Récit de l’auteur. Partie 4/4 – nouveau stade

4e et dernière partie de mon « récit de vie ».

Nouveau stade
Que dire sur le nouveau stade, livré pour le prochain Euro  ? Nouveau tellement les changements l’impactent. Il est au-moins resté en ville, contrairement à ce pauvre Gerland qu’on abandonne et qui mériterait au-moins une chanson cri de Sardou.

Il produit une ambiance trop manufacturée à mon goût. Il y a un langage « indu » du béton, de l’acier, des lumières crues. C’est bien travaillé… mais c’est travaillé. Ce n’est pas la résultante d’une lente évolution ; c’est le fruit d’un projet architectural (trop) maîtrisé par des archis qui ont bien appris leur leçon. Rien qui ne s’échappe, pas de faille, pas d’aspérité. Heureusement, les supporteurs stéphanois lui donneront du crédit, quoiqu’il arrive.

Je doute de l’intérêt d’englober les tribunes dans une enveloppe de métal dispendieuse et précieuse dans son discours. J’ai l’impression qu’il était inutile de faire plus que fermer les angles ; que le projet a renforcé l’introversion, singeant les stades elliptiques. Inutile. Ces stades-là ont pour fonction de donner l’illusion aux spectateurs d’appartenir à un seul corps et c’est pour cela qu’on les retrouve chez les Romains ou les grandes dictatures, là où il fallait, par l’architecture, ordonner les corps et les esprits. Sainté n’avait pas besoin de cela. Le football transcende encore naturellement toutes les couches de la société et la disposition des tribunes n’y joue pas de rôle. Le public des loges y est encore très populaire.

J’aimais Geoffroy quand il était un stade « à l’anglaise » avec quatre tribunes qui se regardaient, offrant des cadrages serrés sur les usines, les barres et tours des collines alentours. Un couplage de verticalité et d’horizontalité. Mais c’est le destin des stades à l’anglaise qui réussissent que de se fermer. Le cadrage serré sur la ville et ses collines a été maintenu dans le projet et revendiqué comme tel. Je n’y vois qu’un vasistas sur la ville.

Par contre, le travail sur les kops est intéressant. Leur taille, leur profondeur et hauteur sont impressionnantes. Des kops qui peuvent évoquer les anciennes populaires d’avant 1984 ou le mur de la Südtribüne du Westfalenstadion si on verse dans la dithyrambe. Le balcon supérieur est peut-être un des endroits les plus réussis : dedans et au-dessus à la fois. Hétérotopique.

En fait, je crois que j’aime le stade en chantier. J’y ai emmené deux amis le visiter récemment ainsi que des lycéens de Rive-de-Gier. Je l’avais déjà fait avec mon cousin lors des travaux pour la Coupe du Monde. Nous étions rentrés sur le chantier au culot et avions fait notre choix parmi les débris : des morceaux de béton peint des kops et ces fameux sièges criards. Ma mère les a retrouvé récemment au garage croyant avoir déniché un authentique morceau du mur de Berlin. Je n’ai jamais visité Berlin et un morceau de kop ne vaut-il pas plus qu’une relique de la Guerre froide, non ?

Jean-Michel ROUX, 4 novembre 2015


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *