Le feuilleton du rachat de Geoffroy, premier acte

Le 7 avril 2017, s’ouvriront les négociations pour le rachat du Stade Geoffroy-Guichard entre l’ASSE, club locataire, et Saint-Etienne Métropole, son propriétaire actuel. En attendant, petit retour historique sur dix mois d’échanges verbaux par presse interposée.

L’ASSE est actuellement locataire d’un stade qu’elle a fait construire en 1931 puis qu’elle a vendu à la mairie avant que celle-ci ne transfert la propriété à son inter-communalité. C’est cette dernière qui a assuré la maîtrise d’ouvrage des travaux de rénovation du stade pour l’Euro 2016 de football (72 millions d’euros). Depuis le stade constitue certes un très bel outil de travail mais le club n’en possède pas la pleine jouissance… au contraire de son voisin lyonnais ou de nombre de grands clubs européens, ce qui semble devoir mettre un frein aux ambitions sportives du club.

Travaux de rénovation du stade pour l’Euro 2016. Juillet 2014.

Lors d’une interview donnée le 8 août 2016 à l’AFP dans les locaux de France Bleue Saint-Etienne Loire, le co-président de l’ASSE, Roland Romeyer, évoque les ambitions européennes du club mais souligne que les grands clubs européens sont dans de grandes villes, or Saint-Etienne ne peut compter que sur 170 000 habitants (population de la seule ville). Le club réaliserait donc de la « sur-performance » eut égard à la taille de sa ville et son budget – le 7e ou 8e budget français – qui peine à dépasser les 70 millions d’euros.

Le co-président évoque la difficulté à faire plus que ce qui a été déjà entrepris en terme d’acquisition de ses outils de travail: « au plan marketing, nous avons repris la gestion de notre boutique, acheté l’hôtel-restaurant le Chaudron vert, nous sommes propriétaires de notre siège-centre d’entraînement et de formation et avons ouvert le premier musée en France consacré à un club (130.000 visiteurs). »

Il entrouvre alors une porte: « pour augmenter le budget, il nous faut devenir propriétaire du stade Geoffroy-Guichard, symbole de l’ASSE, comme l’incite la loi Braillard, ce qui nous permettrait d’en avoir la gestion sept jours sur sept avec l’exploitation des loges 365 jours par an ou d’un restaurant par exemple ». Il rajoute même que les collectivités semblent à l’écoute de l’idée.

Vérification faite par les journaliste de France Bleue, « l’hypothèse a simplement été évoquée verbalement. Pas de réunion, pas de groupe de travail pour évaluer l’intérêt de céder le lieu le plus connu de Saint-Étienne. L’ASSE est donc acheteuse mais Saint-Étienne Métropole n’est pas vendeuse. En tout cas pas encore (…). Saint-Étienne Métropole n’est pas dans l’urgence de vendre : elle reçoit chaque année de la part du club de foot 1,35 million d’euros pour disposer du stade, une somme qui couvre quasiment les coûts d’exploitation annuels du Chaudron avec ses douze employés à temps plein. Mais elle perdrait un patrimoine d’une valeur symbolique très élevée ».

Lors de l’automne 2016 et de l’hiver 2017, les échanges verbaux se multiplient. En février, Gaël Perdriau, maire de Saint-Etienne et président de Saint-Étienne Métropole, ouvre la porte aux négociations lors d’une interview avec France Bleue en rappelant cependant que, dans une vente, « il y a deux choses très importantes et qui sont et seront immuables. C’est un : l’intérêt du club – et quand je dis ça, c’est pas forcément celui des actionnaires – et deux celui de la collectivité donc Saint-Etienne Métropole. C’est ce qui va présider en tout cas les discussions. L’ASSE c’est un vecteur de communication pour le territoire qui est exceptionnel. Notre intérêt c’est que le club puisse se développer comme il le souhaite et atteindre les ambitions que nous partageons. Il faudra discuter du montage, du prix et de l’ambition pour le club. C’est présenté comme étant la solution. Nous voudrions en être sûrs. »

Le prix de 150 millions d’euro est alors avancé par le maire de Saint-Etienne ; prix qui fait bondir le club et s’étrangler son président. Fin du premier acte.

Reprise des négociations le 7 avril…

 

Pour en savoir plus sur l’histoire du stade Guichard:
– Stéphane Merle, « Le stade Geoffroy Guichard de Saint-Étienne, un « monument » du sport local ? », Géocarrefour [En ligne], vol. 79/3 | 2004, mis en ligne le 12 mars 2008, consulté le 22 mars 2017. URL : http://geocarrefour.revues.org/723 ; DOI : 10.4000/geocarrefour.723
– CHARBONNIER Grégory, ROUX Jean-Michel et SANQUER Cendrine, Le stade Geoffroy-Guichard. Un club, un public, Saint-Étienne : Ville de Saint-Étienne, collection Trames urbaines n°5, 2006, 67 p., cartes et ill.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *