Archives par mot-clé : Saint-Etienne

Le feuilleton du rachat de Geoffroy.

Le 7 avril 2017, s’ouvriront les négociations pour le rachat du Stade Geoffroy-Guichard entre l’ASSE, club locataire, et Saint-Etienne Métropole, son propriétaire actuel. En attendant, petit retour historique sur dix mois d’échanges verbaux par presse interposée.

L’ASSE est actuellement locataire d’un stade qu’elle a fait construire en 1931 puis qu’elle a vendu à la mairie avant que celle-ci ne transfert la propriété à son inter-communalité. C’est cette dernière qui a assuré la maîtrise d’ouvrage des travaux de rénovation du stade pour l’Euro 2016 de football (72 millions d’euros). Depuis le stade constitue certes un très bel outil de travail mais le club n’en possède pas la pleine jouissance… au contraire de son voisin lyonnais ou de nombre de grands clubs européens, ce qui semble devoir mettre un frein aux ambitions sportives du club.

Travaux de rénovation du stade pour l’Euro 2016. Juillet 2014.

Lors d’une interview donnée le 8 août 2016 à l’AFP dans les locaux de France Bleue Saint-Etienne Loire, le co-président de l’ASSE, Roland Romeyer, évoque les ambitions européennes du club mais souligne que les grands clubs européens sont dans de grandes villes, or Saint-Etienne ne peut compter que sur 170 000 habitants (population de la seule ville). Le club réaliserait donc de la « sur-performance » eut égard à la taille de sa ville et son budget – le 7e ou 8e budget français – qui peine à dépasser les 70 millions d’euros.

Le co-président évoque la difficulté à faire plus que ce qui a été déjà entrepris en terme d’acquisition de ses outils de travail: « au plan marketing, nous avons repris la gestion de notre boutique, acheté l’hôtel-restaurant le Chaudron vert, nous sommes propriétaires de notre siège-centre d’entraînement et de formation et avons ouvert le premier musée en France consacré à un club (130.000 visiteurs). »

Il entrouvre alors une porte: « pour augmenter le budget, il nous faut devenir propriétaire du stade Geoffroy-Guichard, symbole de l’ASSE, comme l’incite la loi Braillard, ce qui nous permettrait d’en avoir la gestion sept jours sur sept avec l’exploitation des loges 365 jours par an ou d’un restaurant par exemple ». Il rajoute même que les collectivités semblent à l’écoute de l’idée.

Vérification faite par les journaliste de France Bleue, « l’hypothèse a simplement été évoquée verbalement. Pas de réunion, pas de groupe de travail pour évaluer l’intérêt de céder le lieu le plus connu de Saint-Étienne. L’ASSE est donc acheteuse mais Saint-Étienne Métropole n’est pas vendeuse. En tout cas pas encore (…). Saint-Étienne Métropole n’est pas dans l’urgence de vendre : elle reçoit chaque année de la part du club de foot 1,35 million d’euros pour disposer du stade, une somme qui couvre quasiment les coûts d’exploitation annuels du Chaudron avec ses douze employés à temps plein. Mais elle perdrait un patrimoine d’une valeur symbolique très élevée ». Fin du premier acte.

Lors de l’automne 2016 et de l’hiver 2017, les échanges verbaux se multiplient. En février, Gaël Perdriau, maire de Saint-Etienne et président de Saint-Étienne Métropole, ouvre la porte aux négociations lors d’une interview avec France Bleue en rappelant cependant que, dans une vente, « il y a deux choses très importantes et qui sont et seront immuables. C’est un : l’intérêt du club – et quand je dis ça, c’est pas forcément celui des actionnaires – et deux celui de la collectivité donc Saint-Etienne Métropole. C’est ce qui va présider en tout cas les discussions. L’ASSE c’est un vecteur de communication pour le territoire qui est exceptionnel. Notre intérêt c’est que le club puisse se développer comme il le souhaite et atteindre les ambitions que nous partageons. Il faudra discuter du montage, du prix et de l’ambition pour le club. C’est présenté comme étant la solution. Nous voudrions en être sûrs. »

Le prix de 150 millions d’euro est alors avancé par le maire de Saint-Etienne ; prix qui fait bondir le club et s’étrangler son président. Fin du deuxième acte.

Reprise des négociations le 7 avril…

 

Pour en savoir plus sur l’histoire du stade Guichard:
– Stéphane Merle, « Le stade Geoffroy Guichard de Saint-Étienne, un « monument » du sport local ? », Géocarrefour [En ligne], vol. 79/3 | 2004, mis en ligne le 12 mars 2008, consulté le 22 mars 2017. URL : http://geocarrefour.revues.org/723 ; DOI : 10.4000/geocarrefour.723
– CHARBONNIER Grégory, ROUX Jean-Michel et SANQUER Cendrine, Le stade Geoffroy-Guichard. Un club, un public, Saint-Étienne : Ville de Saint-Étienne, collection Trames urbaines n°5, 2006, 67 p., cartes et ill.

La sélection des stades pour la Coupe du monde de rugby 2023

Le 9 février 2017, la Fédération Française de Rugby (FFR) s’est déclarée candidate pour accueillir la Coupe du Monde de rugby en 2023. Dix-neuf  villes étaient mentionnées lors de la présentation du dossier à la presse. Le Comité Directeur de la FFR vient de dévoiler les douze villes hôtes finalement retenues pour la candidature.

Douze villes mais onze stades ont été retenues (du plus grand au plus petit stade) :
Saint-Denis –Stade de France (80 000 places)
Marseille – Orange Vélodrome (67 000 places)
Lyon – Parc OL (59 000 places)
Lille Métropole – Stade Pierre-Mauroy (50 000 places)
Bordeaux – Matmut Atlantique (42 000 places)
Saint-Etienne – Stade Geoffroy-Guichard (42 000 places)
Lens – Stade Bollaert-Delelis (38 000 places)
Nantes – Stade de la Beaujoire (37 500 places)
Nice – Allianz Riviera (35 000 places)
Montpellier – Stade de la Mosson (32 000 places)
Toulouse – Stadium de Toulouse (33 000 places)

Paris est la douzième ville. Son stade – en plus de Saint-Denis qui accueillera la finale – n’est pas encore connu: Jean-Bouin et le Parc-des-Princes sont les deux options possibles. L’U arena de Nanterre, future stade du Racing 92 a été écartée.

Sept villes se sont désistées entretemps ou n’ont pas été sélectionnées: Valenciennes (Stade du Hainaut), Le Havre (Stade Océane), Rennes (Roazhon Park), Le Mans (MMARENA), Sochaux (Stade Auguste-Bonal), Grenoble (Stade des Alpes) et donc Nanterre.

La FFR a expliqué vouloir déposer le meilleur dossier pour la Coupe du Monde 2023 et  justifie la sélection sur les critères suivants :

  • « La plus grande capacité de spectateurs potentiels (grand public et hospitalités)
  • La plus grande capacité hôtelière
  • Des stades de très haut niveau répondant aux standards des plus grands événements internationaux
  • Des villes hôtes mobilisées et expertes dans l’accueil des événements internationaux »

Notons simplement, qu’en l’état, la sélection fait la part belle aux stades de football. En-dehors du Stade de France, antre des équipes de France de football et de rugby et du Matmut Atlantique de Bordeaux qui accueille quelques affiches de l’UBB (Union Bègles-Bordeaux), les autres stades sont le domicile de clubs de football de Ligue 1 et Ligue 2 (Lens). Quand un club professionnel de rugby jouent dans ces villes, c’est alors dans un autre stade, plus petit: le Stade Ernest-Wallon à Toulouse, le Matmut Stadium de Lyon ou l’Altrad Stadium de  Montpellier.

Spectateurs, supporters, fans… et visiteurs

L’ambiance d’un stade comme Geoffroy-Guichard dépend en partie de son architecture, de la nature du match qui s’y déroule (championnat de France ou coupe du monde) mais aussi de la composition très particulière du public : spectateurs, supporters, fans mais aussi visiteurs contribuent tous, à leur manière, à façonner l’ambiance du “chaudron”. Retour sur un texte publié en 2006.

 

Le spectateur
Il vient pour assister à un spectacle mais n’est pas directement partie prenante du match. En principe plutôt sympathisant de la cause, il n’en demeure pas moins que sa posture se résume comme suit : “c’est la télé mais en mieux”. Son principal souci est de bien voir. Il recherche donc les tribunes latérales ou supérieures ce qui l’éloigne de fait des tribunes où se massent supporters et fans. Certes il vient pour écouter les “chœurs de Geoffroy-Guichard” mais il n’y participe guère. Il ne devient actif qu’à de brefs moments : sur un but marqué ou pour siffler les acteurs d’un mauvais spectacle. Il peut parfois avoir les oreilles qui sifflent lorsqu’il doit subir les “le stade avec nous !” venus des kops

(télé)spectateur d’une loge regardant le match se déroulant dans le stade sur l’écran de télévision, un soir de grand froid.

En fait, le spectateur paie non seulement pour assister à un match mais surtout pour avoir le sentiment excitant d’être de la fête, pour se rendre compte de visu si Geoffroy-Guichard est vraiment à la hauteur de sa réputation. Il vient non seulement pour le match mais surtout parce que, comme le dit la chanson, l’ASSE a “un bon public et les meilleurs supporters”.

 

Le supporter
Le supporter vient assister à un match mais il soutient l’un des protagonistes. Il est déjà partie prenante du spectacle. Le supporter fait une expérience personnelle en venant assister à un match de son équipe. Il a une attente émotionnelle forte par rapport au résultat et à la manière qui fait que son attitude varie en fonction de l’issue du combat sur le terrain. Il est là pour regarder le match, bien entendu… mais tout en cherchant à être vu en tant qu’individu. Il se trouve dans toutes les tribunes et se remarque à son accoutrement.

Supporters stéphanois et nantais, 2006

Il marque visuellement son soutien aux Verts par le port de signes distinctifs : maillot (floqué à son nom dans le meilleur des cas), perruque, écharpe, casquette, drapeau, le plus souvent achetés à la boutique officielle. Il écoute à la fois les fans chanter et reprend à l’occasion les chants avec eux. Il “chambre” ou siffle aussi quand l’équipe perd, n’hésitant pas à donner son avis, à voix haute, sur les prestations de tel ou tel joueur ou sur les choix de l’entraîneur.

 

Les fans
Les fans sont, quant à eux, des supporters engagés et militants. Comme l’étymologie du nom l’indique ce sont des “fanatiques”. Ils s’inscrivent parfois dans un collectif pour retrouver des personnes partageant leur passion mais beaucoup viennent au stade, seuls ou en petits groupes, basés sur la famille ou la camaraderie. Pour les fans, le match est un combat qu’il faut gagner aux côtés des joueurs. Ils ne sont pas au spectacle, ils sont partie prenante d’un match et ont conscience de l’importance du rôle qu’ils y tiennent. Les tribunes derrière les cages, avec les deux kops, sont leurs points de ralliement.

Kop sud du Stade Geoffroy-Guichard, 2006

Être un supporter engagé de Saint-Étienne, c’est faire immanquablement du match une expérience très sensible et collective. On n’est jamais fan tout seul comme le dit le chant : “unis sous les mêmes couleurs, nous on chante tous en chœur”.  A Saint-Étienne, les fans qui sont organisés collectivement s’appellent ultras, ceux qui vont au-delà du soutien classique, ou Membres associés, ceux qui sont associés à la gestion du club.

Bâche d’une section d’Associés posée en bas de tribune, 2006.

Les Membres associés sont organisés à travers la France au moyen de sections qui regroupent les sympathisants d’une ville ou d’une région (par exemple la section n°1 des Associés est celle de Saint-Étienne, la section 11 celle de Limoges). Avec 212 sections de Membres associés réparties dans l’hexagone et à l’étranger, Saint-Étienne est le club de France qui possède l’organisation de fans la plus large et la plus équilibrée géographiquement. Ils possèdent la particularité d’être “associés” à la gestion du club. Ils ont ainsi des représentants au sein du Conseil d’administration, ont pignon sur rue au stade avec leur Maison des associés construite en 1998 et dans laquelle ils peuvent se retrouver les jours de match. Proche de l’état d’esprit des Membres associés, l’Union des Supporters Stéphanois (USS) rassemble des sections qui ont fait sécession depuis 2005. Elle compte 26 “groupes de supporters stéphanois”.

Les ultras sont des fans d’un genre apparu dans le milieu des années 80 à la suite de l’influence des tifosi italiens organisés sur ce modèle. Fortement structurés, ces fans lancent les chants et animent les tribunes avec rigueur et discipline. Les ultras ne sont pas toujours organisés en association de type loi 1901 et refusent tout lien avec le club. Ils préfèrent l’association de fait qui permet la liberté de parole et d’action par rapport aux dirigeants. Refusant tout financement officiel qui leur ferait perdre leur marge de manœuvre, ils possèdent leurs propres locaux en dehors du stade et organisent leurs déplacements qu’ils financent par l’adhésion de leurs membres, la gestion d’abonnements et la vente de produits dérivés (écharpes, bonnets, tee-shirts, sweat-shirts, etc.).

Contrairement aux Membres associés et à l’USS, les ultras ne sont pas structurés géographiquement. Ils possèdent bien quelques sections locales historiques1 mais ils préfèrent se rassembler en fonction d’une caractéristique liée à l’histoire du groupe (les plus âgés des Magic Fans se regroupent sous le nom de “vieille garde”, les plus jeunes sous l’appellation “jeune garde”).

Bâches ultras, Kop nord, 2006

Il y a trois groupes ultras à Saint-Étienne: les Magic Fans, les Green Angels et les Indépendantistes. Constitués en 1991, les premiers comptent plusieurs milliers de membres, ce qui en fait l’un des tous premiers groupes ultras de France par la date de fondation et l’influence. Ils occupent la tribune nord (kop nord). Créés en 1992, les Green Angels ont d’abord cohabité avec les premiers avant de rejoindre la tribune sud pour l’animer. Enfin, les Indépendantistes nés en 1998 n’occupent pas d’espace précis dans le stade et travaillent à l’organisation de déplacements.

Les visiteurs
La dernière catégorie du public de Geoffroy-Guichard est constituée par ceux qui viennent soutenir l’autre équipe. Pour le visiteur, qu’il soit spectateur, supporter ou fan, le stade Geoffroy-Guichard vaut le détour. Selon le mode d’obtention des places (par des connaissances locales, les clubs ou le marché noir), le visiteur peut se retrouver dans toutes les tribunes avec néanmoins une prédilection pour le “bloc 30”, la tribune réservée aux fans de l’autre équipe.

Ultras et fumigènes du PSG dans le bloc 30, 2006.

Ils viennent, bien entendu, pour voir le match mais aussi et surtout pour voir le fameux public stéphanois. Le moment du déploiement du tifo est ainsi particulièrement attendu. Si possible, les visiteurs vont eux aussi essayer de s’attirer les regards en organisant un petit tifo, en agitant des drapeaux, en déployant une banderole, en lançant des chants, etc. Jusqu’à l’évolution sécuritaire des années 1990, il était possible de rivaliser vocalement avec les Stéphanois. La limitation du nombre de places allouées et la concentration dans le “bloc 30” a limité les possibilités de dialogue. Quant aux contacts physiques, ils sont désormais limités par la force des choses et par les forces de l’ordre.

En fonction des matchs, il sera possible de trouver le contact avec les Stéphanois : amicalement pour les Bordelais avec qui les échanges sont paisibles ou franchement hostiles avec les Lyonnais ou les Marseillais. Stadiers et CRS chercheront alors à s’inviter dans la danse…

 

Extrait de CHARBONNIER Grégory, ROUX Jean-Michel et SANQUER Cendrine, Le stade Geoffroy-Guichard. Un club, un public, Saint-Étienne : Ville de Saint-Étienne, collection Trames urbaines n°5, 2006, 67 p.

  1. par exemple Ardèche ou Clermont pour les Greens Angels []

Logos, emblèmes et gestuelle

Les sections de supporters et les groupes d’ultras sont chargés d’animer le stade. Chacun possède ses propres emblèmes et logos qui les distinguent des autres. Cependant ensemble, ces différentes factions concourent à l’animation visuelle des tribunes par l’organisation de spectacles (les tifos) et d’une gestuelle complexe. Retour sur un texte publié en 2006 à propos du Stade Geoffroy-Guichard.

 

Logos et emblèmes
Chaque groupe ou section possède son logo ou sa figure emblématique. Les Membres associés et l’USS se choisissent généralement des emblèmes qui puisent dans l’imaginaire collectif des supporters de l’ASSE comme le chaudron ou la panthère noire. Plus radicaux, les Green Angels se sont choisis le chef indien Comanchero, symbole de courage, d’indépendance et de résistance ou un angelot armé d’une mitraillette.

Comanchero des Green Angels, 2006

Les Magic Fans, plus effrayants dans leurs références, ont pris pour emblème les personnages cinématographiques de Freddy et d’Alex, l’inquiétant personnage central du film Orange mécanique de Stanley Kubrick.

Freddy des Magics Fans, 2006

Les sections ou groupes marquent leur présence à un match par la pose d’une bâche, pièce rectangulaire de tissu plastifié, sur laquelle sont inscrits leur nom et logo. Elle se pose sur les grilles devant ou sur le côté de la tribune de manière à être vue. Dans le monde des ultras, “bâcher”, c’est à dire marquer sa présence, à chaque match à domicile et le plus possible à l’extérieur, est un minimum. La bâche cristallise les rivalités entre groupes ultras et elle est l’objet d’expéditions plus ou moins rocambolesques de chapardage comme autrefois les fanions des régiments… À domicile, la bâche des “IDS”1 vient rappeler que le kop nord est un sanctuaire ultra

 

Tifo
Lors de chaque match à Geoffroy-Guichard, une animation visuelle, le tifo((de l’italien “soutien”)),  est organisée dans chaque tribune, à l’entrée des joueurs sur la pelouse en première mi-temps (parfois en seconde période). Un tifo peut être composé de différentes façons : feuilles de différentes couleurs en plastique ou en papier, drapeaux, ballons de baudruche, banderole, rouleaux de papier toilette, confettis, voiles de tissu ou de plastique recouvrant une partie de tribune, fumigènes… Un tifo est un spectacle d’envergure créé et installé dans le stade pendant plusieurs jours.

Tifo « feuille », Kop nord, 2006

Un “tifo feuille” nécessite ainsi de scotcher des milliers de feuilles de papier sur les sièges d’une tribune. Brandies individuellement par chaque spectateur, elles feront apparaître pour ceux des autres tribunes un logo, un motif, un message. Le tifo sert avant tout à encourager l’équipe en créant un effet visuel impressionnant et spectaculaire. Il est ainsi objet de concurrence entre ultras de France, la réputation d’un groupe étant fonction de sa capacité à concocter de beaux spectacles. Il sert également à chambrer l’adversaire, en particulier lors des matchs importants.

Tito lors du derby ASSE-OL

En 2005, pour la réception de l’équipe de Lyon, les Greens Angels déploient ainsi une immense voile couvrant toute la tribune Sud. Elle représente une panthère saisissant au cou un lion blessé. Référence napoléonienne, les Magic Fans proposent pour un autre derby, un tifo représentant une pyramide avec une banderole accrochée aux grillages : “Du haut de cette tribune, dix titres vous contemplent”. Le tifo sert aussi à mettre en avant le groupe ultra en représentant ses emblèmes, ses initiales, sa date de création ou parfois rendre hommage à un membre du groupe décédé. Des messages sont aussi adressés à l’intention des joueurs, des dirigeants, à la Ligue Nationale de Football, aux chaînes de télévision ou plus généralement aux (télé)spectateurs: messages de protestation contre les matchs du lundi, la direction, les joueurs : “On accumule les kilomètres, vous accumulez les défaites. Le maillot, mouillez-le ou quittez-le !”.

« Carton rouge » adressé à la Ligue et au diffuseur du match…

 

Gestuelle
La “gestuelle” est l’art de créer un effet visuel de masse qui sera commun à un noyau de fans, une tribune voire à l’ensemble du stade dans les moments d’euphorie. A l’origine, il s’agit tout simplement d’agiter son drapeau ou bien de brandir une banderole au-dessus des têtes. Avec le mouvement ultra et l’impact des coupes du monde successives, la gestuelle va se développer et s’organiser en s’inspirant des exemples étrangers. Elle mobilise le corps de différentes façons : lever les bras pour indiquer le sens de l’attaque, brandir son écharpe au-dessus de sa tête pour colorer de vert et blanc la tribune, se lever et se rasseoir, se prendre par les épaules, sauter sur son siège, sauter sur son voisin (le pogo), etc.

Gestuelle ultra et fumigène, Kop sud, 2006

La coupe du monde argentine de 1978 popularise l’animation des tribunes par le lancer au-dessus des grillages de dizaines de rouleaux de papiers et l’envoi en l’air de confettis découpés dans des journaux. Datant de la coupe du monde de 1986 au Mexique, la ola consiste à lever subitement et brièvement ses bras en l’air comme ses voisins afin de créer l’effet visuel d’une vague parcourant les tribunes du stade. Quant à la figure dite de la “grecque”, elle consiste à se lever, se tenir par les bras avec ses voisins et sautiller sur place (parfois dos au terrain) pour créer un effet de houle.

Désormais interdits par la Ligue Nationale de Football pour des raisons de sécurité, les fumigènes participent aussi de l’animation des tribunes en dégageant des volutes de fumée qui rappellent que Geoffroy-Guichard est bien un chaudron. Ils continuent d’être introduits plus ou moins sous le manteau et les ultras stéphanois militent pour une utilisation raisonnée et contrôlée de ceux-ci. En attendant, les télévisions, friandes de ces images favorables à l’audimat, ouvrent régulièrement sur ces scènes colorées qui témoignent de l’intérêt du spectacle…

 

Extrait de CHARBONNIER Grégory, ROUX Jean-Michel et SANQUER Cendrine, Le stade Geoffroy-Guichard. Un club, un public, Saint-Étienne : Ville de Saint-Étienne, collection Trames urbaines n°5, 2006, 67 p.

  1. c’est-à-dire les interdits de stade []

Les chants de Geoffroy

Les chants qui résonnent dans le stade sont le plus souvent courts et répétitifs. Leur durée ne dépasse guère une ou deux minutes. Ce sont parfois de simples slogans chantés ou des chansonnettes de quelques couplets avec refrain. Le vaste répertoire puise dans les grands airs connus qui appartiennent à un patrimoine musical commun au plus grand nombre : hymnes nationaux, standards de la chanson française, anglaise ou italienne (variété, rock, pop, country, etc.), musiques de dessins animés, bandes originales de films voire chants folkloriques ou grands airs de la musique classique. Retour sur un texte publié en 2006 à propos du Stade Geoffroy-Guichard.

 

Depuis l’introduction du mouvement ultra dans les tribunes au milieu des années 80, l’animation sonore de celles-ci est parfaitement organisée voire encadrée… Avant, les chants partaient ici ou là, de manière spontanée, un peu comme en Angleterre ou pour les matchs de l’équipe de France. Aujourd’hui, chaque groupe ultra possède un capo1, à la fois “chauffeur de salle” et chef d’orchestre, qui est chargé de lancer les chants à l’aide d’un mégaphone et d’une sono plus ou moins performante. Debout sur le haut du grillage et face à la tribune, il ne regarde pas le match pour se consacrer à mettre l’ambiance.

Debout sur les grilles de Geoffroy, mégaphone en main pour lancer les chants

La préférence va à des airs simples et entraînants, pour qu’un maximum de personnes puisse reprendre les paroles, donner de la voix, encourager les Verts et impressionner joueurs et supporters adverses. Dans les chants, plusieurs thèmes se dégagent qui façonnent l’identité sonore des tribunes stéphanoises. L’identité s’exprime d’abord par l’attachement à la ville, à sa région et au passé ouvrier. Sélective, la mémoire se concentre sur la mine avec le “on est amoureux de Sainté, de toutes ses mines, de ses crassiers” (sur l’air de “Amoureux de Paname” de Renaud) ou le :
“Ce soir il va falloir chanter,
Encourager les Verts, allez, allez,
Pour que la lampe de mineur,
Retrouve sa lueur”.

Tifo rappelant le passier minier de la ville, Kop sud.

Le passé glorieux du club n’apparaît lui qu’en filigrane dans les chants. Il ne s’agit pas pour les supporters d’une nostalgie mais plutôt d’un héritage dont les joueurs doivent être dignes :
“Alors honorez ce maillot vert et blanc,
Et soyez dignes de cette équipe d’antan”.

Conséquence de 25 ans de disette, les chants qui “pérorent” se font rares en dehors du vieux tube commercial de Monty :
« Qui c’est les plus forts ?
Évidemment c’est les Verts !
On a un bon public et les meilleurs supporters,
On va gagner, ça c’est juré,
Allez, allez les Verts ! »

Tambour des ultras, Kop Nord

La fierté du fan s’exprime véritablement par sa fidélité à l’équipe qui est saluée partout en France : être toujours présent, dans les moments de victoire comme de défaite, à domicile comme à l’extérieur.
“Et s’il ne reste plus que toi,
Et que tu aies encore la foi,
N’oublie jamais de chanter,
Pour tes couleurs, pour ta fierté,
Saint-Étienne allez (ter),
Saint-Étienne allez (ter).”
sur l’air du “Yellow submarine” des Beatles

Enfin, l’identité se constitue par opposition au voisin lyonnais et à Marseille, le grand rival sportif. L’animosité s’exprime la plupart du temps sous forme d’insultes, parfois un peu plus finement à travers quelques refrains. Renversement saisissant des identités, Lyon devient alors sujet de raillerie pour son activité industrielle avec le “Lyon, c’est con, ça pue et ça pollue !”, allusion au couloir de la chimie de Feyzin par lequel les Stéphanois arrivent au stade de Gerland.

Le patrimoine marseillais, fierté locale, est lui raillé. Notre Dame de la Garde, “protectrice” des supporters de l’OM ou l’artère principale de la cité phocéenne sont ainsi menacées : “La Bonne mère, la Canebière, Marseille en flamme, Marseille en flamme !”

Enceinte, Kop Nord, 2009.

Chaque kop développe son propre répertoire et veille à son autonomie dans le lancement des chants ce qui provoque une certaine polyphonie… Elle n’est interrompue que lorsque un des kops apostrophe l’autre au cri de “Nous, nous sommes les Stéphanois !” L’autre répond alors en reprenant la phrase puis les deux tribunes chantent alors l’une après l’autre : “pour voir notre équipe gagner, tous ensemble on va chanter”.

« Dans toutes les villes
Et les petits villages
Devant nous défilent
Différents virages
Des tribunes en bois
Jusqu’au mythique Geoffroy
Pour le maillot vert
On sera toujours là!
la la la la la la la la… »
sur l’air du dessin animé “Remi sans famille”

Extrait de CHARBONNIER Grégory, ROUX Jean-Michel et SANQUER Cendrine, Le stade Geoffroy-Guichard. Un club, un public, Saint-Étienne : Ville de Saint-Étienne, collection Trames urbaines n°5, 2006, 67 p.

  1. De l’italien “chef”. []

L’expérience sensible du match de football. Frédéric.

Mais qu’est-ce qui définit une ambiance ? Comment advient-elle ? Comment la recueillir ? Comment l’analyser ? Il est possible d’aborder la question des ambiances d’un lieu (une place, une gare comme un stade) au croisement de trois dimensions : la dimension spatiale, la dimension sociale et enfin, pour ce qui nous concerne ici de la dimension sensible, ce que nos sens nous en disent.

Lors de la saison 2005-2006, la Ville de Saint-Étienne (Archives Municipales et Unité Ville d’Art et d’Histoire) commande une étude sur ce sujet à trois chercheurs grenoblois. Nous reproduisons ici une partie des récits de vie de spectateurs, supporteurs, fans locaux ou d’autres équipes. Cinquième et avant-dernier extrait des « récits de vie » : celui de Frédéric*.

A combien de match, venez-vous par an?
J’habite à 25 km de Grenoble mais je suis abonné. Je fais tous les matchs à domicile. Dans le passé, j’ai vu 34 matchs sur 38; cette année, environ 18 pour le moment. On est un « noyau dur » d’une dizaine de personnes, plus quelques occasionnels, ça dépend de l’affiche. Il y a toujours du monde pour PLM**. On vient en car et on se gare au plus près, sur l’avenue où une bande de parking sert aux bus. On essaie d’arriver le plus tôt possible, vers 18h00 pour un match à 20h00, ce qui fait qu’on part vers 15h30 de Grenoble pour les arrêts en cours de route.

Je fais aussi plus de dix déplacements par an, on se met avec les Indépendantistes stéphanois. On retrouve le car à Valence quand on descend vers le sud, à Sainté ou Villefranche pour le nord. C’est toujours très encadré. Par exemple pour un match à Paris, on est en relation avec le PC sécurité de Saint-Etienne lui-même en relation avec le PC sécurité Paris. Le car attend sur une aire de repos puis est escorté jusqu’au stade par les CRS. Ca dépend des matchs, pour l’AJA c’est une escorte tranquille.

Quand j’ai une connaissance dans la ville, il m’arrive d’y aller seul. A Bordeaux, Monaco ou Auxerre par exemple, tu peux t’y balader en vert. Jamais à PLM. Là, j’y vais « en civil » car c’est trop risqué. De toute façon, là il faut y aller en groupe car il y a plus de sécurité. Quand on y arrive, on est parqué dans un hangar comme à Marseille en attendant la fouille. C’est long. On fait quatre à quatre. Après on nous met dans une tribune réservée avec filet au-dessus et autour.

On suit les chants et tifos mis au point par les autres groupes. Nous c’est l’organisation des déplacements, c’est tout. La section à Grenoble existe depuis 1986 et compte plus ou moins 20 membres, plus les sympathisants. Entre groupes de supporters c’est à celui qui fait le plus de bruit et à ce jeu, on est pas mal à l’extérieur.

Encourager son équipe passe-t-il par le dénigrement de l’équipe adverse? Tout dépend des matchs, mais tout le temps pour PLM. J’ai pas envie de dire qu’on est différent, mais presque. C’est un autre monde. J’irai pas leur casser la gueule. On est violent verbalement mais pas physiquement. C’est bien un contexte particulier. Il existe aussi des alliances entre groupes comme les Magics et Bordeaux.

Si je connais la ville de Saint-Etienne en-dehors des matchs?  J’y vais de temps en temps, rarement hors match ; l’été pendant la trêve. J’y vais au centre-ville pour faire des emplettes. C’est beaucoup mieux qu’à Grenoble. J’ai appris à connaître récemment. J’ai des attaches alors ça fait des « occases » de visite. Je me repère bien à pied. C’est une ville ouvrière. Il y a des gens qui ont souffert par rapport à l’histoire de la ville, pas ici (note: à Grenoble). C’est le contraire des gens qui ont l’idée que c’est gris. J’aime me balader dans le vieux Saint-Etienne. Depuis deux ans, je connais pas mal.

Ma place au stade? J’ai fait toutes les tribunes depuis le temps! En y réfléchissant… sauf le kop sud en supérieur. J’ai pas le souvenir. Et dans le kop, il n’y a pas de place attitrée. C’est pour l’ambiance plus que pour suivre le match. On sait que Saint-Etienne est le meilleur public de France. Lens aussi est très bien mais je trouve que ça fait un peu trop kermesse avec la grosse caisse, tout ça… Ca fait un peu rugby. Nice aussi: très bien. Paris aussi. Marseille c’est de pire en pire, ça baisse au fil des années. Par exemple, dimanche c’était pas bon!

J’ai toujours été supporter mais je n’avais pas d’équipe préférée; c’est par un collègue qui était dans les Associés supporters. Et puis j’ai aussi entraîné plein de gens! L’hiver j’ai toujours l’écharpe, le maillot l’été, même à l’étranger, jusqu’en Turquie. Un fois un commerçant a reconnu Sainté! Il y a des villes où si on enlève le foot, y a plus rien! Auxerre, Sainté, Lens. Les gens savent où se trouve Saint-Etienne par  rapport au foot et pas pour un monument particulier.

Il n’y a que trois villes où que je ne sois pas allé: Le Mans, Nantes et Ajaccio mais j’y vais en mai… Sinon je suis allé voir plein de matchs pourris quand on était dernier en D2. On était fou!… mais c’est des bons souvenirs, ça reste!

* Frédéric est un pseudo.
** Le PLM n’est pas une compagnie de train mais Paris, Lyon et Marseille, les trois plus importants matchs d’une saison…
Entretien réalisé le 16 mars 2006, au Bar de la Préfecture à Grenoble, par C. Aventin.

L’expérience sensible du match de football. Cédric.

Mais qu’est-ce qui définit une ambiance ? Comment advient-elle ? Comment la recueillir ? Comment l’analyser ? Il est possible d’aborder la question des ambiances d’un lieu (une place, une gare comme un stade) au croisement de trois dimensions : la dimension spatiale, la dimension sociale et enfin, pour ce qui nous concerne ici de la dimension sensible, ce que nos sens nous en disent.

Lors de la saison 2005-2006, la Ville de Saint-Étienne (Archives Municipales et Unité Ville d’Art et d’Histoire) commande une étude sur ce sujet à trois chercheurs grenoblois. Nous reproduisons ici une partie des récits de vie de spectateurs, supporteurs, fans locaux ou d’autres équipes. Quatrième extrait de « récit de vie » : celui de Cédric*.

 

Vous êtes supporter de l’AS Monaco. Comment êtes-vous venu au match à Geoffroy-Guichard?
J’assiste à plus de 15 matchs par an, très rarement à Louis II. On est ultra de l’ASM mais on vient d’Île-de-France. On est un groupe ultra, les Inferni Biancorossi. On se déplace en voiture ou en J9. Saint-Etienne est à 5 heures de route. On se donne rendez-vous à proximité de l’autoroute pour prendre les autres, on est très juste dans les timings… On est une association de fait, c’est trop de pépins, trop compliqué autrement et on a zéro subvention. On est un petit groupe par choix et identité, 20 personnes, à plus nombreux, les gens ne représentent pas ce qu’on veut dans les tribunes. Les gens poussaient juste pour avoir des places, on devenait un tour operator… On est un groupe atypique. On arrive juste au coup d’envoi. On est ultra pour le côté festif, les chants, les drapeaux.

Stade Geoffroy-Guichard, parcage de l’ASM en  bloc 30, 2006.

On est classé en catégorie 2: « potentiellement dangereux ». C’est plus un malentendu qu’autre chose. Après c’est plus le folklore qu’une réelle provocation. Quelques craquages de fumis. Avec l’OGC, c’est du folklore. Avec Sochaux, un malentendu, une provoc’ partie en vrille et Rennes, un groupe d’indépendants qui ont chargé tous les supps’ qui passaient.

Saint-Etienne?
Saint-Etienne? Ca a gardé son côté emblématique. C’est vraiment intéressant. Comme d’hab, ils sont égal à eux-mêmes. C’est une ambiance extraordinaire, ça soutient du début à la fin. Les deux kops se répondent. On sent un gros investissement. On imagine pour un match plus important… C’est un public de fidèles, le plus chaud que j’ai vu. On sent que ça pousse; c’est un public qui a une âme. Le Vélodrome impressionne peut-être plus de par sa configuration mais pas pour les chants.

* Cédric est un pseudo.
Entretien réalisé le 4 avril 2006, sur le parking du stade après le match dans le bloc 30 (visiteurs).

L’expérience sensible du match de football. Sébastien

Mais qu’est-ce qui définit une ambiance ? Comment advient-elle ? Comment la recueillir ? Comment l’analyser ? Il est possible d’aborder la question des ambiances d’un lieu (une place, une gare comme un stade) au croisement de trois dimensions : la dimension spatiale, la dimension sociale et enfin, pour ce qui nous concerne ici de la dimension sensible, ce que nos sens nous en disent.

Lors de la saison 2005-2006, la Ville de Saint-Étienne (Archives Municipales et Unité Ville d’Art et d’Histoire) commande une étude sur ce sujet à trois chercheurs grenoblois. Nous reproduisons ici une partie des récits de vie de spectateurs, supporteurs, fans locaux ou d’autres équipes. Troisième extrait de « récit de vie » : celui de Sébastien*.

 

A combien de matchs assistez-vous par an?
A Saint-Etienne, ça fait longtemps que je n’y suis pas allé et à Grenoble, je vais à tous les matchs de Grenoble. J’ai passé quatre ans  à Paris, alors je suis allé une fois au Parc-des-Princes et une fois au stade de France, pour voir ce que ça donne, histoire de dire. Sinon j’allais souvent à Créteil pour voir justement et Grenoble et Saint-Etienne. Saint-Etienne ça fait longtemps que j’y suis pas allé. Je suis fan mais… modéré. Je ne fais pas de kilomètres pour voir un match. Quand je vais au match, j’amène mes neveux… et j’y vais en petit groupe. Mais bon, ça m’arrive aussi d’y aller tout seul. Surtout l’hiver. J’allais à l’extérieur quand ils allaient à Créteil. Et souvent j’allais voir les jeunes.

Mais il faut que je te dise qu’avant d’aller à Paris, quand j’étais sur Grenoble, j’étais pigiste pour le Dauphiné Libéré. Je faisais des comptes-rendus de tous les jours, comme l’équipe réserve de Grenoble et de l’équipe de jeunes qui était au niveau national. J’écrivais des articles. Et à chaque fois qu’il y avait une équipe de jeune de Saint-Etienne qui jouait dans la région, j’y allais aussi. Quelque soit l’équipe. J’étais pigiste depuis l’âge de 19 ans. J’ai arrêté quand je suis entré au CNRS. (…) J’aurais la possibilité de travailler parce qu’ils me relancent mais cela ne m’intéresse plus, ça m’a dépassionné du coup, le fait de rentrer dans… de comprendre le comment et pourquoi et puis les magouilles… c’est gangréné par l’argent.

Vous impliquez-vous dans les chants et la gestuelle?
Quand j’étais plus jeune, oui, mais maintenant moins. Parce que j’ai relativisé les… parce que les groupes de supporters, c’est plus ce que c’était. Maintenant c’est tout dans la vindicte, la… Ils s’accrochent avec l’équipe adverse, c’est plus vraiment de l’encouragement. J’ai connu Saint-Etienne, même si j’étais plus jeune, y avait pas de rivalité entre supporters et pas forcément de séparation. C’est arrivé à cause du hooliganisme, bon ben voilà. Je trouve que c’était plus sain.

Même à Grenoble, il y a eu des problèmes avec les supporters. Quand on va à Paris, tu as des cordons de CRS, tu ne peux pas te mélanger avec les supporters de base parce que c’est risqué. J’ai un copain qui a vu un mec qui a pris feu, qui s’est embrasé avec un fumigène! Dans le kop de Saint-Etienne. Alors, voilà… et puis des fois on ne voit même plus le match tellement… La fois où je suis allé au Parc-des-Princes avec un ami qui était abonné à la tribune Auteuil, donc dans un virage, et ben je suis monté tout en haut  parce que sinon on ne voyait rien. Je viens pour voir le match, pas que les supporters de PSG! C’est bien dans un sens parce que ça encourage, mais bon…

Et bon, les Stéphanois quand ils sont venus à Grenoble, la dernière fois, ils se sont battus entre eux. Il y en a un qui s’est fait tiré dessus à Mistral… Il y a des clubs de supporters de Saint-Etienne à Grenoble. Une fois un copain supporter stéphanois qui vient aussi voir les matchs à Grenoble, il s’est fait repéré par les supporters grenoblois, comme quoi c’était un supporter des Verts, il s’est fait passer à tabac. Heureusement qu’il y avait des stadiers qui étaient là. Ca devient n’importe quoi.

Des fois, même regarder le match avec mes amis, j’aime pas. Entendre des critiques qui sont pas fondées, du chauvinisme. Non. J’ai envie de regarder un match tranquillement. Le fait d’avoir travaillé dans le journalisme, sûrement. J’ai une approche du match moins passionnée. Et, bon, les débats de supporters… C’est plutôt un peu lourd quoi. Là-bas au CNRS à Paris, il y avait des Parisiens qui étaient supporters, mais quand ça allait à parler sur le foot… on n’était pas toujours d’accord et il y en a qui sont tellement excessifs. Ils vont se fâcher pour un match de foot! On va se fâcher pour des gens qui gagnent des millions, voilà!

Connaissez-vous la ville de Saint-Etienne en dehors du stade?
Pas trop. Ca fait longtemps que je n’y suis plus allé. J’ai un cousin qui habite Saint-Etienne. La dernière fois que je suis allé voir un match c’était… quand ils étaient en Ligue 2, donc… il y a trois ans je pense. J’ai des amis grenoblois expatriés! Mais je ne connais pas trop la ville et je la trouve pas trop intéressante. Sur le plan déjà, ben j’ai des échos comme quoi, il y a beaucoup de gens qui sont… par rapport au chômage… voilà, c’est un peu… ça tombe en désuétude la ville. Il y a beaucoup de population immigrée. J’ai une nièce de 19 ans qui fait ses études à Saint-Etienne. Elle me raconte que le soir elle est pas très tranquille. C’est un peu lugubre, c’est un peu… C’est plus ou moins la banlieue de Lyon. Enfin, c’est les échos que j’ai parce que moi… j’y suis allé pour les Verts, il n’y a rien de spécial qui m’a marqué.

Dessine-moi le stade?
Je ne sais pas dessiner! Comment représenter? Une sensation de vertige. Quand même la dernière que j’y suis allé, c’est le vertige. J’étais dans le stade et c’est assez raide! J’ai eu l’impression que si on bougeait trop… Vraiment cette sensation de vide. Alors, je ne sais pas comment le dessiner. Je ne sais pas. Tu es déjà monté en haut de la tribune? J’étais sur la droite et j’étais vraiment dans cette sensation…

Pente des gradins de la tribune Charles-Faurand, Stade Geoffroy-Guichard, 2006.

Depuis que cela a été rénové1, j’y suis allé deux fois je crois. J’étais dans la tribune de Paret et aussi dans la tribune d’honneur pour un match de gala mais financièrement, là, c’était une invitation. L’ambiance c’est pas comme avec le public grenoblois qui se manifeste quand… pour gueuler parce qu’ils sont pas contents. Là, c’est quand même des passionnés.

A Grenoble, ça dépend où j’ai des places. Quand il fait froid je suis souvent debout et puis bon, même si je ne suis pas un virulent, j’ai l’impression plus attentif debout, et puis comme Grenoble c’est pas toujours passionnant… Si je suis assis, j’ai l’impression que je m’endors, alors voilà, je reste debout. Je peux dire que j’ai découvert le foot à Grenoble, tout petit, et aussi grâce aux Verts juste avant la grande finale. Tout petit j’allais à tous les matchs de Grenoble et j’ai rarement dû en louper. J’ai aussi rarement payé ma place aussi! Quand j’étais petit je fraudais et maintenant je connais du monde, j’ai souvent des invitations.

Le public grenoblois, il est plus froid, plus spectateur. Il y a un petit kop, mais bon, en fait il s’appelle « kop sud » et il est dans le virage nord, ça m’a toujours fait rire! Je ne sais pas pourquoi il s’appelle comme ça. Ca montre le niveau. Oui donc assez froid, je pense que c’est un public de connaisseurs. Je pense sincèrement que s’il y avait eu l’équipe en Ligue 12 il y aurait eu beaucoup plus de monde, et peut-être plus d’ambiance. Parce qu’il y a beaucoup de Grenoblois qui vont voir des matchs soit à Saint-Etienne, soit à Lyon, soit même à Turin. Moi aussi je suis un peu supporter de Turin. J’ai trois équipes avec Grenoble, Saint-Etienne et Turin. J’ai des cousins, tous les quinze jours, il y a le club des supporters, ils vont à Turin voir un match. Moi non. Pour un match de foot, je ne suis pas assez…

* Sébastien est un pseudo.
Entretien réalisé le 21 mars 2006, à Grenoble, par C. Aventin.

  1. A la suite des travaux de rénovation pour la Coupe du Monde 1998 []
  2. Le GF 38 évoluera en Ligue 1 deux saisons: 2008-09 et 2009-10 []

L’expérience sensible du match de football. Valérie

Le club de football de l’AS Saint-Étienne a la réputation de bénéficier dans son Stade Geoffroy-Guichard d’une des meilleures ambiances de France. Mais qu’est-ce qui définit une ambiance ? Comment advient-elle ? Comment la recueillir ? Comment l’analyser ? Il est possible d’aborder la question des ambiances d’un lieu (une place, une gare comme un stade) au croisement de trois dimensions : la dimension spatiale, la dimension sociale et enfin, pour ce qui nous concerne ici de la dimension sensible, ce que nos sens nous en disent.

Lors de la saison 2005-2006, la Ville de Saint-Étienne (Archives Municipales et Unité Ville d’Art et d’Histoire) commande une étude sur ce sujet à trois chercheurs grenoblois. Nous reproduisons ici une partie des récits de vie de spectateurs, supporteurs, fans locaux ou d’autres équipes. Deuxième extrait de « récit de vie » : celui de Valérie*.

 

Combien de fois venez-vous au stade par saison ?
Presque tous les matchs. Depuis à peu près un an…Un peu plus d’un an. Avant je venais de temps en temps. C’est un prétexte de sortie. J’ai la chance d’être invitée dans les loges à chaque match, ça fait une sortie où je retrouve des gens que je connais. Tous le monde se connaît. Mais de tout façon, Saint-Etienne c’est un gros village, et le type de personnes qui est invité dans les loges… (hésite)… représente une certaine partie de la société stéphanoise, plutôt en général des gens actifs ou des chefs d’entreprise ou des politiques, une couche assez restreinte, et on se connaît tous.

Donc le lieu de rencontre à Saint-Etienne, c’est le stade ?
Oui. A Lyon ce serait l’opéra (rires). Oui c’est un lieu de rencontre, où on rencontre des gens de tous les âges. Parce que si on va à l’Esplanade c’est des gens plus âgés. Là on rencontre surtout les gens actifs de Saint-Etienne, parce qu’ils se servent tous des loges pour faire leurs affaires.

La loge sert à quoi ?
Ca sert à faire plaisir à certains clients, à tisser des liens commerciaux. Même quand l’équipe marche mal, les loges fonctionnent. Ca fait toujours plaisir. J’ai l’impression que les gens sont toujours contents d’être invités en loge. Même quand les verts étaient en D2. C’est vrai qu’il y avait moins de monde. C’est pratiquement plein à chaque fois. Quand il fait froid je regarde le match à l’intérieur. On se fait des échanges entre loges, on va se voir.

Alors finalement on sort peu dehors ?
Peu dehors, oui. Sauf quand il y a un match à gros enjeux, bon le derby évidemment on n’en perd pas une miette. Mais au début de la saison je regardais un peu plus et là je suis un peu démotivé…un peu démotivé par le comportement de l’équipe. J’ai l’impression que les joueurs s’en fichent complètement et puis je trouve pas qu’il y ait une bonne ambiance sur le terrain et je sens pas… parce que ensuite, après les loges on va souvent dans les salons du président… Qui sont en dessous, c’est un endroit très fermé, il faut montrer patte blanche, et là on voit un peu les dirigeants, on voit les gens qui sont vraiment impliqués dans le management de l’équipe et du club.

Je trouve que c’est pas dynamique du tout, l’équipe dirigeante n’a pas d’aura, pas de punch, ce sont des petits gestionnaires qui viennent avec leurs voitures immatriculées 69… Ah oui ! Le président, le président adjoint, c’est tous des 69. Je sais pas, ils ont dû s’acheter un joujou, et puis ils ont pas bien compris ce qu’est l’esprit stéphanois j’ai l’impression. A mon avis ça choque. Ca choque, c’est pas grand chose d’immatriculer une voiture, il y a toujours des moyens. Ce serait un peu une marque de respect pour l’équipe de se faire immatriculer 42, c’est symbolique, mais les symboles c’est fort.

L’équipe c’est un symbole, l’ASSE c’est un symbole. Il ne faut pas négliger ce genre de choses. Je pense que des dirigeants qui ne comprennent pas ça, il doit y avoir beaucoup de choses à côté desquels ils doivent passer et pas comprendre. Quand une équipe est démotivée c’est comme dans une entreprise, comme partout, c’est que la tête n’est pas bonne. Bon, moi je connais pas tout, mais c’est un sentiment que j’ai, une impression et que je ressens très fort aussi quand je vais dans les salons du président. Je sens pas une dynamique d’équipe, je sens pas une chaleur. On voit passer le président il est froid, distant.

Qu’est-ce que l’esprit stéphanois ?
L’esprit stéphanois c’est plusieurs choses. Il y a ce côté bon enfant, chaleureux, un petit peu, un côté… C’est un mélange : un côté paysan de la Haute-Loire descendu à la ville, mélangé avec l’esprit de la mine. Le mélange qu’il y a toujours eu entre les ouvriers et les patrons qui allaient dans les mêmes bistrots, dans les mêmes endroits. En ville, c’est difficile de trouver vraiment un beau quartier, parce que c’est toujours mélangé : un bel immeuble, ensuite des immeubles pourris, un bel immeuble. Tout le monde vit mélangé. C’est ça pour moi l’esprit stéphanois. Ca se ressent… dans le caractère des gens. Et la direction actuelle est trop distante. Je pense que du temps de Roger Rocher c’était autre chose. C’est pour ça que ça a marché. Pour que les supporters boudent comme ça, c’est qu’il y a un malaise.

Des loges, est-ce qu’on est proche des tribunes populaires ?
Oui, c’est important. Des fois je regarde plus les supporters que le jeu, je les trouve tellement plus vivant que les joueurs parfois. Mes fils ont leurs écharpes, mes oncles ont des écharpes, mes cousins ont des écharpes; moi j’ai pas d’écharpe.

Moi, je venais déjà au stade quand j’étais jeune. J’y venais quand j’avais 16 ans. J’étais dans les gradins debout, à l’époque où il n’y avait pas toutes ces grandes grilles, où les supporters escaladaient les poutrelles. Ils se mettaient à cheval sur les poutrelles qui soutenaient – parce que tout a été changé- qui soutenaient le toit. Oui, sous le toit ! Et puis, on avait le droit d’apporter à boire, c’était beaucoup plus… il y avait pas les problèmes qu’il y a maintenant dans les stades. Un service de sécurité beaucoup plus important.

Match ASSE-Aris Salonique, 1979. Source inconnue.

C’est drôle parce que je garde une certaine nostalgie de cette époque, l’époque de la grande équipe de Saint-Etienne, où je me gelais avec mes copains là-bas et qu’on rentrait on avait plus de voix, c’était à celui qui avait le moins de voix. On chantait, on criait, on sautait, dans les années 70. C’était beaucoup moins bien organisé. Il y avait pas… comment ça s’appelle ? Quand ils font des figures…

Les tifos ?
Oui, voilà, il y avait pas ça. C’était surtout des chants. C’est à cette époque qu’ils ont créé la chanson « Allez les verts ». Les autres chants ? Je ne me souviens plus, c’est vieux maintenant. C’est drôle parce que tout à l’heure quand on est arrivé en voiture vers le parking le plus rapproché du stade, il y avait les supporters qui arrivaient à pied et ceux qui faisaient la queue pour acheter leurs merguez et les hot-dogs. J’ai dis à Charles* : « j’ai envie d’un hot-dog avec un demi, j’ai pas du tout envie d’aller manger leurs petits machins sophistiqués dans les loges, un hot dog et un demi c’est ça qui me ferait envie…! » Même un peu grillé, c’est pas grave, ça fait partie de l’ambiance. Et puis on resquillait, à l’époque, on pouvait arriver à escalader les murs.

Et vous vous rappelez de votre premier match ?
Non… Je pense que j’avais 6 ans, avec mon père. Je m’ennuyais d’ailleurs à 6 ans dans les tribunes. Mais mes meilleurs souvenirs c’est là-bas dans les tribunes debout. C’était vers 76. J’ai dû les voir tous, mais je ne me souviens pas des noms, les grands matchs. Mon meilleur souvenir c’est la qualification pour la finale en 76, (elle hésite) quand ils ont gagné aux prolongations, je sais plus…

Et votre pire souvenir ?
J’en ai pas. A l’époque, mes copains partaient voir les matchs, ils étaient partis à Eindhoven, ils partaient en voiture… J’étais une fille, c’était surtout les garçons qui y allaient. Pour les matchs à la maison, c’était fréquent les filles, oui, oui. C’est vrai qu’aujourd’hui il y a plus d’hommes, mais il y a un bon pourcentage de femme, j’ai cette impression. Parfois j’ai eu peur, mais c’était pas de la violence. Les mouvements de foule faisaient peur, quand on se retrouvait tous à descendre, collés contre les grillages.

Et il y a un moment où vous avez cessé d’aller au stade?
Après j’ai quitté Saint-Etienne, j’avais 20 ans quand je suis partie. Après j’y suis pas retourné parce que j’avais un mari qui n’aimait pas le foot. Mon retour au stade est complètement parallèle à ma reprise de contact avec mes vieilles connaissances stéphanoise, une réintégration avec le milieu stéphanois.

C’est un retour en ville, qui se traduit par un retour au stade. Comme si la ville et le club était lié.
C’est indissociable. Enfin, pour moi… J’aimerais bien que l’équipe gagne. Je suis un mauvais supporter parce que, en fait, je suis contente quand ils jouent bien, mais je trouve – d’autant plus maintenant, avec la tournure qu’a pris le football – c’est plus qu’une histoire financière. Avec ce que gagnent les joueurs, j’ai du mal à admettre qu’ils s’en fichent, qu’ils aillent se soûler en semaine dans les boîtes de nuits, ça je l’admets pas.

Est-ce que vous avez des équipes que vous appréciez ou que vous n’aimez pas bien voir ?
Il y a un match qui m’a beaucoup plu, à cause justement de la bonne entente, c’est Bordeaux, parce que les supporters stéphanois sont partis saluer les supporters bordelais. Tout de suite, c’est toujours plus sympathique, quand les équipes se respectent, et qui s’apprécient, quelque fois il y a des vilains matchs où tous les coups sont permis…

* Valérie et Charles sont des pseudos.
Entretien réalisé lors d’ASSE/Nantes le 04 mars 2006 (température glaciale, neige au sol), 20h45, dans les loges du club.

Récit de l’auteur. Partie 4/4 – nouveau stade

4e et dernière partie de mon « récit de vie ».

Nouveau stade
Que dire sur le nouveau stade, livré pour le prochain Euro  ? Nouveau tellement les changements l’impactent. Il est au-moins resté en ville, contrairement à ce pauvre Gerland qu’on abandonne et qui mériterait au-moins une chanson cri de Sardou.

Il produit une ambiance trop manufacturée à mon goût. Il y a un langage « indu » du béton, de l’acier, des lumières crues. C’est bien travaillé… mais c’est travaillé. Ce n’est pas la résultante d’une lente évolution ; c’est le fruit d’un projet architectural (trop) maîtrisé par des archis qui ont bien appris leur leçon. Rien qui ne s’échappe, pas de faille, pas d’aspérité. Heureusement, les supporteurs stéphanois lui donneront du crédit, quoiqu’il arrive.

Je doute de l’intérêt d’englober les tribunes dans une enveloppe de métal dispendieuse et précieuse dans son discours. J’ai l’impression qu’il était inutile de faire plus que fermer les angles ; que le projet a renforcé l’introversion, singeant les stades elliptiques. Inutile. Ces stades-là ont pour fonction de donner l’illusion aux spectateurs d’appartenir à un seul corps et c’est pour cela qu’on les retrouve chez les Romains ou les grandes dictatures, là où il fallait, par l’architecture, ordonner les corps et les esprits. Sainté n’avait pas besoin de cela. Le football transcende encore naturellement toutes les couches de la société et la disposition des tribunes n’y joue pas de rôle. Le public des loges y est encore très populaire.

J’aimais Geoffroy quand il était un stade « à l’anglaise » avec quatre tribunes qui se regardaient, offrant des cadrages serrés sur les usines, les barres et tours des collines alentours. Un couplage de verticalité et d’horizontalité. Mais c’est le destin des stades à l’anglaise qui réussissent que de se fermer. Le cadrage serré sur la ville et ses collines a été maintenu dans le projet et revendiqué comme tel. Je n’y vois qu’un vasistas sur la ville.

Par contre, le travail sur les kops est intéressant. Leur taille, leur profondeur et hauteur sont impressionnantes. Des kops qui peuvent évoquer les anciennes populaires d’avant 1984 ou le mur de la Südtribüne du Westfalenstadion si on verse dans la dithyrambe. Le balcon supérieur est peut-être un des endroits les plus réussis : dedans et au-dessus à la fois. Hétérotopique.

En fait, je crois que j’aime le stade en chantier. J’y ai emmené deux amis le visiter récemment ainsi que des lycéens de Rive-de-Gier. Je l’avais déjà fait avec mon cousin lors des travaux pour la Coupe du Monde. Nous étions rentrés sur le chantier au culot et avions fait notre choix parmi les débris : des morceaux de béton peint des kops et ces fameux sièges criards. Ma mère les a retrouvé récemment au garage croyant avoir déniché un authentique morceau du mur de Berlin. Je n’ai jamais visité Berlin et un morceau de kop ne vaut-il pas plus qu’une relique de la Guerre froide, non ?

Jean-Michel ROUX, 4 novembre 2015

Récit de l’auteur. Partie 3/4 – le chemin du stade

3e partie de mon « récit de vie ».

Le chemin du stade
Si je n’ai jamais trouvé mon chemin de Damas avec les équipes grenobloises, je l’ai gardé avec Geoffroy. Aller au stade, c’est comme un fil d’Ariane qu’on maintient pour se dire qu’on est encore de la Loire. Un renouvellement irrégulier de ses vœux de fidélité à son département, à sa culture populaire.

Petit, le voyage au stade se faisait en un quart d’heure de routes glissantes. Maintenant, il nécessite de partir longtemps avant le coup d’envoi en raison l’angoisse des bouchons de la rocade Est de Lyon ou ceux qui s’égrènent le long de l’A47 : au pont de Chasse, dans le goulet d’étranglement de Givors, à Rive-de-Gier, etc. Quand tout part de travers, dès l’entrée sur la Rocade Est, le stress amène parfois à tenter des itinéraires bis de désespoir par les Moulins à Vent, les usines de St-Fons, par Brignais et La Madeleine. Le passage du col de Terrenoire, les crassiers de Méons, la plaine du Marais et le bulbe de l’église du Soleil, les terrains de Méons et le halo de lumière du stade dans le lointain redonnent alors l’espoir d’arriver à l’heure, au-moins pour la seconde mi-temps….

L’arrivée au stade se fait toujours depuis le même parking. Logique quand on descend des Monts du Lyonnais, moins quand on vient de Lyon ou Grenoble mais c’est ainsi. On laisse la voiture Allée de la Tour, sur le trottoir longeant les usines et à proximité d’un endroit où le Furan nauséabonde à l’air libre. Dès cette impasse, il est possible évaluer le taux de remplissage du stade au nombre de voitures présentes dans l’allée. De là, l’accès au stade se fait sur la route, les trottoirs étant gravis par les voitures. Le parcours fait apparaître un paysage unique. Les jardins ouvriers sur les terres en friches entre les usines, les maisons des piémonts de la colline de Montreynaud, le dépôt de l’Equipement avec ses tas de sels, les coffres ouverts des voitures pour les pique-niques autour de la glacière ou du pack de kro, les pompiers qui doivent veiller à maintenir une sortie de secours pour leurs véhicule. Et puis les premières clameurs vers le rond-point de la coop des charcutiers et de Métro, les camions kebabs, le passage sous l’autoroute et les tags marquant le territoire, les fers rongés par l’urine du mur de l’EDF, le stade de l’Etivallière.

Contrairement à ce que les sociologues peuvent dire de la géographie sociale des stades (comme celui du Vélodrome), j’ai l’impression qu’à Sainté, la place au stade ne dit rien de ses origines géographiques ou sociales. Elle n’est pas si stable que cela. Elle dit plus des parcours de vie.

Au milieu des années 80, avec mon père nous mettions à contribution tous les clients du PMU pour augmenter nos chances de gagner des billets gratuits au tirage de La Tribune-Le Progrès. Quand cela marchait, les places nous amenaient en latérale, tribune Henri-Point.

A la fin des années 80, ce furent les innombrables matchs avec les cousins et les copains du club de foot du village, avec ma sœur et ma cousine quand elles s’imposèrent à nous. Au tout début, le nomadisme était possible. Il était envisageable de changer de tribune populaire à la mi-temps, moyennant une petite course sous la tribune latérale et le risque de ne pas trouver place dans l’autre tribune.

Puis, ici comme ailleurs, l’avancement de la civilisation s’est traduit par l’interdiction du nomadisme. Il fallait devenir sédentaire et choisir son côté. Cela revenait alors à choisir sa tribune populaire « avec ou sans kop ». Kop ? Terme topographique boer passé à l’anglais via Liverpool et qui commençait à désigner la partie basse de la tribune populaire où commençaient à émerger une nouvelle forme de supportérisme – le mouvement ultra – rejeton lointain des torcidas organizadas brésiliennes, importées en Europe via l’ex-Yougoslavie et raffinées par les Italiens.

Dès lors nous allions en tribune Nord, dans l’axe de la cage, juste au-dessus du kop, ce petit noyau en fusion. Une position de choix, en péricentre du réacteur mais sûre pour les filles de petites tailles. On ne voyait jamais complètement l’aire de jeu mais au-moins étions-nous au cœur de l’action. Places qui correspondaient aussi à notre position dans la géographie culturelle des tribunes : de jeunes fans, proches de la mouvance ultra mais rétifs à l’idée de tout embrigadement.

Les places debout en demi-tarif scolaire ou étudiant demandaient alors un long temps d’attente dans la queue du guichet qui leurs était réservée, mais à 20 francs, elles rendaient l’attente acceptable. Et le personnel au guichet n’était pas regardant sur la validité des cartes d’étudiants… Les faussaires débutants s’en donnaient à cœur joie et avec l’assentiment général.

Puis nous avons migré dans la tribune Sud à partir de la rénovation de Geoffroy préalable à la Coupe du Monde de 1998. D’abord contraints et forcés, nous y sommes restés, habitués à l’ambiance même si l’accès et la sortie nécessitaient de remonter les flux à contre-courant. Nous avions la même stratégie micro-géographique (dans l’axe supérieur du – plus petit – kop), puis sur ses bords latéraux, effet d’un mouvement centrifuge lié à l’âge. J’y ai même trouvé mon épouse, un soir d’été. Depuis, c’est encore dans cette tribune populaire que j’aime revenir avec elle et ma belle-soeur. C’est là que je retrouve aussi mon père, ma sœur et son mari (un authentique fan de l’AJA, qui l’aurait cru !).

Aujourd’hui, le stade est devenu un terrain d’étude. Je ne le vois plus avec des yeux d’enfants mais comme un objet de travail. Cela gâche un peu le plaisir. Il m’est alors important d’amener des novices, de les initier, de les entendre commenter leurs ressentis. Revivre la première fois par procuration. Comme cette été avec ma fille – quatrième génération de la famille – et ses cousines lyonnaises. Le plaisir de la sentir appuyée sur mes épaules puis blottie dans mes bras pour regarder le match. Surpris de voir ces trois petites filles s’intéresser autant à la chose et se laisser peu à peu gagner par l’ambiance.

Récit de l’auteur. Partie 2/4 – déplacement(s)

2e partie de mon « récit de vie ».

Déplacement(s)
Comme beaucoup de « Stéphs », le bac m’a ouvert les portes de l’université. Il m’a aussi fait prendre la porte de la Loire.

L’université à Grenoble puis la vie qui oscillent des années durant entre capitales des Alpes, des Gaules et du Forez. Les années passant les retours aux sources s’estompent : hebdomadaires, mensuels, occasionnels, exceptionnels. Et sans qu’on y prenne garde, l’installation devient pérenne en Dauphiné. Sainté, Lyon, Grenoble, modeste drang nach osten. Je dois bien reconnaître, après 25 ans de vie grenobloise intermittente, un certain attachement à cette ville qui m’a poli, rendu plus urbain et civil. Par contre, je ne me suis pas attaché à ses clubs et ses stades. J’ai bien essayé mais je n’ai jamais pu supporter d’autres équipes. Je suis toujours, quelque part, un Ligérien déplacé.

A la fac, j’ai rencontré des tas de fans de foot et on a souvent sympathisé autour de nos clubs respectifs. Je garde d’ailleurs un œil distrait mais plein de tendresse sur ces derniers, mais je ne peux m’en sentir vraiment supporteur, tout au plus un lointain compagnon de route. De plus, il y a quelque de chose de troublant avec ces clubs. Tous jouent en bleu et arborent un lion sur le poitrail. J’ai suivi une douzaine de matchs de Macclesfield Town dans les profondeurs des divisions anglaises pour accompagner Franck et Brad, suivi à distance le Brescia de Silvano ; j’ai même assisté à un match de l’Avai d’Elson, l’une des deux équipes de Florianópolis au Brésil. Il a fallu que cela soit celle qui joue en bleu avec un lion rampant alors que l’autre, Figuerense, joue en vert et blanc. Ces clubs-là cherchent-ils à me faire passer un message subliminal ? Vis-je dans le déni ?

J’habite Grenoble mais je suis toujours habité par Sainté. J’enseigne l’urbanisme et la géographie à partir du prisme des stades. Folle idée ? Habile manière d’articuler travail et loisirs ? Comme beaucoup de petits garçons j’ai appris très tôt que les cartes de géographie de l’école primaire étaient bien incomplètes et sélectives. Qu’il n’y avait pas dans l’Hexagone que quatre fleuves et des chefs-lieux de département. Qu’il existait des géographies parallèles. Leurs cartes incluaient les seconds couteaux du maillage administratifs, les oubliés de la Modernité, les eaux de boudin de l’industrie. L’album Panini constituait leur Who’s who : Saint-Etienne, Gueugnon, Noeux-les-Mines, Saint-Ouen, Le Havre, Brest, Mulhouse, Abbeville, Montceau-les-Mines, Alès, Roubaix, etc. Des noms parfois connus des seuls lecteurs nostalgiques du Tour de France par deux enfants.

Avec mes cousins, nous témoignions d’un vrai enthousiasme à mémoriser les noms de ville et de stade. Nous répétions nos leçons, lors des soirées pyjama des grandes vacances. Stade Bauer ? Red Star. Francis-Le Blé ? Brest. Jules-Deschaseaux ? Le Havre. J’ai fais le déplacement avec mon cousin, 25 ans plus tard, un jour d’hiver au « Jean-Laville » de Gueugnon, en passant par les départementales enneigés du Roannais. Nulle indication de la ville à plus de 10 km de la destination, nulle étoile ou pylône guidant le berger. Certaines de ces villes ont été tout autant rayées de la carte par leur relégation sportive que par la fermeture de leurs usines et mines.

Nos cartes d’Europe étaient tout aussi loufoques, sensibles, légendaires. Elles indiquaient que les Bohémiens avaient poussé leurs roulottes non seulement jusqu’à Prague mais jusqu’à Dublin, que les chemins de saint Paul l’avait amené jusqu’aux bas-fonds du port de Hambourg, qu’AZ 67 n’était pas un modèle de fusil mais de club hollandais, que le hameau de l’ouest (West Ham) se plaçait en fait à l’Est de la carte de Londres, etc. Mais on se doutait bien, avant nos diplomates et sans prérequis en géopolitique, que la Yougoslavie ne serait pas éternelle. Il suffisait de suivre les frictions entre factions rivales d’Hadjuk et du Dinamo avec celles du Partizan ou de l’Etoile Rouge.

A suivre…

Premier match au stade

En juin 2015, lors d’une rencontre avec une classe de 2nde du Lycée G. Brassens de Rive-de-Gier (42), suivie d’une visite de stade, le contact s’engage par un exercice d’écriture: « décrivez votre premier match au stade ». 

Visite du stade Geoffroy-Guichard

Récit n°1 (une fille)
Je m’appelle E.  et le foot est quelque chose que je partage avec mon père. Mon premier match de football fut le plus mémorable. En novembre 2010, Lyon-Marseille, OL-OM, un froid de canard et des supporters plus que déchaînés. Un stade de Gerland en ébullition et mon père euphorique.

Mon père avait placé tous ses espoirs de supporter en moi. Trop concentrée dans le match, la mi-temps siffla. Mon envie d’aller aux toilettes repris de plus belle. Ne connaissant pas du tout le stade, je demanda (sic.) à mon père de m’accompagner. Ce qu’il fit mais malheureusement trop tard. A peine arrivée aux toilettes, pas le temps de se déshabiller. J’ai fini le match mouillée dans le froid. Malgré tout ce reste l’un de mes meilleurs souvenirs. Depuis, les matchs s’enchainent, à jongler entre Geoffroy-Guichard et Gerland.

Récit n°2 (une fille)
Je m’appelle C. et je suis née à l’hôpital de Saint-Chamond. J’habite à Chateauneuf et un week-end sur deux à Saint-Etienne. Même si mon père habite à St-Etienne, il ne regarde pas les matchs à la télé. Mon intérêt pour le foot ne vient donc pas de mon père mais de ma mère. Elle a fait 10 ans de foot mais suite à la rencontre avec mon père, elle a dû arrêter le foot.

Ma « carrière » de footballeuse a commencé il y a deux ans. J’ai commencé dans une petite équipe de Saint-Joseph dans une équipe de fille séniors. Pour mon premier match on s’était fait laminer ! 9-0. Nos adversaires avaient 5 ans d’expérience et elles étaient impressionnantes. Mais j’ai dû quitter l’équipe de St-Jo car les filles partaient en championnat mais j’étais trop jeune. Il y a un mois, suite au coup de fil d’un ancien ami de ma mère, j’ai recommencé le foot à Chateauneuf car une nouvelle équipe se créait. Le 26 juin aura lieu mon premier match dans cette équipe.

Je supporte l’équipe de France et pour la prochaine coupe du monde qui aura lieu en 2018 je compterai bien y être. Je supporte aussi l’ASSE. J’aimerais bien aller à un match à Geoffroy-Guichard mais mes parents ont peur de l’ambiance et ma mère préfère jouer que regarder.

Récit n°3 (un garçon)
Né dans un pays étranger, j’ai grandi dans cette ville de Saint-Etienne. On me parlait souvent de ce Derby qui est Saint-Etienne-Lyon. Je m’en moque un peu ; ce que je voulais moi c’est taper dans le ballon et être le plus fort. Contrairement aux autres, j’aimais ce club, Lyon, surement pour ses performances de 2002 à 2008. J’ai le souvenir de ce match Sainté-Lens où je suis allé avec des amis et je n’ai pas oublié de porter le maillot de Lyon.

Récit n°4 (une fille)
Je m’appelle K., j’ai 16 ans, je suis née dans cette vallée et j’y vis depuis que je suis toute petite. La première fois que j’ai mis les pieds au stade, j’avais 10 ans, j’étais accompagnée de mon père. Ma première visite a été scandaleuse, dès l’arrivée je croisais des gens bourrés qui se battaient sans aucune raison. Mon père me certifia que ce n’était pas toujours comme ça. Plus tard, mon frère se rendait trois fois par semaine au stade pour ses entraînements. J’y ai pris goût et je me rendais une fois par mois au stade. Malgré que je n’aime pas l’équipe de Saint-Etienne, j’adorais voir les supporters unis et l’ambiance qui s’en dégageait.

Récit n°5 (une fille)
Je m’appelle L., j’ai 16 ans. J’aime le foot grâce à mon père qui regarde souvent le foot que je regarde avec lui. Moi et mon père on partage nos avis sur les équipes que l’on aime comme l’ASSE mais nous ne sommes jamais allé voir un match car mon père n’aime pas le comportement des supporters de foot.. Grâce à ma tante, j’ai pu visiter le Stade de France il y a quelques années. J’en ai gardé un très bon souvenir, malheureusement je n’ai pas eu l’occasion de voir un match dans ce stade. Mais j’imagine que cela doit être impressionnant car c’est un stade très grand.

Récit n°6 (un garçon)
Je m’appelle E., j’ai 16 ans, en ce jour d’aujourd’hui. Mon rapport sera de vous raconter la formidable histoire entre moi et les stades sur lesquels j’ai posé le pied. Mon premier stade était ma terrasse sur laquelle on jouait moi et mes nombreux cousins. Pour cage, on avait la porte du garage et le portail qui sont face à face. Puis grâce à notre belle mairie de Lorette, nous avons un beau city stade avec des cages et des remparts en acier dans lequel on pouvait s’amuser à jouer au foot ou même au basket. Aujourd’hui encore nous nous rassemblons dans ce stade chaque soir après l’école pour nous amuser sur ce stade qui a pour nom le « city de Lorette ».

Récit n°7 (une fille)
Bonjour. Je m’appelle C. et je suis née à Saint-Chamond. J’habite à Rive-de-Gier. J’ai deux grands frères et un père fan de foot, mais plus particulièrement de l’ASSE. Mon père est Français et ma mère est Italienne, alors quand à la télé il y a France-Italie c’est la guerre à ma maison ! Mes grands frères ont fait du foot au Grand-Pont à l’ACR. Mon père les emmenait donc jouer au foot.

Quand j’étais petite, je me rappelle que mes frères et mon père regardaient toujours les matchs de l’ASSE sur Canal + . Quand les Verts gagnaient, c’était l’euphorie chez moi. Je n’étais encore jamais allée voir de match au stade. Je me rappelle de mon premier match, je crois que c’était en 2007 ou 2008. C’était contre Monaco. L’ASSE avait gagné 4-0. J’y étais allé avec mon père et mon frère. C’était la première fois que j’étais allée dans un aussi grand stade, j’étais impressionnée de voir les joueurs que je voyais toutes les semaines à la télé, en vrai. Maintenant j’y vais de temps en temps. Avec mon père, nous allons au Kop Sud et nous chantons les chants que nous connaissons par cœur.

Récit n°8 (une fille)
Je n’aime pas le football, alors je parlerai de basketball. Dans les animés (mangas) ou dans la vraie vie, je trouve ce sport beaucoup plus collectif et convivial. Le but et la technique sont des choses beaucoup plus respectables que dans ce jeu qui se joue au pied.

Je n’ai jamais été au stade, mais j’espère y aller au-moins une fois dans ma vie. Comme dans les films, je veux m’asseoir dans la foule sur les gradins, popcorns et hotdog dans les mains en acclamant des colosses de deux mètres arrivés sur le terrain sous les cris des fans. Et plus tard dans les matchs, je veux connaître des moments de tension et de folie devant le score et partir de là émerveillée, plein de bons souvenirs en tête.

Projets de « grand stade » et aménagement du territoire

L’article ci-dessous est paru dans la revue Etudes foncières – n°148, novembre-décembre 2010 (pp. 8-11). Depuis, Rhône-Alpes a fusionné avec l’Auvergne, Saint-Etienne Métropole  a fait rénover son stade et l’OL obtenu le sien du Grand Lyon. D’autres villes se sont lancées dans des partenariats public-privé (Nice, Bordeaux, Lille). L’article prend désormais un petit côté utopique. Certaines questions demeurent…

 

Désignée comme pays hôte de l’Euro 2016 de football, la France est confrontée à la question de la modernisation de ses stades. L’importance des impacts de ce type d’infrastructure, en matière d’aménagement et d’urbanisme, relance, dans ce cadre, la question de la nature des porteurs de projets. La Région est-elle un acteur crédible face aux projets portés par la sphère privée ? L’auteur nous livre son analyse.

Le 27 mai 2010, la France a été désignée comme pays hôte de l’Euro 2016 de football par le comité exécutif de l’Union des Associations Européennes de Football (UEFA). L’idée d’une nécessaire modernisation des enceintes françaises, condition sine qua none de la candidature nationale, avait été préparée dès 2008 par la production de plusieurs rapports dénonçant l’état de vétusté d’équipements pourtant mis aux normes pour la Coupe du Monde de 1998…[1] Elle s’est ensuite traduite par des décisions politiques. Les stades pourront être déclarés d’intérêt public, quelque en soit leur propriétaire, après avis de l’ensemble des conseils municipaux des communes riveraines directement impactées par leur construction. Les collectivités territoriales et leurs groupements pourront d’ailleurs, eux-mêmes, « réaliser ou concourir à la réalisation des ouvrages et équipements nécessaires au fonctionnement et à la desserte des installations »[2].

Cette attribution redonne de l’espoir à différents projets privés, portés par des clubs, et qui avaient bien du mal à sortir des cartons face aux difficultés de financements et/ou à l’opposition d’une partie de la société civile. Le temps presse mais la question des « grands stades »[3] touche à l’aménagement du territoire et à celui de nos villes. Elle impactera nos modes de vie de demain. N’y a-t-il pas d’alternatives aux projets privés actuels ? L’exemple de la région Rhône-Alpes est, à cet égard, riche d’enseignements.

Des patrons de club, capitaines d’industrie
Depuis quelques années, l’Olympique Lyonnais (OL) a connu une remarquable réussite sportive en France, mais il peine à conquérir un titre à l’échelle européenne. L’absence de la maîtrise exclusive par le club d’une enceinte moderne et spacieuse fait partie des raisons invoquées pour justifier la difficulté à rivaliser économiquement, et par là même sportivement, avec les « grands d’Europe ». Son président en appelle ainsi depuis des années à la construction d’un nouveau stade de grande taille, d’abord envisagé à Lyon puis dans sa périphérie (Décines).

J.-M. Aulas, président de l’OL présentant son projet de « grand stade ». Source: Le Progrès, s.d.

Tandis que Grenoble inaugure en 2008 sa nouvelle enceinte, d’autres villes de la région ne sont pas en reste. Les co-présidents de l’Association Sportive de Saint-Étienne (ASSE) avaient avancé le projet de construire leur propre stade avant d’obtenir une extension du stade Geoffroy-Guichard. A Bourgoin-Jallieu, le stade Pierre-Rajon est lui aussi pointé du doigt par les actionnaires du club dans le retard pris depuis quelques années sur les grosses cylindrés du Top 14 de rugby avec lesquelles le Club Sportif Bourgoin-Jallieu (CSBJ) ne parvient plus à lutter.

Ces multiples projets, plus ou moins avancés, plus ou moins avortés, de construction ou réhabilitation sont initialement portés par des dirigeants de clubs, par ailleurs patrons d’entreprise, et qui se sentent à l’étroit dans des stades financés et gérés par les collectivités publiques. Après avoir bénéficier des largesses de ces dernières pendant de nombreuses années[4], ils souhaitent s’affranchir des obligations du locataire pour devenir propriétaire de leur stade… et maître de son exploitation commerciale. Ces capitaines d’industrie lancent un appel à se tourner vers le modèle libéral et anglo-saxon, sans en accepter d’ailleurs toutes les règles. Lassés par la lenteur avec lesquels les projets avancent, ils louvoient entre accès de colère et tentatives de conciliation avec les propriétaires des terrains et les élus locaux. Les menaces de démission de l’un sont mises à exécution par l’autre : Pierre Martinet, le président du CSBJ, a fini par jeter l’éponge devant les difficultés.

Les multiples tares des stades rhônalpins
Que reprochent en fait ces entrepreneurs aux stades existants, gérés par les collectivités locales ? Les enceintes qu’ils occupent seraient des équipements sportifs vieillissants si ce n’est vétustes, manquant de capacité, incapables d’évoluer en raison de leur situation géographique et des règles d’urbanisme.

L’argument de l’obsolescence est à ce point martelé qu’il en deviendrait presque une vérité. Un réel audit reste cependant à faire… ne serait-ce que parce que les stades Gerland et Geoffroy-Guichard ont été entièrement rénovés sur fonds publics, il y a dix ans à peine, pour accueillir la Coupe du Monde 98. L’argent public a-t-il été dépensé à bon escient ? L’argument semble pour le moins spécieux.

Stade de Gerland. 2004

Le stade Gerland est ainsi classé « 4 étoiles » par l’UEFA[5]. Cette évaluation des stades se fait suivant des critères de capacité, de sécurité et de confort. En France, seul le Parc des Princes (Paris) rejoint le stade Gerland dans la liste des 19 stades européens « 4 étoiles » (le Stade de France en possède cinq en raison de sa plus grande capacité). Quant à Geoffroy-Guichard, il accueille sans difficulté des rencontres internationales (Coupe du monde de rugby 2007, Coupe de l’UEFA 2008-09 et France-Nigéria 2009). En cas d’accueil de l’Euro 2016, Saint-Etienne aurait la capacité de recevoir des matchs de groupes et Lyon des demi-finales[6].

Stade Geoffroy-Guichard, Coupe du Monde de rugby 2007

Leur taille, bien que suffisante pour accueillir l’Euro 2016, pose néanmoins problème lors de certains matchs pour les clubs. Leurs taux de remplissage sur les dernières années de championnat sont relativement élevés et les « guichets fermés » fréquents. Les clubs peuvent donc se plaindre, à juste titre, de pertes substantielles de recette, même si des résultats sportifs décevants, une affiche sans passion, une météo exécrable ou un match de semaine peuvent doucher quelque peu les enthousiasmes. Les stades ne sont alors plus aussi petits que cela.

Un reproche communément adressé aux stades est d’être désormais difficilement modifiables en raison de contraintes urbanistiques, patrimoniales ou architecturales. Construits à la périphérie des villes dans l’entre-deux-guerres par des architectes de renom, ils ont désormais gagné une position géographique plus centrale, à laquelle s’ajoute parfois la protection réservée aux bâtiments classés pour leur valeur patrimoniale. Ce qui pourrait être considérés comme des atouts en terme d’accessibilité, de développement durable, de potentiel touristique est vécu comme une malédiction. Grenoble a pourtant demandé au maître d’œuvre de son flambant Stade des Alpes de réunir tous ces ingrédients dans son projet…[7]

Les stades Gerland et Geoffroy-Guichard ont une importance historique qui les inscrit profondément dans leur ville. Leurs murs renferment une mémoire collective, un patrimoine immatériel qui nourrit la mémoire individuelle de chacun pour constituer une identité commune. Il est donc important de préserver ce patrimoine, afin de conserver l’identité culturelle de chacune de ces villes. Même le vétuste stade Pierre-Rajon de Bourgoin-Jallieu ne présente pas moins un grand intérêt patrimonial de ce point de vue. Autant d’arguments qui devraient plaider en faveur de leur réhabilitation avec le maintien d’une valeur d’usage significative.

La propriété et le mode d’exploitation des stades
Là où le bât blesse en fait est la propriété des stades et le mode exploitation qui en découle. Les équipements actuels appartiennent aux collectivités locales et les clubs n’en sont que locataires. Ce système rebute l’Olympique Lyonnais qui souhaiterait être propriétaire de son stade afin d’en maîtriser l’exploitation. Cela lui permettrait de s’affranchir de la redevance d’occupation domaniale qui tient compte, depuis la fameuse jurisprudence « Gerland » de 2007[8], des avantages de toute nature mis à disposition.

En effet, la redevance doit désormais inclure non seulement la valeur locative du stade et les frais à la charge de la ville liés à l’organisation des matchs mais doit aussi tenir compte de l’ensemble du chiffre d’affaire développé par un club grâce à l’exploitation du domaine public. L’exploitation privée permettrait aussi d’éviter l’imposition par la puissance publique d’autres usages du stade. L’exemple du Stade Vélodrome de Marseille, fermé plusieurs semaines à la suite d’un décès lors du montage d’une scène de concert, lui donne d’ailleurs raison.

Le club lyonnais souhaiterait, aussi et surtout, être maître de son environnement immédiat afin d’implanter et de gérer directement autour du stade boutiques, hôtels, espaces de récréation et immeubles de bureau dans un véritable centre commercial, d’affaires et de loisirs privé. Comme le rappelle Jean-François Borne, « derrière l’enjeu de l’Euro 2016 se cache la volonté d’assouplir le cadre légal afin que les clubs puissent avoir la main mise quant à leur enceinte afin de faire des stades, certes des lieux de vie et de convivialité mais surtout l’enjeu d’opérations financières qui pourraient permettre aux clubs de sortir de la dépendance aux droits audiovisuels »[9].

L’assiette actuelle du stade Gerland ne lui permettrait pas de réaliser un tel projet. « S’agrandir en rognant sur le port Édouard-Herriot ? La concession de la CNR court jusqu’en 2023 et elle n’a pas l’intention de l’abandonner. […] Reste le côté de la Plaine des jeux et du palais des sports. Ce qui sous-entendrait de supprimer des terrains alors qu’il en manque pour les associations sportives. La mission d’évaluation mise en place par la ville en 2008 avait conclu à une assiette foncière insuffisante pour réaliser le projet d’OL Land »[10].

Le club est donc prêt à acquérir, en grande périphérie, des terrains pour construire son OL Land. Il souhaite cependant ardemment que les collectivités locales, non seulement gèrent l’après OL du stade Gerland[11], mais qu’elles concourent à la réalisation des infrastructures nécessaires à l’accès à un tel centre commercial privé au nom de l’aménagement du territoire, comme la loi du 22 juillet 2009 le permet. Nombre d’élus communautaires de Lyon se sont ralliés au projet car, comme l’explique le designer de stade Rod Sheard : « à chaque nouvelle génération de stades, on a augmenté la barre de ce que l’on attendait d’eux. Aujourd’hui, c’est tout simplement de régénérer des quartiers ou des villes entières en déclin, de leur redonner de la forme. On a l’espoir que, par son rôle iconique, la taille et la masse de son projet global, un stade va pouvoir entraîner avec lui des zones résidentielles, du commerce, du loisir, une amélioration des transports, etc »[12].

Le débat fait cependant rage actuellement à Lyon quant aux implications d’un tel stade en matière d’urbanisme et d’aménagement du territoire. « Alors que le projet de Grand Stade de Décines enchaîne les contretemps, de plus en plus de voix se font entendre en faveur d’un agrandissement de Gerland »[13]. Des associations, des élus locaux et une part croissante de la population demandent que le projet soit abandonné en faveur d’une réhabilitation et d’un agrandissement de Gerland. Les opposants dénoncent, d’une part, les choix urbanistiques du site de Décines : éloignement du centre urbain, coûts des extensions de lignes de transports en commun, disproportion des nouvelles voies d’accès par rapport au territoire et au nombre de matchs, atteintes à l’environnement (déboisement massif), etc.

Les opposants balaient, d’autre part, les incompatibilités soulevées par l’OL à la réhabilitation avec agrandissement de vingt mille places du Stade Gerland. Le classement d’une partie du stade ne serait pas de nature à entraîner le veto de l’architecte des Bâtiments de France, comme ce fut d’ailleurs le cas en 1998. Il constituerait par contre un défi architectural pour respecter le classement des arches du stade.

Le site du stade n’étant plus classé SEVESO, cela exclue désormais la possibilité d’arguer de l’incompatibilité juridique liée aux risques technologiques du port Édouard Herriot. L’accessibilité, jugée insuffisante actuellement, ne le serait plus à terme grâce au prolongement des lignes de métro et tram existantes. L’accès en transport en commun pourrait même être accru par l’usage d’une halte ferroviaire à proximité. Quant à l’absence de parkings suffisants, elle serait de nature à encourager l’usage de ces mêmes transports en commun, comme c’est le cas à Grenoble ou dans les stades allemands. Enfin, l’utilisation d’un stade en chantier, jugée « impossible » selon l’OL qui évoque l’obligation de jouer dans un autre stade durant deux à trois saisons, est balayée d’un revers de la main : tous les autres clubs français vont le faire.

Le stade Geoffroy-Guichard en travaux, 2015

Pourquoi ne pas construire un stade commun à la région ?
S’il devait ressortir néanmoins que de nouveaux stades s’imposent, les projets proposés par les clubs ou collectivités mériteraient d’être mis au débat. N’y a-t-il aucune alternative ? Penser un ou plusieurs grands équipements comme un stade de football nous donne l’occasion rêvée de reparler d’aménagement du territoire au-delà de la seule question de la pertinence du site « dans l’économie générale du projet »… Le stade est un équipement qui, même privé, prend par l’ampleur des phénomènes sociaux qu’il génère un rôle d’équipement relevant de la décision politique.

Nous sommes avec Lyon, Saint-Etienne et Bourgoin, dans la même région urbaine, une métropole multipolaire qui ambitionne d’exister à l’échelle européenne. Plutôt que d’investir l’argent public dans des stades qui viendront remplacer ou dédoubler les existants, pourquoi ne pas penser l’émergence d’un projet fédératif à toute une région ? Les stades ont toujours été utilisés pour créer du territoire, pour le faire émerger, pour signer son avènement. Il manque à Rhône-Alpes, la bonne élève des régions créées, de produire du sens à travers un projet pour son territoire.

Un « grand stade » manque actuellement entre le Stade de France à Saint-Denis et le Stade Vélodrome de Marseille. Au-delà de la région urbaine lyonnaise ou rhônalpine, il concernerait la Franche-Comté, l’est du Massif Central, la Suisse romande. Le maillage de ce grand territoire en stades de petites et moyennes tailles est tout à fait satisfaisant avec les enceintes de Lyon (41 044 places), Saint-Etienne (35 616 places), Genève (Stade de la Praille, 30 084 places), Grenoble (20 068 places), Sochaux (Stade Bonal, 20 005 places) ou Clermont-Ferrand (Parc des sports Marcel-Michelin, 15 857 places). Le club de rugby de Bourgoin-Jallieu, qui va jouer ses matchs de gala dans certains de ces stades, l’a d’ailleurs parfaitement compris.

Les clubs football et de rugby de la région Rhône-Alpes n’auraient peut-être besoin d’un grand stade qu’à certaines dates de l’année (matchs nationaux et internationaux à enjeu). Ils pourraient continuer à donner vie à leurs stades actuels et occuper ponctuellement le stade commun. Les autres dates nécessaires à l’équilibre financier du grand stade pourraient alors êtres trouvées du côté de l’organisation de grands évènements internationaux (matchs internationaux de football ou rugby, compétition d’athlétisme[14], concert, spectacles, etc.).

Un grand stade multifonctionnel, sans équipe résidente avec une gestion déconnectée des communes et des clubs, existe déjà à Saint-Denis avec le Stade de France[15]. Quant aux supposés conflits d’usage d’un équipement entre équipes rivales, signalons que les exemples de clubs rivaux se partageant un stade existent partout en Europe ou en Amérique (Munich, Milan ou New-York[16]).

La période contemporaine en terme d’organisation du sport en France est marquée par deux caractéristiques : d’une part, le développement des partenariat public privé (PPP) avec les clubs et entreprises de construction et/ou d’exploitation, et d’autre part, les financements croisés de la part des communes, intercommunalités, départements, régions, État et du Centre National pour le Développement du Sport (CNDS). Il est peut-être temps de faire de grands stades en partenariat entre l’État et le secteur privé mais aussi surtout avec les collectivités territoriales, la région en tête. Cette dernière a déjà une compétence de financement des équipements, en vertu tant de ses attributions tirées du Code général des collectivités territoriales que des dispositions spécifiques du Code du Sport[17]. Toutefois, en aucun cas, elle ne devrait être un simple co-financeur d’un équipement. Ne pourrait-elle pas assurer la maîtrise d’ouvrage d’un stade ?

La Région Rhône-Alpes est capable de mettre en synergie, si ce n’est en concurrence, ses territoires afin de décider l’emplacement le plus adéquat pour un nouveau lycée. Elle devrait pouvoir le faire pour un stade…

[1] Eric BESSON, Accroître la compétitivité des clubs de football professionnel français, rapport présenté au Premier Ministre par le Secrétariat d’État chargé de la Prospective, de l’évaluation des politiques publiques, et du développement de l’économie numérique, Paris, novembre 2008, 162 p. ou Jean-Louis VALENTIN (rapporteur) et Philippe SEGUIN (président), Grands Stades Euro 2016, rapport de la commission « Grands Stades Euro 2016 » présenté au Ministre des Sports, Paris, novembre 2008, 141 p.
[2] Loi n° 2009-888 du 22 juillet 2009 de développement et de modernisation des services touristiques, article 28.
[3] Selon l’UEFA, un « grand stade » comprend a minima 50 000 places mais de préférence plus de 60 000 sièges.
[4] Le projet du stade Gerland est, en 1913, le fruit de la vision et de la collaboration inédite à l’époque de deux hommes : le maire radical Edouard Herriot et son architecte Tony Garnier. Alors que les stades français sont en bois et inadaptés à l’accueil de publics et de compétitions, ils imaginent un stade moderne et spacieux, dédié au sport pour tous, au sein d’une cité des sports, élément phare des nouveaux quartiers de la ville. « A une époque où l’architecture est encore pur art et l’urbanisme quasi inexistant, la construction du stade de Gerland préfigure une réflexion d’ensemble sur les équipements sportifs, d’autant que si les questions d’hygiène sont au coeur de toutes les politiques municipales, le sport tarde à s’imposer en France comme un axe de développement des territoires. » (LÊ-GERMAIN Elisabeth, « La cité des sports à Lyon : fleuron architectural et symbole politique (1910-1931) », in CAUE du Rhône, Tony Garnier. La cité industrielle et l’Europe, Lyon : CAUE éditions, 2009, p. 207). Le stade sera pourtant loué, de façon exclusive, à l’OL à partir des années 1950 et réhabilité depuis par les collectivités locales. 
Le projet du stade Geoffroy Guichard est, en 1930, celui d’une entreprise moderne et ambitieuse, Casino, qui croit que le football professionnel, alors interdit, est un formidable outil de communication pour une marque ou une ville. Le terrain est acheté en 1930 par une filiale du groupe puis loué au club pour un franc symbolique. La construction du stade est alors financée par une société des « Amis du sport » rassemblant des industriels locaux. Mais lorsqu’en 1965, le club est incapable de faire face aux besoins de modernisation du stade, Casino se tourne vers la municipalité. La ville s’en porte acquéreur par le vote d’un emprunt et concède au club un bail d’une durée de trente années pour une location symbolique qui lui assure de fait une exclusivité d’usage (c.f. ROUX Jean-Michel, CHARBONNIER Grégory et SANQUER Cendrine, Le stade Geoffroy-Guichard. Un club, un public, Saint-Étienne : Ville de Saint-Étienne, collection Trames urbaines n°5, 2006, 67 p.).
[5] Le classement UEFA des stades est un système de notation des stades de football en Europe mis en place par l’UEFA. Le label va jusqu’à cinq étoiles pour les stades les mieux notés et de plus de 50 000 places. Seuls les stades les mieux notés peuvent accueillir les grands événements.
[6] UEFA EURO 2016 – Exigences relatives au tournoi.
[7] L’UEFA, encourage elle-même les pays organisateurs de l’Euro à planifier une utilisation durable des stades, au-delà de la compétition : « Six matches au maximum seront organisés dans chaque stade pendant le tournoi et les stades seront ensuite exploités pendant une période comprise entre 30 et 50 ans. L’UEFA encourage l’exploitation des stades en tant que lieu d’organisation de matches, de compétition réguliers ou d’autres événements par un organisme principal afin de garantir leur utilisation après l’UEFA EURO 2016. », Cahier des charges, UEFA EURO 2016 – Exigences relatives au tournoi, pp. 70-71.
[8] Tribunal Administratif de Lyon, 13 juillet 2006, et CAA de Lyon, 12 juillet 2007.
[9] Jean-François Borne, So Foot, décembre 2008.
[10] François GUTTIN-LOMBARD, « Le Grand Stade de l’OL peut-il être construit à Gerland ? », Le Progrès, 1er novembre 2010.
[11] La mise à disposition du stade a été évoqué pour le club de rugby local, le LOU, qui joue en seconde division nationale…
[12] Rod SHEARD dir. et al., The Stadium. Architecture for the New Global Culture, Singapour: Periplus Ed., s.d.
[13] François GUTTIN-LOMBARD, « Le Grand Stade de l’OL peut-il être construit à Gerland ? », Le Progrès, 1er novembre 2010.
[14] A l’heure actuelle seul le Stade de France dispose des équipements aptes à accueillir des compétitions internationales d’athlétisme.
[15] Le consortium qui le gère cherche actuellement à enrichir son portefeuille d’équipement après l’échec de son projet de gestion du stade du Cap (c.f. Sébastien HERVIEU, « L’éléphant blanc du Cap », Le Monde, 2 novembre 2010).
[16] Le stade San Siro de Milan accueille depuis 1947 deux équipes résidentes et pourtant rivales de première division : le Milan AC (propriétaire du stade depuis 1935) et l’Inter de Milan (simple locataire). L’Allianz Arena de Munich accueille le Bayern Munich et le TSV 1860 ainsi que ponctuellement l’équipe nationale d’Allemagne. Enfin, le Meadowlands Stadium est un stade de football américain inauguré en 2010 à East Rutherford, New Jersey. Les New York Giants et les New York Jets y jouent leurs matchs à domicile. Issu d’un partenariat entre les deux équipes, le stade appartient à la New Jersey Sports and Exposition Authority et est géré par une entreprise, la New Meadowlands Stadium Company, LLC.
[17] Art. L.100-2 du Code du Sport : « L’Etat, les collectivités territoriales et leurs groupements, les associations, les fédérations sportives, les entreprises et leurs institutions sociales contribuent à la promotion et au développement des activités physiques et sportives. L’Etat et les associations et fédérations sportives assurent le développement du sport de haut niveau, avec le concours des collectivités territoriales, de leurs groupements et des entreprises intéressées. »

L’expérience sensible du match de football. Christophe

Le club de football de l’AS Saint-Étienne a la réputation de bénéficier dans son Stade Geoffroy-Guichard d’une des meilleures ambiances de France. Mais qu’est-ce qui définit une ambiance ? Comment advient-elle ? Comment la recueillir ? Comment l’analyser ? Il est possible d’aborder la question des ambiances d’un lieu (une place, une gare comme un stade) au croisement de trois dimensions : la dimension spatiale, la dimension sociale et enfin, pour ce qui nous concerne ici de la dimension sensible, ce que nos sens nous en disent.

Lors de la saison 2005-2006, la Ville de Saint-Étienne (Archives Municipales et Unité Ville d’Art et d’Histoire) commande une étude sur ce sujet à trois chercheurs grenoblois. Nous reproduisons ici une partie des récits de vie de spectateurs, supporteurs, fans locaux ou d’autres équipes. Premier extrait de « récit de vie » : celui de Christophe, supporteur des « verts ».

 

Est-ce que vous vous rappelez votre première venue au stade ?
Je ne me rappelle pas du match. Je ne me rappelle pas de l’équipe. Je revois le stade : c’était en 59. Je suis de 54, donc j’avais cinq ans ! (rire). Mon fils, il est venu la première fois à Geoffroy-Guichard, il avait six mois. Ah ! Le foot chez nous… Ma fille, la première fois qu’elle a été hospitalisée, c’était à cause du foot. Elle a pris un coup de ballon dans le nez. Elle avait neuf mois, sa mère lui donnait le biberon pendant que je faisais un tournoi de sixte…

J’ai joué à l’ASSE étant jeune : pupille, minime, première année cadet. Après je suis allé au FC Saint-Etienne. J’ai joué sur la pelouse de Geoffroy-Guichard, six fois. En lever de rideau de Saint-Etienne/Bordeaux, je me rappelle en 67 – à l’époque on finissait un quart d’heure avant que les pros attaquent – devant 30 000 personnes. Maintenant ça se fait plus du tout ; soi-disant que ça abîme la pelouse. La pelouse était plus grande, c’était immense, je jouais gardien.

Et donc la première fois, c’était avec votre père ?
Ouais. Ah ! Oui, c’était un fervent supporter. Il était copain avec le président des Associés*. Ils allaient boire un coup à la conciergerie, avec Jean Snella. Les jours d’entraînement, ils buvaient l’apéro avec le concierge du stade ; après avec Batteux.

Ce n’était pas la même ambiance que maintenant…
Ah ! Non, ça a rien à voir… C’était l’ambiance d’un gros club amateur. C’était l’ambiance familiale mais mise à la dimension nationale. Sans plus. (…) Maintenant, c’est entraînement à huis-clos, des grillages de partout. (…) Mais c’est vrai, je reconnais, l’ASSE c’est toujours mon club, Saint-Etienne ma ville. Moi qui suis parti à Lyon, je me suis fais beaucoup chambrer (rires). J’ai moins envie. Je suis abonné avec des collègues en tribune Henri-Point. Je ne suis plus dans le kop comme avant. Enfin on n’appelait pas ça le kop… J’aime toujours le jeu. Quand il y a un match à la télé, je le regarde. J’aime bien aller voir les Verts mais c’est plus pareil, c’est plus la même équipe. Toute l’atmosphère, l’ambiance du football a largement évolué. Avant pour moi le foot c’était un jeu. C’est devenu un sport, après de la compet, maintenant c’est du business

Ah ! Ouais, l’ambiance avant… Quand j’étais gamin, mon père pour un derby, il s’est jamais posé la question de savoir s’il m’emmenait au match ou pas. Il ne se posait pas la question. On mettait les gamins derrière les buts, devant les grillages. Les pères, ils montaient dans les gradins qui n’étaient pas couverts, qui n’avaient pas de lumières – parce que je suis allé à l’inauguration des projecteurs – les matchs étaient l’après midi. On se mettait tous les gamins, et là, on sentait cette solidarité, cette convivialité… plus que maintenant. Il y avait les gamins de cinq/six ans qui étaient le nez sous le grillage, ceux de huit/dix ans derrières, treize/quatorze derrières et il y avait pas d’histoire. Les pères montaient derrière sur la butte, avec la marque Saint-Etienne/Visiteurs et le gars qui changeait en fonction des buts ; c’était convivial.

Bon, il y avait les présidentielles, une centaine de personnes, tous les corps constitués de la ville et du département, quelques financiers, des trucs comme ça. J’ai connu les tribunes Henri-Point où c’était aussi de la terre battue, légèrement inclinée, une petite butte, avec un toit en fibrociment, un poteau tout les cinq six mètres et des chaises pliantes comme il y avait sur les terrasses de café. Donc on arrivait, on prenait sa chaise. Moi j’étais gamin : je m’asseyais sur le haut du dossier devant le grillage. Les gars, ils allaient boire un coup… maintenant faut pas amener de bouteilles, faut pas boire d’alcool…

Public dans la tribune nord, 1962-1968. AMSE, photo Ch. Minassian.

On disait pas « sud » et « nord » on disait soit « coté marque » soit « en face la marque ». Après il y avait tribune « rue de la tour », la rue qui s’appelle Jean-Snella, avant c’était rue de-la-tour. C’était la rue du stade : il y avait des petits guichets, des meutrières, comme ça, un ticket, deux tickets, puis des grands portails. Et ça rentrait. Chaque fois qu’il y avait cinquante personnes qui rentraient, il y en avait vingt qui avaient pas de billet (rires). Quand on grandissait c’était le jeu : à 16 ans, 17 ans, on attendait qu’il y ait plein de monde et on se faufilait au milieu. Il y avait un gars de chaque côté, alors quand ils disaient qu’il y avait 40 000 personnes, il y en avait largement 50 000. C’était marrant. Après il y a eu l’époque où les flics sont venus, j’ai vu toute l’évolution… Déjà les années 70, ça a commencé, ils ont fait la tribune Henri-Point avec un étage et la couverture des gradins debout. Les projecteurs c’était 68, je crois, un truc comme ça… Je pourrais le retrouver, sur le site Internet, je ne regarde pas trop l’historique parce que je l’ai vécu un peu (rires).

Et le mot kop c’est apparu quand ?
C’est récent, il y a trente ans on ne disait pas kop, on disait « gradin ». Après on a commencé à parler de « nord » et « sud » quand ils ont couvert ; parce que le toit était pas comme maintenant. Du côté sud le toit est translucide ; avant il était plein et le soleil passait pas et le terrain était souvent gelé d’un côté.

Toiture en plexiglas de la tribune sud. 2006

 

Et ça chantait à l’époque ?
Ca chantait. C’était moins sophistiqué qu’aujourd’hui. C’était pas le même vocabulaire ; la première chose que l’on faisait c’était pas de traiter les autres d’enculés, ça c’est une certitude. C’était « Allez les Verts », pendant des heures. En coupe d’Europe, j’étais dans les gradins à dix-sept heures, le match à vingt heures trente, on y était encore à vingt-trois heures. Après en 76, il y a eu la chanson qui est sortie, alors là déjà, c’était une évolution, c’est pour ça aussi on dit : « Saint Etienne c’est le début du football moderne en France ».

Voilà, et puis c’est devenu télévisuel. Avant, le jour du match, on savait pas si ça allait être télévisé ou pas. Par contre, en championnat – moi, j’ai pas été abonné tout ça – quand on était jeune, on y allait avec nos pères. Après, avec le foot, on commençait à y aller tout seuls, c’était l’après midi. Après, plus tard, c’était le soir. On avait dix-huit ans, on était pas majeur à l’époque… Il y avait pas de groupe constitué. On disait : « On va au match ? » ; « Oh, je sais pas… » le samedi après midi. Et puis le soir : « Bon ! Allez on y va ». On prenait le billet à l’entrée même s’il y avait 25 000 personnes. Il y avait 500 abonnés. Je me rappelle la première réclame que j’ai entendu au stade, c’était une bière : « La bière la plus fameuse, c’est la Meuse ! ». Je fredonnait ça :« La bière la plus fameuse, c’est la Meuse ! » (rires). Oui, il y avait Parrot, des trucs vraiment locaux. C’était pas Minolta Konica ; c’était Parrot, meubles Frappat, Casino.

Vos meilleurs souvenirs à Geoffroy-Guichard ?
Il y en a plusieurs. C’était les matchs de coupe d’Europe, puis coupe de France. Saint-Etienne/Nantes. On avait perdu 4-1, puis on gagne 5-1 avec les prolongations. Je crois que c’était en quart-de-finale : Saint Etienne/Kiev. On perd 2-0 à Kiev, on gagne 3-0 ici. Là, je suis pas rentré de la nuit… J’avais 20 ans ou 21 ans. Sinon, avant, il y avait eu l’année où il y avait eu Split. J’étais à l’armée ; ils ont pas voulu nous laisser sortir, puis tellement c’est devenu un phénomène en un match – on gagne 5-1 alors qu’on perdait 4-1 à l’aller – après on avait une perm’ spéciale pour venir à Sainté. J’étais pas loin à l’armée : j’étais à Vienne. Parce qu’avec le foot j’étais en « honneur régionale » ; on avait pu s’arranger pour pas que j’aille loin. Tout ceux qui voulaient venir, ils avaient perm’ de stade autorisée (rires). Ils avaient droit de venir au match. On a fait la fête, moi et des copains, des Stéphanois, on était quelque uns. On a fait faire la fête à toute la caserne quand on s’est qualifié contre Split. On a réveillé tout le monde.

Ah ! C’est devenu un phénomène national. Enfin pour moi, j’étais à l’armée en plus, donc on voyait bien. Il y avait des Marseillais, des…, tout le monde disait : « c’est pas possible, les Verts… », alors qu’au match aller on perdait 3-1, et les gars disaient « Fait chier! », ils jetaient le transistor ! Un petit transistor : on entendait rien, tous collés dessus. Donc à l’armée, voilà on faisait les malins les Stéphanois, et puis après forcément en 75, Bayern de Munich, demi-finale. Mais c’est vrai que quand tu joues le match retour à domicile, tu joues la qualif’ sèche, directe ; c’est mieux que par exemple Eindhoven, la qualification à la finale, 0-0 à Eindhoven…

D’ailleurs j’étais à Bouthéon, quand l’avion est arrivé avec les joueurs. Il y a eu un mort, un gars s’est fait faucher par l’hélice de l’avion. Surtout que je faisais partie du service de sécurité, j’étais en première ligne. Je sais pas si vous connaissez l’aéroport de Bouthéon ? C’était un aérodrome, il y avait une petite tour de contrôle, une espèce de truc d’embarquement qui faisait snack, des barrières qui séparaient du pré avec la piste derrière, une sorte de main courante d’un stade de campagne. Et là, les gendarmes d’Andrézieux. Ils devaient être quatre dans l’estafette et des milliers et des milliers de Stéphanois, jeunes et moins jeunes, qui débarquent par la Nationale 82. Il y avait pas d’autoroute, on se touchaient tous, ça klaxonnait, assis sur les capots. On a fait Bellevue-Bouthéon, à donf…

En parade ! Ah ! Ouais, avec les drapeaux, assis sur les bagnoles, six ou sept dans la R8, à fond la caisse, tous garés au milieu du pré de l’aéroport. Donc ils étaient affolés, mais bon ! ils étaient quatre, on était trois milles… Mais bon, c’est un mauvais souvenir. L’avion est arrivé. Il y avait deux avions qui revenaient d’Eindhoven, à minuit et demi ou une heure du matin. On avait regardé le match à la télé. On avait bu le champagne, avec mon père, des copains de mon père, des copains à moi, et après : « Hop, allez ! On va à Bouthéon ! ». Ils l’avaient dit à la radio : « Saint-Etienne en liesse ! » et ainsi de suite. On avait l’habitude déjà de faire la fête pour les championnats de France ou les coupes de France. On avait déjà fait le doublé en 68, 69. Moi j’ai défilé de la gare de Chateaucreux jusqu’à l’hôtel-de-ville, assis sur les « Florides » des joueurs, avec Mekloufi, Herbin… J’avais treize quatorze ans. Après j’en avais vingt et quelques. On était bien rodé à Saint-Etienne, plus que n’importe où en France, et je citerai pas de nom…(rires)

Place de l’Hôtel-de-ville pour la victoire en Coupe de France, 18 juin 1977. AMSE, La Tribune-Le Progrès, 6 Fi 1039.

Eh ouais ! Et puis pour revenir à l’accident, ils en a qui ont couru. L’avion est arrivé. Les gars ont cru qu’un avion ça s’arrêtait comme une voiture. L’hélice, tu la vois pas : elle tourne à toute vitesse, surtout la nuit, et là : « Pam ! » Le gars déchiqueté. Je l’ai vu. J’étais à deux mètres, alors là… « Pschhh ! » Ca calme complet. Tout le monde est reparti la tête basse, dans sa bagnole, comme ça… (Temps de pause)

Alors qu’à Saint-Etienne, au même moment tout était en vert et blanc. Il y avait des gens qui venaient à Saint-Etienne, ils connaissaient pas le foot, ils venaient voir Saint-Etienne en vert et blanc. Ils y avaient des gens qui téléphonaient… Ma mère tenait un bar, un bar à Bellevue, un bar ouvrier quoi, avec les supporters, le siège d’un club de foot, donc les gens prenaient l’annuaire ou téléphonaient aux renseignements. Et ils disaient : « Il nous faudrait 12 places pour le match ». Quart de finale ou demi-finale. Ils y avaient des gens des Pyrénées, du Pays Basque, le bar s’appelait « Café des sportifs », donc forcément les gens ils croyaient que c’était un village Saint-Etienne. Donc ils appelaient le bar pour les places. Ils envoyaient des chèques en blanc de mille kilomètres ; des chèques en blanc pour aller au match à Sainté ! J’ai fais la fête avec des Bordelais, des gars du Pays Basque qui connaissaient que le rugby. Ils connaissaient le foot par Saint-Etienne ; le foot c’était Sainté, les Verts.

Pareil, en 76, je pars en vacance avec des copains, des copines, en Espagne. On avait une R12, à l’époque, avec « Allez les Verts » dessus. En Espagne on est resté trois jours à Tarragone, et là « Stéphanois» ! Les Espagnols, ils connaissaient. Ouais ! Saint-Etienne ! Et là à boire, à manger, l’hôtel : tout gratuit pendant trois jours. On a pas dépensé une pesette. On faisait des matchs sur la plage, c’était les Espagnols et les Stéphanois contre le reste du monde (rires). On faisait express d’avoir mal quand on jouait contre les Allemands ou les Italiens, et là, les Espagnols ils faisaient : « hé ! Faut pas toucher les Stéphanois ! » en montrant le poing (rires) C’était de la folie. Ca, c’était 76. Je devais aller à Glasgow parce que mon père travaillait aux Bennes-Marrel, moi je travaillais à Manufrance, donc il y avait des charters qui avaient été faits. J’avais une place : c’était mon père qui me l’avait payé. J’étais jeune et puis, à l’époque ma femme est tombée malade, donc j’ai laissé ma place. A l’époque, je crois que c’était le voyage en caravelle, financé en partie par le CE des Bennes-Marrel, c’était 300 francs je crois.

Quand on faisait poste du soir et s’il y avait des matchs, demi-finale contre Eindhoven, quart de final, etc. Si on était du soir, on s’arrangeait avec le patron. On décalait et à cinq heures : tout le monde dehors. Et tout le monde au stade. On défilait déjà dans la rue. On partait avec des banderoles, de Manufrance jusqu’à Geoffroy-Guichard, à pied, en voiture : la ville s’arrêtait, c’était fabuleux. Du vert et blanc de partout dans la ville, tout le monde en parlait, les profs à l’école en parlaient, dans les usines, dans les bistrots… Pour eux c’était déjà le début du star system pour les joueurs, mais ils se rendaient moins compte, ils étaient encore abordables… Mais, Saint-Etienne, tu demandais à un Parisien, il cherchait sur la carte. C’est un patelin du centre de la France. Ils connaissaient même pas le département. C’était la campagne à côté de Lyon, véridique ! Il y a même pas d’aéroport, très peu d’hôtels. Les journalistes parisiens ils râlaient !

Il y avait un gros lien entre la ville et le club ?
Le club c’était nous ! C’était nos joueurs ! Ils se promenaient place de l’hôtel-de-ville, ils allaient boire un coup, les gamins venaient, tout ça. Une fois au foot, je m’étais blessé, dans les années 60, c’est Carnus qui m’a ramené chez moi. Les mecs c’était pas des vedettes : « Tu t’es fait mal ? Tu vas pas rentrer en tram, allez viens ! » Il avait une 404. C’était comme un club de Ligue aujourd’hui, de CFA : Andrézieux par exemple. Pour moi, c’est ça le foot, ils étaient européens mais voilà. Je me rappelle Roger Rocher, on le voyait arriver avec sa pipe – Ford Mustang quand même ! – il y en avait qu’une à Sainté de Ford Mustang garée devant le portail.

Fresque hommage à Roger Roger dans un bar de Saint-Chamond, 2015

 

Rocher, il touchait la tête des gamins. Il y avait pas de garde du corps, pas de CRS autour des joueurs. Les voitures des joueurs étaient garées sur le même parking que les supporters. Maintenant c’est un autre monde, mais bon c’est comme le reste de la société, il y a pas que le foot qui a changé, ça a bien suivi l’évolution de la société. Sauf que d’un sport c’est devenu plus du business d’abord.

Et les derbys, dans les années 60 et 70 ?
Je m’aperçois maintenant… Bon, Lyon est devant depuis quelques années maintenant. Avec le recul, nous, on avait pas l’impression. Moi j’avais de la famille à Lyon… et les Lyonnais reconnaissaient la suprématie stéphanoise, parce que c’était le début. Nous maintenant, on a plus de mal à reconnaître leur supériorité parce qu’on a été avant (rires). Le derby à Lyon, Saint-Etienne était champion : tous le monde applaudissait. Il y avait quelque sifflets contre Lyon, des « Ouuuh !… Charlot, t’es pas bon… ». Mais maintenant, c’est tout de suite des chants… J’avais amené mon fils à un derby en 88, quelque chose comme ça, il était petit, et là : « Lyonnais enculés ! » Mon gamin je lui dis : « Ca va pas ? » Et les autres gamins le disaient : « Non, non tu parles pas comme ça ! » Et y me dit : « Qu’est ce que je peux dire ? Je peux dire connard ? »… Bon d’accord, mais une fois ! (rires).

Bon maintenant, c’est toujours des chants contre les Lyonnais, les Marseillais. Pour moi ça a trop évolué. On était pas anti-lyonnais, on était pro-ASSE. Moi, je suis resté comme ça. Bon, gueuler après l’arbitre : « T’es pas bon ! » Ok. Ou les joueurs qui râlent sur le terrain, souvent je leur dis : « Allez ! Dégage ! A la douche ! ». Ca a beaucoup évolué, comme la société. Pour certains le stade ça devient plus l’exutoire que supporter l’équipe. Je suis sûr que il y a plein de jeunes dans le kop, j’en connais – je prends encore la carte des Indépendantistes – il y en a, ils sont presque plus anti-lyonnais… Je connais bien les Indépendantistes. Je connais les fondateurs. Je prends la carte. Ca leur fait des ronds pour les tifos, les déplacements… Ils voulaient que je vienne avec eux à Cluj… Tiens, pour brancher les Lyonnais, l’autre jour ils nous gonflé parce qu’ils étaient 9 000 à San Siro : nous, on était 12 000 à Bâle pour le premier tour de l’Intertoto (rires).

Les indépendantistes ? Ils ont été créés quand ?
Il y a dix ans à peu près. C’était un peu une scission avec les Magic fans, des gens qui étaient pas trop d’accord… Alors qu’avant, on parlait pas de ça, il y avait pas de groupes, c’était les Verts, que ce soit le commerçant, le patron de petite boîte, l’ouvrier, c’était « Allez les Verts ! » et puis c’est tout. On se retranchaient derrières : tous pareils. 

Il y avait un mélange social…
Ah ! Oui, très important, ça se sentait beaucoup. En plus ma mère qui tenait un bar, il y avait les ouvriers qui venaient, qui râlaient, le délégué CGT, puis le patron qui rentrait et qui venait boire un jus. Je les vu faire des réunions syndicales dans le bistrot. Ils se tapaient dans la main et ils disaient : « De toutes façons, on se verra au match ! ». Et quand il y avait la coupe d’Europe, le patron il disait « Allez ! Hop ! Tirez-vous une heure avant. Allez au match ! ». Bon c’était peut-être un peu plus paternaliste, c’est une évolution de la société. Après sur le fond, on peut trouver des choses qui étaient pas forcément mieux avant… mais ça se passait mieux sur la forme. Sur le fond, tout se discute… Il y avait un mélange autour du club… Et Saint-Etienne ça a été connu par l’ASSE plus que par Casino par exemple, c’était connu avant avec Manufrance, en plus quand les verts ont joué avec MF sur le maillot.

Et donc pour toi l’identité… euh ! Pour vous…
Non ! Non ! On se tutoie. C’est mieux, ça fait plus stade (rires). Ca aussi… les vieux, les jeunes… Ouais ! C’était ça vraiment : le club de la ville, comme quand on dit « l’équipe fanion » dans les villages, c’était ça à une échelle plus grande. Il y avait pas de fossé, maintenant il y a un fossé. Peut-être j’ai vieilli : je suis plus spectateur que supporter. Mais mon gamin, il y a 6 ou 7 ans, ils étaient torse nu dans le kop nord. Après lui-aussi plus tard il s’est aperçu… Il s’est calmé. Par contre, il y a énormément de filles qui vont au stade maintenant, alors que moi quand j’étais gamin c’était rare. Ma mère elle venait au match avec ma tante pour les derbys, parce que les familles étaient de Lyon et Saint Etienne. C’était la fête, on prenait le costume du dimanche, on allait à Gerland. Il y avait la piste quand j’ai connu. Ils mettaient des chaises à trois mètres de la ligne de touche, comme à Geoffroy. Et là, on les tapaient 7-1, au match retour 6-0 chez nous (rires) C’était la fête…

 

* Christophe est un pseudo.
** Les Associés, les Magics fans et les Indépendantistes sont des associations ou groupes ultra de l’ASSE.

Le travail d’enquête a été réalisé par Mathieu Bonnand, sociologue, sous la direction de Jean-Michel Roux.