Observation d’un match de football à Sfax

Septième volet polyglotte d’un match au Taieb M’hiri avec le récit d’un étudiant franco-syrien du master grenoblois, Maen.

 

Résultat :
CSS (Club Sportif Sfaxien) 1 – 0   Club Olympique Medenine
Date : 16 Novembre 2017 à 19h
Duré de l’observation : trois heures
Météo : 11 degré, plutôt doux
Enquêteur : Maen J.

 

Sur la route du stade
Ce match opposait à domicile le CSS (deuxième club au classement national tunisien) au Club Olympique de Medenine, actuellement classé dans le bas du tableau. La rencontre a eu lieu le jeudi 17 novembre dernier.

Nous avons dû nous rendre au stade Taïeb-Mehiri en taxi, la circulation étant très difficile en cette « heure de pointe », laquelle coïncidait avec la sortie des écoles, des bureaux et des usines. En interrogeant le chauffeur de taxi, il apparaît que l’accès au stade est toujours difficile en dépit du PDU/NAMA (Nationally Appropriate Mitigation Action[1]) mis en œuvre par la ville. La gestion de la circulation n’est pas encore, et de loin, optimisée et les transports collectifs sont, sur cet axe, relativement inefficaces. Il convient de noter qu’il n’existe pas de parking à proximité et que la grande majorité des spectateurs se rendent au stade en taxi (dont le coût est relativement faible).

Avant le match
Lors de notre arrivée au stade, deux collègues sont partis en repérage afin de mieux découvrir ce stade polyvalent d’une capacité actuelle de 22 000 places. Celui-ci, l’un des plus vieux stades du pays, a été construit en 1938 au cours de la période du protectorat français ; une année marquée par des révoltes fortement réprimées par l’armée française qui intervinrent dans un contexte marquée par la chute en France du Front Populaire et l’abandon de la politique de conciliation avec les mouvements indépendantistes d’Afrique du Nord. Le stade a été réhabilité en 2004 pour accueillir la Coupe d’Afrique de Football. Pour ma part, je suis resté posté à l’entrée numéro 1 du stade non seulement pour attendre le reste du groupe mais également pour observer les flux et les relations entre le public et les forces de l’ordre très présentes (en civil comme en uniformes)

A cette occasion, un policier m’a interpellé en me demandant en arabe ce que je faisais devant la porte « avec une fille ». Au-delà de l’explication concernant notre workshop, il est intéressant de noter que la présence au stade d’une femme est inhabituelle en dépit d’une forte aspiration des femmes tunisiennes à pouvoir accéder librement à l’ensemble des pratiques sportives (cf. compte-rendu de notre atelier de coopération internationale en urbanisme). Cette présence féminine a entraîné de la part du policier des consignes particulières à ses collègues afin d’accorder une attention particulière à notre sécurité.

Lieu de sociabilité très important à quelques mètres en face du stade, le salon de thé traditionnel qui semble être un point de passage obligé pour tous les supporters qui là encore semblaient très intrigués par notre présence, et notamment par la mixité de notre groupe. Le stade reste encore à Sfax un lieu très « masculin » (il n’existe aucune toilette pour les femmes) et endogène à la ville (la présence d’étrangers était également source d’étonnement parmi les consommateurs). Il convient de noter que le stade de Sfax n’échappe par à l’économie courante de ce type d’équipement qui repose sur des abonnements annuels pour les supporters avec peu de places vendues à titre ponctuel.

Nous étions accompagnés par un doctorant en géographie de l’Université de Sfax (Wassim) et par une personne en situation de handicap visuel afin de recueillir son témoignage sur le plan de l’accessibilité, laquelle se révélera très difficile avec une absence totale d’indication à destination des personnes à mobilité réduite.

Le lieu semble marqué fortement par les discriminations sociales : la porte 1 est réservée aux personnes aisées, les portes 2 et 3 aux classes populaires soutenant le CSS. Avant le début du match, un vendeur de graines de tournesol traverse les tribunes – elle est la seule personne à pouvoir le faire : il y a quelque chose d’amusant à penser que la distinction entre les classes sociales s’efface dans la mastication collective des graines.

Première période
Comme en Europe, après l’entrée des joueurs sur le terrain, l’ambiance dans les gradins est plutôt bon enfant, les ultras de Sfax entonnant les chants de leur club tandis que les supporters de l’équipe adverse semblent réservés et prudents afin d’éviter toute confrontation.

Dans le cadre d’un match plutôt équilibré entre les deux équipes, se terminant à la mi-temps sur un score nul (et donc peu satisfaisant pour les supporters des deux équipes), les supporteurs sfaxiens auront fait entendre la diversité de leur registre d’insultes contre tout le monde : les arbitres, les joueurs de leur club et, comme de bien entendu, ceux de l’équipe adverse – le CO.

Mi-temps
Nous avons pris la décision de nous séparer en deux groupes : l’un restant sur place tandis que le second se déplacerait vers la tribune des ultras afin de pouvoir capter l’ensemble des réactions des supporteurs au cours de la seconde période.

Deuxième période
Je me suis assis à coté de la personne malvoyante pour lui décrire le match. Cette seconde période a bien débuté pour les joueurs du CSS qui ont réussi à marquer un premier but contre l’adversaire. Les réactions des supporters tunisiens sont de ce point de vue très proches de celles des Européens (chansons, drapeaux) à ceci près que l’utilisation des fumigènes semble bien moins réglementée : vers la fin du match, leur utilisation avait été si intense que l’on ne pouvait plus voir la moitié du terrain.

Fin du match
Heureusement pour nous, l’équipe de CSS a remporté le match. Des cris immenses de joie ont résonné dès le coup de sifflet de l’arbitre. Les supporters sfaxiens sont très fiers de leur équipe et heureux d’avoir pu la soutenir pendant 90 minutes. Tout le monde s’est dirigé vers les sorties ; nous nous sommes tous retrouvés devant l’entrée principale côté intérieur pour prendre les photos de ce qui restera pour nous un beau souvenir, celui d’avoir fait l’expérience collective d’une « énergie » si communicative qu’elle peut se transmettre à tous, y compris à ceux et celles qui sont pourtant très éloignés de tout « chauvinisme sfaxien ».

S’il est vrai que, pris dans la cohue, nous n’avons pu étudier les modes de transports utilisés par les supporters à la sortie du match, il nous est apparu que cette dernière nous semblait plus fluide que son arrivée : il nous fut très facile de trouver un taxi pour rentrer à l’hôtel.

 

[1] Plan d’actions destinées à réduire les émissions de gaz à effets de serre en lien avec la Conférence de Bali de décembre 2007, les accords de Copenhague de décembre 2009.

Texte de Maen J. ; édition et mise en page Jean-Michel Roux.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *