le Matmut Stadium de Lyon ou l’Altrad Stadium de  Montpellier.