Une soirée au stade Taieb M’hiri

Quatrième volet polyglotte d’un match au Taieb M’hiri avec le récit d’un étudiant français de master, Mathieu.

 

Comme chaque année depuis six ans, la promotion de master 2 Urbanisme et Coopération Internationale dont je fais partie, se rend à Sfax dans le cadre d’un atelier pédagogique pour répondre à des demandes provenant de la Ville de Grenoble mais également de la société civile de Sfax. Cette année, concernant le thème de l’accessibilité, un nouveau sous-thème a été identifié : celui de la géographie et des enjeux du sport dans la ville et c’est de ce groupe que je fais partie.

C’est dans cette optique que nous nous sommes intéressés à la possibilité de se rendre au stade principale de la ville : le stade Taieb M’hiri pour comprendre l’importance du CSS (Club Sportif Sfaxien) dans la vie des habitants. Grâce à Ali Benasr, professeur à l’université de géographie de Sfax, nous avons pu nous procurer des billets (car il est impossible d’acheter des billets pour le match, chaque supporter a son abonnement) afin de nous rendre à un match du CSS qui affrontait une autre équipe de la ligue tunisienne, le CO Medenine.

L’avant match
Le match était prévu à 19h, cependant, il nous semblait important de se rendre un peu plus tôt au stade afin de pouvoir analyser différents facteurs dont notre professeur Jean-Michel Roux nous avait fait part. De ce fait, à 17h, nous avons décidé avec mon groupe de nous séparer pour aller au stade.

Les routes étaient submergées de voitures (chose habituelle à Sfax mais qui le jour de match s’était décuplée) et les embouteillages commençaient à s’étendre sur les voies initialement prévues pour trois voitures mais qui sous les conditions en accueillaient quatre. Nous sommes finalement arrivés au stade dont les routes à proximité et l’encerclant étaient fermées et surveillées par de nombreux policiers qui scrutaient les alentours et s’efforçaient de ne rien laisser passer au hasard.

Nous avons décidé de nous séparer en deux groupes afin d’analyser, les différents points d’entrées, les mouvements de foules et l’entrée des supporters ultras. Nous nous sommes vite rendu compte que les ultras arrivaient petits groupes par petits groupes puisqu’une loi mise en place interdit tout rassemblement supérieur à 4 ou 5 personnes au sein de la ville. Une fois arrivé à l’entrée des ultras, nous avons ressenti une atmosphère un peu pesante due aux forces policières et aux regards des supporters ultras à notre égard.

Nous avons décidé de prendre quelques photos et soudain deux des policiers surveillant l’entrée du stade nous ont interpellé et ont commencé à s’approcher de nous. Nous nous sommes demandé ce qui se passait et de ce fait nous avons décidé d’attendre ceux-ci. Un des deux policiers a engagé la conversation en nous demandant d’où nous venions, qu’est-ce que nous faisions là et qu’il était interdit de prendre des photos du Stade.

Nous étions surpris et ne comprenions pas pourquoi cela était impossible. Soudain le policier a attrapé le téléphone d’un de mes collègues, s’est rendu sur ses photos et a commencé à supprimer toutes les photos relatives au stade avant de lui rendre et de nous ré informer de ce que nous n’avions pas le droit de faire. Une fois, cette interpellation terminée, nous avons décidé de rejoindre le reste du groupe situé de l’autre côté du stade.

Ceux-ci analysaient une autre porte d’entrée en attendant nos professeurs, Wassim (un étudiant de l’institut de géographie de Sfax) qui possédait également nos billets pour le match, et deux de nos collègues parties chercher une personne mal voyante afin de comprendre l’accessibilité de ce stade pour des personnes en condition d’handicap. Une fois tout le monde réunis, aux alentours de 18h30, nous avons décidé de rentrer dans l’édifice.

Des policiers étaient placés devant chacune des portes et laissaient rentrer l’un après l’autre les personnes ayant en leur possession leurs abonnements et en ce qui nous concerne les billets pour voir le match. Nous avons donc passé la porte sans difficultés puis une des personnes du personnel nous a amené jusqu’ à nos place en nous proposant de nous déplacer à différents endroits du stade lorsque nous le souhaitions.

Lors de notre déplacement au sein du stade jusqu’aux places que nous avions choisies, différents points m’ont interpellé. Le premier est qu’il y a un manque très clair d’aménagement pour les personnes en conditions d’handicap. En effet, rien n’a été mis en place pour faciliter leurs accès et favoriser leurs venus au stade. Le second est qu’il n’y a pas de toilette pour les femmes et que celles-ci sont en nombre limité dans les gradins. Une fois à nos places, j’ai tourné ma tête de gauche à droite pour contempler ce stade, estimer approximativement que le stade était rempli à la moitié ou au 3/5 de sa capacité globale et constater que des militaires armés étaient présents tout autour de la fosse pour contrer tout éventuel invasion du terrain.

 

Première période
Les joueurs soudains ont fait leurs entrées sur la pelouse et l’ensemble des supporters se sont mis à chanter et à crier, les banderoles se sont levées et le stade s’est mis à prendre vie. Un marchand se déplaçait tout le long du stade pour proposer des sachets de graines de tournesol [kloub] à manger durant le match. Nous avons décidé d’en prendre quelques paquets. Cependant un problème est vite apparu, aucune poubelle n’avait été installée au sein du stade et de ce fait, l’ensemble des gens jetait au sol les coquilles de graines de tournesols déjà mangé . Les tribunes se sont donc rapidement recouvertes de déchets ce qui perturbait bien que peu le spectacle. La première mi-temps s’est déroulé sans aucune accroche, les deux équipes étaient au coude à coude jusqu’à ce que le coup de sifflet résonne et donc annonce la fin de la première période sur un score de 0-0.

Mi-temps
Durant la mi-temps, le groupe que nous étions a décidé de se scinder en deux parties. La première dont je fais partie qui a décidé de rester aux places actuelles pour voir le match. Et la seconde qui s’est déplacée au sein des tribunes ultras afin de mieux comprendre et de s’imprégner de l’ambiance.

Seconde période
La seconde mi-temps a repris sous le chant des supporters et dès les premières minutes de jeu, le CSS a ouvert le score et tout le stade est entré en ébullition. Durant cette période, les fumigènes sont venus altérer la visibilité du match qui continuait son cours, les cris et les chants résonnaient dans le stade accompagnés d’insultes lorsque l’arbitre prenait des décisions qui semblaient perturber les supporters.

L’arbitre a sifflé la fin du match et tout le stade a exprimé sa joie avant de se diriger vers la sortie. Nous avons fait de même et avons décidé d’attendre le reste du groupe qui était parti dans les tribunes ultras devant le stade avant de prendre une photo final tous ensembles pour immortaliser ce moment.

Cette expérience fut très enrichissante et c’est pourquoi, je tiens à remercier Wassim, Ali Benasr ainsi que mes enseignants pour leur disponibilité, leur enthousiasme et qui à travers leur commande m’ont permis de travailler sur un sujet qui m’intéressait. Etant français, je suis habitué à voir des matchs uniquement en France et ce fut la première fois que voyais un match à l’étranger. Cette expérience et l’entretien avec un supporter ultra réalisé quelques jours à la suite du match m’ont permis de mieux comprendre certaines logiques et engouements, autre qu’uniquement soutenir une équipe, que les supporters ont à aller au match dans un contexte politique difficile et fragile depuis 2011 et où le stade était devenu un lieu de rassemblement et de lutte contre le régime autoritaire qui les cloisonnaient.

A suivre…

Texte et illustration de Mathieu B.-C. ; édition et mise en page Jean-Michel Roux.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.