Premier match au stade

En juin 2015, lors d’une rencontre avec une classe de 2nde du Lycée G. Brassens de Rive-de-Gier (42), suivie d’une visite de stade, le contact s’engage par un exercice d’écriture: « décrivez votre premier match au stade ». 

Visite du stade Geoffroy-Guichard

Récit n°1 (une fille)
Je m’appelle E.  et le foot est quelque chose que je partage avec mon père. Mon premier match de football fut le plus mémorable. En novembre 2010, Lyon-Marseille, OL-OM, un froid de canard et des supporters plus que déchaînés. Un stade de Gerland en ébullition et mon père euphorique.

Mon père avait placé tous ses espoirs de supporter en moi. Trop concentrée dans le match, la mi-temps siffla. Mon envie d’aller aux toilettes repris de plus belle. Ne connaissant pas du tout le stade, je demanda (sic.) à mon père de m’accompagner. Ce qu’il fit mais malheureusement trop tard. A peine arrivée aux toilettes, pas le temps de se déshabiller. J’ai fini le match mouillée dans le froid. Malgré tout ce reste l’un de mes meilleurs souvenirs. Depuis, les matchs s’enchainent, à jongler entre Geoffroy-Guichard et Gerland.

Récit n°2 (une fille)
Je m’appelle C. et je suis née à l’hôpital de Saint-Chamond. J’habite à Chateauneuf et un week-end sur deux à Saint-Etienne. Même si mon père habite à St-Etienne, il ne regarde pas les matchs à la télé. Mon intérêt pour le foot ne vient donc pas de mon père mais de ma mère. Elle a fait 10 ans de foot mais suite à la rencontre avec mon père, elle a dû arrêter le foot.

Ma « carrière » de footballeuse a commencé il y a deux ans. J’ai commencé dans une petite équipe de Saint-Joseph dans une équipe de fille séniors. Pour mon premier match on s’était fait laminer ! 9-0. Nos adversaires avaient 5 ans d’expérience et elles étaient impressionnantes. Mais j’ai dû quitter l’équipe de St-Jo car les filles partaient en championnat mais j’étais trop jeune. Il y a un mois, suite au coup de fil d’un ancien ami de ma mère, j’ai recommencé le foot à Chateauneuf car une nouvelle équipe se créait. Le 26 juin aura lieu mon premier match dans cette équipe.

Je supporte l’équipe de France et pour la prochaine coupe du monde qui aura lieu en 2018 je compterai bien y être. Je supporte aussi l’ASSE. J’aimerais bien aller à un match à Geoffroy-Guichard mais mes parents ont peur de l’ambiance et ma mère préfère jouer que regarder.

Récit n°3 (un garçon)
Né dans un pays étranger, j’ai grandi dans cette ville de Saint-Etienne. On me parlait souvent de ce Derby qui est Saint-Etienne-Lyon. Je m’en moque un peu ; ce que je voulais moi c’est taper dans le ballon et être le plus fort. Contrairement aux autres, j’aimais ce club, Lyon, surement pour ses performances de 2002 à 2008. J’ai le souvenir de ce match Sainté-Lens où je suis allé avec des amis et je n’ai pas oublié de porter le maillot de Lyon.

Récit n°4 (une fille)
Je m’appelle K., j’ai 16 ans, je suis née dans cette vallée et j’y vis depuis que je suis toute petite. La première fois que j’ai mis les pieds au stade, j’avais 10 ans, j’étais accompagnée de mon père. Ma première visite a été scandaleuse, dès l’arrivée je croisais des gens bourrés qui se battaient sans aucune raison. Mon père me certifia que ce n’était pas toujours comme ça. Plus tard, mon frère se rendait trois fois par semaine au stade pour ses entraînements. J’y ai pris goût et je me rendais une fois par mois au stade. Malgré que je n’aime pas l’équipe de Saint-Etienne, j’adorais voir les supporters unis et l’ambiance qui s’en dégageait.

Récit n°5 (une fille)
Je m’appelle L., j’ai 16 ans. J’aime le foot grâce à mon père qui regarde souvent le foot que je regarde avec lui. Moi et mon père on partage nos avis sur les équipes que l’on aime comme l’ASSE mais nous ne sommes jamais allé voir un match car mon père n’aime pas le comportement des supporters de foot.. Grâce à ma tante, j’ai pu visiter le Stade de France il y a quelques années. J’en ai gardé un très bon souvenir, malheureusement je n’ai pas eu l’occasion de voir un match dans ce stade. Mais j’imagine que cela doit être impressionnant car c’est un stade très grand.

Récit n°6 (un garçon)
Je m’appelle E., j’ai 16 ans, en ce jour d’aujourd’hui. Mon rapport sera de vous raconter la formidable histoire entre moi et les stades sur lesquels j’ai posé le pied. Mon premier stade était ma terrasse sur laquelle on jouait moi et mes nombreux cousins. Pour cage, on avait la porte du garage et le portail qui sont face à face. Puis grâce à notre belle mairie de Lorette, nous avons un beau city stade avec des cages et des remparts en acier dans lequel on pouvait s’amuser à jouer au foot ou même au basket. Aujourd’hui encore nous nous rassemblons dans ce stade chaque soir après l’école pour nous amuser sur ce stade qui a pour nom le « city de Lorette ».

Récit n°7 (une fille)
Bonjour. Je m’appelle C. et je suis née à Saint-Chamond. J’habite à Rive-de-Gier. J’ai deux grands frères et un père fan de foot, mais plus particulièrement de l’ASSE. Mon père est Français et ma mère est Italienne, alors quand à la télé il y a France-Italie c’est la guerre à ma maison ! Mes grands frères ont fait du foot au Grand-Pont à l’ACR. Mon père les emmenait donc jouer au foot.

Quand j’étais petite, je me rappelle que mes frères et mon père regardaient toujours les matchs de l’ASSE sur Canal + . Quand les Verts gagnaient, c’était l’euphorie chez moi. Je n’étais encore jamais allée voir de match au stade. Je me rappelle de mon premier match, je crois que c’était en 2007 ou 2008. C’était contre Monaco. L’ASSE avait gagné 4-0. J’y étais allé avec mon père et mon frère. C’était la première fois que j’étais allée dans un aussi grand stade, j’étais impressionnée de voir les joueurs que je voyais toutes les semaines à la télé, en vrai. Maintenant j’y vais de temps en temps. Avec mon père, nous allons au Kop Sud et nous chantons les chants que nous connaissons par cœur.

Récit n°8 (une fille)
Je n’aime pas le football, alors je parlerai de basketball. Dans les animés (mangas) ou dans la vraie vie, je trouve ce sport beaucoup plus collectif et convivial. Le but et la technique sont des choses beaucoup plus respectables que dans ce jeu qui se joue au pied.

Je n’ai jamais été au stade, mais j’espère y aller au-moins une fois dans ma vie. Comme dans les films, je veux m’asseoir dans la foule sur les gradins, popcorns et hotdog dans les mains en acclamant des colosses de deux mètres arrivés sur le terrain sous les cris des fans. Et plus tard dans les matchs, je veux connaître des moments de tension et de folie devant le score et partir de là émerveillée, plein de bons souvenirs en tête.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *