Archives par mot-clé : Stade de la Mosson

Au stade de la décroissance. La Mosson

Certaines villes doivent gérer une démographie et une économie déclinantes: Detroit et Flint aux USA, les villes d’Allemagne de l’Est, Saint-Etienne plus près de chez nous. Ce déclin pose d’énormes problèmes urbanistiques, depuis le sur-dimensionnement des réseaux à la gestion du parc immobilier. Elles entrent alors dans une phase de décroissance urbaine. Certaines en profitent pour se ré-inventer, d’autres n’ont guère de choix que de détruire ou de rendre à la nature des quartiers entiers. Les stades connaissent aussi parfois des phases de décroissance. Comment les gestionnaires et utilisateurs de ces équipement font-il face à la désaffection populaire? Exemple récent avec le stade de la Mosson à Montpellier.

Le stade de Gerland à Lyon, propriété de la Ville, a récemment vu sa capacité réduite à la suite du départ de son club de football résident, l’Olympique Lyonnais. Le nouveau club résident, l’équipe de rugby du LOU, n’avait pas les moyens d’occuper un stade de 41 000 places. D’importants travaux de reconfiguration sont actuellement en cours pour ramener sa capacité à 25 000 places « au quotidien » (extensible 35 000 places si besoin). Les coûts des travaux, confiés au cabinet AIA Architecte et réalisés par Eiffage, s’élèverait à quelques 38 millions d’euros selon Lyon Capitale, pris en charge par les actionnaires du club.

Stade de Gerland, configuration avant réduction de sa capacité, 2004.

Cette solution ambitieuse de réduction-reconfiguration n’est pas à la portée de toutes les bourses de club ou de collectivités publiques, surtout si l’avenir de l’édifice en tant que tel, n’est pas assuré sur le long terme. La capacité utile du stade de la Mosson, enceinte de Montpellier, appartenant à la Communauté d’Agglomération, va être réduite de 5 000 places cette saison. Commence l’annonce L’Equipe du jeudi 17 août 2017, « Montpellier a annoncé qu’il réduisait la capacité du stade de la Mosson, sacrifiant environ 5 000 places. Le stade disposera désormais d’une capacité de 22 000 au lieu de 27 000. (…) Pour l’ensemble des matchs à domicile de la saison, la tribune Aigoual sera intégralement fermée et la tribune Cévennes partiellement ouverte. (…) Depuis plusieurs saisons, la fréquentation du stade de Montpellier, sacré champion de France en 2012, a chuté passant d’une moyenne de 17 492 à 12 356 spectateurs ».

Plan du stade de la Mosson. Source: http://plan-stade.fr

En fait, il ne s’agira guère que de condamner l’accès au deuxième tiers de la tribune d’honneur: le niveau « Cévennes » avec ses 5 452 places. Le dernier tiers, le niveau « Aigoual » et ses 4 508 places étant déjà fermé. La partie basse de la tribune, exposée aux caméras, reste ouverte. Le stade sera passé progressivement de 1997 à 2017 d’une capacité officielle de 35 500 places assises à une capacité utile de 22 000 places. Les coûts d’exploitation et la sécurité sont une première explication. Il est probable que cela soit aussi la conséquence des nouvelles exigences de la Ligue Nationale de Football qui souhaite pénaliser les clubs présentant aux caméras de télévision des tribunes vides ou clairsemées1. Mieux vaut alors concentrer le public sur la partie basse d’une tribune en cadrant judicieusement…

Cette décision laisse aussi penser que le club et la ville vont cesser d’investir excessivement dans l’entretien d’un stade dont l’avenir s’écrit en pointillés depuis les annonces faites par le maire Philippe Saurel de construire un nouveau stade à proximité du quartier commercial d’Odysseum2.

Nul doute aussi que les inondations successives du stade doivent peser dans la décision. En effet, le stade a été noyé à plusieurs reprises lors de ce qu’on appelle les « épisodes cévenols »3: le 12 décembre 2002, fin septembre 2014 puis début octobre 2014. A chaque fois les dégâts ont été considérables. En 2014 le club a dû se replier temporairement sur le stade voisin du rugby (stade Altrad).

Photo AFP. source: https://www.lematin.ch/sports/football/le-stade-de-la-mosson-a-montpellier-a-ete-inonde/story/18650528. Le 7 octobre 2014.

La disparition programmée du stade de la Mosson pose questions. Pourquoi a-t-on décidé en premier lieu de construire un tel équipement dans une zone inondable soumise aux « épisodes cévenols », à proximité de la rivière de la Mosson? Pourquoi a-t-on ensuite décidé de le rénover pour la Coupe du Monde 1998 en portant sa capacité à 35 000 places assises pour un coût total de travaux de 130 millions de francs? Pourquoi fait-on maintenant le choix de ne pas conserver le stade en faisant des travaux de protection? Que deviendra enfin le stade de la Mosson, une fois le nouveau stade « Loulou Nicollin » construit dans le quartier de l’Odysseum? Comme Ulysse durant son Odyssée, combien la « Mosson » va-t-il subir de vicissitudes avant de savoir de quoi son avenir sera fait?

 

N.b. Un colloque sur le thème «(Dé)constuire la ville : saisir la décroissance urbaine comme opportunité», se tiendra les 5 et 6 octobre 2017 à l’Ecole Nationale Supérieure d’Architecture de Saint-Etienne.

  1. D’après le site web de L’Equipe du 29 juin 2017, en marge de la convention 2017 du football professionnel à Cannes, le directeur général exécutif de la LFP Didier Quillot a envisagé de sanctionner financièrement, via les droits télé alloués dans le cadre de la licence club, les équipes qui ne rempliraient pas leurs tribunes situées en face des caméras de télévision, comme l’a fait la Liga en Espagne []
  2. Annonce faite en marge des funérailles du président emblématique du club « Loulou » Nicollin, décédé le 29 juin 2017 []
  3. Un orage, pluie ou épisode cévénol est un phénomène météorologique qui intervient principalement dans les Cévennes et ses environs, dont Montpellier. Il se forme lorsque le vent chaud et humide en provenance du Golfe du Lion se dirige vers le nord. Au moment où il butte contre le massif montagneux des Cévennes, il rencontre l’air froid présent en altitude. Se forment alors classiquement des nuages chargés de pluie. Mais dans ce cas, les nuages sont bloqués par la montagne et se reforment perpétuellement. Ils provoquent dans un premier temps des pluies sur les massifs qui finissent par s’étaler en général jusqu’en plaine, provoquant d’importantes inondations []

La sélection des stades pour la Coupe du monde de rugby 2023

Le 9 février 2017, la Fédération Française de Rugby (FFR) s’est déclarée candidate pour accueillir la Coupe du Monde de rugby en 2023. Dix-neuf  villes étaient mentionnées lors de la présentation du dossier à la presse. Le Comité Directeur de la FFR vient de dévoiler les douze villes hôtes finalement retenues pour la candidature.

Douze villes mais onze stades ont été retenues (du plus grand au plus petit stade) :
Saint-Denis –Stade de France (80 000 places)
Marseille – Orange Vélodrome (67 000 places)
Lyon – Parc OL (59 000 places)
Lille Métropole – Stade Pierre-Mauroy (50 000 places)
Bordeaux – Matmut Atlantique (42 000 places)
Saint-Etienne – Stade Geoffroy-Guichard (42 000 places)
Lens – Stade Bollaert-Delelis (38 000 places)
Nantes – Stade de la Beaujoire (37 500 places)
Nice – Allianz Riviera (35 000 places)
Montpellier – Stade de la Mosson (32 000 places)
Toulouse – Stadium de Toulouse (33 000 places)

Paris est la douzième ville. Son stade – en plus de Saint-Denis qui accueillera la finale – n’est pas encore connu: Jean-Bouin et le Parc-des-Princes sont les deux options possibles. L’U arena de Nanterre, future stade du Racing 92 a été écartée.

Sept villes se sont désistées entretemps ou n’ont pas été sélectionnées: Valenciennes (Stade du Hainaut), Le Havre (Stade Océane), Rennes (Roazhon Park), Le Mans (MMARENA), Sochaux (Stade Auguste-Bonal), Grenoble (Stade des Alpes) et donc Nanterre.

La FFR a expliqué vouloir déposer le meilleur dossier pour la Coupe du Monde 2023 et  justifie la sélection sur les critères suivants :

  • « La plus grande capacité de spectateurs potentiels (grand public et hospitalités)
  • La plus grande capacité hôtelière
  • Des stades de très haut niveau répondant aux standards des plus grands événements internationaux
  • Des villes hôtes mobilisées et expertes dans l’accueil des événements internationaux »

Notons simplement, qu’en l’état, la sélection fait la part belle aux stades de football. En-dehors du Stade de France, antre des équipes de France de football et de rugby et du Matmut Atlantique de Bordeaux qui accueille quelques affiches de l’UBB (Union Bègles-Bordeaux), les autres stades sont le domicile de clubs de football de Ligue 1 et Ligue 2 (Lens). Quand un club professionnel de rugby jouent dans ces villes, c’est alors dans un autre stade, plus petit: le Stade Ernest-Wallon à Toulouse, le Matmut Stadium de Lyon ou l’Altrad Stadium de  Montpellier.