Arabie Saoudite: le permis de conduire et droit au stade

Les femmes saoudiennes seront autorisées à entrer dans les stades du royaume wahhabite à partir de 2018 pour assister à des événements sportifs. Elles auront aussi le droit de passer leur permis de conduire l’an prochain. Des deux récentes décisions, concomitantes, témoignent certes d’une avancée pour les droits des femmes dans un pays ultra-conservateur mais elles s’expliquent surtout par des enjeux de réforme économique et de politique intérieure et régionale.

 

Permis de conduire…
Les femmes saoudiennes étaient jusque-là interdites d’accéder dans un stade.  L’Arabie saoudite était aussi et surtout le seul pays au monde à interdire aux femmes de conduire. Les Saoudiennes pourront passer leur permis de conduire dès juin 2018. Ainsi en a décidé le roi Salman par un décret royal dans la nuit du 26 au 27 septembre 2017.

Comme le souligne TV5 Monde, « ces mesures successives ne sont peut-être pas dûes à un soudain infléchissement envers les droits humains, mais sont plus certainement liées à une volonté d’entreprendre des réformes économiques pour enrayer l’affaiblissement du royaume après la chute des prix du pétrole.  En novembre 2016, le prince et milliardaire saoudien Al-Walid ben Talal, connu pour son franc-parler, avait lancé un vibrant appel pour que les femmes obtiennent enfin le droit de conduire en Arabie saoudite. Il avait parlé du « coût économique » du fait que les femmes en Arabie saoudite dépendent, pour se déplacer, de chauffeurs privés « étrangers » ou de taxis. Et si un mari trouve le temps de conduire son épouse, cela suppose qu’il s’absente de son travail, réduisant sa productivité, avait-il déploré. Autoriser les femmes à conduire est désormais « une demande sociale urgente que la conjoncture économique justifie« .  L’Arabie saoudite rémunère 400 000 chauffeurs pour conduire ces dames. Une charge salariale exorbitante pour un pays au train de vie qui ne correspond plus à sa croissance économique. »

L’Arabie saoudite s’inquiète en effet de sa dépendance excessive au pétrole, celui qu’elle produit plus que celui qu’elle consomme. D’après  Le Monde, « même si le décret a été émis par le roi, cette mesure doit être mise à l’actif de son fils, le prince héritier Mohamed Ben Salman, qui est l’homme fort du royaume. Surnommé « MBS », ce jeune trentenaire a lancé un ambitieux plan de réformes, baptisé « Vision 2030 », qui vise à rompre la dépendance de l’économie saoudienne à l’or noir et à desserrer l’emprise des religieux sur la société. Des rumeurs, pour l’instant démenties par le pouvoir, suggèrent que la passation de pouvoir entre Salman et son fils pourrait intervenir prochainement ».

Le jeune prince héritier (32 ans) est donc non seulement engagé dans une réforme économique majeure mais aussi dans la lutte contre les religieux ultraconservateurs et les opposants à la politique extérieure de blocus du Qatar et de guerre au Yémen. Cette lutte passe par des arrestations; elle passe aussi par des mesures d’émancipation des femmes.

… droit au stade
C’est en effet dans ce contexte que doit être lue la décision – annoncée par l’agence de presse officielle saoudienne SPA – d’autoriser les femmes à assister à des événements sportifs à partir de 2018 dans trois stades du pays: à Riyad, Jeddah (ouest) et Dammam (est). Elles y étaient jusque-là interdites en raison de la règle de séparation des sexes dans l’espace public. Cette règle  imposera d’ailleurs des travaux d’aménagement dans les stades existants afin de créer des espaces réservés aux familles, séparés des espaces autorisés aux seuls hommes. L’accès ne sera donc pas intégral et la mixité relative.

Notons que, dès le  samedi 23 septembre, des centaines de femmes avaient pu prendre place dans le stade Roi-Fahd à Ryad, à l’occasion de la 87e fête nationale qui a donné lieu à des concerts et des feux d’artifice. Notons enfin qu’il n’est rien dit des autres stades du royaume. Pourquoi la mesure ne s’applique-t-elle pas à eux?

Le baron Pierre de Coubertin doit se retourner dans la tombe qui déclarait au sujet de la place des femmes dans les enceintes olympiques qu’elle serait « impratique, inintéressante, inesthétique, et nous ne craignons pas d’ajouter : incorrecte » (Revue olympique, juillet 1912).


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.