Des stades déjà rentabilisés pour les JO 2024?

Le 11 juillet 2017, les représentants de la candidature de Paris pour accueillir les JO de 2024 , les coprésidents Tony Estanguet et Bernard Lapasset ainsi que la maire de Paris Anne Hidalgo, ont présenté le projet de candidature au Comité international olympique (CIO). Paris est désormais seule en lice pour accueillir cette édition après l’accord entre le CIO et Los Angeles qui se propose d’organiser l’édition de 2028. Le dossier de Paris repose sur l’utilisation au maximum des sites et équipements déjà en place afin de réduire les coûts. Mais nécessiteront-ils vraiment aucun travaux?

Fort logiquement, le dossier français fait la part belle, pour le tournoi olympique de football, aux stades qui ont été construits ou rénovés pour l’Euro 2016 de football ou qui doivent servir lors de la Coupe du monde de rugby 2023, pour laquelle la Fédération Française de Rugby (FFR) s’est déclarée candidate le 9 février 2017.

Le tournoi olympique sera réparti dans neuf stades :
– Parc des Princes (48 500 places) à Paris
– Stade Pierre-Mauroy (50 000 places) à Villeneuve-d’Ascq
– Stade de la Beaujoire (37 500 places) à Nantes
– Groupama Stadium, ex-Parc OL (59 000 places) à Décines
– MatMut Atlantique (42 000 places) à Bordeaux
– Stade Geoffroy-Guichard (42 000 places) à Saint-Etienne
– Allianz Riviera (35 000 places) à Nice
– Stadium de Toulouse (33 000 places)
– Stade Orange ex-Vélodrome (67 000 places) à Marseille

En-dehors du Parc-des-Princes, tous les autres figurent dans la liste des neufs stades prévus pour accueillir le rugby en 2023. Huit d’entre eux (exception faite de la Beaujoire) ont déjà accueilli l’Euro 2016. Un groupe d’une dizaine de stades se détachent donc désormais en France pour accueillir les grandes compétitions en raison de leur taille et de leur niveau d’équipement plus que pour la répartition géographique1.

Si le principe de faire l’économie de la construction de nouveaux stades pour les seuls Jeux Olympiques semblent un principe de bon sens, le dossier de Paris ne sous-estiment-ils pas cependant les coûts de remise aux normes de ces équipements, douze ans après leur livraison? L’exemple actuel du stade de la Licorne à Amiens n’incite pas à l’optimisme. Le stade du club d’Amiens, qui vient de rejoindre la première division nationale en football, a été livré il y a moins de 18 ans. Il va devoir pourtant faire l’objet de travaux de rénovation de toiture pour 8,8 millions d’euros ainsi que d’autres aménagements (nouveaux sièges pour 660 000 €, éclairage pour 350 000 € et vidéoprotection pour environ 300 000 €) afin de répondre aux exigences de la Ligue.

Cite this article as: Jean-Michel ROUX, Des stades déjà rentabilisés pour les JO 2024?, in Au stade des villes, 09/08/2017, https://stade.hypotheses.org/843, ISSN format électronique 2556-6563.
  1. les Hauts-de-France, l’Ile-de-France, PACA et Auvergne-Rhône-Alpes ont chacune deux stades alors que l’est et le grand ouest et le centre de la France en sont dépourvus []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *