Soutenance de thèse de Natalia

Le 28 mars 2018, Natália Rodrigues de Melo soutenait sa thèse de doctorat (Sciences de l’Architecture) à la Faculté d’Architecture et d’Urbanisme de l’Université Féderale de Rio de Janeiro (UFRJ). Elle portait sur l’analyse de la transformation des ambiances du stade Maracanã de Rio, construit pour la Coupe du monde de football de 1950 et rénové dans le cadre de la Coupe du monde de 2014. Réflexions post-soutenance d’un membre du jury.

Ambiances urbaines et ambiance des stades
Cette thèse s’inscrit dans une démarche initiée depuis quelques années de rapprochement des courants de recherche français et brésiliens travaillant sur la notion d’ambiance. Il s’agit entre autres de la théorie des ambiances architecturales et urbaines développée depuis les années 1980 au sein du laboratoire CRESSON (Umr Cnrs AAU) et de la théorie des traumas urbains développée au Brésil (LASC: Laboratório Arquitetura, Subjetividade e Cultura) avec la méthode ethnographique et analyse ethnotopographique (método etnográfico e análise etnotopográfica) ou méthode de l’ethnographie spatiale.

Cette thèse est aussi importante à l’échelle plus réduite des stades. Les Européens commencent à reconnaître une dette ancienne et plus ou moins grande envers les Brésiliens en matière d’ambiance dans les stades de football de la plus grande partie du continent (Balkans, Italie, France, Suisse, Belgique, etc.) mais aussi dans certaines enceintes de basket-ball ou de hockey sur glace. Cette dette daterait de la coupe du monde de 1950 et de la vision sur écran de cinéma yougoslaves des torcidas de Rio (les groupes de supporteurs organisés). Notons en aparté que la coupe du monde aura donc signifié une remarquable victoire culturelle du Brésil, une forme de soft power, à défaut d’une victoire sportive…

Les torcidas de Rio inspireront d’abord les fans de Split qui créeront une torcida, puis les autres Yougoslaves avant de se répandre en Italie à travers le mouvement ultra, et de là en France. Aujourd’hui, toujours via l’Italie et la France, le mouvement ultra se répand en Tunisie ou au Maroc pour ne citer que ces deux pays africains. Le Brésil n’inspire plus aujourd’hui l’Europe en matière d’ambiance et de supportérisme mais l’intérêt des analyses internationales et comparatives demeure dans un monde globalisé.

Changement de paradigme et changement de sémantique
Cette thèse porte sur le changement de paradigme qui s’opère dans les stades du monde entier depuis 1989 et le rapport du juge Taylor. Mon hypothèse est que les stades se sont depuis considérablement amélioré en terme constructif (sécurité, qualité, etc.), en terme d’usage (meilleurs qualité de vision, d’assise, de catering etc.) mais ils ont vécu un (inéluctable ?) appauvrissement des ambiances.

Un sous-titre de partie vient dire tout cela : «Do estádio à arena», du stade à l’arena pour qualifier le profond bouleversement des stades brésiliens à l’occasion de la Coupe du monde.  Le Maracanã est passé de stade à arena et ce n’est pas qu’un changement de nom. Les Anglais ont vécu quant à eux un passage du football ground au soccer arena/stadium. La France expérimente elle-aussi des transitions depuis les salles omnisports aux arenas pour les salles de BHV (Basket, Handball, Volley) et des stades aux stadium/arena pour le football et le rugby.

Il est intéressant de remarquer que les mots nous disent quelque chose : l’arena c’est en latin la partie en sable d’un amphithéâtre, cette partie vide et centrale vers lequel le concepteur de l’équipement et l’organisateur du spectacle essayaient de faire converger l’attention des spectateurs. La partie a fini par désigner le tout. Nous disons les « arènes d’Arles » et non plus l’amphithéâtre alors que nous disons encore le « théâtre antique » de Vienne. Le terme arena est très lié à la notion de spectacle sportif qui oublie complètement que le spectacle dans un stade est lié tout autant au match sur le terrain qu’au spectacle des tribunes.

Ces mots nous disent aussi jusqu’à la façon dont le spectateur doit se tenir : dans un stade, on peut être debout, dans une tribune ou un stand (to stand, se tenir debout); c’est même un mot dont la racine indo-européenne, stha, signifie d’ailleurs : « être debout », « rester », « se tenir ». La superbe photo (p. 66) des torcedores debout au-dessus de la fosse dans le geral superlotada du Maracana des années 1970 est éloquente. Le stade permettait de se tenir debout (presqu’en équilibre) et de faire masse.

Un corpus riche d’enseignements
Le corpus du travail de terrain était composé de 26 entretiens individuels et qualitatifs réalisés lors de 15 matchs de football relevant de plusieurs types de compétition (campeonato brasileiro, copa do Brasil, copa sul-americana). Les entretiens sont accompagnés de cartes mentales du stade et de 609 photographies réalisées par la candidate. La candidate n’exploite malheureusement pas tout ce matériau photographique. Il lui aurait permis de «revenir» sur les entretiens et confirmer ou infirmer certaines impressions des personnes interviewées, un peu selon la méthode des «écoutes réactivées» du Cresson.

Son entrée par une taxonomie des publics est très intéressante. Elle distingue :
– le « fan artiste » ou torcedor-artista (lui-même divisé en cinq sous-catégories, à savoir : les « fans collectivisés »  ou torcedores coletivizados; « satellites » ou satélites; pós-geraldinos; « défenseurs du territoire » ou defensores do território; et enfin les « fans comiques » ou torcedores caricatos),
– le spectateur classique (espectador clássico),
– le spectateur acteur (espectador-ator)
– et le supporteur acteur (torcedor-ator).

Dans mes recherches sur le rapport aux ambiances en France, je fais l’hypothèse qu’il existe un gradient dans l’intensité de l’expérience vécue selon que nous sommes spectateur (qui assiste à un spectacle), supporteur (qui contribue à un match) ou fan (qui participe collectivement avec les autres fans et derrière les joueurs à un combat). Natália Rodrigues de Melo reprend et dépasse cette analyse.

Le tableau recensant les entretiens est lui-même particulièrement riche (pp. 85-86). Natália Rodrigues de Melo a ajouté une information a priori anecdotique lors des entretiens: l’âge de première visite au stade. Cette donnée collectée mais pas exploitée lors des analyses permettrait de creuser certaines pistes. En écartant l’entretien d’un homme de 29 ans, qui vient pour la seconde fois au stade mais dont on ne sait pas à quel âge a eu lieu la première visite, nous obtenons un corpus de 25 personnes, facilement transformable en pourcentage. Que dit le corpus ?

Quand nous analysons l’âge de la première visite du stade, deux catégories d’âge se dégagent: les 7-10 ans et les 16-20 ans qui représentent chacune 36%. Comme si l’enfance, « à l’âge de raison », et l’adolescence tardive constituaient les deux grands temps du primo-accès au stade. Ces données nous inciteraient à mieux comprendre le contexte humain et familial de la première visite. Est-ce avec le père que s’opère ce « baptême », avec les camarades de classe, du quartier, de l’équipe de football, de l’école, etc. ? Il est dit souvent que le stade était un lieu de socialisation importante. Nous pouvons simplement faire l’hypothèse qu’apprendre le comportement au stade avec un père à 7 ans, ce n’est pas la même chose qu’avec des copains à l’adolescence; quand on se construit en opposition au monde des grands.

Le corpus comprend aussi cinq femmes sur 25 enquêtés, soit 20%. Est-ce que cela correspond à la réalité ? Natália Rodrigues de Melo semble le penser même si elle n’avait pas d’entrée spécifiquement relative au genre. Le chiffre témoigne en lui-même d’une véritable ouverture des arènes brésiliennes aux femmes. Il serait donc passionnant de relire les entretiens au prisme du genre. Observons-nous une différence dans les réponses selon la variable du sexe ? Existe-t-il une approche genrée du spectacle sportif ou bien, en la matière, la femme est-elle un supporteur comme les autres ?

Sur le projet de stade
Comme nous étions dans une faculté d’architecture et d’urbanisme, j’ai eu envie de poser la question du passage au projet : quels conseils donneriez-vous à un architecte en charge de la rénovation d’un stade afin qu’il évite à la fois la destruction pure et simple de l’ambiance du lieu mais aussi la création d’une « ambiance manufacturée » ?

On compare souvent les stades et les églises (tel stade est une « cathédrale », tel autre « la Mecque du football »), ce qui me paraît la comparaison la plus déraisonnable qui soit. Une église, surtout catholique romaine ou orthodoxe, est typiquement un lieu qui nous dit par tous ses dispositifs architecturaux, visuels, olfactifs, mémoriels, que la vie et la mort sont intimement liées ; que la vie est faite de joie (l’entrée dans Jérusalem) mais aussi de tristesse et de deuil. Pas un stade contemporain dans lequel on ne voudrait parler que de spectacle et de plaisir. Comment rendre compte dans un stade que le lieu est porteur d’une mémoire, d’histoire de faites de joie mais aussi de douleur ? En repeignant régulièrement son stade en bleu ciel… mais encore ?

Entretien avec Nicolas Hourcade

Nicolas Hourcade est professeur agrégé de sciences sociales à l’École Centrale de Lyon et membre associé au CADIS (EHESS-CNRS). Spécialisé dans la sociologie de la déviance et des mouvements sociaux, il est devenu un des principaux experts français du supportérisme.

Avec Ludovic Lestrelin et Patrick Mignon, il a notamment rédigé le Livre vert du supportérisme remis en octobre 2010 à la Secrétaire d’État aux Sports, Rama Yade. Il est actuellement l’une des personnalités qualifiées de l’Instance du Supportérisme rattachée au ministère des Sports. Il répond ici aux questions de Natália Rodrigues de Melo dans le cadre de sa thèse sur les ambiances des stades de football lors de son séjour au laboratoire Pacte du CNRS.

Nicolas HOURCADE

 

Comment en êtes-vous arrivé à vous intéresser aux stades et aux supporteurs ?
J’ai d’abord travaillé sur les supporteurs et seulement après sur la question des stades. Je me suis d’abord intéressé aux supporteurs par intérêt personnel. Ma famille était passionnée de football. Je suis devenu moi-même supporteur dès l’enfance. Je suis né au début des années 1970. Quand j’étais adolescent, l’Europe a été marquée par beaucoup de drames. C’est d’abord le Heysel à Bruxelles en 1985, où il y a 39 morts. Ou encore le drame de Sheffield, en Angleterre, qui fait 96 morts en 1989. C’est une période où il y avait beaucoup de violence dans les stades et à leurs alentours. Cela m’a intéressé d’essayer de comprendre pourquoi il y avait ces phénomènes, tant le soutien au club que les débordements.

Page de couverture du « Rapport Taylor » faisant suite aux incidents d’Hillsborough, 1989.

Quand j’étais au lycée, j’avais déjà commencé à travailler dessus, notamment lors d’un dossier pour le baccalauréat. Etudiant en sociologie, il m’a paru intéressant d’enquêter sur ce thème, surtout qu’au début des années 90, il n’y avait pas encore beaucoup de travaux là-dessus. C’était un objet peu légitime et les commentateurs qui parlaient des supporteurs se focalisaient sur la violence. En particulier, la violence des hooligans anglais. A la fois dans les journaux et les articles scientifiques, on parlait essentiellement de violence et des hooligans anglais. Or quand j’allais dans les stades (à Bordeaux, ma ville natale, et aussi ailleurs en France), il pouvait y avoir de la violence, mais ce que je voyais ne correspondait pas à ce que je lisais dans les médias et dans certains textes universitaires.

L’image archétype du supporteur violent. Extrait d’A mort l’arbitre, film dramatique français de Jean-Pierre Mocky, 1984.

C’est pourquoi j’ai voulu travailler ce sujet de manière approfondie. Les premières études sérieuses en France datent de la fin des années 1980 mais elles n’étaient pas encore très connues. Elles le sont devenues au milieu des années 1990. Je pense notamment à Christian Bromberger, un ethnologue qui a mené des enquêtes ethnographiques sur les supporteurs en France, en Italie puis en Iran. J’ai également été inspiré par le sociologue Patrick Mignon qui a consacré des travaux, comparatifs, au hooliganisme et au supportérisme en Angleterre et en France, dans la lignée des recherches d’Alain Ehrenberg. Mon intérêt pour cet objet a rencontré le fait qu’il devenait un objet de recherche plus légitime. J’ai donc pu faire des recherches approfondies, qui étaient au départ centrées sur les ultras, les supporteurs les plus actifs en France.

Je trouvais que ce qu’on racontait des hooligans ne correspondait pas aux modes d’actions des ultras. J’ai donc voulu voir leurs spécificités. J’ai travaillé au départ sur Bordeaux car les chercheurs qui dirigeaient mon travail trouvaient qu’il était plus intéressant d’étudier une tribune que je connaissais déjà bien de l’intérieur. J’ai ensuite travaillé de manière comparative sur plusieurs stades dans ma thèse : Paris, Bordeaux, Rennes, Le Havre et, plus marginalement, d’autres villes… avec la spécificité que je n’ai jamais fini de rédiger le manuscrit. J’ai publié des articles sur la question mais je n’ai pas soumis la thèse étant pris entretemps sur le poste que j’occupe actuellement. C’est un poste d’enseignant – et non d’enseignant-chercheur. Mes activités de recherche se font donc sur mon « temps libre ». C’est aussi pourquoi j’ai continué à enquêter sur le même objet, tout en faisant évoluer mon questionnement.

Mes préoccupations de recherche ont en effet évolué à la fin des années 2000. D’une part vers la question des dispositifs de sécurité et la lutte contre le hooliganisme, car la loi française (comme d’ailleurs la loi brésilienne) a beaucoup évolué en la matière. Je me suis demandé comment les pouvoirs publics et les autorités sportives géraient cela. D’autre part, sur la période récente, vers la création des nouveaux stades. A quoi servent-ils ? Que veut-on en faire ? Qu’est-ce que les dirigeants du football ont en tête ? Et comment les gens s’approprient le nouveau stade, question que vous vous posez aussi dans votre thèse ? Par exemple, à Lyon, ils étaient dans le même stade depuis des décennies. Du jour au lendemain, il faut changer de stade. Qu’est-ce que cela change dans les habitudes des gens ? Qu’est-ce que cela change dans les manières d’occuper le stade, puisqu’il n’est pas conçu de la même manière ?

 Vous avez aussi travaillé sur les transformations du Parc des Princes comme dans votre article pour Métropolitiques « Ici, c’était Paris »
J’ai effectivement beaucoup travaillé sur Paris depuis 1992. L’architecture du stade n’a pas beaucoup changé depuis 2010, même s’il y a eu des aménagements, mais le Parc a connu pendant plusieurs saisons une expérience particulière de bannissement des groupes de supporters – qui ne sont revenus qu’en octobre 2016. Mon article a été publié peu avant ce retour, qui était alors plus qu’incertain. Comme l’indique le titre de l’article, qui fait un clin d’œil au slogan des supporteurs parisiens (« Ici, c’est Paris ! »), pendant ces six années, il n’y avait plus vraiment de place pour être supporteur actif au Parc. 

Parc des Princes, PSG-SC Bastia, 2017. Photo. N. Rodrigues.

Vous êtes supporteur des Girondins de Bordeaux. Est-ce que votre statut de supporteur influe sur votre façon d’aborder le sujet
Forcément. Ce que nous sommes influence notre manière d’aborder un sujet, quel qu’il soit. Après, l’objectif en tant que « scientifique social », sociologue, urbaniste, etc., est d’arriver à être conscient des centres d’intérêt personnels qu’on a pour un objet, afin de s’efforcer d’être aussi objectif que possible.

Cela dit, connaître le football aide à appréhender les thématiques liées aux supporteurs et facilite grandement le contact avec les gens. Quand vos enquêtés voient que vous connaissez le football, les stades, les supporteurs, la communication passe mieux et il peut y avoir un véritable échange. Inversement, il m’est arrivé d’être interrogé, en tant que sociologue, par des étudiants et journalistes ne connaissant pas du tout le sujet et ne faisant pas les efforts suffisants pour l’appréhender : ça ne m’incitait pas à approfondir l’analyse avec eux.

Enquêter suppose de faire l’effort de prendre du recul par rapport à ses passions. De toute façon, dès lors qu’on commence à aborder ces sujets-là en scientifique, une distance se crée. Quand je me suis engagé dans ma thèse, j’étais adhérent d’un groupe de supporteurs. J’ai choisi d’arrêter d’être membre, d’une part, parce que ça ne me paraissait pas compatible avec mes enquêtes menées dans d’autres tribunes, tant en termes de temps que d’implication personnelle. D’autre part, j’avais déjà consacré ma maîtrise et mon DEA aux ultras: à force de travailler sur les façons d’être supporteur, une distance s’était créée par rapport à ma propre passion.

Sur la période plus récente, je dois aussi maîtriser l’évolution de mon regard sur mon objet et la distance devenue beaucoup plus grande entre les pratiques des jeunes supporteurs ultras et mes propres pratiques. Je reste attaché à mon club, mais je suis beaucoup moins fan de football qu’il y a vingt ou trente ans et je dois veiller à ce que ça n’influe pas trop sur mes analyses. 

Les ambiances dans un stade fonctionnent comme un lien entre le passé et les situations actuelles. Elles font émerger des souvenirs et remplissent l’espace du récit mnémonique, qui est dicté par ce que nous appelons trauma urbain dans l’architecture. Le trauma n’est pas nécessairement une mauvaise expérience. Il s’agit d’un évènement qui a la capacité à rompre avec la vie quotidienne. De la même façon, la construction d’un stade peut constituer un trauma pour une ville par les nouvelles significations qu’il donne au quartier dans lequel il s’est inséré. Une rénovation de stade peut être un trauma pour les supporteurs. Beaucoup peuvent faire l’expérience d’un changement de relation à l’espace du stade, ni exclusivement positive ni négative. Quelles leçons tirez-vous des rénovations de stades français ?
Fondamentalement, le lien qu’un individu qui va régulièrement au stade peut avoir avec celui-ci est affectif. Il y va souvent depuis l’enfance ou l’adolescence et cela le renvoie donc à des liens familiaux et amicaux. Le lien n’est pas seulement sportif. C’est une expérience amicale ou familiale avec des liens sociaux qui sont parfois extrêmement forts. Les gens ont des attachements subjectifs à des lieux, ils ont aussi des expériences ou pratiques de routine en relation avec « leur » stade.

Puisque vous êtes allée à Saint-Etienne (cf. l’article « Impressões sobre o estádio Geoffroy-Guichard ») vous avez fait l’expérience de la rénovation des tribunes, notamment celles derrière les buts, qui a une incidence sur la manière dont les gens s’approprient le stade. Il y a une nostalgie à Saint-Etienne de l’ancienne configuration du stade. C’est le même stade, au même endroit, mais la façon dont les tribunes sont désormais aménagées ne permet plus de circuler comme avant. Il y avait par exemple un passage en bas des tribunes derrière les buts qui permettait de circuler, de retrouver facilement des amis. Ce n’est plus possible.

Les rénovations architecturales des stades impliquent des changements de pratiques auxquelles les gens s’habituent plus ou moins bien. A Saint-Etienne, les supporteurs derrière les buts trouvent qu’on ne peut plus circuler comme avant, que les tribunes sont trop grandes, et aussi qu’il n’y a plus la possibilité, pour les plus engagés, de former un groupe compact.

Ce qui me frappe c’est combien beaucoup d’architectes en charge de la transformation ou de la création des stades ne connaissent rien à l’expérience sensible du match – ça m’a même choqué en participant à une conférence avec l’un d’entre eux. Il y a bien certaines exceptions comme l’architecte de l’Emirates d’Arsenal et du Parc Olympique Lyonnais – c’est notamment pourquoi l’acoustique y est bonne – mais certains architectes conçoivent les stades seulement en fonction des normes de l’UEFA ou de la FIFA sans avoir aucune idée de la manière dont les gens se comportent réellement dans les tribunes.

Les nouveaux stades ont plus été construits par rapport à des règles théoriques que par rapport aux pratiques réelles des spectateurs. Par exemple, à Bordeaux, les concepteurs n’ont pas prévu que les supporteurs se mettraient debout dans l’une des tribunes derrière les buts, comme ils le faisaient avant. Ils n’ont pas prévu non plus que les supporteurs occuperaient les parties basses des escaliers. Les portillons séparant la tribune du terrain sont configurés pour s’ouvrir et permettre au public d’accéder au terrain en cas de mouvement de foule. Un de ces portillons s’est actionné automatiquement suite au premier but lors du match inaugural du nouveau stade parce que les supporteurs se sont précipités vers le bas de la tribune pour fêter ça. Il y a eu des blessés légers car la tribune et les portillons sont un peu surélevés par rapport au terrain.

Ensuite, le club a essayé de faire respecter les escaliers mais le principe même d’une tribune debout, c’est que les gens se rassemblent, y compris dans les escaliers où il est censé n’y avoir personne. Ils ont depuis trouvé des adaptations avec des barrières et un nouveau réglage de la pression entraînant l’ouverture des portillons. L’idée des places assises était à l’origine de contrôler le nombre exact de gens qui rentrent dans la tribune et d’éviter les mouvements de foule afin d’éviter les accidents du passé. On cherche aujourd’hui en Europe (à Vienne, à Glasgow, en Allemagne, etc.) des solutions de « safe standing », c’est-à-dire des tribunes debout sécurisées, bien sectorisées et accueillant un nombre raisonnable de personnes.

Stade Geoffroy-Guichard, Kop Sud, 2017. Photo Natalia Rodrigues.

Beaucoup de supporteurs habitués à suivre les matches derrière les buts critiquent les sièges installés dans leur tribune car ils sont dangereux et fragiles. Gestionnaires de stade et architectes ne prennent pas suffisamment en compte le fait que certains supporteurs – pas tous – souhaitent être debout pour vivre pleinement le match. Ils ne cassent les sièges que parce que ceux-ci sont inadaptés à leur pratique du match. Il n’y a pas suffisamment de consultation des supporteurs avant la réalisation de l’équipement. Dès lors, la manière même dont la tribune est conçue peut poser des problèmes par rapport aux usages des supporteurs et la tribune peut devenir dangereuse alors qu’elle est pensée pour être sûre…

J’ai étudié les changements de stade, notamment à Bordeaux et Lyon. Changer la localisation implique un changement d’habitude radical car le supporteur pratique le stade mais ce qu’il y a autour aussi. Cela impacte les espaces de sociabilité, le bar et le restaurant où on se retrouve avant, les modes de déplacement, en métro, en voiture, à pied. Changer d’habitudes peut être difficile. La particularité en France (à Lyon, Bordeaux ou Nice – à Lille c’est moins vrai) est que les nouveaux stades sont dans des zones assez éloignées du centre de la ville, où il n’y a pas grand-chose autour. Il y a le stade et rien d’autre. A Lyon, il y a des habitations aux alentours, deux ou trois bars, une autoroute… A Bordeaux, il n’y a carrément rien à part quelques immeubles de bureaux et un parc des expositions très occasionnellement occupé.

Parking relais du Groupama Stadium, 2016.

La difficulté pour les supporteurs, c’est de créer de nouvelles habitudes et de s’adapter à la contrainte de la nouvelle localisation puisque pour beaucoup de spectateurs, il est plus loin de chez eux qu’avant… sauf, à Lyon, pour les habitants de l’est de la région lyonnaise et ceux de la Savoie, l’Ain, l’Isère, des territoires relativement peuplés. A Bordeaux et à Nice, la desserte du stade est très mauvaise, créant de vraies difficultés.

Dans ces différentes villes, les groupes de supporteurs actifs, en premier lieu les ultras, ont pu reprendre et même développer leurs anciennes pratiques dans le nouveau stade. Ils ont été peu critiques sur les nouveaux projets alors même que les ultras s’opposent souvent aux transformations actuelles du football. Ils ont eu, quelque part, la garantie que leur tribune telle qu’ils la conçoivent existerait encore dans le nouveau stade. Ils savaient qu’ils pourraient continuer à être debout avec une meilleure acoustique, qu’il y aurait plus d’ambiance et que le cadre serait plus propice à réaliser leurs animations. On rencontre donc souvent chez ces ultras une nostalgie de l’ancien stade, accompagnée de l’idée que le changement de stade était « obligatoire » et qu’il a permis de renforcer l’ambiance.

Ces nouveaux stades induisent aussi un changement assez radical de nature du spectacle sportif. D’abord, au niveau temporel. En Europe, contrairement aux Etats-Unis, les gens arrivent traditionnellement tardivement au stade et repartent rapidement après la fin du match. Avec ces stades en périphérie des villes et le souhait des dirigeants des clubs d’engranger plus d’argent, il y a l’objectif de transformer le temps au stade « à l’américaine ». C’est-à-dire de faire venir les gens plus tôt au stade, de les inciter à consommer dedans et pas dehors, de retenir une bonne partie du public dedans à la fin du match afin de fluidifier les départs et d’augmenter la consommation dans le stade.

Nous n’avons pas encore assez de recul en France pour évaluer les résultats. Ces nouveaux stades n’ont qu’un an ou deux. Pour le moment, je n’ai pas vu de changements radicaux. Les gens sont obligés d’arriver un peu plus tôt car il y a des difficultés d’accès aux stades (bouchons sur la route ou transports en commun congestionnés) mais ils n’arrivent pas aussi tôt qu’en Amérique et ne partent pas aussi tard après le match. On est dans une époque charnière.

En termes de significations du football en Europe, il y a aussi l’opposition mise en avant par les ultras, mais pas qu’eux, entre ce qu’ils appellent le « football business » et le « football populaire » qui fait référence à un « avant » (mais avant quoi ? et qu’est-ce que le football populaire ? – ça les ultras ne le disent pas clairement). Ces supporteurs ont l’impression que ces nouveaux stades contribuent à ce changement. Il y a eu de fait en France une volonté des dirigeants du football de changer de public, d’attirer un public plus haut-de-gamme, plus calme et avec un pouvoir de consommation plus fort. C’est ce que le PSG a cherché à mettre en place dans la première partie des années 2010.

C’est intéressant de comparer Paris et Lyon car le PSG est le club qui est allé le plus loin en France dans son intention de changer de public en partant du constat qu’auparavant une partie de ses supporteurs étaient violents et racistes. L’idée, à partir de 2010, a été d’attirer des gens plus calmes, plus classes, plus riches ; des VIP et des chanteurs américains en tribune d’honneur. Pas de groupe de supporteurs, pas de problèmes en tribunes. D’un côté, cela a très bien marché, avec l’augmentation considérable du prix des places et un contrôle très étroit des groupes de supporteurs s’opposant à cette transformation. Le PSG et les pouvoirs publics ont réussi à casser les phénomènes de violence et de racisme. D’un autre côté, ils se sont aperçus que leur nouveau public ne créait pas d’ambiance et était plutôt terne. 

Une disneylandisation…
Exact. C’est un terme forgé par l’ethnologue Christian Bromberger, le fait de transformer la sortie au Parc (des Princes) comme une sortie au parc d’attraction. Il y a surtout eu la volonté de changer l’image du public parisien vers un public « haut de gamme », à l’image d’une capitale où les prix des spectacles sont plus chers qu’ailleurs. Une des difficultés rencontrées par le PSG est qu’il est parvenu à vendre toutes ses places, mais les abonnés à l’année ne venaient pas à tous les matchs. Sur les écrans télé, le vide lors de certains matches mineurs ne cadrait pas avec le projet de créer un grand club et surtout il n’y avait aucune ambiance, pas beaucoup de chants.

Or, le public est censé être « le douzième homme » et un club de football est censé susciter la passion. Quand on change de public, on change la nature même de l’expérience au stade, ce n’est plus la même expérience sensible. On peut légitimer l’argent investi dans des joueurs par la passion qu’ils suscitent. Le PSG gagne donc beaucoup de titres, au moins à l’échelle française, mais il ne renvoie pas l’image de la passion et une image positive du club et de ses investisseurs sur le petit écran.

Le retour des ultras au Parc. PSG-SC Bastia, 2017. Photo N. Rodrigues.

C’est pourquoi le PSG a récemment cherché à faire revenir des supporteurs actifs pour recréer de l’ambiance et essayer d’avoir un public plus participatif tout en étant moins turbulent que dans les années 2000. Paris est un cas particulier en France mais que l’on retrouve dans les grands clubs anglais. En Angleterre, le changement de stade (comme avec l’Emirates d’Arsenal) s’est traduit par un embourgeoisement du public et une aseptisation de l’ambiance. L’enjeu pour le PSG aujourd’hui est de parvenir à concilier les impératifs de sécurité avec le retour d’une ambiance festive. 

Quel modèle suit Lyon ?
Lyon n’a pas du tout suivi cette logique. L’OL s’est plutôt inspiré de l’Allemagne où le nouveau stade doit attirer de nouveaux publics tout en gardant l’ancien. Le stade de Lyon est conçu comme les stades allemands pour accueillir à la fois l’ancien public dont on va changer l’expérience, puisqu’on n’est plus au même endroit, tout en gardant « l’esprit de l’expérience ». On garde l’idée qu’il doit y avoir des supporteurs fervents et debout, des chants, des drapeaux, des tambours. On transplante l’expérience en conservant le sens qu’elle revêt pour les gens. C’est pour cela que les groupes de supporteurs ont accepté le changement.

Campagne de publicité ciblant les femmes. Olympique lyonnais, 2017.

Certains ont gagné, d’autres ont perdu en terme de localisation et de temps de parcours entre leur domicile et le stade. Ce qui pose problème aux supporteurs lyonnais réguliers, ce n’est pas tant le stade en lui-même, c’est ce qu’il y a autour et ce qu’on peut ou ne peut pas y faire. A terme, il doit y avoir d’autres constructions autour du stade. A Lyon, le prix de l’abonnement à l’année est relativement accessible, y compris pour les revenus modestes. En revanche, pour voir un match particulier, c’est très cher, sauf pour les matches mineurs. Pour le match inaugural, j’avais payé 60 euros la place en étant au troisième niveau. En même temps qu’il choie son ancien public, l’OL essaie d’attirer de nouveaux publics en créant de nouveaux espaces, comme en Allemagne. Le wifi et les écrans géants sont censés permettre d’attirer de nouveaux supporteurs.

Capture d’écran du site web de l’Olympique Lyonnais, octobre 2017.

Tu veux être en famille ? Tu as une tribune tranquille où on maquille ton enfant. Tu veux faire du business ? Tu as des loges adaptées. Tu veux être debout, à crier et à sauter ? C’est possible derrière les buts. Le Parc des Princes entre 2010 et 2016 et les grands stades anglais sont beaucoup plus uniformes : on est assis et on regarde le match, en participant un peu.

Si on en revient à votre question du trauma, finalement, l’expérience du match a moins changé à Lyon. L’enjeu de ce nouveau stade, c’est plutôt la question du développement de la ville. En quoi le fait d’avoir un stade à l’est de Lyon va changer la ville ou non. Est-ce que cela va créer de nouveaux quartiers, une dynamique urbaine ? C’est beaucoup trop tôt pour le savoir. Les anciens stades de Bordeaux et plus encore de Lyon, celui de Gerland, étaient à l’origine situés à la périphérie de la ville. Et puis la ville a progressivement gagné la périphérie. Est-ce que cela va être pareil avec ces nouveaux stades ?

Il y a déjà des quartiers autour du stade de l’OL, dans la ville de Décines. Est-ce que le stade va contribuer à les développer ? Est-ce que cela va contribuer à créer des relations entre cette partie de l’agglomération et plus largement tout l’est lyonnais, qui comprend beaucoup de quartiers populaires, et le reste de la ville ? Est-ce le stade va changer l’agglomération ? A Lyon peut-être… A Bordeaux, ça va être plus compliqué puisque le stade est construit dans un cul-de-sac et qu’il n’y a pas grand-chose autour. 

Comment ces deux modèles résistent-ils au temps ?
Avec ces nouveaux stades, anglais ou allemands, il y a l’idée de transformer la manière d’assister au spectacle, en créant de nouveaux services, notamment digitaux, mais le monde du football est un peu contradictoire dans ses attentes. D’un côté, il veut changer l’expérience d’aller au stade afin que les gens soient plus calmes, consomment plus, et ne critiquent plus le club et sa politique, en un mot qu’ils soient consommateurs. D’un autre côté l’envie demeure forte que le public reste le « 12e homme ». Le projet de Paris montre que ces nouveaux stades peuvent transformer profondément l’expérience. Or l’idée, historiquement importante en Europe, d’une participation forte du public demeure. D’où le relatif échec du projet parisien et le retour des groupes de supporteurs.

De manière générale, derrière ces nouveaux stades, il y a l’objectif de « domestiquer » le supporteur afin de garder la passion en atténuant les côtés négatifs (violence mais aussi revendications sur la politique tarifaire, la couleur du maillot, etc.). Il y a dans les nouveaux stades, particulièrement à Paris, une volonté de contrôle. Les dirigeants du club souhaitent contrôler ce qui se passe dans le stade et organiser eux-mêmes les chorégraphies en distribuant les drapeaux et les feuilles de couleur des tifos.

Comme dans les grands sports US, ce sont les organisateurs du spectacle qui vont créer des animations auxquelles répondra le public. Dans la tradition européenne ou brésilienne, le public est autonome et crée lui-même ses animations. On va ainsi apaiser le spectacle en le contrôlant, d’où le nombre de stadiers. Contrôle de la violence, du racisme, ce qui est normal, mais aussi contrôle de ce que font les gens et de ce qu’ils pensent.

Mais, en même temps, les dirigeants du football veulent aussi de l’ambiance… On est dans une période charnière. Va-t-on aller vers plus de contrôle et une atténuation de la passion des supporteurs ? Va-t-on revenir à la situation antérieure, avec plus de passion mais aussi plus de violence ? Va-t-on trouver un nouveau modèle de stade où on va garder une certaine passion populaire tout en la transformant, tout y ajoutant de nouvelles manières de vivre le stade pour limiter la violence ? J’espère qu’on se dirigera vers la troisième option. Par ailleurs, est-ce qu’on va aller en Europe vers un modèle américain avec des sorties au stade sur la demi-journée et avec une attention moindre durant le match ? J’avoue que je n’en ai aucune idée… 

Observe-t-on une uniformisation des pratiques des acteurs du spectacle sportifs ?
Déjà, même au sein des supporteurs, tous n’ont pas la même attente, certains veulent être debout, d’autres assis. L’Allemagne a bien compris ça en jouant sur la diversité des publics. Les stades allemands peuvent changer de configuration selon qu’ils accueillent une compétition de l’UEFA (avec des sièges à dossier obligatoires) ou nationale (avec moins d’exigences sur les sièges), ce qui augmente d’ailleurs la capacité des tribunes lors des rencontres nationales.

Le spectacle du football est un enjeu politique. Il y a des débats et sûrement pas consensus entre acteurs, y compris même au sein de certaines catégories, comme les autorités publiques par exemple : tous les pays ne gèrent pas de la même manière les supporteurs. Parmi les clubs, il y a aussi des rapports très différents aux supporteurs. Certains cherchent le dialogue afin d’aider l’émergence d’ambiance, d’autres visent un public plus calme. Au sein même d’un club, les positions peuvent évoluer ou diverger entre acteurs.

Prenons le cas du PSG. Le club est allé très loin à partir de 2010 dans le contrôle des supporteurs en écartant tout groupe constitué jusqu’à ce que son président, Nasser Al-Khelaïfi, dise son désaccord quant aux résultats obtenus qui ne correspondaient pas à l’image qu’il voulait renvoyer du club. Il a donc décidé de changer la politique en la matière contre l’avis d’une partie des dirigeants du club et alors même que le PSG était devenu une référence pour le Ministère de l’Intérieur, la police française, qui ne voulait pas d’un retour des ultras au Parc. Ce qu’essaie de faire actuellement (depuis octobre 2016) le PSG c’est de faire revenir au Parc des groupes de supporteurs sans les problèmes de violence d’avant. 

Vous parlez dans vos articles de « familles du football », un terme inconnu au Brésil…
C’est un terme qui peut être entendu en deux sens. Au singulier, l’idée d’« une famille » du football renvoie au fait qu’il y aurait une communauté autour de ce sport. Au pluriel, « les familles » du football désignent les différents types d’acteurs du football : les dirigeants, les joueurs, les arbitres, les entraîneurs, etc.

La grande question est de savoir si les supporteurs font partie de « la famille » du football et s’ils peuvent en être des acteurs. Il existe en Europe des revendications de la part des supporteurs d’être considérés comme un membre de « la famille » à part entière ou – ce qui revient au même – comme « une des familles » du football ayant ses propres intérêts. Dans le passé, on disait aux supporteurs : « vous êtes le 12e homme, vous avez un rôle à jouer, vous devez encourager l’équipe ». Mais on leur disait aussi : « les supporteurs supportent, les joueurs jouent, les dirigeants dirigent ». Ainsi, les dirigeants ne demandaient jamais aux supporteurs leur avis lorsqu’il s’agissait de débattre des grandes évolutions du club ou du football en général. Les supporteurs les plus engagés pensent que sans eux le football n’existerait pas. De plus en plus, ils demandent à être consultés sur les transformations de stade, les transformations de la politique des clubs, etc. Si on regarde à l’échelle française, il a fallu attendre la loi de 2016 pour reconnaître les supporteurs comme acteurs du sport. 

La rénovation des stades au Brésil se traduit actuellement par une très forte volonté de développer les abonnements, ce qui entraîne l’exclusion du stade des populations les plus pauvres.
C’est ce qu’on appelle la gentrification des stades ou l’embourgeoisement des publics. Le système des abonnements existe en Europe depuis longtemps : ce n’est pas une nouveauté en France et dans les pays voisins. Ce qui a changé depuis vingt ans, c’est l’augmentation des prix des abonnements et des places au match par match. Pour les clubs, l’abonnement offre des garanties de ressources à l’année. Et l’abonnement est censé récompenser le supporteur fidèle, le prix de chaque match étant bien inférieur dans l’abonnement annuel au prix que doit payer un spectateur occasionnel pour une seule rencontre.

Ce système désavantage donc les supporters occasionnels ou ceux qui n’ont pas les moyens de se payer un abonnement à l’année (mais à part en Angleterre, de nombreux abonnements dans les stades européens sont à des prix accessibles pour une grande partie de la population). Si le prix de l’abonnement est très élevé et si la plupart des places sont réservées aux abonnés, il devient difficile pour les catégories populaires d’accéder au stade. En Angleterre, certains supporteurs partagent le prix d’un abonnement et se répartissent les matches auxquels ils assistent.

Les nouveaux stades sont quant à eux censés sécuriser l’économie des clubs avec plus de rentrées d’argent sur les gadgets, les maillots, la nourriture vendue dans le stade, d’où l’idée que les gens arrivent plus tôt et partent plus tard. Le problème est que ce modèle (qui joue sur l’augmentation du prix des places et de la consommation au stade) marche en Angleterre ou en Allemagne où il y a déjà une base de public forte, mais dans les pays où le rapport au football est différent, appliquer ce modèle entraîne des difficultés. On n’attire pas du jour au lendemain 40 000 supporters dans un stade en France quand la moyenne de spectateurs tournait auparavant autour de 20 000. L’attrait du nouveau stade ne suffit pas pour multiplier l’affluence par deux. De même, on ne crée pas immédiatement de nouvelles habitudes de consommation.

Si on regarde les sports américains, les tribunes des stades de sport professionnel sont quasiment restreintes aux gens qui ont de l’argent, les autres catégories de la population regardent les matches à la télé. L’argument du PSG est de dire qu’un match ne coûte pas plus cher qu’un opéra ou un grand spectacle à Paris… mais ces différents spectacles ne touchent pas les mêmes populations aujourd’hui. La sortie au stade n’est pas comme une sortie au théâtre. Maintenant, à Madrid, Barcelone ou Paris, on voit des Japonais qui viennent au stade parce qu’ils ont acheté leur billet de match en même temps que leur voyage. Les gens viennent avec leur tablette et téléphone pour filmer. Est-ce que le spectacle sportif va rester un spectacle populaire, dans la mesure où il touche toutes les catégories y compris les plus modestes, ou sera-t-il réservé à ceux qui ont de l’argent ?

Ce que me disait mon collègue brésilien Bernardo Buarque de Hollanda sur les stades rénovés au Brésil pour la Coupe du monde, c’est qu’ils sont trop grands, inadaptés aux usages des supporteurs, trop chers. La coupe du monde de la FIFA ou les JO n’étaient pas conçues pour le peuple mais pour les élites. Ce dernier peut se sentir dépossédé. Le stade va-t-il devenir une pratique bourgeoise comme le théâtre, qui par le passé a pu être une pratique populaire avant de s’embourgeoiser ? Sorti de quelques très grands clubs comme le PSG ou Arsenal, ça me paraît quand même peu probable.

 

Entretien réalisé le 17 juillet 2017 à Lyon par Natália Rodrigues de Melo; collaboration Jean-Michel Roux (questionnaire, décryptage et mise en forme). Cet entretien s’inscrit dans le cadre d’un accueil de N. Rodrigues de Melo au laboratoire Pacte du CNRS pendant sa thèse de doctorat à l’Université Fédérale de Rio de Janeiro au sein de la Faculté d’Architecture et d’Urbanisme. Elle bénéficie d’une bourse de la CAPES, Coordination pour l’Amélioration du Personnel Supérieur (Coordenação de Aperfeiçoamento de Pessoa de Nível Superior).

Entretien avec C. Gaffney. Les stades du Mondial seront des éléphants blancs

Christopher Gaffney, géographe américain, auteur d’un ouvrage de référence sur les stades sud-américains1 , répond aux questions de Jean-Michel Roux pour le numéro 393 de la revue Urbanisme.

Quel a été le processus d’introduction des stades et des sports modernes en Amérique du Sud ?
L’introduction du football est un bon exemple du mercantilisme britannique de la fin du XIXe siècle. Ce sport a été importé par les communautés d’expatriés britanniques (marins, dockers, entrepreneurs). Sa paternité est disputée entre São Paulo et Rio de Janeiro. Les Paulistes mettent en avant l’Anglais Charles Miller qui aurait créé la première équipe avec des employés de la compagnie de chemin de fer. Les Cariocas avancent le nom d’un Écossais qui aurait introduit le football dans une usine anglaise à Bangu. Il est associé au process de développement des infrastructures du pays sous le contrôle de capitaux étrangers. Ces étrangers ont introduit le jeu et ses équipements, même si les Brésiliens l’ont ensuite considérablement développé.

Les étrangers ont aussi importé l’architecture des premiers stades. Le premier fut construit à Rio en 1910, dans le quartier de Fluminense, au voisinage immédiat du Palais du Gouverneur. Il était typiquement anglais, avec des tribunes rectangulaires bordant le terrain. Le stade faisait partie d’un ensemble social plus large. C’était un outil parmi d’autres de reproduction des élites. Le Fluminense Football Club n’était pas qu’une simple association sportive mais un lieu de socialisation et d’affaires où les jeunes élites locales se mêlaient aux élites européennes.

D’autres clubs rivaux vont se créer par la suite, comme Botafogo, America ou Flamengo – par scission d’avec Fluminense – et s’implanter dans des espaces urbains plus informels mais toujours sur le même mode élitiste, avec des pratiques sociales « exclusives » et des stades « à l’anglaise ». Le premier stade « brésilien » est celui de São Januário (ou Estádio Vasco da Gama) inauguré en 1927. Construit dans un faubourg de Rio par des ingénieurs brésiliens pour une bourgeoisie locale qui met en avant son héritage portugais, ce stade propose un nouveau langage architectural. Sa façade principale néobaroque est particulièrement élaborée. Elle rappelle les expéditions de Vasco de Gama par l’emploi de tuiles blanches et bleues, la croix de Malte et le drapeau portugais. À bien des égards, c’est encore un bâtiment colonial.

Dans les années 1930, d’autres influences vont se faire sentir, dont le stade Pacaembu de São Paulo est le prototype. De style moderniste, il présente une architecture presque fasciste dans la mesure où, à cette époque, l’innovation architecturale en matière de stade est portée par l’Italie, l’Allemagne ou les USA. Les Brésiliens importent donc ces modèles. Avec ses colonnes gigantesques, son nom en caractères Art déco, son implantation au sommet d’une colline, sa mise en scène par une immense esplanade, tout concourt à faire du Pacaembu un lieu de représentation politique, un geste politique plus qu’un lieu de reproduction d’une élite étroite.

Torcida des Corinthians, extrait de Thomaz Farkas, Pacaembu, Saõ Paulo

L’expression la plus aboutie du modernisme dans les stades brésiliens est le Maracanã de Rio. Tous les architectes qui participent au concours sortent de l’École des beaux-arts de Rio où ils ont subi l’influence très traditionnelle de Le Corbusier – qui se rendait souvent dans cette ville –, d’Oscar Niemeyer, ainsi que des influences diverses et variées venant des écoles d’architecture européennes. Le Maracanã s’inscrit ainsi dans la lignée des stades modernistes de Berlin, Rome ou Los Angeles. Ces stades sont financés par la collectivité publique et porteurs d’une idéologie politique.

Le Maracanã s’implante au coeur d’un Rio qui est encore la capitale et véhicule un message disciplinaire. Il peut rassembler jusqu’à 170 000 personnes dans un espace ouvert de co-visibilité totale qui oblige à discipliner son corps et à accepter les normes sociétales. Il n’offre que quatre niveaux de places : les gerals, tout en bas, pour les plus pauvres, deux hauteurs de tribunes pour les classes moyennes et supérieures – les arquibancadas – et un espace pour les médias et les VIP. Ce dernier ne compte guère que 150 places ! Le Maracanã est vraiment l’expression du bien public par opposition à la reproduction des élites.

Tous ces marqueurs idéologiques d’une insertion sociale par le stade ont été détruits par la suite. Bien entendu, les stades sont toujours ouverts à tous, ou plutôt à tous ceux qui peuvent se permettre la dépense car les prix sont fous. À présent, seuls les plus riches peuvent y accéder. Le stade est devenu un lieu de consommation plus que de socialisation.

Match du Flamengo au Maracanã (2008). Photo N. Tixier

Tout est territorialisé dans le stade brésilien, chaque centimètre carré doit générer du cash. Son extérieur ressemble d’ailleurs à un supermarché, un shopping mall. Tout est propre et dégagé alentour : plus d’arbres, quand bien même il fait chaud, nulle part où s’asseoir, boire, manger ou aller aux toilettes. On aseptise l’environnement urbain pour inciter les gens à entrer et consommer ce qui est vendu à l’intérieur.

Boutique officielle du FC Sao Paulo, Stade Morumbi, 2009.

Dans le vieux Maracanã, les frontières étaient poreuses. Aujourd’hui, le spectateur doit franchir toute une série de barrières qui n’autorisent au final l’accès qu’à un segment très limité de la population. Par rapport au coût de la vie, les billets d’entrée des stades brésiliens sont probablement les plus chers du monde. J’étais récemment à la demi-finale du tournoi de l’État entre deux rivaux historiques, Vasco et Fluminense, et il n’y avait que 12 000 spectateurs. Un peu embarrassant, non ?

Dans votre blog, vous qualifiez certains grands stades d’« éléphants blancs »2. Y a-t-il un risque à les introduire dans les jungles urbaines du Brésil ?
Je pense que tous les stades seront des éléphants blancs, un de ces cadeaux que l’on nous fait parfois et pour lesquels on se retrouve à payer ad vitam æternam. L’expression renvoie à ce mythe indien dans lequel un prince accueilli dans une ville laisse en présent un éléphant blanc. Le cadeau devient alors un fardeau pour la population qui se ruine à l’entretenir. Il va en être de même pour les stades… sauf qu’il faudra aussi payer pour les construire ! Les stades seront privatisés après la Coupe du Monde, s’ils ne le sont déjà. Les citoyens de ces villes vont payer pour les construire, comme ils payeront pour les démolir quand ils seront obsolètes. Et, entre-temps, ils payeront pour assister à des matchs et feront des stades des sources de profit.

Construit sur des terrains publics et avec de l’argent public, le stade aura servi aux bénéfices du secteur privé. Et certaines villes comme Cuiabá, Manaus, Brasilía, Natal et peut-être Recife ne seront même pas en mesure d’organiser des matchs après la Coupe du Monde. Si les entreprises privées qui géreront ces stades ne parviennent pas à l’équilibre grâce aux revenus des centres commerciaux et des parkings situés à l’intérieur ou grâce aux spectacles qui y seront donnés, le fardeau du stade redeviendra public par contrat. Cela s’appelle socialiser les risques et privatiser les profits.

Les stades sont construits par de grandes entreprises brésiliennes du BTP en partenariat avec des multinationales, américaines pour partie comme AEG, qui sont spécialisées dans la gestion de clubs professionnels – football, basket-ball, etc. –, d’arenas ou de stades. Leur gestion sera opérée par concessions d’exploitation de trente-cinq ans, ce qui correspond à la durée de vie d’un éléphant blanc, à travers une combinaison de hautes technologies et de matériaux bon marché. Le stade redeviendra public quand il sera dépassé techniquement et qu’il faudra lourdement investir pour le réhabiliter ou le détruire.

Propos recueillis et traduits par Jean-Michel Roux. Interview reproduit avec l’aimable autorisation de la revue.

Cite this article as: Jean-Michel ROUX, Entretien avec C. Gaffney. Les stades du Mondial seront des éléphants blancs, in Au stade des villes, 18/02/2017, https://stade.hypotheses.org/229, ISSN format électronique 2556-6563.
  1. C. Gaffney, Temples of the Earthbound Gods. Stadiums in the cultural landscapes of Rio de Janeiro and Buenos Aires, Austin, University of Texas Press, 2009 []
  2. C. Gaffney a une définition plus large de l’éléphant blanc que celle communément admise []

The impact of mega events on urban development: what is Beyond Qatar 2022 ?

The 11th of September, I was invited as second jury by Pr. Jean-Christophe Dissart for the master thesis defense of Mayssa Jammoul (Master International Cooperation in Urban Planning, Institute of Urban Planning and Alpine Geography, Grenoble). Her topic was the impact of such mega event as a football world cup on urban development.

Abstract by M. Jammoul

Hosting the 2022 FIFA Men’s world cup is a turning point for Qatar, a nation that is in transition, with a small surface and population, and wealthy in natural gas reserves. It is a remarkable chance to have a unique opportunity and leave a positive legacy for the nation. In any case, the preparation, execution, and the resulting impacts of such occasions are challenging initiative with critical long term impacts on the economy, society, and environment in the host nation. This study tends to the intersection between mega events and national vision, to systematically approach from past mega-events and apply that to the case of the Qatar 2022 World Cup. The Qatari bid proposed a new FIFA Men’s World Cup (WC) spatial compact model around just one city area. Herein, the projects, the vision , and the challenges in this scenario are evaluated accordingly, showing that local organizers are targeting on urban development concepts, upholding the idea of legacies .

Le stade d’après

Le football en 2050 : le stade d’après

Sergey Nivens/shutterstock

Jean-Michel Roux, Université Grenoble Alpes; Cristiane Rose de S. Duarte, Universidade Federal do Rio de Janeiro; Elson M. Pereira, Universidade Federal de Santa Catarina et Natalia de Melo, Université Grenoble Alpes

Trente ans déjà avant le coronavirus, qui a tant bouleversé nos vies, nos villes et nos stades, la tragédie d’Hillsborough en Angleterre (quand 96 personnes ont trouvé la mort le 15 avril 1989, lors d’un match de FA Cup, dans le vétuste stade d’Hillsborough à Sheffield) et le rapport du juge Taylor qui s’était ensuivi avaient engendré un profond mouvement de construction et de rénovation de stades de football prenant en compte les nouvelles normes de sécurité, souvent en s’éloignant des centres-villes.

Il en était ressorti une nette amélioration de la qualité construite des stades et une attention nouvelle pour l’expérience des supporteurs (confort de vision et d’assise, restauration, connectivité, etc.) en contrepartie d’un appauvrissement certain des ambiances.

Les gestionnaires des stades post-Taylor avaient déjà une sainte horreur des supporteurs radicaux qui recherchaient le contact physique de leurs congénères afin de faire masse. Les tribunes debout avaient été fermées ou réduites en capacité, les prix des places s’étaient envolés, les contrôles de sécurité renforcés tout au long du déplacement des supporteurs depuis chez eux jusqu’à la place qui leur était assignée dans le stade.

À partir d’études comparatives menées entre la France et le Brésil, ce texte imagine les effets potentiels de la pandémie sur le football, son économie et ses stades en 2050.

2020, année zéro

L’économie du football était déjà un colosse aux pieds d’argile lorsque le coronavirus a surgi, signant sa mise à mort, en 2019-2020. Les stades français et brésiliens étaient de moins en moins remplis, les salaires des joueurs disproportionnés par rapport à l’économie réelle, les recettes des clubs dépendantes de la manne des « droits télé ».

Les conflits entre diffuseurs, clubs et ligues au sujet des droits de retransmission avaient fini par se régler sous l’égide des gouvernements, mais le mal avait été fait. Les faillites de clubs s’enchaînèrent, les compétitions internationales se déréglèrent à chaque pandémie.

Trente ans après, la nouvelle économie globale du football – mais il va est peu ou prou de même pour les autres grands sports collectifs – est organisée en trois mondes peu perméables les uns aux autres : les ligues fermées, les « championnats nationaux » et les compétitions amateurs semi-clandestines.

Des ligues fermées avec loges et images de synthèse

Les plus riches clubs professionnels d’Europe ont fait sécession pour devenir des « franchises ». Ils ont quitté leurs ligues et fédérations nationales pour créer une compétition sur invitation, une ligue fermée, évitant l’incertitude sportive et financière des relégations. En France, seuls Paris, Lyon et Marseille ont été cooptés. L’UEFA et la FIFA ont vainement cherché à garder la main sur le projet. Le consortium gérant cette « ligue des étoiles » est basé dans un paradis fiscal des Caraïbes, au grand dam de la Suisse et des finances des pays concernés.

En Amérique du Sud, une telle ligue existe aussi, qui regroupe principalement des franchises de Rio, São Paulo et Buenos Aires.

Le huis clos est devenu la règle. L’économie de ces ligues dépend presque exclusivement des droits de retransmission et du merchandising. En conséquence, les franchises ont abandonné leurs stades devenus obsolètes pour construire des arenas ou « stades-studios ». Ces équipements d’un nouveau type sont entièrement clos et couverts. Ils ne comportent pas de tribune mais des loges, louées au match ou à l’année à des sponsors. Ces loges sont cloisonnées les unes par rapport aux autres et comportent selon leur niveau de prestation des salons privatifs, balcons extérieurs permettant de voir le match en live, bars, restaurants, hôtels, salles de jeux vidéo, cinémas, saunas, chapelles ou night-clubs.

Des articles dérogatoires aux lois interdisant les « rassemblements de plus de 1 000 personnes dans les espaces publics et les équipements recevant du public » permettent de considérer la seule loge dans le calcul du public et autorisent de ce fait ces stades-studios à dépasser parfois les 10 000 « invités VIP ».

Le côté opposé à ces loges est couvert d’une bâche où sont diffusées des images de foules. Les premières années, les diffuseurs puisaient dans les images d’archives des grands matchs, mais bientôt les couleurs des maillots et les noms des franchises évoluant, il avait fallu se résoudre à produire de simples images de synthèse de fans. Des fonds sonores rappelant les ambiances survoltées des ultras accompagnent la diffusion des spectacles sportifs. Les matchs sont divisés en tiers-temps afin de maximiser les plages de publicité. Certains jeunes supporteurs adultes n’ont pas souvenir d’avoir vu leur équipe dans un stade et se moquent de la nostalgie de leurs parents évoquant les ambiances des stades d’antan. Comment regretter ce que l’on n’a pas connu ?

Des « championnats nationaux » de seconde zone

Les vieux championnats nationaux existent encore mais ils ne sont plus que l’ombre d’eux-mêmes. Ne subsiste souvent en Europe et Amérique du Sud qu’une seule division professionnelle. Au Brésil, les championnats régionaux ont perduré, sans les grandes équipes des franchises. La plupart des clubs des divisions inférieures ou des petites villes ont tout simplement disparu. Il s’agit toujours officiellement de championnats avec un système de relégation-promotion avec les championnats amateurs régionaux, mais les matchs de barrage laissent généralement peu d’espoir aux équipes de ces derniers.

Ces compétitions peinent à atteindre l’équilibre. Ils sont diffusés par les chaînes publiques ou de petites chaînes câblées. L’argent manque pour payer les meilleurs joueurs qui espèrent être draftés par une franchise de ligue fermée, sans frais de transfert pour les clubs formateurs.

Les stades ont une capacité d’accueil limitée par la loi, soit 1 000 spectateurs par tribune maximum. Les tribunes populaires continuent d’avoir des gradins debout mais c’est un public sous contrôle, chaque personne devant se tenir à 1,5 mètre de son voisin. Des bandes blanches au sol indiquent le carré alloué à chacun. Le port du masque est interdit pour l’efficacité des contrôles. Les caméras de reconnaissance faciale permettent de repérer les « rapprochements corporels illégaux » et d’envoyer un SMS d’alerte à la première incartade. À la seconde, la carte d’abonné, nécessaire pour assister au match, est désactivée pour une durée déterminée par arrêté préfectoral (les associations représentatives des groupes ultras demandent depuis des années que cette décision privative des libertés soit prise par un juge avec possibilité de recours).

La tribune d’honneur, réservée aux sponsors, officiels et médias, bénéficie d’un traitement de faveur. Les places y sont assises et la distance de 50 centimètres entre chaque siège est rendue possible par le port du masque (pas souvent respecté, il faut bien le dire).

Les anciens stades des franchises ont tous été remis aux collectivités locales. À elles de gérer la friche sportive et l’éventuelle démolition… La procédure de mise en concurrence en vue de la passation du contrat de concession d’exploitation du Stade de France a été déclarée infructueuse à plusieurs reprises à partir de 2025. L’État a géré seul le stade pendant dix ans avant de jeter l’éponge. C’est la plus grande friche sportive du pays. Les matchs internationaux se déroulent désormais à huis clos, dans les stades-studios des franchises…

Certains stades n’ont dû leur survie qu’à leur rôle d’hôpitaux de campagne pendant la pandémie. Leurs immenses espaces clos font des « stades-hôpitaux » des centres de rassemblement et de tri des malades lors des pics épidémiques comme lors des Covid-26, Covid-33 et Covid-45.

Certains grands groupes de santé privés ont fini par acheter club et stade quand ils étaient bien localisés, en ne gardant qu’une seule tribune pour construire à la place des autres gradins des bâtiments hospitaliers (blocs opératoires et chambres) ainsi que des immeubles de standing rapportant d’importants bénéfices.

Des championnats amateurs semi-clandestins

Une partie des fans s’est détournée des ligues fermées et « championnats nationaux ». Ils suivent les championnats amateurs et semi-clandestins qui fleurissent dans les interstices de la ville régulière : les clandés français et clandestinos brésiliens. Ces championnats n’appartiennent à aucune ligue officielle. Ils poussent comme les champignons et disparaissent aussi vite. Des équipes s’affrontent lors de matchs en 7×7 ou 5×5. Les joueurs se contactent par messagerie cryptée et décident ensemble d’un lieu et d’une heure pour le match, sans arbitre. Il s’agit souvent d’une plage, d’une pelouse de parc public (un retour aux sources en quelque sorte), d’un parking de supermarché, voire d’une aire d’autoroute pour les rencontres interurbaines.

Les dimensions de l’aire de jeu ne sont pas standardisées mais dictées par l’espace qui les accueille. Terre battue et goudron sont plus fréquents que les beaux gazons. Les rencontres du championnat se déroulent sans journée régulière et dans un ordre aléatoire. Le championnat se termine quand toutes les équipes se sont affrontées une fois.

Les matchs n’arrivent pas toujours à leur terme car les descentes de police sont fréquentes pour infraction aux lois sur les rassemblements et les mesures sanitaires… sauf quand certaines équipes sont elles-mêmes composées de membres des forces de l’ordre.

L’argent a commencé à circuler très tôt dans certains de ces championnats avec la résurgence d’un « amateurisme marron ». Il faut dire que les affluences sont loin d’être négligeables lors des grandes rencontres, comme les derbys entre quartiers. Les paris d’argent sont fréquents, souvent contrôlés ici par les groupes ultras ou les écoles de samba, là par les gangs des favelas ou les paramilitaires. Certaines entreprises, le monde de la mode et les grandes franchises commencent à s’intéresser au phénomène.

Il se dit que l’économie actuelle du football à trois étages est bien fragile.


Ce texte est publié simultanément dans la collection « Le virus de la recherche », une initiative de l’éditeur PUG en partenariat avec The Conversation et l’Université Grenoble Alpes.

Jean-Michel Roux, Urbaniste, Maître de conférences, Université Grenoble Alpes; Cristiane Rose de S. Duarte, Professeure du Programme d`Études Doctorales en Architecture, Universidade Federal do Rio de Janeiro; Elson M. Pereira, Coordinateur du Laboratório Cidade e Sociedade Département des géosciences, Universidade Federal de Santa Catarina et Natalia de Melo, Urbaniste, Chercheuse associée, Université Grenoble Alpes

Cet article est republié à partir de The Conversation sous licence Creative Commons. Lire l’article original.

Groundhoppers Lausanne

Les tribunes sont leur addiction

Sylvain Bolt, journaliste au Matin Dimanche, édition dominicale du journal lausannois, nous a interviewé avec Natalia Rodrigues de Melo pour un article sur le groundhopping pour son édition du 17 mai 2020. Les groundhoppers sont « des passionnés de football (qui) sont tombés amoureux de l’atmosphère qui se dégage des gradins du monde entier, loin du football business. Les «groundhoppers» sont prêts à empiler les kilomètres et les matches de ligues inférieures. »

Observations. CSS-CO Hamam Lif

Dans le cadre du 8e atelier de coopération internationale en urbanisme que le master «Urbanisme & Coopération internationale» de l’IUGA organise chaque année à Sfax (Tunisie) avec ses partenaires de Université de Sfax et du département d’architecture de l’IIT), j’ai assisté à un match du championnat tunisien de football entre le club local et le CO Hamam Lif. Il s’agissait pour les étudiants d’observer le temps du match dans le cadre d’une étude plus globale sur le stade Taïeb M’hiri.

Le match se déroule le 23 novembre 2019 à 14 heures dans de bonnes conditions atmosphériques (température clémente, temps sec et dégagé). Il a bien failli ne pas se tenir, frappé dans un premier temps par un huis-clos. Les étudiants français et tunisiens ont prévu un protocole d’enquête à partir d’observations aux abords du stade et dans l’enceinte (avant le match) puis d’entretiens et de cartes mentales auprès des spectateurs et usagers du stade pendant le match. La Police va en perturber le bon déroulement. Je fais équipe avec Toinon.

Observation des abords, groupe Sud-Est, face à la station Total

[13.04-13.09] flux se dirigeant vers le stade – en parallèle au comptage des véhicules et piétons

Nous sommes assis sur les marches d’un immeuble, face à la station Total. L’odeur des gaz d’échappement est prégnante. Le trafic est lent mais fluide (env. 20 km/h), sur une seule voie et dans une ambiance assez calme. Il est plus chargé de l’autre côté. Les véhicules sont régulièrement à l’arrêt et les gens klaxonnent. Ils roulent sur deux voies. Un vélo puis un scooter remonte à contre-sens. Une mobylette zarka avec son couffin passe poussivement. Deux piétons passent à notre hauteur. Deux bus de la Soretras se croisent. Les chauffeurs se font signe et klaxonnent amicalement.

[13.11-13.16] flux se dirigeant loin du stade – en parallèle au comptage des véhicules et piétons

Le trafic en direction du stade se densifie. Des scooters se glissent entre les voitures dont un conduit par un papa avec deux enfants, l’un entre ses jambes et l’autre sur le siège arrière. Sans casque. De l’autre côté, les deux roues gagnent quelques places en passant par la station-essence. Des voitures semblent adopter une stratégie d’évitement des bouchons en prenant au dernier moment une ruelle s’engageant sur la droite après la station.

En direction du stade, le trafic est désormais en deux fois deux voies, à la hauteur de la station, souvent sous l’influence des taxis.

Observation des abords du stade

[13.20] On se dirige vers le stade en remontant la rue (voie x) vers le nord. Il n’y a autour de nous aucun personne arborant les couleurs de l’une ou l’autre des équipes. La route est en mode 2×2 voies.

Nous passons à la hauteur de la borne km1. Une femme mendie dans la rue avec ses trois enfants. A l’angle de la rue, une autre femme et ses enfants l’imitent, assis sur les marches d’un immeuble. Au croisement, à la hauteur du feu tricolore, un policier règle le trafic. Malgré sa présence, la traversée de la chaussée est périlleuse. La rue à droite est presque vide (dir. sud-sud-est).

Périmètre d’exclusion des véhicules

Des barrières marquent l’entrée de la zone interdite aux véhicules. Les policiers sont très présents dans l’espace. L’un d’eux nous demandent notre abonnement. Il nous laisse progresser vers le stade après avoir lu brièvement notre lettre à l’en-tête du CSS. 

[13.27] Adrien nous appelle. Les deux groupes qui devaient entrer plus tôt que nous dans le stade, par la porte de Soukra, et se répartir dans les tribunes nous attendent. Ils ont été bloqués à l’entrée. Un policier en civil nous avait pourtant assuré que cela n’était pas un souci[1].

Porte de Soukra, entrée du stade Taïeb M’hiri

Nous retrouvons les autres à la porte de Soukra. Une vingtaine de policiers se trouvent entre le contrôle et la porte. Certains en tenue (G.I.C.), d’autres en civil. Certains étudiants tunisiens sont visiblement stressés. Ils servent d’intermédiaire avec les policiers arabophones. Les consignes sont claires : entrée collective et direction vers les loges où il nous sera interdit de changer de secteur. Les filles passent en première le contrôle policier. Nous sommes sommairement fouillés.

Dans le stade avant le match

Nous sommes dirigés vers la tribune d’honneur, au bout de la porte de Soukra. Nous longeons les terrains annexes. Nous sommes escortés dans une loge, sur la droite du salon d’honneur. Elle est minuscule, composée d’une petite pièce carrée avec télé, mini-frigo et deux fauteuils et un balcon en tribune. Il peut contenir une douzaine de personnes, sur des chaises rouges. Une partie de nous y prend place, les autres restent debout dans la pièce. La police et le gestionnaire du stade qui nous accompagne (nous l’avons rencontré plus tôt dans la semaine), palabrent un moment. Nous sommes orientés vers une autre loge dont le balcon est plus spacieux. Il se situe de l’autre côté du salon d’honneur, à la limite avec le virage ouest (côté supporteurs ultras).

Limite entre les loges et le virage ultra

C’est le balcon où prennent place les joueurs blessés et ceux qui n’ont pas été inscrits sur la feuille de match. S’y trouve aussi un de leur copain, notre chauffeur de bus de l’université !

Tifo d’avant-match

[13.52] Premiers chants et tambours dans le virage.

[13.56] Toutes les bâches des groupes ultras sont déployées, à l’envers. Un voile « carton rouge » est déployé en bloc Fighters 03 (F’03). Les joueurs nous expliquent qu’il s’agit d’une manière pour les groupes de protester contre le président du club. Quatre drapeaux de la Palestine s’agitent dans le bloc F’03. Les étudiants expliquent qu’il est courant de marquer ainsi son soutien à la « cause palestinienne ». Les F’03 ont posé sur leur bâche un portrait au pochoir d’un de leur membre, récemment décédé.

Bâches à l’envers

Le virage est composé de groupes de supporters clairement reconnaissables par leur posture (assis/debout) ou leur bâche. Les groupes sont clairsemés et du vide les sépare. Du sud-ouest (le proche de nous) au nord-ouest, nous observons des supporters sans appartenance partisane, tous assis ; les Drughi, les Black & White Fighters’03, groupe le plus nombreux et occupant le centre du virage ; les Raged Boys 07 ; les Leoni et enfin les Ultras Sfaxiens, au contact de la tribune centrale. Une trentaine de policiers, certains en tenue anti-émeute, leur font face sur la pelouse.

[13.56] Seuls les F’03 et les Raged Boys sautent dans la tribune. Ils chantent, en arabe, « que Dieu soit avec le CSS ». L’autre virage (côté est ou ville) reçoit les supporteurs du CS Hamam Lif dans le secteur « Chaise 11 ». Ils sont 28 ou 29 selon nos comptages hésitant sur la présence ou non d’un policier parmi eux. Les autres « chaises » (9, 10, 12, 13 et 14) sont entièrement vides. 

Le virage des ultras d’Hamam Lif

La première mi-temps du match

[14.05 env.] On nous sert un thé à la menthe dans de petits gobelets en carton. 

[14.14] Les groupes ultras se sont légèrement étoffés. Les Leoni ont pris leur temps à rejoindre leur place. Ils sautent maintenant pour accompagner les F’03. Ultras Sfaxiens et Drughi sont assis ; les Raged boys debout sans sauter. Les F’03 semblent entonner un chant ressemblant vaguement, mais vaguement alors, à la chanson de lutte italienne « Bella Ciao ».

Nous observons avec les étudiantes tunisiennes le virage et nous ne parvenons à identifier qu’une seule femme (« chaise 3 »), bien loin des trente pourcents de femmes dont nous parlaient les socios plus tôt dans la semaine. En chaise 2, en-dessous de notre balcon, nous observons trois femmes. Notre balcon se compose de 17 étudiants et enseignant et de 7 joueurs. Il y a 8 étudiantes. Le fameux tiers est atteint.

Mi-temps

Nous sommes véritablement à huis-clos. Pas question de sortir : les étudiants tunisiens nous en empêchent, de peur d’être expulsés. Le buffet de la loge se compose d’une assiette de gâteaux et d’un pack de bouteilles d’eau minérale. Certains étudiants profitent de la pause pour interroger les joueurs et notre chauffeur.

Nous achetons des kloubs tunisiennes (graines de tournesol noires et rondes) à un vendeur de la « chaise 2 » qui nous les fait passer en tendant les bras. Un dinar le sachet. La tribune est couverte de kloubs tunisiennes et turques, crachées par terre. Les programmes du match, posés sur chaque siège, n’ont pas trouvés preneurs.

Sièges vides, programmes et kloubs

[15.00] Sur le terrain annexe de droite, des hommes se sont rassemblés pour la prière.

[15.10] Les F’03 réutilisent le voile rouge du début de match pour le convertir en triangle qui servira à la confection d’un tifo reprenant le drapeau palestinien. Les quatre autres drapeaux sont ressortis.

Tifo hommage à la Palestine

La seconde mi-temps du match

La « Chaise 8 » est désormais pleine. Des spectateurs et supporteurs se sont déplacés en tribune centrale pour se rapprocher des buts vers lesquels le CSS attaque.

A parti de la 70e minutes, le public commence à se tendre, s’agiter, se mettre debout dans les chaises et les balcons jusqu’au but du CSS qui les délivre.

Fin de match. CSS 1 (0) – 0 (0) CO Hamam Lif

[16.00] Le stade se vide immédiatement au coup de sifflet final.

[16.06] La circulation est rétablie et le trafic est faible. Elle a peut-être été rétablie bien avant ceci-dit.

[16.15] La grille de la porte de Soukra est déjà fermée. Les abords du stade sont vides, les cafés aussi, sans présence de supporters. Tout le monde est rentré à la maison.

Cite this article as: Jean-Michel ROUX, Observations. CSS-CO Hamam Lif, in Au stade des villes, 17/03/2020, https://stade.hypotheses.org/2337, ISSN format électronique 2556-6563.

[1] Il y a deux ans, lors d’un match précédent, la lettre nous donnant accès au stade avait été visée par la Police les jours avant le match. L’absence de ce visa expliquerait que la Police ne nous avait pas prévu au stade et ne souhaitait pas nous faire prendre de risque.

« Dans l’attente de vous revoir » suite et fin

Jour de match
Le centre-ville étant inaccessible en raison du 10e marathon international, nous allons voir la lagune intérieure, un haut lieu du tourisme de l’île. Tout au bout, se trouve une plage paisible et populaire. La plage de Barra da Lagoa est située sur le côté Atlantique de l’île, à l’endroit où la lagune est reliée à l’océan par un chenal. Nombre de supporteurs des Corinthians y sont venus pour passer un week-end à la plage en louant les villas alentours. Nous les croisons, drapeau sur le dos, marchant sur la plage ou préparant les barbecues dans les villas, les drapeaux du club en évidence sur les terrasses. L’ambiance est paisible.

La plage de Barra da Lagoa

Le repas du dimanche a lieu à 15h00. Au menu: « anchova frita com pirão de caldo de peixe », « arroz branco, feijão e camarão ensopado com chuchu » et « torta de maçã ». Elson possède une collection de maillots de son équipe. Il y en a un très spécial, édité par l’équipementier en l’hommage à l’équipe de France 98. Il est floqué à son nom, avec le n° 50. C’est le numéro qui le désignait lors des élections municipales et législatives auxquelles il a pris part dans les dernières années. Est-il inquiet de perdre certaines voix de citoyens supportant Figueirense ? Pas le moins du monde. Son engagement est de notoriété publique et sujet de plaisanteries amicales quand les gens l’interpellent dans la rue. Mon vieux t-shirt d’Avaí que j’avais emporté pour l’occasion est sale… Elson me prête un maillot d’Avaí prélevé dans sa collection. C’est le maillot de la montée en Série A, à rayures verticales blanches et bleues. Très proche de celui du GF38 dont Elson possède aussi une copie. Un bon signe ?

L’heure d’y aller
La tension monte au sujet de l’horaire. Il faut d’abord passer en ville poser leur fille mais la circulation est anormalement lente. Elson regarde le meilleur chemin sur Waze. Le ralentissement se situe le long de la baie nord, à Beiramar, un quartier chic de la ville, à la hauteur d’une manifestation pro-Bolsonaro, drapée de bannières brésiliennes. Les manifestants chantent des slogans à la gloire de leur président et en appellent à jeter dehors les voleurs. Nous déposons la jeune fille tout près de l’ancien stade d’Avaí. Le site appartenait à l’église catholique. A la suite d’un montage immobilier complexe, le terrain a été loti pour faire un centre commercial et le club s’est vu offrir le stade actuel, situé hors la ville. L’un des condominiums de logements à coté du centre commercial rappelle l’ancien stade : le « Campo da Liga ».

Rua Julio da Silva Rodrigues

L’accès au stade est rendu compliqué par des travaux de voirie. Heureusement Elson connait les chemins de traverse qui évitent une partie de l’attente. Nous contournons tout le stade pour nous garer dans un quartier populaire où le stationnement est aisé, rua Julio da Silva Rodrigues. Nous terminerons à pied. La rue possède une chaussée faite d’étranges tommettes de béton. Un Avaí FC a été peint à la peinture blanche, il y a sans doute bien longtemps, sur un mur de briques à peine fini d’une petite maison. Premier signe territorial du club. Modeste. Le match commence dans presque une heure. Stella taquine Elson. Nous n’étions finalement pas tellement en retard. La crainte d’Elson n’était pas d’arriver après le coup d’envoi. Elle était de ne pas avoir le temps de prendre le temps autour du stade. Le stade ne s’impose pas par sa taille dans son environnement. Il s’insère modestement dans ce tissu pavillonnaire de villas d’un étage tout au plus.

Nous passons devant le local des ultras de la Mancha Azul. Net changement d’ambiance par rapport à hier. Les ultras colonisent l’espace public sur une centaine de mètres autour du local. L’odeur de cannabis est prégnante. Ils boivent et mangent en petits groupes autour du coffre arrière des voitures dans lesquelles se trouvent parfois un ampli « crachant du gros son ». Ils portent les tenues bleues et blanches de la Mancha ou le maillot officiel du club, pas forcément le dernier en date. Des vêtements très loose et les sonos de voiture donnent un aspect mexicano à la rue. Nous ne sentons pas vraiment de tension même si la Mancha azul est liée à la Manche verde de Palmeiras, le rival pauliste des Corinthians, dont l’un des groupes ultras, les Gaviões da fiel (quelque chose comme les « faucons fidèles »)[1] sont apparentés aux ultras de Figueirense. Les forces de l’ordre, dont la police montée, sont présentes mais pas franchement en nombre. Elles se contentent d’être visibles.

Le siège de la Mancha azul

La rue devant le stade n’est pas fermée à la circulation mais celle-ci est réduite car les bars, hier fermés, débordent presque jusque sur la voie publique et que les passants ne se soucient guère des véhicules. Il y a nombre de vendeurs de rue : brochettes de viande roulées dans le manioc et bières tirées de grandes glacières en polystyrène. L’ambiance est paisible, entre chien et loup, les murs bleus du stade et des bars se fondant dans celui du ciel. Des tracs annoncent une prochaine feijoada pour fêter le 96e anniversaire du club[2].

Vendeurs à la sauvette

Nous contournons les trois-quarts du stade pour gagner la porte par laquelle nous rentrerons. Nous avons le temps. Elson présentent brièvement à des connaissances incrédules les « fameux supporters français d’Avaí ». La barrière de la langue (l’anglais ne faisant pas le pont) limite les échanges. Un supporteur d’Avaí me dit qu’il joue avec l’équipe de Grenoble à la Playstation. C’est donc possible ? Un combi Wolkswagen a été transformé en brasserie ambulante. Il sert directement plusieurs variétés de bière pression d’une micro-brasserie locale, la Kairós : IPA, APA, Blond Butiá (un fruit local) et Pilsen, le tout pour 10 R$ (2.23 €). Le combi Volkswagen est un des symboles de l’île et de ses surfeurs[3].

Le combi Volkswagen à bière

L’entrée au stade
Le stadier chargé de la fouille à l’entrée s’inquiète de la présence d’un stylo encre et d’un marqueur dans ma poche. Elson a changé de tribune depuis la dernière fois et la couverture de la latérale. Les personnes qu’on y trouve râlent moins qu’en tribune présidentielle. Il a une place à son nom mais ne s’y assit guère. Il préfère un meilleur emplacement.

Nous observons le virage des visiteurs et notons la présence des groupes ultras à leur bâches : les Gaviões da Fiel occupent le centre du virage et doivent être logiquement le groupe le plus puissant. Sur leur droite, les membres du Pavilhão nove (« pavillon 9 ») du nom d’un bâtiment d’une prison de São Paulo. Sur leur gauche, la Camisa 12 et l’Estopim da Fiel[1]. Le Macabra ferment la marche au contact de la tribune présidentielle. Ils sont en place bien avant la Mancha azul qui rentre peu avant le match. Elle n’a pas de raison de se presser : il n’y a pas de tifo. Les visiteurs n’ont pas pris la peine de rentrer quoique ce soit pour en organiser un, non plus.

Le stade est plutôt bien rempli si on considère qu’Avaí reste sur une série de quinze matchs sans victoire. On dit que les Paulistes sont 3000 dans le virage et qu’ils ont acheté un millier de places ailleurs dans les tribunes. On les repère à l’absence de signes distinctifs d’Avaí. Enfin, « on » … Elson les repère car il y a beaucoup de personnes sans signe distinctif et que nous ne faisons pas bien le distingo. Si, les Paulistes ne reprennent pas l’hymne de l’Etat de Santa Catarina. Personne d’ailleurs ne chante l’hymne brésilien qui est joué par la fanfare de l’armée dans une indifférence polie de la part des supporteurs d’Avaí et est couvert par les chants des ultras des Corinthians.

