Pollution : alerte sur les stades urbains !

Vous l’avez probablement remarqué dans la majorité des villes, les stades sont situés en périphérie, près des autoroutes ou des voies rapides. Un aménagement urbain qui n’a pas pris en compte un facteur : la pollution. Pour les sportifs, il devient de plus en plus difficile de faire du sport lors des pics de pollution. Alors, est-il dangereux de faire du sport en ville ?

Le 6 septembre, j’ai été sollicité par la journaliste Mathilde Moreau pour l’émission de France 5 « La quotidienne » dans le cadre d’une interview préparatoire au sujet du vendredi 28 septembre 2018 sur  l’impact de la pollution dans les stades en périphérie des villes.

A voir sur le site de France 5: « La Quotidienne », diffusé le ven. 28.09.18 à 12h22,  5 min.

 

Soutenance de thèse de Natalia

Le 28 mars 2018, Natália Rodrigues de Melo soutenait sa thèse de doctorat (Sciences de l’Architecture) à la Faculté d’Architecture et d’Urbanisme de l’Université Féderale de Rio de Janeiro (UFRJ). Elle portait sur l’analyse de la transformation des ambiances du stade Maracanã de Rio, construit pour la Coupe du monde de football de 1950 et rénové dans le cadre de la Coupe du monde de 2014. Réflexions post-soutenance d’un membre du jury.

Ambiances urbaines et ambiance des stades
Cette thèse s’inscrit dans une démarche initiée depuis quelques années de rapprochement des courants de recherche français et brésiliens travaillant sur la notion d’ambiance. Il s’agit entre autres de la théorie des ambiances architecturales et urbaines développée depuis les années 1980 au sein du laboratoire CRESSON (Umr Cnrs AAU) et de la théorie des traumas urbains développée au Brésil (LASC: Laboratório Arquitetura, Subjetividade e Cultura) avec la méthode ethnographique et analyse ethnotopographique (método etnográfico e análise etnotopográfica) ou méthode de l’ethnographie spatiale.

Cette thèse est aussi importante à l’échelle plus réduite des stades. Les Européens commencent à reconnaître une dette ancienne et plus ou moins grande envers les Brésiliens en matière d’ambiance dans les stades de football de la plus grande partie du continent (Balkans, Italie, France, Suisse, Belgique, etc.) mais aussi dans certaines enceintes de basket-ball ou de hockey sur glace. Cette dette daterait de la coupe du monde de 1950 et de la vision sur écran de cinéma yougoslaves des torcidas de Rio (les groupes de supporteurs organisés). Notons en aparté que la coupe du monde aura donc signifié une remarquable victoire culturelle du Brésil, une forme de soft power, à défaut d’une victoire sportive…

Les torcidas de Rio inspireront d’abord les fans de Split qui créeront une torcida, puis les autres Yougoslaves avant de se répandre en Italie à travers le mouvement ultra, et de là en France. Aujourd’hui, toujours via l’Italie et la France, le mouvement ultra se répand en Tunisie ou au Maroc pour ne citer que ces deux pays africains. Le Brésil n’inspire plus aujourd’hui l’Europe en matière d’ambiance et de supportérisme mais l’intérêt des analyses internationales et comparatives demeure dans un monde globalisé.

Changement de paradigme et changement de sémantique
Cette thèse porte sur le changement de paradigme qui s’opère dans les stades du monde entier depuis 1989 et le rapport du juge Taylor. Mon hypothèse est que les stades se sont depuis considérablement amélioré en terme constructif (sécurité, qualité, etc.), en terme d’usage (meilleurs qualité de vision, d’assise, de catering etc.) mais ils ont vécu un (inéluctable ?) appauvrissement des ambiances.

Un sous-titre de partie vient dire tout cela : «Do estádio à arena», du stade à l’arena pour qualifier le profond bouleversement des stades brésiliens à l’occasion de la Coupe du monde.  Le Maracanã est passé de stade à arena et ce n’est pas qu’un changement de nom. Les Anglais ont vécu quant à eux un passage du football ground au soccer arena/stadium. La France expérimente elle-aussi des transitions depuis les salles omnisports aux arenas pour les salles de BHV (Basket, Handball, Volley) et des stades aux stadium/arena pour le football et le rugby.

Il est intéressant de remarquer que les mots nous disent quelque chose : l’arena c’est en latin la partie en sable d’un amphithéâtre, cette partie vide et centrale vers lequel le concepteur de l’équipement et l’organisateur du spectacle essayaient de faire converger l’attention des spectateurs. La partie a fini par désigner le tout. Nous disons les « arènes d’Arles » et non plus l’amphithéâtre alors que nous disons encore le « théâtre antique » de Vienne. Le terme arena est très lié à la notion de spectacle sportif qui oublie complètement que le spectacle dans un stade est lié tout autant au match sur le terrain qu’au spectacle des tribunes.

Ces mots nous disent aussi jusqu’à la façon dont le spectateur doit se tenir : dans un stade, on peut être debout, dans une tribune ou un stand (to stand, se tenir debout); c’est même un mot dont la racine indo-européenne, stha, signifie d’ailleurs : « être debout », « rester », « se tenir ». La superbe photo (p. 66) des torcedores debout au-dessus de la fosse dans le geral superlotada du Maracana des années 1970 est éloquente. Le stade permettait de se tenir debout (presqu’en équilibre) et de faire masse.

Un corpus riche d’enseignements
Le corpus du travail de terrain était composé de 26 entretiens individuels et qualitatifs réalisés lors de 15 matchs de football relevant de plusieurs types de compétition (campeonato brasileiro, copa do Brasil, copa sul-americana). Les entretiens sont accompagnés de cartes mentales du stade et de 609 photographies réalisées par la candidate. La candidate n’exploite malheureusement pas tout ce matériau photographique. Il lui aurait permis de «revenir» sur les entretiens et confirmer ou infirmer certaines impressions des personnes interviewées, un peu selon la méthode des «écoutes réactivées» du Cresson.

Son entrée par une taxonomie des publics est très intéressante. Elle distingue :
– le « fan artiste » ou torcedor-artista (lui-même divisé en cinq sous-catégories, à savoir : les « fans collectivisés »  ou torcedores coletivizados; « satellites » ou satélites; pós-geraldinos; « défenseurs du territoire » ou defensores do território; et enfin les « fans comiques » ou torcedores caricatos),
– le spectateur classique (espectador clássico),
– le spectateur acteur (espectador-ator)
– et le supporteur acteur (torcedor-ator).

Dans mes recherches sur le rapport aux ambiances en France, je fais l’hypothèse qu’il existe un gradient dans l’intensité de l’expérience vécue selon que nous sommes spectateur (qui assiste à un spectacle), supporteur (qui contribue à un match) ou fan (qui participe collectivement avec les autres fans et derrière les joueurs à un combat). Natália Rodrigues de Melo reprend et dépasse cette analyse.

Le tableau recensant les entretiens est lui-même particulièrement riche (pp. 85-86). Natália Rodrigues de Melo a ajouté une information a priori anecdotique lors des entretiens: l’âge de première visite au stade. Cette donnée collectée mais pas exploitée lors des analyses permettrait de creuser certaines pistes. En écartant l’entretien d’un homme de 29 ans, qui vient pour la seconde fois au stade mais dont on ne sait pas à quel âge a eu lieu la première visite, nous obtenons un corpus de 25 personnes, facilement transformable en pourcentage. Que dit le corpus ?

Quand nous analysons l’âge de la première visite du stade, deux catégories d’âge se dégagent: les 7-10 ans et les 16-20 ans qui représentent chacune 36%. Comme si l’enfance, « à l’âge de raison », et l’adolescence tardive constituaient les deux grands temps du primo-accès au stade. Ces données nous inciteraient à mieux comprendre le contexte humain et familial de la première visite. Est-ce avec le père que s’opère ce « baptême », avec les camarades de classe, du quartier, de l’équipe de football, de l’école, etc. ? Il est dit souvent que le stade était un lieu de socialisation importante. Nous pouvons simplement faire l’hypothèse qu’apprendre le comportement au stade avec un père à 7 ans, ce n’est pas la même chose qu’avec des copains à l’adolescence; quand on se construit en opposition au monde des grands.

Le corpus comprend aussi cinq femmes sur 25 enquêtés, soit 20%. Est-ce que cela correspond à la réalité ? Natália Rodrigues de Melo semble le penser même si elle n’avait pas d’entrée spécifiquement relative au genre. Le chiffre témoigne en lui-même d’une véritable ouverture des arènes brésiliennes aux femmes. Il serait donc passionnant de relire les entretiens au prisme du genre. Observons-nous une différence dans les réponses selon la variable du sexe ? Existe-t-il une approche genrée du spectacle sportif ou bien, en la matière, la femme est-elle un supporteur comme les autres ?

Sur le projet de stade
Comme nous étions dans une faculté d’architecture et d’urbanisme, j’ai eu envie de poser la question du passage au projet : quels conseils donneriez-vous à un architecte en charge de la rénovation d’un stade afin qu’il évite à la fois la destruction pure et simple de l’ambiance du lieu mais aussi la création d’une « ambiance manufacturée » ?

On compare souvent les stades et les églises (tel stade est une « cathédrale », tel autre « la Mecque du football »), ce qui me paraît la comparaison la plus déraisonnable qui soit. Une église, surtout catholique romaine ou orthodoxe, est typiquement un lieu qui nous dit par tous ses dispositifs architecturaux, visuels, olfactifs, mémoriels, que la vie et la mort sont intimement liées ; que la vie est faite de joie (l’entrée dans Jérusalem) mais aussi de tristesse et de deuil. Pas un stade contemporain dans lequel on ne voudrait parler que de spectacle et de plaisir. Comment rendre compte dans un stade que le lieu est porteur d’une mémoire, d’histoire de faites de joie mais aussi de douleur ? En repeignant régulièrement son stade en bleu ciel… mais encore ?

Equipement sportifs 2.0: (dé)connexions des territoires

Ce 26 mars 2018, se tenait à Paris, le troisième volet du cycle de conférences de l’Ecole d’Urbanisme de Paris sur Paris 2024. Un évènement international au service du local? Il portait sur le thème: Equipements sportifs 2.0: (dé)connexions des territoires. J’y participais comme intervenant.

Capture d’écran du visuel de la conférence-débat

La conférence-débat rassemblait cinq intervenants : Frédéric Monghal, expert en ingénierie audiovisuelle et multimédia chez Atelier Audio-Visuel; Patricia Pelloux, responsable des sites et infrastructures au Comité de candidature de Paris aux JOP 2024 et aujourd’hui directrice adjointe de l’APUR; Clément Mansion, architecte et associé du cabinet Chabanne Architecte  et Marc Perelman, enseignant chercheur à l’Université Paris-Ouest Nanterre d’esthétique et d’architecture.

Mon intervention consistait à dresser une histoire typologique des grands équipements sportifs dans leur rapport à la technologie et au territoire. Elle commençait par le stade de la Grèce antique qui se caractérise par une technologie relativement modeste (stades en bois ou pierre sans grande envolée architecturale, peu d’ingénierie, pas de toiture) mais une remarquable insertion dans le territoire. Un stade qui appelle à la contemplation du paysage tout autant que du spectacle sportif et qui invite à la méditation (cf les magnifiques pages d’Henry Miller dans Le colosse de Maroussi sur le stade de Delphes). L’intervention passait alors par le stade de la Rome antique, le stade utopique du Moyen-Âge et les stades de la ville moderne et/ou industrielle pour finir par les différentes figures des stades contemporains.

La conférence-débat a été organisée et animée par six étudiants de l’EUP: S. Aljy, R. Briquet, M. El Barkani, J. Fontaine, M. Hameury et O. Hugues. Elle a été filmée et une mise en ligne est prévue dans le cadre de la chaire « Aménager le Grand Paris ».

Cf: http://chaire-grandparis.fr/cycle-de-conferences/

Commémorer les JO

Le jeudi 26 avril 2018, de 9h à 12h, les étudiants de troisième année de la Licence SHA (sciences humaines appliquées) de l’UFR ARSH (Arts & Sciences Humaines) de l’Université Grenoble Alpes présentent leurs travaux sur les JO Grenoble 1968. Je suis invité à faire partie de leur jury.

Affiche publicitaire du Postillon, Grenoble, mars 2018.

Ce travail d’atelier, réalisé sous la direction de la géographe Sylvie Duvillard, fait partie des projets financés par le Labex ITEM (Laboratoire d’Excellence « Innovation et Territoire de Montagne ») dans le cadre du cinquantenaire des JO de Grenoble.
Les étudiants présenteront le résultat de leur travail et répondront aux questions qu’ils se sont posées, à savoir: « Qu’est-ce qu’une commémoration? Pour qui? Pourquoi ? »

O Grande Palco Futbolístico

Le 28 mars 2018, Natália Rodrigues de Melo, que j’ai accueilli au sein de l’UMR Pacte l’an dernier, soutiendra sa thèse de doctorat (Sciences de l’Architecture) dans le cadre du Programme Postdoctoral en Architecture (PROARQ) à la Faculté d’Architecture et d’Urbanisme de l’Université Féderale de Rio de Janeiro (UFRJ). Je serai membre du jury.

 

Composition du jury
La thèse de Natalia porte sur l’analyse de la transformation des ambiances du stade Maracanã de Rio, construit pour la Coupe du monde de football de 1950 et rénové dans le cadre de la Coupe du monde de 2014. Elle s’intitule: O Grande Palco Futbolístico. Análise da ambiência do estádio Maracanã pós reforma para a copa de 2014.  La thèse a été dirigée par la Profa. Dra. Cristiane Rose de Siqueira Duarte (PROARQ UFRJ) et co-dirigée par la Profa. Dra. Paula Uglione (IP UFRJ). Les autres membres du jury seront la Profa. Dra. Ethel Pinheiro Santana (PROARQ UFRJ), la Profa. Dra. Giselle Arteiro (PROARQ UFRJ) et le Prof. Dr. Gilmar Mascarenhas (UERJ).

Résumé de thèse
Les modifications spatiales engendrées dans les nouveaux stades de football en vue de la Coupe 2014 représentent une rupture des habitudes, des visions et de la logique spatiale des supporteurs, ce qui peut être considéré comme un « trauma spatial ». Cette thèse a cherché à comprendre les processus de re-signification de ces stades, soutenant l’hypothèse que l’ambiance des rituels du jeu a un rôle majeur aussi bien dans la réinterprétation de nouveaux espaces physiques que dans la construction de nouveaux liens affectifs avec les manières traditionnelles de vivre un match et d’encourager son équipe. La recherche se penche sur l’étude de cas du stade Maracanã, à Rio de Janeiro, par le biais d’outils méthodologiques tels que l’ethnographie, les analyses ethnotopographiques et l’examen des extraits métaphoriques qui ont émergé des récits, inspirés dans la méthode des « Fichiers Mnémoniques du Lieu » (Uglione, 2008).

La recherche a permis d’élucider certaines significations attribuées par les usagers au Maracanã, démontrant que le stade renouvelé est comme un palimpseste ayant des couches symboliques qui, associées à d’autres symboles, contribuent à un nouvel ordre de compréhension, d’appréhension et d’affectation. Ce travail a essayé de démontrer que l’ambiance est renforcée par la passion pour le football et par les représentations liées à ce sport soulignant l’existence d’un grand potentiel de (re)signification du stade. Finalement, les résultats mènent à la conclusion que, bien plus que des changements « traumatiques » et des ruptures dans l’expérience des supporteurs, il est encore possible de trouver des traces d’un passé qui ont un grand impact sur les nouveaux usages allant au-delà de l’édifice bâti et s´accrochant à la signification symbolique de cette Grande Scène du Foot.

Mots-clés
Ambiance; Maracanã; Trauma; (Re)signification

Quelles traces ont laissé les JO de 1968 dans la capitale des Alpes?

A la suite de l’atelier international d’urbanisme organisé cet automne avec ma collègue Marlène Leroux et portant sur l’héritage des JO de Grenoble 1968, j’ai été interviewé par Caroline Girardon  du quotidien d’information générale 20 minutes pour son article paru dans l’édition du 6 février 2018: « Jeux olympiques de Grenoble: Quelles traces ont laissé les JO de 1968 dans la capitale des Alpes? ». Voici l’article en question.

 

Si le succès populaire des Jeux de 1968 reste mitigé, la ville de Grenoble, métamorphosée en quatre ans, a néanmoins bénéficié d’une image dynamique et a su attirer les investisseurs… Cinquante ans plus tard, que reste-t-il des Jeux Olympiques de Grenoble, qui se sont ouverts le 6 février 1968 ? Si l’événement a été présenté comme les premiers Jeux de l’ère de la modernité, peu s’en souviennent véritablement. À l’heure où la capitale iséroise s’apprête à commémorer l’événement, 20 Minutes se penche sur les retombées immédiates et sur les traces laissées un demi-siècle plus tard.

Un coup de pub pour… l’État
Les observateurs sont unanimes sur ce point, les JO de Grenoble ont été « un vrai coup d’accélérateur » pour la ville. Mais pas seulement. Ils ont surtout permis à la France de regagner un statut de leader. «Comme pour Nagano, Sapporo ou Sotchi après elle, ce n’est finalement pas tant Grenoble qui candidate dans l’organisation des JO, mais l’État », relève Jean-Michel Roux, maître de conférences à l’IUGA (Institut d’Urbanisme et de Géographie Alpine).

« À l’époque, la France sort de la Deuxième Guerre mondiale et se reconstruit. Charles de Gaulle y voit surtout le moyen d’accroître le prestige du pays et de faire en sorte qu’il revienne sur la scène internationale. C’est un signal fort qu’il envoie ». Chose exceptionnelle : l’État financera d’ailleurs à 80 % l’organisation des Jeux de 1968, chiffrée depuis à 1,1 milliard de francs.

« L’État va mettre en œuvre des projets de modernisation des stations de sports d’hiver pour promouvoir le tourisme. C’est l’inverse des Jeux d’Innsbruck (1964 et 1976) qui ont été très modestes et dans lesquels on a cherché à rentabiliser les équipements existants », poursuit Jean-Michel Roux. Et il ne lésinera pas sur les moyens.

Grenoble totalement métamorphosée
Si les JO ont eu un effet bénéfique, c’est principalement en amont de l’événement. « La ville s’est transformée de manière incroyable. Elle a complètement changé de visage en quatre ans. Elle est passée d’une image de bourgade régionale mal desservie à celle d’une ville particulièrement bien organisée. Sans les JO, ce changement aurait mis 20 ans à se faire », affirme Pierre Chaix, membre du Centre de droit et d’économie du sport de Limoges et maître de conférences à l’université Mendès-France de Grenoble qui a publié un dossier sur le sujet dans son magazine.

« Il a fallu investir dans des équipements généraux mais nécessaires que Grenoble n’avait pas jusque-là. Tout était à faire. Les JO ont permis d’accélérer considérablement ces projets. Les sommes engagées pour les travaux étaient colossales, mais elles ont largement été prises en charge par l’État », rappelle Michel Raspaud, sociologue du sport. 465 millions de francs ont été dépensés pour la réalisation des infrastructures routières et ferroviaires et plus de 179 millions de francs pour la construction du village olympique.

La ville se dote ainsi d’une nouvelle gare, de l’hôtel de police actuel, d’un aéroport à Saint-Geoirs, de l’hôpital Sud, d’Alpexpo et d’une maison de la culture. Les entrées de ville sont aménagées, telles qu’on les connaît aujourd’hui. Deux nouveaux quartiers sont également construits pour héberger les athlètes ou les journalistes : Malherbe qui abrite le centre de presse et le Village olympique.

« Aujourd’hui, ils font partie intégrante de la ville. Même si on le remarque moins, ces équipements sont toujours utilisés par les Grenoblois », poursuit Wladimir Andreff, professeur émérite et grand économiste du sport à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Le premier, situé à côté du stade, abrite désormais 1.500 logements et le second, 1.800.

Un succès populaire mitigé
Pour la première fois dans l’histoire, les Jeux sont diffusés en couleurs. Les droits de diffusion rapportent 12,5 millions de francs, dont 10 millions de francs pour la chaîne ABC qui s’assure l’exclusivité des droits pour les États-Unis. En revanche, le succès populaire est relatif : 503.700 billets ont été vendus, alors que le nombre escompté approchait le million de visiteurs avant les Jeux.

« Les infrastructures étaient remplies en moyenne à 70 %. Le tremplin de Saint-Nizier [où se déroulaient les épreuves de saut à ski] et le stade, qui a accueilli les cérémonies d’ouverture et de clôture, ont connu du succès. Le reste, beaucoup moins », observe Pierre Chaix. « On a construit un hôtel flambant neuf qui n’a jamais fait le plein. Entre 15 et 20 % des chambres sont restées vides », ajoute Wladimir Andreff.

« Peu d’étrangers sont venus encourager leurs athlètes car les billets étaient onéreux. Ils ont principalement été vendus à une clientèle locale », poursuit Pierre Chaix. « En réalité, peu de Grenoblois ont assisté en direct aux JO. Beaucoup les ont regardés à la télévision alors qu’ils se déroulaient chez eux », nuance Wladimir Andreff.

Les stations de ski boostées par l’événement.
« Les stations du Vercors comme Autrans, Villard-de-Lans et Chamrousse sont celles qui ont le plus bénéficié de l’effet JO car ce sont elles qui accueillaient les épreuves de ski alpin ou de ski nordique. Les autres, comme l’Alpes-d’Huez où se déroulait la compétition de bobsleigh, un peu moins », énonce Michel Raspaud.

Grenoble, ville dynamique
Entre 1945 et 1965, la population grenobloise a augmenté de plus de 60 %, passant de 100.000 à 170.000 personnes. « Les JO ont été la première pierre apportée à l’édifice. Ils ont impulsé une dynamique économique qui s’est poursuivie jusque dans les années 1990 », observe Dorian Martin, urbaniste.

« Avant les JO, Grenoble n’était pas une ville touristique, elle ne l’est pas devenue pour autant. Elle est surtout restée une ville de passage où l’on s’arrête pour aller dans les stations de ski », nuance Wladimir Andreff, reconnaissant toutefois qu’elle a « su attirer un tourisme d’affaires ».

« Les JO lui ont permis d’avoir une image de ville dynamique et sportive. Cela a attiré par la suite de nombreux investisseurs », confirme Michel Raspaud. Hewlett Packard a par exemple quitté les Etats-Unis pour délocaliser son siège en Isère. Thomson et Schneider ont aussi concentré leurs activités à Grenoble. « De nombreux enseignants-chercheurs s’y sont installés », ajoute Pierre Chaix.

 

Caroline Girardon. Publié avec l’aimable autorisation de l’auteur.

Grenoble, du prestige aux vestiges olympiques

Le magazine de l’Université Grenoble Alpes,  (H)auteurs1, inscrit son 4e numéro de l’hiver 2018, dans la dynamique de célébration des 50 ans des Jeux olympiques à Grenoble.  Le dossier central s’interroge sur l’impact des JO de 1968 sur l’identité de la ville et du territoire. L’occasion pour sa journaliste, Géraldine Fabre, de m’interroger en marge de l’atelier du master Urbanisme et Aménagement. Voici ci-dessous le texte en question.
Les travaux olympiques ont changé le visage et l’image de Grenoble, avec la construction d’infrastructures et d’équipements, qui font aujourd’hui partie intégrante de son identité. Cinquante ans plus tard, rares pourtant sont ceux qui s’en souviennent et qui reconnaissent l’empreinte laissée par les Jeux un peu partout dans la ville.

Le 28 janvier 1964, le Comité international  olympique (CIO) choisissait Grenoble pour l’organisation des Xe Jeux d’hiver. Le compte à rebours était alors lancé pour la capitale des Alpes jusqu’à la date d’ouverture des Jeux, le 6 février 1968. Le défi était immense car il ne s’agissait pas uniquement d’accueillir les compétitions sportives, mais bien de saisir l’opportunité offerte par cet événement international pour accélérer la transformation de la ville. L’enjeu était de présenter au monde Grenoble comme une ville moderne et dynamique.

Grenoble, ville candidate pour accueillir les JO
Le 30 décembre 1960, Albert Michallon, maire de la ville, dépose auprès du CIO la candidature de Grenoble pour les Jeux de 1968. Pourtant, « c’est Laurent Chappis, architecte et urbaniste, qui a initialement émis l’idée d’organiser les Jeux en Isère. Mais en réalité, il ne pensait pas à Grenoble, il pensait à Chamrousse » raconte Jean-François Lyon-Caen, architecte maître-assistant à l’École nationale d’architecture de Grenoble (ENSAG) et coordinateur de l’équipe de recherche architecture- paysage-montagne.

Et pour cause ! En 1958, Laurent Chappis est nommé urbaniste en chef de Chamrousse par le Préfet de l’Isère, Francis Raoul, avec pour mission de relancer le développement de la station. « Sa proposition d’organiser les Jeux Olympiques à Chamrousse devait permettre d’assurer la réalisation de la station de Roche-Béranger, s’inspirant de la réussite des JO de 1960 à Squaw-Valley, en Californie, où les jeux furent le prétexte pour faire connaître au monde entier cette nouvelle station » ajoute-t-il. L’idée d’organiser les Jeux Olympiques séduit le Préfet de l’Isère, mais aussi Albert Michallon, maire de Grenoble. Et c’est finalement Grenoble, ville de plaine, qui se portera candidate, en associant plusieurs stations de ski dispersées dans trois massifs alentours : Autrans, Villard-de-Lans, Saint-Nizier-du-Moucherotte dans le Vercors, Chamrousse en Belledonne, et l’Alpe d’Huez dans l’Oisans. Grenoble qui était en concurrence avec Calgary (Canada), Lahti (Finlande), Sapporo (Japon), Oslo (Norvège) et Lake Placid (États-Unis), sera finalement choisie par le CIO le 28 janvier 1964.

Le chantier s’annonce gigantesque. L’organisation des Jeux nécessite des équipements sportifs, mais exige aussi des infrastructures et des services performants (transport, hébergement, télécommunications, etc.) dont la ville n’est pas pourvue. « En réalité, tout était à faire à Grenoble, mais aussi dans les stations« , reconnaît Jean-François Lyon-Caen. Les investissements nécessaires vont au-delà des possibilités de la ville. Heureusement, l’État soutient fermement cette candidature. Pierre Chaix, maître de conférences à l’Université Grenoble Alpes, spécialiste de l’économie du sport, rappelle que « le Président de la République, Charles de Gaulle, voit dans l’organisation de ces Jeux un moyen d’accroître le prestige de la France tout en mettant en œuvre des projets de modernisation des stations de sports d’hiver pour promouvoir le tourisme. » Les sommes engagées pour les travaux seront donc colossales, mais largement prises en charge par l’État. Une aubaine pour l’agglomération grenobloise qui, asphyxiée par son propre développement, repensait déjà son plan d’urbanisme.

Une transformation urbaine nécessaire
Après la Seconde Guerre Mondiale, Grenoble et son agglomération connaissent une croissance économique et démographique sans précédent, passant de 166 000 habitants en 1954 à 236 000 en 1962. Cependant, la ville peine à structurer son expansion faute de planification et cette croissance révèle très rapidement un manque d’équipements et d’infrastructures. En 1962, l’architecte-urbaniste Henri Bernard est désigné par l’État, pour réaliser le Plan directeur du Groupement d’urbanisme de Grenoble, rassemblant Grenoble et ses vingt communes alentours.

Deux mois après sa nomination, Henri Bernard rend son verdict : « Le premier objectif est de déverrouiller Grenoble. » Selon lui, sept verrous font obstacle à son développement urbain : «le relief, les rivières, les voies ferrées, les terrains militaires, les cimetières, la nappe phréatique et les limites communales. » Dans le Plan directeur qu’il achève en juillet 1963, Henri Bernard préconise donc le déplacement de la voie ferrée, la réalisation d’une voie express le long du Drac, le découpage du tissu urbain en mailles plus larges, mais aussi le déplacement au sud du centre de Grenoble avec la création d’un « centre urbain d’affaires ». Lors du conseil municipal du 27 juin 1963, Grenoble approuve ce plan, malgré les réserves de nombreuses communes.

Constructions olympiques : l’immense chantier
Henry Bernard voit dans la sélection de Grenoble pour l’organisation des JO « un tremplin pour amorcer les premières infrastructures » de son Plan directeur. Mais lors des élections de mars 1965, Albert Michallon est battu par Hubert Dubedout et le changement de municipalité va remettre en question le projet. La préparation des JO de 1968 se trouve alors prise en tenaille entre l’urgence olympique et la volonté de la nouvelle municipalité d’amorcer une réflexion de fond sur la maîtrise de l’urbanisme grenoblois. Cette tâche est confiée à l’agence municipale d’urbanisme créée en janvier 1966. Les travaux de l’agence conduisent à l’abandon du Plan Bernard.

Mais contrainte par le temps, la municipalité grenobloise doit lancer les travaux « olympiques ». Grenoble n’accueillant que les épreuves de patinage et de hockey sur glace, les équipements sportifs construits dans la ville pour les JO sont finalement peu nombreux : patinoire, palais des sports, anneau de vitesse. Mais sont également construits les hôtels de ville, de police, et des Postes, les gares routière et ferroviaire, la Maison de la culture et le Conservatoire, l’Hôpital Sud et le Village olympique.

Pour Jean- Michel Roux, enseignant à l’Institut d’urbanisme et de géographie alpine de Grenoble et chercheur au laboratoire PACTE : « On a mis très opportunément dans l’enveloppe des JO toute une série d’équipements que de toute façon, la ville de Grenoble allait devoir construire … Les JO permirent d’en accélérer la réalisation et d’en obtenir les financements, créant un amalgame entre organisation des JO et modernisation de la ville. »

Chantier du Stade de glace dans le parc Mistral. © AMMG

Ayant valeur de symbole, ces nouveaux bâtiments doivent allier modernité et esthétique. Construction de prestige, le chantier le plus important est sans aucun doute celui du Stade de glace, renommé par la suite Palais des sports. Avec son toit constitué de quatre imposantes voûtes en béton, conçu par les architectes Robert Demartini, Pierre Junillon et l’ingénieur Nicolas Esquillan, ce stade, toujours utilisé pour des manifestations culturelles ou sportives, reste la trace la plus emblématique des Jeux à Grenoble.

Deux nouveaux quartiers sont construits pour les JO. Le premier, l’actuel quartier Malherbe, aux abords de la nouvelle Maison de la culture, doit servir de centre de presse et héberger les journalistes. Le second accueille les athlètes. Dernier témoin sémantique de l’événement, il a conservé au fil du temps son nom de « Village olympique ». Les travaux du Village olympique, confiés à l’architecte Maurice Novarina, débutent le 1er avril 1966 et s’achèvent en novembre 1967. Le Village olympique est reconverti en logements pour les Grenoblois dès la fin des Jeux, en mars 1968. Trente-cinq ans après les compétitions, l’ensemble sera labellisé « Patrimoine du XXe siècle », comme l’Hôtel de ville, le Palais des sports et la Maison de la culture.

Les travaux des JO permirent de faire sauter certains « verrous » comme le préconisait le plan Bernard. La  voie ferrée qui enclavait la ville est ainsi déplacée 2,5 kilomètres plus au sud. Les entrées de villes sont aménagées, telles qu’on les connaît aujourd’hui : au nord, l’autoroute permet d’accéder directement à la Porte de France. Au nord-ouest, une sortie dessert l’axe des grands boulevards grâce au pont de Catane.

Au nord-est, la route en direction de Chambéry, qui passe devant l’hôtel de Ville, est transformée en boulevard et au sud, l’U2 (la « Rocade ») permet le contournement de la ville. « L’emplacement de ces équipements et de ces infrastructures suit une logique qui n’était pas si éloignée de celle du Plan Bernard. Ce Plan a été réalisé pour partie grâce aux JO qui ont donné l’impulsion accélérant sa mise en oeuvre« , conclut Jean-Michel Roux.

Tous ces équipements qu’il fallut rapidement et simultanément mettre en place contribuèrent à la réputation de modernisme et de dynamisme de Grenoble, mais la transformèrent en un immense chantier entre 1965 et 1967. Et la ville changea de visage en seulement trois ans.

Transformations en stations
Pendant que Grenoble est recomposée et agrandie, en altitude, les Jeux nécessitent d’importants travaux d’aménagement des accès aux principales stations olympiques et la création de quelques équipements colossaux : « Deux routes sont réaménagées pour accéder au plateau du Vercors : l’une par Saint-Nizier et l’autre par les gorges d’Engins. On construit également les premières déviations pour rejoindre l’Alpe d’Huez par la vallée de la Romanche, et la double route par Uriage-les-Bains pour monter à Chamrousse« , détaille Jean-François Lyon-Caen.

À Autrans, qui accueille les épreuves de ski de fond et de biathlon, un village olympique destiné à l’hébergement des skieurs est implanté en bordure du stade de neige qui sert de départ et d’arrivée aux épreuves. Les épreuves de saut à ski ont lieu à Saint-Nizier-du-Moucherotte où est construit un immense tremplin. Les stations de Villard-de-Lans et de l’Alpe d’Huez sont équipées respectivement d’une piste de luge et d’une piste de bobsleigh.

Ayant la charge d’accueillir les épreuves reines de ski alpin, c’est la station de Chamrousse qui sera le site central des Jeux olympiques. « Elle est entièrement restructurée grâce au travail de Laurent Chappis. Les Jeux déclenchent la réalisation d’aménagements structurants pour l’avenir de la station », précise Jean-François Lyon-Caen. « Roche-Béranger est mise en oeuvre à partir de 1961 et les Jeux en ont accéléré l’essor. Dans le plan d’urbanisme dressé par Laurent Chappis, sont prévus un centre oecuménique, une piscine, le premier caravaneige… Chappis crée aussi le village de Bachat-Bouloud, unique en France. Ces huit bâtiments portés chacun par des collectivités territoriales et disposés en bordure d’une clairière au centre de laquelle se dresse toujours une sculpture de Pierre Székély, pouvaient accueillir 1000 enfants en classes de neige ou colonies de vacances. Chamrousse est alors un véritable lieu de création. Le projet développé par Laurent Chappis propose une station fonctionnelle fondée sur une vision raisonnée de l’aménagement de la montagne. »

Décor des Jeux olympiques pendant deux semaines, les stations de l’Isère ont bénéficié d’une promotion internationale. « Les Jeux ont donné un coup de projecteur extrêmement valorisant sur les Alpes françaises. L’impact touristique qui en a résulté est indéniable», conclut Pierre Chaix.

Grenoble, ville moderne et sportive
Les retransmissions télévisées, pour la première fois en couleur et en direct, à travers le monde entier, permirent de faire découvrir Grenoble et ses stations alentours à des dizaines de millions de personnes. Cette forte médiatisation de l’événement olympique renforcera l’image d’une ville sportive et moderne. « C’est un moment de bascule de la notoriété de la ville. Les Jeux olympiques vont apporter à Grenoble cette image de ville sportive qui ne transparaissait pas avant », estime Michel Raspaud, professeur à l’Université Grenoble Alpes, sociologue du sport au sein du Laboratoire sport et environnement social (SENS). « À travers ces Jeux, Grenoble était perçue comme une ville dynamique, totalement innovante, en pleine transformation. C’était une petite ville industrielle de province, c’est devenu une grande ville moderne. »

Les retombées ? Un effet direct sur l’attractivité de la région et un développement des sports de neige. « Les JO ont eu un impact clair en matière de tourisme. Les stations du Vercors se sont développées grâce à leur mise en lumière par les Jeux« , décrit Michel Raspaud. « L’impact se répercute sur les pratiques sportives. On observe par exemple après les Jeux un important développement du ski de fond, sport qui était peu connu et peu pratiqué en France jusque-là et qui est devenu un sport très populaire. De la même manière, la compétition olympique de hockey sur glace, très enthousiasmante, a eu un impact sur le développement de ce sport partout en France, et en particulier à Grenoble, avec les succès qu’on lui connaît. »

Publié en ligne le 29 janvier 2018 et reproduit avec l’aimable autorisation de la revue.
  1. Le nouveau magazine de l’Université Grenoble Alpes,  (H)auteurs, cherche à relever « le défi de la vulgarisation scientifique en s’adressant à un large public (et) montrer au fil des pages que l’expertise universitaire grenobloise répond à des enjeux de société, et que la recherche scientifique et l’innovation technologique accompagnent les évolutions sociales » []

Et si Grenoble accueillait de nouveau les Jeux olympiques ?

Le magazine de l’Université Grenoble Alpes,  (H)auteurs1, inscrit son 4e numéro de l’hiver 2018, dans la dynamique de célébration des 50 ans des Jeux olympiques à Grenoble.  Le dossier central s’interroge sur l’impact des JO de 1968 sur l’identité de la ville et du territoire. Il fait la part belle au travail d’atelier effectué cet automne avec ma collègue Marlène Leroux. Voici ci-dessous le texte en question.

 

Si Grenoble déposait à nouveau sa candidature pour organiser le Jeux Olympiques d’hiver, quel projet pourrait-elle proposer ? Réponses des étudiants du Master francophone « Urbanisme et coopération internationale » et du Master anglophone « Cooperation in urban planning ».

Les Jeux de 1968 ont donné à Grenoble son statut de « ville olympique », titre qu’elle ne partage aujourd’hui qu’avec 42 cités-hôtes à travers le monde. Marquée par cette expérience, Grenoble a déjà envisagé à deux reprises de se porter à nouveau candidate : pour les Jeux olympiques d’hiver de 1976 et de 2018. Candidatures avortées sans avoir suscité de réel enthousiasme… Alors si Grenoble déposait à nouveau sa candidature, quel projet pourrait-elle proposer ? Telle est la problématique sur laquelle le Labex « Innovation et territoires de montagne » (ITEM)a demandé aux étudiants du Master francophone « Urbanisme et coopération internationale » et du Master anglophone « Cooperation in Urban Planning » de travailler.

Encadrés par Marlène Leroux, maître de conférences associée et Jean-Michel Roux, maître de conférences à l’Institut d’urbanisme et de géographie alpine de Grenoble, une quarantaine d’étudiants ont travaillé à l’élaboration de différentes candidatures. « Cet atelier comportait deux phases : la première au cours de laquelle les étudiants ont analysé l’impact des JO de 1968 sur le territoire et la seconde qui leur a permis d’élaborer leurs propositions de réponse » explique Jean-Michel Roux. « Notre hypothèse, à la fin de la première phase d’analyse, était qu’une nouvelle candidature devait être associée à un modèle de société. On a donc demandé aux étudiants d’imaginer une nouvelle vision de la ville dont les JO ne seraient alors que le prétexte à impulser le projet d’urbanisme« , continue Marlène Leroux.

Sans autre limite que leur créativité, les étudiants ont donc imaginé comment Grenoble pourrait de nouveau accueillir les Jeux olympiques, mais aussi vers quelle forme d’événements ces modèles de ville pourraient faire tendre la compétition sportive. Alors que certains se projettent dans une smart city grenobloise où les Jeux sont retransmis sur écrans géants et les sports pratiqués par tous en réalité virtuelle, d’autres anticipent la global city associant Grenoble à plusieurs grandes villes des Alpes pour mieux organiser les flux de personnes, d’idées, ou de biens et peser davantage sur la scène internationale.

À l’opposé, les plus idéalistes rêvent, eux, de la « ville inclusive » (inclusive city) qui se focalise sur le bien-être social de tous les individus quels que soient leurs statuts ; elle ne dissocierait donc plus Jeux olympiques et paralympiques… Plus pragmatiques, d’autres encore exploitent le concept de « ville de la décroissance » (degrowth city), qui s’oppose à l’idée d’une croissance sans fin et ses conséquences négatives (consommation irraisonnée, pollution, inégalités…). Dans cette ville, on chercherait à réduire l’impact des Jeux sur l’environnement notamment en réutilisant les équipements, en réduisant transports et déchets. Enfin, face aux conséquences du changement climatique, c’est le modèle de la « ville post-tourisme d’hiver » (post-winter tourism city) qui s’impose. La disparition de la neige à basse altitude amène alors à repenser les Jeux d’hiver, en Jeux de montagne…

Autant de projets inspirants qui prouvent que d’autres modèles de ville peuvent porter sans les dénaturer les valeurs de l’olympisme.

Géraldine Fabre

Publié en ligne le 29 janvier 2018 et reproduit avec l’aimable autorisation de la revue.
  1. Le nouveau magazine de l’Université Grenoble Alpes,  (H)auteurs, cherche à relever « le défi de la vulgarisation scientifique en s’adressant à un large public (et) montrer au fil des pages que l’expertise universitaire grenobloise répond à des enjeux de société, et que la recherche scientifique et l’innovation technologique accompagnent les évolutions sociales » []

Au stade du transistor

En guise de réflexion préliminaire à la conférence Equipements sportifs 2.0 : (dé)connexions aux territoires qui est organisée par les étudiants de Master 2 de l’Ecole d’Urbanisme deParis, je propose ce petit retour en arrière, très personnel, sur les technologies de l’information dans les stades du 20e siècle.

 


J’ai bien connu les stades du 20e siècle, même pour être plus précis, ceux des années 80. Je puis vous assurer qu’ils n’étaient pas dépourvu de technologie ; enfin pas entièrement.

Ces stades-là commençaient à se moderniser. Les tables de marque manuelle faisaient place à des panneaux à message lumineux qui pouvaient afficher le nom des équipes (en abrégé par manque de place) et le score. Une deuxième ligne en-dessous permettait de faire défiler pendant toute la première mi-temps le nom des joueurs et le numéro afférent. Comme les noms n’étaient pas floqués au dos des maillots, on avait ainsi le temps de les mémoriser.

Lors de la dernière journée du championnat, cruciale pour déterminer qui allait être champion et qui allait être rétrogradé, il n’était pas question que le panneau lumineux ou le speaker puissent tenir au courant joueurs et spectateurs des scores sur les autres terrains. Inutile de vous rappelez que les téléphones portables, intelligents ou pas, n’allaient pas être inventés avant des années ? Impossible donc, en un clic, d’avoir le classement final provisoire.

La seule façon pour le public de se tenir informé était de faire appel à la pointe de la technologie de l’époque : le transistor. Certains vieux briscards ou jeunes filous introduisaient en douce de petites radios portatives permettant de capter les stations des grandes ondes diffusant le multiplex. Les toutes jeunes radios de la bande FM, fraîchement autorisées à émettre par l’Etat, ne diffusaient pas encore les matchs.

L’oreille collée au transistor, ils faisaient part autour d’eux de l’avancement des matchs:
– Le TFC vient de marquer au LOSC. Attendez ! Pénalty à Saint-Symphorien…
– Pour qui ?
– Le son passe mal. Je n’entends pas.

La nouvelle se répandait alors tout autour. On n’avait plus qu’à prendre le supplément gratuit de la presse quotidienne régionale, de regarder le classement complet et déterminer, au moyen d’un rapide calcul de tête, qui montait ou descendait au classement, pour occuper provisoirement la place de barragiste ou celles de relégués.

Une autre technologie venait parfois contrarier la circulation de l’information : le « téléphone arabe ». Quand celui-ci s’en mêlait, il devenait impossible d’avoir une idée précise du classement provisoire. A dix mètres à peine de l’émetteur, l’information prenait des tours incongrus. Lille et Toulouse ne s’affrontaient plus, l’un jouant à Valenciennes, l’autre à Marseille… Les scores devenaient farfelus. Il fallait attendre le coup de sifflet final et analyser la seule information disponible : la réaction des joueurs sur le terrain, les uns bras ballants et le regard hagard, les autres créant de joyeuses pyramides humaines.

On filait alors à la voiture. On arrêtait parfois du bras, un homme annonçant un résultat à son voisin :
–  Alors ? Le Matra a  pris trois buts ? C’est ça ?
– C’est ça ! Je le tiens d’un jeune qui le disait aux pissotières. Il le tenait d’un gars qui…

Bref, on hâtait le pas pour s’engouffrer dans la GS et mettre la radio. On balayait alors la bande, allant d’Europe 1 à RTL et RMC, pour enfin tomber sur l’annonce des résultats : « Enfin, le Stade Lavallois s’incline dans les arrêts de jeu sur la pelouse de Furiani, 3-2. La place de barragiste va donc à … qui affrontera le troisième de la deuxième division. Joueront en deuxième division l’an prochain les équipes de … et de … »

Le championnat venait de livrer en même temps son verdict et ses sanctions. La technologie de l’information était certes balbutiante mais la montée en tension digne des plus grandes fresques hollywoodiennes.

Source de l’image mis en avant: http://www.deconstructionart.com/breaking-sound-barrier/

Cite this article as: Jean-Michel ROUX, Au stade du transistor, in Au stade des villes, 23/02/2018, https://stade.hypotheses.org/1394, ISSN format électronique 2556-6563.

Equipements sportifs 2.0 : (dé)connexions aux territoires

Le 26 mars 2018, je participe à une conférence organisée par des étudiants de Master 2 de l’Ecole d’Urbanisme de Paris dans le cadre de la Chaire « Aménager le Grand Paris ». Elle portera sur le thème : Equipements sportifs 2.0 : (dé)connexions aux territoires et s’inscrira dans un cycle de trois conférences ayant pour thématique : « Les Jeux Olympiques comme levier pour accélérer le développement local. Comment (re)penser l’intégration territoriale des équipements et aménagements prévus pour les JOP ? »

 


Comme l’annonce les organisateurs du cycle, « les Jeux Olympiques et Paralympiques (JOP) transformeront le Grand Paris : comment envisager la pérennité des aménagements et leur adéquation aux besoins des métropolitains, au regard de la dimension à la fois temporaire et internationale de l’événement ? »

Le numérique peut-il y contribuer, s’interrogent les étudiants ? « Aujourd’hui, grâce au numérique et via des applications, des réseaux virtuels divers, il est facile de payer sa place de parking depuis son portable et tout autre service… La ville connectée (dite la smart city) soulève cependant des interrogations qu’en au territoire : le numérique en soi, permet-il de produire de l’urbanité ? (…)

Nous connaissons tous plus ou moins le cas du stade de France : construit entre 1995 et 1998, dans lequel les acteurs locaux avaient mis leur espoir et leur argent pour relancer l’image et le développement du territoire de Saint-Denis. Mais espoirs déçus. Comment ne pas renouveler cette expérience de 98 avec les JOP 2024 ?

Le numérique présente-il des potentialités pour l’intégration, l’inscription territoriale des grands équipements sportifs ? (…) Dans le cadre des JO 2024, en quoi le numérique peut-il amener à d’autres usages, les équipements sportifs ? Le stade connecté, oui mais à quoi ? »

En guise de réflexion préliminaire cette conférence je propose un petit retour en arrière, très personnel, sur les technologies de l’information dans les stades du 20e siècle: Au stade du transistor.

 

Qui veut encore des JO ?

Grenoble célèbre actuellement le cinquantenaire de ses Jeux olympiques d’hiver. Le 15 février 2018, l’Université Grenoble Alpes et son Labex ITEM (laboratoire d’excellence sur l’Innovation et les Territoires de Montagne) dirigé par Marie-Christine Fourny organisaient une table-ronde sur le thème « Qui veut encore des JO ? Des métropoles qui slaloment entre enjeux géopolitiques et contestations citoyennes ».

Affiche de la table-ronde, UGA.

La table-ronde était animé par Guy Saez, chercheur émérite en sciences politique au CNRS Pacte. J’étais invité aux côtés de Pim Verschuuren (IRIS & U. de Lausanne), Eric Adamkiewicz (U. Sabatier de Toulouse), Loïc Ravanel (U. de Franche-Comté & CIES Neufchâtel) et Hugo Bourbillères (U. Paris-Sud). Le débat a porté successivement sur les enjeux métropolitain des JO, le rapport entre jeux et montagne, les politiques évènementielles et la participation citoyenne et l’opinion publique face aux JO. Un résumé de mon intervention sera prochainement mis en ligne sur ce site.

Dans une deuxième partie, la table-ronde donnait la parole aux étudiants des Master 1 Urbanisme & Coopération Internationale et Master 2 International Cooperation in Urban Planning de l’Institut d’Urbanisme & de Géographie Alpine de Grenoble (IUGA). Trois étudiantes, Laury Roux, Astrée Coutanson et Romane Garcia, sont venues présenter les résultats d’un atelier de coopération internationale en urbanisme sur le thème: « et si Grenoble déposait une nouvelle candidature pour les JO de 2026? »  Les résultats de leurs six groupes de projet sont disponibles en pdf et sur demande (texte en anglais).

Angoisse et calme d’une première rencontre au Taïeb M’hiri

Mieux vaut tard que jamais, voici le neuvième et dernier volet polyglotte d’un match au Taieb M’hiri avec le récit d’une étudiante française du master grenoblois, Alicia.

Jeudi 16 novembre 2017, dans le cadre de notre étude portant sur les équipements sportifs de la ville de Sfax, nous nous sommes rendus au stade Taïeb M’hiri pour assister à un match de football opposant le CSS à l’équipe de Medenine. L’objectif de cette démarche était double.  Il s’agissait à la fois de pouvoir évaluer l’état du stade et ses abords en période de match ainsi que de se faire une idée de l’ambiance qui entourait le match, dans la perspective de mieux comprendre les sentiments d’appartenance de la population au CSS.

Il me paraît important de préciser ici que je n’ai jamais assisté à un match, ni de foot, ni d’aucun sport collectif. Ce moment avait donc une signification particulière pour moi.  Après de nombreuses heures à travailler sur la place du foot, et plus encore du CSS à Sfax, la théorie prenait forme sous mes yeux. Ce détail, n’en n’est pas un parce que le récit de mon vécu de cette soirée de match en est grandement influencé.

Se rendre au stade
La soirée du match a été particulière pour Florence et moi. Nous ne nous sommes pas rendus au stade avec le reste de nos camarades car nous étions en charge de nous occuper de Sami. Sami est un jeune homme malvoyant que nous avons pu rencontrer grâce à l’association des malvoyants sfaxiens dirigée par M. Nabil Triki. Il nous semblait intéressant de voir quelles difficultés d’accessibilité pouvait rencontrer une personne en situation de handicap physique.

Sami ne pouvant pas se déplacer seul, nous sommes donc aller le chercher à son domicile. Le point de rendez-vous était fixé à 17h00 dans la medina. Une fois Sami rencontré, et après avoir pris un temps pour discuter du déroulement de la soirée, nous nous sommes dirigés place Bab el Diwan afin de prendre un taxi. L’affluence du match ajouté à l’heure de pointe a fait que nous avons rencontré de grandes difficultés à trouver un taxi. Aussi, la nuit qui était tombée, la foule, la grande difficulté à trouver un moyen de transport, la nécessité d’être attentive aux besoins de Sami afin d’assurer sa sécurité, et l’appréhension de rater le début du match ont imprégné ce début de soirée d’une atmosphère oppressante et anxiogène.

Après avoir rencontré Tahar, un de nos camarades arabophones, qui se rendait également au match, nous avons finalement pu trouver un taxi qui nous a conduit aux abords du stade. Honnêtement, je doute que sans lui, Florence et moi serions arrivés à temps. Le taxi nous a déposé au niveau de la piscine municipale. Bien que nous ayons, plusieurs jours auparavant, déjà fait le tour de stade, je dois avouer que je me suis véritablement sentie perdue à la descente du taxi.

Des policiers avaient placé des barrières dont la logique de disposition m’échappe encore en y repensant ! La nuit, la foule, les policiers, les barrières et le début du match qui approche contribuent à chambouler les repères que l’on se fixe dans l’espace. Peut-être parce qu’il s’est agi de mon premier match, mais je ne pense pas que mes repères préalables et ma connaissance du quartier m’aient, ce soir-là, servie à grand-chose !
Après de longue minutes au téléphone à s’échanger des explications de localisation, nous avons pu retrouver nos camardes.

Nous avons attendu près de l’entrée principale quelques minutes puis les policiers ont vérifié nos noms avant de nous laisser entrer. J’ai été surprise par le nombre de personnes qui attendait : à mon sens peu nombreux. De l’autre côté du stade il semblait y avoir plus de monde mais devant cette entrée principale tout semblait plus calme et mieux organisée que ce à quoi je m’attendais. Nous avons donc pénétré dans l’enceinte du stade puis sommes montés dans les gradins. Tout s’est déroulé assez vite, nous n’avons pas beaucoup attendu et l’ambiance était étonnamment calme. Nous nous sommes installés en tribunes. Nous étions assis puis assez rapidement le match a commencé.

Le match
Je ne m’aventurerai pas, ici, à commenter la qualité du match car je n’en n’ai pas les connaissances nécessaires. J’étais assise à côté de Sami. Comme il ne disposait d’aucune aide pour voir le match, il a utilisé la fonction zoom de son smartphone afin de pouvoir distinguer ce qui se passait sur le terrain. J’ai essayé par quelques occasions de lui décrire ce que je voyais mais ne connaissant pas suffisamment le vocabulaire footballistique, j’ai préféré laisser Maen  (un autre étudiant arabophone) s’en charger.

La tribune ultra
A la mi-temps, une partie du groupe dont je faisais partie a changé de gradin afin de se rendre dans les tribunes ultras. Pendant que nous changions de côté, un but a été marqué. Mon premier match et je n’ai pas même pas eu l’occasion de voir ce pourquoi des centaines de personnes prennent la peine de se déplacer !

Nous sommes finalement arrivés en tribune ultras et non sans une certaine appréhension de ma part. Au moment où nous marchions au pied des gradins, j’ai senti les regards se tourner vers nous, sans doute parce que nous étions quatre filles dans un groupe de cinq. Je n’ai pas senti de violence, ou d’agressivité particulière à notre encontre, mais plutôt une impression d’être observée du coin de l’œil. Ce moment restera comme un moment fort de notre séjour à Sfax par la ferveur avec laquelle les supporters chantent, par l’angoisse de leurs regards et par l’énergie déployée à s’agiter (presque plus que les joueurs eux-mêmes).

L’évaporation finale
Finalement cette soirée m’aura surprise et fait découvrir une ambiance et un monde qui m’était étranger. Mais le moment de quitter le stade a peut-être été le plus surprenant pour moi. En l’espace d’une poignée de minute la foule disparait, comme si elle s’était évaporée. Je m’imaginais les supporters retardant le moment de rentrer chez eux, profitant des derniers moments de liesse en sortant de l’enceinte du stade, jusqu’à rester juste quelques instants encore, ensemble, dans la rue. Mais il n’en n’a pas été ainsi. Nous sommes sortis du stade et… plus rien. Ou plutôt personne. Comme si jamais aucun match n’avait eu lieu. Je ne sais pas si c’est un phénomène habituel, ou bien si le contexte politico-social tunisien influe sur la sortie des matchs, mais quoi qu’il en soit, cette évaporation finale aura été pour moi, un des moments les plus étonnant de la soirée.

Un dernier mot
Je tiens personnellement à remercier Sami pour son immense gentillesse, sa bienveillance et pour avoir accepté de nous accompagner sans même nous connaître. Il restera une des rencontre clef de notre épopée sfaxienne.

Aller au premier récit de vie…

Texte d’Alicia G. ; illustration de tête, édition et mise en page Jean-Michel Roux.

Première dans un stade tunisien

Huitième et avant-dernier volet polyglotte d’un match au Taieb M’hiri avec le récit d’un étudiant algérien du master grenoblois, Tahar.

 

La place du stade dans la ville : ma première thématique souhaitée
Le 18 septembre 2017, jour d’entrée du master 2 Urbanisme et Coopération Internationale (UCI) à l’Institut d’Urbanisme et de Géographie Alpine, nous nous sommes divisés, dans la séance de l’après-midi du module ‘’Montage de projet’’ en cinq groupes de six étudiants.

La responsable du master UCI, Madame Fanny Vuaillat, a proposé cinq sujets pour le sixième atelier international à Sfax. Ils étaient liés aux thématiques « cohérence urbanisme/déplacement » et « transition écologique ». On peut citer : les taxis urbains, les transports en commun et les deux roues ou d’autres sujets liés au développement durable comme l’agriculture urbaine, le recyclage et la place du stade dans la ville.

Ces thématiques ont été classées par la suite dans un tableau de cinq colonnes pour pouvoir constituer des groupes équilibrés. Il s’agissait de faire en sorte qu’il y ait dans chaque groupe un étudiant arabophone, cela pour faciliter les échanges avec les étudiants de Sfax et la lecture des documents écrits en arabe. Notons que dans notre promotion, il y a six arabophones.

Ayant une grande sensibilité pour le sport, notamment pour le football, j’ai opté pour la thématique «la place du stade dans la ville». Mon collègue Maen, qui maîtrise parfaitement l’arabe a également souhaité travailler sur cette thématique de la géographie du sport. Après la répartition des étudiants sur les cinq thématiques, seul le groupe « recyclage » ne comptait pas d’étudiant arabophone. Etant donné que nous étions deux arabophones dans un même groupe, Maen et moi,  j’ai proposé au professeur et à mes camarades de me joindre au groupe « recyclage ». Mais cela, n’allait pas m’empêcher de suivre le travail sur le stade.

Un match de CS Sfaxien : un évènement inattendu
Cette année, le rythme de la formation en alternance était particulier pour moi. Je passe trois semaines/mois en collectivité de Toulouse Métropole et une semaine à l’Institut d’Urbanisme et de Géographie Alpine. Etant à 700 Km de Grenoble, c’était compliqué de suivre le travail du groupe « stade ».

Le dimanche 12 novembre, on s’est rendu à Sfax pour notre atelier international. Ceci m’a permis de beaucoup échanger avec mes camarades et d’apprendre ce que le groupe ‘’Stade’’ avait planifié comme activités sur le terrain.

Le soir du mardi 14, nous avons fait le récapitulatif de la journée avec mon groupe dans l’espace de travail (troisième étage de l’Hôtel Thyna), dans la même salle que le groupe ‘’Stade’’. Grâce à Alicia et Mathieu (étudiants du groupe « stade »), j’ai appris qu’ils ont planifié d’aller regarder le match de CSS face au CO Medenine le jeudi 16 novembre à 19H00. L’objectif était d’analyser l’accessibilité au stade et l’ambiance d’un match de football à Sfax.

Je leur ai proposé de venir avec eux pour regarder le match et les aider dans la traduction en arabe et leur analyse. Tout le groupe était favorable à ma proposition. Ils m’ont dit qu’ils allaient demander l’avis de M. Roux. Le premier réflexe que j’avais c’était de regarder le classement des deux équipes et les noms des joueurs du CS Sfaxien. En quelques clics sur mon smartphone, j’avais le classement sous mes yeux. CSS est classé huitième avec trois matchs non-joués, par contre CO Médenine, je l’ai trouvé en dernière position.

Le lendemain, mes camarades m’ont confirmé que notre professeur est d’accord qu’Emma et moi les accompagnons à la soirée du match au Stade Taïeb M’hiri. J’étais très content et remercie infiniment mes camarades et mon professeur.

Le jour du match : une ambiance singulière
Le jeudi 16 novembre, jour du match, est vite arrivé. J’étais avec mon groupe ‘’Recyclage’’ à l’arrondissement d’El Habib pour faire des entretiens avec les habitants. Je n’ai pas cessé de leur parler du match en leur disant que l’ambiance va être très particulière. Je les ai même invités à venir avec nous. A midi, on cherchait un endroit sympathique pour déjeuner et soudainement, on est passé à côté d’un joli dessin du club sur un mur qui se trouve sur la Route de M’harza. On trouve sur le dessin, la date de fondation du CSS en 1928, le blason du club et une expression en arabe qui signifie en français ‘’90 ans d’amour’’.

Fresque ultra sur un mur de Sfax

En prenant les taxis le jour du match, j’en profitais pour poser des questions aux chauffeurs sur le CS Sfaxien et ses joueurs. Deux chauffeurs interrogés m’ont répondu qu’ils n’avaient pas une très bonne équipe cette année, ni des grands noms de joueurs. D’après eux, l’équipe est constituée seulement par des joueurs locaux sfaxiens qui ne coûtent pas trop cher pour le CSS.

Deux heures avant le match
A 17H00, mon collègue Quentin m’appelait pour aller ensemble au stade. Ce qui a été un peu compliqué pour moi de les rejoindre à cette heure-ci, vu que j’avais des engagements avec mon groupe.

Vers 18H00, j’ai croisé Alicia et Florence à la station à la station des taxis à coté de Bab El Diwan, en compagnie d’une personne malvoyante qui s’appelle Sami. On a difficilement réussi à prendre un taxi pour se rendre au stade. En effet, Il y avait beaucoup de monde et d’embouteillages, à l’heure de pointe, en direction du stade.

En arrivant au stade, tout le monde nous regardait. Certaines personnes, ont été étonné de voir des filles au stade. Quentin nous a communiqué le numéro de la porte où on devrait se retrouver. On s’est mal compris sur le point de rendez-vous précis.

On a réussi à rentrer au stade facilement. La police nous a demandé : « Qu’est-ce que vous faites là ? » Je leur ai répondu, en arabe, qu’on était des étudiants grenoblois venant de France et allons assister au match. Les agents de police nous ont laissé rentrer sans montrer aucun abonnement ni invitation. Puis, ils nous ont orientés vers l’entrée principale des gradins d’honneur où nous allions retrouver nos autres collègues.

L’accès aux gradins a été simple. Une vérification de nos noms et prénoms sur une feuille d’invitation faite par le président du club, après les interventions du professeur M. Benasser et notre collègue doctorant Wassim.

Au stade : un sentiment étrange
En rentrant au stade, j’avais un sentiment étrange, comme si j’allais jouer ! J’étais dans une ambiance similaire à celle des stades en Algérie. J’ai déjà pratiqué le football professionnel pendant 11 ans (de 2004 à 2012), dans le championnat inter-régions algérien. L’équivalant de la quatrième division en France, avec l’Union Sportive de Oued Amizour (USOA). Et de 2012 à 2015, avec l’Union Sportive Madinet Sétif (USMS) dans la même division.

Même si, j’étais très engagé avec mes deux clubs, cela ne m’a pas empêché de regarder des matchs dans d’autres stades, de mon équipe préférée « la Jeunesse Sportive de la Kabylie (JSK) », de Mouloudia Olympique Bejaïa (MOB) et de l’Entente Sportive de Sétif (ESS).

La différence est au niveau organisationnel. A Sfax, l’accès au stade se fait par des abonnements annuels. Par contre, en Algérie, l’accès se fait par l’achat de billets à chaque match. Dans les stades de ces grands clubs algériens, les supporters rentrent aux gradins tôt, de 5 à 10 heures avant les coups d’envoi des matchs. Cela, pour pouvoir être sûr d’avoir une place, surtout lorsqu’il s’agit de derbys et matchs face aux grands clubs africains.

Pendant le match, j’étais très attentif aux comportements, aux paroles des spectateurs et surtout sur la tactique de jeu des deux équipes. Les joueurs sfaxiens ont montré dès le début de match une volonté de gagner. L’ambiance était très sympa dans le stade avec mes collègues et surtout la spécificité qu’on soit accompagné par nos deux professeurs.

Tifo ultra

A mon sens, le niveau de jeu du match était moyen. Rien n’a été spécial dans la première partie à part le public et le tifo d’avant-match.

Pendant la pause, mes collèges et notre professeur M. Roux ont préféré aller à la tribune des ultras pour l’analyser de plus près. Pour ma part, j’ai préféré rester avec Sami et lui décrire l’ambiance de la deuxième période. On a profité de la pause pour faire des photos de souvenirs.

Les joueurs sfaxiens ont inscrit le seul but de la victoire juste après une minute de coup d’envoi de la seconde mi-temps. Le public s’exposait en chantant des mélodies de club et en allumant plusieurs fumigènes.

Fumigènes en tribune ultra

A la fin du match et en attendant nos collègues, on était curieux avec Madame Fanny Vuaillat de savoir le classement du CSS après cette victoire. On a regardé ensemble et le CSS  qui a monté en quatrième position avec encore deux matchs non joués.

Après notre retour de Sfax, j’ai suivi les nouvelles de CSS. Après quatre victoires consécutives,  le CSS garde depuis la journée du 30 novembre sa position en deuxième place derrière l’ES Tunis.

Les résultats du CSS cette année

 

Remerciements
Je remercie Sami, notre cher doctorant Wassim, nos collègues sfaxiens, tous les étudiants du groupe « géographie du sport », Emma et nos professeurs Jean-Michel Roux et Fanny Vuaillat pour cette inoubliable soirée au stade Taïb M’hiri.

Texte et illustration de Tahar D. ; édition et mise en page Jean-Michel Roux.

Observation d’un match de football à Sfax

Septième volet polyglotte d’un match au Taieb M’hiri avec le récit d’un étudiant franco-syrien du master grenoblois, Maen.

 

Résultat :
CSS (Club Sportif Sfaxien) 1 – 0   Club Olympique Medenine
Date : 16 Novembre 2017 à 19h
Duré de l’observation : trois heures
Météo : 11 degré, plutôt doux
Enquêteur : Maen J.

 

Sur la route du stade
Ce match opposait à domicile le CSS (deuxième club au classement national tunisien) au Club Olympique de Medenine, actuellement classé dans le bas du tableau. La rencontre a eu lieu le jeudi 17 novembre dernier.

Nous avons dû nous rendre au stade Taïeb-Mehiri en taxi, la circulation étant très difficile en cette « heure de pointe », laquelle coïncidait avec la sortie des écoles, des bureaux et des usines. En interrogeant le chauffeur de taxi, il apparaît que l’accès au stade est toujours difficile en dépit du PDU/NAMA (Nationally Appropriate Mitigation Action[1]) mis en œuvre par la ville. La gestion de la circulation n’est pas encore, et de loin, optimisée et les transports collectifs sont, sur cet axe, relativement inefficaces. Il convient de noter qu’il n’existe pas de parking à proximité et que la grande majorité des spectateurs se rendent au stade en taxi (dont le coût est relativement faible).

Avant le match
Lors de notre arrivée au stade, deux collègues sont partis en repérage afin de mieux découvrir ce stade polyvalent d’une capacité actuelle de 22 000 places. Celui-ci, l’un des plus vieux stades du pays, a été construit en 1938 au cours de la période du protectorat français ; une année marquée par des révoltes fortement réprimées par l’armée française qui intervinrent dans un contexte marquée par la chute en France du Front Populaire et l’abandon de la politique de conciliation avec les mouvements indépendantistes d’Afrique du Nord. Le stade a été réhabilité en 2004 pour accueillir la Coupe d’Afrique de Football. Pour ma part, je suis resté posté à l’entrée numéro 1 du stade non seulement pour attendre le reste du groupe mais également pour observer les flux et les relations entre le public et les forces de l’ordre très présentes (en civil comme en uniformes)

A cette occasion, un policier m’a interpellé en me demandant en arabe ce que je faisais devant la porte « avec une fille ». Au-delà de l’explication concernant notre workshop, il est intéressant de noter que la présence au stade d’une femme est inhabituelle en dépit d’une forte aspiration des femmes tunisiennes à pouvoir accéder librement à l’ensemble des pratiques sportives (cf. compte-rendu de notre atelier de coopération internationale en urbanisme). Cette présence féminine a entraîné de la part du policier des consignes particulières à ses collègues afin d’accorder une attention particulière à notre sécurité.

Lieu de sociabilité très important à quelques mètres en face du stade, le salon de thé traditionnel qui semble être un point de passage obligé pour tous les supporters qui là encore semblaient très intrigués par notre présence, et notamment par la mixité de notre groupe. Le stade reste encore à Sfax un lieu très « masculin » (il n’existe aucune toilette pour les femmes) et endogène à la ville (la présence d’étrangers était également source d’étonnement parmi les consommateurs). Il convient de noter que le stade de Sfax n’échappe par à l’économie courante de ce type d’équipement qui repose sur des abonnements annuels pour les supporters avec peu de places vendues à titre ponctuel.

Nous étions accompagnés par un doctorant en géographie de l’Université de Sfax (Wassim) et par une personne en situation de handicap visuel afin de recueillir son témoignage sur le plan de l’accessibilité, laquelle se révélera très difficile avec une absence totale d’indication à destination des personnes à mobilité réduite.

Le lieu semble marqué fortement par les discriminations sociales : la porte 1 est réservée aux personnes aisées, les portes 2 et 3 aux classes populaires soutenant le CSS. Avant le début du match, un vendeur de graines de tournesol traverse les tribunes – elle est la seule personne à pouvoir le faire : il y a quelque chose d’amusant à penser que la distinction entre les classes sociales s’efface dans la mastication collective des graines.

Première période
Comme en Europe, après l’entrée des joueurs sur le terrain, l’ambiance dans les gradins est plutôt bon enfant, les ultras de Sfax entonnant les chants de leur club tandis que les supporters de l’équipe adverse semblent réservés et prudents afin d’éviter toute confrontation.

Dans le cadre d’un match plutôt équilibré entre les deux équipes, se terminant à la mi-temps sur un score nul (et donc peu satisfaisant pour les supporters des deux équipes), les supporteurs sfaxiens auront fait entendre la diversité de leur registre d’insultes contre tout le monde : les arbitres, les joueurs de leur club et, comme de bien entendu, ceux de l’équipe adverse – le CO.

Mi-temps
Nous avons pris la décision de nous séparer en deux groupes : l’un restant sur place tandis que le second se déplacerait vers la tribune des ultras afin de pouvoir capter l’ensemble des réactions des supporteurs au cours de la seconde période.

Deuxième période
Je me suis assis à coté de la personne malvoyante pour lui décrire le match. Cette seconde période a bien débuté pour les joueurs du CSS qui ont réussi à marquer un premier but contre l’adversaire. Les réactions des supporters tunisiens sont de ce point de vue très proches de celles des Européens (chansons, drapeaux) à ceci près que l’utilisation des fumigènes semble bien moins réglementée : vers la fin du match, leur utilisation avait été si intense que l’on ne pouvait plus voir la moitié du terrain.

Fin du match
Heureusement pour nous, l’équipe de CSS a remporté le match. Des cris immenses de joie ont résonné dès le coup de sifflet de l’arbitre. Les supporters sfaxiens sont très fiers de leur équipe et heureux d’avoir pu la soutenir pendant 90 minutes. Tout le monde s’est dirigé vers les sorties ; nous nous sommes tous retrouvés devant l’entrée principale côté intérieur pour prendre les photos de ce qui restera pour nous un beau souvenir, celui d’avoir fait l’expérience collective d’une « énergie » si communicative qu’elle peut se transmettre à tous, y compris à ceux et celles qui sont pourtant très éloignés de tout « chauvinisme sfaxien ».

S’il est vrai que, pris dans la cohue, nous n’avons pu étudier les modes de transports utilisés par les supporters à la sortie du match, il nous est apparu que cette dernière nous semblait plus fluide que son arrivée : il nous fut très facile de trouver un taxi pour rentrer à l’hôtel.

 

[1] Plan d’actions destinées à réduire les émissions de gaz à effets de serre en lien avec la Conférence de Bali de décembre 2007, les accords de Copenhague de décembre 2009.

Texte de Maen J. ; édition et mise en page Jean-Michel Roux.

Yallah CSS : Ardeurs tunisiennes au match de football

Sixième volet polyglotte d’un match au Taieb M’hiri avec le récit d’une étudiante mauricienne du master grenoblois, Gabrielle.

 

Première fois que j’assiste à un match de foot. Plutôt habituée aux matchs de rugby au stade Chaban à Bordeaux, c’est le seul élément comparatif en ma possession en terme de spectacle sportif. Pour comprendre l’état du sport et de sa pratique à Sfax, voir un match du Club Sportif Sfaxien (CSS), le club rayonnant de la ville, est indispensable. Pour avoir visité les locaux du CSS, seul club professionnel de la ville, on ne peut que constater l’engouement qu’il y a autour de cette équipe et de ses joueurs. Cela se voit dans la rue, dans les cafés et dans les taxis, au travers des tags et l’affichage des couleurs, rayures blanches et noires.

Hall d’entrée majestueux du siège du CSS

Le jour de match, nous avons pris de l’avance pour observer les alentours du stade Taieb M’hiri. Trouver un taxi fut assez difficile vers cette fin de journée et il fallait se placer stratégiquement le long des remparts de la médina pour en avoir un vide. Le parcours, qui en temps normal dure une quinzaine de minutes, nous a semblé très long à cette heure d’affluence. Ce qui nous a frappés en premier lieu, c’était la forte présence policière auprès des portes. On a rejoint les autres près de la « porte 1 » et de là nous nous sommes séparés afin de couvrir le périmètre entier autour du stade.

RDV donc à la « porte 2 », l’entrée des officiels, des VIP. Plusieurs berlines ont le privilège et l’aval des policiers pour rentrer dans le stade. Les lumières attirent des flopées de chauve-souris qui circulent au-dessus de nos têtes telles des drones. Au final, il n’y avait pas de mouvement autour de cette porte, nous sommes donc allés désaltérer notre soif dans un café en face.

Les commerces aux alentours du stade avant le match

Breuvage local en attendant Wassim le détenteur des billets et le reste de l’équipe qui venait au match avec un membre de l’association des aveugles. Il n’y avait pas vraiment d’engouement autour de l’entrée du stade où on était. Le café était plutôt calme, les clients tous masculins et étonnés de voir des femmes s’y installer. Petit thé à la menthe et café ou clopes pour d’autres. Par contre, si on a une petite faim, pas moyen de se procurer un petit sandwich ou un paquet de chips. Tout les commerces à proximité sont sur le point de fermer.

Finalement on voit se profiler au loin les silhouettes de nos camarades. On se rejoint et on discute en attendant les autres qui ont eu vraiment du mal à trouver un taxi. On peut enfin entrer. Un policier, détenteur d’un document d’invitation officielle, fait l’appel des personnes qui y figurent. Nous suivons le chemin piéton pour entrer, guidé par un officiel qui nous dirige vers une tribune assise du stade.

On observe que tous les spectateurs locaux ont un petit cornet remplis de graines qu’ils grignotent en attendant le début du match. On se procure des cornets de graines de tournesol, l’unité à 1 dinar par un marchand ambulant. Pas le temps de faire le tour de la tribune par l’escalier, le marchand acrobate arrive à enjamber avec dextérité les barrières séparatives avec son panier rempli de graines. Original et très diététique comme aliment, les mains sont occupées à extirper la précieuse graine de son enveloppe. Faut juste pas la laisser filer dans le tas de pelures.

Cornet de graines de tournesol, les kloub

J’ai été impressionné par les dispositifs mis en place par les supporters pour encourager le CSS. Tissus accrochés sur la charpente du stade. Carrément un rideau qui tombe avec le symbole du groupe ultra auquel il appartient. Lancement du match, CSS contre CO Medenine. Le nombre de supporters adverses ne fait pas le poids face aux supporters sfaxiens. Je suis plus captivée par les chants et l’animation dans les tribunes des supporters que par le match qui se joue. Les chants ne se tarissent jamais. Les connaisseurs entre nous  explique un peu les différents groupes de supporters « ultras » qui sont représentés sur place.

A la mi-temps nous sommes descendus de la tribune pour observer les buvettes, etc… une envie pressente m’a mis à la recherche de WC pour femmes. Impossible d’en trouver. Je me suis donc aventurée dans ceux des hommes. A leur grande surprise. Pour avoir eu l’affirmation de la directrice financière du CSS que au-moins 1/3 des spectateurs des matches étaient des femmes, le fait qu’il n’y ait pas des toilettes appropriées pour notre genre démontre peut-être une inégalité dans les usages du stade lors des événements de spectacle sportif.

On nous propose de changer de tribune pour aller s’imprégner de l’ambiance au milieu des supporters ultras. Une partie du groupe est restée sur place, et on s’est mis en route pour le changement de tribune, guidé par un officiel. C’est impressionnant de se retrouver au milieu de milliers de jeunes gens qui chantent à tue-tête sans se tarir. Pendant le temps de parcours entre les deux tribunes, nous avons raté le seul but marqué du match par le CSS. Des tambours qui résonnent et des danses synchronisées retentissaient dans les tribunes ultras pour célébrer le dit but. Il ne faut pas contrarier les supporters sinon, pluie de bouteilles d’eau sur le terrain. Je comprends mieux pourquoi en France on interdit les bouchons des bouteilles plastiques.

Ayant toujours un petit creux, je me suis intéressée à un autre marchand ambulant qui lui, proposait sa marchandise sur caddie. Sandwichs et boissons proposés sont à disposition à l’entrée de la tribune et tour à tour, son collègue et lui se ravitaillent et font leur tournée aux extrémités des tribunes.

Sandwicherie ambulante dans la tribune ultra

L’arbitre siffle la fin du match. J’observe du mouvement près de la sortie, le marchand ambulant se dépêche de descendre la marchandise pour ne pas rater la clientèle affamée. Une flopée de supporters se dirige vers la sortie. Nous attendons qu’il y ait moins de foule pour rejoindre nos camarades. Les ultras sont d’une telle agilité pour grimper entre la fosse et la grille séparatrice pour délier les banderoles.

Stand relais à la sortie du match pour épuiser le stock de sandwichs

Nous nous dirigeons vers la sortie. Les locaux ne voient pas souvent des étrangers assister aux matchs, on nous demande de nous prendre en photo avec eux. A la sortie, pas d’attroupement, pas de verre pour célébrer la victoire.

 

A suivre…

Texte et illustration de Gabrielle C. ; édition et mise en page Jean-Michel Roux.

Regard d'urbaniste sur les stades