Nouvelle tribune à Dijon

Le stade Gaston-Gérard de Dijon inaugure sa nouvelle tribune Est de 5000 places ce samedi 16 septembre 2017 à l’occasion du match de Ligue 1 Dijon FCO-ASSE. C’est l’aboutissement d’un projet de démolition-reconstruction de deux ans.

Le stade Gaston-Gérard, baptisé ainsi en 1969 en l’honneur de l’ancien député-maire de Dijon, a été inauguré en 1934. Il s’inscrit alors dans un parc omnisports typique du mouvement moderne, le Parc de Montmuzard. Le stade est circo-rectangulaire (une forme remontant au stade olympique de Londres en 1908, le White City) et omnisports avec son terrain de foot et sa piste d’athlétisme. Le parc comprend entre autres un vélodrome et des terrains de tennis.

Plan du parc omnisports (1934). Source: https://www.metropole-dijon.fr/Les-grands-projets/Un-grand-stade-pour-le-DFCO

Devenu vétuste, la collectivité Dijon Métropole fait le choix de ne pas le démolir entièrement pour reconstruire un nouveau stade comme par exemple Grenoble et son Stade Berti rasé pour laisser place au Stade des Alpes. Elle procède alors par étapes. Les premiers travaux de rénovation sont effectués en 2007. En 2015, le succès sportif du Dijon FCO se confirmant avec une remontée en Ligue 2 en 2012, une nouvelle tribune Est est décidée pour une capacité de 4978 places contre 2429 précédemment. La démolition s’effectue en juillet par grignotage (cf son time lapse). La « première pierre » est posée en décembre de la même année et les travaux se terminent dans le courant de 2017.  Elle est partiellement ouverte au public le 4 février dernier lors de la réception du Paris-SG.

Vue de la nouvelle Tribune Est (projet). http://www.info-stades.fr

La piste d’athlétisme disparaît, faisant passer le stade d’une forme cirque-rectangulaire à un stade « à l’anglaise » avec quatre tribunes rapprochées du bord du terrain et se faisant face1. Les angles ne sont pas (encore?) comblés par des virages et la toiture est chargée de donner une unité architecturale.

Cette nouvelle tribune, dont le coût des travaux est estimé à 19,3 millions d’euros en 2015 a été conçue par le cabinet d’architecte Guervilly & Mauffret2. Dijon Métropole met en avant l’intégration de la tribune à son quartier et sa multi-fonctionnalité: « sa façade, rappelant une habitation urbaine, s’ouvre sur un parvis qui donne sur la rue du stade et entre en résonance avec les constructions de l’écoquartier Hyacinthe-Vincent.  (…) Construite sur trois niveaux, cette tribune a une capacité d’environ 5000 places . La structure accueille aussi les bureaux du DFCO, une salle de réception modulable de 1200 m², 20 loges, la boutique du club et les vestiaires du personnel (stadiers) ».

La collectivité met aussi en avant le choix de garder le stade à son emplacement initial pour son insertion urbaine, dans un « parc arboré », lui permettant d’être desservi par le tramway et « entouré par un réseau de parkings de proximité (1 km à la ronde) ».

Les stades sont comme les villes. Ils peuvent être la réalisation d’un projet planifié sur une table rase. Ils sont aussi, le plus souvent, un palimpseste, c’est-à-dire le résultat sur le temps long, d’opérations de construction et reconstruction.

Cite this article as: Jean-Michel ROUX, Nouvelle tribune à Dijon, in Au stade des villes, 16/09/2017, https://stade.hypotheses.org/710, ISSN format électronique 2556-6563.

 

  1. Cette disposition permet de mettre les spectateurs aux « premières loges »: à 8,2 mètres de la ligne de touche en volée basse et 12,4 mètres en volée haute []
  2. Le groupement Jean Guervilly comprend non seulement le cabinet Guervilly & Mauffret (Paris-Saint-Brieuc), mais aussi Hervé Regnault (architecte à Chalon-sur-Saône), le groupe Alto Sarl, BSO Sarl, Bethak, ECB Sarl, Avec acoustique, Casso & associés, LTC Eurl, Nr Conseils []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.