Récit de l’auteur. Partie 3/4 – le chemin du stade

3e partie de mon « récit de vie ».

Le chemin du stade
Si je n’ai jamais trouvé mon chemin de Damas avec les équipes grenobloises, je l’ai gardé avec Geoffroy. Aller au stade, c’est comme un fil d’Ariane qu’on maintient pour se dire qu’on est encore de la Loire. Un renouvellement irrégulier de ses vœux de fidélité à son département, à sa culture populaire.

Petit, le voyage au stade se faisait en un quart d’heure de routes glissantes. Maintenant, il nécessite de partir longtemps avant le coup d’envoi en raison l’angoisse des bouchons de la rocade Est de Lyon ou ceux qui s’égrènent le long de l’A47 : au pont de Chasse, dans le goulet d’étranglement de Givors, à Rive-de-Gier, etc. Quand tout part de travers, dès l’entrée sur la Rocade Est, le stress amène parfois à tenter des itinéraires bis de désespoir par les Moulins à Vent, les usines de St-Fons, par Brignais et La Madeleine. Le passage du col de Terrenoire, les crassiers de Méons, la plaine du Marais et le bulbe de l’église du Soleil, les terrains de Méons et le halo de lumière du stade dans le lointain redonnent alors l’espoir d’arriver à l’heure, au-moins pour la seconde mi-temps….

L’arrivée au stade se fait toujours depuis le même parking. Logique quand on descend des Monts du Lyonnais, moins quand on vient de Lyon ou Grenoble mais c’est ainsi. On laisse la voiture Allée de la Tour, sur le trottoir longeant les usines et à proximité d’un endroit où le Furan nauséabonde à l’air libre. Dès cette impasse, il est possible évaluer le taux de remplissage du stade au nombre de voitures présentes dans l’allée. De là, l’accès au stade se fait sur la route, les trottoirs étant gravis par les voitures. Le parcours fait apparaître un paysage unique. Les jardins ouvriers sur les terres en friches entre les usines, les maisons des piémonts de la colline de Montreynaud, le dépôt de l’Equipement avec ses tas de sels, les coffres ouverts des voitures pour les pique-niques autour de la glacière ou du pack de kro, les pompiers qui doivent veiller à maintenir une sortie de secours pour leurs véhicule. Et puis les premières clameurs vers le rond-point de la coop des charcutiers et de Métro, les camions kebabs, le passage sous l’autoroute et les tags marquant le territoire, les fers rongés par l’urine du mur de l’EDF, le stade de l’Etivallière.

Contrairement à ce que les sociologues peuvent dire de la géographie sociale des stades (comme celui du Vélodrome), j’ai l’impression qu’à Sainté, la place au stade ne dit rien de ses origines géographiques ou sociales. Elle n’est pas si stable que cela. Elle dit plus des parcours de vie.

Au milieu des années 80, avec mon père nous mettions à contribution tous les clients du PMU pour augmenter nos chances de gagner des billets gratuits au tirage de La Tribune-Le Progrès. Quand cela marchait, les places nous amenaient en latérale, tribune Henri-Point.

A la fin des années 80, ce furent les innombrables matchs avec les cousins et les copains du club de foot du village, avec ma sœur et ma cousine quand elles s’imposèrent à nous. Au tout début, le nomadisme était possible. Il était envisageable de changer de tribune populaire à la mi-temps, moyennant une petite course sous la tribune latérale et le risque de ne pas trouver place dans l’autre tribune.

Puis, ici comme ailleurs, l’avancement de la civilisation s’est traduit par l’interdiction du nomadisme. Il fallait devenir sédentaire et choisir son côté. Cela revenait alors à choisir sa tribune populaire « avec ou sans kop ». Kop ? Terme topographique boer passé à l’anglais via Liverpool et qui commençait à désigner la partie basse de la tribune populaire où commençaient à émerger une nouvelle forme de supportérisme – le mouvement ultra – rejeton lointain des torcidas organizadas brésiliennes, importées en Europe via l’ex-Yougoslavie et raffinées par les Italiens.

Dès lors nous allions en tribune Nord, dans l’axe de la cage, juste au-dessus du kop, ce petit noyau en fusion. Une position de choix, en péricentre du réacteur mais sûre pour les filles de petites tailles. On ne voyait jamais complètement l’aire de jeu mais au-moins étions-nous au cœur de l’action. Places qui correspondaient aussi à notre position dans la géographie culturelle des tribunes : de jeunes fans, proches de la mouvance ultra mais rétifs à l’idée de tout embrigadement.

Les places debout en demi-tarif scolaire ou étudiant demandaient alors un long temps d’attente dans la queue du guichet qui leurs était réservée, mais à 20 francs, elles rendaient l’attente acceptable. Et le personnel au guichet n’était pas regardant sur la validité des cartes d’étudiants… Les faussaires débutants s’en donnaient à cœur joie et avec l’assentiment général.

Puis nous avons migré dans la tribune Sud à partir de la rénovation de Geoffroy préalable à la Coupe du Monde de 1998. D’abord contraints et forcés, nous y sommes restés, habitués à l’ambiance même si l’accès et la sortie nécessitaient de remonter les flux à contre-courant. Nous avions la même stratégie micro-géographique (dans l’axe supérieur du – plus petit – kop), puis sur ses bords latéraux, effet d’un mouvement centrifuge lié à l’âge. J’y ai même trouvé mon épouse, un soir d’été. Depuis, c’est encore dans cette tribune populaire que j’aime revenir avec elle et ma belle-soeur. C’est là que je retrouve aussi mon père, ma sœur et son mari (un authentique fan de l’AJA, qui l’aurait cru !).

Aujourd’hui, le stade est devenu un terrain d’étude. Je ne le vois plus avec des yeux d’enfants mais comme un objet de travail. Cela gâche un peu le plaisir. Il m’est alors important d’amener des novices, de les initier, de les entendre commenter leurs ressentis. Revivre la première fois par procuration. Comme cette été avec ma fille – quatrième génération de la famille – et ses cousines lyonnaises. Le plaisir de la sentir appuyée sur mes épaules puis blottie dans mes bras pour regarder le match. Surpris de voir ces trois petites filles s’intéresser autant à la chose et se laisser peu à peu gagner par l’ambiance.

A suivre…


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *