Archives par mot-clé : Tradium

L’ambiance des stades

Le texte ci-dessous est la reproduction d’un article publié dans le numéro 393 de la revue Urbanisme qui consacrait son dossier aux « Grands stades en quête d’urbanité » à l’occasion de la Coupe du monde de football de 2014 au Brésil.

Si l’ambiance d’un match peut déconcerter voire inquiéter, elle sait aussi motiver et passionner public autant que joueurs. Les médias ne s’y trompent pas, lorsqu’ils commencent les retransmissions par un zoom sur les tribunes en fête et par l’usage du bien nommé « micro d’ambiance ». La réputation des stades se fonde pour partie sur les représentations que nous avons de leurs ambiances : survoltée du Vélodrome, délétère du Parc des Princes, bon enfant du Roudourou1 ou de ce stade de club amateur.

L’ambiance est un enjeu : économique (vendre un événement, rentabiliser un équipement, développer une entreprise de spectacle sportif), social (créer une identité collective), politique (signifier l’avènement d’un territoire ou d’une nation). S’assurer une bonne ambiance devrait aussi être un sujet d’analyse et un enjeu de projet pour les concepteurs de stade, les gestionnaires et les élus locaux2. Mais qu’est-ce qui fait l’ambiance d’un stade et comment l’évaluer ? Est-il possible de prédire, projeter et manager une ambiance ? Le champ de la recherche architecturale et urbaine – entre autres avec le laboratoire Cresson3– a tenté depuis une quinzaine d’années de qualifier cette notion d’ambiances architecturales et urbaines. Une ambiance implique un rapport sensible au monde, synesthésique (par chacune des modalités sensorielles) autant que cénesthésique (impression générale). Elle ne se réfère pas à une échelle spatiale ou temporelle particulière. Elle nécessite dans son analyse une approche pluridisciplinaire portant une attention aux dimensions construites, sociales et sensibles de l’espace habité4.

Laissons ici de côté les dimensions construites et sociales5 pour nous concentrer sur la dimension sensible. Nous faisons l’hypothèse que la conception et le management actuels des stades français prennent mal en compte cette dimension sensible. Ils sont principalement intéressés par le construit et partiellement par les usages, le plus souvent vus sous l’angle de la sécurité ou du marketing. Un grand nombre d’études ou de rapports portent sur l’aspect fonctionnel des stades ou sur la sociologie des publics, rarement sur leur perception sensible par leur public, et croisent plus rarement encore les trois dimension6.

Une expérience sensible
Aller au stade et assister à un match, c’est faire une expérience sensible dans la mesure où nos cinq sens seront convoqués. Cette expérience sera qualitativement différente selon de nombreux paramètres (qualité du spectacle, conditions météorologiques, emplacement dans les tribunes, etc.). L’expérience sensible dépendra aussi de la typologie des publics du match. Une personne peut être, c’est selon, spectateur, supporter ou fan. Le premier vient voir un spectacle quand le second assiste à un match en soutenant l’un des protagonistes. Il est déjà partie prenante. Les fans (ultras, associés, etc.) sont, quant à eux, des supporters engagés et militants qui escomptent peser collectivement sur l’issue d’un « combat ».

La nature, l’intensité, la qualité des stimuli sensoriels seront d’autant plus fortes que l’implication de l’individu dans le match ira croissant, comme le montrent les résultats d’une enquête réalisée sur le stade Geoffroy-Guichard lors de la saison 2005-2006. Sachant qu’une ambiance se vit et se raconte, nous avons mobilisé plusieurs techniques venant de l’analyse sociale des espaces publics, afin de qualifier les ambiances d’un match : observation située, collecte de récits de vie, carte mentale et captation photographique, sonore ou vidéographique7 . Limitons-nous ici aux résultats de la seule expérience visuelle.

Le spectateur regarde sans être vu : son expérience sensible reste de faible intensité et qualité. Il paie pour avoir le sentiment excitant d’être de la fête et pour se rendre compte de visu si le stade est à la hauteur de sa réputation. Le supporter fait une expérience personnelle en venant assister à un match de son équipe. Il a une attente émotionnelle forte par rapport au résultat et à la manière. Son expérience sera, quoiqu’il arrive, relativement sensible. Il est là pour regarder le match, bien entendu… mais tout en cherchant parfois à être vu grâce à son accoutrement. Les fans ne sont pas au spectacle, ils sont partie prenante d’un combat aux côtés des joueurs et ont conscience de leur importance. Être un fan, c’est faire immanquablement du match une expérience très sensible et collective. L’expérience visuelle est intense, même si elle peut paraître a priori insatisfaisante. Et bien que placés dans les tribunes ayant la moins bonne vision, les fans sont l’objet de tous les regards. Ils cherchent d’ailleurs à produire un effet visuel à travers leurs tifos (spectacles d’avant-match) et une gestuelle complexe et collective qui visent, en faisant masse, à animer le stade et impressionner le visiteur.

L’ambiance d’un match nous semble ainsi relever pour partie de la combinaison de ces types de publics. Les spectateurs s’additionnent imparfaitement et leur nombre n’est jamais la garantie d’une bonne ambiance. Ils sont avant tout une somme d’individus parvenant à faire corps dans les moments d’excès sensoriel et à produire un effet multiplicateur. Tout dépend cependant du résultat du match, et l’effet peut être aussi bien positif que négatif : c’est la ola ou la bronca. Seuls les fans sont des facteurs d’ambiance, l’effet de leur regroupement étant de l’ordre de la démultiplication.

Des ambiances en projet
Ainsi, par la mise en récit des usagers et par l’analyse minutieuse des dispositifs spatiaux, des organisations sociales et des configurations sensibles des stades et de leurs publics, est-il possible de s’approcher d’une compréhension des ambiances ? Est-il envisageable de prédire une ambiance, de la concevoir, de la garantir, de la gérer ? Il semble imaginable de penser le projet et la gestion des stades afin de rendre possible certaines configurations spatiales, sociales, sensibles favorables à l’émergence d’une « bonne ambiance ». Mais sa prédictibilité paraît quasi impossible. Pour qu’une ambiance « prenne » comme une mayonnaise, il faut a minima rassembler tous les ingrédients mais, quand bien même, la réussite restera aléatoire…

Faisons ensuite le constat que, depuis le rapport Taylor8 en 1990 et sous l’influence des instances nationales et internationales régissant le football (ligues nationales, UEFA, FIFA, États, etc.), la qualité construite des stades a considérablement été améliorée en Europe. La réflexion sur la dimension sociale a aussi entraîné un profond bouleversement dans la façon dont est considéré l’usager.

Nous sommes entrés dans l’âge du « stade plus que moderne », celui du contrôle et de la consommation9. Les foules sont ségréguées, privées de toute valeur sociale et les individus atomisés, réduits à l’état de clients. Les frontières externes comme internes sont désormais complètement imperméables. Les stades, qui étaient des espaces publics socialisants au même titre que les parcs ou les places, deviennent des espaces de consommation, des tradiums10. Certes dus à des architectes de renom, ils sont l’objet d’une grande sophistication technique mais leur « authenticité » est désormais manufacturée. Il en ressort un double phénomène : une amélioration de l’équipement et de son usage pour le consommateur mais un appauvrissement de la qualité sensible pour le spectateur. Concepteurs et gestionnaires cherchent à agrandir les stades afin d’atteindre une taille critique nécessaire à la bonne économie des projets, espérant ainsi que le nombre de spectateurs sera de nature à générer par lui-même de l’événement.

Cependant, comme nous venons de le voir, le nombre de spectateurs ne garantit pas une bonne ambiance. Seuls les fans, qui existent d’abord en tant que corps social plus ou moins constitué, sont des facteurs d’ambiance. Leurs instincts grégaires les conduisent à faire masse et leur sens social à faire corps à travers des associations, sections ou clubs… mais ils sont difficilement prédictibles et gérables.

Lever un paradoxe
Pour envisager une meilleure prise en compte de la dimension sensible, il conviendrait de lever un paradoxe. Alors que nous venons de voir les ambiances – et la bonne commercialisation du spectacle sportif – dépendre de la présence de supporters et de fans, tout est mis en oeuvre au profit des seuls spectateurs. L’homme est pensé comme une menace quand il s’agrège à son voisin. Projeteurs et gestionnaires de stade n’apprécient guère que leurs clients atomisés puissent faire masse et fusionner avec leurs voisins pour produire une réaction chimique aléatoire. Clubs et gestionnaires encouragent le corps intermédiaire et rassurant qu’est la famille, tolèrent parfois l’association de supporters dans la mesure où elle se place sous leur autorité, se méfient ou combattent les ultras.

Si masses il y a, ce sont pourtant celles des mass media. Depuis vingt-cinq ans, la télévision a considérablement modifié l’architecture et la gestion des stades (toit rétractable, pelouse chauffée et/ou synthétique, éclairage artificiel, etc.). Le temps ritualisé du match a cédé la place au spectacle permanent. Le coût de gestion des enceintes sportives a considérablement augmenté en conséquence. Il en a résulté une nécessité d’augmenter également les prix des billets et de générer des recettes de merchandising supplémentaires. L’homme est pensé individuellement comme consommateur d’un spectacle sportif et de ses produits dérivés. On veille à son confort (assise, vision, sécurité) afin de le mettre dans les meilleures dispositions pour passer à l’achat. C’est la sainte trinité des aménités : « buvettes, toilettes, emplettes ».

Victimes symboliques de ce changement de paradigme, les « places debout » sont combattues avec énergie… alors même que des clubs nord-américains les réintroduisent, justement afin de recréer une atmosphère propice à la commercialisation de l’événement11.

Prendre en compte l’homme et sa douleur
Une fois ce paradoxe levé, peut-être conviendrait-il de remettre l’homme au coeur du projet. Accepter qu’il puisse éprouver ses propres émotions. Prenons le cas de la douleur, comme nous le suggère Pierre Sansot dès 198612. La douleur d’être au stade est une réalité que presque aucun projeteur ou gestionnaire ne souhaite prendre en considération. Elle est pourtant intrinsèque au spectacle sportif, comme le montrent nombre de récits de vie de supporters13.

Comparaison est parfois faite des stades et des églises. Sauf que dans l’ambiance d’une église, le construit, les usages, le sensible convergent pour signifier que nous sommes dans un lieu où joie, douleur et espoir sont indissociables. Les scènes de nativité, d’entrée glorieuse dans Jérusalem, de procès, de torture, d’abandon, de supplice, de mort et de résurrection se succèdent ou coexistent. Rien de tout cela dans un stade neuf. Nulle ambiance manufacturée des stades modernes ne prend en compte la douleur du supporter. Il arrive même souvent qu’on souhaite effacer une mémoire douloureuse, comme en rebaptisant un stade théâtre d’un drame14.

Il est certes difficilement concevable de gérer la douleur, mais nous pouvons prendre en considération dans un projet les lieux et les hommes qui les habitent. Il y a ainsi différentes façons, plus ou moins symboliques, d’avancer sur ce point :

• offrir des bouts de pelouse ou de béton du stade à démolir… mais pas les vendre comme ce fut le cas pour le Maracanã de Rio lors de sa récente rénovation ;
• garder la mémoire. Le stade de l’Olympiakos Le Pirée, qui accueille les fans de la Gate 7 dont plusieurs membres ont péri lors d’un accident, conserve une trace de leur présence par des sièges de couleurs différentes correspondant aux absents ;
• permettre la dispersion des cendres d’un fan sur le – ou à côté du – stade, comme le demande ce supporter de Boca Junior : « S’il vous plaît, faites votre possible pour que mes cendres puissent être introduites dans la Bombonera et dispersées sur le terrain »15 ;
• permettre le travail de deuil. Nombre de supporters et de fans s’imposent d’assister au « dernier match », afin de faire le deuil du haut niveau, du trop vieux stade ou du club quand il est mis en liquidation… Les clubs éteignent parfois les lumières en vitesse et poussent dehors les supporters qui restent là, silencieux, hagards ou furieux. Poussons-nous les membres d’une famille hors d’un cimetière une fois la tombe refermée ?

Comment faire alors pour prendre en compte la dimension sensible dans le projet et la gestion des stades ? Peut-être une solution serait-elle de repenser les stades à travers le triple prisme de l’espace public, du temps public et du corps public. Le stade, même privé, est un lieu recevant du public, socialisant, même imparfaitement, et générant des enjeux urbanistiques et sociaux qui méritent de le considérer comme tel.

