Archives par mot-clé : Royaume-Uni

Une façon de penser le football de J. Barbier

Joachim Barbier est journaliste à So Foot depuis 2003 et a déjà écrit trois livres sur les aspects sociaux du football. En 2010, à l’occasion de la Coupe du Monde en Afrique-du-Sud, il co-signe avec Antoine Derouet Football made in Afrique sur les enjeux humains et économiques du football africain. Deux ans plus tard, il tente d’expliquer pourquoi la France appréhende mal le football et sa culture dans : Ce pays qui n’aime pas le foot . Dans Une façon de penser le football, co-signé en 2003 avec Christophe Lalo (photographe) et Rémi Pépin (graphiste),  il nous parle plus spécifiquement de la passion qu’il a pour les stades, depuis tout petit, quand il comprit qu’il ne serait pas un supporter de club comme ses copains mais un amoureux des stades.

 

Géométrie, architecture et stade
Quand j’étais enfant, j’ai dessiné deux choses, enfin trois, des chevaux, des Indiens et des stades. Le moment le plus excitant consistait à remplir les énormes tribunes. Car dans tous les cas, mon dessin sanctifiait le jour du record d’affluence. Donc, j’entassais, j’entassais des tas de gens, au mépris de l’avis de toutes les commissions de sécurité. Mes stades de 40 000 personnes en accueillaient facilement le double. Comme tous les spectateurs étaient debout, il suffisait de dessiner des têtes. Donc, des ronds. En 20 minutes, je te bourrais le Kop de Liverpool. Au préalable, le plus emmerdant était la question de l’architecture. Il fallait un peu toucher au niveau perspectives pour dessiner des tribunes un tant soit peu imposantes. Il était aussi impératif qu’elles ne s’effondrent pas au premier but. J’ai appris les rudiments de la géométrie avec le football.

L’approche du stade
Le meilleur moment : s’approcher d’un stade. Il y a cet instant magique où vous rentrez dans le flot des gens qui se dirigent vers ce lieu unique de communication. Vous le savez. Tout d’un coup, vous n’êtes plus seul. Cela tient, au-delà des signes distinctifs, à des regards dans une rame de métro, dans un tramway ou un train de banlieue. « Et lui, est-ce qu’il y va ? » se demande-t-on. Les stations qui jouxtent les stades sont parfois aussi mythiques que les arènes qu’elles desservent. A cause de la promiscuité, les transports collectifs sont le meilleur moyen de se sentir vivant avant le match.

Se rendre au stade en voiture ne vaut pas tripette, trop perso. Sorti de la station, vous entendez le bruit des pas sur le macadam. Inconsciemment, vous accélérez le rythme au fur et à mesure que le stade et l’heure du coup d’envoi approchent. Les bonnes odeurs de mauvaise bouffe, les cris des vendeurs de programme, les chants des supporters qui montent. Vous poussez le portillon, ça couine. Vous y êtes. S’approcher, appréhender et faire connaissance avec un stade.

On échappe rarement à la comparaison avec l’image offerte par la télévision. Elle écrase le terrain et étire les gradins. La retransmission sacrifie toujours une tribune, une latérale, souvent d’honneur, invisible à l’écran, celle où sont placés caméras, commentateurs et VIP. Aller au stade pour découvrir la tribune invisible, l’envers du décor, la coquille extérieure, tout ce que la télévision ne montre jamais quand elle pose ses gros sabots autour d’un terrain.

Aller au stade pour voir l’emballage de « la Bonbonera », le terrain de Boca Junior, le plus beau au monde. Aller au stade pour serrer la pogne de Bill Shankly, le mythique manager de Liverpool, dont la statue trône devant Anfield comme une figure tutélaire. Aller au stade pour regarder la façade d’Highbury, avec son canon en bas-relief, l’emblème des Gunners d’Arsenal. Anfield, Highbury, finalement n’ont pas l’air si grands en réalité. Les stades paraissent toujours plus petits avec les yeux grands ouverts.

Bristol
J’ai habité à Bristol. Southville. A quelques centaines de mètres d’Ashton Gate, le stade de Bristol City. J’avais trouvé un endroit d’où je pouvais voler une vue des tribunes, comme on va se déniaiser au peep show à 10 balles. Il était vraiment caché ce stade, j’ai mis longtemps à le découvrir, tapi comme un teckel aux aguets.

Quand tu t’approches de Bristol, l’une des premières choses qui prouvent que tu quittes la campagne, c’est le stade des Rovers, l’autre club de la ville. C’est un peu la tête de gondole du football bristolien, un drôle de petit stade avec une seule tribune couverte. Je n’y suis allé qu’une fois. J’avais quitté Bristol depuis plusieurs années. Les Rovers n’y jouaient plus. Le terrain avait disparu, remplacé par un cynodrome pour courses de lévriers. Juste pour le folkore – voix rocailleuse des bookies, effluves de graillon et de bière tiède – le voyage valait toujours le détour, façon jaquette de Blur (Park Life). La dernière fois que je suis retourné à Bristol, l’anneau à whippet avait été rasé. A la place, il y a maintenant un grand magasin de bricolage, apparemment très fréquenté le samedi.

Depuis, arriver à Bristol par la M4, l’autoroute de Londres, est devenu beaucoup moins excitant. A chaque fois que je m’approche, que je traverse ou que je contourne une ville qui compte sur la carte de l’Europe du football (pour Bristol, c’est affectif, cette ville ne compte sur aucune carte du foot), j’espère toujours apercevoir un bout de tribune, un toit de stade. Quitte à passer pour un affreux macho, c’est aussi bon que de plonger dans un décolleté .

Joachim Barbier, Une façon de penser le football, Ed. Façon de penser, Paris, 2003.

Groundhopping

Comme il y a des spotters (passionnés d’avions parcourant aéroports et aérodromes), des trainspotters ou ferrovipathes (fans de trains et de matériels ferroviaire), il existe des groundhoppers, littéralement des « sauterelles de stades » par dérivation du mot grasshopper, la sauterelle.

L’objet du groundhopping est d’assister à au-moins un match dans le plus de stades possible. Ce loisir qui est clairement lié au football remonterait aux années 70 en Angleterre. Il s’est répandu depuis en Europe du Nord (Allemagne, Belgique, Pays-Bas, pays scandinaves). Peu présente en France, cette pratique commence à se développer et des fans développent les premiers blogs.

Guide des stades pour groundhopper, version allemande, 2015-16

Le groundhopping fait l’objet de nombreux sites internet, de guides de voyage comme le Groundhopping Informer et  parfois même d’associations, comme le 92 club qui rassemblent ceux qui ont vu un match dans chacun des stades des équipes actuelles de Premier et Football League d’Angleterre et du Pays-de-Galles.

 

Ground

 Jusqu’à une date assez récente les Britanniques n’avaient pas jugé utile d’appeler leur stade par un nom particulier. Le stade ne portait souvent d’autre nom que celui de sa rue ou son quartier (The Den, The Valley, White Hart Lane, Landsdowne Road, Anfield, etc.). Il était parfois appelé du nom du parc qui lui avait fait une petite place (St James’ Park de Newcastle). Le plus souvent, le stade s’appelait modestement ground, comme le Boleyn Ground (ou Upton Park), l’ancien stade de West Ham Utd de Londres ou le Old Show Ground de Scunthorpe Utd.

Le ground renvoie à l’idée d’un terrain en herbe sur lequel on joue à des jeux de balles. Il renvoie aussi à l’idée d’enracinement des clubs (to be ground : être enraciner) dans un quartier ou une ville. Depuis le rapport Taylor (1988) les stades britanniques ont considérablement évolué, y compris dans leur dénomination.

Highbury Square, Extrait de Martin Scott Andrews, From Football Grounds to Soccer Stadiums

Arsenal, le club de Londres en est l’illustration. Le vieux stade, Highbury, a été démoli pour faire place à une opération immobilière (Highbury Square). La nouvelle enceinte a pris le nom doublement moderne d’Emirates Stadium, alliance de référence vintage au latin et au sponsorship via le naming.

Du Scunthorpe Utd au Sainsbury Ltd. Extrait de Martin Scott Andrews, From Football Grounds to Soccer Stadiums

L’évolution anglaise de la dénomination des enceintes sportives est dénoncée par Martin Scott Andrews dans From Football Grounds to Soccer Stadiums: « Driven by globalisation, this change has seen the loss of the traditional football ‘ground’ from city centres and the advent of the multi-use ‘stadium’ out-of-town. We have moved from a centrally located place of shared and passed-on customs to a peri-urban situation of social ‘equality’ through dislocation and individualisation ».

Pour en savoir plus: Martin Scott Andrews, From Football Grounds to Soccer Stadiums, University of the West of England, Bristol, MA dissertation in Architecture, 2011.

Kop

Les parties inférieures des tribunes derrière les buts (plus rarement en latéral) sont constituées de gradins populaires où se rassemblent historiquement les fans. Le terme a son histoire. C’est une référence à une tribune du stade Anfield de Liverpool, Spion Kop ou Kop Stand, dans laquelle s’entassent les supporters acharnés du Liverpool FC. Devenu mythique, le nom de cette tribune a fini par désigner en Europe soit une tribune populaire soit un noyau de supporters radicaux.

Le Spioen Kop, un terme signifiant “la colline de guet” en afrikaans (langue des Sud-Africains d’origine hollandaise) est une montagne de la province du Natal sur laquelle s’étaient retranchés les Boers, ces paysans afrikaners en révolte contre le Royaume-Uni lors de la Seconde Guerre des Boers de 1900.

A Handbook of the Boer War, Gale & Polen Ltd, Londres & Aldershot, 1910.

Les troupes britanniques essuyèrent de lourdes pertes dans les assauts infructueux de la colline. L’émotion suscitée par la mort de nombreux jeunes de Liverpool conduisit  en 1906 Ernest Edwards, du Liverpool Daily Post et du Liverpool Echo à proposer de donner à la nouvelle tribune le nom de la bataille de Spion Kop.

Un siècle plus tard, la petite bataille coloniale est devenue un symbole du militantisme supporteur…

D’après CHARBONNIER Grégory, ROUX Jean-Michel et SANQUER Cendrine, Le stade Geoffroy-Guichard. Un club, un public, Saint-Étienne : Ville de Saint-Étienne, collection Trames urbaines n°5, 2006, 67 p., cartes et ill.

Ivanhoé de Walter Scott – la passe d’armes d’Ashby

Au Moyen-Age, les lices sont la partie extérieure de l’enceinte faite de palissades défendant l’accès des châteaux forts. Elles désignent par métonymie, l’espace entre le rempart et cette enceinte. Cet espace clos, entouré de palissades ou de fossés accueille les tournois d’où les expressions « descendre dans la lice » ou « entrer en lice ».
Ce nom a ensuite servi à désigner, par analogie, tout champ, place ou terrain destiné à des tournois ou autres exercices en plein air. Les combats de chevalerie relèvent à l’origine de l’exercice militaire. Nul part les tournois prennent une telle ampleur qu’ils nécessitent la construction d’un équipement pérenne. Tout au plus construit-on des tribunes temporaires pour l’accueil des dignitaires. Dans l’extrait ci-dessous d’Ivanhoé (publié en anglais en 1819 et traduit ici par Alexandre Dumas), Walter Scott nous dépeint avec brio la lice d’Ashby.

 

La passe d’armes, comme on l’appelait alors, devait avoir lieu à Ashby, dans le comté de Leicester, parce que les champions de la plus haute renommée allaient y tenir la lice en présence du prince Jean lui-même, qui voulait honorer ainsi ce tournoi. Cette passe d’armes avait donc attiré l’attention générale, et une immense foule de gens de toute condition accourut, dès le matin, au lieu désigné pour le combat.

Ce spectacle était des plus pittoresques. Sur la lisière d’un bois situé à moins d’un mille de la ville d’Ashby, s’étendait une vaste prairie du plus beau et du plus rare gazon, entourée d’un côté par la forêt, et bordée de l’autre par des chênes isolés dont quelques-uns avaient acquis un volume immense. Le terrain, comme s’il eût été façonné exprès pour les évolutions militaires qui se préparaient, descendait de tous côtés en pente jusqu’à un espace nivelé dont on avait fait un enclos pour la lice au moyen de fortes palissades. Cet espace occupait une surface d’un quart de mille, en longueur, sur un huitième de mille environ, en largeur. La forme de cet enclos était celle d’un carré oblong, sauf que les coins en étaient considérablement arrondis, afin d’offrir plus de commodité aux spectateurs. Les entrées, pour le passage des combattants, situées aux extrémités du sud et du nord de la lice, étaient accessibles à l’aide de fortes portes de bois, par lesquelles deux cavaliers pouvaient entrer de front. À chacune de ces entrées se tenaient deux hérauts accompagnés de six trompettes, d’autant de poursuivants, et d’un corps nombreux d’hommes d’armes destinés à maintenir l’ordre et à s’assurer de la qualité des chevaliers qui se présentaient pour prendre part à cette joute militaire.

Sur une plate-forme située au-delà de l’ouverture du sud, formée par une élévation naturelle du terrain, on découvrait cinq magnifiques pavillons ornés de bannières rouges et noires, qui étaient les couleurs adoptées par les cinq chevaliers tenants. Les cordes des tentes étaient de la même couleur. Devant chaque pavillon était suspendu l’écu du chevalier qui l’occupait, et à côté de l’écu se tenait son écuyer, singulièrement travesti, en faune ou en quelque autre être fantastique, selon le goût de son maître et le rôle qu’il lui plaisait de prendre pendant la joute. […]

Le tournoi d’Ashby-de-la-Zouche par G. Soper

À l’entrée de la lice, un passage large de dix toises conduisait en pente douce à la place où étaient les pavillons. Ce chemin était muni d’une palissade de chaque côté, ainsi que l’esplanade devant les pavillons, le tout gardé par des hommes d’armes. L’ouverture au nord de la lice formait une entrée semblable, de trente pieds de large, à l’extrémité de laquelle était un grand espace clos pour les chevaliers qui se disposeraient à entrer en lice contre les tenants ; au-delà de cet espace étaient des tentes avec des vivres et des rafraîchissements de toute espèce, avec des armuriers, des maréchaux-ferrants et autres serviteurs prêts à offrir leurs services partout où l’on en aurait besoin.

L’extérieur de la lice était en partie occupé par les galeries provisoires, couvertes de tapisseries et de tentures, et munies de coussins pour la commodité des dames et des seigneurs qu’on s’attendait à voir au tournoi. Un étroit espace entre ces galeries et la lice était réservé à la milice bourgeoise des campagnes et aux spectateurs d’un ordre supérieur aux basses classes, et aurait pu se comparer au parterre d’un théâtre. La multitude mélangée stationnait sur de grands talus de gazon préparés à cet effet, ce qui, avec l’aide de l’élévation naturelle du terrain, la mettait à même de dominer les galeries et de jouir d’une belle vue sur la lice.

Outre la commodité qu’offraient ces diverses places, des centaines de spectateurs avaient grimpé sur les branches des arbres qui entouraient la prairie, et le clocher même d’une église rurale, située à quelque distance de là, était encombré de spectateurs.

Il ne reste à parler, après ces dispositions générales, que d’une galerie située au centre même, du côté oriental de la lice, et, par conséquent, tout vis-à-vis de l’endroit où l’on attendait le choc du combat, qui était plus élevée que les autres galeries, plus richement décorée et ornée d’une espèce de trône surmonté d’un dais où brillaient les armes royales. Des écuyers, des pages et des yeomen, ou milices bourgeoises, en riche livrée, se tenaient autour de cette place d’honneur, destinée au prince Jean et à sa suite.

La joute devant la galerie

Vis-à-vis de cette galerie royale, on en voyait une autre au même niveau, sur le côté occidental de la lice, et décorée plus gaiement, quoique avec moins de luxe que celle réservée au prince. Un cortège de pages et de jeunes filles, les plus beaux et les plus belles qu’on avait pu trouver, parés d’un costume de fantaisie vert et rose, entouraient un trône orné des mêmes couleurs.

Parmi les guidons et les bannières, sur lesquels se voyaient des cœurs blessés, des cœurs brûlants, des cœurs saignants, des arcs et des carquois, et tous les emblèmes ordinaires attribués au triomphe de Cupidon, une inscription étincelante faisait connaître aux spectateurs que cette place d’honneur était destinée à la royne de la beaulté et des amours. Mais personne ne pouvait deviner le nom de la dame qui devait, dans cette occasion, représenter la reine de la beauté et des amours.

Sur ces entrefaites, les spectateurs de toutes les classes arrivaient en foule pour occuper leurs places respectives, non sans se disputer relativement à celles qu’ils avaient le droit de prendre. Quelques-unes de ces disputes furent tranchées sans cérémonie par les hommes d’armes, et les manches de leurs haches d’armes, et les pommeaux de leurs épées furent employés comme arguments pour convaincre les plus récalcitrants. D’autres, produites par les prétentions rivales de gens d’un rang plus élevé, furent résolues par les hérauts ou par les deux maréchaux du camp, Guillaume de Wyvil et Stéphen de Martival, qui, armés de toutes pièces, parcouraient la lice pour maintenir le bon ordre parmi les spectateurs.

The Rescue of Ivanhoe, gravure de R. Staines d’après T. Allom Corson

Peu à peu les galeries s’emplirent de chevaliers et de seigneurs en robes de paix, dont les longs manteaux aux riches couleurs contrastaient avec les habits plus gais et plus splendides des dames, qui, en nombre encore plus grand que les hommes mêmes, s’étaient réunies pour jouir d’un spectacle que l’on aurait pu croire trop sanglant et trop périlleux cependant pour plaire à ce sexe.

Le moins élevé des deux enclos se trouva bientôt rempli par des bourgeois et des citoyens notables, et par ceux de la petite noblesse qui, par modestie, par pauvreté, ou par des titres mal établis, ne pouvaient prétendre à des places plus distinguées .

Walter Scott, Ivanhoé, 1820, traduction de l’anglais par Alexandre Dumas