Première dans un stade tunisien

Huitième et avant-dernier volet polyglotte d’un match au Taieb M’hiri avec le récit d’un étudiant algérien du master grenoblois, Tahar.

 

La place du stade dans la ville : ma première thématique souhaitée
Le 18 septembre 2017, jour d’entrée du master 2 Urbanisme et Coopération Internationale (UCI) à l’Institut d’Urbanisme et de Géographie Alpine, nous nous sommes divisés, dans la séance de l’après-midi du module ‘’Montage de projet’’ en cinq groupes de six étudiants.

La responsable du master UCI, Madame Fanny Vuaillat, a proposé cinq sujets pour le sixième atelier international à Sfax. Ils étaient liés aux thématiques « cohérence urbanisme/déplacement » et « transition écologique ». On peut citer : les taxis urbains, les transports en commun et les deux roues ou d’autres sujets liés au développement durable comme l’agriculture urbaine, le recyclage et la place du stade dans la ville.

Ces thématiques ont été classées par la suite dans un tableau de cinq colonnes pour pouvoir constituer des groupes équilibrés. Il s’agissait de faire en sorte qu’il y ait dans chaque groupe un étudiant arabophone, cela pour faciliter les échanges avec les étudiants de Sfax et la lecture des documents écrits en arabe. Notons que dans notre promotion, il y a six arabophones.

Ayant une grande sensibilité pour le sport, notamment pour le football, j’ai opté pour la thématique «la place du stade dans la ville». Mon collègue Maen, qui maîtrise parfaitement l’arabe a également souhaité travailler sur cette thématique de la géographie du sport. Après la répartition des étudiants sur les cinq thématiques, seul le groupe « recyclage » ne comptait pas d’étudiant arabophone. Etant donné que nous étions deux arabophones dans un même groupe, Maen et moi,  j’ai proposé au professeur et à mes camarades de me joindre au groupe « recyclage ». Mais cela, n’allait pas m’empêcher de suivre le travail sur le stade.

Un match de CS Sfaxien : un évènement inattendu
Cette année, le rythme de la formation en alternance était particulier pour moi. Je passe trois semaines/mois en collectivité de Toulouse Métropole et une semaine à l’Institut d’Urbanisme et de Géographie Alpine. Etant à 700 Km de Grenoble, c’était compliqué de suivre le travail du groupe « stade ».

Le dimanche 12 novembre, on s’est rendu à Sfax pour notre atelier international. Ceci m’a permis de beaucoup échanger avec mes camarades et d’apprendre ce que le groupe ‘’Stade’’ avait planifié comme activités sur le terrain.

Le soir du mardi 14, nous avons fait le récapitulatif de la journée avec mon groupe dans l’espace de travail (troisième étage de l’Hôtel Thyna), dans la même salle que le groupe ‘’Stade’’. Grâce à Alicia et Mathieu (étudiants du groupe « stade »), j’ai appris qu’ils ont planifié d’aller regarder le match de CSS face au CO Medenine le jeudi 16 novembre à 19H00. L’objectif était d’analyser l’accessibilité au stade et l’ambiance d’un match de football à Sfax.

Je leur ai proposé de venir avec eux pour regarder le match et les aider dans la traduction en arabe et leur analyse. Tout le groupe était favorable à ma proposition. Ils m’ont dit qu’ils allaient demander l’avis de M. Roux. Le premier réflexe que j’avais c’était de regarder le classement des deux équipes et les noms des joueurs du CS Sfaxien. En quelques clics sur mon smartphone, j’avais le classement sous mes yeux. CSS est classé huitième avec trois matchs non-joués, par contre CO Médenine, je l’ai trouvé en dernière position.

Le lendemain, mes camarades m’ont confirmé que notre professeur est d’accord qu’Emma et moi les accompagnons à la soirée du match au Stade Taïeb M’hiri. J’étais très content et remercie infiniment mes camarades et mon professeur.

Le jour du match : une ambiance singulière
Le jeudi 16 novembre, jour du match, est vite arrivé. J’étais avec mon groupe ‘’Recyclage’’ à l’arrondissement d’El Habib pour faire des entretiens avec les habitants. Je n’ai pas cessé de leur parler du match en leur disant que l’ambiance va être très particulière. Je les ai même invités à venir avec nous. A midi, on cherchait un endroit sympathique pour déjeuner et soudainement, on est passé à côté d’un joli dessin du club sur un mur qui se trouve sur la Route de M’harza. On trouve sur le dessin, la date de fondation du CSS en 1928, le blason du club et une expression en arabe qui signifie en français ‘’90 ans d’amour’’.

Fresque ultra sur un mur de Sfax

En prenant les taxis le jour du match, j’en profitais pour poser des questions aux chauffeurs sur le CS Sfaxien et ses joueurs. Deux chauffeurs interrogés m’ont répondu qu’ils n’avaient pas une très bonne équipe cette année, ni des grands noms de joueurs. D’après eux, l’équipe est constituée seulement par des joueurs locaux sfaxiens qui ne coûtent pas trop cher pour le CSS.

Deux heures avant le match
A 17H00, mon collègue Quentin m’appelait pour aller ensemble au stade. Ce qui a été un peu compliqué pour moi de les rejoindre à cette heure-ci, vu que j’avais des engagements avec mon groupe.

Vers 18H00, j’ai croisé Alicia et Florence à la station à la station des taxis à coté de Bab El Diwan, en compagnie d’une personne malvoyante qui s’appelle Sami. On a difficilement réussi à prendre un taxi pour se rendre au stade. En effet, Il y avait beaucoup de monde et d’embouteillages, à l’heure de pointe, en direction du stade.

En arrivant au stade, tout le monde nous regardait. Certaines personnes, ont été étonné de voir des filles au stade. Quentin nous a communiqué le numéro de la porte où on devrait se retrouver. On s’est mal compris sur le point de rendez-vous précis.

On a réussi à rentrer au stade facilement. La police nous a demandé : « Qu’est-ce que vous faites là ? » Je leur ai répondu, en arabe, qu’on était des étudiants grenoblois venant de France et allons assister au match. Les agents de police nous ont laissé rentrer sans montrer aucun abonnement ni invitation. Puis, ils nous ont orientés vers l’entrée principale des gradins d’honneur où nous allions retrouver nos autres collègues.

L’accès aux gradins a été simple. Une vérification de nos noms et prénoms sur une feuille d’invitation faite par le président du club, après les interventions du professeur M. Benasser et notre collègue doctorant Wassim.

Au stade : un sentiment étrange
En rentrant au stade, j’avais un sentiment étrange, comme si j’allais jouer ! J’étais dans une ambiance similaire à celle des stades en Algérie. J’ai déjà pratiqué le football professionnel pendant 11 ans (de 2004 à 2012), dans le championnat inter-régions algérien. L’équivalant de la quatrième division en France, avec l’Union Sportive de Oued Amizour (USOA). Et de 2012 à 2015, avec l’Union Sportive Madinet Sétif (USMS) dans la même division.

Même si, j’étais très engagé avec mes deux clubs, cela ne m’a pas empêché de regarder des matchs dans d’autres stades, de mon équipe préférée « la Jeunesse Sportive de la Kabylie (JSK) », de Mouloudia Olympique Bejaïa (MOB) et de l’Entente Sportive de Sétif (ESS).

La différence est au niveau organisationnel. A Sfax, l’accès au stade se fait par des abonnements annuels. Par contre, en Algérie, l’accès se fait par l’achat de billets à chaque match. Dans les stades de ces grands clubs algériens, les supporters rentrent aux gradins tôt, de 5 à 10 heures avant les coups d’envoi des matchs. Cela, pour pouvoir être sûr d’avoir une place, surtout lorsqu’il s’agit de derbys et matchs face aux grands clubs africains.

Pendant le match, j’étais très attentif aux comportements, aux paroles des spectateurs et surtout sur la tactique de jeu des deux équipes. Les joueurs sfaxiens ont montré dès le début de match une volonté de gagner. L’ambiance était très sympa dans le stade avec mes collègues et surtout la spécificité qu’on soit accompagné par nos deux professeurs.

Tifo ultra

A mon sens, le niveau de jeu du match était moyen. Rien n’a été spécial dans la première partie à part le public et le tifo d’avant-match.

Pendant la pause, mes collèges et notre professeur M. Roux ont préféré aller à la tribune des ultras pour l’analyser de plus près. Pour ma part, j’ai préféré rester avec Sami et lui décrire l’ambiance de la deuxième période. On a profité de la pause pour faire des photos de souvenirs.

Les joueurs sfaxiens ont inscrit le seul but de la victoire juste après une minute de coup d’envoi de la seconde mi-temps. Le public s’exposait en chantant des mélodies de club et en allumant plusieurs fumigènes.

Fumigènes en tribune ultra

A la fin du match et en attendant nos collègues, on était curieux avec Madame Fanny Vuaillat de savoir le classement du CSS après cette victoire. On a regardé ensemble et le CSS  qui a monté en quatrième position avec encore deux matchs non joués.

Après notre retour de Sfax, j’ai suivi les nouvelles de CSS. Après quatre victoires consécutives,  le CSS garde depuis la journée du 30 novembre sa position en deuxième place derrière l’ES Tunis.

Les résultats du CSS cette année

 

Remerciements
Je remercie Sami, notre cher doctorant Wassim, nos collègues sfaxiens, tous les étudiants du groupe « géographie du sport », Emma et nos professeurs Jean-Michel Roux et Fanny Vuaillat pour cette inoubliable soirée au stade Taïb M’hiri.

Texte et illustration de Tahar D. ; édition et mise en page Jean-Michel Roux.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.