Archives par mot-clé : Stade de Furiani

Le fardeau de Furiani

Les clubs de football français sont des entreprises de spectacle sportif fragiles. Contrairement aux clubs des ligues fermées nord-américaines, la rétrogradation sportive peuvent les frapper. Quand le club est économiquement fragile, c’est alors une rétrogradation administrative qui s’en suit, faisant passer le club en quelques semaines du statut professionnel au statut amateur. Le stade, outil de travail principal du club, devient alors trop coûteux… et les collectivités locales héritent d’un fardeau lourd à porter. Le Mans et Grenoble en ont fait la cruelle expérience par le passé. Bastia (Corse) est en train de la vivre.

Le stade de Furiani. Photo: Dany Tolenga, 2012. http://www.info-stades.fr/stade/23/bastia-stade-armand-cesari-furiani

Rétrogradation sportive et rétrogradations administratives
Le Sporting Club de Bastia (SCB) est un pensionnaire historique de la Ligue 1 de football avec 34 participations cumulées. Vainqueur d’une coupe de France et finaliste de la coupe de l’UEFA, il fait partie du patrimoine du sport français. Son stade, Armand-Cesari, est plus connu sous le nom de stade de Furiani, du nom de la localité proche de Bastia qui l’accueille. Il est réputée pour son ambiance survoltée en dépit de sa petite capacité (16 000 places) et de sa vétusté. Il est aussi connu pour l’effondrement d’une tribune provisoire lors de la demi-finale de la coupe de France de football qui fit 18 morts et 2 357 blessés en 1992. Le stade de Furiani appartient à la Communauté d’Agglomération de Bastia (CAB) qui le loue au club via une convention avec sa Société anonyme sportive professionnelle (SASP) .

Le club a été relégué sportivement en deuxième division nationale (L2) en mai 2017. Couvert de dettes, il a été ensuite rétrogradé administrativement en National 1 – la troisième division nationale – par la DNCG (Direction Nationale de Contrôle de Gestion, cf note infra), le « gendarme financier » du football français. La sanction a été confirmée en appel, puis par un avis du Comité national olympique et sportif français (CNOSF). Mais la DNCG et le Comité exécutif de la Fédération française de football n’ayant pas validé à ce jour le budget bastiais pour le National 1, le SCB pourrait finalement évoluer en National 3, soit le cinquième niveau national, dans lequel jouait l’équipe réserve1. Le club perdrait alors son statut professionnel et devrait repartir sous l’entité de son association (et non plus la SASP, en liquidation), détentrice du numéro d’affiliation.

Quid du stade Furiani?
Que deviendrait alors le stade de Furiani ? Le club redevenu amateur n’aura pas les moyens d’y évoluer, pas plus d’ailleurs que l’autre club amateur de la ville, le CA Bastia, qui évolue depuis juillet 2017 au stade municipal Paul Antoniotti de Borgo, une commune de la périphérie bastiaise.

Le club corse doit, selon l’AFP citée par L’Equipe, une somme de 500 000 euros à la communauté d’agglomération de Bastia (CAB). « Le stade Armand-Cesari génère des coûts fixes estimés à 1,5 million d’euros par an, selon la CAB : 5 à 600 000 euros sont destinés à l’entretien de la pelouse, l’éclairage et les assurances, 400 000 euros servent à l’entretien des bâtiments, bureaux, tribunes et toitures, et enfin 500 000 euros servent à payer l’annuité d’emprunt ».

La CAB s’interroge actuellement sur les conditions futures d’utilisation du stade ainsi que sa finalité.  Elle a, de plus comme le précise L’Express, saisi le tribunal administratif de la ville car elle doit également faire face à une « détérioration de la pelouse, qui semble inutilisable, faute d’entretien depuis plusieurs semaines. Jusqu’à présent, la convention bipartite stipule que cet entretien est entièrement à la charge du club ». Un expert doit être désigné ; une démarche indispensable, selon la CAB, afin de « disposer d’un cadre juridique approprié pour défendre et préserver le stade ».

Cette catastrophe sportive et économique nous interroge, non seulement sur la nature des relations public-privé en matière de gestion des stades d’équipes professionnelles, mais aussi sur la difficulté à conjuguer, dans le cas des ligues ouvertes européennes, l’incertitude sportive avec l’incertitude économique.

Note: La Direction Nationale de Contrôle de Gestion est une commission indépendante hébergée par la Ligue de football professionnel (LFP), chargée de surveiller les comptes des clubs de football professionnels en France. Après examen de la situation d’un club, notamment de sa situation juridique et financière, la DNCG peut prendre une ou plusieurs décisions concernant l’effectif et la participation du club aux compétitions. Les sanctions concernant l’effectif peuvent être : 1/ une interdiction partielle ou totale de recruter de nouveaux joueurs, 2/ un recrutement contrôlé avec limitation du budget prévisionnel ou de la masse salariale prévisionnelle, les contrats de joueurs devant alors être homologués par la DNCG, ou 3/une limitation du nombre de joueurs du club pouvant être mutés dans l’équipe première.
Les décisions de la DNCG concernant la participation du club aux compétitions peuvent être : 1/une rétrogradation dans la division inférieure, 2/ une interdiction d’accession à la division supérieure, ou 3/une exclusion des compétitions.
Sources: https://fr.wikipedia.org/wiki/Direction_nationale_du_contrôle_de_gestion

  1. La FFF (Fédération Française de Football) a entériné depuis la publication de l’article le départ au cinquième échelon []

Violence et stade, de Pompéi à Furiani

Sièges brûlés ou arrachés, toilettes vandalisées au Parc OL (Décines) dans un secteur occupé par des supporters parisiens lors de la finale de la Coupe de la Ligue le 1er avril 2017. Violents incidents (douze interpellations et sept blessés) autour et dans le même Parc OL lors de la venue du Besiktas d’Istanbul en quarts de finale de la Ligue Europa le 13 avril 2017. Invasions de terrain par des fans, violences sur des joueurs, jets de projectiles sur un bus lors du match de championnat SC Bastia-O. Lyonnais le 16 avril au stade de Furiani. La violence s’invite à nouveau dans les stades français.

Ces incidents rapprochés mettent en lumière une série de dysfonctionnements en terme d’organisation de la billetterie, des déplacements de fans (officiels et « indépendants »), de la sécurité publique dans et autour des enceintes, de la gestion des flux de personnes dans les stades, de la communication avant les matchs, etc. Le tout dans un contexte géo-politique parfois tendu1. La violence au stade est tout sauf un mal du siècle ou du football. Petite mise en perspective historique avec les Romains et le souvenir d’un affrontement violent à Pompéi.

 

Le massacre de l’amphithéâtre de Pompéi
Les combats de gladiateurs (munera) naissent, comme nous le rappelle Tertullien, dans le cadre de cérémonies d’hommage funéraire. Le sang coule en mémoire d’un cher disparu et en sacrifice pour honorer les dieux. La violence est alors restreinte à l’arène. Rapidement le combat devient spectacle chez les Romains, offert par un mécène – un évergète – à son peuple. La place publique ne suffit plus à accueillir les spectateurs et des équipements dédiés apparaissent: les amphithéâtres. Le supportérisme se développe, parfois encouragé avec des arrières pensées politiciennes par les notables eux-mêmes… conduisant à des excès dont Pompéi nous a transmis des traces.

En 59 après J.C., un combat de gladiateurs donné à Pompéi se termine par le massacre des habitants d’une colonie de Campanie, Nucérie, venus assister au spectacle. Deux documents nous relatent l’évènement à leur manière: le premier est un texte de Tacite2, le second une fresque provenant d’une maison pompéienne aujourd’hui conservée au Musée archéologique national de Naples. Voici ce que Tacite – qui n’est pas un contemporain  – dit de l’évènement:
« Un incident futile provoqua un affreux massacre entre les colons de Nucérie et ceux de Pompéi, lors d’un spectacle de gladiateurs, donné par Livineius Regulus, dont j’ai rapporté l’exclusion du Sénat. En effet, en échangeant des invectives selon la licence propre aux petites cités, ils se lancèrent des injures, puis des pierres, enfin des armes, et la victoire resta à la plèbe de Pompéi, où se donnait le spectacle. Aussi transporta-t-on dans la Ville beaucoup de Nucériens, le corps mutilé à la suite des coups reçus, et un grand nombre pleuraient la mort d’un fils ou d’un père.
Le jugement de cette affaire fut remis par le prince au Sénat, par le Sénat aux consuls. Puis l’affaire étant revenue devant le Sénat, on interdit pour dix ans à la municipalité de Pompéi ce genre de réunions, et les associations qui s’y étaient fondées au mépris des lois furent dissoutes ; Livineius et les autres auteurs de la sédition furent punis de l’exil. »

Fresque d’une maison de Pompéi représentant l’affrontement entre Pompéiens et Nucériens

La fresque ci-dessus montre combien l’affrontement entre spectateurs déborde de l’arène et ses tribunes pour se poursuivre dans la ville, se transformant en chasse à l’homme. Simple cas de violence de fans d’extraction modeste et issus d’une « petite cité »? L’historienne Valérie Huet nous donne une autre explication dans un article de la revue Histoire urbaine. Il s’agit bien pour elle d’une forme archaïque d’hooliganisme, forme qu’elle relie d’ailleurs à l’organisation sociale des groupes hooligans néerlandais des années 1990. Elle propose même d’attribuer la fresque, non plus à un ancien gladiateur devenu libre, comme c’est généralement le cas, mais à « une sorte de « hooligan », c’est-à-dire un homme appartenant à une catégorie relativement modeste de la population et qui tirerait gloire et fierté de sa participation à une violence dont l’écho était parvenu jusqu’à Rome et avait même déclenché ses foudres ».

La lecture géo-politique des incidents
Pour Valérie Huet, comme pour beaucoup d’autres spécialistes, le massacre ne peut être compris qu’en se limitant aux motivations des seuls hooligans pompéiens. Pompéi et Nucérie sont en fait alors deux colonies romaines, i.e. des établissements créés par l’État romain et destinés au contrôle d’un territoire conquis. Elles sont toutes deux situées dans la même vallée du Sarno et en conflits profonds. Nucérie, moins connue aujourd’hui que Pompéi,  est une ville samnite d’origine, située au centre italique de la Campanie méridionale. Valérie Huet nous rappelle que, bien que samnite3, Nucérie se caractérise par sa loyauté sans faille à l’égard de Rome, contrairement à Pompéi qui, ayant pris parti contre le pouvoir central lors de la guerre sociale, perdit son indépendance en devenant une colonie syllanienne.

Deux ans avant le massacre, Rome autorise d’ailleurs l’augmentation du nombre des colons à Nucérie, ce qui ruina ainsi les espoirs des Pompéiens de contrôler des territoires ayant un temps appartenu à Stabies, une troisième ville portuaire, dont l’arrière-pays était à portée des deux autres villes. Valérie Huet conclut qu’il est « probable qu’eut lieu entre les deux colonies une redélimitation des territoires donnant l’avantage à Nucérie (…) et évident que parmi les spectateurs et les faiseurs de troubles se trouvaient des colons cultivateurs n’ayant pas pu étendre leurs terres ».

Quand la violence au stade ne peut se comprendre qu’avec un peu de géo-politique…

 

Pour en savoir plus
Huet Valérie, « La représentation de la rixe de l’amphithéâtre de Pompéi : une préfiguration de l’ « hooliganisme  » ? », Histoire urbaine, 2/2004 (n° 10), p. 89-112. URL : http://www.cairn.info/revue-histoire-urbaine-2004-2-page-89.htm
Tacite, Annales XIV, 17
Tertullien, Oeuvres complètes, traduites du latin par Antoine-Eugène de Genoude, Les Belles Lettres, « Classiques favoris », 1168 p.

Source de l’image à la une http://ventomeridionale.blogspot.fr/2012/02/amphitheatre-of-pompeii-blood-and-sand.html

Cite this article as: Jean-Michel ROUX, Violence et stade, de Pompéi à Furiani, in Au stade des villes, 17/04/2017, http://stade.hypotheses.org/642.
  1. Ces matchs se tiennent à quelques jours d’élections nationales en Turquie – référendum sur la constitution turque qui a vu des pays européens interdire des meetings pro-gouvernementaux au motif de troubles potentiels à l’ordre public – et en France avec le premier tour de l’élection présidentielle []
  2. Tacite, Annales XIV, 17 []
  3. Les Samnites sont un groupe de tribus du Sud des Apennins, définitivement soumis par Rome en 290 av. J.C. []