Archives par mot-clé : Rome antique

Violence et stade, de Pompéi à Furiani

Sièges brûlés ou arrachés, toilettes vandalisées au Parc OL (Décines) dans un secteur occupé par des supporters parisiens lors de la finale de la Coupe de la Ligue le 1er avril 2017. Violents incidents (douze interpellations et sept blessés) autour et dans le même Parc OL lors de la venue du Besiktas d’Istanbul en quarts de finale de la Ligue Europa le 13 avril 2017. Invasions de terrain par des fans, violences sur des joueurs, jets de projectiles sur un bus lors du match de championnat SC Bastia-O. Lyonnais le 16 avril au stade de Furiani. La violence s’invite à nouveau dans les stades français.

Ces incidents rapprochés mettent en lumière une série de dysfonctionnements en terme d’organisation de la billetterie, des déplacements de fans (officiels et « indépendants »), de la sécurité publique dans et autour des enceintes, de la gestion des flux de personnes dans les stades, de la communication avant les matchs, etc. Le tout dans un contexte géo-politique parfois tendu1. La violence au stade est tout sauf un mal du siècle ou du football. Petite mise en perspective historique avec les Romains et le souvenir d’un affrontement violent à Pompéi.

 

Le massacre de l’amphithéâtre de Pompéi
Les combats de gladiateurs (munera) naissent, comme nous le rappelle Tertullien, dans le cadre de cérémonies d’hommage funéraire. Le sang coule en mémoire d’un cher disparu et en sacrifice pour honorer les dieux. La violence est alors restreinte à l’arène. Rapidement le combat devient spectacle chez les Romains, offert par un mécène – un évergète – à son peuple. La place publique ne suffit plus à accueillir les spectateurs et des équipements dédiés apparaissent: les amphithéâtres. Le supportérisme se développe, parfois encouragé avec des arrières pensées politiciennes par les notables eux-mêmes… conduisant à des excès dont Pompéi nous a transmis des traces.

En 59 après J.C., un combat de gladiateurs donné à Pompéi se termine par le massacre des habitants d’une colonie de Campanie, Nucérie, venus assister au spectacle. Deux documents nous relatent l’évènement à leur manière: le premier est un texte de Tacite2, le second une fresque provenant d’une maison pompéienne aujourd’hui conservée au Musée archéologique national de Naples. Voici ce que Tacite – qui n’est pas un contemporain  – dit de l’évènement:
« Un incident futile provoqua un affreux massacre entre les colons de Nucérie et ceux de Pompéi, lors d’un spectacle de gladiateurs, donné par Livineius Regulus, dont j’ai rapporté l’exclusion du Sénat. En effet, en échangeant des invectives selon la licence propre aux petites cités, ils se lancèrent des injures, puis des pierres, enfin des armes, et la victoire resta à la plèbe de Pompéi, où se donnait le spectacle. Aussi transporta-t-on dans la Ville beaucoup de Nucériens, le corps mutilé à la suite des coups reçus, et un grand nombre pleuraient la mort d’un fils ou d’un père.
Le jugement de cette affaire fut remis par le prince au Sénat, par le Sénat aux consuls. Puis l’affaire étant revenue devant le Sénat, on interdit pour dix ans à la municipalité de Pompéi ce genre de réunions, et les associations qui s’y étaient fondées au mépris des lois furent dissoutes ; Livineius et les autres auteurs de la sédition furent punis de l’exil. »

Fresque d’une maison de Pompéi représentant l’affrontement entre Pompéiens et Nucériens

La fresque ci-dessus montre combien l’affrontement entre spectateurs déborde de l’arène et ses tribunes pour se poursuivre dans la ville, se transformant en chasse à l’homme. Simple cas de violence de fans d’extraction modeste et issus d’une « petite cité »? L’historienne Valérie Huet nous donne une autre explication dans un article de la revue Histoire urbaine. Il s’agit bien pour elle d’une forme archaïque d’hooliganisme, forme qu’elle relie d’ailleurs à l’organisation sociale des groupes hooligans néerlandais des années 1990. Elle propose même d’attribuer la fresque, non plus à un ancien gladiateur devenu libre, comme c’est généralement le cas, mais à « une sorte de « hooligan », c’est-à-dire un homme appartenant à une catégorie relativement modeste de la population et qui tirerait gloire et fierté de sa participation à une violence dont l’écho était parvenu jusqu’à Rome et avait même déclenché ses foudres ».

La lecture géo-politique des incidents
Pour Valérie Huet, comme pour beaucoup d’autres spécialistes, le massacre ne peut être compris qu’en se limitant aux motivations des seuls hooligans pompéiens. Pompéi et Nucérie sont en fait alors deux colonies romaines, i.e. des établissements créés par l’État romain et destinés au contrôle d’un territoire conquis. Elles sont toutes deux situées dans la même vallée du Sarno et en conflits profonds. Nucérie, moins connue aujourd’hui que Pompéi,  est une ville samnite d’origine, située au centre italique de la Campanie méridionale. Valérie Huet nous rappelle que, bien que samnite3, Nucérie se caractérise par sa loyauté sans faille à l’égard de Rome, contrairement à Pompéi qui, ayant pris parti contre le pouvoir central lors de la guerre sociale, perdit son indépendance en devenant une colonie syllanienne.

Deux ans avant le massacre, Rome autorise d’ailleurs l’augmentation du nombre des colons à Nucérie, ce qui ruina ainsi les espoirs des Pompéiens de contrôler des territoires ayant un temps appartenu à Stabies, une troisième ville portuaire, dont l’arrière-pays était à portée des deux autres villes. Valérie Huet conclut qu’il est « probable qu’eut lieu entre les deux colonies une redélimitation des territoires donnant l’avantage à Nucérie (…) et évident que parmi les spectateurs et les faiseurs de troubles se trouvaient des colons cultivateurs n’ayant pas pu étendre leurs terres ».

Quand la violence au stade ne peut se comprendre qu’avec un peu de géo-politique…

 

Pour en savoir plus
Huet Valérie, « La représentation de la rixe de l’amphithéâtre de Pompéi : une préfiguration de l’ « hooliganisme  » ? », Histoire urbaine, 2/2004 (n° 10), p. 89-112. URL : http://www.cairn.info/revue-histoire-urbaine-2004-2-page-89.htm
Tacite, Annales XIV, 17
Tertullien, Oeuvres complètes, traduites du latin par Antoine-Eugène de Genoude, Les Belles Lettres, « Classiques favoris », 1168 p.

Source de l’image à la une http://ventomeridionale.blogspot.fr/2012/02/amphitheatre-of-pompeii-blood-and-sand.html

Cite this article as: Jean-Michel ROUX, Violence et stade, de Pompéi à Furiani, in Au stade des villes, 17/04/2017, http://stade.hypotheses.org/642.
  1. Ces matchs se tiennent à quelques jours d’élections nationales en Turquie – référendum sur la constitution turque qui a vu des pays européens interdire des meetings pro-gouvernementaux au motif de troubles potentiels à l’ordre public – et en France avec le premier tour de l’élection présidentielle []
  2. Tacite, Annales XIV, 17 []
  3. Les Samnites sont un groupe de tribus du Sud des Apennins, définitivement soumis par Rome en 290 av. J.C. []

Tertullien contre les spectacles

Les Belles Lettres viennent de publier les oeuvres complètes de Tertullien et Roger-Pol Droit d’en faire l’article dans Le Monde des Livres du 31 mars 2017. Le chroniqueur nous rappelle que Tertullien (env. 155-env 225) était « un bouillant chrétien carthaginois, grand polémiste et grand styliste, (qui) n’y allait pas de main morte dans le rigorisme de la pureté des moeurs. Il interdit les spectacles, théâtre comme jeux du cirque, préconise jeûne sur jeûne, décrète abject et adultère tout mariage en secondes noces, ne jure que par la monogamie, érige la chasteté en vertu suprême, et recommande chaudement de mourir en martyr ».  Et pour faire bonne mesure, recommande aux chrétiennes de se couvrir le visage pour ne laisser d’ouverture que pour un oeil… Dans Contre les spectacles (De spectaculis en latin), Tertullien défend aux chrétiens d’assister au théâtre et au cirque, d’aller à l’amphithéâtre, de participer aux jeux des Grecs.

 

La « trinité satanique » d’Arles: amphithéâtre et théâtre au premier plan et cirque en arrière-plan

Dès son préambule, Tertullien nous rappelle la dangerosité du statut de chrétien dans l’empire romain précédant l’édit de l’empereur Constantin (313). Finir en martyr est un destin tellement fréquent qu’il parle des chrétiens comme d’une « race d’hommes toujours prête à mourir » pour s’approcher de Dieu. Pour s’y préparer, Tertullien recommande donc de se priver des divertissements pour se former à l’intrépidité et « mépriser plus facilement la vie, en coupant les liens qui pourraient (nous) y enchaîner, et de ne pas regretter une chose rendue inutile », car regrette-t-il, «  ceux qui persévèrent dans le plaisir ne meurent pour Dieu qu’avec regret ». D’où l’adresse du texte : « serviteurs de Jésus-Christ, (…) apprenez sur quelles règles de la foi, sur quels principes de la vérité, sur quelle loi de la discipline repose l’obligation de renoncer aux spectacles, parmi les autres erreurs du siècle, de peur que vous ne péchiez, les uns par ignorance, les autres par dissimulation ».

Sentant bien venir l’argument facile du chrétien encore un peu tendre dans sa foi, Tertullien coupe très tôt à l’argument fallacieux selon lequel, Dieu ayant créé toute chose, il doit bien avoir créer les spectacles. Qu’on ne lui raconte pas que « toutes ces créatures sont bonnes, puisque leur auteur est bon » et qu’il faille ranger parmi elles « tout ce qui compose un spectacle: le cheval, le lion, les forces du corps, les agréments de la voix ». Certes, les « amphithéâtres eux-mêmes, ne sont que des pierres, du ciment, des marbres et des colonnes » qui « sont l’ouvrage de Dieu, qui déposa ces matières dans la terre pour les besoins de l’homme » mais c’est l’homme, et lui-seul, qui a perverti la création de Dieu.

Tertullien s’attache alors à retourner, d’un revers de manche, un autre argument potentiel des défenseurs de spectacle : rien n’est dit explicitement dans les textes. Et, en effet dit-il, « nous ne trouvons nulle part cette défense: Tu n’iras point au Cirque ni au théâtre; tu n’assisteras point à des jeux ni à des représentations, textuellement énoncée»   mais il convoque David : « Heureux l’homme qui n’est pas entré dans l’assemblée des impies, qui ne s’est pas arrêté dans la voie des pécheurs, et ne s’est point assis dans la chaire de corruption! ».  Voilà donc une interprétation qu’il juge, de lui-même, assez large des textes de l’Ancien Testament, mais après tout, « les spectacles ont aussi leurs voies où l’on s’arrête» et « on appelle aussi chaires les sièges de l’orchestre destinés aux sénateurs ».

Arrive alors le pêché d’idolâtrie, auquel le baptême – qui se fait à l’époque à l’âge adulte – nous fait renoncer: « si donc je démontre que l’appareil et la magnificence des spectacles reposent sur l’idolâtrie, j’aurai établi un préjugé certain que les engagements pris à notre baptême impliquent aussi la renonciation aux spectacles, espèce de sacrifice que l’idolâtrie offre à Satan, à ses pompes et à ses anges ». Tertullien fait alors le projet de montrer le pêché originel d’idolâtrie de tous les spectacles : « nous remonterons donc à l’origine de chaque spectacle en particulier, pour savoir comment ils se sont introduits dans le monde; de là, nous examinerons les titres de quelques-uns, et les noms dont ils sont appelés; puis viendront l’appareil et les superstitions qui les accompagnent; les lieux nous montreront ensuite à quelles divinités ils sont consacrés; et enfin la nature de leurs représentations, quels ont été leurs fondateurs ».

Une fois établie « que l’idolâtrie est le fond de tous les spectacles », Tertullien rajoute que la loi divine nous interdit toutes les convoitises :  « en effet, de même que l’argent, la bonne chère, les honneurs, les voluptés charnelles et l’ambition, le plaisir a aussi sa convoitise: or, les spectacles sont une espèce de plaisir ». Si les lieux de spectacle ne souillent pas par eux-mêmes; par « les choses qui s’y passent, ils boivent le poison de l’infamie, et le répandent sur les spectateurs ». Et Tertullien de décrire le phénomène du « trouble de l’âme» : « là où il y a plaisir, il y a passion; autrement le plaisir serait insipide. Là où il y a passion, arrive aussi la jalousie; autrement la passion serait insipide. Or la jalousie traîne avec elle la fureur, la vengeance, la colère, la douleur et tout le cortège des passions incompatibles avec la règle ».

La fureur du spectacle du cirque d’après une peinture de Jean-Léon Gérôme, Musée de peinture de Chicago

Tertullien englobe, in fine, dans son interdiction des spectacles de nature et de finalité très différentes, mais tous œuvre du démon :
– l’amphithéâtre où nous « prenons plaisir au sang de l’homme » et nous repaissons « avidement les yeux du spectacle d’un corps déchiré, mis en pièces et nageant dans son sang »,
– le cirque et ses courses de char où « règne la fureur »,
– le stade dans lequel « les coups de pied, les coups de poing, les soufflets et les mille insolences dégradent la majesté de l’homme, image de Dieu » ;
– mais aussi le théâtre et son impudicité et d’où nous revenons « avec un démon intérieur ».

En conclusion, Tertullien reconnaît qu’il faut à l’homme des délassements et du spectacle. Il propose donc que, le temps de la vie sur terre, les seuls plaisirs soient « le dégoût du plaisir lui-même, le mépris du monde tout entier, la jouissance de la liberté véritable,  le calme d’une bonne conscience, et la sainteté de la vie, dégagée des terreurs de la mort! » Viendra alors le spectacle divin, « l’admirable et prochain spectacle de l’avènement du Seigneur ».

Fresque d’une église des premiers temps… dans l’amphithéâtre de Dürres, en Albanie.

 

Pour en savoir plus
Ovide, L’art d’aimer (Ars amatoria en latin), Livre I.
Roger-Pol Droit, « Que toute chrétienne soit voilée! », Le Monde des Livres, 31 mars 2017, p. 8.
Tertullien, Oeuvres complètes, traduites du latin par Antoine-Eugène de Genoude, Les Belles Lettres, « Classiques favoris », 1168 p.

Cite this article as: Jean-Michel ROUX, Tertullien contre les spectacles, in Au stade des villes, 07/04/2017, http://stade.hypotheses.org/607.

Bons baisers de Nîmes

A l’époque romaine et gallo-romaine, une soixantaine de villes françaises des provinces de la Narbonnaise et de la Lyonnaise mais aussi du Nord de la Gaule ont construit d’imposants édifices – cirques, amphithéâtres, amphithéâtres à scène – pour les jeux : Nîmes, Arles, Fréjus, Lyon, Périgueux, Paris, Nice, Metz, Autun, etc. L’amphithéâtre de Nîmes figure parmi les 20 plus grands des 400 amphithéâtres connus du monde romain. Il est l’un des mieux conservés. On le voit dans cette carte postale lors d’une corrida donnée à l’occasion d’une feria1 avec la ville de Nîmes en arrière-plan.

 

Carte postale des Arènes de Nîmes, photo JLZ, Ed. Méridionales.

L’amphithéâtre de Nemausus (Nîmes) mesure 133,4 m sur 101,4 m. D’une hauteur de 21 m, il est doté de deux rangées de gradins surmontés d’un étage d’attique et d’un velum. Sa piste, recouverte de sable – arena en latin – mesure 68 m x 38 m. Il comprenait environ 24 000 places. Construit de manière tardive vers 100 après JC, deux siècle après celui de Pompéi et 20 ans après le Colisée, il a pu bénéficier des améliorations structurelles apportées au fil du temps par les architectes romains.

Ce monument est la conséquence de l’évolution de la gladiature. L’amphithéâtre correspond ainsi à l’apogée de cette pratique, au moment où celle-ci connaît sa plus grande professionnalisation. On ignore quel magistrat fait construire l’édifice mais on a une trace de son architecte.

Il sera transformé par les Wisigoths en forteresse puis en ville fortifiée au Moyen Âge (castrum arenae, le château des arènes) comme celui d’Arles ou Périgueux puis comme lieu de relégation pour miséreux et pestiférés. Les constructions médiévales seront enlevées suite à un décret de Napoléon entre 1809 et 1812. Les travaux de réhabilitation se terminent sous le Second Empire et  le bâtiment est reconverti en arène en 1863.

Les arènes de Nîmes accueillent aujourd’hui des corridas et courses camarguaises ainsi que des manifestations culturelles (concerts, etc.). Les arènes font l’objet d’un classement au titre des monuments historiques mais ne sont pas inscrites au patrimoine mondial de l’Unesco, contrairement à celles d’Arles.

Cite this article as: Jean-Michel ROUX, Bons baisers de Nîmes, in Au stade des villes, 02/03/2017, http://stade.hypotheses.org/286.
  1. Une feria, du mot « foire » en espagnol, est une fête, en Espagne, dans le Midi de la France, au Portugal et en Amérique latine, marquée par des corridas ou autres manifestations taurines []

Les arènes de Nîmes. F. Tristan et A. Perdiguier

Écrivaine, féministe et militante socialiste (socialisme utopique), Flora Tristan est une des figures majeures des luttes sociales du XIXe siècle. Pour partir à la rencontre du monde ouvrier, elle s’engage dans un « tour de France » à l’instar des compagnons du devoir. Le passage par Nîmes lui permet de visiter les arènes en cours de restauration. Elle en sort outrée!

La ville de Nîmes a la réputation d’être très remarquable, très intéressante […] parce qu’elle a l’insigne honneur de renfermer deux morceaux de constructions romaines : les arènes et les débris du temple de Diane. Il y a des savants qui font exprès le voyage pour voir ces deux pièces curieuses […]. Beaucoup de ces mêmes savants crient au vandalisme ! en voyant qu’on ne fait pas réparer ces arènes. Il voudrait que la ville en les gardant dépensât quatre ou cinq millions pour remettre ces monuments entièrement à neuf.

Probablement qu’ensuite ils voudraient qu’on fît venir des bêtes féroces pour combattre contre des hommes. Dans ce cas, il faudrait en faire venir, car il n’y en a pas à Nîmes. Puis on ferait habiller des catholiques en païens romains et romaines, et le spectacle serait complet. Le conseil municipal de Nîmes a la faiblesse de se laisser intimider par ces absurdes criailleries et pour les apaiser, il fait semblant de réparer lesdites arènes. Chaque année on pose une douzaine de pierres, un bout de corniche, une affaire de 15 000 ou 20 000 francs. Sans doute c’est une mauvaise plaisanterie, mais enfin les 20 000 francs sont dépensés inutilement.

On ferait beaucoup mieux d’employer cet argent à construire chaque année un beau lavoir où le linge serait cette fois dans l’eau et les laveuses à pied sec et la tête à l’abri du soleil et de la pluie.

Flora TRISTAN, Le Tour de France. Journal inédit, 1844.

Les Arènes de Nîmes – 2011

Quelques années plus tard, un autre célèbre militant de la cause des ouvriers, Agricol Perdiguier, se rappelle son séjour à Nîmes dans ses Mémoires d’un compagnon. Passé par la ville quelques trente ans plus tôt,  il raconte la visite qu’il fait des arènes comme il est d’usage chez les compagnons. Le menuisier sans instruction donne une description remarquable de l’édifice… rendant hommage – sans le savoir? –  aux talents de voyance de Flora Tristan.

Les Arènes, grand amphithéâtre circulaire, elliptique, long de cent trente-deux mètres, large de cent trois mètres, entouré de deux rangs de portiques superposés, d’ordre toscan, de chacun soixante arcades, bien conservé, imposant à voir, dans l’intérieur duquel sont ou étaient de nombreux gradins, sur lesquels pouvaient s’asseoir vingt-quatre mille hommes, était autrefois destiné aux combats des gladiateurs et des bêtes féroces. Aujourd’hui, on y voit des luttes d’athlètes et des combats de taureaux: sa destination n’est donc pas complètement changée; nous sommes encore un peu païens.

Agricol PERDIGUIER, Mémoires d’un compagnon, 1852-1853.

Cite this article as: Jean-Michel ROUX, Les arènes de Nîmes. F. Tristan et A. Perdiguier, in Au stade des villes, 10/02/2017, http://stade.hypotheses.org/34.

Le cirque et ses plaisirs d’Ovide

Dans cet extrait de l’Art d’aimer (Ars amatoria), parue autour de l’an 1, le poète latin Ovide donne un cours sur l’art de l’amour et de la séduction en s’appuyant sur le cirque et ses courses. L’empereur Auguste semblerait avoir moyennement goûté la leçon. Sur un simple édit, sans autre forme de procès, le poète est relégué en Scythie mineure, sur les bords du Pont-Euxin (mer Noire).

Le cirque, avec son nombreux public, offre de multiples occasions. […] Assieds-toi contre celle qui te plaît, tout près, nul ne t’empêche : approche ton corps le plus possible du sien ; heureusement la disposition des places force les gens, bon gré mal gré, à se serrer ; et les dispositions du lieu oblige la belle à se laisser toucher. Cherche alors à engager une conversation qui servira de trait d’union, et que tes premières paroles soient des banalités. A qui sont les chevaux qui viennent là ? demanderas-tu avec empressement, et, immédiatement, son cheval favori, quel qu’il soit, doit être le tien […]. Si, comme il arrive, il vient à tomber de la poussière sur la poitrine de la belle, que tes doigts l’enlèvent ; s’il n’y a pas de poussière, enlève tout de même celle qui n’y est pas : tout doit servir de prétexte à tes soins officieux. Le manteau, trop long, traîne-t-il à terre ? Prends-en le bord, et, avec empressement, soulève-le du sol malpropre. Aussitôt, récompense de ton zèle officieux, sans que ta belle puisse s’en fâcher, tes yeux verront des jambes qui en valent la peine.

Circus maximus (Rome). Peinture de Jean-Léon Gérôme, Musée de peinture de Chicago

Regarde également tous ceux qui seront assis derrière vous : que leur genou ne vienne pas d’appuyer trop fort contre son dos délicat. De petites complaisances captivent ces âmes légères : plus d’un s’est félicité d’avoir arrangé un coussin d’une main prévenante. On n’a pas regretté non plus d’avoir agité l’air avec un léger éventail et d’avoir placé un tabouret creux sous un pied délicat.

Toutes ces facilités pour un nouvel amour, tu les trouveras au cirque […]. On parle, on touche une main, on demande un programme, on engage un pari sur le vainqueur, et voici qu’une blessure vous fait gémir, que l’on sent une flèche rapide et que l’on joue soi-même un rôle dans les jeux que l’on regarde.

OVIDE, L’art d’aimer, Livre I.