Angoisse et calme d’une première rencontre au Taïeb M’hiri

Mieux vaut tard que jamais, voici le neuvième et dernier volet polyglotte d’un match au Taieb M’hiri avec le récit d’une étudiante française du master grenoblois, Alicia.

 

Jeudi 16 novembre 2017, dans le cadre de notre étude portant sur les équipements sportifs de la ville de Sfax, nous nous sommes rendus au stade Taïeb M’hiri pour assister à un match de football opposant le CSS à l’équipe de Medenine. L’objectif de cette démarche était double.  Il s’agissait à la fois de pouvoir évaluer l’état du stade et ses abords en période de match ainsi que de se faire une idée de l’ambiance qui entourait le match, dans la perspective de mieux comprendre les sentiments d’appartenance de la population au CSS.

Il me paraît important de préciser ici que je n’ai jamais assisté à un match, ni de foot, ni d’aucun sport collectif. Ce moment avait donc une signification particulière pour moi.  Après de nombreuses heures à travailler sur la place du foot, et plus encore du CSS à Sfax, la théorie prenait forme sous mes yeux. Ce détail, n’en n’est pas un parce que le récit de mon vécu de cette soirée de match en est grandement influencé.

Se rendre au stade
La soirée du match a été particulière pour Florence et moi. Nous ne nous sommes pas rendus au stade avec le reste de nos camarades car nous étions en charge de nous occuper de Sami. Sami est un jeune homme malvoyant que nous avons pu rencontrer grâce à l’association des malvoyants sfaxiens dirigée par M. Nabil Triki. Il nous semblait intéressant de voir quelles difficultés d’accessibilité pouvait rencontrer une personne en situation de handicap physique.

Sami ne pouvant pas se déplacer seul, nous sommes donc aller le chercher à son domicile. Le point de rendez-vous était fixé à 17h00 dans la medina. Une fois Sami rencontré, et après avoir pris un temps pour discuter du déroulement de la soirée, nous nous sommes dirigés place Bab el Diwan afin de prendre un taxi. L’affluence du match ajouté à l’heure de pointe a fait que nous avons rencontré de grandes difficultés à trouver un taxi. Aussi, la nuit qui était tombée, la foule, la grande difficulté à trouver un moyen de transport, la nécessité d’être attentive aux besoins de Sami afin d’assurer sa sécurité, et l’appréhension de rater le début du match ont imprégné ce début de soirée d’une atmosphère oppressante et anxiogène.

Après avoir rencontré Tahar, un de nos camarades arabophones, qui se rendait également au match, nous avons finalement pu trouver un taxi qui nous a conduit aux abords du stade. Honnêtement, je doute que sans lui, Florence et moi serions arrivés à temps. Le taxi nous a déposé au niveau de la piscine municipale. Bien que nous ayons, plusieurs jours auparavant, déjà fait le tour de stade, je dois avouer que je me suis véritablement sentie perdue à la descente du taxi.

Des policiers avaient placé des barrières dont la logique de disposition m’échappe encore en y repensant ! La nuit, la foule, les policiers, les barrières et le début du match qui approche contribuent à chambouler les repères que l’on se fixe dans l’espace. Peut-être parce qu’il s’est agi de mon premier match, mais je ne pense pas que mes repères préalables et ma connaissance du quartier m’aient, ce soir-là, servie à grand-chose !
Après de longue minutes au téléphone à s’échanger des explications de localisation, nous avons pu retrouver nos camardes.

Nous avons attendu près de l’entrée principale quelques minutes puis les policiers ont vérifié nos noms avant de nous laisser entrer. J’ai été surprise par le nombre de personnes qui attendait : à mon sens peu nombreux. De l’autre côté du stade il semblait y avoir plus de monde mais devant cette entrée principale tout semblait plus calme et mieux organisée que ce à quoi je m’attendais. Nous avons donc pénétré dans l’enceinte du stade puis sommes montés dans les gradins. Tout s’est déroulé assez vite, nous n’avons pas beaucoup attendu et l’ambiance était étonnamment calme. Nous nous sommes installés en tribunes. Nous étions assis puis assez rapidement le match a commencé.

Le match
Je ne m’aventurerai pas, ici, à commenter la qualité du match car je n’en n’ai pas les connaissances nécessaires. J’étais assise à côté de Sami. Comme il ne disposait d’aucune aide pour voir le match, il a utilisé la fonction zoom de son smartphone afin de pouvoir distinguer ce qui se passait sur le terrain. J’ai essayé par quelques occasions de lui décrire ce que je voyais mais ne connaissant pas suffisamment le vocabulaire footballistique, j’ai préféré laisser Maen  (un autre étudiant arabophone) s’en charger.

La tribune ultra
A la mi-temps, une partie du groupe dont je faisais partie a changé de gradin afin de se rendre dans les tribunes ultras. Pendant que nous changions de côté, un but a été marqué. Mon premier match et je n’ai pas même pas eu l’occasion de voir ce pourquoi des centaines de personnes prennent la peine de se déplacer !

Nous sommes finalement arrivés en tribune ultras et non sans une certaine appréhension de ma part. Au moment où nous marchions au pied des gradins, j’ai senti les regards se tourner vers nous, sans doute parce que nous étions quatre filles dans un groupe de cinq. Je n’ai pas senti de violence, ou d’agressivité particulière à notre encontre, mais plutôt une impression d’être observée du coin de l’œil. Ce moment restera comme un moment fort de notre séjour à Sfax par la ferveur avec laquelle les supporters chantent, par l’angoisse de leurs regards et par l’énergie déployée à s’agiter (presque plus que les joueurs eux-mêmes).

L’évaporation finale
Finalement cette soirée m’aura surprise et fait découvrir une ambiance et un monde qui m’était étranger. Mais le moment de quitter le stade a peut-être été le plus surprenant pour moi. En l’espace d’une poignée de minute la foule disparait, comme si elle s’était évaporée. Je m’imaginais les supporters retardant le moment de rentrer chez eux, profitant des derniers moments de liesse en sortant de l’enceinte du stade, jusqu’à rester juste quelques instants encore, ensemble, dans la rue. Mais il n’en n’a pas été ainsi. Nous sommes sortis du stade et… plus rien. Ou plutôt personne. Comme si jamais aucun match n’avait eu lieu. Je ne sais pas si c’est un phénomène habituel, ou bien si le contexte politico-social tunisien influe sur la sortie des matchs, mais quoi qu’il en soit, cette évaporation finale aura été pour moi, un des moments les plus étonnant de la soirée.

 

Un dernier mot
Je tiens personnellement à remercier Sami pour son immense gentillesse, sa bienveillance et pour avoir accepté de nous accompagner sans même nous connaître. Il restera une des rencontre clef de notre épopée sfaxienne.

 

Texte d’Alicia G. ; illustration de tête, édition et mise en page Jean-Michel Roux.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.