Archives par mot-clé : Pop corn

De la 2D ennuyeuse à la 3D captivante. Paroles d’une profane

Cinquième volet polyglotte d’un match au Taieb M’hiri avec le récit d’une étudiante française de master, Florence.

 

J’adore le hockey. C’est le seul sport qui m’intéresse au niveau professionnel. Mes seules expériences du sport en tant que spectacle n’avaient jusqu’alors pris place que dans des patinoires. J’étais totalement profane des matchs de football et ne m’était jamais rendu dans un stade d’une telle ampleur. Voici donc le récit de mon premier match de foot au Stade Taieb Mhiri, à Sfax (Tunisie) et, simultanément, le récit de mon premier match de foot… tout court.

Lorsque les thématiques sur lesquels nous, étudiants en Master 2 Urbanisme et Coopération Internationale à l’Institut d’Urbanisme de Grenoble, allions travailler durant l’atelier 2017 à Sfax furent annoncées, j’étais assez enthousiaste. Parmi les thématiques proposées, je me suis orientée vers la géographie du sport. Ce n’était pas tant par goût prononcé pour la pratique sportive. Le pourquoi de ce choix réside plutôt dans ce que recouvrait le sujet, au sens élargi. Il s’agissait de faire l’état des pratiques sportives, du sentiment sportif à Sfax et d’étudier l’accessibilité des équipements sportifs sfaxiens.

Je n’aime pas le sport en tant que tel, en revanche j’aime ce qu’il est capable de susciter chez les gens. L’étude des logiques qui se cachent derrière son organisation et sa promotion me semble passionnante. Il y a mille et une révélations sur la société étudiée qui peuvent se laisser découvrir par l’étude du sport. Je ne saurais pas être assidue sur la référence que je vais tenter de citer mais, je me souviens d’un cours de sociologie des religions dispensé pendant mes études en sociologie. Notre enseignant – probablement citait-il un auteur célèbre dont j’ai tout oublié – avait fait une analogie entre le sport et la religion très intéressante. Au détour de son propos, Il expliqua que ce qui se passait dans un stade pouvait être comparable à une grande messe. Ça parait peut-être ambitieux comme çà, hasardement mystique, mais j’y ai cru et, je continue de croire que la communion des supporteurs et l’engouement d’un groupe pour un sport créer quelque chose de l’ordre religieux.

Aussi, spontanément, l’idée d’étudier le sport en tant que spectacle (à distinguer de l’étude du sport en tant que pratique) m’a très fortement attiré. Il fallait donc aller voir un match. Voir un match pour étoffer nos propos sur le sentiment sportif sfaxien. Durant notre travail de terrain et nos dix jours de présence à Sfax, la problématique de notre recherche varia de nombreuses fois. Au fur et à mesure de nos rencontres et des informations recueillies il fut plusieurs fois question de remanier/repréciser ce sur quoi porterait notre étude.

A une problématique correspond une méthodologie. Une méthodologie est une méthode par laquelle les informations sont récoltées et viennent répondre à la problématique. Dans le cas présent, il semble impératif que la problématique fixée vienne justifier une participation à un match de football au stade Taieb Mhiri. C’est incontournable. En effet, nous étions tous tellement enthousiaste à l’idée de voir un match qu’il n’était pas envisageable de renier le match au profit de quelques pérégrinations méthodologiques. Le 16 novembre 2018, nous nous sommes rendus au match qui opposait le Club Sportif Sfaxien (CSS) au CO Medenine.

Il avait été convenu qu’Alicia, ma camarade, et moi passerions récupérer Sami à son domicile avant de retrouver le reste du groupe devant le stade. Sami est un Sfaxien malvoyant, président de l’association des malvoyants de Sfax, que nous avions rencontré quelques jours plus tôt. Nous l’avions invité à se joindre à nous ; ce qui était une première pour lui également. Il habite la médina. Pas de problème, nous nous rendons jusqu’à chez lui à pied près de 2h30 avant le début du match. Histoire de prendre large. Sami nous accueille très gentiment chez lui. Nous prenons le temps de la discussion (une petite demi-heure, rien d’inquiétant) puis nous décampons.

Sortis de la médina nous nous dirigeons tous les trois vers une voie principale, avec l’espoir d’alpager un taxi. Nous avons vite compris que la tâche allait s’annoncer beaucoup plus ardue que prévu. En effet, nous sommes en pleine heure de pointe, les taxis sont tous pris d’assaut. Il va falloir être patient. Nous changeons de rue, une fois, deux fois. Nous développons des stratégies. On se met aux angles, aux feux, devant une station-service… mais toutes nos tentatives se soldent par de cuisants échecs. Le stress commence à monter : et si on n’y arrivait pas ?

Lorsque par miracle on arrive à arrêter un taxi vide on lui explique que c’est au stade que nous souhaitons nous rendre. Mauvaise destination : aucun taxi n’a envie de s’engager dans un si long trajet et de s’empêtrer dans le trafic. On regrette de n’avoir su anticiper cette situation. On est mal à l’aise de mettre Sami dans une situation aussi inconfortable. Lui aussi commence à s’impatienter. Le stress s’intensifie.

