L’expérience sensible du match de football. Valérie

Le club de football de l’AS Saint-Étienne a la réputation de bénéficier dans son Stade Geoffroy-Guichard d’une des meilleures ambiances de France. Mais qu’est-ce qui définit une ambiance ? Comment advient-elle ? Comment la recueillir ? Comment l’analyser ? Il est possible d’aborder la question des ambiances d’un lieu (une place, une gare comme un stade) au croisement de trois dimensions : la dimension spatiale, la dimension sociale et enfin, pour ce qui nous concerne ici de la dimension sensible, ce que nos sens nous en disent.

Lors de la saison 2005-2006, la Ville de Saint-Étienne (Archives Municipales et Unité Ville d’Art et d’Histoire) commande une étude sur ce sujet à trois chercheurs grenoblois. Nous reproduisons ici une partie des récits de vie de spectateurs, supporteurs, fans locaux ou d’autres équipes. Deuxième extrait de « récit de vie » : celui de Valérie*.

 

Combien de fois venez-vous au stade par saison ?
Presque tous les matchs. Depuis à peu près un an…Un peu plus d’un an. Avant je venais de temps en temps. C’est un prétexte de sortie. J’ai la chance d’être invitée dans les loges à chaque match, ça fait une sortie où je retrouve des gens que je connais. Tous le monde se connaît. Mais de tout façon, Saint-Etienne c’est un gros village, et le type de personnes qui est invité dans les loges… (hésite)… représente une certaine partie de la société stéphanoise, plutôt en général des gens actifs ou des chefs d’entreprise ou des politiques, une couche assez restreinte, et on se connaît tous.

Donc le lieu de rencontre à Saint-Etienne, c’est le stade ?
Oui. A Lyon ce serait l’opéra (rires). Oui c’est un lieu de rencontre, où on rencontre des gens de tous les âges. Parce que si on va à l’Esplanade c’est des gens plus âgés. Là on rencontre surtout les gens actifs de Saint-Etienne, parce qu’ils se servent tous des loges pour faire leurs affaires.

La loge sert à quoi ?
Ca sert à faire plaisir à certains clients, à tisser des liens commerciaux. Même quand l’équipe marche mal, les loges fonctionnent. Ca fait toujours plaisir. J’ai l’impression que les gens sont toujours contents d’être invités en loge. Même quand les verts étaient en D2. C’est vrai qu’il y avait moins de monde. C’est pratiquement plein à chaque fois. Quand il fait froid je regarde le match à l’intérieur. On se fait des échanges entre loges, on va se voir.

Alors finalement on sort peu dehors ?
Peu dehors, oui. Sauf quand il y a un match à gros enjeux, bon le derby évidemment on n’en perd pas une miette. Mais au début de la saison je regardais un peu plus et là je suis un peu démotivé…un peu démotivé par le comportement de l’équipe. J’ai l’impression que les joueurs s’en fichent complètement et puis je trouve pas qu’il y ait une bonne ambiance sur le terrain et je sens pas… parce que ensuite, après les loges on va souvent dans les salons du président… Qui sont en dessous, c’est un endroit très fermé, il faut montrer patte blanche, et là on voit un peu les dirigeants, on voit les gens qui sont vraiment impliqués dans le management de l’équipe et du club.

Je trouve que c’est pas dynamique du tout, l’équipe dirigeante n’a pas d’aura, pas de punch, ce sont des petits gestionnaires qui viennent avec leurs voitures immatriculées 69… Ah oui ! Le président, le président adjoint, c’est tous des 69. Je sais pas, ils ont dû s’acheter un joujou, et puis ils ont pas bien compris ce qu’est l’esprit stéphanois j’ai l’impression. A mon avis ça choque. Ca choque, c’est pas grand chose d’immatriculer une voiture, il y a toujours des moyens. Ce serait un peu une marque de respect pour l’équipe de se faire immatriculer 42, c’est symbolique, mais les symboles c’est fort.

L’équipe c’est un symbole, l’ASSE c’est un symbole. Il ne faut pas négliger ce genre de choses. Je pense que des dirigeants qui ne comprennent pas ça, il doit y avoir beaucoup de choses à côté desquels ils doivent passer et pas comprendre. Quand une équipe est démotivée c’est comme dans une entreprise, comme partout, c’est que la tête n’est pas bonne. Bon, moi je connais pas tout, mais c’est un sentiment que j’ai, une impression et que je ressens très fort aussi quand je vais dans les salons du président. Je sens pas une dynamique d’équipe, je sens pas une chaleur. On voit passer le président il est froid, distant.

Qu’est-ce que l’esprit stéphanois ?
L’esprit stéphanois c’est plusieurs choses. Il y a ce côté bon enfant, chaleureux, un petit peu, un côté… C’est un mélange : un côté paysan de la Haute-Loire descendu à la ville, mélangé avec l’esprit de la mine. Le mélange qu’il y a toujours eu entre les ouvriers et les patrons qui allaient dans les mêmes bistrots, dans les mêmes endroits. En ville, c’est difficile de trouver vraiment un beau quartier, parce que c’est toujours mélangé : un bel immeuble, ensuite des immeubles pourris, un bel immeuble. Tout le monde vit mélangé. C’est ça pour moi l’esprit stéphanois. Ca se ressent… dans le caractère des gens. Et la direction actuelle est trop distante. Je pense que du temps de Roger Rocher c’était autre chose. C’est pour ça que ça a marché. Pour que les supporters boudent comme ça, c’est qu’il y a un malaise.

Des loges, est-ce qu’on est proche des tribunes populaires ?
Oui, c’est important. Des fois je regarde plus les supporters que le jeu, je les trouve tellement plus vivant que les joueurs parfois. Mes fils ont leurs écharpes, mes oncles ont des écharpes, mes cousins ont des écharpes; moi j’ai pas d’écharpe.

Moi, je venais déjà au stade quand j’étais jeune. J’y venais quand j’avais 16 ans. J’étais dans les gradins debout, à l’époque où il n’y avait pas toutes ces grandes grilles, où les supporters escaladaient les poutrelles. Ils se mettaient à cheval sur les poutrelles qui soutenaient – parce que tout a été changé- qui soutenaient le toit. Oui, sous le toit ! Et puis, on avait le droit d’apporter à boire, c’était beaucoup plus… il y avait pas les problèmes qu’il y a maintenant dans les stades. Un service de sécurité beaucoup plus important.

Match ASSE-Aris Salonique, 1979. Source inconnue.

C’est drôle parce que je garde une certaine nostalgie de cette époque, l’époque de la grande équipe de Saint-Etienne, où je me gelais avec mes copains là-bas et qu’on rentrait on avait plus de voix, c’était à celui qui avait le moins de voix. On chantait, on criait, on sautait, dans les années 70. C’était beaucoup moins bien organisé. Il y avait pas… comment ça s’appelle ? Quand ils font des figures…

Les tifos ?
Oui, voilà, il y avait pas ça. C’était surtout des chants. C’est à cette époque qu’ils ont créé la chanson « Allez les verts ». Les autres chants ? Je ne me souviens plus, c’est vieux maintenant. C’est drôle parce que tout à l’heure quand on est arrivé en voiture vers le parking le plus rapproché du stade, il y avait les supporters qui arrivaient à pied et ceux qui faisaient la queue pour acheter leurs merguez et les hot-dogs. J’ai dis à Charles* : « j’ai envie d’un hot-dog avec un demi, j’ai pas du tout envie d’aller manger leurs petits machins sophistiqués dans les loges, un hot dog et un demi c’est ça qui me ferait envie…! » Même un peu grillé, c’est pas grave, ça fait partie de l’ambiance. Et puis on resquillait, à l’époque, on pouvait arriver à escalader les murs.

Et vous vous rappelez de votre premier match ?
Non… Je pense que j’avais 6 ans, avec mon père. Je m’ennuyais d’ailleurs à 6 ans dans les tribunes. Mais mes meilleurs souvenirs c’est là-bas dans les tribunes debout. C’était vers 76. J’ai dû les voir tous, mais je ne me souviens pas des noms, les grands matchs. Mon meilleur souvenir c’est la qualification pour la finale en 76, (elle hésite) quand ils ont gagné aux prolongations, je sais plus…

Et votre pire souvenir ?
J’en ai pas. A l’époque, mes copains partaient voir les matchs, ils étaient partis à Eindhoven, ils partaient en voiture… J’étais une fille, c’était surtout les garçons qui y allaient. Pour les matchs à la maison, c’était fréquent les filles, oui, oui. C’est vrai qu’aujourd’hui il y a plus d’hommes, mais il y a un bon pourcentage de femme, j’ai cette impression. Parfois j’ai eu peur, mais c’était pas de la violence. Les mouvements de foule faisaient peur, quand on se retrouvait tous à descendre, collés contre les grillages.

Et il y a un moment où vous avez cessé d’aller au stade?
Après j’ai quitté Saint-Etienne, j’avais 20 ans quand je suis partie. Après j’y suis pas retourné parce que j’avais un mari qui n’aimait pas le foot. Mon retour au stade est complètement parallèle à ma reprise de contact avec mes vieilles connaissances stéphanoise, une réintégration avec le milieu stéphanois.

C’est un retour en ville, qui se traduit par un retour au stade. Comme si la ville et le club était lié.
C’est indissociable. Enfin, pour moi… J’aimerais bien que l’équipe gagne. Je suis un mauvais supporter parce que, en fait, je suis contente quand ils jouent bien, mais je trouve – d’autant plus maintenant, avec la tournure qu’a pris le football – c’est plus qu’une histoire financière. Avec ce que gagnent les joueurs, j’ai du mal à admettre qu’ils s’en fichent, qu’ils aillent se soûler en semaine dans les boîtes de nuits, ça je l’admets pas.

Est-ce que vous avez des équipes que vous appréciez ou que vous n’aimez pas bien voir ?
Il y a un match qui m’a beaucoup plu, à cause justement de la bonne entente, c’est Bordeaux, parce que les supporters stéphanois sont partis saluer les supporters bordelais. Tout de suite, c’est toujours plus sympathique, quand les équipes se respectent, et qui s’apprécient, quelque fois il y a des vilains matchs où tous les coups sont permis…

A suivre…

* Valérie et Charles sont des pseudos.
Entretien réalisé lors d’ASSE/Nantes le 04 mars 2006 (température glaciale, neige au sol), 20h45, dans les loges du club.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *