Yiannis Papamatheakis et les jours heureux d’OFI Héraklion

Yiannis Papamatheakis est une figure de légende du football crétois. Il est l’homme qui a porté OFI1, le principal club d’Héraklion, jusqu’à une coupe de Grèce en 1987 et sept incursions en coupe d’Europe.  En villégiature sur la côte sud de l’île, il a accepté de répondre à nos questions. Portrait d’un président « à l’ancienne » d’un petit club grec et de son stade, le Theodoros Vardinogiannis.

 

Les années de gloire d’OFI

Comme beaucoup de Crétois, Yiannis Papamatheakis, a quitté un jour son île pour aller à Athènes faire des études. Comme beaucoup de Crétois, il a dû prendre partie pour l’un des deux grands clubs grecs. Il assiste dès sa première année d’étude au derby entre l’Olympiakos Le Pirée et le Panathinaïkos d’Athènes (PAO)… et choisit Le Pirée, pour la beauté du  jeu qu’il développe. Mais parce qu’OFI était l’équipe principale de l’île, il assiste à toutes les rencontres du club crétois à Athènes.

Justement, lors d’un match d’OFI dans la capitale, il rencontre les dirigeants du club. Quelques années plus tard, en 1977, ceux-ci lui proposent de rentrer au bureau du club. La proposition est tentante. Papamatheakis vient de perdre père et mère, ainsi qu’un frère en sept mois… Ses amis le pressent d’accepter afin de l’aider à faire son deuil. Et puis OFI est un club amateur, sans grande histoire.

Deux ans plus tard, le football grec passe au professionnalisme2. OFI est de l’aventure et se trouve un mécène idéal en la personne de Vardis Vardinogiannis, l’un des huit enfants de la richissime famille d’armateur d’origine crétoise3. Son frère, Yiorgos prend, quant à lui, la tête du Panathinaïkos d’Athènes.

En 1981, Vardis Vardinogiannis4 décide de changer le président en place. Il repère alors Papamatheakis et se renseigne à son sujet. Etudes, compétences professionnelles, caractère personnel, tout y passe. Les premiers amours pour l’Olympiakos ne pèsent finalement pas trop lourd dans la balance et Papamatheakis se voit proposer la présidence.

Papamatheakis demande que soit d’abord épongée la dette du club, de quelques 40 millions de drachmes. Quitte à aller en prison, autant y aller pour ses propres malversations! Le mécène lui remet alors la somme en mains propres. Rapidement le jeune président règle les dettes en cours, réorganise le club et retourne bientôt 12 millions de drachmes à l’armateur. Le contrat de confiance entre le jeune président et son actionnaire principal est scellé. Il va durer 21 ans. Le jeune président décide aussi de garder son emploi de cadre dans la banque. Il sera président bénévole et rendra des comptes chaque année à son actionnaire.

Le bureau d’OFI au grand complet avec deux journalistes (aux extrémités) entourant le Président Papamatheakis, 1981. Sources personnelles.

Le stade d’OFI, le Theodoros Vardinogiannis, appartient alors à la section amateur du club. Elle concède l’usufruit du stade à la section professionnelle pour une durée de 99 ans en échange de 25% des recettes aux guichets.  Situé dans le faubourg de Kaminia, aux portes de l’ancienne muraille vénitienne, le stade a été construit en 1951 sur les ruines d’un ancien cimetière juif et arménien. C’est un vrai stade «à l’anglaise»: les quatre tribunes qui se font face ont été construites au gré des finances du club… et donc de son mécène.

Le stade Vardinogiannis et son insertion urbaine, 2010.

Les murs des tribunes sont construits à l’alignement des rues alentours. Pas de parvis, pas de dégagement autour du stade. Aucun parking lié au stade. Pas de façade noble et urbaine et une entrée officielle pas franchement magnifiée…

Façade et entrée principale du stade, 2010.

C’est pourtant dans ce stade vétuste, exigüe et à l’ambiance sulfureuse qu’OFI connaît ses heures de gloire sous la présidence de Papamatheakis. Des finances saines, des « rapports de bon voisinage » avec le Panathinaïkos pour le recrutement des joueurs, un stade qui met la pression sur l’adversaire et voilà OFI qui se met à tutoyer les sommets du championnat grec, à l’affut d’une défaillance d’un des quatre grands clubs du pays (PAO et AEK à Athènes, Olympiakos au Pirée, PAOK à Salonique).

Le président Papamatheakis, quand il faisait l’intérêt des journaux grecs.

En 1987, OFI remporte la coupe de Grèce contre Iraklis Salonique, offrant à son président un retour sur l’île, en bateau comme il se doit, et un triomphe dans les rues d’Heraklion. Sept participations à la coupe de l’UEFA conforte un temps OFI comme une des places importantes du football grec. Qu’importe alors les rapports compliqués du président Papamatheakis avec les supporteurs radicaux d’OFI, cette fameuse Gate 4 qui lui reproche (au même titre que d’autres supporteurs d’ailleurs en Grèce), les liens de consanguinité entre leur club et le Panathinaïkos de l’autre frère Vardinogiannis…

Fresque des supporteurs radicaux de l’OFI (gate 4), 2010.

 

Les années sombres d’OFI et de son stade

Au début des années 2000, les vicissitudes du football grec finissent par lasser Papamatheakis et les Vardinogiannis. Le premier se retire complètement du monde du football pour se consacrer à sa famille. Les différents partis politiques lui tendent les bras. Il refuse poliment. Reste pour lui la satisfaction du devoir accompli et la nostalgie des matchs de coupe d’Europe dont cette fameuse qualification face à l’Atletico de Madrid.

Vardis et Yiorgos Vardinogiannis se retirent respectivement d’OFI et du Panathinaïkos F.C. Si le club de la capitale y survit, les choses tournent au vinaigre pour OFI. Le club ne connaîtra plus jamais d’heures de gloire et finira même par être dépassé dans sa propre île par le voisin et rival Ergotelis Heraklion et par le modeste Platanias FC de La Canée. Aujourd’hui OFI végète en deuxième division et son stade, le Theodoros Vardinogiannis Stadium, est désormais particulièrement vétuste.

En 2000, le stade devient assis et sa capacité est réduite de 10 500 à 8 500 places. Certaines tribunes sont rénovées progressivement mais avec plus ou moins de bonheur. Un des pylônes d’éclairage, fait ainsi sa place à travers une tribune comme le perce-neige au printemps.

Stade Theodoros Vardinogiannis, 2010.

Et pourtant, et pourtant, c’est dans ce stade que préfère toujours jouer l’OFI, rejetant le confort, la modernité et les coûts prohibitifs d’occupation du stade Pankritio, situés à quelques centaines de mètres. L’OFI n’est pas près de se séparer de la nostalgie des années Papamatheakis…

 

Ce portrait doit beaucoup à Katerina Papayiannakis qui nous a mis en contact avec Yiannis Papamatheakis et a assuré traduction franco-grec de l’entretien. Cet article est dédié à la mémoire d’Aristea Komis, décédée ce même jour et dont la voix riante égaye le fond sonore de notre conversation.

Cite this article as: Jean-Michel ROUX, Yiannis Papamatheakis et les jours heureux d’OFI Héraklion, in Au stade des villes, 05/08/2017, https://stade.hypotheses.org/719, ISSN format électronique 2556-6563.
  1. Omilos Filathlon Irakleiou, en grec OΦΗ, est un club omnisport fondé en 1925 []
  2. Le football devient professionnel en France en 1932… []
  3. Les Vardinogiannis sont originaires de Rethymnon, en Crète. D’extraction modeste, les huit frères et soeurs, réussissent à faire fortune, dans la Grèce d’après-guerre, étendant leurs activités du transport maritime aux pétroles, en passant par la banque, les médias ou la promotion immobilière. []
  4. Vardis Vardinogiannis, est un armateur et industriel grec né en 1933 à Rethymnon, en Crète.  Il est connu pour sa réussite exceptionnelle dans les affaires, en particulier dans le transport de pétrole, y compris en contournant l’embargo de la Rhodésie par les Nations Unies (1966). []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *