« Au stade des villes »

« Au stade des villes » a pour projet l’étude des rapports existant entre stade et ville. Ce carnet est un outil de travail pour un chercheur en urbanisme qui utilise les stades comme prisme à la compréhension des villes et des phénomènes urbains.

Jeu d’un paquet de Kellogg cornflake.

Le carnet fait l’hypothèse de la fractalité. Le stade serait identique dans ses formes, fonctions, usages, rythmes, etc. à une ville mais à une échelle plus petite. Il serait donc possible de comprendre l’un par rapport à l’autre en utilisant les mêmes outils pour les lire et analyser. Les stades et villes peuvent être assimilés à des technocosmes, c’est-à-dire des objets d’une grande technicité et complexité, capables de gérer la densité des formes urbaines et sociales, de transformer les masses en public ou en nation.

Le carnet est composé de notes de lecture, d’observations de terrain, d’hypothèses de recherche, de textes publiés ou en cours de rédaction, de billets d’opinion sur l’actualité des stades, etc. Ces travaux sont tirés de mes travaux ou de travaux collectifs auxquels je participe avec d’autres collègues.

Le lectorat attendu: le grand public passionné de stade et de ville, les étudiants de mes cours à l’Institut d’Urbanisme et Géographie Alpine de l’Université Grenoble Alpes, les experts des stades issus d’autres disciplines ou pays, etc.

Les textes sont principalement en français même si certains sont aussi écrits en anglais ou en portugais, sans qu’une traduction soit faite.

Regard d'urbaniste sur les stades