Récits de Ville

Les 6 & 7 juin 2019, se tient à Ivry-sur-Seine un colloque international (bilingue français-espagnol) sur le thème des Récits de ville. Usages de l’histoire et changement urbain. Il est organisé par le LABEX Futurs Urbains (Université Paris-Est) et l’Instituto Universitario de Urbanística de l’Université de Valladolid (Espagne). Avec Karine Basset, je présenterai une communication sur les temporalités du récit et de l’action urbaine. Nous donnerons notre lecture du «mythe grenoblois» à travers l’analyse du cinquantenaire des JO de 1968. Voici ci-dessous l’introduction à notre propos.

Il n’est sans doute guère de récit urbain en France plus connu et disséqué que le « mythe de Grenoble »[1]. La particularité de ce récit réside dans le fait que – contrairement à la plupart des mythes qui ont pour fonction d’ancrer les territoires dans une temporalité la plus ancienne possible, le temps de l’origine, qui aurait vu se constituer les fondamentaux de la cité – les traits énoncés comme constitutifs de la singularité grenobloise fondent et saisissent cette identité dans le moment même d’une transformation contemporaine, le moment où Grenoble se mue en ville moderne et où, se faisant, elle advient véritablement, en tant que ville singulière mais aussi, plus largement en tant que  possible modèle urbain.

Le récit grenoblois ainsi constitué au terme d’une trajectoire que nous retracerons dans une première partie, semble doté d’une véritable capacité performative[2], dans la mesure où il ne cesse d’être mis en actes, et ainsi renouvelé, dans les trois grands domaines constitutifs de la figure du « laboratoire » : celui, économique des relations entre recherche et industrie, le champ politique de la démocratie locale et celui de l’intervention urbanistique[3].

Si les acteurs, le contexte et les ingrédients de la production de ce récit sont aujourd’hui bien identifiés, en revanche, on ne s’est guère encore attaché aux modalités concrètes de la transmission et de l’actualisation de ce récit. Le cinquantième anniversaire des Jeux olympiques d’hiver de Grenoble, événement emblématique de la « grande mutation » urbaine, offre l’opportunité d’une telle analyse. Il s’agit tout d’abord d’éclairer le statut paradoxal que les Jeux de 68 ont occupé d’emblée dans le récit urbain. Nous montrerons ensuite que les usages publics de la mémoire olympique peuvent être lus à la fois comme l’une des modalités de l’actualisation du mythe grenoblois et de la temporalité singulière qu’il instaure, mais aussi comme l’expression de tensions urbaines persistantes.

Nous conclurons sur l’hypothèse d’un essoufflement actuel des lignes de sens du récit urbain et la possibilité d’un changement de temporalité, dont témoignerait la constitution d’un registre patrimonial inédit à Grenoble.

[1]Cf. notammentNadir Boumaza, « Grenoble, un mythe urbain moderne », Revue de géographie alpine, t. 85, n°4, 1997, pp. 175-185 ; BernardBruneteau, « Le ‘Mythe De Grenoble’ des années 1960 et 1970. Un Usage politique de la modernité », Vingtième Siècle. Revue D’histoire, n° 58, 1998, pp 111-126.

[2]Philippe Genestier, « Aménagement de l’espace, production de sens et identité narrative. Les fonctions institutionnalisantes et identificatoire du territoire en question », in G. Baudin et Ph. Bonnin, Faire territoire, Paris, Éditions Recherches, 2009.

[3]Charles Ambrosino, Gilles Novarina, « L’indépassable « laboratoire grenoblois » ? », Métropolitiques, 2015.

 

Source
BASSET Karine & ROUX Jean-Michel, « Temporalités du récit et action urbaine. Une lecture du « mythe grenoblois » », Colloque international, Récits de ville. Usages de l’histoire et changement urbain, Coloquio internacional, Relatos de ciudad, Usos de la historia y cambio urbano, LABEX Futurs Urbains (Université Paris-Est,France) et Instituto Universitario de Urbanística de l’Université de Valladolid (Espagne), Paris-Ivry/Seine, 6-7 juin 2019, 7 p.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.