 

ROUX Jean-Michel, « L’ambiances des stades », Urbanisme, n°393, dossier « Grands stades en quête d’urbanité », 2014, pp. 60-62, ill. Article reproduit avec l’aimable autorisation de la revue.

Cite this article as: Jean-Michel ROUX, L’ambiance des stades, in Au stade des villes, 08/03/2017, http://stade.hypotheses.org/488.
  1. Stade de Guingamp. []
  2. La Ligue nationale de football en a pris la mesure, qui a mis en place un « championnat de France des tribunes ». www.lfp.fr []
  3. Le Cresson est un laboratoire de l’École nationale supérieure d’architecture de Grenoble et du CNRS, UMR 1563 « Ambiances architecturales & urbaines ». Cf. sur ce thème : Jean-François Augoyard, « L’environnement sensible et les ambiances architecturales », in L’espace géographique, 1995, n° 4, pp. 302-318, ou Pascal Amphoux, Jean-Paul Thibaud et Grégoire Chelkoff (dir.), Ambiance en débats, Bernin, Éditions À la Croisée, 2004. []
  4. Nicolas Tixier, dossier « Ambiance(s). Ville, architecture, paysages », Culture et Recherche, n° 113, Paris, ministère de la Culture et de la Communication, 2007. []
  5. L’ambiance d’un stade dépend de sa dimension construite, i.e. de son insertion dans une ville ou un quartier, et de son architecture mais aussi de la sociologie des publics, de la qualité du spectacle et du type d’événement qui s’y déroule. []
  6. Cf. par exemple Jean-Louis Valentin (rapporteur) et Philippe Seguin (président), « Grands Stades Euro 2016 », Rapport de la commission Grands Stades Euro 2016 présenté au ministre des Sports, Paris, 2008. []
  7. Jean-Michel Roux (dir.), Un stade dans la ville. L’analyse des ambiances et publics d’un stade de football. Le cas de Geoffroy-Guichard à Saint-Étienne, Ville de Saint-Étienne, Archives municipales et Unité Ville d’Art et d’Histoire, 2005-2006 ; ou Grégory Charbonnier, Jean-Michel Roux et Cendrine Sanquer, Le Stade Geoffroy-Guichard. Un club, un public, Ville de Saint-Étienne, collection Trames urbaines, n° 5, 2006. []
  8. Peter Taylor, The Hillsborough Stadium Disaster, 15 April 1989. Inquiry by the RT Hon. Lord Justice Taylor, Final Report, Presented to Parliament by the Secretary of State for the Home Department by Command of Her Majesty, Londres, HMSO, 1990. []
  9. Christopher Gaffney, Temples of the Earthbound Gods. Stadiums in the Cultural Landscapes of Rio de Janeiro and Buenos Aires, Austin (États-Unis), University of Texas Press, 2008. []
  10. Néologisme de John Bale dans Sport, Space, and the City en 2001 de la contraction de trade (commerce) et stadium. []
  11. Tom Dunmore, « Denver Does Terraces: Standing in Major League Soccer », http://pitchinvasion.net. []
  12. Pierre Sansot, « Vers une sociologie des émotions sportives », in Les Formes sensibles de la vie sociale, PUF, 1986, p. 92. []
  13. Par exemple, Tim Parks dans Une saison de Vérone (2002). []
  14. Á Bruxelles, l’appellation « Stade du Roi Baudouin » essaie péniblement d’effacer les stigmates du drame du Heysel, en 1985. []
  15. So Foot. Football total et contre-culture, Solar Éditions, 2010, p. 52. []

Toilet facilities – lavatory – toilettes

Les stades de l’ère industrielle et du Mouvement moderne (fin XIXe-milieu XXe) mettent l’emphase sur l’accueil du plus grand nombre possible de spectateurs… avec un souci minimal pour la qualité des aménités ou le confort du spectateur. Les tribunes populaires sont presque exclusivement avec des places debout, ouvertes à tous vents et avec pas ou peu de toilettes… Remarque bénigne? 

L’absence (ou la sous-évaluation) des besoins en matière de toilette entraîne le développement de pratiques déviantes. Les spectateurs urinent dans les rues alentours quand ils n’urinent pas directement dans la tribune provoquant des problèmes d’hygiène et, aux dires de certains, des problèmes de structure, les fers des bétons étant sensibles à l’acidité. Il va sans dire qu’une partie du public potentiel ne se sent pas complètement à son aise en l’absence de toilettes accessibles aux personnes en situation de handicap ou réservés aux femmes.

Le rapport du juge Taylor à la suite du désastre d’Hillsborough pointe d’ailleurs le défaut de la maîtrise d’ouvrage en la matière dans les stades anglais: « The facilities provided for them have been lamentable. Apart from the discomfort of standing on a terrace exposed to the elements, the ordinary provisions to be expected at a place of entertainment are sometimes not merely basic but squalid. At some grounds the lavatories are primitive in design, poorly maintained and inadequate in number. This not only denies the spectator an essential facility he is entitled to expect. It directly lower standard of conduct.

The practice of urinating against wall or even on the terraces has become endemic and is followed by men who would not behave that way elsewhere. The police, who would charge a man for urinating in the street, either tolerate it in football grounds or do not more than give a verbal rebuke. Thus crowd conduct becomes degraded and other misbehaviour seems less out of place »1.

Soulagement risqué à deux pas d’un transformateur électrique. Saint-Etienne, 2009

Tim Parks nous confirme, s’il était besoin, que la situation ne se limite pas aux îles britanniques. Les blocs visiteurs des stades italiens des années 90 sont modestement pourvus en toilettes: « Où sont les chiottes ? Personne ne le sait. Il faut traverser tout le groupe pour aller demander à un flic. Il me regarde d’un sale œil : « au sous-sol ». Je m’élance dans l’escalier. Il me suit. « Per la Madonna, c’est juste un besoin ! » Il me laisse. Je suis à mi-chemin d’un gigantesque escalier balayé par un féroce vent d’est quand un énorme rugissement remplit le stade. Non impossible ! Je me précipite pour voir, découvrant du même coup l’un des avantages des stades divisés en tranches : on peut voir entre. […] Pour peut-être mille spectateurs, il y a deux cabinets à la turque, sans porte ni papier. Heureusement que j’ai mes kleenex, enfin ceux qui restent. La chasse d’eau ne marche pas »2.

Toilettes du Stade Lesdiguières. 2010.

Depuis le rapport Taylor, on veille au confort du public: meilleure vision du spectacle, meilleure assise, meilleurs aménités. Les toilettes en font partie. Elles sont désormais en nombre (presque) suffisant et adaptées aux besoins des différents types d’usagers comme les personnes en situation d’handicap…

Toilettes accessibles aux personnes en situation de handicap, Stade Morumbi, Sao Paulo, Brésil, 2009.

afin de mettre le spectateur se rendant dans l’un des « temples modernes du sport » dans les meilleures dispositions pour sacrifier à la sainte trinité des tradiums: «  buvettes, toilettes, emplettes ».

Cite this article as: Jean-Michel ROUX, Toilet facilities – lavatory – toilettes, in Au stade des villes, 21/02/2017, http://stade.hypotheses.org/302.
  1. Lord Justice Taylor, The Hillsborough Stadium Disaster, p. 5 []
  2. T. Parks, Une saison de Vérone, 2002 []

Organisateurs de spectacle, supporteurs et ambiance. Le cas de la vuvuzela.

L’ambiance dans les stades lors des grandes compétitions représente un véritable enjeu économique. Il s’agit d’abord de vendre un spectacle sportif (projet économique d’une fédération internationale, des diffuseurs et des sponsors), accessoirement de développer l’image d’un pays et de villes hôtes (projet de marketing territorial), très éventuellement de rentabiliser un équipement sportif (projet constructif).

Introduction

Les coupes du monde de football de l’après-guerre ont parfois vu l’émergence inopinée d’une ambiance singulière dans les stades basée sur des éléments de culture locale. Cette ambiance n’a pas qu’un peu contribué au succès économique des évènements. La coupe du monde de 1950 au Brésil a vu l’émergence du modèle de supportérisme radical des torcidas brésiliennes avec leurs percussions et chants (Raspaud, 2010). En 1978, la coupe du monde en Argentine a vu apparaître la pratique des papelitos – ces petits papiers en morceaux que l’on jette à l’entrée des joueurs – et celle du Mexique en 1986, l’avènement du mouvement chorégraphique de la ola, cette vague que dessinent les spectateurs d’un stade en se levant de manière coordonnée.

Torcida des Corinthians, FARKAS Thomaz, Pacaembu / Thomaz Farkas, São Paulo : DBA Artes Gráficas, 2008

Ces trois exemples sont américains. Quid de l’Europe et de l’Afrique qui sont, elles aussi, des terres de football ? Les grandes compétitions peinent à laisser une identité ambiantale. Le supportérisme y existe aussi, mais il est moins organisé à l’échelle des équipes nationales qu’en club. Le campanilisme des supporteurs l’emporte sur le patriotisme dans beaucoup de grands pays sauf lors des grands évènements. De plus, la scène internationale est parfois le lieu choisi pour déchaîner les passions excessives (hooliganisme).

Il faut dire que, depuis les drames des années 1980 (Heysel, Hillsborough, Furiani, etc.) les autorités du football[1] se méfient des supporters et de leurs « innovations » (Taylor, 1989). Ces mêmes autorités ont constamment insisté sur l’amélioration de la qualité constructive des enceintes, au détriment de la reconnaissance et de la prise en compte des pratiques usagères. La qualité sensible des ambiances s’en ressent (Roux, 2014). En conséquence, les grands noms de l’architecture ont été appelés à la rescousse et les stades sont devenus des tradiums aux ambiances « manufacturées » (Bale, 1993). À tel point que la coupe du monde de 1998 en France a laissé le piètre souvenir des « costumes gris » dû à la surreprésentation des spectateurs par rapport aux supporters. L’Euro 2016 de football, lui aussi organisé en France, laissera des souvenirs contrastés : violences des hooligans anglais et russes, chants des Irlandais et Gallois, phénomène islandais du clapping repris par les joueurs français, scènes de liesse populaire et spontanée dans les rues des villes, loin du contrôle ambiantal des stades.

Dans ces derniers des compagnies privées étaient chargées de faire respecter l’ordre et la sécurité en veillant à l’application stricte d’un règlement drastique (Règlement du Stade pour l’UEFA EURO 2016 TM). A la section « objets et comportements interdits », ledit règlement proscrit ainsi « les instruments électroniques, mécaniques ou manuels produisant du bruit tels que mégaphones, klaxons et vuvuzelas »[2]. Quel est donc cet objet au nom exotique qui mérite d’être ainsi spécifiquement cité ?

La vuvuzela nous renvoie six ans en arrière, lors de la première coupe du monde de football en Afrique (Afrique-du-Sud) lorsque les instances internationales ont cherché à générer puis à maîtriser l’ambiance des matchs. Cette « trompette en plastique » a été popularisée avant la compétition et fabriquée en grand nombre. Elle était censée représenter le lien avec les cultures indigènes d’Afrique-du-Sud et façonner une «ambiance authentique et locale». La vuvuzela a échappé au contrôle de ses promoteurs et ces derniers ont dû tenter, en catastrophe, de « reprendre le contrôle » des ambiances. Cet article tentera quant à lui de comprendre la genèse de ce « facteur d’ambiance » et d’en observer les effets.

Vuvuzela, Afrique-du-Sud, s.d.

 

La vuvuzela : origine obscure et glorieuse destinée

La ou le vuvuzela a des origines obscures. On la dit être lointainement inspirée d’une corne traditionnelle d’antilope. Elle apparaîtrait en Afrique-du-Sud au début du 20e siècle, aux côtés de tambours pour accompagner dances et prières des cérémonies religieuses.

Son transfert dans les stades de football daterait des années 1980 (au Zulu Royals) quand les joueurs lui reconnaissent la capacité de leur donner un avantage en changeant l’ambiance du match. Une nouvelle mutation s’opère dix ans plus tard quand des entreprises d’abord locales puis globales se mettent à la produire en série et en matière plastique. Son usage se répand alors dans tous le pays, popularisé par les supporters des deux clubs de Soweto : les Kaizer Chiefs et les Orlando Pirates.

La vuvuzela serait pour beaucoup à ranger dans la catégorie des objets émettant un son et qu’il est possible de détourner de leur fonction utilitaire première dans le cadre d’un stade : corne de brume, bidon, casserole, klaxon si ce n’est cloche d’alpage comme dans la photo ci-dessous.

Supporteurs français avec trompette et cloche d’alpage, s.d., AMSE 6FI12161

D’aucuns la classeraient avec plus de bienveillance dans la catégorie des “instruments de parade” pour reprendre le terme du sociologue Nicolas Hourcade. Le musicologue espagnol installé en Afrique-du-Sud Pedro Espi-Sanchis se contente d’en faire un pseudo-instrument de musique : « avec sa fondamentale en si bémol, le vuvuzela n’est pas un vrai instrument de musique, c’est surtout un instrument qui sert à signaler le début d’une cérémonie. Pour en tirer quelque chose, il faut en jouer en petit comité en développant le ‘call and response‘ [technique par laquelle les instruments se répondent] »[3]. Il s’agit donc d’un instrument qui peut être mélodieux quand il est maîtrisé techniquement, limité en nombre et se limite à quelques notes répondant à d’autres instruments. L’utilisation de vuvuzelas de mauvaise facture, embouchées par des utilisateurs peu mélomanes et ne cherchant que la production du plus fort volume sonore possible permet d’émettre des sons monotones et surpuissants qui s’apparenteraient à ceux d’un concert de cornes de brume, de barrissements d’éléphants ou de bourdonnements d’essaims d’abeilles…

Affiche du Journal The Sun encourageant l’usage de la vuvuzela

En dépit de ces piètres qualités musicales et du risque potentiel d’une utilisation massive, son usage est encouragé par la Fédération Sud-Africaine de football au nom du respect des cultures locales et par la FIFA qui craint l’absence de supporteurs européens et sud-américains dans les gradins. Elle est testée, semble-t-il, avec succès, lors de la coupe des confédérations 2009, prélude organisé par la FIFA à la coupe du monde 2010.

La vuvuzela : Désastre et bannissement

Lors de la coupe du monde, la vuvuzela est massivement achetée comme souvenir, mais malheureusement aussitôt employée par les supporteurs et spectateurs de toutes les équipes présentes à la compétition. Elle suscite bien vite la controverse parmi les protagonistes du match : joueurs et entraîneurs, spectateurs et supporteurs, commentateurs et diffuseurs.

Les joueurs la jugent « amusante » quand elle n’empêche pas la concentration ou la communication entre coéquipiers et entraîneur, obligeant à recourir à des gestes.

Les spectateurs se plaignent rapidement de la nuisance sonore, évoquant des problèmes auditifs pour ceux qui se trouvent placés tout un match au plus près de l’émetteur. Des études évoquent un son pouvant atteindre 127 dB à la sortie de l’instrument, soit près de 113 dB à deux mètres de distance ou aux oreilles de la personne qui en joue (Swanepoel et al., 2010).

Les supporteurs, a priori plus favorables à l’objet, regrettent néanmoins son ton monocorde et monotone, déconnecté du rythme de l’action sur le terrain et masquant les autres facteurs d’ambiance : bruits organiques des foules, chants, applaudissements et usages d’autres instruments de musique. La cacophonie vuvuzelesque produit un masque sonore qui ne laisse plus le loisir à un autre type d’ambiance d’advenir. Les vuvuzelas sont hégémoniques dans l’ambiance. Une part non négligeable quoiqu’inquantifiable de supporteurs prend néanmoins sa défense au motif qu’elle est locale et donc légitime. Certain évoquent même un plaisir certain à créer un véritable capharnaüm sonore qui échappe au contrôle des organisateurs et diffuseurs. La vuvuzela permet le détournement de la règle et d’énerver les organisateurs du spectacle avec lesquels les supporteurs entretiennent parfois des rapports conflictuels. Elle est un pied de nez à la FIFA.

Les diffuseurs (chaînes de télévision et radio) doivent rapidement trouver une parade à l’instrument de parade… Plus question de multiplier les micros d’ambiance auprès des tribunes populaires. Les commentateurs doivent s’équiper de microphones spéciaux censés atténuer le vacarme et de casques utilisés pour les retransmissions de courses de Formule 1.

Conclusion
La vuvuzela ne peut être politiquement bannie en plein milieu de la compétition. Les organisateurs de spectacles sportifs et les gestionnaires de stade en tireront cependant toutes les leçons. La trompette est aujourd’hui tellement renommée qu’elle est spécifiquement interdite à travers le monde entier dans certains stades et lors de certains tournois de football, mais aussi de cricket, de baseball, d’ultimate fight, de hockey, de basket-ball, de rugby, de tennis, etc.

Les organisateurs de spectacle sportifs – dans notre cas la FIFA et les chaînes de télévision diffusant la coupe du monde de football – attribuent aux supporteurs et aux fans le double rôle d’acheter des billets, mais aussi d’aider gratuitement à la commercialisation des places restantes auprès des autres spectateurs. Quand l’absence des premiers est potentiellement trop risquée économiquement, ils n’hésitent pas à encourager les passions, si ce n’est exacerber les tensions afin de mieux commercialiser l’événement auprès des diffuseurs. Tant pis si le phénomène leur échappe et que des excès en sont la conséquence. Ils les dénonceront comme pour la vuvuzela ou s’excuseront platement :

« Pour rendre le derby FC Zürich-Grasshoppers Zürich (0-1), plus attractif et plus passionnant, la chaîne de télévision suisse SRF a rajouté au son des bruits de foules et des chants de supporters. Problème, la supercherie a vite été découverte puisque les dix premières minutes de la rencontre se sont déroulées dans un stade Letzigrund désert, les supporters des deux équipes ayant décidé de manifester leur mécontentement envers la répression contre les ultras. SRF s’est depuis excusé : “Dans le but de rendre le match le plus attractif possible, des chants de supporters ont été rajoutés, a indiqué la chaîne dans un communiqué. Cette décision a été prise sous la pression. C’était une erreur. Nous nous excusons. La manipulation de son ou d’images n’est pas autorisée.” »[4]

Cet article est issu des Actes du 3e Congrès international sur les Ambiances, “Ατμοσφάιρες Αυριο – Ambiances demain – Ambiances, tomorrow”, Volos (Gr), Sep. 2016, sous la direction de Nicolas REMY et Nicolas TIXIER, Volos: International ambiances network & University of Thessaly (Dept. of Architecture), 2016, vol. 2, pp. 963-968, ill.

Bibliographie

Bale J. (2011), Sport, Space and the City, Caldwell (NJ), Blackburn Press (première éd. 1993)
Raspaud M. (2010), Histoire du football au Brésil, Paris, Ed. Chandeigne
Roux J.-M. (2014), L’ambiance des stades, Urbanisme, 393
Sansot P. (1986), Vers une sociologie des émotions sportives, in Sansot P., Les formes sensibles de la vie sociale, Paris, PUF
Swanepoel DW, Hall III J, Koekemoer D (2010), Vuvuzela – good for your team, bad for your ears, South African Medical Journal, 100 (2), Cape Town, South Africa, pp. 99–100.
Taylor P. (1990), The Hillsborough Stadium Disaster, 15 April 1989. Inquiry by the RT Hon. Lord Justice Taylor, Final Report, Presented to Parliament by the Secretary of State for the Home Department by Command of Her Majesty, Londres, HMSO, Home Office

[1] http://www.lemonde.fr/sport/article/2010/06/16/rehabilitation-en-musique-du-vuvuzela_1373625_3242.html
[2] http://www.lequipe.fr/Football/Actualites/Des-chants-de-fans-rajoutes-a-la-tele/371124, 15 mai 2013.
[3] Fédération Internationale de Football Association (FIFA), Union Européenne des Associations de Football (UEFA) et Fédération Française de Football (FFF).
[4]http://www.uefa.com/MultimediaFiles/Download/competitions/Ticketing/02/25/56/32/2255632_DOWNLOAD.pdf

Cite this article as: Jean-Michel ROUX, Organisateurs de spectacle, supporteurs et ambiance. Le cas de la vuvuzela., in Au stade des villes, 11/02/2017, http://stade.hypotheses.org/53.