Au stade du transistor

En guise de réflexion préliminaire à la conférence Equipements sportifs 2.0 : (dé)connexions aux territoires qui est organisée par les étudiants de Master 2 de l’Ecole d’Urbanisme deParis, je propose ce petit retour en arrière, très personnel, sur les technologies de l’information dans les stades du 20e siècle.

 


J’ai bien connu les stades du 20e siècle, même pour être plus précis, ceux des années 80. Je puis vous assurer qu’ils n’étaient pas dépourvu de technologie ; enfin pas entièrement.

Ces stades-là commençaient à se moderniser. Les tables de marque manuelle faisaient place à des panneaux à message lumineux qui pouvaient afficher le nom des équipes (en abrégé par manque de place) et le score. Une deuxième ligne en-dessous permettait de faire défiler pendant toute la première mi-temps le nom des joueurs et le numéro afférent. Comme les noms n’étaient pas floqués au dos des maillots, on avait ainsi le temps de les mémoriser.

Lors de la dernière journée du championnat, cruciale pour déterminer qui allait être champion et qui allait être rétrogradé, il n’était pas question que le panneau lumineux ou le speaker puissent tenir au courant joueurs et spectateurs des scores sur les autres terrains. Inutile de vous rappelez que les téléphones portables, intelligents ou pas, n’allaient pas être inventés avant des années ? Impossible donc, en un clic, d’avoir le classement final provisoire.

La seule façon pour le public de se tenir informé était de faire appel à la pointe de la technologie de l’époque : le transistor. Certains vieux briscards ou jeunes filous introduisaient en douce de petites radios portatives permettant de capter les stations des grandes ondes diffusant le multiplex. Les toutes jeunes radios de la bande FM, fraîchement autorisées à émettre par l’Etat, ne diffusaient pas encore les matchs.

L’oreille collée au transistor, ils faisaient part autour d’eux de l’avancement des matchs:
– Le TFC vient de marquer au LOSC. Attendez ! Pénalty à Saint-Symphorien…
– Pour qui ?
– Le son passe mal. Je n’entends pas.

La nouvelle se répandait alors tout autour. On n’avait plus qu’à prendre le supplément gratuit de la presse quotidienne régionale, de regarder le classement complet et déterminer, au moyen d’un rapide calcul de tête, qui montait ou descendait au classement, pour occuper provisoirement la place de barragiste ou celles de relégués.

Une autre technologie venait parfois contrarier la circulation de l’information : le « téléphone arabe ». Quand celui-ci s’en mêlait, il devenait impossible d’avoir une idée précise du classement provisoire. A dix mètres à peine de l’émetteur, l’information prenait des tours incongrus. Lille et Toulouse ne s’affrontaient plus, l’un jouant à Valenciennes, l’autre à Marseille… Les scores devenaient farfelus. Il fallait attendre le coup de sifflet final et analyser la seule information disponible : la réaction des joueurs sur le terrain, les uns bras ballants et le regard hagard, les autres créant de joyeuses pyramides humaines.

On filait alors à la voiture. On arrêtait parfois du bras, un homme annonçant un résultat à son voisin :
–  Alors ? Le Matra a  pris trois buts ? C’est ça ?
– C’est ça ! Je le tiens d’un jeune qui le disait aux pissotières. Il le tenait d’un gars qui…

Bref, on hâtait le pas pour s’engouffrer dans la GS et mettre la radio. On balayait alors la bande, allant d’Europe 1 à RTL et RMC, pour enfin tomber sur l’annonce des résultats : « Enfin, le Stade Lavallois s’incline dans les arrêts de jeu sur la pelouse de Furiani, 3-2. La place de barragiste va donc à … qui affrontera le troisième de la deuxième division. Joueront en deuxième division l’an prochain les équipes de … et de … »

Le championnat venait de livrer en même temps son verdict et ses sanctions. La technologie de l’information était certes balbutiante mais la montée en tension digne des plus grandes fresques hollywoodiennes.

Source de l’image mis en avant: http://www.deconstructionart.com/breaking-sound-barrier/

Cite this article as: Jean-Michel ROUX, Au stade du transistor, in Au stade des villes, 23/02/2018, https://stade.hypotheses.org/1394, ISSN format électronique 2556-6563.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *