Dans l’Attente de vous revoir. Avaí -Corinthians

Le temps du match est une notion extensible. C’est bien entendu l’échelle du match et ses 90 ou 120 min de jeu – pour ne prendre en compte que le football – mais aussi les longues heures d’attente à l’échelle de la journée, de la semaine, voire de la trêve hivernale ou estivale. Le temps de l’attente est rythmé par l’achat du billet, le déplacement et les discussions autour du prochain match. Ce dernier commence souvent la veille au soir ou tôt le matin quand on se déplace en bus, en train, en voiture, parfois à l’autre bout du pays, depuis un bar, un parking, une entrée ou aire d’autoroute. Pour Avaí-Corinthians (Série A brésilienne), notre match a commencé dès l’achat des billets… d’avion.

L’attente
Le match a commencé à la prise des billets… d’avion pour participer avec mon épouse à un colloque d’urbanisme à l’Université Fédérale de Santa Catarina, au sud du Brésil. Je pensais avoir pris en compte tous les critères (dates du colloque, prix en fonction de la compagnie et du nombre d’escales, nombre de jours sur place, décalage horaire, durée d’absence acceptable par les enfants) mais pas le calendrier du championnat national brésilien de Série A, la première division. Mon collègue et ami, Elson, est fan de l’Avaí FC qui joue à Florianópolis le jour du départ. Nous reculons donc le retour de deux jours. J’ai eu si souvent la frustration d’aller chaque année en Tunisie sans pouvoir assister un match du CSS (Sfax) que l’occasion est trop belle pour la laisser passer[1].

L’attente du match dure toute la semaine que nous passons ensemble. Elle passe par la lecture quotidienne du journal local (Díario Catarinense) et le suivi des réseaux sociaux. L’actualité sportive est mauvaise. Le petit club est englué à la dernière place, sans aucun succès après 15 journées et les supporteurs ne croient déjà plus au maintien. Ils se remontent le moral en se comparant à l’autre club de la ville, Figueirense Futebol Clube, qui est lui-aussi en difficulté, mais dans la division inférieure. Le malheur des uns fait le bonheur des autres. Figueirense fait face à une grève de ses joueurs qui seraient impayés depuis des mois pour certains. Le refus de jouer un match engendre un match perdu par forfait (0-3) et une sanction d’un point.

Des gobelets avaient été imprimés à l’occasion du match. Ils ne seront pas perdus pour tout le monde. Les fans d’Avaí les achètent sur internet. Ils seront l’objet de plaisanteries futures. Le prolongement de la grève entrainerait une relégation automatique. Les fans d’Avaí n’osent pas y croire. Ils ont raison. La grève s’arrêtera dans la semaine sans que les joueurs n’aient obtenu grand-chose. Ils peuvent être remplacées. Figueirense fait match nul et reste sous la menace de la zone de relégation.

Quelle est la différence entre les deux clubs ? Il n’y aucune différence sociale, géographique, religieuse, politique entre les supporteurs des deux équipes. De simples affinités de familles plus ou moins héréditaires. Chacun choisit son club et n’en change plus, c’est tout. Elson a eu très peur, quand son aînée, alors incertaine sur sa future affiliation, a failli choisir l’autre club, à une époque où le sien enchaînaient les défaites. Sa deuxième fille ne s’intéresse pas au foot, c’est moins problématique.

Un soir de caïpirinha et de samba, nous écoutons l’hymne officiel d’Avaí. Il en existe deux versions, portugaise et française. Le compositeur, un ancien député fédéral qui s’appelle Fernando, a lui-même traduit l’hymne et l’a enregistré sur une bossa nova. Elson est non seulement géographe et fan d’Avaí, c’est aussi un grand spécialiste de samba. Il écrit parfois l’enredos[2] du défilé de samba de son école, les Protegidos da Princesa[3], avec laquelle il a déjà remporté le carnaval de Florianópolis. Ce dernier se déroule dans un « sambodrome »[4] de plus de 10 000 places, la Passarela Nego Quirido, quand les deux stades de football de la ville ne font respectivement que 16 000 et 19 900 places. En 2001, les Protegidos da Princesa l’avaient emportée avec un spectacle consacré à l’idole de la ville, le tennisman Gustavo Kuerten, triple vainqueur à Roland-Garros. L’Equipe magazine avait interviewé Elson et écorné au passage Avaí : « Avaí, la risée de Florianópolis. Au stade, en pleine nature, près de l’aéroport, une peinture écaillée, dans le haut du virage nord, rappelle le titre de « Campeão Brasileiro 1998 ». En plus petit, est écrit « Da Série C », la troisième division. Guga est supporteur n°1 »[5].

Le samedi matin au stade
Nous nous levons de bonne heure pour aller au stade récupérer le billet gratuit auquel chaque socio a droit. Un collègue de la faculté a laissé son abonnement. Nous pourrons donc y aller à quatre, avec nos épouses respectives. Celle d’Elson dit peu venir au match : huit à neuf fois par saison… Nous parlons du match dans la voiture et des travaux au stade depuis ma dernière visite en 2009.

Nous récupérons sans problème les billets gratuits. Il n’y a pas vraiment d’affluence. Sans doute parce que les abonnés ne croient guère dans une remontée de leur équipe et que dans quelques semaines, Avaí recevra des équipes encore plus populaires comme Flamengo. Les équipes paulistes (São Paulo) et cariocas (Rio de Janeiro) ont de nombreux fans dans la ville de Florianópolis et l’Etat de Santa Catarina. Certains habitants viennent de ces villes. Les locaux ont aussi l’ancienne habitude de soutenir un club des grandes villes, parfois en plus d’un club local ; souvenir du temps pas si lointain (jusqu’en 1971) où le championnat national n’existait pas et où tout le Brésil s’intéressait aux championnats de Rio et SP qui étaient plus largement médiatisés.

La buvette est entièrement recouverte de carrelage bleu et blanc, lointaine évocation des azulejos portugais. Les îliens se plaisent à dire que Florianópolis a été fondée par des Açoréens et qu’elle mérite le titre de 10e île de l’archipel portugais. A la droite de la buvette, un mur rappelle toutes les grandes dates du club : le titre national de champion du Brésil en 1998 (de Série C dirait L’Equipe…), les titres de champion de l’Etat (pas tous) et les travaux d’aménagement du stade comme le récent éclairage par led qui laisse les ultras dans la pénombre.

La buvette aux azulejos
La buvette aux azulejos

Une salle fermée, contient un mémorial des joueurs (memorial dos atletas). Peut-être une sorte de musée ? A la gauche de la buvette, se trouve un mur d’honneur des supporteurs. Il égrène une impressionnante liste de supporteurs décédés, les torcedor eterno. A ces côtés, se trouve une œuvre d’art protégée par une barrière. Il s’agit d’une vache, presque à taille réelle, de couleur bleue, et qui semble recouverte d’un drapeau du club et de napperons en dentelle. Allusion à un artisanat qui perdure encore, tant bien que mal, dans l’île.

La vache bleue aux dentelles

De l’autre côté de la rampe menant aux gradins, se trouve une seconde buvette, elle-aussi entièrement carrelée et un authentique autel avec une statue en bois de la « sainte vierge de la Ressacada », accompagnée d’un lion et d’autres statues plus ou moins religieuses dont deux vierges Marie. Nossa Senhora da Ressacada, sainte patronne du club d’Avaí, possède sa propre prière qu’il est possible de se procurer en boutique du club[8].

Nossa Senhora da Ressacada, ora pro nobis

L’intérieur du stade montre des tribunes qui ont reçu un sérieux coup de jeune depuis ma première visite. Le tout est fraîchement repeint aux couleurs du club. Elles sont encore en travaux avec le remplacement des vieux sièges métalliques avec leur mono-accoudoir gauche pour des sièges baquet en plastique.

Assises en transition

L’éclairage a été changé pour faire place à des leds et une tribune basse, au-dessus de la fosse, a été ajoutée en tribune d’honneur. Cette dernière est désormais couverte. Il ne reste plus que les deux virages à devoir subir les foudres du climat pluvieux de l’île (de 6 à 16 jours de pluie en moyenne par mois). L’absence partielle de toiture permet d’avoir encore une vue sur la ville alentours, le quartier de Carianos et les montagnes de l’île dans le lointain. Un écran, pas géant, permet de diffuser des images. Il est situé au-dessus du virage des visiteurs. Un message plein d’optimisme l’encadre. On y voit un lion rugir avec la mention : « le lion dans son habitat : Avaí en série A».

Cite this article as: Jean-Michel ROUX, Dans l’Attente de vous revoir. Avaí -Corinthians, in Au stade des villes, 17/03/2020, https://stade.hypotheses.org/2307, ISSN format électronique 2556-6563.

[1] J’aurai tout de même la frustration de rater la même opportunité à Rio. Christiane, une collègue de l’Université Fédérale voulait me faire découvrir son club de cœur, Flamengo, qui devait jouer pendant mon séjour, au stade Engenhão, contre Vasco. Tout était organisé jusqu’à ce que Vasco délocalise le match à Brasilia. Ce type de délocalisation serait assez classique au Brésil mais traumatique pour les supporteurs qui ont parfois pris des abonnements en prévision de ces « matchs de gala ».

[2] Le sujet que chaque école de samba présente au public.

[3] La Protegidos da Princesa désigne en brésilien, les « protégés de la princesse », référence aux esclaves affranchis par une princesse brésilienne.

[4] Le sambodrome (sambódromo) est un équipement destiné à l’accueil des défilés de samba, d’une forme rectangulaire et constitué d’une série de tribunes à ciel ouvert se faisant face de part et d’autre d’un espace central d’une douzaine de mètres, réservé aux participants. Celui de Rio mesure quelques 800 m. de long et peut accueillir près de 88 000 spectateurs.

[5] Stéfan L’Hermitte (texte) et Jérôme Prévost (photos), « Guga. Une folie brésilienne », in « Terre! Gustavo Kuerten débarque à Paris pour enflammer Roland-Garros », L’Equipe magazine, 26 mai 2001, n°994.

[6] La boutique du club est bizarrement fermée après les matchs.

[7] Pont Hercílio Luz, https://fr.wikipedia.org/wiki/Pont_Herc%C3%ADlio_Luz

[8] « Oração a Nossa Senhora da Ressacada », texte de Pe. Ney Brasil et Ademar A. Cirimbelli, musique de Pe. Ney Brasil, 2016.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.