A la recherche d’un taxi

C’est à ce moment que, nous retrouvons, par hasard, Tahar, un camarade que nous devions retrouver au stade. Le moment est aussi rassurant (nous ne sommes pas les seuls à galérer) qu’inquiétant (quelqu’un a-t-il donc réussi à atteindre le stade ?).

Nous sommes désormais quatre à, désespérément, tenter d’attraper un taxi. Et c’est une lutte de tous les instants. On s’agite, on s’affole, on croit y arriver… et puis non. Après près d’1h30 de combat on parvient ENFIN à tous monter dans un taxi. Il accepte notre destination sous la contrainte. On s’est jeté dans le véhicule sans laisser le choix au chauffeur. A situation urgente, méthode d’urgence. Désolée. Le trajet jusqu’au stade est sympathique. On explique au chauffeur qu’on supporte le CSS. Il est de tout cœur avec nous.

Nous arrivons au stade avec un peu de retard par rapport à l’heure convenue avec nos collègues. Soulagée d’avoir pu atteindre le lieu mais inconscients du parcours qui nous attends encore. En effet, notre chauffeur ne nous a pas déposé à la bonne entrée, il va falloir faire le tour du stade pour rejoindre nos collègues. Et ce n’est pas une tâche simple au regard de tous les barrages de police qui encerclent le stade. Le site est sur-sécurisé. Comme un soir de nouvel an sous Vigipirate. Il nous faut passer deux ou trois barrages policiers où à chaque fois les policiers, armés, nous moralisent parce, qu’en effet, nous ne sommes pas passés par le chemin qu’il fallait pour rejoindre notre entrée.

Arrivés les derniers, nous venons enfin compléter le groupe. Parce que nos prénoms sont sur une liste d’invitation dont un policier se saisit, nous entrons dans l’enceinte du stade au compte-goutte à l’appel de notre prénom. Nous sommes ensuite escortés jusqu’à notre tribune. Alicia et moi escortons Sami au milieu du reste du groupe.

Il n’est pas nécessaire d’être précis sur les places, nous sommes assez libres de choisir.   Les gradins ne sont pas larges. Je guide Sami de manière assez hésitante. Parce je ne suis pas habilitée à accompagner une personne en situation de handicap j’ai peur de mal faire, d’être trop entreprenante. De l’autre côté, on s’est confronté à mille et un risque depuis qu’on a quitté la médina: la foule, la nuit, la chaussé abimée et maintenant les gradins étroits. On a tous su les affronter.

Nous sommes dans les gradins d’une des tranches « horizontales » du stade. Je suis certaine que l’endroit porte un nom plus technique mais, pour être honnête, je ne saurais pas le nommer autrement. J’imagine que la vision que nous avons du terrain est celle qui est recherchée mais, pour être encore honnête, je la trouve un peu sans saveur.

Le groupe installé dans les gradins

Je m’explique : la vue qu’on a est la même que celle qui est choisie pour les retransmissions télévisées. Les joueurs s’agitent de profil, on voit le ballon naviguer de droite à gauche. J’ai du mal à me défaire de cette image télévisuelle (jusqu’alors la seule que je connais) et je ne peux m’empêcher de la transposer ici. J’ai l’impression de voir en 2d. Seul le son est plus fort mais il apparait aussi comme un fond sonore. En effet, la tribune dans laquelle nous nous trouvons est plutôt calme dans l’ensemble. C’est un peu comme si on était au cinéma : on a une superbe et large vue sur « le spectacle »… et puis il y a les popcorns. Enfin non pas exactement les popcorns… Ce ne sont pas des cornets de maïs sucrés que tiennent les spectateurs mais des cornets de petites graines de tournesols. C’est ce que les gens ont l’habitude de grignoter pendant les matchs.

Qu’à cela ne tienne, on veut faire à Rome comme les Romains alors on en achète aussi un au vendeur qui sillonne les gradins. Faute d’avoir pu s’accoutrer au couleur du CSS, le cornet à la main, on est un peu plus accessoirisé pour le match. D’ailleurs, je suis un peu étonnée de ne pas voir énormément de personnes vêtues aux couleurs de l’équipe. Quelques rares (très rares !) personnes ont des sweats CSS, mais çà s’arrête là. Pas de vague blanche et noir, les gens sont venus comme ils sont.

Le match a commencé. Je ne m’en suis pas rendu compte. Soit le coup d’envoi s’est fait discret, soit je ne suis pas assez attentive… Les deux hypothèses se tiennent. Elles explicitent chacune à leur manière mon sentiment.

Au fait, je n’ai réussi à vivre le match en 3d qu’à partir du moment où j’ai élargi la focale. C’est-à-dire en regardant les gradins et le public qui font l’ambiance du stade. Alors certes, dévisager les tribunes c’est perdre du regard ce qui se passe sur le terrain, ça entraine une perte d’attention sur le jeu (au sens technique) mais ça permet de prendre la dimension du spectacle. Parce que, pour dire vrai, lorsqu’on n’y connait pas grand-chose au football le cœur du spectacle ce n’est pas le jeu mais l’environnement dans lequel on est. Il faut englober le stade du regard pour apprécier et vivre l’événement. Et je pense que c’est ce que mes camarades novices et moi avons le plus fait durant l’intégralité du match : on a scruté les gradins, très peu le terrain.

Dans le virage gauche, se trouvaient les supporters « Ultras » ; ceux qui, avec leurs chants scandés haut et fort, faisaient vibrer le stade. Ils donnaient au match toute sa substance d’événement populaire. A droite, les courageux supporteurs de l’équipe adverse. Ils n’étaient pas nombreux – une petite trentaine – mais ils avaient aussi l’air de supporter vivement leur équipe. Evidement leurs voix étaient laaaargement écrasées. C’était comme des fourmis marginalisées, au loin.

Supporters adverses, seuls.

En face, les spectateurs/ supporters lambda. Ceux qu’on avait essayé d’imiter en prenant un cornet de graines de tournesol mais qui grignotaient leurs graines avec mille fois plus de dextérité que nous. Très vite le sol se pare de centaine de coquilles, le jeu continue, les coquilles s’accumulent.

Au bord du terrain, il y a deux spectateurs handicapés moteurs. Ce n’est pas un détail mais la confirmation des dires recueillis la veille auprès du directeur des équipements sportifs de la direction des services techniques de la municipalité de Sfax. Un gentil monsieur qui nous avait accueilli pour une interview dans son bureau et qui, au détour des questions que nous lui avions posé sur le stade, nous avait expliqué que les handicapés avaient une place d’honneur durant les matchs. Ils sont au plus près des joueurs. C’était en effet vrai, pour les personnes handicapés moteur. Moteur seulement.

Parenthèse tant qu’on est dans les vérifications : l’affirmation de l’attaché de presse du CSS, donnée 2 jours plus tôt, selon laquelle «près d’un quart des supporters sont des femmes ; vous verrez au match» s’est révélé fausse, grassement fausse. Il doit y avoir 5 ou 6 femmes, nous comprises, dans le stade. Incontestablement, aller au stade est un loisir d’hommes.

Supporters handicapés moteur au bord du terrain

Je suis assise à côté de Sami. Je ne connais pas exactement la nature et le degré de son handicap mais on comprend qu’il n’est pas en capacité de suivre le match. Sa vision doit être assez minimale. Alors autant, je sais tenir la conversation sur divers sujets, autant, sur le football… j’ai loin d’avoir mille choses à dire. J’ai pu expliquer les règles à Alicia mais pour des commentaires techniques sur le jeu qui se déroule présentement devant nous, il faudra repasser. Alicia et moi avons peur que Sami s’ennuie et regrette un peu d’avoir accepté de nous accompagner. Le CSS a l’air de largement dominer le match, c’est le seul élément qu’on peut donner à Sami. Pour une analyse plus fine, nous faisons appel à Maen. Il est assis à l’autre bout du gradin, on lui demande s’il veut bien venir expliquer ce qui se passe à Sami. Maen commentera le match pour Sami le reste de la première période. Période durant laquelle il n’y aura aucun but.

Un but, un but… quand on est novice du football c’est ce qu’on attend avec le plus d’impatience, parce que c’est l’élément le plus tangible de la partie. Celui qu’on comprend aisément et qui explique les explosions de joie.

Pour l’heure le public de nos gradins est modérément agité. Il suit attentivement le match et s’émeut de chaque action en faveur ou en défaveur du CSS. Ce que j’appelle la concentration, ce sont des gens assis, le menton appuyé sur leur poing serré. Ce que j’appelle l’émotion, ce sont des gens levant les bras au ciel ou se tenant la tête de stress à chaque occasion de jeu. Vivement le but qui viendra apaiser tout le monde.

C’est la mi-temps. Pendant toute la première période, on grouillait d’aller là où l’ambiance est : dans la tribune Ultra. En effet, l’étude du mouvement avait fait partie de nos problématiques de recherche et rien de tel que l’empirisme pour solidifier ses hypothèses. Wassim, le doctorant sfaxien qui avait pu nous obtenir des places se renseigne auprès du personnel du stade. Après discussion il revient vers nous et nous explique que nous pouvons changer de tribune. Trop cool !

Sami ne tient pas particulièrement à changer de tribune. Il préfère ici car « c’est plus calme, plus rassurant ». Il est vrai que, vu de loin et, comparativement à la tribune où nous nous trouvons, la tribune Ultra semble déchaînée. Mais parce qu’il ne souhaite pas nous empêcher de bouger, il est prêt à faire l’effort, par gentillesse. Nous refusons de le forcer et de le mettre mal à l’aise. Une moitié de l’équipe, pas excessivement motivée à l’idée de changer, décident donc de rester là.

Nous nous faisons escorter durant la mi-temps jusqu’en « terre Ultra ». C’est pendant le temps du changement que le match reprend. A peine, le match reparti, le Club Sportif Sfaxien inaugure le score : un but, enfin ! … nous l’avons manqué. En effet, pour changer de tribune, il a fallu quitter les gradins. Le timing n’a pas joué en notre faveur. Nous avons manqué ce qui se révélera comme le seul but du match (désolée pour le spoiler).

Arrivée dans le virage où les différents groupes de supporters Ultras logent, l’ambiance est tout à fait différente. Elle est beaucoup plus animée. Les supporteurs agitent de grands drapeaux aux couleurs du club et entonnent des chants que tous connaissent par cœur.

En terre Ultra

Avant d’aller voir un match du CSS, j’étais conditionnée… presque de manière inquiétante. Depuis le début de notre voyage d’étude à Sfax je voyais du noir et du blanc partout- les deux couleurs du CSS. C’est-à-dire que mon œil et mon cerveau repéraient instinctivement les marquages urbains (tags plus ou moins complexes) et les produits dérivés (en vente un peu partout) témoins de l’entrain des Sfaxiens pour leur club. De fait, j’imaginais que le public du stade serait paré de blanc et de noir de manière indécente : il n’en était rien. Y compris en tribune Ultra. Et pourtant, nul besoin d’un accoutrement commun pour que l’ensemble des supporters semble uni. La ferveur pour le club est nettement palpable. Les chants s’enchaînent les uns après les autres avec le même entrain, puissant.

Il me semble entendre des paroles en italien par ci par là. Peut-être ai-je été sujette à des hallucinations auditives. Avant le match, pour les besoins de notre étude, nous avions survolé quelques éléments du référentiel des supporters Ultra du CSS. L’étude avait révélé que les supporters du CSS s’inspiraient librement des supporters de la Juventus. Je n’ai pas halluciné, j’ai bien entendu crier « Juve ! ».

Je crois qu’il y a un terme technique pour définir les moments de liesse et de craquage des groupes de supporters. Nous avons eu le privilège d’assister à un de ces moments. Sous les chants, encore plus intenses, les fumigènes se sont mis à fuser un par un jusqu’à recouvrir la tribune d’un épais brouillard. Vu de l’extérieur, je veux bien croire que la scène pouvait paraître apocalyptique. Pourtant, de l’intérieur, le moment paraissait incroyablement organisé. Propre. Je n’ai jamais utilisé le terme « vacarme organisé » à si bon propos. C’était spectaculaire, dans tous les sens du terme. La scène a duré quelques intenses minutes, puis les chants et les « remues » de drapeaux ont repris avec leur intensité de routine.

D’un point de vue sportif, je ne me souviens nullement ce qui s’est passé durant la seconde période de jeu ; trop occupée à regarder le remue-ménage des supporters. Cela dit, la vision « de derrière les cages » est certes, plus immersive, mais moins pratique pour suivre toute l’étendue du jeu avec précision. J’ai une excuse.

A la fin du match, après le coup de sifflet final, il n’y a pas eu de nouvelles scènes de liesse liée à la victoire. Le dernier chant, durant lequel les supporters agitaient mélodieusement la lampe torche de leur téléphone portable, était plutôt un chant apaisé. C’était une espèce d’adieu à l’équipe et au personnel du stade. Nous avons quitté les gradins dans le calme.

Avant de quitter le stade, ce fût pour nous le moment des dernières photos souvenirs. Nous avons retrouvé nos compères – restés dans la première tribune – pour une dernière photo de groupe. Chacun recueillait les impressions de chacun. On papotait entre nous si bien que notre attention s’est défaite du reste du public. Le temps de la séance photo, raisonnablement longue, le stade était totalement vide. Les supporters avaient évacué les lieux sans bruit, sans vague.

Les rues alentour étaient également déserte ! J’imaginais que les Sfaxiens zoneraient quelques temps autour du stade pour se féliciter de la victoire, mais non, ils s’étaient tous envolés, comme par magie. Le contraste entre le moment et l’ambiance 15 minutes auparavant était saisissant.

Nous avons tous agrippé un taxi (nettement plus facilement qu’à l’aller !) et nous nous sommes retrouvé en centre-ville, dans un des dénombrables bars de Sfax – le temps du débriefing.

Le lendemain matin, une de mes camarades et moi avons eu la chance de faire une visite guidée du stade, vide. La visite nous avait été proposé par un membre de la municipalité quelques jours auparavant. En ce lendemain de match, nous arrivèrent au moment du grand nettoyage. Les jardiniers remettaient la pelouse en état. Les balayeurs nettoyaient les espaces publics. Nul besoin de dire qu’il était difficile d’imaginer, sous le bruit sourd de la souffleuse qui aspirait les coquilles de graines de tournesol amassées dans les gradins, ce dont le lieu avait été le théâtre la veille.

Calme d’un lendemain de match

 

A suivre…

Texte et illustration de Florence P. ; édition et mise en page Jean-Michel Roux.

Sfax: un stade, un match, deux spectacles

Depuis six ans, le Master 2 Urbanisme et Coopération Internationale, organise un atelier dans la ville de Sfax en Tunisie. Cet exercice pédagogique permet à une trentaine d’étudiants grenoblois de répondre à une commande réelle de la Ville de Grenoble et de la société sfaxienne (ville, université, associations, collectifs d’habitants). L’un des thèmes de l’année était la géographie des sports à Sfax.

Dans ce cadre-là, une douzaine d’étudiants, d’enseignants et d’habitants de la ville se sont rendus ensemble au stade Taïeb M’hiri pour assister à une rencontre de championnat de première division: CSS (Club Sportif Sfaxien) vs le CO Medenine. Chacun s’est plié à l’exercice du «récit de match». Le corpus réuni permettra aux étudiants de comprendre la place particulière que prennent le stade M’hiri et le CSS dans la deuxième ville du pays. Voici le récit du match de Quentin, un étudiant du Master 2 UCI, déjà fin connaisseur de la culture ultra en France.

 

L’avant-match. Découvrir l’antre des Sfaxiens
Dans le cadre d’un atelier international d’urbanisme à Sfax, nous devions comprendre la ville à travers le sport. C’est-à-dire définir les enjeux et comprendre en quoi le sport est un marqueur urbain de Sfax. Le Club Sportif Sfaxien est le club historique de la ville avec, au total, près de 23 trophées remportés. Il est considéré comme le 4e club de Tunisie. Pour comprendre son importance auprès des habitants, quoi de mieux que de se rendre au stade et découvrir Sfax à travers un match de foot.

Premier élément important, il est impossible d’acheter une place. Toutes les personnes se rendant au match possèdent un abonnement. Mais, grâce à Wassim, un doctorant de l’université de géographie de Sfax, nous avons pu nous procurer des places pour le match.

Le match s’est déroulé à 19h le jeudi 16 novembre. Notre départ s’est fait en taxi, nous étions trois étudiants et le point de rdv était fixé à 18h.  A 17h30 la route était déjà difficile, le chauffeur nous explique que l’horaire de match est au moment des grands embouteillages de fin de journée à Sfax. Une fois arrivée devant le stade, une des routes longeant le stade est barrée par une forte présence policière équipée de fusils. Il y a très peu de supporters se rendant au stade, seul un groupe d’une dizaine de supporters préparent un tifo et la bache du groupe. Ils sont entourés de policiers.

Avant de nous rendre « Porte 1 », Mathieu et moi souhaitons faire le tour afin de s’imprégner de l’ambiance d’avant-match. Nous espérions découvrir comment les Sfaxiens se préparaient avant d’assister à un match, découvrir les habitudes et rituels, d’avant match. Malheureusement, l’atmosphère était calme et pesante. En voulant prendre des photos des abords du stade, des policiers sont venus nous voir, ont regardé les photos de mon téléphone puis m’ont forcé à les supprimer. Ils nous ont questionnés sur notre présence dans un anglais très approximatif puis nous ont ordonnés de ne plus en prendre.

Le reste de la ballade autour du stade va me mettre mal à l’aise, que ce soit des forces policières ou des supporters qui nous dévisageaient. Il n’y a aucun stand de nourritures ni de produits dérivés. Les rues sont vides, seuls les portes et les barrages routiers servent de point de rendez-vous entre supporters.

En attendant l’arrivée des professeurs et des autres étudiants, nous nous rendons au seul café ouvert à proximité du stade. C’est un simple salon de thé avec une tv, il n’y a aucune décoration à l’effigie du club (fanion, peinture, photo, maillot) et personne ne semble montrer de l’importance pour le match.

Une fois les professeurs arrivés, trois étudiants accompagnés d’un mal voyant (étude sur la perception d’un match chez les personnes en situation de handicap) manquent à l’appel. Ils se sont trompés d’entrée et sont au niveau des portes n°3 et n°4. Nous partons à leur recherche, mais on nous empêche de rentrer au niveau du barrage policier. Un échange particulier se passe entre nous et les policiers :

– Policier : Vous faites quoi ?
– Mr Jean-Michel Roux : On cherche un ami.
– Policiers : Et bien cherchez ! (rires des policiers) .

De plus, un autre policier nous interpelle et s’interroge quant à notre présence. On lui explique que nous sommes des Français invités pour voir un match du CSS. Malgré nos explications, le policier se renseignera à son service avec la radio de sa voiture. Notre présence n’est pas la bienvenue de la part des forces de l’ordre. Après cette péripétie, nous parvenons à les récupérer, on se retrouve porte n°1, on entre dans le stade, que le spectacle commence !

Acte 1 : La première mi-temps, le foot des spectateurs
L’entrée dans le stade est pour moi le moment le plus important. Je suis toujours impressionné de contempler l’intérieur du stade même si je l’ai déjà vu sur des photos ou des vidéos. Le stade est de forme circo-rectangulaire, il est composé d’un toit en tôle sur les 3/4 du stade, il y a des grilles et une fosse tout autour du terrain, la séparation est signifiante entre les joueurs et les supporters.

La première mi-temps se déroule dans une atmosphère « familiale », dans cette tribune on regarde le terrain comme la scène, ses footballeurs comme des acteurs, et le match comme une pièce. On s’est placé en tribune central, juste à droite de la tribune honneur. Il y a des différenciations dans la tribune entre haute société et classe moyenne. Le placement sur les sièges se fait de façon aléatoire.

Avant le début du spectacle tous le monde est assis et reste calme. Même l’entrée des joueurs ne suscite guère d’engouement. Il faut se taire et rester assis pour ne pas déranger. Dans les gradins, le public est calme, les personnes sont assises et discutent entre elles. Pour accompagner les acteurs, des groupes ultras créent une oeuvre visuelle appelée tifo à la gloire des groupes et du CSS. Le tifo, est de style classique, c’est-à-dire avec des drapeaux, des banderoles et des fumigènes.

Le tifo pour l’entrée des joueurs. Photo. Emma B.

Dans notre tribune, les kloubs jouent le rôle du pop corn dans un cinéma, ces mi-graine mi-pistache recouvrent le sol de coquilles. Le « parcage » (tribune supporter extérieur), est plutôt calme, il y a peu de banderoles et pas de drapeaux agités.

Une tribune assise et calme. Photo Quentin C.-C.

 

Entracte : Le passage au second spectacle
Une première mi-temps qui fut calme tant au niveau du match que dans l’ambiance de notre tribune. Notre professeur propose de rejoindre le côté des ultras, pour voir le match sous un autre angle, une autre ambiance. Pendant que l’on se fait escorter jusqu’au block n°3, on entend de l’extérieur le public qui hurlent à l’unisson. Je réalise que pour que le public s’extasie autant, c’est que un but vient d’être marqué. On a raté l’unique but du match. De mon point de vue, c’est une sensation horrible. Comme lorsque que l’on se fait « spoiler » un épisode d’une série, on sait déjà ce qui s’est passé sans avoir pu le vivre par nous même.

Après avoir patienté quelques minutes, un agent de sécurité parvient à nous amener block n°3 dans la tribune des ultras

 

Acte 2 : la seconde mi-temps, le foot des passionnés
Le block n°3 est celui des Black & White Fighters, le plus ancien des groupes, la genèse du mouvement ultra à Sfax, le groupe dont sont originaires la plupart des membres des autres groupes. Il y a au total 7 groupes : Black & White Fighters 2003 (BWF’03), les Ultras Sfaxiens 2007 (US’07 ), Ultras Leoni 2007 (UL’07 ), Raged Boys 2007 (RB’07), Drughi Bianconeri 2013 (DB’13 ). C’est un mouvement qui prend comme exemple l’Italie, plus précisément le club de la Juventus de Turin (couleurs: noir et blanc).

La deuxième mi-temps se passe dans une atmosphère spectaculaire. Le terrain n’est plus le centre d’attention mais ce sont les supporters qui nous captivent . On est pris pendant 45 min dans une spirale de chants, de fumigènes et d’effervescence. Je serais incapable de me rappeler une action du match tellement j’étais pris par d’autres acteurs qui me proposaient un spectacle plus captivant. Les chants sont en arabe et en italien. Peut-être que, comme à l’Opéra, il est préférable de garder les chants dans leur langue originelle.

 

« Craquage » de fumigènes pour les 10 ans des Ultras Sfaxiens. Photo Quentin C.-C.

 

Postface: découvrir Sfax par son spectacle et ses acteurs
C’est la première fois que je me retrouvais au milieu d’un public ultra à l’étranger. La rythmique est totalement différente, elle est rapide et dansante. On chante à la gloire du club sur fond de sonorités orientales. D’ailleurs, chaque groupe produit des albums disponibles sur youtube comme ci-dessous les Ultras Leoni 2007:

Comme quoi, il faut un bon orchestre pour accompagner ses artistes. La barrière de la langue m’a empêché de prendre part à cette performance. Tous le monde dans la tribune était acteur, excepté nous.

Deux jours après, nous avons pu nous entretenir avec un membre des Ultras Sfaxiens et un autre des Ultras Leoni. Les interroger nous a donné une autre version de l’enjeu qu’il y avait dans les tribunes. La présence policière n’était pas anodine, et les relations sont plus que tendus entre policier et ultra (ce qui pourrait expliquer l’ambiance d’avant match).

Par exemple, voici une anecdote de ce qui s’est passé en tribune ultra pendant le match. Une altercation éclata à gauche du block n°3, la police intervient rapidement. Il s’agissait d’une altercation entre chef de section – ils se répartissent dans la tribune pour mieux contrôler les débordements – du groupe des Fighters mais sont originaires de différents quartiers de Sfax. La bagarre fut vite interrompue par les forces de l’ordre or habituellement les policiers aiment et les laissent se battre entre eux. L’hypothèse serait que notre présence aurait influencé la sécurité à mettre fin à cette altercation pour nous donner une bonne image.

Il est aussi interdit aux ultras d’afficher des couleurs du club et de leur groupe, c’est pourquoi il n’y a aucun stand de ventes autour du stade.

Ce fut une expérience riche et instructive pour un amateur de foot et de la mouvance ultra. Les entretiens réalisés et ce match ont confirmé que le sport pouvait apporter beaucoup à la ville de Sfax. Les autorités ont tendance à déshumaniser le mouvement ultra en le définissant de violent et immoral. Mais, c’est à travers ses groupes que l’on discerne une jeunesse sfaxienne dynamique et engagée. Le stade représente le seul endroit où ils peuvent s’exprimer et se défouler sans crainte de représailles. Pourtant, la Tunisie a connu des évènements tragiques de violences entre supporters et policiers. Le dialogue entre eux est plus que difficile.

Le mouvement ultra est craint car il est un moyen aux jeunes de contester, se regrouper et de s’unir. Ils sont organisés et ont par exemple contribué aux contestations entraînant la révolution et la chute de Ben Ali. Je n’étais pas venu personnellement pour voir un match du CSS mais pour découvrir une face cachée de la Tunisie. Découvrir ces individus qui font vivre leur passion par des chants et des danses malgré le risque encouru face à l’autorité et la répression.

Une personne qui ne regarde pas le foot vous demandera toujours pourquoi c’est si important d’aller voir un match de foot ? Pour moi, l’essentiel n’est pas le match mais l’opportunité de se défouler, de crier, chanter sans jugement ni appréhension. On se regroupe sans se connaître et on laisse vibrer sa passion et son amour pour le club et sa ville.

Un grand merci à Wassim pour les places et sa sympathie. Je remercie aussi Mr Jean-Michel Roux et Mr Ali Bennasr, les professeurs commanditaires de cet atelier autour du sport, qui a pu me donner l’opportunité d’étudier un domaine qui me passionne.

A suivre…

Texte et illustrations de Quentin C.-C.; édition, mise en page et photo   de titre de Jean-Michel Roux.

First taste of College basketball at Madison Square Garden

I recently had the chance to watch a game in the States, in NY precisely. I had to make choices between the type of sport (American football, hockey, baseball and basketball) and the sports venue. Many teams were not playing home games or at that time of the year. The MetLife Stadium of the New York Giants and Jets, located in New Jersey seemed too far away. I would have liked watching an NBA game at the mythical Madison Square Garden (MSG), but I was discouraged by the price: $277  at best for the NY Knicks playing Oklahoma City Thunder. The last option remaining was that strange “Gotham Classic”, Louisville vs. Memphis,  at MSG, 16th December 2017 – 12 :00 pm.

College basketball? I know nothing about College basketball except that it is maybe as popular as its NBA counterpart. So, why not give it a chance? I got two tickets on the web and went to the game for two reasons 1/  to discover the MSG, supposedly the best arena in the world, and 2/  to understand the ambiance of a college game. I purposely did not spend time on the internet to get a better understanding of the College basketball system so as to see it with fresh eyes. I was soon captivated by the game itself and its rituals rather than by the perfected, oiled machine of MSG. So I wrote this article to tell about my experience of the game, to raise some (weird, stupid, clever?) questions and to hope for some comments from American experts or fans of College basketball

 

Ticketing and wondering
Through a website, I buy easily and at a reasonably cheap price ($ 11 plus $ 1.98 for fee service and $7.95 for delivery… by email!!!) a ticket for floor 8, row 16, seat 5. Good location, in the lower part of the stands. Obviously College basketball is more affordable than the NBA… Madison Square Garden is clearly over-sized for the event, with just the lower part being occupied, and even so, a lot of seats remain unoccupied.

I did not come with local fans as I often try to do. It left me with many unanswered questions. I do not understand why such a game, opposing two universities from the South, Louisville vs. Memphis, is located in New York? Is it for the neutrality of the venue? Where did the fans come from? Did they travel all along from the Southern states? Do they have a lot of fans living nearby that seize the opportunity to see their home university playing in the Big Apple?

Car park nearby the MSG

If people really came from the South, did they travel by plane or train, with their own cars, or by coaches? How did they travel to the MSG? Did they park their car around the venue? To come by car seems to be a luxury considering the car park fees around: $18  per hour (four hours min.). Did they park outside the city and take a subway train? When I arrive by foot I could not spot any fans reaching the venue. Maybe people were hiding their colors in the street for safety reasons.

Do the fans gather somewhere in the city before/after the game, as a meeting point? Is there something like a square or a pub in a neighbourhood affiliated with their home city or state: the « Memphis diner » where you can eat the best Mississippi’s burger or a Kentucky migrants’ street?

Allocation of seats and late arrivals
I could not spot an organized group of fans, such as ultra or socios in Europe, not even an official group from the University. It seemed that the people located on the floor, nearby the playing field, are kind of official fans, families or members of the universities though.

The fans are not located in the stands according to the team they support. We can observe that the ground seating is roughly divided in two parts, one being dedicated to Memphis tigers and the other to Louisville Cardinals. Apart from that, fans are mixed. Everyone can buy a ticket everywhere in the stands. Fans are sitting nearby, respectfully. They do not interfere with the other fans in any manner: gentle discussion, chanting, mockery, insult, etc. Are there any fights in basketball? People seem to support their team regardless of other people standing nearby. It sounds clever.

Are there any records of the previous games between the two universities, some memories of a lost final in the 60’s or 70’s? It seems that history does not play its part in the game. In Europe, sport and geopolitics are never too far away. Nationalism and capanilism1 are very strong. We often have invaded or have been invaded by the neighboring village, city or country. It creates some history to recall during the game… and some people think that a victory in rugby or football (sorry, soccer) can ease the old wounds…

Families, couples and bands of friends.

At MSG, people are coming to the game in groups or with their families, more or less extended (father and children, parents and the kids, groups of friend, etc.). There is no special location dedicated to a specific public like the “kids club” or the “family stand”.

Being late does not seem to be a problem. Some people only arrived five minutes from the half time. Traffic jams, security checks, boredom? I personally missed the tip-off for having brought a camera that seems a bit too professional and a backpack that seems odd for the security. Did they have a pre-game event organized by fans or by MSG such as a European or Brazilian tifo? The late arrivals of spectators disturb the viewing. The stands being far from being full, people did not sit exactly on the correct seat and late incomers claim their right. An old suited steward  is busy trying to seat everyone.

Pizza time, all the time…

Some people are watching the game, eating pizza or popcorn in big boxes or discussing everything but basketball like these two ladies behind me, more concerned by this story of sexual harassment in a company than by the game… “I beg your pardon Madams but I am trying to get the spirit of College basketball, right now!”

Fans’ outfit and decorum
People are wearing t-shirts and hoodies (sweat-shirts in French…) of the team or university, sometimes a cap. They have no scarf. They wave no flag nor show a banner. Is there a ban on banners? They could wear a scarf as the venue is air-conditioned, even in the middle of December with  record-low temperatures outside !

Memphis University’s players, mascot and cheerleaders.

Memphis seems to be much more organized. They have fans dressed in blue, a band, some cheerleaders (you do not say anymore pom-pom girls, do you?) and a Tiger mascot that reminds me of some cornflakes marketing or Tigger from Winnie the Pooh. Memphis’ Tigers have even a superhero that looks like a smurf (schtroumpf for the French readership) without his white cap. He seems to be sad not to compete with an equivalent from Kentucky. A superhero needs also some competition for emulation; otherwise, they get some drinks…

Cardinals have just brought some fans and a band. No mascot, no cheerleader, no superhero. Were they saving energy for the next game? Were they short of cheerleaders and superheros? Did they have some? Did they no longer believe in superheros? Did Louisville University ban cheerleading for some gender issues? Their bird looks like one of these “angry birds” from the app. They have a great basis for superheros.

 Band(s)
There is a profusion of bands. One from each university is playing at the beginning of the game. They are located on the ground, behind the basket. They wear the university’s colours. Bands are composed of brass and drum sections. They only play at timeouts. They seem to play only when requested. Cannot they respond to each other, trying to play louder or better than the other?

Memphis’ band playing at time out.

A third band arrives in the middle of the game: the Englewood’s band. It is located on the upper part of the terraces. The band is much bigger than the two official ones, maybe 70 to 80 musicians and it has some weird cheerleaders wearing jeans and hoodies. Clearly this band insists more on the music than on cheerleading. What is it doing here?

Connoisseurs
People seem to know basketball. They are connoisseurs. They appreciate a good defense and are keen to accept a missing shot if the team’s movement was well-executed. On each attack, we can hear yelling and encouragement in a crescendo under the basket or when the seconds are running out.

The fans stand up and cheer at the end of a fine movement such as a counterattack concluded by a tricky pass and a dunk on the buzzer. It seems they prefer a collective and efficient basketball game to the show that we can see in the NBA. This is much appreciated.

Big screen, timeouts and challenges
The game appears to us as very jerky, constantly interrupted by timeouts and half time. We realize that many people are watching the game on the big screen rather than directly. The vision is indeed much better. Why do the screens never show a replay? Is it to avoid bitterness from the deceived fans?

Timeouts are, in fact, one of the interests of the game. On each timeout, a new challenge is proposed: two players are trying to make two point shots for winning a ball, adults are trying one or three point shots, etc. Two teams of kids are playing a little game at half time. They are all – what you call “Caucasian” or Asian – contrasting with the university teams. A fan, Brian, is asked to shoot as many balls as he can. It is clearly a disaster. He, nevertheless, gets a diploma. Do students get their diploma in the same way?

Oh my god, we are on the big screen!

Fans tried to attract attention from the camera on them. In Europe, fans are sometimes the main attraction of the game. TV shoots them being a mass of fans, producing its own kind of spectacle. Here, people hope they will be spotted by the camera and shown on the big screen moving their body in a funny way. It exists in European international rugby games, but less than here. Hopefully, I am not spotted furiously scribbling my impressions about the game in a book, like a nerd…

Second half
There are now a bit more fans in the stands (far from being full), clearly more in the main stand facing the TV cameras… TV viewers must believe that MSG is packed with thousand of fans.

The stand opposite the cameras (up) and the other one (down)

Step by step, fans are getting into the game. There are a bit more yelling, some spontaneous but very brief chants: “Let’s go Tigers!” and “Cardinals, Cardinals!”. Nothing really organized. Some kids are sleeping peacefully in their mothers’ arms. Well, there is no suspense at all and nobody seems to be surprised by the victory of Cardinals: 81-72.

End of the game
Players and fans do not look either  really happy or disappointed by the result. The “player of the game” politely accepts his award and leaves shortly after. There is no specific communication between fans and players. Was it an official game? Was Memphis eliminated? Is this a kind of play-off game? It seems to me that the two teams were in some kind of play-off after a regular phase in their local conference. Are these teams playing in a closed league, like in the NBA or MLS, without any promotion or relegation at the end of the year? If so, how do people select universities that will be playing in such a league? They are plenty of universities in the States. How do their basketball teams reach the elite?

Too many questions left unanswered at the end of a great first experience… So, please, dear American fans and experts of College basketball, leave a message!

Cite this article as: Jean-Michel ROUX, First taste of College basketball at Madison Square Garden, in Au stade des villes, 22/12/2017, http://stade.hypotheses.org/1266.

This text was corrected and much upgraded by Justin, an American student at the Institute of Planning and Alpine Geography. Many thanks.

  1. Campanilism is a term referring to ancient Italy. It means an exclusive attachment to his/her own city, from the word « campanile », the bell tower []