Le speaker annonce que les chants et banderoles à caractère raciste, homophobe, sexiste ou discriminatoire feront l’objet d’un rapport du corps arbitral. Le match peut commencer.


Cite this article as: Jean-Michel ROUX, « Dans l’attente de vous revoir » suite et fin, in Au stade des villes, 17/03/2020, https://stade.hypotheses.org/2313, ISSN format électronique 2556-6563.

[1] http://estopimdafiel.com.br/index.php/historia/

[1] Le Grêmio Recreativo Cultural e Escola de Samba Gaviões da Fiel Torcida (G.R.C.E.S. Gaviões da Fiel Torcida) est tout à la fois un groupe de supporteurs du Sport Club Corinthians Paulista et une école de samba. Il a été fondé en 1969 et compterait quelques 120 000 membres et plus de 500 000 followers sur Facebook (https://www.facebook.com/gavioesoficial/).

[2] La feijoada est un plat traditionnel du Portugal et du Brésil, composé de riz blanc, d’haricots noirs et de viande de porc, servis séparément dans l’assiette. La viande de porc comprend des morceaux salés, séchés, des saucisses ainsi que certaines parties peu nobles du porc (queue, oreilles, peau, pattes, os…). Au Brésil, elle est servie accompagnée de riz, de farofa (farine de manioc torréfiée), de couve a mineira (chou vert revenu dans le beurre), de torresmo (peau de porc grillée), de frites de manioc et de fines tranches d’oranges.

[3] Le combi a été produit au Brésil jusqu’en 2013 et se trouve partout dans l’île, en porte-clefs ou en vrai. Quant à la bière, l’Etat de Santa Catarina en est un gros producteur. La ville de Blumenau y organiserait même la plus grande Oktober fest du monde après celle de Munich, avec 700 000 participants… .

Faites Place!

Depuis 2012, les ateliers de coopération internationale en urbanisme à Sfax (Tunisie) et à Grenoble (France) structurent l’enseignement du projet des étudiants du Master « Urbanisme et Coopération Internationale » de l’Institut d’Urbanisme et Géographie Alpine. Dans le cadre de la coopération entre les deux villes, les étudiants produisent des expertises urbaines en équipe et avec les étudiants sfaxiens ainsi qu’avec de nombreux partenaires locaux, universitaires et de la société civile. Les étudiants grenoblois travaillent 10 jours à Sfax chaque novembre. Cette année, le thème général de l’atelier « Faites place! » renvoie à la place de l’enfant en ville, du lien entre la gare et son territoire et sur la place de l’équipement sportif.

Sfax, deuxième métropole de Tunisie avec environ 600 000 habitants, a connu une urbanisation spectaculaire de la fin du XXe siècle au début du XXIe siècle. Longtemps toute entière comprise dans sa médina dont elle s’enorgueillit de posséder murailles et tracés d’origine, elle a doublé de taille lors de la colonisation et des conquêtes urbaines au détriment de la mer. A partir des années 70, sa population qui migraient au gré des saisons de la ville historique vers les borjs et jnens de la périphérie, a cessé d’habiter le centre pour lotir l’intérieur des terres. La ville s’est étalée en suivant les radiales menant aux autres villes du pays (urbanisation en doigt de gant) et a consommé nombres de terres, autrefois nourricières et terrains de jeu, pour l’habitat mais aussi le commerce, les services, l’enseignement, la santé ou l’industrie.

La mobilité des habitants est principalement motorisée (véhicules personnels, taxis et bus) et la circulation y est très dense, engendrant une importante pollution atmosphérique. La ville cherche depuis quelques années à desserrer le centre-ville et à améliorer la qualité de vie en proposant plusieurs grands projets urbains : projet d’urbanisation des terres gagnées sur la mer au nord de la ville (projet Taparura), projet d’instauration d’un système de transport urbain par rail (métro-léger) et projet de construction d’une cité sportive en lien avec l’Etat.

Au-delà du cas de Sfax, ces projets nous interrogent plus globalement sur la place que nos métropoles sont en mesure de faire, en leur sein, pour les plus jeunes et les plus fragiles. Comment pouvons-nous aménager nos métropoles pour qu’elles soient accessibles, ouvertes, accueillantes ; pour qu’elles permettent une mobilité pour tous, des espaces de rencontre, de jeux, de sports, un accès la mer, etc ? L’atelier et son séminaire conclusif se proposent d’aborder ces questions selon un triple axe :

1/ La place de l’enfant en ville

Nous faisons le constat du progressif enfermement de l’enfant dans la ville d’aujourd’hui en lien avec les modes éducatifs, les évolutions des mobilités automobiles, des nouvelles pratiques récréatives (jeux de tablette) et les problèmes/sentiment d’insécurité. Pourtant, toutes les études environnementales et psychologiques soulignent l’importance des loisirs actifs chez l’enfant et de la découverte de la ville pour la construction personnelle. Face à ces constats et recommandations, quelles réponses peuvent apporter les professionnels de la fabrique de la ville ? Terrains d’étude à travers certains espaces comme la médina ou les parcs et espaces sportifs, existants et en projet.

Entrée principale du Stade T. M’hiri, Sfax, 2017

2/ La place des espaces de sports et des complexes sportifs dans la ville

La ville de Sfax manque d’espaces sportifs que cela soit pour le sport professionnel (avec un stade Taïeb M’hiri vieillissant mais central et le projet au long cours de « cité sportive ») mais aussi de « sport pour tous ». Les salles de sports privées se multiplient pour répondre aux besoins de la population. Dans le même temps toutes les études sanitaires soulignent l’importance de la pratique d’une activité sportive dans le développement de l’enfant et des adultes. Comment rendre la ville plus favorable à la pratique sportive pour tous ? Quels sont les enjeux en termes d’équipements sportifs pour le sport professionnel et l’accueil des manifestations nationales et internationales ? Terrain d’études : les espaces libres en ville, les complexes sportifs Cicaldi et « 2 mars » ; le projet de Cité Sportive et l’évolution du Stade M’hiri.

Arrêt du train dans la banlieue de Sfax

3/ Le chemin de fer dans sa ville

La ville de Sfax est un nœud de communication ferroviaire entre Tunis au Nord, Gabès (Sud) et Gafsa (Sud-Ouest). Par elle passe tout à la fois un important trafic industriel (phosphate, produits d’équipement) et de voyageurs. La gare est localisée à quelques encablures de la vieille ville. Sa voie principale longe la route de Tunis. L’emprise de la gare de triage est importante et constitue une coupure entre la ville et son littoral (futur quartier de Taparura). Au sud, la voie coupe depuis les années 90 et la création de Sfax Al Jadida la ville de son port. Se pose aujourd’hui la question du devenir de la gare et des emprises ferroviaires dans le cadre des projets en cours ou à venir de métro léger, de Taparura, de développement de l’aile sud de la ville autour du port et des salines. Comment faire évoluer la relation entre le chemin de fer et Sfax ? Quelle est la place de la gare dans la ville actuelle ? Comment mieux la connecter aux trois grands tissus urbains historiques (le bled al’arbi, Bab Bahr et Al Jadida) ainsi qu’au littoral (salines, port industriel, port commercial, Taparura)? Trois pistes de projet : 1/ réhabilitation de la gare à son emplacement, 2/ la translation à quelques centaines de mètres vers la Poudrière, 3/ Délocalisation au km11 vers el Ons. La gare de voyageur et la gare de fret doivent-elles être dissociées ?

L’équipement sportif:nouveau totem urbain?

Jean-Jacques Pazdzior, est paysagiste et vient d’obtenir le Master en Urbanisme & Aménagement de l’IUGA en formation continue. Il a soutenu en septembre son projet de fin d’étude sous ma direction. Son travail portait sur l’équipement sportif comme nouveau totem urbain, sous-titre: quelle histoire urbaine nous raconte les équipements sportifs?

Jean-Jacques Pazdzior explique, dans l’introduction à son travail, que « le sport possède un nombre conséquent de vertus pour répondre à des problématiques sociales et faire briller un territoire. Mais le sport, pour profiter pleinement de ses vertus, demande un réseau d’infrastructures pour une pratique cohérente. Certes, l’espace public peut devenir un espace qui permet la pratique sportive mais l’équipement devient incontournable pour l’apprentissage, le vivre ensemble, la résolution de certains maux, l’organisation d’évènements et le soutien au sport de compétition. Pour autant, engager la collectivité dans la construction d’équipements sportifs participe- t-il au processus de production de l’espace comme n’importe lequel des bâtiments publics ou valorise- t-il uniquement l’action édilitaire ? »

Après une mise en perspective historique de l’équipement sportif dans nos sociétés développées, le travail présente trois études de cas, différentes dans leurs objectifs, le territoire dans lequel elles s’inscrivent, leur positionnement géographique dans la cité. Ces monographies portent sur Montpezat-sous-Bauzon et son « gymnase multisports symbole d’équité territoriale », Montpellier et la Sud de France Arena, « un équipement «caméléon» pour diffuser une image » et enfin l’Orange Velodrome en tant que « condensé de Marseille ». À partir de ces trois monographies, Jean-Jacques Pazdzior explique l’attrait que revêtent les infrastructures et équipements sportifs dans le processus de production de l’espace urbain ou rural.

Crédit photo: JJP

Petit saut au pays du football-vrai

Ce mois de mars 2019, j’ai été interviewé par Victor Fuseau, étudiant en Master 2 « Nouvelles Pratiques Journalistiques » de l’Institut de la communication (ICOM), Université Lyon 2, dans le cadre de la préparation de son projet journalistique « Groundhopping : Voyage au pays du football-vrai ».

Victor Fuseau défend la thèse, que le groundhopping se développe maintenant en France, après être né en Europe du Nord. Les clubs saisiraient cet attrait pour le tourisme sportif pour booster leur attractivité dans ce domaine, notamment par la création de musées et l’attraction d’un nouveau public.

Néanmoins, et à l’image des groundhoppers britanniques préférant les stades de clubs non-professionnels, ce mouvement prônerait aussi un retour au « football vrai », en opposition à son exploitation commerciale et marketing; la création de stades modernes, aseptisés et éloignés des centres-ville ne correspondant pas toujours aux motivations des groundhoppers.

Récits de Ville

Les 6 & 7 juin 2019, se tient à Ivry-sur-Seine un colloque international (bilingue français-espagnol) sur le thème des Récits de ville. Usages de l’histoire et changement urbain. Il est organisé par le LABEX Futurs Urbains (Université Paris-Est) et l’Instituto Universitario de Urbanística de l’Université de Valladolid (Espagne). Avec Karine Basset, je présenterai une communication sur les temporalités du récit et de l’action urbaine. Nous donnerons notre lecture du «mythe grenoblois» à travers l’analyse du cinquantenaire des JO de 1968. Voici ci-dessous l’introduction à notre propos.

Il n’est sans doute guère de récit urbain en France plus connu et disséqué que le « mythe de Grenoble »[1]. La particularité de ce récit réside dans le fait que – contrairement à la plupart des mythes qui ont pour fonction d’ancrer les territoires dans une temporalité la plus ancienne possible, le temps de l’origine, qui aurait vu se constituer les fondamentaux de la cité – les traits énoncés comme constitutifs de la singularité grenobloise fondent et saisissent cette identité dans le moment même d’une transformation contemporaine, le moment où Grenoble se mue en ville moderne et où, se faisant, elle advient véritablement, en tant que ville singulière mais aussi, plus largement en tant que  possible modèle urbain.

Le récit grenoblois ainsi constitué au terme d’une trajectoire que nous retracerons dans une première partie, semble doté d’une véritable capacité performative[2], dans la mesure où il ne cesse d’être mis en actes, et ainsi renouvelé, dans les trois grands domaines constitutifs de la figure du « laboratoire » : celui, économique des relations entre recherche et industrie, le champ politique de la démocratie locale et celui de l’intervention urbanistique[3].

Si les acteurs, le contexte et les ingrédients de la production de ce récit sont aujourd’hui bien identifiés, en revanche, on ne s’est guère encore attaché aux modalités concrètes de la transmission et de l’actualisation de ce récit. Le cinquantième anniversaire des Jeux olympiques d’hiver de Grenoble, événement emblématique de la « grande mutation » urbaine, offre l’opportunité d’une telle analyse. Il s’agit tout d’abord d’éclairer le statut paradoxal que les Jeux de 68 ont occupé d’emblée dans le récit urbain. Nous montrerons ensuite que les usages publics de la mémoire olympique peuvent être lus à la fois comme l’une des modalités de l’actualisation du mythe grenoblois et de la temporalité singulière qu’il instaure, mais aussi comme l’expression de tensions urbaines persistantes.

Nous conclurons sur l’hypothèse d’un essoufflement actuel des lignes de sens du récit urbain et la possibilité d’un changement de temporalité, dont témoignerait la constitution d’un registre patrimonial inédit à Grenoble.

[1]Cf. notammentNadir Boumaza, « Grenoble, un mythe urbain moderne », Revue de géographie alpine, t. 85, n°4, 1997, pp. 175-185 ; BernardBruneteau, « Le ‘Mythe De Grenoble’ des années 1960 et 1970. Un Usage politique de la modernité », Vingtième Siècle. Revue D’histoire, n° 58, 1998, pp 111-126.

[2]Philippe Genestier, « Aménagement de l’espace, production de sens et identité narrative. Les fonctions institutionnalisantes et identificatoire du territoire en question », in G. Baudin et Ph. Bonnin, Faire territoire, Paris, Éditions Recherches, 2009.

[3]Charles Ambrosino, Gilles Novarina, « L’indépassable « laboratoire grenoblois » ? », Métropolitiques, 2015.

 

Source
BASSET Karine & ROUX Jean-Michel, « Temporalités du récit et action urbaine. Une lecture du « mythe grenoblois » », Colloque international, Récits de ville. Usages de l’histoire et changement urbain, Coloquio internacional, Relatos de ciudad, Usos de la historia y cambio urbano, LABEX Futurs Urbains (Université Paris-Est,France) et Instituto Universitario de Urbanística de l’Université de Valladolid (Espagne), Paris-Ivry/Seine, 6-7 juin 2019, 7 p.

Grenoble pourrait-elle accueillir une nouvelle fois les JO?

A la suite de l’atelier international d’urbanisme organisé à l’automne 2017 avec Marlène Leroux  questionnant  l’opportunité pour la ville de Grenoble d’accueillir à nouveau les JO,  j’ai été interviewé par Clémentine Méténier pour Montagne Magazine Son article est paru dans le numéro 453 de mai 2018 : « JO d’Hiver. Une nouvelle candidature est-elle encore possible? ». Voici l’extrait de l’article mentionnant notre travail.

 

Repenser les jeux… autrement

« Plus largement, c’est la question de l’avenir des Jeux Olympiques d’hiver qui se trouve au cœur des débats. Le 15 février dernier, l’Auditorium du musée de Grenoble accueillait une table ronde d’économistes, urbanistes, chercheurs de Grenoble, Lausanne ou encore Poitiers autour de cette question « A-t-on encore envie et peut-on encore organiser des Jeux Olympiques d’hiver dans nos massifs ? ». Pour l’occasion, des étudiants du master francophone « Urbanisme et Coopération international » et du master anglophone « Cooperation in urban planning » de l’Institut d’urbanisme et de Géographie Alpine ont présenté leurs travaux commandé par le Labex Item (une plateforme innovation et territoires de montagne) : imaginer un dossier de candidature à de futurs JO d’hiver pour Grenoble. « L’idée était de dépasser les critères qu’impose le CIO pour prendre le compte le rapport aux territoires, aux évolutions climatiques et des sociétés » explique Michel Roux (sic) aux côté de Marlène Leroux, maîtres de conférence à l’Institut d’Urbanisme et de Géographie Alpine et encadrants du projet. L’un des dossiers intitulé « Le tourisme post-hiver » a par exemple imaginé la fin des jeux du tourisme mais ceux de la montagne : finis les sports tels que le bobsleigh ou combiné nordique avec le manque de neige progressif, inclure comme épreuves olympiques des disciplines plus adaptées à la montagne comme l’escalade, le canonying ou encore l’alpinisme.

Ces réflexions sont partagées par le maire grenoblois, pour qui il est temps de « transformer les jeux olympiques » ; durant les célébrations lui aussi a ouvert une porte en proposant de choisir « par exemple six ou sept stations dans le monde qui pourraient se répartir les épreuves. On garde la dimension intercontinentale mais on repense l’utilisation des équipements, surtout si de moins en moins de villes ne candidatent à l’avenir… » Et Grenoble n’en fera pas partie sous cette mandature ».

 

Les poteaux étaient carrés

Nicolas a treize ans et demi en 1976 et il résume ainsi sa vie.  « Maman est partie et papa l’a remplacée par Virginie, un peu plus tard. Moi je l’ai remplacée le jour même par une équipe de football. »  Entre les troubles de l’adolescence, les copains plus dégourdis et une famille recomposée, il place ses espoirs de renaissance entre les mains d’une équipe de football, l’ASSE, qui l’emmène par procuration en finale de la coupe d’Europe des clubs champions, dans l’antre des Queen’s Park, l’Hampden Park. Le premier roman de Laurent Seyer, Les poteaux étaient carrés, n’est pas sans évoquer le Carton Jaune de Nick Hornby, lui aussi jeune banlieusard un peu paumé et fils de divorcés qui s’entiche d’Arsenal et d’Highbury. Nicolas, qui habite à Vincennes, connait pourtant son baptême du feu, bien loin de Saint-Etienne ou de l’Ecosse, à Paris. Récit d’un baptême au Parc des Princes avec son oncle Martin.

« C’était le 24 août 1973, j’avais onze ans et demi. Mon oncle Martin m’avait emmené au Parc des Princes pour voir le Paris Football Club affronter Nîmes Olympique dans le cadre de la cinquième journée du championnat de France de Division 1, que l’on appelle simplement « la D1″. J’allais assister à mon premier match de football professionnel dans un stade. Oncle Martin marchait difficilement, il devait s’arrêter toutes les cinq minutes pour reprendre son souffle, comme un vieil homme au bout du rouleau. Son allure physique était celle d’un vieillard d’au moins vingt ans de plus qu’il ne l’était en réalité. Nous avions mis près d’une demi-heure pour remonter le boulevard Murat depuis la porte d’Auteuil, où nous nous étions rendus en métro, depuis Vincennes. Caché par les immeubles, le stade ne m’étais apparu qu’au dernier moment, à un croisement de rues, alors que nous n’étions plus qu’à quelques dizaines de mètres. Le Parc des Princes avait des allures d’animal préhistorique avec ses grandes arêtes saillantes qui recouvrent son toit. Des dizaines de personnes étaient attroupées devant les portillons d’entrée. Certains faisaient la queue, d’autres formaient des petits groupes épars et animés par de vifs débats. En passant près de l’un d’eux, j’ai aperçu des mains agiter des billets.

Nous sommes entrés dans le stade quelques instants seulement avant le début du match. Une fois passée le portillon, nous avons pris un escalier, qu’oncle Martin a monté avec difficulté, en s’appuyant lourdement sur la rampe. Après avoir franchi une large porte métallique à deux battants, nous avons pénétré dans la tribune, au moment où les deux équipes faisaient leur entrée sur le terrain.

Je fus d’abord saisi par le halo de lumière qui montait de la pelouse. Il faisait encore jour en ce milieu d’après-midi, mais du carré vert en contrebas émanait une clarté éblouissante. Puis le brouhaha de fond qui m’avait intrigué à l’approche du stade s’est soudain mué en un grondement inhumain où se mêlait les cris rauques, les applaudissements saccadés et les stridences aiguës. Nous avons gagné notre place et au moment où je me suis assis, j’ai humé pour la première fois ce parfum singulier fait du mélange des odeurs du gazon fraîchement tondu et de la poudre des pétards allumés par les supporters. Ce flot de sensations nouvelles m’émerveilla. J’étais euphorique. Instantanément, je devins le fidèle d’un culte que je venais à peine de découvrir.

Cette rencontre initiatique remonte à près de trois ans et ce soir je ne suis pas au stade. L’image des tribunes que renvoie l’écran de télévision rend encore plus douloureuse la certitude de n’être pas à ma place. Ce qui pourrait être une simple soirée en famille est pour moi la révélation du mensonge sur lequel mon existence repose désormais, car ma vraie fratrie est à Glasgow ». pp. 44-46.

Extrait du roman de Laurent Seyer, Les poteaux étaient carrés, Editions Finitude,  2018, 144 pages, isbn 978-2-36339-097-4, 15 euros

À propos du Parc des Princes
Le Parc des Princes que visite le petit Nicolas a un an à peine et le club résident est le Paris FC. Le Paris Saint-Germain (PSG) n’en devient résident qu’en 1974.

Le Parc a été inauguré le 25 mai 1972, après 5 ans de travaux en incluant la démolition de l’ancien parc, construit en 1932, qui commence dès 1967.  Le chantier est compliqué car il s’opère en site contraint, en pleine ville et pour partie sur l’emplacement du périphérique en cours de construction lui-aussi1. L’architecte est Roger Taillibert et le maître d’oeuvre Bouygues. Taillibert fait le choix d’un stade elliptique (grand axe de 251,50 m et petit axe de 191 m) avec une série de portiques en porte-à-faux, variables en dimension et qui portent la toiture ainsi que l’éclairage zénithal évitant les traditionnels pylônes. Ces portiques lui donnent son allure si caractéristique « d’animal préhistorique avec ses grandes arêtes saillantes ».

Taillibert devient à la suite de cette réalisation un spécialiste de l’architecture d’équipements sportifs, réalisant entre autres, le stade olympique et le Biodôme de Montréal (1976), le Stadium Nord de Villeneuve-d’Ascq (1977-81) ou la Piscine Olympique de Kirchberg au Luxembourg (1984).

À propos du livre
« 12 mai 1976. Ce soir les Verts de Saint-Étienne rencontrent le Bayern Munich à Glasgow en finale de la coupe d’Europe. Nicolas est devant la télé, comme toute sa famille, comme ses copains du collège, comme la France entière. Mais pour lui c’est bien plus qu’un match. Cette équipe de Saint-Étienne est devenue sa vraie famille. Depuis le départ de sa mère, depuis qu’il est le seul fils de divorcés de sa classe, depuis que son père vit avec cette trop séduisante Virginie, il n’en a plus d’autre. Alors il retient son souffle quand les joueurs entrent sur le terrain. C’est sûr, ce soir, ils vont gagner ».  C.f. Editions Finitude

  1. cf. François Robichon, « Parc des Princes stade médiatique », d’Architectures n°48, septembre 1994, pp. 34-35 []

Pollution : alerte sur les stades urbains !

Vous l’avez probablement remarqué dans la majorité des villes, les stades sont situés en périphérie, près des autoroutes ou des voies rapides. Un aménagement urbain qui n’a pas pris en compte un facteur : la pollution. Pour les sportifs, il devient de plus en plus difficile de faire du sport lors des pics de pollution. Alors, est-il dangereux de faire du sport en ville ?

Le 6 septembre, j’ai été sollicité par la journaliste Mathilde Moreau pour l’émission de France 5 « La quotidienne » dans le cadre d’une interview préparatoire au sujet du vendredi 28 septembre 2018 sur  l’impact de la pollution dans les stades en périphérie des villes.

A voir sur le site de France 5: « La Quotidienne », diffusé le ven. 28.09.18 à 12h22,  5 min.

 

Débordements

Le 15 juillet 2018 a lieu la finale de la 21e Coupe du monde de football organisée en Russie. Elle prend place dans le stade Loujniki de Moscou, à 17 heures. La victoire française donne lieu, à Grenoble, à des débordements de toutes sortes, captés ici avec la photographe S. Cognat.

Débordements des terrasses de café sur la place Notre-Dame et de l’épicerie indienne à dix minutes de la fin du match, quand le flux de la foule n’est pas encore sortie de son lit.

Brusque débordement de joie au coup de sifflet final, déclenchant rapidement des scènes de chaos, de tumultes, de joyeuse pagaille, au milieu des pétards, des fumigènes et du verre brisé (rue Barnave).

Débordement de couleurs place Saint-André avec les fumigènes rouge et bleu et la statue prise d’assaut du chevalier Bayard.

Débordement de chauvinisme en pick-up, rue Montorge.

Débordement de la foule pacifique et bonhomme sur les voies de tram entre Victor Hugo et Hubert Dubebout, contrastant à deux pas avec le débordement de bêtise sur le mobilier urbain (rue Molière et place Victor Hugo).

Débordement du bassin de la place Hugo, offrant sa baignade en eaux troubles.

Débordement de joie, tout simplement, autour, dans et sur la fontaine des trois ordres, place Notre-Dame; annonçant une longue, très longue nuit pour tous le monde…

Equipement sportifs 2.0: (dé)connexions des territoires

Ce 26 mars 2018, se tenait à Paris, le troisième volet du cycle de conférences de l’Ecole d’Urbanisme de Paris sur Paris 2024. Un évènement international au service du local? Il portait sur le thème: Equipements sportifs 2.0: (dé)connexions des territoires. J’y participais comme intervenant.

Capture d’écran du visuel de la conférence-débat

La conférence-débat rassemblait cinq intervenants : Frédéric Monghal, expert en ingénierie audiovisuelle et multimédia chez Atelier Audio-Visuel; Patricia Pelloux, responsable des sites et infrastructures au Comité de candidature de Paris aux JOP 2024 et aujourd’hui directrice adjointe de l’APUR; Clément Mansion, architecte et associé du cabinet Chabanne Architecte  et Marc Perelman, enseignant chercheur à l’Université Paris-Ouest Nanterre d’esthétique et d’architecture.

Mon intervention consistait à dresser une histoire typologique des grands équipements sportifs dans leur rapport à la technologie et au territoire. Elle commençait par le stade de la Grèce antique qui se caractérise par une technologie relativement modeste (stades en bois ou pierre sans grande envolée architecturale, peu d’ingénierie, pas de toiture) mais une remarquable insertion dans le territoire. Un stade qui appelle à la contemplation du paysage tout autant que du spectacle sportif et qui invite à la méditation (cf les magnifiques pages d’Henry Miller dans Le colosse de Maroussi sur le stade de Delphes). L’intervention passait alors par le stade de la Rome antique, le stade utopique du Moyen-Âge et les stades de la ville moderne et/ou industrielle pour finir par les différentes figures des stades contemporains.

La conférence-débat a été organisée et animée par six étudiants de l’EUP: S. Aljy, R. Briquet, M. El Barkani, J. Fontaine, M. Hameury et O. Hugues. Elle a été filmée et une mise en ligne est prévue dans le cadre de la chaire « Aménager le Grand Paris ».

Cf: http://chaire-grandparis.fr/cycle-de-conferences/

Regard d'urbaniste sur les stades

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search