Sfax: un stade, un match, deux spectacles

Depuis six ans, le Master 2 Urbanisme et Coopération Internationale, organise un atelier dans la ville de Sfax en Tunisie. Cet exercice pédagogique permet à une trentaine d’étudiants grenoblois de répondre à une commande réelle de la Ville de Grenoble et de la société sfaxienne (ville, université, associations, collectifs d’habitants). L’un des thèmes de l’année était la géographie des sports à Sfax.

Dans ce cadre-là, une douzaine d’étudiants, d’enseignants et d’habitants de la ville se sont rendus ensemble au stade Taïeb M’hiri pour assister à une rencontre de championnat de première division: CSS (Club Sportif Sfaxien) vs le CO Medenine. Chacun s’est plié à l’exercice du «récit de match». Le corpus réuni permettra aux étudiants de comprendre la place particulière que prennent le stade M’hiri et le CSS dans la deuxième ville du pays. Voici le récit du match de Quentin, un étudiant du Master 2 UCI, déjà fin connaisseur de la culture ultra en France.

 

L’avant-match. Découvrir l’antre des Sfaxiens
Dans le cadre d’un atelier international d’urbanisme à Sfax, nous devions comprendre la ville à travers le sport. C’est-à-dire définir les enjeux et comprendre en quoi le sport est un marqueur urbain de Sfax. Le Club Sportif Sfaxien est le club historique de la ville avec, au total, près de 23 trophées remportés. Il est considéré comme le 4e club de Tunisie. Pour comprendre son importance auprès des habitants, quoi de mieux que de se rendre au stade et découvrir Sfax à travers un match de foot.

Premier élément important, il est impossible d’acheter une place. Toutes les personnes se rendant au match possèdent un abonnement. Mais, grâce à Wassim, un doctorant de l’université de géographie de Sfax, nous avons pu nous procurer des places pour le match.

Le match s’est déroulé à 19h le jeudi 16 novembre. Notre départ s’est fait en taxi, nous étions trois étudiants et le point de rdv était fixé à 18h.  A 17h30 la route était déjà difficile, le chauffeur nous explique que l’horaire de match est au moment des grands embouteillages de fin de journée à Sfax. Une fois arrivée devant le stade, une des routes longeant le stade est barrée par une forte présence policière équipée de fusils. Il y a très peu de supporters se rendant au stade, seul un groupe d’une dizaine de supporters préparent un tifo et la bache du groupe. Ils sont entourés de policiers.

Avant de nous rendre « Porte 1 », Mathieu et moi souhaitons faire le tour afin de s’imprégner de l’ambiance d’avant-match. Nous espérions découvrir comment les Sfaxiens se préparaient avant d’assister à un match, découvrir les habitudes et rituels, d’avant match. Malheureusement, l’atmosphère était calme et pesante. En voulant prendre des photos des abords du stade, des policiers sont venus nous voir, ont regardé les photos de mon téléphone puis m’ont forcé à les supprimer. Ils nous ont questionnés sur notre présence dans un anglais très approximatif puis nous ont ordonnés de ne plus en prendre.

Le reste de la ballade autour du stade va me mettre mal à l’aise, que ce soit des forces policières ou des supporters qui nous dévisageaient. Il n’y a aucun stand de nourritures ni de produits dérivés. Les rues sont vides, seuls les portes et les barrages routiers servent de point de rendez-vous entre supporters.

En attendant l’arrivée des professeurs et des autres étudiants, nous nous rendons au seul café ouvert à proximité du stade. C’est un simple salon de thé avec une tv, il n’y a aucune décoration à l’effigie du club (fanion, peinture, photo, maillot) et personne ne semble montrer de l’importance pour le match.

Une fois les professeurs arrivés, trois étudiants accompagnés d’un mal voyant (étude sur la perception d’un match chez les personnes en situation de handicap) manquent à l’appel. Ils se sont trompés d’entrée et sont au niveau des portes n°3 et n°4. Nous partons à leur recherche, mais on nous empêche de rentrer au niveau du barrage policier. Un échange particulier se passe entre nous et les policiers :

– Policier : Vous faites quoi ?
– Mr Jean-Michel Roux : On cherche un ami.
– Policiers : Et bien cherchez ! (rires des policiers) .

De plus, un autre policier nous interpelle et s’interroge quant à notre présence. On lui explique que nous sommes des Français invités pour voir un match du CSS. Malgré nos explications, le policier se renseignera à son service avec la radio de sa voiture. Notre présence n’est pas la bienvenue de la part des forces de l’ordre. Après cette péripétie, nous parvenons à les récupérer, on se retrouve porte n°1, on entre dans le stade, que le spectacle commence !

Acte 1 : La première mi-temps, le foot des spectateurs
L’entrée dans le stade est pour moi le moment le plus important. Je suis toujours impressionné de contempler l’intérieur du stade même si je l’ai déjà vu sur des photos ou des vidéos. Le stade est de forme circo-rectangulaire, il est composé d’un toit en tôle sur les 3/4 du stade, il y a des grilles et une fosse tout autour du terrain, la séparation est signifiante entre les joueurs et les supporters.

La première mi-temps se déroule dans une atmosphère « familiale », dans cette tribune on regarde le terrain comme la scène, ses footballeurs comme des acteurs, et le match comme une pièce. On s’est placé en tribune central, juste à droite de la tribune honneur. Il y a des différenciations dans la tribune entre haute société et classe moyenne. Le placement sur les sièges se fait de façon aléatoire.

Avant le début du spectacle tous le monde est assis et reste calme. Même l’entrée des joueurs ne suscite guère d’engouement. Il faut se taire et rester assis pour ne pas déranger. Dans les gradins, le public est calme, les personnes sont assises et discutent entre elles. Pour accompagner les acteurs, des groupes ultras créent une oeuvre visuelle appelée tifo à la gloire des groupes et du CSS. Le tifo, est de style classique, c’est-à-dire avec des drapeaux, des banderoles et des fumigènes.

Le tifo pour l’entrée des joueurs. Photo. Emma B.

Dans notre tribune, les kloubs jouent le rôle du pop corn dans un cinéma, ces mi-graine mi-pistache recouvrent le sol de coquilles. Le « parcage » (tribune supporter extérieur), est plutôt calme, il y a peu de banderoles et pas de drapeaux agités.

Une tribune assise et calme. Photo Quentin C.-C.

 

Entracte : Le passage au second spectacle
Une première mi-temps qui fut calme tant au niveau du match que dans l’ambiance de notre tribune. Notre professeur propose de rejoindre le côté des ultras, pour voir le match sous un autre angle, une autre ambiance. Pendant que l’on se fait escorter jusqu’au block n°3, on entend de l’extérieur le public qui hurlent à l’unisson. Je réalise que pour que le public s’extasie autant, c’est que un but vient d’être marqué. On a raté l’unique but du match. De mon point de vue, c’est une sensation horrible. Comme lorsque que l’on se fait « spoiler » un épisode d’une série, on sait déjà ce qui s’est passé sans avoir pu le vivre par nous même.

Après avoir patienté quelques minutes, un agent de sécurité parvient à nous amener block n°3 dans la tribune des ultras

 

Acte 2 : la seconde mi-temps, le foot des passionnés
Le block n°3 est celui des Black & White Fighters, le plus ancien des groupes, la genèse du mouvement ultra à Sfax, le groupe dont sont originaires la plupart des membres des autres groupes. Il y a au total 7 groupes : Black & White Fighters 2003 (BWF’03), les Ultras Sfaxiens 2007 (US’07 ), Ultras Leoni 2007 (UL’07 ), Raged Boys 2007 (RB’07), Drughi Bianconeri 2013 (DB’13 ). C’est un mouvement qui prend comme exemple l’Italie, plus précisément le club de la Juventus de Turin (couleurs: noir et blanc).

La deuxième mi-temps se passe dans une atmosphère spectaculaire. Le terrain n’est plus le centre d’attention mais ce sont les supporters qui nous captivent . On est pris pendant 45 min dans une spirale de chants, de fumigènes et d’effervescence. Je serais incapable de me rappeler une action du match tellement j’étais pris par d’autres acteurs qui me proposaient un spectacle plus captivant. Les chants sont en arabe et en italien. Peut-être que, comme à l’Opéra, il est préférable de garder les chants dans leur langue originelle.

 

« Craquage » de fumigènes pour les 10 ans des Ultras Sfaxiens. Photo Quentin C.-C.

 

Postface: découvrir Sfax par son spectacle et ses acteurs
C’est la première fois que je me retrouvais au milieu d’un public ultra à l’étranger. La rythmique est totalement différente, elle est rapide et dansante. On chante à la gloire du club sur fond de sonorités orientales. D’ailleurs, chaque groupe produit des albums disponibles sur youtube comme ci-dessous les Ultras Leoni 2007:

Comme quoi, il faut un bon orchestre pour accompagner ses artistes. La barrière de la langue m’a empêché de prendre part à cette performance. Tous le monde dans la tribune était acteur, excepté nous.

Deux jours après, nous avons pu nous entretenir avec un membre des Ultras Sfaxiens et un autre des Ultras Leoni. Les interroger nous a donné une autre version de l’enjeu qu’il y avait dans les tribunes. La présence policière n’était pas anodine, et les relations sont plus que tendus entre policier et ultra (ce qui pourrait expliquer l’ambiance d’avant match).

Par exemple, voici une anecdote de ce qui s’est passé en tribune ultra pendant le match. Une altercation éclata à gauche du block n°3, la police intervient rapidement. Il s’agissait d’une altercation entre chef de section – ils se répartissent dans la tribune pour mieux contrôler les débordements – du groupe des Fighters mais sont originaires de différents quartiers de Sfax. La bagarre fut vite interrompue par les forces de l’ordre or habituellement les policiers aiment et les laissent se battre entre eux. L’hypothèse serait que notre présence aurait influencé la sécurité à mettre fin à cette altercation pour nous donner une bonne image.

Il est aussi interdit aux ultras d’afficher des couleurs du club et de leur groupe, c’est pourquoi il n’y a aucun stand de ventes autour du stade.

Ce fut une expérience riche et instructive pour un amateur de foot et de la mouvance ultra. Les entretiens réalisés et ce match ont confirmé que le sport pouvait apporter beaucoup à la ville de Sfax. Les autorités ont tendance à déshumaniser le mouvement ultra en le définissant de violent et immoral. Mais, c’est à travers ses groupes que l’on discerne une jeunesse sfaxienne dynamique et engagée. Le stade représente le seul endroit où ils peuvent s’exprimer et se défouler sans crainte de représailles. Pourtant, la Tunisie a connu des évènements tragiques de violences entre supporters et policiers. Le dialogue entre eux est plus que difficile.

Le mouvement ultra est craint car il est un moyen aux jeunes de contester, se regrouper et de s’unir. Ils sont organisés et ont par exemple contribué aux contestations entraînant la révolution et la chute de Ben Ali. Je n’étais pas venu personnellement pour voir un match du CSS mais pour découvrir une face cachée de la Tunisie. Découvrir ces individus qui font vivre leur passion par des chants et des danses malgré le risque encouru face à l’autorité et la répression.

Une personne qui ne regarde pas le foot vous demandera toujours pourquoi c’est si important d’aller voir un match de foot ? Pour moi, l’essentiel n’est pas le match mais l’opportunité de se défouler, de crier, chanter sans jugement ni appréhension. On se regroupe sans se connaître et on laisse vibrer sa passion et son amour pour le club et sa ville.

Un grand merci à Wassim pour les places et sa sympathie. Je remercie aussi Mr Jean-Michel Roux et Mr Ali Bennasr, les professeurs commanditaires de cet atelier autour du sport, qui a pu me donner l’opportunité d’étudier un domaine qui me passionne.

A suivre…

Texte et illustrations de Quentin C.-C.; édition, mise en page et photo   de titre de Jean-Michel Roux.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.